Café librairie Michèle Firk

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 12 Mai 2017, 16:04

Vendredi 12 mai 2017

Présentation du livre Sur la Révolution syrienne

Présentation du livre Sur la Révolution syrienne, La Lenteur, vendredi 12 mai, 19h30 (en présence de Ghaes, habitant de Deraya réfugié en France, qui a contribué à l’écriture des lettres de Daraya, dont certaines ont été publiées dans l’ouvrage.)

Image

Nous avons publié ce livre pour faire entendre la voix des révolutionnaires syriens qui ont pris le chemin ô combien risqué de la révolution, pour défendre une Syrie libérée du régime totalitaire de Bachar-el-Assad. Nous pensons qu’il est possible et nécessaire de défendre, ici en France, cette position, malgré la complexité de la situation, et contre l’indifférence et les calomnies dont elle a été victime.

http://paris-luttes.info/sur-la-revolut ... ienne-8113
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 19 Sep 2017, 10:50

Montreuil (93) mercredi 20 septembre 2017 à 19h30

Projection débat « La domination masculine »

Entrée Libre

Plongeons ensemble le regard dans la violence banale et quotidienne du sexisme. Le film montre des images sans concession pour l'esprit naif et sincère des hommes et des femmes du XXIème siècle qui croit en l'avènement de l'égalité homme-femme. Illusion mise à mal par la profondeur de l'abîme qu'il reste à surmonter. Non, le patriarcat n'est pas mort, il se porte merveilleusement bien et parade au soleil dans les endroits les plus inattendus, même pour nous !

Image

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... -septembre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 14:55

Jeudi 12 octobre 2017 à 19h30

Des nouvelles de la zad et présentation de "Saisons" avec la Mauvaise troupe

"-Nous sommes là, nous serons là-, tel est le serment scandé à Notre-Dame-des-Landes un certain 8 octobre. Nous étions 40.000, bâton en main. Un an après, le serment tient. Face aux menaces sans cesse réitérées d’expulsion de la zad, face à l’incertitude, il tient. Et nous sommes toujours là. Si la victoire contre les forces de l’ordre venues expulser la zad en
2012 fut éclatante, celle qui les a gardées éloignées tout au long de l’année 2016 fut plus discrète. Pourtant il y eut des batailles, de celles qui tiennent la guerre à distance. De janvier 2016 à l’été 2017, les manifestations épiques ­succèdent à la construction sans fin d’un territoire à inventer autant qu’à défendre. Les “nouvelles” condensées dans ce dernier ouvrage de la Mauvaise Troupe aux éditions de l’Eclat, entre récit, conte et fiction, relatent ces six saisons dans le bocage.”

Alors que la médiation sur l’aéroport prendra prochainement fin, le gouvernement Macron a annoncé trancher “définitivement” sur la question en décembre et prétend toujours vouloir expulser la zad dans la foulée. La présentation du livre sera aussi l’occasion de parler de la situation sur le terrain, de la poursuite de la lutte pour l’avenir de la zad en cas d’abandon (ou pas) du projet d’aéroport et des mobilisations prévues le samedi 21 octobre pour occuper de nouvelles terres.

https://paris-luttes.info/des-nouvelles ... ad-et-8829
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 10 Oct 2017, 09:01

Montreuil mercredi 11 octobre 2017

Atelier de lecture collective de l'ouvrage

« Areva en Afrique, une face cachée du nucléaire français »

Survie Paris vous invite à une nouvelle soirée d'arpentage (voir ci-dessous).

Au menu de ce soir, entrée et participation libres comme d'habitude, petit apéro-grignotage bienvenu et surtout le dossier Noir de Survie "Areva en Afrique".

Entrée libre,

Image

L'indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire est un mythe : l'uranium qui alimente le nucléaire civil et militaire provient pour une large part du sous-sol africain. Raphaël Granvaud détaille les conditions dans lesquelles la France et Areva se le procurent au meilleur coût, au prix d'ingérences politiques et de conséquences environnementales, sanitaires et sociales catastrophiques pour les populations locales.

Comme au Niger, fournisseur historique, pourtant en dernière position du classement des pays selon leur indice de développement humain.

Dans un contexte international d'intensification de la concurrence sur le continent africain, mondialisation capitaliste oblige, Areva a toujours pu compter sur l'aide active des représentants officiels de l'État français et des réseaux les moins ragoûtants de la Françafrique pour sauvegarder son droit de pillage.

L'auteur dévoile enfin les efforts considérables d'Areva pour que les différents éléments de cette réalité et de sa stratégie de dissémination nucléaire ne ternissent pas une image de marque qu'elle voudrait immaculée.

L'arpentage

L'arpentage est outil d'éducation populaire permettant une lecture critique et collective d'un texte.

Il se compose en deux temps; un temps de lecture individuelle d'une partie du livre et un temps collectif de restitution.

L'arpentage permet :
• d'acquérir des savoirs communs, de s'approprier des références communes, et donc de sortir des dominations par le savoir.
• de découvrir des pensées, des auteurs ou des théories, qu'on ne serait pas allé chercher sans ça.
• de se forger une critique du propos grâce à la multiplicité des point de vue, et éventuellement des petits outils d'auto-défense intellectuelle pratiques.

Il ne s'agit ni d'une conférence, ni d'une rencontre avec un auteur.

Programme
• 18h30: apéritif, auberge espagnole (tous.tes les participant.es sont invitées à amener à boire et/ou à grignoter)
• 19h: début de l'atelier

Remarque: l'auteur ne sera pas présent lors de cet atelier

https://paris.demosphere.eu/rv/57213
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 07 Nov 2017, 20:55

Mercredi 8 novembre 2017 à 19h

Atelier de lecture collective de

« Françalgérie, crimes et mensonges d'États »

Lecture collective/arpentage de l'ouvrage de Jean-Baptiste Rivoire et Lounis Aggoun: "Françalgérie, crimes et mensonges d'Etats" paru en 2005 à la Découverte.
• 19h00: accueil, apéro (tout le monde est invité.e à apporter un truc à grignoter)
• 19h30: début de l'arpentage

Remarque: les auteurs ne seront pas présents à la soirée.

Le sujet

La violence qui a ravagé l'Algérie à partir de 1992 nous a été présentée comme une guerre d'intégristes islamistes contre des militaires se battant pour sauver la démocratie. Quant à la France, elle se serait contentée d'une bienveillante " neutralité ". Comme le montrent, preuves à l'appui, les auteurs de ce livre explosif, ce scénario est en fait une vaste construction médiatique.

En s'appuyant sur six ans d'enquête, en Europe et Algérie, des dizaines de témoignages et des centaines de sources, ils expliquent comment, dès 1980, un petit groupe de généraux algériens a conquis progressivement le pouvoir, tout en développant les réseaux de corruption de la " Françalgérie ".

Ces hommes ont ensuite instrumentalisé l'islamisme radical, avant de lancer une terrible" troisième guerre d'Algérie ", en multipliant les opérations " attribuées aux islamistes " : assassinat du président Boudiaf, meurtres d'intellectuels, massacres de civils et de militaires. Pour faire pression sur la France, leurs services secrets ont organisé de spectaculaires et meurtrières actions de " guerre psychologique " contre des citoyens français, en Algérie comme dans l'Hexagone. Pour la première fois, ce livre démonte les rouages de l'extraordinaire machine de mort et de désinformation conçue par les généraux algériens ainsi que les complicités dont ils ont bénéficié en France.

Qu'est ce que l'arpentage?

L'arpentage est une méthode de découverte à plusieurs d'un ouvrage, en vue de son appropriation critique, pour nourrir l'articulation entre pratique et théorie.

Objectifs :
• désacraliser l'objet « livre », populariser la lecture
• expérimenter un travail coopératif et critique
• créer une culture commune autour d'un sujet, d'un savoir théorique
• comprendre qu'aucun savoir n'est neutre, que tout point de vue est situé

Image

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... ru-en-2005



Samedi 11 novembre 2017 à 19h

Discussion autour de « Printemps Précaires des Peuples »

de Maria Kakogianni

Image

« Occupations, tentes, habitations de fortune, des communes qui se font en faisant, et une promesse, accrochée comme un rêve sur une corde à linge après le déluge : que de tout cela surgiront de nouveaux réflexes politiques, comme hier celui de la grève générale. » Depuis le printemps arabe en 2011, émergences collectives et protestations à grande échelle se multiplient sur tous les continents. Or, à l'image du « printemps des peuples » en 1848, ces nouveaux soulèvements semblent précaires, leurs durées fragiles, hantées par les spectres de la capitulation et de la défaite. Alors que le dogme néolibéral ne cesse de répéter inlassablement « There Is No Alternative », la lutte pour percevoir ces nouveaux printemps nécessite peut-être de rendre précaire la manière de porter un regard ou construire un récit. Qu'est-ce qui fait « scène » et qu'est-ce qu'une scène « fait » ? Entre les mots et les dessins, le livre tisse quelques hypothèses fictionnelles sur ce long mars français pour que nos insomnies politiques puissent faire place à des nouvelles « rêvolutions ».

Printemps Précaires des Peuples, Phictions, Editions Divergences, 2017

https://paris.demosphere.eu/rv/57745
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 14:39

Jeudi 14 décembre 2017 à 19h30

Discussion
Young Lords, Histoire des Black Panthers latinos (1969-1976)

éd. l'Échappée

Rencontre avec l'auteure Claire Richard

Image

Août 1969, à El Barrio, le quartier portoricain de New York, des jeunes gens descendent dans la rue, en treillis et bérets à la Che Guevara.

Dans leurs mains, pas de fusils, mais des balais. Ils nettoient les rues délaissées par les pouvoirs publics. Une émeute éclate. L'embrasement menace, la mairie accepte d'envoyer plus souvent ses éboueurs. El Barrio vient de découvrir ses Black Panthers, les jeunes membres du Young Lords Party. Ils ont entre 16 et 25 ans, sont les enfants de l'immigration portoricaine, arrivée en masse depuis la colonisation de l'île par les États-Unis. Inspirés par les Black Panthers, et les nationalistes portoricains, ils veulent remplacer l'État capitaliste et raciste par des alternatives communautaires et politisées.

Ainsi, ils défilent pour l'indépendance de Porto Rico mais sont surtout très actifs dans les quartiers, où ils développent notamment des programme autour de la santé. Pour eux, la révolution est aussi une transformation personnelle. Sous l'influence des femmes, qui font comprendre aux hommes qu'on ne peut être révolutionnaire et machiste, les membres du parti travaillent ensemble à se libérer du sexisme, de l'homophobie et de leur propre racisme. En 1971, ils sont quelques milliers sur la côte Est. Leur presse est lue, leur action efficace. Mais le parti, déchiré par des luttes internes, affaibli par des erreurs stratégiques, déstabilisé par le Cointelpro, se sépare en 1976.

L'histoire trépidante des Young Lords est un moment essentiel de l'imaginaire politique des Latinos aux États-Unis, et un pan méconnu des luttes des années 1960.

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... l-echappee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 17 Jan 2018, 17:34

« Rock Against Police »

Des lascars s'organisent - Une série documentaire sonore

17 janvier à 20h00 : écoute de l'épisode 1 : S'affirmer tel qu'on est et pas tel qu'on devrait être
8 février à 20h00 : écoute de l'épisode 2: Se rencontrer et se coordonner
15 mars à 20h00 : écoute de l'épisode 3: Police, hors de nos quartiers !

« C'était avant tout l'idée de prendre la parole, c'était pas de la donner. Nous, on n'avait pas les moyens de donner la parole, on se donnait les moyens de la prendre. Et une parole collective qui se fait par tâtons… On se cherche aussi, et on se construit beaucoup, peut-être à la différence d'aujourd'hui, dans le collectif. » Samir

Entre 1980 et 1983, l'expression Rock Against Police donne son nom à une série de concerts organisés au beau milieu des cités. Le réseau à l'initiative de ces concerts s'est constitué à travers des rencontres faites autour de la troupe de théâtre Week-end à Nanterre, des coordinations de luttes lycéennes, du journal de l'immigration Sans Frontière, des radios libres, des mobilisations contre les expulsions de jeunes immigrés et contre les crimes racistes et sécuritaires. Autant de réalités qui disent le bouillonnement « politico-culturel » qui caractérise alors la jeunesse métropolitaine et la banlieue. Les concerts Rock against police en seront l'une des expressions importantes : la tentative par des « jeunes immigrés et prolétaires » de se réapproprier leur « territoire social » quotidien et de se doter d'une « histoire politique propre ».

En six épisodes, cette série documentaire reconstruit l'histoire de l'expérience Rock against police , faisant dialoguer témoignages de personnes y ayant pris part, lectures des journaux-tracts diffusés lors des concerts, extraits sonores de films, d'émissions de radio ou de télé, et morceaux de musique, notamment issus de groupes ayant joué lors des concerts.

Michèle Firk vous propose d'écouter collectivement, chaque deuxième jeudi du mois, un épisode de cette passionnante série de montages sonore, réalisée à six mains et oreilles.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 23:28

Vendredi 19 janvier 2018 à 19h30

Présentation par Claire Auzias, l'auteure
Trimards - «  Pègre  » et mauvais garçons de Mai 68

Image

Le livre de claire Auzias présente à la fois la passion que fut Mai 68 en France, mais aussi sa complexité, sans occulter les divisions qui existaient dans l'extrême gauche. Le tableau qu'elle nous présente de ces «  trimards  » et autres mauvais garçons, nous invite à sérieusement réviser les lectures abstraites et théoriques sur la révolution. Ce travail confirme qu'une autre histoire est toujours possible.

Trimards à Lyon, loulous à Grenoble, zonards à Nantes, katangais à Paris ou Mouvement révolutionnaire octobre à Bordeaux, pour l'auteure ce Lumpen proletariat était l'autre face de la Révolution.

Entrée libre

Claire Auzias

Claire Auzias a publié «  Un mai mineur  » il y a trente ans, un titre hommage à Deleuze et Guattari, dans lequel elle conte ses «  Mémoires d'une révolutionnaire  » (IRL, 1988). Elle a aussi précisé quelques aspects de son Mai 68 dans Claire l'enragée, un dialogue avec Mimmo Pucciarelli (ACL). Ici, elle est historienne de ce qu'elle connaît si bien, grâce à une abondante documentation inédite. Son travail sur l'histoire montre que, en scénographie comme en littérature, les éclairages peuvent se déplacer, se croiser, se renforcer et s'illuminer à l'infini.

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... -l-auteure
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 17:09

Jeudi 1er février 2018 à 19h

Soirée « Lutte contre le masculinisme »

Présentation du collectif anti-masculiniste Île-De-France et de leurs outils d'analyse et de réflexion.

Le collectif anti-masculiniste ile-de-France est un collectif féministe mixte qui milite depuis 2013 contre une forme particulière de sexisme: le masculinisme. Leurs activités sont multiples : écriture de brochures sur le mouvement masculiniste, création d'ateliers, organisation de soirées-discussion autour d'un livre ou d'un film, diffusion d'infos, veille des activités des masculinistes, etc...

Nous vous proposons de discuter de ce mouvement qui attaque les droits acquis par les luttes féministes. Leurs thèmes de prédilection: les "paternités imposées", les "hommes battus", les "pères lésés par la justice", et la "crise de la masculinité". A travers 3 courtes vidéos, qui illustrent ces thématiques, nous tenterons de repérer la banalité des principaux discours masculinistes, d'échanger à ce propos et de s'armer intellectuellement contre ces attaques.

Mixité largement encouragée !
• 19h petite mise en bouche apéritive,
• 19h30: plat de résistance au masculinisme !

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... sculinisme
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 11 Fév 2018, 18:06

lundi 12 février 2018 à 19h

L'Atlas des migrants en Europe,
approches critiques des politiques migratoires


de Migreurop.

Présentation et discussion avec des chercheuses ayant participé à l'atlas

Déconstruire les a priori, changer les regards, interroger les frontières, cartographier le contrôle sécuritaire et l'enfermement, enfin, et surtout, donner la parole aux migrants : tels sont les objectifs des textes, cartes, photographies et illustrations réunis dans cet atlas critique des politiques migratoires européennes.

MIGREUROP est un réseau européen et africain de militants et de chercheurs, dont l'objectif est de dénoncer la généralisation de l'enfermement des étrangers et de défendre le « droit de quitter tout pays y compris le sien ».

Cette présentation avec des chercheuses ayant participé à l'Atlas sera aussi l'occasion d'évoquer les manques et améliorations possibles pour les prochaines éditions, notamment la difficulté à y intégrer la perspective de genre.

Entrée libre

Image

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... -migreurop
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 22:19

Dimanche 18 février 2018 à 16h

Jeux de société

Un dimanche après-midi par mois : bière, café, tisane, et jeux de société - notamment "Zone à défendre", le jeu de plateau de la ZAD

Après avoir discuté de livres, organisé des réunions, écouté des documentaires sonores, regardé un film, invité un atelier de sérigraphie... et plein d'autres choses, on propose de converger vers Firk pour des parties de jeux de société. Un dimanche après-midi par mois : bière, café, tisane, jeu de la ZAD, Catan, 7 Wonders, Mysterium, Les Aventuriers du rail, ...

N'hésitez pas à apporter vos jeux !

Image

Zone à Défendre (ZAD): le jeu de société

À Notre-Dame des Landes, le système veut imposer son projet d'aéroport aussi inutile et destructeur que coûteux. Au quotidien Les ZADistes résistent aux forces de l'ordre et aux bulldozers, avec l'aide d'habitants et paysans des environs et de tout le pays.

Un jeu est né de cette lutte. Pour la faire connaître, financer les procès et les occupations des terres menacées, et encourager au passage l'émergence de nouvelles ZAD contre d'autres projets inutiles et néfastes.

"Zone à Défendre" est un jeu de société coopératif qui se joue de 1 à 6 joueurs, à partir de 13 ans. Une partie dure de 1h à 1h30. Incarnez un ou une "zadiste" et défendez ces terres agricoles et sauvages et, au-delà, l'idéal d'un monde de simplicité et de partage. Mais pour stopper les bulldozers qui saccagent le bocage, il vous faudra acquérir de nombreuses compétences : Cultiver vos légumes compte autant que l'apprentissage des techniques du clown activisme ou du sabotage... ou les soirées autour du feu pour soutenir le moral des militants ! Multipliez les constructions de cabanes pour ralentir la progression des engins, plantez des barricades pour vous protéger des gendarmes mobiles, mobilisez les soutiens extérieurs et n'oubliez pas de harceler les forces de l'ordre pour les démoraliser au maximum... Mais gare aux coups de matraque, la répression est sans pitié...

entrée libre

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... ociete_528
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 15:49

Jeudi 15 mars 2018 à 20h

« Rock Against Police »
Des lascars s'organisent - Une série documentaire sonore en six épisodes


jeudi 15 mars 2018 à 20h : Ecoute de l'épisode 3: Police hors de nos quartiers ! S'organiser contre les crimes racistes et sécuritaires

« La galère, c'est ça, t'as pas de thune, tu t'ennuies un peu, mais t'as pas envie non plus de zoner en bas de l'escalier comme un con à fumer des joints, t'as de l'énergie. L'idée de RAP, c'était d'exister. On manifestait mais en faisant quelque chose, on manifeste pas seulement en revendiquant ou en quémandant. On veut du pain, on le prend ! Nos parents, ils se sont fait avoir, ils sont venus bosser ici dans les années 30′, 40′, 50′, ils se sont fait exploiter, ils ont pas eu droit à tout ce qu'ils méritaient. Et donc en fait, on récupérait ce qu'on nous avait volé. » Nestor

En mai 1980 à Vitry, un deuxième concert Rock against Police est organisé avec des habitants de la cité Couzy, mobilisés autour de la mort de Abdelkader Lareiche, tué par un gardien d'immeuble. Dénoncer au niveau national la politique sécuritaire et raciste dont les jeunes sont la cible, se coordonner et s'organiser concrètement face à la justice font partie des enjeux du réseau Rock against police. Mais ces concerts auto-organisés sont aussi un moyen de se réapproprier le territoire de la cité, « un moment parmi d'autres de circulation et de coordination des jeunes prolétaires de banlieue. » (Journal-tract Vitry).

Michèle Firk s'associe au Rémouleur pour proposer d'écouter collectivement, une fois par mois, un épisode de cette passionnante série de montages sonore, réalisée à six mains et oreilles.

Les trois premiers épisodes ont été diffusés un jeudi par mois au café-librairie Michèle Firk, les trois suivant seront écoutés au Rémouleur.

Tous les épisodes sont en ligne sur: http://rapdocsonores.org

entrée libre

http://laparoleerrantedemain.org/index. ... D=16492311
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 16 Mar 2018, 17:45

Vendredi 16 mars 2018 à 19h30

Rencontre « Le paysan impossible »

Rencontre avec Yannick Ogor autour de son livre "le paysan impossible" (éd. du bout de la ville)

"Le paysan impossible" revient sur 60 ans de prise en charge par l'État et l'Europe de l'industrialisation de l'agriculture. A rebours de l'idéologie anti-libérale, il décrit comment l'activité agricole est devenue administrée par tous les pores, au seul profit de l'agro-industrie.

C'est aussi l'histoire de 60 ans de luttes paysannes systématiquement intégrées à un système de cogestion entre syndicats et administrations. Une cogestion qui a pour seul résultat de pacifier la violente élimination des paysans. Il s'arrête notamment sur les vingt dernières années et la manière dont l'écologie est devenue un moyen d'accélération de l'industrialisation de l'agriculture. Il explique comment les normes sanitaires et environnementales, défendues par la gauche paysanne pour enrayer le productivisme, participent de l'élimination des fermes les plus modestes et renforcent les empires agro-alimentaires.

Un livre qui cherche à retrouver les chemins d'un conflit étouffé par le spectacle médiatique des luttes.

Yannick Ogor est éleveur et maraîcher en Bretagne. Il a démissionné en 1999 de la Confédération Paysanne. Il participe aujourd'hui à la constitution d'un collectif d'agriculteurs et d'agricultrices contre les normes.

Image

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... ors-normes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 15:28

Samedi 14 avril 2018 à 19h30

Une histoire populaire du football,

le mouvement de supporters "ultra"dans les tribunes des stades
éditions la découverte, 2018.

Rencontre avec Mickaël Correia

Saviez-vous que le slogan ACAB a été popularisé sur les stades anglais dans les années 1980 ? Que les supporters de foot ont joué un rôle déterminant dans l'occupation des places Tahrir en 2011 ou Taksim en 2013 ? Ou encore que les tribunes des stades ont été et demeurent le laboratoire des nouvelles pratiques de répression policière (videosurveillance, fichage électronique, délits spécifique, etc.)

Né dans l'effervescence politique de l'Italie des années 1970, le mouvement de supporters "ultra" se répand depuis trente ans comme une trainée de poudre dans les tribunes des stades de football.

Véritable mouvement culturel populaire, le supportérisme radical des ultras, à travers ses animations visuelles dans les stades, ses chants et ses revendications anti-autoritaires, incarne aujourd'hui de plus en plus un contre-pouvoir face à la marchandisation croissante du football et à la répression policière dans et aux dehors des enceintes sportives.

A contre-pied des clichés sur les supporters de foot, Mickaël Correia, auteur d' Une Histoire Populaire du Football, propose pour sa venue à la librairie de dresser le portrait de la trop méconnue culture ultra, depuis ses pratiques puisées dans le mouvement autonome italien des années 1970 jusqu'à son rôle déterminant dans les Printemps arabes de 2011, sans oublier un détour par les mouvements sociaux en cours.

"De l'Angleterre à la Palestine, de l'Allemagne au Mexique, du Brésil à l'Égypte, de la France à l'Afrique du Sud, ce livre raconte une autre histoire du ballon rond, depuis ses origines jusqu'à nos jours.

Le football ne se résume pas au foot-business : depuis plus d'un siècle, il a été un puissant instrument d'émancipation pour les ouvriers, les féministes, les militants anticolonialistes, les jeunes des quartiers populaires et les contestataires du monde entier.

L'auteur retrace le destin de celles et ceux qui, pratiquant ce sport populaire au quotidien, en professionnels ou en amateurs, ont trop longtemps été éclipsés par les équipes stars et les légendes dorées. Prenant à contre-pied les clichés sur les supporters de foot, il raconte aussi l'étonnante histoire des contre-cultures footballistiques nées après la Seconde Guerre mondiale, des hooligans anglais jusqu'aux ultras qui ont joué un rôle central dans les printemps arabes de 2011. En proposant une histoire « par en bas », en s'attachant à donner la parole à tous les protagonistes de cette épopée, Mickaël Correia rappelle que le football peut être aussi généreux que subversif." (4ème de couverture du livre)

Mickaël Correia
Mickaël Correia est journaliste indépendant. Il participe à la fabrication collective du mensuel de critique sociale CQFD et de la revue Jef Klak.

Image

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... des-stades
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Café librairie Michèle Firk

Messagede bipbip » 22 Avr 2018, 11:27

Mercredi 25 avril 2018 à 19h30

Rencontre avec Simon Springer autour de son livre "Pour une géographie anarchiste" - Simon Springer, lux éditions

Entrée libre

Image

Devenons beaux nous-mêmes et que notre vie soit belle ! - Élisée Reclus

"Une approche anarchiste de la géographie s'intéresse à des mondes parcellaires, fragmentés, qui se recoupent et dans lesquels l'autonomie et l'émancipation deviennent possibles en tant qu'îlots mouvants de réflexivit entre la théorie et la pratique" (texte en couverture du livre)

Le mercredi 25 avril à 19h30 nous recevons Simon Springer dont l'ouvrage "Pour une géographie anarchiste" a été récemment traduit et publié aux éditions Lux. Simon Springer présentera sa perspective et son travail (en anglais avec traduction simultanée).

Ce sera l'occasion de discuter les perspectives anarchistes pour penser l'espace et la géographie, et discuter des formes de politiques anarchistes tournées vers le renforcement des liens et des relations,

"L'anarchie est un magnifique puissance. En tant que pratique politique, elle nous permet d'embrasser notre capacité de vivre ici et maintenant, et de mette en œuvre par et pour nous-mêmes ce que nous laisserions autrement aux autorité dominantes. Sa force ne réside pas dans le rêve possible, mais dans l'illumination de la beauté puissante et immédiate que nous sommes collectivement. L'anarchisme insiste sur le développement de nouvelles relations avec notre monde et, surtout, entre nous. Reconnaître la force des liens implique toute une géographie relationnelle et une prise de conscience sensible de la puissance que nous sommes chacun, et combien nous sommes tous partie d'un plan de beauté immanente. Dans cette reconnaissance de notre capacité àla beauté, apparaît la semence de quelque chose de nouveau, nourri par toutes les possibilités de nos désirs d'un monde meilleur. Une géographie relationnelle est donc une façon d'essayer de donner un sens à un monde infiniment complexe, inter-dépendant, traversé de devenirs en constante évolution. Le récent réengagement de la géographie dans les perspectives anarchistes nous rapproche de la possibilité de secouer les chaînes qui nous entravent aux idées étatistes, capitalistes, racistes, sexistes et impérialistes en soutenant que notre plus grande ressource se loge dans nos liens des uns avec les autres.

Dans la notion de " géographie universelle " d'Élisée Reclus, géographe anarchiste, nous voyons une première approche d'une telle politique du possible, qui considère les liens, ou la perspective relationnelle, comme son impulsion. Pour Élisée Reclus, tous les gens devraient partager la Terre comme des frères et sœurs en élargissant notre cercle d'empathie et en réorganisant les paysages du pouvoir par la constitution de liens de solidarité renforcés, démultipiés. Ainsi, la géographie anarchiste ne se contente pas seulement de suivre les devenirs, elle cherche à laisser être la beauté du monde et des liens."

Des extraits de l'ouvrage sont disponibles en ligne.

La parution du livre a donné l'occasion au Québec de discussions & enquêtes sur "territoires et espaces libérés" écoutables en ligne également, organisées par le groupe d'enquêtes sur le contemporain Stasis.

"Grâce aux ouvrages de David Harvey, Mike Davis ou même Henri Lefebvre, on connaît aujourd'hui la géographie radicale ou critique née dans le contexte des luttes politiques des années 1960 aux États-Unis et qui a, comme le disait Harvey, donné à Marx « la dimension spatiale qui lui manquait ». Dans ce livre, Simon Springer enjoint aux géographes critiques de se radicaliser davantage et appelle à la création d'une géographie insurrectionnelle qui reconnaisse l'aspect kaléidoscopique des espaces et son potentiel émancipateur, révélé à la fin du XIXe siècle par Élisée Reclus et Pierre Kropotkine, notamment.

L'histoire de l'humanité est une longue suite d'expériences dans et avec l'espace ; or aujourd'hui, la stase qui est imposée à ces mouvements vitaux, principalement par les frontières, menace notre survie. Face au désastre climatique et humain qui nous guette, il est indispensable de revoir les relations que nous entretenons avec le monde et une géographie rebelle comme celle que défend Springer nous libérerait du carcan de l'attentisme. Il faut se défaire une bonne fois pour toutes des géographies hiérarchiques qui nous enchaînent à l'étatisme, au capitalisme, à la discrimination et à l'impérialisme. « La géographie doit devenir belle, se vouer entièrement à l'émancipation. » "(4ème de couverture)

Simon Springer
Simon Springer enseignera à partir de septembre 2018 à l'Université de Newcastle en Australie en tant que responsable du département de Géographie et d'études environnementales, et directeur du centre d'études urbaines et régionales. Actuellement, il enseigne à l'Université de Victoria au Canada. Ses perspectives de recherches explorent les dynamiques d'exclusions sociales et politiques provoquées par le néolibéralisme, particulièrement au Cambodge où il étudie plus spécifiquement la géographie des violences et du pouvoir. Simon Springer poursuit une approche théorique singulière, qui convoque à la fois la critique poststructuraliste et une reprise radicale de la philosophie anarchiste. Ses livres comprennent The Anarchist Roots of Geography : Towards Spatial Emancipation (University of Minnesota Press, 2016), The Discourse of Neoliberalism : Anatomy of a Powerful Idea (Rowman & Littlefield), Violent Neoliberalism : Development, Discourse and Dispossession in Cambodia (Palgrave Macmillan), and Cambodia's Neoliberal Order : Violence, Authoritarianism, and the Contestation of Public Space (Routledge). Et il a aussi participé à The Handbook of Neoliberalism (Routledge), The Handbook of Contemporary Cambodia (Routledge) et la trilogie Anarchism, Geography and the Spirit of Revolt (Rowman & Littlefield). Il est rédacteur en chef de ACME : An International Journal for Critical Geographies et coéditeur de la série Transforming Capitalism publiée par Rowman & Littlefield.

Page de Simon Springer https://www.uvic.ca/socialsciences/geog ... rsimon.php

https://openagenda.com/cafe-librairie-m ... r-le-monde
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30473
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité