Grenoble et Isère (38)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 19:53

Samedi 10 février 2018

Huit heures de solidarité avec le peuple marocain

à 14h, Grenoble, MDH Chorier Berriat

Image

Le Maroc en ébullition contre la misère et la répression !

Le régime monarchique a ouvert le Maroc au néo-libéralisme, creusant toujours plus les inégalités. Des régions entières sont marginalisées. Partout la population manifeste contre la dégradation des conditions de vie et de travail, les licenciements massifs, le détournement des ressources en eau, les expulsions des quartiers, le scandale des microcrédits, le manque de services publics tels que ceux de l’eau, de l’électricité, de l’éducation, de la santé... Le Hirak, puissant mouvement pacifique né à Al-Hoceima dans le Rif, fédère les protestations et ébranle la monarchie. Celle-ci répond par une répression féroce. Près de 400 manifestants dont des mineurs sont en prison, parfois pour 30 ans sans réelle preuve de culpabilité. Deux personnes sont mortes de jets de gaz lacrymogènes. Le Rif subit un état d’exception permanent, avec punition collective et arbitraire permanent. Lors des grandes manifestations, l’équivalent de l’ensemble des compagnies CRS et de la gendarmerie de France est déployé pour une ville plus petite que Grenoble. Malgré cela, le combat de la population et des détenus continue. La responsabilité des gouvernements français, dont celui de Macron, est immense. Leur soutien politique et sécuritaire au régime pour préserver les intérêts économiques des entreprises du CAC 40, réorganiser la françafrique, combattre "le terrorisme" et la dite "immigration clandestine" est total. Pour nous, il est urgent de développer la solidarité politique et concrète pour imposer la libération des détenus et la satisfaction de leurs revendications.

C’est pour cela que nous vous invitons à ces "8 h pour la solidarité avec le peuple marocain"

Au programme :
• projection d’un film sur le RIF en lutte suivie d’un débat : "résistances en cours et solidarités utiles".
Animation : Rosa Moussaoui, grand reporter à l’Humanité et un membre du comité de soutien au mouvement populaire riffain Paris Ile de France
• pause
• 2e film et débat "Où va le Maroc ?"
Animation : Mohamed Jaite, militant de la voie démocratique et Chawqui Lotfi, membre d’émancipation démocratique-tahadi.

Participation aux frais.

Buffet marocain.

Les bénéfices de la soirée iront à la solidarité

A l’appel du CIIP et Maroc Solidarités Citoyennes
Avec le soutien de CADTM/G, Iran Solidarités, Attac 38, Ensemble 38, NPA 38, PG 38

https://grenoble.indymedia.org/2018-02- ... te-avec-le
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 20 Fév 2018, 02:47

Mardi 20 février 2018

Rassemblement contre les coupures énergétiques

à 10h place Robert Schuman, Grenoble

Image

L’énergie est un droit et un bien commun, se chauffer c’est vital !

Alors que les températures négatives sont là, que les 2/3 des français ont froid chez eux, que les 3/4 préfèrent mettre des couches de vêtements supplémentaires que d’allumer ou augmenter le chauffage (sondage IFOP novembre 2017), que de nombreuses expulsions et coupures d’énergie ont eu lieu ces dernières mois dans l’agglomération grenobloise, avec des interventions (services techniques, police) beaucoup plus coûteuses que le maintien de l’énergie sur une année…

Chez soi sans chauffage ou à la rue l’hiver est un danger.

En janvier dernier une octogénaire est morte, probablement de froid, chez elle à Toulouse. L’électricité avait été coupée en mai de l’année précédente suite a un long contentieux avec EDF.

L’an dernier au moins cinq-cent sans-abris sont morts, alors que de nombreux logements et bâtiments vides restent disponibles : sur l’agglomération il y en aurait 10.000 selon l’INSEE en 2015, et la plupart sont des passoires thermiques.

À Grenoble et aux alentours, des milliers de personnes restent sans logement et sans hébergement.

Cela concerne des femmes, des hommes, des mineurs, et des enfants en bas âge. A cela s’ajoute 31.000 ménages en précarité énergétique dans l’agglomération. Cette année 16.000 rendez-vous pour précarité énergétique ont eu lieu auprès de GEG.

- Choisir entre le chauffage et manger, ça vous est déjà arrivé ?
- Vivre sans chauffage un hiver, ça m’est arrivé et vous ?
- Budget serré et dépense de loyer important, vous aussi vous vous sentez étranglé ?
- Je vis dans un logement mal isolé et mes factures d’énergie sont élevées, et vous ?
- Vous avez déjà été coupé une année, et vous avez du galérer pour payer vos dettes ?
- Vous avez vécu à la rue et avez attendu des mois/années une place d’hébergement ?
- Vous êtes fatigué d’entendre les discours moralisateurs sur votre consommation énergétique ?
- Vous pensez que le tarif première nécessité est insuffisant à l’égard de vos factures d’énergie ? - Vous avez des impayés d’énergie (gaz et électricité) et vous avez peur d’être coupé ? Sachez que la loi Brottes vous protège jusqu’au 31 mars. Mais avec une probable réduction de la puissance il faudra choisir entre cuisiner ou se chauffer…
Les coupures d’eau sont interdites tout au long de l’année selon le 3ème alinéa de l’article L115-3 du Code de l’action sociale et des familles.

Les fournisseurs d’énergie, comme le reste, sont petit à petit privatisés. Leurs actionnaires sont au chaud dans des appartements à énergie positive et peuvent en plus se payer le luxe de monter des compagnies off-shore pour éviter l’impôt en France.

Nous estimons que ces situations sont le résultat de choix politiques, celui de la non solidarité, de la non répartition des richesses et s’opposent à ce chaque être humain puisse vivre dans la dignité.

Nous pensons qu’il pourrait en être autrement et nous le souhaitons... vous aussi ? Rejoignez nous le 20 février 2018 à 10h place Robert Schuman !

S’unir pour ne plus subir !

https://grenoble.indymedia.org/2018-02- ... et-un-bien
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 21:40

Mercredi 21 mars 2018

Projection de « 317 » du collectif 317

à 18h, L’engrenage, 27 rue Jean Prévost, Grenoble

Image

Diffusion de "317", documentaire qui traite d’une première dans l’histoire de la répression d’une manifestation française de ce 21 siècle. Comme toujours, le doc sera suivie d’une discussion.

https://grenoble.indymedia.org/2018-02- ... lectif-317
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 14:43

Vendredi 6 avril 2018

Exigeons l’extension et la gratuité des transports publics !

à 17h30, Le Forum, 3 rue Malakoff, Grenoble

Face au désastre environnemental qui perdure et s’aggrave, des mesures énergiques doivent être prises en vue de développer les transports publics et rendre leur usage attractif. Nous réaffirmons que la gratuité constitue une avancée écologique, sanitaire et sociale !

Rassemblement vendredi 6 avril 2018
À partir de 17 h 30
À l’occasion de la réunion plénière de la Métro
Le Forum – 3, rue Malakoff – Grenoble

En janvier, la France s’est faite rappeler à l’ordre par la Commission européenne avec 8 autres pays d’Europe pour le non respect des normes de qualité de l’air. Alors que la première mise en demeure date de 2009 pour la France, que le conseil d’état estime à 48 000 décès prématurés par an en France, l’Allemagne (pays aussi condamné par la commission), envisage quant à elle sérieusement de mettre en place la gratuité des transports en commun pour répondre à l’urgence d’obtenir une meilleure qualité de l’air.

Le gouvernement français et notamment le Ministère de la transition écologique et solidaire a jusqu’au 31 mars pour répondre à la Commission européenne et proposer un plan pour réduire la pollution de l’air dans les grandes villes.

Le Conseil Grenoble-Alpes Métropole ne devrait-il pas saisir l’opportunité de la démarche du Ministère de la Transition écologique et solidaire ? Et lui demander son appui afin d’obtenir :
- L’augmentation du Versement transport ;
- La suppression de l’augmentation de la TVA sur les transports publics, décidée sous l’ancienne législature ;
- Des subventions à la construction d’infrastructures publiques visant à développer les transports en commun, comme cela se pratiquait auparavant ;
- Une aide financière aux collectivités vertueuses qui pratiquent la gratuité des transports publics.

Contre les insupportables bouchons, pas de faux remède !

Nous ne l’inventons pas : tous les exemples d’élargissement de contournements urbains aboutissent rapidement à de nouvelles saturations par appel d’air, et donc à l’accroissement de la pollution et de ses conséquences sanitaires (100 morts prématurés par an dans l’agglomération). L’offre d’AREA d’élargissement de l’A480, intéressée faut-il le dire, ne peut constituer la solution miraculeuse, même à très court terme.

Dans et autour de la Métropole, développons les transports en commun et leur accessibilité en coordination avec ceux du Grésivaudan et du Voironnais, et en intermodalité avec la SNCF à travers une incitation financière qui aille vers la gratuité. En effet, à part les tarifs solidaires, les tarifs actuels grèvent les budgets des habitants. Ils augmentent plus vite que l’inflation. Ils sont dissuasifs. Avec comme exemple extrême la hausse de 261 % (en septembre 2017) pour les plus de 75 ans.

La gratuité est une forte incitation à utiliser les transports publics.

Gratuité et développement des transports publics doivent aller de pair ! Grenoble, pourtant bien placée dans le palmarès national des bouchons et de la pollution, est à la traîne ! Déjà, 30 villes ou agglomérations ont osé ! Et l’idée progresse à Paris, en Allemagne,...

Trop cher ?

Les recettes provenant des usagers ne représentent actuellement que 17 % des ressources. Avec la gratuité, le SMTC n’aurait plus à investir près de 20 millions d’euros dans le nouveau système de billettique, ni à couvrir les frais annuels de la gestion de ce système (vente, contrôle, maintenance, ...)

Quel financement ?

Il faut renverser la baisse des contributions départementale et métropolitaine aux transports en commun.

Il faut augmenter le Versement Transport (VT) que paient à raison de 2 % sur leur masse salariale les entreprises publiques et privées de plus de 10 salariés sur le territoire de la Métro. Ce taux vient de passer à 2,95 % en Île de France. À noter que les entreprises, quelle que soit leur taille, n’auraient plus à financer la contribution obligatoire, d’au moins 50 %, aux abonnements transport de leurs salariés.

Des transports apaisés, le droit à la Ville (donc à la mobilité) garanti également à toutes et tous. Finis alors les contrôles musclés par des équipes avec policiers et vérifications d’identité, voire arrestations éventuelles de personnes vulnérables ou sans papiers.

La gratuité une utopie ?
NON, une avancée écologique, sociale, sanitaire, et pour toutes et tous, une marche vers l’égalité et la liberté !

https://grenoble.indymedia.org/2018-04- ... sion-et-la



Samedi 7 avril 2018

Rassemblement antifasciste contre la présence de l’extrême droite à Grenoble

à 10h, Place Félix Poulat à Grenoble

Samedi 7 avril 2018 l’extrême-droite cherche à s’établir dans la cuvette grenobloise.

Dans un contexte d’implantation de l’extrême-droite dans de nombreuses villes dont Chambéry et Lyon avec notamment l’ouverture de locaux par Bastion Social [1] et d’attaques fascistes d’étudiant-e-s et lycéen-ne-s mobilisé-e-s (Lille, Montpellier, …), deux visages de l’extrême droite se retrouvent à Grenoble, une extrême droite populiste et « sociale » et la traditionnelle extrême-droite réactionnaire et antisémite.

Après un premier appel à manifestation reporté avec un trajet ambitieux (Porte de France → Monument des Diables Bleus), Les Patriotes appellent à une marche à partir de 11h, le 7 avril. Ce mouvement souverainiste, dirigé par Florian Philippot et localement par Mireille d’Ornano, n’est rien d’autre qu’une scission du Front National.

Considéré, par certains, comme une scission à la gauche du FN du fait de son opposition aux différentes lois Travail, il promeut en fait une politique encore plus sécuritaire, militarisée et raciste que celle menée actuellement par le gouvernement Macron et toute aussi destructrice pour la classe ouvrière : renforcement de la police et de l’armée, apprentissage de la « fierté d’être français » à l’école, suppression du droit du sol dans l’obtention de la nationalité, méritocratie, protectionnisme économique brisant les solidarités et complicités entre les pauvres de tous les pays ou encore fermeture des frontières rendant leur passage encore plus dangereux pour les exilé-e-s.

Cette extrême-droite « sociale » rejoint dans bien des aspects celle du Bastion Social en prônant la préférence nationale. La solidarité n’est pour elle qu’un moyen de s’attirer la sympathie et de créer les conditions de son ascension politique par la mise en concurrence des pauvres entre elles et eux. En réalité, l’extrême-droite ne sert et ne servira jamais que les intérêts de la bourgeoisie blanche, hétérosexuelle et cisgenre.

Dans un second temps, Égalité et Réconciliation (Alain Soral, Dieudonné) organise un enregistrement « public » de son émission « On s’embrasse et on oublie » avec comme invité principal Damien Viguier, avocat d’Alain Soral et de l’extrême droite radicale et négationniste.

Il s’est également « illustré » en défendant Franck Sinisi, (ex-FN, proche des catholiques radicalisés de Civitas), élu au conseil municipal de la ville de Fontaine, condamné, après une forte mobilisation populaire, à deux mois de prison avec sursis et quatre années d’inéligibilité pour incitation à la haine raciale en première instance.

Cette émission sera pour Viguier l’occasion d’évoquer « l’actualité des affaires » dans lesquelles sont impliquées Égalité et Réconciliation et l’extrême-droite négationniste. L’occasion également pour ce mouvement de vendre des livres et ainsi étendre l’empire financier du très capitaliste Alain Soral.

Ici comme ailleurs ne leur laissons pas la rue !
Rassemblement place Félix Poulat à 10h

L’extrême-droite ne s’implantera pas ! Ni patriote, ni antisémite, Grenoble est et restera antifasciste !

Collectif de Lutte Antifasciste Grenoble – Isère


[1] Bastion Social est une émanation de l’extrême-droite radicale lyonnaise (Groupe Union Défense) prenant en exemples les nazis grecs d’Aube Dorée, italiens de Casapound et espagnols de Hogar Social. Ce mouvement ouvre des locaux de « solidarité » entre blanc-he-s, français-e-s, hétérosexuel-le-s et cisgenre depuis le printemps dernier.


https://grenoble.indymedia.org/2018-04- ... ste-contre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 17:23

Samedi 14 avril 2018

Pour le retrait du projet de "loi asile" de G. Collomb :
manifestation à Grenoble, à l'appel de la CISEM

à 14h30, de la place Félix Poulat à la Préfecture

Les "réfugiés" devront passer à certains points des frontières et pendant les heures d’ouverture.

Sinon, la pratique policière, qui consiste souvent à renvoyer les réfugié-e-s par les cols alpins d’où ils sont arrivés, deviendra légale ! Ensuite, la demande d’asile doit impérativement être faite dans les 90 jours (au lieu de 120 jours) qui suivent l’entrée. Les démarches administratives complexes exigent de trouver de l’aide, des informations, cela prend du temps. De plus, si l’OFPRA refuse la demande, il n’y aura que 15 jours (au lieu de 30) pour faire appel devant la CNDA (Commission Nationale du Droit d’Asile).

Remise en cause drastique du droit d’asile… délai trop court pour monter un dossier.

Encore plus de contrôle et de tri

Les personnes devront résider dans certaines régions, sous peine de voir leurs indemnités supprimées, et sans qu’un hébergement ne leur soit garanti. Fin de la liberté de circulation. L’assignation à résidence est généralisée et durcie, notamment pour les personnes déboutées. Enfin la circulaire Collomb qui demande au Samu social, au 115, d’adresser à l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) la liste des personnes hébergées qui sont accueillies est confirmée dans le projet de loi.

C’est la fin de l’hébergement inconditionnel.

Encore plus d’enfermement

La retenue dans les commissariats, pour vérification d’identité, garde à vue "spéciale étranger-è-s", passe de 16 à 24 heures, la durée légale de rétention passe de 45 à 90 voire 135 jours ! Les mineurs pourront toujours être placés en centre de rétention, ils étaient 4500 à y être passés en 2016 ! Enfin, les personnes "dublinées", celles qui ont eu la malchance d’entrer, d’abord, dans un pays européen avant leur arrivée en France pourront toujours être massivement retenues en centre de rétention.

Encore plus d’expulsions

La police doit faire du chiffre, expulser plus et plus vite. Les contrôles et l’enfermement visent à cela. De nouveaux CRA (Centres de rétention administratifs) seront créés près des aéroports, pour tous ceux et celles victimes d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français), d’où ils seront expulsés avec souvent un bannissement pouvant aller jusqu’à cinq années ! Alors que leur "crime" a été de fuir un pays dangereux et de croire que la France était le pays des droits de l’Homme !

Dans ce projet le délit de solidarité, prévu au départ pour réprimer les passeurs coupables, reste toujours d’actualité pour toute personne ou association qui vient en aide aux personnes migrantes. Une vingtaine de délinquants solidaires sont aujourd’hui poursuivis ou condamnés à 2 mois de prison avec sursis, coupables par exemple d’avoir amené à l’hôpital 3 jeunes femmes érythréennes blessées. Fin de l’assistance à personne en danger.

"Ils sèment la répression, semons la solidarité !"

NOUS NE VOULONS PAS DE CETTE NOUVELLE LOI, mais nous refusons aussi la situation d’aujourd’hui. Loin des fantasmes des droites extrêmes et de l’extrême droite autour d’un pseudo envahissement, rappelons un chiffre : ceux et celles qui cherchent un asile ne représentent que 0,26 % de la population française ! Nous voulons des droits pour ces personnes et l’égalité entre tous et toutes.

Cela passe par :

• La pleine reconnaissance du droit d’asile (Convention de Genève de 1951).

• La régularisation de tous et toutes les sans papiers, avec l’obtention des droits : au travail, au logement pérenne et décent, à la santé, à l’éducation.

• La liberté de circulation (art. 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948) qui suppose l’ouverture des frontières.

• La liberté d’installation.

• La fin du régime dérogatoire spécifique à Mayotte atteignant gravement les droits des étrangers.

• La fin des pratiques particulièrement indignes et inégalitaires contre les étrangers en Guyane

• L’arrêt des rapports de domination qu’imposent la France et les grandes puissances aux pays pauvres, notamment en termes de pillage des matières premières et agricoles, qui enfoncent des millions de personnes dans la misère et le désespoir.

Retrait du projet de loi Asile et Immigration

Liberté de circulation et d’installation

Nous savons que nos luttes et nos solidarités paient !

Comme celle des travailleurs sans papiers qui ont mené une grève longue à Paris avec la CGT, jusqu’à la régularisation de chacun d’entre eux. Régularisation toujours promise, jamais acquise jusqu’alors, bien qu’ils participent largement à la création d’une richesse dont ils ne profitent jamais !

Comme celles encore qui ont démarré dans plusieurs universités avec l’occupation par de nombreux sans papiers, qui s’auto-organisent et obtiennent le soutien de nombreux étudiants et enseignants, comme au Patio sur le campus.

Pour le retrait total du projet de loi Collomb-Macron !

A A l’APPEL de la CISEM
(CoCordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants
AAssociations et réseaux : APARDAP (Association de parrainage des demandeurs d’asile et de protection - CIIP (Centre d’information Inter-peuples) - CSRA (Comité de soutien aux réfugiés algériens) - La Patate chaude - Ligue des droits de l’Homme (Grenoble et Isère) - LIFPL (Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté) - Ras l’front Isère - RUSF (Réseau universitaire sans frontières).
SSyndicats : PAS 38 (Pour une alternative syndicale) - Solidaires 38 - Syndicat multiprofessionnel des travailleurs sans papiersCGT - UD CGT
Organisations politiques : Ensemble Isère !- Europe-Ecologie/Les Verts Isère– Go Citoyenneté - NPA – PCF – PCOF

https://www.isere-antifascisme.org/pour ... e-la-cisem
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 16:33

Jeudi 26 avril 2018

Rassemblement et conférence pour la fermeture des vieux réacteurs du Bugey

La lettre ouverte signée par 201 personnalités demandant la fermeture des vieux réacteurs du Bugey et envoyée le 30 janvier 2018 à M. Hulot et aux membres du Conseil d’Administration d’EDF est à ce jour sans réponse. Par ailleurs la pétition en soutien à ces 201 signataires sur le site Cyberacteurs a besoin de se faire connaître.

C’est donc dans ce cadre que la coordination Stop Bugey organise le jeudi 26 avril 2018 un rassemblement et une conférence à Grenoble et nous vous invitons à y participer :

À 18h00, le long du Boulevard Gambetta (proche n°47) face à la caserne de Bonne, dans le Parc Hoche : autour de la statue « L’Enfant de Tchernobyl », récemment inaugurée, rassemblement avec banderoles, combinaisons blanches et grande carte des risques nucléaires sur la région.

À 18h30, au même endroit, conférence de presse avec interventions d’un responsable de la Coordination Stop-Bugey, du Maire de Grenoble, d’autres élus et cosignataires de la lettre ouverte, avec interviews. (En cas de pluie, la conférence de presse aurait lieu à la même heure dans la salle du "Petit angle" ). Poursuite du rassemblement jusqu’à 19h30 maximum.

De 20h à 22h00 conférence-débat : la situation à risques des vieux réacteurs du Bugey, animé par Joël Guerry à la salle du Petit Angle, 1 rue Président Carnot

Venez nombreuses et nombreux afin de montrer la force du mouvement antinucléaire pour fermer les réacteurs du Bugey.

http://www.sortirdunucleaire.org/Rassem ... ence-54214
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 08 Mai 2018, 22:46

du 11 au 13 mai 2018

Discussions autour de « Pourquoi Mai 68 ? »

Après avoir fêté comme il se doit le retour de la caravane « Center Parcs : ni ici ni ailleurs » (la NINA) à Roybon, interrogeons maintenant « mai 68 » !
Les 11, 12 et 13 mai 2018 seront l’occasion d’en discuter à la maison forestière La Marquise à Roybon.

Pourquoi parler (encore) de Mai 68 ?

Pas pour célébrer ni commémorer, mais plutôt pour interroger.

Le symbole de mai 68 nous détourne du pan le plus subversif et le plus intéressant de son histoire. À nous de creuser sous la couche de vernis spectaculaire dont cet « événement » a été recouvert. C’est dans cet esprit que nous vous proposons de venir en discuter, pour que cette explosion de révoltes ne soit pas fossilisée.

50 ans, c’est peu et c’est beaucoup. Assez pour que nos manières de penser et de faire de la politique aient vraiment changé, trop peu pour que nous puissions dire que ce qui s’est passé à ce moment-là appartient au passé des vieilles pierres.

Pour comprendre les souffles de révolte qui nous animent aujourd’hui et pour imaginer comment aiguiller leur puissance dans les temps à venir, il est sans doute intéressant de se tourner vers celles et ceux qui ont soufflé ces vents juste avant nous, et de retracer l’histoire de la tempête, à travers elles et eux, jusqu’à demain.

Au programme du weekend de discussions :
• Vendredi soir : en introduction, présentation du livre de Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil Une autre histoire des « Trente Glorieuses » en présence de C. Bonneuil. Discussion sur les contestations sociales, politiques, écologistes, de la période allant de l’après-guerre à 68
• Samedi après-midi : discussion avec Claire Auzias autour de son livre Trimards, « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68
• Samedi soir : 68 dans le monde. Extraits vidéos et sonores
• Dimanche après-midi : discussion avec Ludivine Bantigny à propos de son livre 1968, De grands soirs en petits matins, édité cette année

Rien n’a été programmé les matins afin de laisser de la place pour d’autres envies de discussions, d’ateliers, etc. Sentez-vous libres de proposer ! L’envie est présente de notre côté d’échanger sur ce qui se passe en ce moment dans nos luttes, d’esquisser des ponts.

Sur place, nous aurons à notre disposition des livres et des textes sur le sujet. N’hésitez pas à ramener votre propre documentation.

Infos pratiques :
Il y a de la place pour dormir sur place. Contactez-nous si besoins de confort particuliers ! (foret.occupee.roybon@riseup.net)

Pour la nourriture :
• repas partagés le vendredi soir et le samedi midi
• les repas de samedi soir et dimanche midi seront réalisés collectivement. Des équipes cuisines seront constituées parmi les participant.es, pour qu’on gère ça ensemble !

Adresse :
Maison forestière La Marquise
4681 route de la Verne
38940 Roybon

https://rebellyon.info/11-12-13-mai-Roybon-68-19134
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 31 Mai 2018, 16:08

Samedi 2 juin 2018

Marchons pour briser les frontières et la loi Collomb

Samedi 2 juin 2018
à 14h, Place Félix Poulat à Grenoble

Le projet de loi « asile-immigration », présenté par Gérard Collomb, a été voté à l’Assemblée Nationale. Il passera au Sénat (auditions à partir du 6 juin et vote le 18 et 19 juin a priori). Le gouvernement a décidé de passer en procédure accélérée (pas d’aller-retours entre l’Assemblée et le Sénat). Cela signifie que s’il n’y a pas de modification du projet par le Sénat, il sera adopté.

Ce projet de loi, raciste et liberticide, légitime et favorise la chasse aux personnes exilées. Il fait passer les exilé·e·s pour des criminel·le·s et des fraudeur.se.s. Il propose surtout des moyens de répression : pénalisation du passage de frontière (peine de prison possible), augmentation des contrôles, augmentation des enfermements en centre de rétention (y compris pour les enfants) et de la durée de ce dernier, facilitation des expulsions…
C’est un recul dangereux des droits des personnes exilées, qui va dans le sens des courants conservateurs et fascistes.

Les collectifs de sans-papiers de la région parisienne appellent tout le mouvement social à manifester à leurs côtés le samedi 2 juin, de la place de la République au Sénat. Ils exigent la liberté de circulation et d’installation, la régularisation de toutes les personnes sans-papiers, la fin du règlement dit de « Dublin », de la rétention et des expulsions.

À Grenoble, nous appelons à manifester le 2 juin avec les mêmes mots d’ordre et à rejoindre les mobilisations organisées ces prochaines semaines contre les frontières et le harcèlement des personnes exilées.

Le 1er mai, Ismaïl Bokar Deh, travailleur sans-papier en France depuis 18 ans, à été tué par des policiers qui l’ont percuté avec leur véhicule alors qu’il tentait d’échapper à un énième contrôle d’identité. Encore un exemple flagrant du racisme d’Etat et de sa violence, qui ne cessent de se durcir et de se vulgariser.

Le 9 mai, le corps de Blessing Mathew, une Nigériane de 20 ans, était retrouvé dans la Durance. Deux jours plus tôt, elle disparaissait après avoir été poursuivie par les forces de l’ordre, alors qu’elle marchait pour rejoindre Briançon.

Le 18 mai, Mawda, 2 ans, est tuée d’une balle en pleine tête par des policiers belges. Elle était dans une camionnette d’exilé·e·s poursuivie par la police. Ils ont tiré à balles réelles à travers la fenêtre.

Le 18 mai, le corps de Mamadou, un jeune Sénégalais, était retrouvé par des promeneurs dans un bois de la commune de Montgenèvre, frontalière avec l’Italie.

Depuis le samedi 21 avril, des militants d’extrême-droite se mettent en scène régulièrement et publiquement comme des gardiens de la frontière qui traquent, avec la complicité de la justice et de la police, celles et ceux qui tentent de passer la frontière.

En réaction, le 22 avril 2018, un cortège spontané est parti de Clavière (Italie) vers Briançon pour affirmer une solidarité en acte avec les exilé·e·s qui traversent quotidiennement cette frontière et rappeler que les Alpes ne sont pas et ne seront jamais le terrain de jeu des fascistes.

Bastien, Théo et Éléonora, interpelé·e·s au terme de cette marche, sont poursuivi.e.s pour aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire national en bande organisée (le délit de « passeur »). Leur procès a lieu le 31 mai à Gap. Les prévenu.e.s risquent jusqu’à 10 ans de prison ferme et 750 000€ d’amende.

A la suite de ce week end de mobilisation, le gouvernement renforce le dispositif policier aux frontières, s’alignant ainsi sur les revendications de l’extrême droite.
LA POLICE TUE ! LES FRONTIÈRES TUENT ! BRISONS LES ! LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION ! CETTE NOUVELLE LOI, ON N’EN VEUT PAS ! ORGANISONS NOUS !


https://grenoble.indymedia.org/2018-05- ... our-briser
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 15:13

Jeudi 14 juin 2018

Rassemblement contre l’Assemblée Générale du MEDEF

à 16h30, 88 Rue des Martyrs à Grenoble

Mais défiez-vous des Gattazeries !

L’assemblée générale du MEDEF se réunit à Grenoble.

Allons-nous laisser faire ? Bien-sûr que non !! Accueillons le avec la classe iséroise qui nous habite...

Pour un rassemblement contre les Gattazeries réussi, venez nombreux-ses à 16h30 !!!

Lien : https://www.facebook.com/events/1529238130532675/

https://grenoble.indymedia.org/2018-06- ... -Assemblee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 18 Juin 2018, 08:30

Lundi 18 juin 2018

Projection et débat en soutien à l’Espace de Contreculture et Autogestion « La Libertaria » au Venezuela

à 19h30, Ahwahnee, 106 rue des Alliés à Grenoble

Je serais de nouveau en France, Suisse et Belgique de début juin à fin août et ferait une tournée de soutien au portail web Contrapoder.org, Indymedia Vénézuela et à l’Espace de Contreculture et Autogestion qui a ouvert en novembre dans une ferme de quatre hectares des Andes Vénézuéliennes sous forme de coopérative culturelle et agricole « La Cooperactiva ».

Un an après la dernière venue, le Venezuela est toujours meurtri par une classe politique (autant la gauche que la droite) corrompue et répressive, une ultra inflation (3000%, oui ça existe !) qui ne permet pas de manger, ni se soigner, des services publiques en mal fonctionnement quand ils fonctionnent, une délinquance social, policière et militaire débordante. Plus que jamais le peu d’anarchistes qui ne sont pas (et en veulent pas) partis du pays s’organisent par l’entraide et l’autogestion. Comme la nourriture est primordial pour survivre.

La Libertaria sème et récolte de la contreculture et maintenant aussi des cultures organiques, nous présenterons de nouveau le documentaire « Extractivisme au Vénézuela », une présentation du nouveau lieu et la vente de tshirts, si vous voulez organiser quelque chose par chez vous écrivez à lalibertaria@riseup.net ou lalibertaria@contrapoder.org et 0621998155.

Il n’y a pas de voie vers l’autogestion ! La voie c’est l’autogestion !
Le 18 juin à Ahwahnee (106 rue des alliés) à Grenoble pour une projection/débat !

Nous avons besoin de donation de graines bio (carottes, blé, avoine, soja, laitue, pommes, prunes, olivier, tournesol, oignons, chou,betterave,persil, ciboulette etc ), vielles laptos, vieux téléphones portables avec caméra, antennes de wifi, clé usb, cables lan, amplificateur de réseaux, arroseurs, une lame de faux á blé


https://grenoble.indymedia.org/2018-06- ... -Espace-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 04 Juil 2018, 22:52

Vendredi 6 juillet 2018

"Poubelle la vie" Projection sur Bure

Image

Projection du documentaire "Poubelle la vie", le vendredi 6 juillet à 21h30 à Ahwahnee, précédée d’une bouffe vegan à 19h30.

Bure, en Meuse, 91 habitants, est l’un des territoires les moins peuplés de France, essentiellement agricole. Ici est implanté ce qui pourrait devenir le centre de stockage des déchets les plus radioactifs des centrales nucléaires françaises, voire européennes. Ce film automédia a été réalisé en 2015 sur la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, ainsi que les politiques d’acceptabilité sociale, notamment décrites par Michel Callon, sociologue de l’innovation et membre du comité scientifique de l’Andra, l’agence nationale de gestion des déchets radioactifs.

Ce film sera suivi d’une projection sur les évènements de l’été 2016 à l’automne 2017, ainsi que d’une discussion sur la lutte à Bure et sur les problématiques du nucléaire.

Présence d’un infokiosque sur Bure et le nucléaire, n’hésitez pas à apporter votre contribution.

https://cric-grenoble.info/infos-locale ... uillet-643
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 12:38

Jeudi 23 aout 2018

"criminalisation des squats"

Contre la criminalisation des squats incule dans la loi ELAN, le DAL invite à une discussion-apéro. Apportez de quoi grignoter !

à 19h, au 6 rue Jay à Grenoble

Le Sénat a fait passer dans la loi ELAN un amendement anti-squat, réclamé depuis des années par la droite et l’extrême droite.

Cette amendement crée une sanction pénale, 1 an de prison et 15 000 euros d’amende et l’expulsion administrative à l’encontre des personnes qui se sont introduites à l’aide de … voie de fait dans un local à usage d’habitation. Un amendement supprimant la trêve hivernale aux occupants sans titre a été également adopté.

De plus, loin de viser exclusivement les “squatters”, cet amendement menace d’autres personnes, qui pourront être accusées d’être entrées dans les lieux par “voie de fait”, c’est à dire, en l’absence de l’autorisation du propriétaire. En effet, dès lors que l’occupant ne pourra démontrer que le propriétaire avait donné son accord, l’occupant sera jugé délinquant. Sont visées :

Les squatters par nécessité, par exemple les familles et personnes sans abris, qui s’installent dans des locaux d’habitation vacants, comme par exemple :
– les familles réfugiées de la cité de l’air à Athis Mons,
– les sans abris qui occupent une maison de retraite municipale à Rouen
– ou ceux qui occupent avec le DAL un bâtiment hospitalier dans le centre de Toulouse….
Les squatters artistiques ou alternatifs qui recherchent des locaux pour créer des œuvres ou des alternatives, dans de nombreux lieux en France.
Les habitants victimes d’une escroquerie au faux bail, et qui de bonne foi et après avoir payé la caution et le 1er mois de loyer à un escroc se retrouvent face au vrai propriétaire
Les habitants restés dans le logement après le départ du locataire en titre
Les locataires exploités par des marchands de sommeil ou des bailleurs indélicats, qui font disparaître toute trace de la location afin de mieux imposer le silence à leur victimes ou dissimuler des ressources non déclarée …
Les personnes hébergées (qui peuvent être des proches) en conflit avec le propriétaire ou l’occupant en titre
Des personnes qui louent une chambre contre services, sans contrat

Pour en parler et organiser une riposte, rendez-vous le jeudi 23 août au 6, rue Jay à 19h. Présence à confirmer d’une avocate du syndicat de la magistrature et de la fédération Droit au Logement.


https://cric-grenoble.info/infos-locale ... ue-jay-684



"Un pompier pyromane - L’ingérence française en Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny à Ouattara"

Présentation du nouvel ouvrage de Survie "Un pompier pyromane - L’ingérence française en Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny à Ouattara"
Présentation par David Mauger, co-auteur avec Raphaël Granvaud de ce nouveau Dossier noir, qui paraît ce lundi 20 août.

20h30, Antigone, 22 rue des Violettes à Grenoble

« Dans la nuit, plusieurs dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues à l’appel de Charles Blé Goudé, leader des “jeunes patriotes”, et se dirigent vers l’aéroport et la base militaire française. Les Ivoiriens se heurtent rapidement aux hélicoptères et aux chars des soldats français, qui tirent à balles réelles et à la grenade offensive, faisant une trentaine de morts. Le lendemain, l’état-major français ne reconnaît pourtant que “des tirs d’intimidation”. Le soir, le général Bentégeat admet qu’ils ont “peut-être blessé ou même tué quelques personnes”, mais ne parle que de “pillards” et se déclare “très fier de la réaction qu’a eue le détachement Licorne. Ils ont montré qu’on ne tue pas impunément les soldats français”. La suite des événements confirmera qu’on peut en revanche tuer impunément des civils ivoiriens. »

Derrière une neutralité affichée, la France n’a cessé d’intervenir dans la vie politique ivoirienne, défendant âprement ses intérêts économiques et son influence régionale. De la mort d’Houphouët-Boigny à la chute de Gbagbo, tout l’arsenal de la Françafrique s’est déployé en Côte d’Ivoire : diplomatie parallèle, réseaux officieux, affaires troubles, coups tordus et crimes de guerre.

La présentation par un des co-auteurs, ça se passe jeudi à partir de 20h30 à la librairie-bibliothèque Antigone (22 rue des Violettes, Grenoble). Entrée à prix libre.

Un événement du programme "hors les murs" de l’université d’été des mouvements sociaux.

https://cric-grenoble.info/infos-locale ... igny-a-691
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 21:11

Jeudi 6 septembre 2018

Années 68 : Présentation à Antigone de deux livres par leurs autrices Lola Miesseroff et Claire Auzias

Deux autrices viennent à Antigone nous présenter leurs ouvrages autour des années 68 :
– “Voyage en outre gauche” paroles de francs-tireurs des années 68 par Lola Miesseroff
– “Trimards” pègre et mauvais garçons de mai 68 par Claire Auzias
La présentation sera suivie d’une discussion.

à 20h, 0uverture de la bibliothèque dès 18h30 / Prix libre
Antigone, 22 rue des Violettes à Grenoble

Image

Image

https://cric-grenoble.info/infos-locale ... s-lola-695
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 13:03

Samedi 15 septembre 2018

Apéro de rentrée de la BAF

c’est la rentrée de la BAF, venez a partir de 15h pour des jeux, un apéro et des concerts !

a partir de 15h : convivialité, petits jeux et autres joyeusetés
vers 19h30 : repas vegan
a partir de 20h30 concerts :
- Trashknife (punk Philadelphie)
- maudit dragon (solo-project Grenoble)

https://cric-grenoble.info/infos-locale ... la-baf-714
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Grenoble et Isère (38)

Messagede bipbip » 27 Sep 2018, 19:20

Appel à soutiens pour la BAF

Salut,

la BAF est un centre social autogéré se situant au 2, chemin des Alpins, au sud de Grenoble (quartier des Alliés). La BAF se veut être un espace non marchand, un espace de rencontre pour lutter contre les oppressions. C’est un lieu qui se construit autour de principes égalitaires, anticapitalistes et horizontaux. Tu connais peut-être déjà cet endroit en y ayant mis les pieds à l’occasion d’une des activités "régulières" (bibliothèque féministe, monstrueuses permanences, cours de français, soirées jeux, etc.) ou lors d’évènements ponctuels (discussions, concerts, proj, etc).

Malheureusement, comme tous les autres lieux anti-autoritaires, la BAF existe dans le monde réel, dont les modalités diffèrent assez nettement de celles qu’on essaie de construire. En particulier, les locaux que la BAF occupe sont loués à un propriétaire privé depuis 2011. Le paiement du loyer, qui avoisine les 600€, est garanti par des dons mensuels provenant d’un ensemble de personnes se sentant proches de la BAF et souhaitant contribuer financièrement à son maintien. Ces dons réguliers évoluent au fil du temps, suivant les départs et arrivées de chacun.e. Depuis un peu plus d’un an, les dons mensuels ne couvrent plus notre loyer ; ce qui veut dire que la BAF est déficitaire, et qu’elle prélève de l’argent sur sa trésorerie afin de régler son loyer. Le manque à couvrir est de l’ordre de 150€.

Bien que pour l’instant, il n’y ait pas urgence, cette situation financière ne saurait devenir pérenne. C’est pourquoi nous avons collectivement décidé de lancer cet appel à don, afin que la BAF puisse retrouver une situation d’équilibre financier. Peu importe le montant, tous les dons réguliers seront appréciés. Si jamais tu veux et peux soutenir financièrement la BAF, tu peux venir à un des évènements, ou alors à une des permanences (le samedi de 15h à 18h), ou bien encore écrire à labaf -at- gresille -point- org. Merci.

La BAF


https://cric-grenoble.info/infos-locale ... la-baf-730
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité