Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 11 Déc 2016, 02:56

Dimanche 11 décembre 2016 à 16h30

Notre-Dame des Landes, le précédent japonais

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 14 Déc 2016, 09:37

Ce mercredi 14 décembre 2016 à 20h

Projection « Les vivants et les morts »
Film de Gérard Mordillat
en présence de Gérard Mordillat

L'Université populaire et libertaire du XIe arrondissement, le Ciné de la Commune vous invitent à la projection du film Les vivants et les morts (épisode 8) de, et en présence de Gérard Mordillat.

Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste.

Entrée libre.

Rudi et Dallas travaillent à la Kos, une usine de fibre plastique. Le jour où l'usine ferme, c'est leur vie qui vole en éclat, alors que tout s'embrase autour d'eux. Entre passion et insurrection, les tourments, la révolte, les secrets de Rudi et Dallas et ceux d'une ville où la lutte pour la survie dresse les uns contre les autres, ravage les familles, brise les règles intimes, sociales, politiques. Dans ce monde où la raison financière l'emporte sur le souci des hommes, qui doit mourir ? Qui peut vivre ?



Vendredi 16 décembre à 19h30

Projection « Le labyrinthe de Pan »
Film réalisé par Guillermo del Toro - 2006

Organisée par le Group Salvador Segui de la Fédération anarchiste

Entre l'onirisme du conte et la cruauté de l'Espagne fasciste de 1944.

Le Labyrinthe de Pan (El laberinto del fauno) est un film fantastique hispano-mexicain de Guillermo del Toro, sorti en 2006.

Le film se déroule un peu après la guerre d'Espagne et son personnage principal, la jeune Ofelia, est désignée par un faune comme la princesse d'un monde souterrain. Elle doit réussir trois épreuves pour le regagner tandis que sa mère, enceinte, est de plus en plus malade et que son beau-père, le cruel capitaine Vidal, traque la guérilla anti-franquiste de la région.

L'histoire est une parabole inspirée par les contes de fées dans laquelle del Toro explore des thèmes qu'il avait déjà évoqués dans L'Échine du Diable (2001). Les traductions en français et en anglais du titre du film font référence au dieu Pan mais del Toro a précisé que ces traductions étaient inexactes et que le faune du film n'avait aucun rapport avec Pan.

Tourné dans la sierra de Guadarrama en 2005, le film a été présenté pour la première fois au festival de Cannes 2006 et a été à sa sortie très bien accueilli par le public et la critique. Il a remporté de nombreux prix, dont trois Oscars du cinéma et le prix Hugo du meilleur film.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 16 Jan 2017, 23:49

Mercredi 18 janvier 2017 à 20h

Projection « Le Cuirassé Potemkine »

L'Université populaire et libertaire du 11ème arrondissement, le Ciné de la Commune vous invitent à la projection du film Le Cuirassé Potemkine, un film soviétique muet réalisé par Sergueï Eisenstein, sorti en 1925. Il traite de la mutinerie du cuirassé Potemkine dans le port d'Odessa en 1905, de l'insurrection et de la répression qui s'ensuivirent dans la ville.

Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste.

Entrée libre.

Image



Jeudi 19 janvier 2017 à 19h30

Débat avec Laurent Ott « La rage du social. »

Rencontre et débat avec Laurent Ott pour son livre La rage du social (Editions du monde Libertaire)

Le travail social est aujourd'hui en crise comme tous les secteurs et toutes les institutions. C'est en dehors des institutions, des structures, et des pratiques traditionnelles que s'invente, ou s'inaugure jour après jour, le travail social de demain.

Celui-ci expérimente d'autres modalités d'intervention : le travail hors cadre et hors institutions au plus près des publics et des groupes marginalisés. Bien que minoritaires et précarisées, ces expériences existent et se répandent. Elles appellent l'ensemble des acteurs éducatifs et sociaux, au delà des cloisonnements (professionnels / usagers), ou par secteur (l'Ecole, l'Education populaire, l'Education spécialisée) à s'approprier leurs pratiques, leurs terrains et l'ingénierie de leur intervention.

Les textes réunis dans ce recueil sont directement liées aux pratiques concrètes qui les inspirent. Ils sont écrits par un seul auteur mais s'inspirent d'une expérience plurielle et collective. Ils traitent des questions vives de l'intervention sociale et éducative dans une perspective engagée.

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 19 Jan 2017, 22:19

Samedi 21 janvier 2017 à 16h30

Présentation-débat « Politique de l'extrême centre »

Présentation-débat en compagnie de l'auteur à Publico de
Politique de l'extrême centre, préface à La médiocratie et à Gouvernance d'Alain Deneault (LUX, collection poche « Pollux »)

Image

« L'extrême-droite survient comme une prothèse de l'esprit auprès des spectateurs las [des intrications de la « gauche » au pouvoir]. La pulsion de mort est son moteur, la fin de la pensée complexe son fantasme et l'éradication de toute différence sa solution. Il s'agit moins pour elle d'œuvrer à l'édification de quelque peuple qu'à son enfermement dans une représentation sclérosée qu'on lui tend tel un miroir. » Alain Deneault, Politique de l'extrême centre.

Une « révolution anesthésiante » rend nécessaire, entre autres pratiques, de « borner sa pensée aux sentiers battus établis par l'institution », de bannir toute critique de la social-démocratie alors qu'elle « contribue à la pérennisation du capitalisme jusqu'à pousser sa puissance de destruction à ses dernières limites », de « châtrer la curiosité » et, en milieu professionnel, d'accepter d'être considéré.e seulement comme une « ressource humaine », c'est-à-dire un pion.

Le conformisme est de rigueur, sous peine d'être accusé.e de donner dans « "l'ultra-gauche", le "terrorisme", le "populisme" ou l'"archaïsme" - [des étiquettes définitives] toujours à disposition pour mettre hors-jeu la critique » : autrement dit « il faut penser mou et le montrer ».Alors, il est temps de « remplacer la rengaine "qu'est-ce qu'on peut faire ?" par "On fait quoi ?"
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 24 Jan 2017, 01:51

Jeudi 26 janvier 2017 à 19h30

Présentation de La Fabrique du Musulman (Libertalia)

Nedjib Sidi Moussa présentera son livre La Fabrique du Musulman, paru aux éditions Libertalia, le 26 janvier 2017 à Publico (145 rue Amelot 75011 Paris) à partir de 19h30.

L’auteur :
Nedjib Sidi Moussa est né en 1982 à Valenciennes dans une famille de réfugiés messalistes. Engagé à gauche, il a été assistant d’éducation, analyste politique et enseignant dans plusieurs universités. Docteur en science politique, il a fait paraître une dizaine d’articles scientifiques sur l’Algérie. Il écrit également de la poésie.

Son livre :
« La fixation permanente sur les présumés musulmans, tantôt dépeints comme des menaces à l’ordre public ou des victimes du système – parfois les deux à la fois –, s’inscrit complètement dans le réagencement en cours de la société française. Car le vrai “grand remplacement” concerne celui de la figure de l’Arabe par celle du “Musulman”, de l’ouvrier immigré par le délinquant radicalisé, du “beur” engagé par le binational déchu. »

En revenant sur les processus à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, cet essai souligne le rôle des politiques, toutes tendances confondues, dans la propagation d’une fièvre identitaire qui brouille les clivages économiques et sociaux. Il interroge l’inclination de certaines tendances de la « gauche de la gauche » qui s’allient par opportunisme ou aveuglement avec des courants réactionnaires censés représenter les quartiers populaires. Il met en lumière l’action combinée de racistes, antiracistes et entrepreneurs communautaires qui conduit à la formation d’une nouvelle caste travaillée par les obsessions religieuses ou raciales. Et cela, à l’image du reste de la société fragilisée par les politiques antisociales des gouvernements et apeurée par le terrorisme islamiste.

https://paris-luttes.info/presentation- ... ue-du-7385
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 27 Jan 2017, 01:59

Vendredi 27 janvier 2017 à 19h30

Projection - débat « La mise à mort du travail »

Le Groupe Salvador Segui de la Fédération Anarchiste organise la projection (partielle) du documentaire "La mise à mort du travail", documentaire de Jean-Robert VIALLET, sorti en 2009.

Une discussion autour des thèmes abordés dans le documentaire suivra la projection.

Dans un monde où l'économie n'est plus au service de l'homme mais l'homme au service de l'économie, les objectifs de productivité et les méthodes de management poussent les salariés jusqu'au bout de leurs limites. Jamais maladies, accidents du travail, souffrances physiques et psychologiques n'ont atteint un tel niveau. Des histoires d'hommes et de femmes chez les psychologues ou les médecins du travail, à l'Inspection du Travail ou au conseil des prud'hommes qui nous révèlent combien il est urgent de repenser l'organisation du travail



Samedi 28 janvier 2017 à 16h30

Quelle justice pour les anarchistes ?

Débat autour du dernier numéro 37 de Réfractions

Si la justice consiste à évaluer le comportement des individus en fonction d'un ensemble de lois morales ou juridiques, et à les punir s'ils les transgressent, alors il est évident que les anarchistes la rejetteront toujours. Du moins est-ce le cas dans une société dont les lois ne sont que l'expression d'une autorité illégitime.

Mais qu'en serait-il dans un groupe ou dans une société anarchistes ? Si les lois sont énoncées de façon égalitaire par des individus libres et autonomes qui s'associent et décident en commun de leur destin, comment les faire appliquer ? Comment réagir en cas de transgression ?

Le numéro 37 de la revue Réfractions s'est intéressé à cette question sous plusieurs facettes.
• D'abord en réfléchissant à ce que peut être une justice proprement anarchiste, fondée sur la délibération et la réparation plutôt que sur la vengeance ou le châtiment.
• Mais aussi en se demandant dans quelle mesure les figures controversées du juge, voire du policier, seront amenées à disparaître dans une telle situation.
• Enfin, en posant la question du lien entre anarchisme et transgression : finalement, l'irrespect des lois, quelles qu'elles soient, n'est-il pas le cœur de l'attitude libertaire ?

A partir de ces questionnements et d'une présentation des grands axes du numéro (qui comporte des articles sur Godwin, Novatore, les jeux auto-arbitrés ou encore le Chiapas et le Rojava), un débat sera organisé sur le thème du rapport en droit, justice et anarchisme.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 15 Fév 2017, 02:19

Samedi 18 février 2017 à 16h30

Rencontre et débat avec Pierre Bance autour de son livre :

UN AUTRE FUTUR POUR LE KURDISTAN ?
Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique (Editions Noir et Rouge)

Image

Le Confédéralisme démocratique serait-il la dernière chance du socialisme ?
Alors qu’un peu partout dans le monde revient le débat sur la démocratie (représentative, participative ou directe), sur l’organisation (parti, autonomie ou fédéralisme), sur la stratégie (conquête du pouvoir ou action en marge), sur l’autre futur (État démocratique ou société sans État), la révolution que mènent les kurdes en Turquie et en Syrie apporte des réponses concrètes, particulièrement au Rojava libéré de Bachar al-Assad et de l’État islamique. Des réponses porteuses d’autant d’interrogations :
● La société sans État est un but affirmé sans ambiguïté, mais, pour y arriver, la phase transitoire d’autonomie démocratique est-elle la meilleure voie ?
● La démocratie directe est proclamée, mais est-elle exercée ?
● Le parti devrait céder devant la fédération des communes autonomes, mais en a-t-il l’intention ?
● Le pouvoir est à détruire, un proto-gouvernement répond-il à cette finalité ?
À ces questions ce livre apporte des éléments de réponse tant sur les bases théo-riques du municipalisme libertaire et du confédéralisme démocratique que sur leur mise en oeuvre dans les institutions et la société, pour que chacun se fasse une opinion.

Dans la presse, chez les militants de gauche ou les politologues, on parle beaucoup des exploits des combat-tants et combattantes kurdes. Pour-quoi réussissent-ils, là où les autres échouent ? Parce qu’au-delà de la défense de leur identité, une idée nouvelle leur fait espérer un autre futur : le confédéralisme démocratique. Et de cela, on ne parle pas.
Au début des années 2000, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) abandonne le marxisme-léninisme et son ambition de construire un État-nation kurde. Il adopte alors l’idée et la stratégie du confédéralisme démocra-tique pensé par son leader, Abdullah Öcalan, lui-même fortement influencé par le municipalisme libertaire du phi-losophe américain Murray Bookchin qui place l’écologie sociale comme moteur de la révolution. Les organisa-tions de la société civile (associations, syndicats, coopératives, communau-tés ethniques et religieuses, partis…) se mettent en réseau sans que leur stratégie exclut la conquête de munici-palités et l’élection de parlementaires. Le but est de marginaliser l’État et finir par le rendre inutile, tout comme le capitalisme. Le confédéralisme démo-cratique ne se limite pas au Kurdistan, il a une vocation universelle.
En Turquie, le PKK souhaitait aban-donner la lutte armée pour se consa-crer à la fédération, déjà bien engagée, des communautés kurdes dans le cadre d’une nouvelle constitution tur-que. Le processus de paix ayant été rompu en 2015 par le gouvernement turc, une lutte acharnée se poursuit sur les terrains militaire, social et politique.
Au Nord de la Syrie, le Rojava, sous contrôle du Parti de l’union démo-cratique (PYD), s’organise selon l’auto-nomie démocratique, phase préalable au confédéralisme démocratique. Un « gouvernement » appelé auto-administration démocratique assure la gestion de la région. Ce pouvoir se dissoudra-t-il dans la société civile confédérée ou maintiendra-t-il un État ? Dit autrement, le fédéralisme libertaire sera-t-il assez fort pour vaincre le fédéralisme politique mis en place et justifié par la conduite d’une guerre incertaine ?
Tout n’est pas parfait au Rojava, l’État n’a pas disparu, la démocratie directe est loin d’être générale, et le fédéra-lisme libertaire des communes auto-administrées balbutie. Cependant, trouve-t-on ailleurs une telle volonté radicale de changement dans un contexte politique, culturel et militaire si peu propice ? La révolution ne se fait pas en un jour, alors pourquoi douter que les Kurdes parviennent à cons-truire un autre futur d’émancipation ? Leur expérience est un exemple, non un modèle, pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le mouvement social.

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, a été directeur des Éditions Droit et Société de 1985 à 2008. Anarchiste et syndicaliste, ses derniers travaux sont publiés sur le site Autre futur.net (http://www.autrefutur.net/).
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 19 Fév 2017, 05:03

Mercredi 22 février 2017 à 20h

Projection : Nestor Makhno, Paysan d’Ukraine

Le Ciné de la Commune vous propose dans le cadre de son cycle Russe : Nestor Makhno, Paysan d’Ukraine, un film d’Hélène Châtelain, présenté par Stéphane Gatti

Ce documentaire dresse un portrait de Nestor Makhno, à travers l’histoire, de la révolution de 1905 (qui le conduisit en prison pendant neuf ans) à la création de la Makhnovtchina en 1918, jusqu’en 1921, lors de sa condamnation à mort et son exil à Paris.

Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération Anarchiste
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 20 Mar 2017, 08:46

Mercredi 22 mars 2017 à 20h

Projection débat « Écoutez Marcel Body »

L'Université populaire et libertaire du 11ème arrondissement, le Ciné de la Commune vous invitent à la projection du film :

Ecoutez Marcel Body (1984, 57 minutes)
en présence du réalisateur Bernard Baissat

Image

Marcel Body est né à Limoges en 1894, dans une famille de céramistes. Il choisit le métier de typographe. En 1916, il fait partie de la mission militaire française en Russie. D'abord spectateur de la révolution, puis entraîné par les évènements, il se rallie aux bolcheviks et milite dans leurs rangs. C'est là qu'il côtoie Lénine, Trotski, Zinoviev, Staline… Devenu citoyen soviétique, il occupe un poste diplomatique en Norvège aux côtés d'Alexandra Kollontai. Hostile à l'évolution du régime, il réussit à regagner la France en 1927 et se consacre à des travaux de traduction des oeuvres de Boukharine, Trotski, et surtout Bakounine. Il a 90 ans quand il évoque les principales étapes de sa vie avec Alexandre Skirda.

Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste.

Entrée libre.

http://www.librairie-publico.info/?p=2351
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 25 Mar 2017, 12:48

Dimanche 26 mars 2017 à 16h30

Projection du film "Vivre l’Utopie"
Projection d’un documentaire sur la révolution espagnole de 1936, suivie d’une discussion sur l’idéal anarchiste révolutionnaire aujourd’hui.


Vivre l’utopie (1997, 95 minutes) retrace, à travers images et témoignages, l’histoire de la révolution espagnole et de l’application concrète de l’autogestion par plusieurs millions de personnes.

Espagne, juillet 1936, en réponse au coup d’État fasciste, le peuple prend les armes et repousse les militaires. De vastes régions s’organisent sans gouvernement et, dans nombre d’endroits, l’argent est aboli. Usines et transports sont collectivisés, et de nombreux villages mettent en place des collectivités où les terres sont rassemblées et où les richesses produites sont redistribuées selon le principe  : de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. «  Un jour, le peuple s’est couché pauvre et s’est réveillé riche, parce qu’il a mangé tout le pain qu’il voulait, alors qu’avant il ne pouvait que supporter sa faim.  »

«  Que la ville expédie aux villages, non des commissaires, ceints d’écharpes rouges ou multicolores, signifiant au paysan le décret de porter ses denrées à tel endroit, mais qu’elle les fasse visiter par des amis, des frères disant  : “Apportez-nous vos produits  ; et prenez dans nos magasins toutes les choses manufacturées qui vous plairont.” Et alors les denrées afflueront de toutes parts. Le paysan gardera ce qu’il lui faut pour vivre, mais il enverra le reste aux travailleurs des villes, dans lesquels — pour la première fois dans le cours de l’histoire — il verra des frères et non des exploiteurs.  » (La conquête du pain)

La projection sera suivie d’un débat  : En ces temps de résignation électoraliste, que reste-t-il de l’idéal anarchiste révolutionnaire  ?

entrée libre.

À l’initiative du groupe libertaire d’Ivry.

https://paris.demosphere.eu/files/impor ... 921f68.jpg

https://paris-luttes.info/projection-de ... topie-7206
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 06 Avr 2017, 22:29

Samedi 8 avril 2017 à 17h

Contingent rebelle.
Récit d'un réfractaire au service militaire dans les années 1970


Rencontre et débat avec Patrick Schindler autour de son livre
Contingent rebelle. Récit d'un réfractaire au service militaire dans les années 1970 (Editions L'Echappée)

Image

« À bas l'armée et toute autorité ! » Le service militaire a une longue histoire. Depuis la Révolution française, il a été l'objet de bien des polémiques. Des bataillons de conscrits soumis s'y sont rendus en traînant des pieds. Les sketches qui lui ont été consacrés ne faisaient rire que ceux qui avaient eu la malchance de le connaître. Les jeunes générations ont souvent du mal à imaginer que ça a pu exister - jusqu'au début des années 2000 ! -, et ce qu'on y faisait vraiment. Perte de temps, apprentissage de l'autorité, de la violence et de la magouille. Seul point positif : savoir faire son lit « au carré ».

Dans la foulée de Mai 68, un petit groupe de militants décide qu'il est temps de changer les choses. En 1974, il diffuse l'Appel des Cent qui remet en cause l'immuable institution. Il exige l'instauration de syndicats de soldats et de la liberté de la presse à l'armée. C'est une traînée de poudre. En quelques mois, l'appel recueille plus de 6 000 signataires. Manifestations en uniforme sur tout le territoire, grèves de la faim, résistances quotidiennes... Face à la révolte généralisée, le gouvernement prend enfin conscience du refus de la jeunesse de se laisser embrigader.

Ce livre raconte cette histoire, quasiment oubliée aujourd'hui, et nous plonge au cœur de ce qu'était le service militaire à travers l'aventure singulière et haute en couleur d'un des signataires qui y a fait les 400 coups avec la ferme intention de « mettre les casernes à feu et à sang » !

http://www.librairie-publico.info/?p=2407
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 20 Avr 2017, 13:58

Jeudi 20 avril 2017 à 19h30

Nouveaux fragments épars pour un anarchisme sans dogmes

Rencontre et débat avec Tomas Ibanez : Nouveaux fragments épars pour un anarchisme sans dogmes (Editions Rue des cascades)

Image

Les premiers Fragments épars pour un anarchisme sans dogmes sont parus il y a sept ans. Les deux livres diffèrent l'un de l'autre : le premier recueillait des textes dispersés sur près d'un demi-siècle, les Nouveaux fragments ne contemplent que ceux écrits dans les cinq dernières années ; le premier ouvrage adoptait une présentation chronologique, le second est agencé thématiquement. Mais la volonté d'aiguiser la force critique de la pensée anarchiste et la conviction que sa vitalité l'autorise à se maintenir ouverte aux quatre vents sont communes aux deux livres.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 24 Avr 2017, 19:24

Mercredi 26 avril 2017 à 20h

L’Université populaire et libertaire du XIe arrdt, Commune de Paris
LE CINE de la COMMUNE
Vous propose
Un film de Nicolas Eprendre et en sa présence

Alexandra David-Neel, Engagements de Jeunesse

Ce film est actuellement diffusé dans le cadre de l’exposition « Alexandra David Néel, Une Femme Engagée » à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Lorsque Nadine Gomez, l’une des deux commissaires de cette exposition a pris contact avec moi, c’était avec le souhait d’en savoir plus sur la relation d’Alexandra David avec Elisée Reclus. Dans mon précédent film « Elisée Reclus, la passion du monde », je n’avais pas encore abordé les années bruxelloises de l’anarchiste. Avec Alexandra David-Néel, j’ai donc repris mes recherches sur le milieu anarchiste belge au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces recherches sont encore en cours, mais il m’est peu à peu apparu que l’implication d’Alexandra David dans le milieu anarchiste bruxellois précède sa rencontre avec Reclus d’une part et est plus importante que ce qu’en disent ses biographes.

La commande de la Bibliothèque de l’Alcazar était particulièrement axée sur l’engagement féministe de la future exploratrice. J’ai souhaité mettre en lumière la cohérence du parcours d’Alexandra dans sa vie comme dans ses nombreux centres d’intérêt, théosophie, féminisme, anarchisme, franc-maçonnerie, religions asiatiques, bouddhisme. Par son parcours, l’écrivaine-exploratrice refuse le destin des femmes de son époque. Dès lors ses intérêts et ses choix vont se porter vers des pensées qui nourrissent sa position : l’anarchisme lui parle de liberté, d’émancipation, d’union ou d’amour libre, et la mène vers le féminisme, elle qui déjà recherchait l’indépendance financière et morale, la possibilité de voyager. L’influence d’Elisée Reclus est donc décisive : Alexandra acquiert ainsi la certitude que pour s’imposer dans le monde masculin des savants, il faudra qu’elle accomplisse quelque chose d’extraordinaire.

Entrée libre.
Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération Anarchiste
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 27 Avr 2017, 08:15

Vendredi 28 avril 2017

Projection - débat « Compliance »

Le groupe Salvador Segui de la Fédération Anarchiste organise la projection du film Compliance de Craig Zobel sorti en 2012. La projection pourra être suivie d'une discussion autour d'un verre.

à 19h30, Librairie du Monde libertaire - Publico, 145 rue Amelot, Paris 11e

Image

Synopsis :
Lors d'une journée particulièrement chargée, Sandra, gérante d'un fast-food d'une banlieue de l'Ohio reçoit l'appel d'un policier accusant l'une de ses employées d'avoir volé un client. Le croyant sur parole, Sandra place Becky sous surveillance, entrant ainsi dans une situation qui va bientôt tous les dépasser.

https://paris.demosphere.eu/rv/53440
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Publico, librairie du Monde libertaire (FA), évènements

Messagede Pïérô » 04 Mai 2017, 22:50

Vendredi 5 mai 2017 à 19h30

Rencontre
« Octave Mirbeau 1848-1917. Le gentleman-vitrioleur »


Rencontre et débat avec Alain (Georges) Leduc autour de son livre
‌Octave Mirbeau 1848-1917. Le gentleman-vitrioleur (Les Editions Libertaires)

Image

Il faut absolument, aujourd'hui, pour de multiples raisons, lire et relire Octave Mirbeau, l'auteur du Journal d'une femme de chambre, du Jardin des supplices et, surtout, à l'heure où le système politicien s'en va plus que jamais en guenilles, les affaires sont les affaires.

« On vit en travaillant… On ne s'enrichit qu'en faisant travailler. » (Le Foyer, 1908)

« Les lois sont toujours faites pour les riches contre les pauvres. » (Dépopulation, 1900)

De ses prises de position radicales aux côtés d'Emile Zola, au moment de l'affaire Dreyfus, pour lequel il s'engagea virulemment, à sa solidarité active vis-à-vis d'Oscar Wilde persécuté pour son homosexualité, ou encore à l'anarchiste Jean Grave, qu'il soutint financièrement lorsque celui-ci fut emprisonné à Sainte-Pélagie, toute sa vie ne fut que résistance à la bêtise et lutte pour l'émancipation humaine.

Son engagement total, irrévocable, dans sa pratique littéraire comme dans les combats esthétiques et politiques de son temps, font de cet écrivain un mentor, pour qui la création ne fut jamais simple affaire d'effusion et de divertissement. Mirbeau fut de toutes les luttes de son époque, comme en témoignent ses infatigables combats auprès des opprimés et des laissés-pour-compte.

Pamphlétaire, critique d'art, romancier novateur, auteur dramatique, il a partout déployé ses talents d'écrivain. Sa maîtrise et la fertilité de sa langue invitent à la traversée d'une œuvre magistrale.

L'écriture d'Octave Mirbeau, dans quelque domaine qu'il œuvre, se voit toujours dotée d'une fonction politique.

Alain (Georges) Leduc tente ici, un siècle après la mort de cet écrivain majeur, une nouvelle approche de la vie et de l'œuvre de cet anarchiste exemplaire, ce parfait « gentleman-vitrioleur Alain (Georges) Leduc, écrivain, critique d'art (membre de l'A.I.C.A., l'Association internationale des Critiques d'Art), et socio-anthropologue (membre de l'A.I.S.L.F., l'Association internationale des Sociologues de Langue française), est né en 1951.

Ses Chevaliers de Rocourt ont obtenu le Prix Roger-Vailland 1991 ; son dernier roman, Vanina Hesse, est ressorti en poche (2012) aux Éditions La Musardine.

Après avoir écrit Résolument moderne. Paul Gauguin céramiste, paru en 2004, il est aussi l'auteur d'un essai, Art morbide. Morbid art. Sur la présence de signes fascistes, racistes, sexistes et eugénistes dans l'art contemporain (repris en poche chez Delga, en 2007).

Il a rédigé récemment un certain nombre de notices dont celle d'Octave Mirbeau dans le Dictionnaire des sexualités, publié en 2014 chez Laffont, en collection « Bouquins ». Membre du conseil d'administration de la Société Octave Mirbeau, il est un collaborateur régulier des Cahiers Octave Mirbeau.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21662
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité