Poitiers et Vienne (86)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Poitiers et Vienne (86)

Messagede Bibo » 27 Aoû 2009, 13:26

création d'un groupe FA

Après un début d'existence comme "liaison" (faible nombre de personnes souhaitant former un groupe), une augmentation des effectifs fait qu'un véritable groupe FA vient de se former sur Poitiers.
Voilà leur contact : f.anar.86@gmail.com
Bibo
 

Re: Poitiers

Messagede conan » 27 Aoû 2009, 13:49

Les gen-te-s du groupe Pavillon Noir de la fédération Anarchiste se veulent anticapitalistes, décroissant-e-s, antisexistes, antiracistes, antifascistes ; elles-ils invitent d'ores et déjà toutes celles et tous ceux qui partagent leurs valeurs à les contacter.
Au passage, dès la rentrée sur Poitiers pas mal de choses sont annoncées localement : rassemblement mensuel sans-papiers, stage désobéissance civile, journée anticarcérale... il y a de quoi faire. Pour les intéressé-e-s, écrire au contact donné par le Bibo.
conan
 

Re: Poitiers

Messagede Pïérô » 01 Nov 2010, 11:48

Forum antirépression à Poitiers les 13 et 14 novembre 2010

Programme du forum anti-répression de Poitiers les 13 et 14 novembre, organisé par le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, http://www.antirep86.fr/ :


Image


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Poitiers

Messagede JPD » 02 Nov 2010, 15:01

Les samedi 13 et dimanche 14 novembre 2010 le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux organisera à Poitiers une rencontre-forum à l’image de celle que nous avons tenue le 5 décembre dernier (Cf. http://www.antirep86.fr/2009/12/13/comp ... mbre-2009/ ).

PROGRAMME



Samedi 13 novembre 2010
-

14h-14h30 : Accueil et présentation
-

14h30-16h15 : Faut-il bruler les prisons ? Avec Laurent Jacqua auteur de La guillotine carcérale, silence on meurt.


- 16h45-18h30 : Politiques sécuritaires envers les Roms et les gens du voyage Avec Xavier Rothéa auteur de France, pays des droits des Roms ? Gitans, Bohémiens, gens du voyage, Tsiganes... face aux pouvoirs publics depuis le XIXe siècle et des associations et collectifs locaux.


- 18h30-20h Apéro - repas.


- 20h : La répression dans la situation politique actuelle avec des collectifs et comités antirépression venant de toute la France

Dimanche 14 novembre 2010
10h L'ennemi intérieur et le mouvement social avec Mathieu Rigouste chercheur en sciences sociales à l'université Paris-VIII-Saint-Denis et auteur de L'ennemi intérieur.

Lieu : Centre Socio-Culturel des 3 Cités - Poitiers

Contact :
[url]antirep86@free.fr
[/url]
JPD
 
Messages: 328
Enregistré le: 30 Avr 2009, 05:20

Re: Poitiers

Messagede JPD » 10 Nov 2010, 15:56

Logo2CAR-300x101.jpg
Logo2CAR-300x101.jpg (14.04 Kio) Vu 2818 fois



Lors d’une réunion avant-hier, lundi 8 novembre, à la mairie de Poitiers avec les présidents, les administrateurs et les directeurs des maisons de quartier, M. le député-maire Alain Claeys a été très clair : la salle place de France du centre socioculturel des Trois-Cités étant une salle municipale, la mairie a son mot à dire et peut interdire de la prêter ou de la louer. Ces propos aussi fermes que surprenants visaient le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux et le Forum antirépression organisé par lui dans cette salle le week-end prochain (13 et 14 novembre).

En effet, les Verts, soutiens du Comité, avaient loué la salle place de France à cette fin avant de se retirer devant la menace de suppression des subventions données par l’Etat au centre socioculturel des Trois-Cités ; mais les Alternatifs, autres soutiens du Comité, se sont ensuite portés volontaires pour la réserver : M. Claeys va-t-il maintenant leur interdire de le faire, et censurer ainsi le Forum antirépression ?

Pour des raisons qui ne semblent concerner que ses relations avec la préfecture, et qui donc dépassent le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, M. Claeys nous avait déjà fait savoir jeudi dernier – soit à peine plus d’une semaine avant la tenue du Forum – qu’il serait « sage » de tenir cette rencontre aux Salons de Blossac, au centre-ville, plutôt qu’aux Trois-Cités. Cette « suggestion » était en fait une injonction puisqu’elle était déjà assortie de cet odieux chantage : si nous ne l’acceptions pas, les subventions de l’Etat au centre socioculturel des Trois-Cités seraient supprimées.

Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux est scandalisé par de tels procédés. Outre le fait que le Forum antirépression a été annoncé partout depuis longtemps comme devant se tenir place de France et qu’il est donc impossible de changer d’endroit maintenant sans perdre des participants, la décision autoritaire de M. Claeys est pour nous aussi révoltante qu’irrecevable.

C’est pourquoi nous, Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, dénonçons les basses manœuvres et les tentatives de sabotage et de censure de la mairie de Poitiers exercées à notre encontre, et refusons catégoriquement la tenue du Forum antirépression dans un autre lieu que celui prévu à cet effet.
JPD
 
Messages: 328
Enregistré le: 30 Avr 2009, 05:20

Re: Poitiers

Messagede JPD » 11 Nov 2010, 19:55

Communiqué concernant le forum organisé par le collectif poitevin contre la répression des mouvements sociaux.

"Le comité contre la répression des mouvements sociaux a annoncé depuis plusieurs semaines qu'il organisait un forum au cours duquel seraient présents trois auteurs (M. Rigouste, X Rothea et L. Jacqua) concernant les thèmes suivants : la prison, les Roms, le sécuritaire. Ce forum a été annoncé devant se tenir dans la salle municipale place de France gérée pour la Ville de Poitiers par le Centre socioculturel des 3 Cités (comme d'ailleurs une précédente soirée de soutien), avec l'accord du Conseil d'Administration de cette Maison de Quartier. Or quelques jours avant la tenue de cette réunion, alors que affichettes, tracts et annonces ont été largement distribués et connus, que des associations poitevines ont confirmé leur présence, la mairie de Poitiers menace de supprimer des subventions à cette Maison de Quartier si le forum s'y tenait. Les soussignés tiennent à exprimer leur vive protestation contre ce qui pourrait s'assimiler à la fois à une tentative de censure à l'encontre du comité et de chantage vis-à-vis de la Maison de Quartier.

Nous demandons que le forum puisse se tenir comme prévu les 13 et 14 novembre dans la salle municipale place de France aux 3 Cités, et appelons à y participer nombreux le WE prochain.


NPA
Sud étudiants Poitiers
OCL
CNT-FAU
Les Alternatifs Poitiers
Cap à gauche 86
Self 86
PG 86
FA 86
JPD
 
Messages: 328
Enregistré le: 30 Avr 2009, 05:20

Re: Poitiers

Messagede barcelone 36 » 07 Mai 2011, 16:44

18 mai : POITIERS
Rencontre-débat « L'anarchisme ».
L'homme n'est ni bon ni mauvais par nature, il se construit à travers les modes de relations sociales, intimement liées à des choix politiques et économiques. L'anarchie n'est pas l'absence de règles (anomie). L'anarchisme prône « l'ordre, moins le pouvoir », c'est-à-dire des modes d'organisation sociale structurés, ET débarrassés de la contrainte et de l'exploitation entre les individus.
A 20H30 au plan B, 30-32 boulevard du grand cerf, 86000 Poitiers

A l'initiative du groupe Pavillon noir de la Fédération anarchiste.
http://pavillon.noir.over-blog.fr/ »
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Poitiers

Messagede JPD » 26 Mai 2011, 07:08

Poitiers débat sur la question urbaine

Poitiers vendredi 3 juin
Dès maintenant notez que le 20 juin un débat aura lieu au même endroit avec Pierre Stambul, militant révolutionnaire antisioniste membre de l'UJFP et de la tendance
syndicale Emancipation...
sur le thème LA PALESTINE ET LES REVOLTES ARABES
Fichiers joints
Sans titre.gif
JPD
 
Messages: 328
Enregistré le: 30 Avr 2009, 05:20


Re: Poitiers

Messagede Pïérô » 04 Nov 2011, 14:38

Forum antirépression 26-27 novembre 2011 à Poitiers

Image

Maison du peuple, 21 bis rue Arsène Orillard


Programme

- Samedi

* à 14h accueil puis projection du film Silence du fleuve et débat sur l’immigration. Film consacré aux massacres des algériens le 17 octobre 1961 à Paris suivi d’un débat sur l’immigration avec Mehdi Lallaoui, réalisateur du film et des collectifs de sans papiers.

* à 19h : table ronde entre les divers collectifs et individus présents. Cette table ronde aura pour objectif de confronter les expériences personnelles et collectives ; de débattre sur les stratégies à adopter en garde à vue, face à la justice, face aux avocats… et cela afin de s’organiser et de construire une mobilisation contre la répression.


Dimanche

* à 10h : intervention et débat sur Fontex. Débat sur l’immigration consacré en particulier à Frontex, l’agence européenne pour la gestion et la coopération opérationnelle aux frontières extérieures.

Pour tout renseignement http://www.antirep86.fr antirep86@free.fr
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Poitiers

Messagede barcelone 36 » 09 Nov 2011, 17:29

rassemblement antimilitariste du 11 novembre
http://fa86.noblogs.org/?p=731

Tract pour le rassemblement antimilitariste du 11 novembre

CONTRE LA GUERRE…

CONTRE L’INSTITUTION MILITAIRE !

Si nous appelons à ce rassemblement un 11 novembre, c’est tout d’abord pour rendre hommage aux victimes de la boucherie de 14-18… et à celles de toutes les guerres, actuelles et passées, sacrifiées sur l’autel du capitalisme au nom du nationalisme. Pour rendre hommage à tous les insoumis, déserteurs et pacifistes d’aujourd’hui et d’hier. Mais aussi pour dénoncer l’armée en tant qu’institution, ainsi que l’avancée du militarisme dans les structures économiques, dans l’éducation et dans le contrôle de la société dans son ensemble.




L’ARMÉE, C’EST L’INSÉCURITÉ

Cette institution demeure un danger permanent qui pèse sur chacun de nous, en tant qu’individus, mais aussi sur toute la collectivité et en particulier sur le mouvement social, parce qu’elle est et a toujours été le dernier rempart, l’ultime recours armé de l’État et du patronat, en cas de révolte sociale. Plan Vigipirate banalisant la présence de bidasses armés jusqu’aux dents dans les transports urbains, les gares et certains quartiers… participant ainsi au contrôle des populations sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Entraînement militaire contre les insurrections populaires, un savoir-faire proposé il n’y a pas si longtemps par la France à Ben Ali. L’histoire sociale n’est qu’une suite d’exemples sanglants de la nocivité intrinsèque de l’armée : de la Commune de Paris à celle de Kronstadt, des conseils ouvriers d’Allemagne ou d’Italie aux révolutionnaires espagnols, du Chili à la place Tian An Men, la liste est interminable, sous les ordres de la «gauche» ou de la «droite». Une instruction datée du 3 mai 2010, rédigée avec le concours des ministères de l’Intérieur et de la Défense par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), évoque la mobilisation de 10.000 hommes en cas de «crise majeure». Ces hommes pourraient être également utilisés dans les quartiers dit « sensibles », où la rénovation urbaine en cours vise à faciliter les interventions policières, mais aussi éventuellement militaires.

PROPAGANDE MILITARISTE GÉNÉRALISÉE

Un matraquage publicitaire particulièrement cynique (« devenez vous-même.com ») continue de déferler dans les rues et sur les écrans, financé par nos deniers, en vue du recrutement des jeunes qui parfois se laissent tenter. Les temps s’y prêtent : un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Poussant notamment, selon Sud étudiants, 50.000 étudiant-e-s à se prostituer. Cette misère des jeunes est une aubaine pour les sergents recruteurs : sur les 15 000 postes prévus, 12 000 sont réservés à des jeunes sans qualification, promis à l’ambitieux statut de… militaire du rang. Rappelons à cette jeunesse tant convoitée par les vautours en kaki que l’armée est l’école du crime, car c’est la soumission totale de l’individu aux ordres de la hiérarchie. La contrepartie essentielle de la paye versée au soldat, c’est l’abdication totale du libre-arbitre, notamment si on lui ordonne de tirer, de tuer ou de se faire tuer (le contrat appelle cela « donner sa vie à la république », nous disons plutôt au capital). L’armée est une institution hiérarchisée au sein de laquelle chaque individu est modelé à force de pression psychologique et d’astreinte physique. Le but étant de produire un modèle unique de militaire obéissant aux objectifs. Dans une société sécuritaire encadrée par le management au service du pouvoir capitaliste et étatique, l’enjeu du militarisme n’est pas seulement de fournir un bras armé, mais aussi un modèle social. Les programmes d’éducation civique lui donnent toute sa place. Quinze centres à encadrement militaire pour mineurs sont mis en place pour 2012 ! La «socialiste» Royal s’indigne : elle a eu l’idée avant… Mariton propose aussi d’imposer à la jeunesse un «serment d’allégeance aux armes» – relooké, au vu du tollé suscité, en «engagement loyauté» par Copé. Drôle de «cohésion nationale», si légitime qu’il faudrait l’imposer à la jeunesse aux forceps de la contrainte légale. Ecole et armée républicaines, même combat ! Obéir aux chefs, sergents ou patrons, c’est renier notre légitimité à agir par et pour nous-mêmes.

L’ARMÉE, COÛTEUSE ET POLLUANTE

La chose militaire pollue, et pas que les esprits, il suffit de songer aux essais nucléaires, et à toutes les saletés qui ont été fabriquées et le sont encore : armes chimiques, bactériologiques, munitions à uranium appauvri etc… Les irradié-e-s et les mutilé-e-s pour cause de mines antipersonnel, militaires et civil-e-s, en sont encore radieux… Sans parler du gaspillage effarant d’énergie fossile (avions de chasse…). Le monde a consacré 1 630 milliards de dollars au secteur militaire en 2010. Soit 59 % deplus qu’en 2000. Ce n’est pas la « crise » pour tout le monde, et si les États-Unis représentent à eux seuls 43% de ce budget mondial, la France est en bonne place dans cette course à la « rigueur » avec la bagatelle de 65 milliards de dollars consacrés à l’armement, soit 1000 dollars par habitant. Le budget, en augmentation pour 2012, consacre encore plus de pognon à l’équipement et à la «recherche et développement». L’innovation dans le meurtre de masse continue ainsi d’être le fer de lance de la «croissance économique». Le capitalisme porte la guerre comme les nuées portent l’orage..

LE CAPITALISME, C’EST LA GUERRE PERMANENTE DE TOUS CONTRE TOUS

Car derrière toutes les guerres et leurs hypocrites alibis, se cachent toujours les intérêts capitalistes, les prétentions impérialistes et les appétits militaristes. Contrôle à tout prix des matières premières par les multinationales, avec présence française en Afghanistan aux côtés des troupes américaines et anglaises, multiples bases de l’armée française en Afrique et interventions régulières sur ce continent (Tchad, Rwanda, Côte d’Ivoire, Libye…). Avec soutien logistique et matériel aux États, y compris contre leurs propres populations locales révoltées, s’il faut les réprimer. L’accord franco-anglais, envisageant la création d’une force militaire conjointe de plusieurs milliers d’hommes, mobilisables pour des opérations extérieures bilatérales ou sous drapeaux de l’OTAN, de l’ONU ou de l’Union européenne, a eu son petit terrain d’expérimentation en Libye. Par la terreur et les bombardements de civils, un nouveau gouvernement à la solde du patronat européen et notamment français a évincé le dictateur Kadhafi… pour confisquer leur révolution aux révolté-e-s. Et le choix du conflit armé contre l’Iran se précise. Si les grandes puissances capitalistes souhaitaient réellement endiguer le «terrorisme», il leur suffirait de consacrer aux infrastructures, hôpitaux et écoles, le budget dévolu aux interventions militaires. C’est que la guerre ça rapporte : aux multinationales de l’énergie, des matières premières et de l’armement, qui en France contrôlent une grande partie des médias (dont des éditions de manuels scolaires), sans parler de leurs liens affichés avec le Pouvoir. Au nom des « intérêts de la France », ou de la « démocratie contre le terrorisme », c’est un avenir de mort et de misère qui s’offre à tous les peuples opprimés.

Aujourd’hui comme hier et demain, les anarchistes ne cesseront jamais de dénoncer et de lutter contre les marchands de canons, les armées, les nationalistes, les États et les systèmes économiques générateurs d’oppression sociale et de logique guerrière. C’est aux mouvements populaires qu’il appartient, ici et maintenant, de s’organiser et de se défendre contre l’oppression militaire et capitaliste.

PAS DE GUERRE ENTRE LES PEUPLES, PAS DE PAIX ENTRE LES CLASSES !

Rassemblement antimilitariste à Poitiers

Vendredi 11 novembre 2011 – 16 heures – Place d’Armes

Groupe Pavillon Noir, Fédération anarchiste 86
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Poitiers

Messagede hocus » 04 Déc 2011, 21:02

http://www.antirep86.fr/2011/12/04/proc ... oursuivis/

Procès du 8 décembre suite à l’expulsion le 5 novembre du squat 144 avenue de Nantes à Poitiers
La police et la mairie nous dégagent. Vinci aménage.
Relaxe pour les militants poursuivis !


Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux affirme sa solidarité sans faille avec les militants poursuivis et appelle à venir les soutenir : - Au rassemblement organisé mercredi 31 août à 18 heures devant les Cordeliers (côté place du Marché) ; - Le jour du procès, jeudi 1er septembre à 14 heures, au palais de justice.


Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux affirme sa solidarité sans faille avec les militants poursuivis et appelle à venir les soutenir :

Au rassemblement organisé mardi 6 décembre à 18 heures devant les Cordeliers (côté place du Marché).
Le jour du procès, jeudi 8 décembre à 14 heures, au palais de justice.




Ce qui s’est passé le week-end des 5 et 6 novembre 2011 en dit long une fois de plus sur la volonté des autorités locales (police et mairie socialiste) d’annihiler toute tentative de lutte sortant des cadres préétablis.

L’action, portée par une cinquantaine de personnes, avait pour but d’occuper une grande maison bourgeoise vide au 144, avenue de Nantes, pour un week-end, d’organiser des débats sur la vague de rénovation urbaine (gentrification) qui s’opère à Poitiers et au-delà
. C’était une action concrète dans la mesure où des personnes ont voulu investir une maison qui va être détruite pour construire le Viaduc des Rocs. C’est un ouvrage qui s’inscrit dans le projet urbain “Coeur d’ Agglo”, réalisé par un géant mondial du BTP, le groupe Vinci.

Face à cette envie de vouloir ouvrir un lieu vide, destiné à être démoli, appartenant à la mairie, les flics ont fait leur “sale” boulot. Grâce à des voisin.e.s apeuré.e.s par l’ouverture d’une maison vide, la police a débarqué assez rapidement (à moins que cette dernière n’ait déjà été mise au courant). Les occupant.e.s se sont barricadé.e.s pensant qu’il.le.s auraient la paix un petit moment, mais c’était sans compter sur la détermination policière : elle a procédé à la destruction de la barricade de fortune, et a démoli les carottes de forage du chantier. Dans la foulée, les policiers et gendarmes, avec à leur tête M. Papineau, ont procédés à l’expulsion massive des occupant.e.s.

Ces derniers ont souhaité, vu le désavantage du rapport de force, sortir sans problème face aux forces de l’ordre, solidaires, en groupe et en rester là : être expulsé.e.s sans souci. Ce ne fut pas le cas, car telle est la règle de la guerre sociale en cours. Ce que le Directeur Départemental de la Sécurité Publique (DDSP) nomme devant les cameras de France 3 comme petite bousculade était en réalité un véritable coup de pression : deux personnes ont subi des décharges électriques de Tazer de la part d’un gendarme. Ce qui a eu pour but de mettre au pas le reste du groupe ! S’ensuit un véritable délire policier : mettre 47 personnes en garde-à-vue !

La plupart des gardé.e.s à vue, inconnu.e.s des flics, leur ont tenu tête et ont tu leur identité, de sorte qu’il.le.s les ont relâché.e.s sans même savoir qui il.le.s étaient. D’ailleurs, autant dire qu’a 47 personnes, il y a eu des moments où les gardés à vue se sont sentis forts, loin de l’impuissance ressentie d’habitude : chants, mise en déroute d’identification personnelle et autre combine qui peuvent autant que faire ce peut mettre un petit grain de sable dans la machine répressive. Mais il en a été autrement pour cinq personnes, connu.e.s de la justice et de la police pour leur participation aux luttes locales émancipatrices contre la main mise totalitaire du capital. Il.le.s ont été gardé.e.s à vue plus longtemps, ont été présenté.e.s devant le procureur (qui leur a signifié leur mise en examen) puis devant le juge des libertés et détentions (qui les a placé.e.s sous contrôle judiciaire, il.le.s doivent pointer une fois par semaine jusqu’à leur procès).

Pendant ce temps, une cinquantaine de personnes attendaient devant le palais de justice qu’on libère leurs compagnons. La présence policière se faisait oppressante : les gens ont été filmé.e.s de loin et un commissaire a effectué un tour rapproché du groupe, caméra au poing.

Face à cela, seules deux banderoles permettaient de se protéger des objectifs indiscrets. Jusqu’à l’arrivée sur place du DDSP, qui a été manifestement fort ennuyé par la présence d’une banderole qui clamait “Flics hors de nos vies, hors de nos villes” et d’une autre disant “La police et la mairie nous dégagent. Vinci aménage”. Il a prestement dérobé la première et a tenté (aidé de ses sous-fifres) d’arracher la deuxième des mains des gens, qui l’ont victorieusement défendue.

Au final, les cinq prévenu.e.s sont sorti.e.s du palais de justice, muni.e.s d’une invitation à venir le jeudi 8 décembre prochain, se défendre de l’accusation de “participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens”, ainsi que pour l’un des mis en examen “usurpation d’identité” . Il s’agit là encore de l’application de la loi Estrosi-Ciotti dite “antibande”, le tout nouveau nouveau joujou législatif qui permet, depuis 2010, de rendre n’importe qui responsable de presque n’importe quoi, puisqu’il juge des intentions (dont on ne discute pas). Joujou précédemment utilisé contre sept personnes pour une manifestation nocturne de soutien aux migrant.e.s le 5 février dernier.

Nous prenons bonne note de cette volonté délibérée de casser des gens qui s’organisent. En réaction, nous ne pouvons qu’unir nos forces pour tenter de mettre en échec ces dispositifs répressifs ainsi que l’organisation humaine faite d’autorités et de hiérarchies , qui les rend nécessaires. Et bien sûr nous désirons que la solidarité avec les gens qui font face à la répression, ici ou ailleurs, se manifeste sous toutes les formes possibles.


Viendez !!
hocus
 
Messages: 167
Enregistré le: 17 Fév 2010, 17:03

Re : Poitiers

Messagede bipbip » 21 Déc 2012, 02:56

C’est pas Noël pour tout le monde,
Un toit pour tous, avec ou sans papiers.
16h & 18h, Poitiers

C’est pas Noël pour tout le monde

Nous appelons à deux rassemblements à Poitiers, vendredi 21 décembre à 16h devant la préfecture et à 18h devant la mairie

C’est pas Noël pour tout le monde
Un conte de Noël à propos de l’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile (HUDA) dans la Vienne
et une invitation à l’action pour le début de la campagne poitevine

«Un toit pour tous, avec ou sans papiers»

***

Il était une fois, à Poitiers, une famille de trois personnes qui vivait dans un centre d’hébergement d’urgence pour les demandeurs d’asile, chez la Croix-Rouge. Un jour, ces personnes furent transformées en «sans-papiers» par les pouvoirs publics. Alors, le Préfet dit à la Croix-Rouge :

- « Ma chère Croix-Rouge, ces «sans-papiers», n’ont plus à être hébergés car ils ne sont plus qu’à moitié humains. Ils doivent être mis à la rue le 25 décembre, jour de Noël. Si vous ne les mettez pas dehors, je commencerai à vous couper les subventions et autres vivres. Ces «sans-papiers» devraient recevoir une OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français), et ils n’ont plus à être hébergés. »

Ce n’était pas la première fois pour la Croix-Rouge, et une fois encore, elle fût bien embêtée. Elle ne savait plus quoi faire : mettre des gens à la rue en plein hiver, qui plus est, le Jour de Noël, ou bien voir sa bourse vidée petit à petit ?

Pendant ce temps, la famille «sans-papiers» alla voir des associations de Poitiers, pour savoir quoi faire pour éviter de se retrouver à la rue. Les associations savaient que, d’après la Loi du royaume, tous les humains ont le droit à l’hébergement. Or, ces associations voyaient bien que ces «sans-papiers» étaient des humains aussi ! Les associations savaient aussi que le droit à l’hébergement était de la responsabilité de l’État, et donc, localement, de la Préfecture. Alors, ces associations, qui voyaient que ce genre d’histoires se répétait souvent à Poitiers, décidèrent d’unir leur force pour faire valoir que les «sans-papiers» sont aussi des humains, et qu’ils ont donc le droit à l’hébergement, comme tous les autres.

Elles décidèrent de faire face à la Préfecture, et de l’obliger à respecter ses obligations vis-à-vis de la Loi du Royaume. Elles choisirent d’utiliser la formule « un toit pour tous, avec ou sans papiers », et appelèrent la population du Royaume à rejoindre leur combat pour l’hébergement de tous, pour que plus personne n’ait à dormir dans la rue. La lutte ne faisait que commencer.

***

Malheureusement, ce conte est vrai. La préfecture de la Vienne, aujourd’hui, va vraiment jusqu’à imposer régulièrement des pénalités financières à la Croix-Rouge pour qu’elle mette à la rue des gens qu’elle héberge, en prétextant de leur situation administrative, y compris en hiver, y compris le jour de Noël. La préfecture dénie vraiment le droit fondamental à un toit pour tous, et elle ne respecte absolument pas son obligation d’héberger tous ceux qui en ont besoin, qu’ils aient des papiers ou non.

-Un toit est un droit, pour tous, quels que soient nos « papiers »

-Nous exigeons l’arrêt immédiat de ces pratiques sordides vis- à-vis de la Croix-Rouge et des autres prestataires sociaux.

-Nous exigeons la réquisition immédiate de bâtiments vides afin d’héberger toutes les personnes qui en ont besoin(ces bâtiments ne manquent pas à Poitiers, un seul exemple : l’internat de l’ex-lycée des Feuillants)

Nous vous invitons à venir avec nous pour porter ces revendications lors de la cérémonie des vœux >de la Préfecture, et lors de la cérémonie des vœux du Maire de Poitiers

Signataires: DAL 86, Fédération Anarchiste 86 , RESF 86, Section LDH de Châtellerault, Cimade-Poitiers, Antirep 86, DAL 17, Démocratie Réelle 86, Les Alternatifs 86, PCF, Europe Ecologie Les Verts, Gauche Anticapitaliste, NPA, Halem
http://fa86.noblogs.org/?p=7552
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31735
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Poitiers

Messagede Pïérô » 31 Déc 2012, 12:27

Mercredi 2 janvier

Pour la régularisation des sans papiers

rassemblement 18h, devant le palais de justice de Poitiers.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Poitiers

Messagede Pïérô » 15 Jan 2013, 01:46

Vendredi 18 janvier

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité