Montpellier et Hérault (34)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede Pïérô » 22 Nov 2015, 23:51

Mercredi 25 novembre 2015

Cinéclub du barricade

Projection du film Red Army

à 19h30, Le Barricade, 14 rue Aristide Olivier, 34000 Montpellier

Synopsis et détails
Porté par Werner Herzog et le producteur Jerry Weintraub primé aux Emmy Awards, le documentaire RED ARMY retrace le destin croisé de l'Union Soviétique et de l'équipe de hockey sur glace surnommée « l'Armée Rouge » : une dynastie unique dans l'histoire du sport. L'ancien capitaine de l'équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun : d'abord adulé en héros national, il sera bientôt condamné comme ennemi politique. La « Red Army » est au coeur de l'histoire sociale, culturelle et politique de son pays : comme l'URSS, elle connaît la grandeur puis la décadence, avant d'être secouée par les bouleversements de la Russie contemporaine.
Red Army raconte l'histoire extraordinaire de la Guerre Froide menée sur la glace, et la vie d'un homme qui a tenu tête au système soviétique.


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede Pïérô » 05 Déc 2015, 16:28

Montpellier, Journées contre l’enfermement

l’ombre d’une prison personne ne peut être libre : 8 jours pour se rencontrer, discuter autour de la taule et des luttes qui en découlent...

Journées contre l’enfermement Du 2 au 19 décembre 2015
Au Barricade, local associatif autogéré avec buvette
14, rue Aristide Olivier, Montpellier


Image

Mercredis des films ! (19h30)
02/12 : A ciel ouvert
09/12 : Enfermés vivants (en présence du réalisateur et de JM Rouillan)
16/12 : Vol au-dessus d’un nid de coucou

Vendredis des rencontres ! (19h/23h)
04/12 : Film "Dans un monde sans Fous" suivi de témoignages autour de
l’enfermement psychiatrique
18/12 : Film "Sur les toits". Retour sur les luttes des années 70-90 avec
un compagnon

Samedis témoignages et concerts
05/12 : "Cévennes sans frontières", Infos/débat sur la question des
frontières et les centres de rétention (19h)
12/12 : PUZZMAMA (hip-hop)(21h)
19/12 : Assemblée générale et Bilan (18h)
RASCARCAPAC (hip-hop) (21h)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede Pïérô » 13 Jan 2016, 08:29

Jeudi 14 janvier 2016 à Sète

Reunion publique "Nos droit pendant l'etat d'urgence"

Le collectif contre l'état d'urgence du bassin de Thau vous invite à participer à une réunion publique sur le thème :

NOS DROITS PENDANT L'ETAT D'URGENCE

Intervenants :Maître Gandini avocat à Montpellier
LDH (Ligue des Droits de l'Homme),
CIMADE (Comité Inter Mouvement Auprès Des Évacués),
des représentants du monde du travail.

à 20h30, Bourse du travail, 16 rue Jean Jaurès, 34200 SETE

http://montpellier.demosphere.eu/rv/4530
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 24 Jan 2016, 15:34

Lundi 25 janvier 2016 à Sète

Projection débat autour du documentaire "Je lutte donc je suis" en présence de Yannis Youlountas.

à 20h30, Cinéma Comoedia, Place Aristide Briand, 34200 Sète
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede Pïérô » 27 Jan 2016, 13:26

Jeudi 28 janvier 2016

Les joies de l'état d'urgence DÉBAT/CONCERT

Qui combat l'Etat islamique ? A quoi sert l'état d'urgence ?

Débat public à 17h30 à la salle Camproux en présence de Mehmet Ceri (mouvement de résistance kurde) et de Céline Coupard (syndicat des avocats de France)

Suivi d'un concert à la salle Jean Moulin à 20h30 avec la Zompa Family (ska/punk/rock) et la Wec Family (salsa/dubstep)

Entrée libre, bar à prix cool

Evénement organisé par le journal indépendant Le Poing et le syndicat Solidaires Etudiants 34.

Page fb : https://www.facebook.com/events/940288149392251/

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 31 Jan 2016, 06:06

Montpellier fortement mobilisée contre l’état d’urgence !

Ce samedi 30 janvier, à l’occasion de la journée nationale contre la prolongation de l’état d’urgence et la réforme constitutionnelle, une manifestation s’est tenue à Montpellier à l’appel de l’AG contre l’état d’urgence.
Image
Au départ du quartier du Petit-Bard, près de 300 personnes, dont des militantes et militants du SCALP-No Pasaran 34, tenant une banderole interrogeant « Et l’état d’urgence sociale ? », ont traversé la ville jusqu’à la gare, ou la jonction s’est effectuée avec le cortège syndical mené par la CGT.
Image

Ce furent ensuite près d’un millier de Montpelliérains qui ont traversé le centre-ville afin de protester contre l’état d’urgence imposé par le gouvernement.

A l’heure où la répression s’accentue sur le mouvement social et syndical, et où les mesures sécuritaires se multiplient, notre mobilisation ne doit pas faiblir !

https://scalp34.wordpress.com/2016/01/30/montpellier-fortement-mobilisee-contre-letat-durgence/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 11 Fév 2016, 16:23

Ce jeudi 11 février 2016 à Montpellier

«Comment permettre à la décroissance* d'être plus visible et de peser dans le débat public ?»

rencontre de réflexion visant à la structuration du mouvement de la décroissance,

à 18h30, à la librairie Scrupules, Place Salengro (quartier Figuerolles) - Montpellier

Alors que de plus en plus d'initiatives décroissantes, de publications décroissantes, de collectifs décroissants se font jour sur tous les territoires, un processus de réorganisation politique de la décroissance en France est en cours, devant mener à la mise en place d'une structure de référence nationale unique pour répondre à la critique de la dispersion, causée par l'existence de plusieurs micro-organisations ayant chacune une appellation différente. Son objectif est de rendre enfin visible à nos contemporains une alternative crédible face au désastre écologique, à la barbarie qui progresse, et à l'effondrement civilisationnel dans lesquels nous nous enfonçons.

Pour l'instant, la proposition est faite aux divers groupes locaux de décroissants de contribuer à cette dynamique en participant à la réflexion collective suivante :
(*La décroissance étant envisagée comme le trajet démocratique et serein pour aller vers des sociétés d'a-croissance.)

Pour plus d'informations et pour préciser le cadre de réflexion, quelques jalons dans la construction du mouvement aux liens suivants :
Appel de Vassivière pour d'autres mondes possibles - 29 août 2007 :
http://www.les-oc.info/2012/09/appel-adhesion-soutien/
Plate-forme de convergence des Objecteurs de Croissance de Beaugency - Février 2010 :
http://www.objecteursdecroissance-lr.fr ... rgence-des

http://www.objecteursdecroissance-lr.fr ... rgence-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 11 Mar 2016, 10:15

A Montpellier, plus de 4000 personnes exigent dans la rue le retrait de la « Loi Travail »

Ce mercredi 9 mars 2016, plus de 4000 montpelliérains sont descendus dans la rue afin d’exiger le retrait immédiat de la « Loi Travail » présentée par la ministre Myriam El Khomri.

Image Image
Lors du passage du cortège de la manifestation devant la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), la police a procédé à l’interpellation violente d’une manifestante, accusée d’avoir lancé un ballon de peinture en direction des policiers. Cette interpellation nous rappelle avec force que les différents dispositifs policiers, tout comme l’état d’urgence, sont des outils de répression du mouvement social.
Tout au long de la manifestation, qui s’est étalée à travers la ville tout au long de la journée, les militantes et militants du SCALP – No Pasaran 34 étaient présents afin de porter une parole radicalement anticapitaliste.
Image
Cette première mobilisation s’est déroulée, malgré la pluie, dans un esprit relativement combatif et s’est terminée par une assemblée générale dans l’enceinte de la maison des syndicats, ou les modalités de la poursuite et de l’amplification de cette mobilisation ont été débattues.
Suite à cette assemblée, une manifestation sauvage s’est rendue devant le commissariat de la ville afin de protester contre l’interpellation de notre camarade, qui passera en comparution immédiate.
Gageons que cette première mobilisation soit l’occasion de développer un vaste mouvement de classe.



-> https://scalp34.wordpress.com/2016/03/10/a-montpellier-plus-de-4000-personnes-exigent-dans-la-rue-le-retrait-de-la-loi-travail/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 19 Mar 2016, 17:26

Montpellier, faut ce magner ! On est à la bourre sur l'agenda, c'est tout de suite. :)

Ce samedi 19 mars 2016 à 17h30

La pédagogie de l'arnaque !

Le groupe Un Autre Futur de la Coordination des Groupes Anarchistes organise :

le samedi 19 mars à 17 h 30 à La Mauvaise Réputation (20 rue Terral, quartier Ste Anne)

une conférence / débat sur la casse du code du travail, avec Richard Abauzit, ancien inspecteur du travail et syndicaliste,

à l'occasion de la sortie de son livre co-signé avec Gérard Filoche "comment résister aux lois Macron et compagnie".


Image



Lundi 21 mars, à Béziers

Marche de nuit féministe et solidaire

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 20 Mar 2016, 22:19

Projection-débat « Qui a tué Ali Ziri ? »

Le SCALP – No Pasaran 34 organise une projection débat sur les violences policières et l’impunité judiciaire qui les couvre, autour du documentaire « Qui a tué Ali Ziri ? ».

Rendez-vous jeudi 24 mars à 19h30, au « Full G », 5 rue des écoles laïques à Montpellier (tramway Louis Blanc, lignes 1 et 4).

-------------
Le synopsis du documentaire (à lire aussi sur le site de Zeugma Films) :

Ali Ziri, un homme de 69 ans, décède le 11 juin 2009 après son interpellation par la police nationale à la suite d’un contrôle routier à Argenteuil. « Arrêt cardiaque d’un homme au cœur fragile », déclare le Procureur de Pontoise. Appuyant la famille qui vit en Algérie, un collectif d’Argenteuillais demande une contre-expertise. Deux mois plus tard l’institut médico-légal révèle 27 hématomes sur le corps d’Ali Ziri. Pendant cinq années, le cinéaste a suivi les pas de ceux qui demandent « Justice et vérité » après cette mort, ignorée des médias, mais que certains considèrent comme un lynchage digne des pires périodes de l’histoire.

Image

-> https://scalp34.wordpress.com/2016/03/2 ... -ali-ziri/


« De la négation du judéocide (1948) à la négation de l’antisémitisme (2016) »

Mardi 5 avril à 18h, salle Jean Moulin (Maison des étudiants), Université Paul Valéry - Montpellier 3

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) organise une conférence débat avec Yves Coleman, rédacteur de la revue « Ni patrie ni frontières », avec le soutien du groupe antiraciste SCALP-No Pasaran 34.

Quatre grandes vagues internationales d’antisémitisme ont eu lieu depuis 1945 avec des particularités françaises : nationalisme antisémite (notamment catholique) et antisémitisme social depuis le XIXe siècle ; absence de bilan de Vichy ; offensive de la Nouvelle Droite ; création et essor du FN ; négationnisme faurissonien ; maîtrise d’Internet par les fascistes (Soral, Dieudonné, etc.) ; ambiguïtés de l’extrême gauche face à des mouvements ou des Etats qui manient l’antisémitisme.

Image

-> https://combatuniversitaire.wordpress.c ... -12-avril/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede bipbip » 22 Mar 2016, 01:30

Mardi 22 mars 2016

Rassemblement contre la répression au Maroc

Rassemblement de soutien au montpelliérain Maâti Monjib, défenseur des Droits humains, menacé de cinq ans de prison au Maroc ainsi que 6 autres journalistes

à midi devant le Consulat du Royaume du Maroc, 16 rue Rémy Belleau, Montpellier

Notre ami, le professeur Maâti MONJIB, historien de grande renommée, Président de l'Association 'Freedom Now' en faveur de la liberté d'expression et du changement démocratique au Maroc, va être traduit ce 23 mars 2016 devant le Tribunal de première instance de Rabat avec 6 autres journalistes -- amis ou collaborateurs -- au motif grave 'd'Atteinte à la sûreté de l'État.'

Maati MONJIB est bien connu à Montpeller, où il vivait comme exilé politique pendant le règne de Hassan II, pour avoir fait son doctorat en histoire à l'Université Paul Valéry. Revenu au Maroc en 2000, il est aujourd'hui prof à l'Université de Rabat où il n'a pas cessé de militer pour la démocratie et la liberté d'expression. Pendant le 'Printemps Arabe' de 2011, Maâti participa au Mouvement marocain du 20 février, qui a réussi à arracher une nouvelle Constitution plus libérale au régime autoritaire, établissant pour la première fois la liberté de la presse. Maâti en a profité pour former plus de 500 journalistes, blogueurs et activistes de la société civile au journalisme citoyen et à l'utalisation d'un logiciel libre « Story maker ».

Mais depuis 2014, lui et ces collègues journalistes sont persécutés: accusations invraisemblables d'immoralité dans la presse proche du Trône, arrestations, interdictions de publier tombent sur MONJIB et ses co-accusés: Abdessamad AIT AICHA, Hicham MANSOURI, Hicham ALMIRAAT, Mohamed ESSABER, Rachid TARIK, Maria MOUKRIM. En octobre 2015 Maâti a dû entamer une grève de la faim de 24 jours pour que cesse le harcèlement dont il était l'objet. Une forte mobilisation avait conduit le pouvoir marocain à lever l'interdiction de se rendre à l'étranger. Voulant se venger, le Pouvoir va le juger demain, 23 mars; il est passible de 5 ans dans les prisons marocaines, notoires pour les tortures qu'on y pratique. Dans une récente interview il explique:

"Mettant à profit la régression qu'a connue la région" (Egypte, Syrie, Libye, Yémen) "le régime a voulu détruire les noyaux de la contestation susceptibles, une fois les conditions réunies, de relancer le mouvement démocratique. Elles font peur au pouvoir car elles disposent à la fois d'un capital symbolique important, d'une logistique opérationnelle et d'une expression intellectuelle à la fois courageuse et pondérée."

Pour le moment, les libertés de la Constitution de 2011 sont lettre morte. Escalade de la répression au Maroc, silence de la France officielle (depuis toujours complice de cette dictature monarchique). En revanche, d'importantes manifestations s'organisent au Maroc et dans plusieurs villes de France. Faisons reculer de nouveau le régime! Diffusez ces informations à vos amis et réseaux. Contactez-nous soutienmaatimonjib@gmail.com; Venez nombreux nous rejoindre devant le Consulat marocain mardi 22 mars à midi!

Comité international de soutien à Maâti Monjib (Noam Chomsky signataire) ; Association des Travailleurs Maghrébins en France ; autres groupes à venir…

https://www.facebook.com/profile.php?id ... 25&fref=ts




Mercredi 23 mars

BDS 34 toujours dans le collimateur du tribunal ! Relaxe pour Saadia et Husein !

Image

http://npaherault.blogspot.fr/2016/03/m ... ns-le.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 27 Mar 2016, 18:13

Article lu sur le site "Montpellier en luttes"

Les étudiants réformistes contre la lutte

Un papier d’ambiance sur la misère en milieu étudiant pendant le mouvement sur la Loi Travail. Cela concerne la journée 25 mars à Montpel. Nous pouvons lire aussi quelques conseils pour bloquer son lycée.

Aide au blocus

Contre la loi travail, des étudiants proposent d’aider au blocus des lycées montpelliérains jeudi 31 mars à l’occasion de la journée nationale de mobilisation.

Quelques conseils

- C’est aux lycéens d’organiser leur blocus et leurs AG.
- Les étudiants ne doivent venir que pour soutenir le blocus.
- C’est aux lycéens de rédiger leurs tracts, avec leurs revendications.
- Pour lancer un blocus, il suffit d’être une grosse douzaine.
- La grève est un motif légal et légitime d’absence en cours.

Si des étudiants veulent aider aux blocus, et que des lycéens veulent de l’aide, nous proposons de faire le lien en messages privés sur cette page.
[url+https://www.facebook.com/groups/323388517866353/?fref=ts]Il existe aussi le groupe facebook pour s’organiser[/[/url]quote]

La journée du 24 mars

J’arrive à la fac de Lettres de Montpellier un vendredi matin. La veille, le 24 mars, a eu lieu une action au siège du Medef. Pour l’occasion, la fac est bloquée. Je m’attends à un climat contestataire. Je me heurte à un robinet d’eau tiède de la part d’apprentis bureaucrates.

Le matin, je me rends à une action décidée par l’Assemblée générale. Un rassemblement doit demander le remboursement des frais d’inscription des étudiants précaires. Il n’y a pas grand monde au rendez-vous. Visiblement, les actions concrètes attirent moins que les manifs bruyantes encadrées par des syndicats réformistes. Certes, le jeudi soir se déroulent les soirées étudiantes. Se réveiller le lendemain matin après une journée de mobilisation peut être difficile. Surtout, les bureaucrates qui dirigent le mouvement et sa communication n’ont pas fait le battage habituel pour annoncer le rassemblement.

Devant le bâtiment administratif, les discussions se révèlent intéressantes. Les étudiants présents insistent sur l’importance des luttes locales, notamment contre l’urbanisme et pour le logement. Leur réflexion et leur désir de lutte ne se limite pas au simple retrait de la loi. Ils proposent des moments de débats et de réflexion sur le capitalisme et la situation actuelle. Ils en ont marre des vidéos de Gérard Filoche, pseudo expert vendu au PS, qui tournent en boucle dans l’amphi occupé.

Soumission et encadrement

Je me rends justement à ce fameux amphi B, censé être l’épicentre de la contestation étudiante. Un groupe d’étudiantes débarquent. Elles commencent par s’excuser de ne pas avoir participé au rassemblement. Ok, pas de problème, on est pas des moines soldats au service de la Cause. Mais elles se justifient par leur intense activité hier.

« On a passé la fin de journée à enlever les tables et les chaises »

, annonce fièrement une étudiante. Je m’interroge sur cette volonté de débloquer la fac et de faire du zèle.

« On est pas là pour dégrader. Il faut donner l’image d’un mouvement propre et respectable, sinon on est pas crédible aux yeux de l’administration »

. Je m’agace un peu. J’ironise sur leur soumission de gentils étudiants bien dociles.

Une des étudiantes revient avec deux lycéens. Elle leur donne des ordres – pardon, des conseils. Elle imprime les tracts à distribuer aux lycées, qu’elle a sans doute écrit elle-même. Probablement l’éternel laïus sur la Loi Travail, du sous-Filoche, avec défense de l’exploitation en bandoulière. Cette étudiante revient et se réjouit du comportement des lycéens.

« Ils veulent organiser un débat entre un membre du PS et un défenseur de la Loi Travail »

, jubile l’étudiante. Je pense avoir mal compris. Je demande des précisions. J’ai bien compris. Je m’agace et je pointe du doigt le groupe d’étudiants. Je dévoile leur jeu : ils sont au Parti socialiste.
Ils s’énervent.

« Non, tu nous insultes. Moi ? au PS ? Je suis encartée à Solidaires étudiant-e-s et au Parti communiste »

, enrage une étudiante. Je m’excuse. Je pensais sincèrement, d’après leur discours, que ce groupe d’étudiants militait au PS.

Stratégie et pédagogie

Mais je les accuse d’avoir les mêmes méthodes, de chercher à manipuler les lycéens pour les empêcher de bloquer. Ailleurs en France, les blocages se multiplient. Des émeutes éclatent. Des jeunes attaquent des commissariats et tabassent des flics. A Montpellier, pas un seul lycée ne bouge. Mais bon, ce n’est peut-être qu’une question de temps.
Mais je soupçonne quand même les étudiants d’encadrer la colère des lycées.

« Il faut être stratégique. Il faut d’abord faire des réunions avant de bloquer »

, sermonne une étudiante. Je leur réponds que 20 lycéens déterminés pour bloquer une entrée, c’est largement suffisant. C’est ensuite que le mouvement peut se lancer et se "massifier".
En fait les étudiants vont même jusqu’à dissuader les lycéens de bloquer. Ils agitent le spectre de sanctions disciplinaires et même de la répression policière, pourtant inexistante à Montpellier. J’accuse les étudiants d’être les larbins du Medef et de tenir le même discours que la CFDT. Ils s’en défendent et agitent leur idéologie anticapitaliste.

« Mais il faut d’abord que les lycéens s’informent sur la loi. Toi, je suis sûr que tu ne connais pas la loi. Cite moi plusieurs articles par exemple »

, dégueule un étudiant plein de morgue. Il se prend pour un prof, je lui donne un cours d’économie à ma façon. Le problème, c’est la précarisation et la crise du capitalisme. La Loi Travail n’est qu’un détail. Il reste bloqué sur la Loi. Impossible de dialoguer.

Ces échanges vifs révèlent plusieurs aspects de ce mouvement. Déjà les étudiants encartés au NPA ou à Solidaires tiennent un discours sous-réformiste. Ils ne sont pas partisans de la grève générale ou du blocage. Derrière l’argument stratégique se déguise un respect de l’ordre capitaliste. Ensuite, non content de ramper devant toutes les autorités, ils veulent encadrer les plus jeunes. Ils se comportent comme une avant-garde, comme les chiens de garde du Capital. Heureusement, une autre partie de la jeunesse semble plus enragée.

Un autre discours existe également


- http://montpellier.mediaslibres.org/spip.php?article266
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede abel chemoul » 27 Mar 2016, 19:32

Déjà les étudiants encartés au NPA ou à Solidaires tiennent un discours sous-réformiste. Ils ne sont pas partisans de la grève générale ou du blocage. Derrière l’argument stratégique se déguise un respect de l’ordre capitaliste. Ensuite, non content de ramper devant toutes les autorités, ils veulent encadrer les plus jeunes. Ils se comportent comme une avant-garde, comme les chiens de garde du Capital.

mais à qui peut-on encore se fier si même le NPA et Solidaires soutiennent implicitement le gouvernement?! Fabou, tu es notre seul espoir!
:roll:
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 681
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 27 Mar 2016, 22:19

Bah pour le coup je ne pense pas être le "seul espoir" (de qui ? de quoi ?) puisque je ne suis pas le rédacteur de cet article, au demeurant plutôt sympa envers les personnes dénoncées. Par contre, effectivement, cet article est très factuel est c'est aussi sa faiblesse puisque des perspectives alternatives ne sont pas évoquées. La seule évocation d'autre chose se limite à un lien vers un petit syndicat étudiant (le SCUM - CNT-SO) qui n'a pas la force d'impulser une alternative face aux bureaucraties. Je pense qu'une évocation de la lutte des lycéens parisiens membres ou proches du MILI aurait été plus judicieuse.
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

Re: Montpellier et Hérault (34)

Messagede fabou » 31 Mar 2016, 20:08

Montpellier : un lycée bloqué et une manifestation massive contre la Loi Travail

Image
A Montpellier, ce jeudi 31 mars, à l’occasion de la journée de grève générale contre le projet de « Loi Travail », les lycéens du lycée Jean Monnet se sont fortement mobilisés. Dès 5h du matin, et rejoints plus tard par des lycéens d’autres lycées (Jules Guesde, Joffre) et quelques étudiants en, renfort, les lycéens étaient présents et motivés afin de mettre en place leur piquet de grève. Suite à une rapide décision de continuer le blocus après 8h, les centaines de lycéens rassemblés devant leur établissement se sont progressivement mis en marche en direction du centre-ville, en l’absence de force policières visibles, afin de rejoindre la manifestation intersyndicale prévue en milieu de matinée.

Le tramway pris d’assaut.

L’occasion d’une joyeuse manifestation énergique et spontanée à travers le quartier avec quelques containers et poubelles issus du blocus en guise de chars (bien utiles pour bloquer la circulation), jusqu’à l’arrivée du cortège à la station de tramway « Château d’O », ou une opération « Tramway gratuit » s’est improvisée. Après la prise d’assaut réussie du tramway, et toujours avec les containers, les 200 lycéens se sont ensuite arrêtés en chemin afin d’aller rejoindre la centaine d’étudiants mobilisés qui effectuait un débrayage des universités de sciences et lettres. L’occasion de traverser bruyamment la Faculté des Sciences, sous l’œil médusé des professeurs.

Après s’être retrouvés, étudiants et lycéens se sont ensuite dirigés vers le centre-ville en chantant des slogans énergiques (« Macron à l’usine, El Khomri à la mine ! »). Arrivés à proximité du lycée Joffre, les lycéens ont profité d’un moment de latence et d’hésitation du service d’ordre étudiant (le SPAM, « Service de Protection des Autres Manifestants ») pour se précipiter en direction des grilles du lycée et encourager les jeunes de l’établissement à rejoindre la manifestation. Le personnel du lycée venait juste de fermer les grilles et s’était mis en tête d’empêcher toute possibilité de sortie du lycée, mais c’était sans compter la détermination du cortège, qui s’est mis à secouer les grilles, menaçant ainsi d’en faire tomber. La direction de l’établissement a ainsi été contrainte de laisser sortir les élèves qu le souhaitaient.

Manifestation massive et manifestation sauvage.

Aux alentours de midi, sur la place de la Comédie, les étudiants et lycéens ont joint l’arrivée de massive manifestation inter-syndicale (12 000 manifestants), qui parcourait les rues de la ville depuis 10h du matin. Sous l’impulsion des lycéens, ce qui devait être une banale dissolution d’une manifestation s’est transformé en manifestation sauvage accompagnée du camion du syndicat Solidaires duquel fusaient alternativement slogans énervés et musique techno. L’occasion était belle pour repeindre quelques murs de la ville, et c’est ce qui fut fait. Des agents de la brigade anti-criminalité (BAC) ont bien tenté une interpellation, mais la solidarité des manifestants alentour les à non seulement fait renoncer à l’interpellation, mais les a aussi forcés à quitter les parages du cortège ou plus de 1000 jeunes et de moins jeunes criaient leur refus de la misère sociale.

Aux alentours de 15h, la manifestation s’est muée en une grande Assemblée Générale pour évoquer les suites possibles du mouvement. Des perspectives concernant le mouvement lycéen ont étés évoquées, ainsi qu’un appel à des actions plus directes et immédiates, mais le formalisme excessif habituellement propre aux AG étudiantes n’a pas permis de les concrétiser ou de les planifier. Toutefois, dans le cadre de l’initiative d’occupation des places publiques « Nuit debout », une occupation festive et immédiate de la place de la Comédie a été décidée pour la soirée, voire la nuit.

Malheureusement, nous avons appris que la police a profité de la dispersion de l’Assemblée Générale pour procéder à l’interpellation violente de deux camarades qui rentraient chez eux. (Voir ici le communiqué de l’Assemblée contre l’état d’urgence, signé par le SCALP-No Pasaran 34).

En définitive, cette journée de mobilisation du 31 mars aura marqué, à Montpellier, le premier jalon d’une lutte massive contre la Loi Travail. Surtout, le nouveau mouvement lycéen apparu à l’occasion de cette journée s’est illustré par sa spontanéité, sa détermination et son originalité. De quoi espérer non seulement une amplification de la mobilisation, mais aussi une impulsion vers une volonté de s’affranchir des cadres restrictifs habituels pour aller vers des formes de luttes plus innovantes, déterminées et énervées.

SCALP – No Pasaran 34
http://www.scalp34.wordpress.comscalp.mtp@live.fr




-> http://scalp34.wordpress.com/2016/03/31/montpellier-un-lycee-bloque-et-une-manifestation-massive-contre-la-loi-travail/
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 17:12
Localisation: Millau

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités