Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 11 Déc 2016, 15:55

Fougères ouvert et solidaire

Migrantes et migrants : Fougères ouvert et solidaire

Depuis le 25 octobre, un centre d’accueil et d’orientation (CAO) a ouvert à Beaucé, dans la communauté de communes de Fougères (20 000 habitants et habitantes), pour accueillir 140 réfugié.es suite au démantèlement de la jungle de Calais.

Suite à l’annonce d’un CAO à Fougères (Ille-et-Vilaine), l’extrême droite, comme à son habitude, a tenté de monter les précaires les uns contre les autres. Le ponte régional du FN – résident à Fougères – voulait y organiser une manifestation afin de mobiliser ses partisans contre les migrants et migrantes.

De nombreux tracts mensongers (sur le vol du travail par les demandeurs d’asile – alors même qu’ils et elles ne peuvent pas travailler – sur d’éventuelles agressions, sur l’argent public dépensé…) ont été diffusés. La présence de l’extrême droite sur les marchés et dans l’espace public a créé une tension importante avec les habitants et les habitantes, alors même que le FN affirme avoir un discours visant l’apaisement.

En réaction, de nombreuses organisations politiques, associations, habitants et habitantes se sont organisé.es afin de lutter contre ce discours. Ainsi, en parallèle du rassemblement antimigrants organisé par l’extrême droite, qui réunissait environ 100 personnes venant de toute la Bretagne, 750 personnes se sont réunies au cri de « Fougères, Fougères, ouverts et solidaires », afin de témoigner leur soutien aux futurs résidents du CAO.

Lien social contre le rejet

L’extrême droite avait parié sur d’éventuels débordements afin de valider son discours. Les autres villes accueillant depuis plusieurs mois des CAO en témoignent : si certains habitants et certaines habitantes peuvent être réceptifs et réceptives aux discours de l’extrême droite, l’expérience n’a pas validé leurs espoirs.

C’est pour accueillir au mieux les migrants et migrantes et réunir les meilleures conditions possibles d’accueil, qu’un collectif d’habitants et d’habitantes s’est créé : Fougères Solidaires. Ce collectif agit en complémentarité des associations caritatives désignées pour accompagner l’accueil, afin de proposer des actions et des activités aux réfugié.es et aux Fougerais et Fougeraises (visites de la ville, cafés, jeux de société, collecte de vêtements, réparation de vélos…).

Ce collectif, qui existe depuis mi-octobre, vient de s’ouvrir à des résidents du CAO, et certains y participent. Au-delà de la solidarité qu’il contribue à faire exister, le collectif permet de créer du lien social entre les habitantes et les habitants eux-mêmes et avec les résidents et résidentes.

En cette période préélectorale nombre de partis politiques tentent de faire leur beurre en s’appropriant ce type d’initiatives populaires. Le cadre démocratique proposé pour le collectif permet de lutter contre cette récupération. Ce cadre permet également aux participants et participantes et aux résidents du CAO d’expérimenter la démocratie directe et l’autogestion, ainsi que d’échanger collectivement sur la pertinence des actions et les positions du groupe. En effet, certaines formes d’aide peuvent être infantilisantes et mettre en difficulté les résidents et résidentes. Un cadre collectif permet d’y réfléchir.

L’ouverture du CAO a eu des conséquences bien au-delà de l’accueil strict et les réponses collectives sont encourageantes.

Céline (AL Fougères)


http://alternativelibertaire.org/?Migra ... s-Fougeres
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 12 Déc 2016, 11:15

Mardi 13 décembre 2016

Répression anti-syndicale chez Thales 35

SOLIDARITÉ AVEC NOTRE CAMARADE DE LA CNT THALES VICTIME DE LA RÉPRESSION ANTI-SYNDICALE

Rassemblement devant le tribunal de Rennes le Mardi 13 decembre a 16h

Acharnement et répression syndicale chez Thales Microelectronics (TMI) a Etrelles (Ille-et-Vilaine). Anthony, delegue du personnel et RSS de la section CNT apres avoir ete delegue syndical et secretaire du CHSCT, passe en correctionnelle le 13 decembre prochain a Rennes. Parallelement, la direction de l'entreprise a lance une procedure de licenciement.

Solidarité avec notre camarade de la CNT Thales victime de la répression anti-syndicale.

IL LUI EST REPROCHÉ D’AVOIR COMMIS 3 INFRACTIONS :

Pour la premiere, il est accuse d’etre l’auteur de courriers et recus par une partie des salarie-e-s en octobre et novembre 2014. Ces courriers anonymes recapitulent l’ensemble des salaires en vigueur dans l’entreprise,
Pour la seconde, il est accuse d’avoir enregistre les paroles et photographie le directeur du site sans son consentement,
Pour la troisieme, il est accuse d’avoir enregistre les paroles de 2 gendarmes de Vitre sans leur consentement.

Pour ces faits, il encourt 5 annees de prison ferme et 300 000€ d’amende ainsi que le versement de dommages et interets aux victimes qui se sont portees parties civiles.

Pour la premiere infraction, la convocation n’indique aucune plainte de la part de l’entreprise ou de ses dirigeants mais donne les noms des salarie-e-s de TMI qui se sont declare-e-s victimes et qui ont porte plainte. Pour la seconde infraction, il n’y a que le nom du directeur de TMI et pour la troisieme, il n’y a que les noms des 2 gendarmes.

Les peines encourues sont lourdes de consequences car la plupart sont accompagnees d’amendes, de licenciement, d’interdiction d’exercer et du paiement de dommages et interets. Cette repression anti-syndicale, s’inscrit malheureusement dans un contexte social difficile pour l’ensemble des militants et des militantes syndicalistes.

LES EXEMPLES DE CES DERNIÈRES ANNÉES, MONTRENT BIEN LA VOLONTÉ POUR LE PATRONAT ET LES POUVOIRS PUBLICS DE BALAYER D’UN REVERS DE MAIN L’ACTION SYNDICALE DE TERRAIN ET DE COMBAT.

9 mois de prison ferme et 15 mois de sursis pour 8 syndicalistes de GOODYEAR ;
8 mois de prison pour Martin à St ÉTIENNE le 26 septembre 2016 ;
6 et 10 mois de prison pour François (CNT) et Antoine (CGT) en juin 2016 à LILLE ;
Condamnation définitive de Fouad (CNT) au versement de 40 000€ de dommages et intérêts à la SNCF après une action à METZ pendant le mouvement CPE de 2006 ;
8 mois de prison requis contre Nicolas (CGT) le 6 octobre à BOBIGNY ;
2 à 4 mois de prison requis contre 5 salariés d’AIR-FRANCE ayant participé à l’épisode de la chemise, etc...

Dans la plupart des cas, les dossiers sont vides mais les engagements politiques ou syndicaux des prevenu-es sont utilises pour justifier une aggravation des peines. C’est pour tout cela que nous ne pouvons pas prendre l’audience du 13 decembre 2016 a la legere. Vu les peines encourues, le recours a un avocat est indispensable et entraine une premiere depense de 1440€

APPEL À SOUSCRIPTION

LES SALARIÉ-E-S DE TMI ONT ÉTÉ APPELÉ-E-S A LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE POUR QU’ANTHONY PUISSE BÉNÉFICIER D’UNE DÉFENSE. ILS Y ONT RÉPONDU MAIS CELA NE COUVRE PAS LA TOTALITÉ DES FRAIS.

Les cheques peuvent etre envoyes au syndicat CNT-ETPRECI 35, BP 30423 35004 Rennes CEDEX ou sur le compte CNT ETPRECI IBAN FR8620041010130608184S03495 Code BIC : PSSTFRPPREN LA BANQUE POSTALE RENNES avec la mention « Solidarite Anthony »

PROCÉDURE DE LICENCIEMENT

CETTE PROCÉDURE DE LICENCIEMENT NE VISE QU’À ÉLOIGNER ANTHONY DE L’ENTREPRISE AFIN DE L’EMPÊCHER D’EXERCER SES MANDATS ET D’INFORMER SES COLLÈGUES.

Le 3 novembre 2016, un huissier est venu remettre a Anthony une lettre de convocation a un entretien prealable a sanction pouvant aller jusqu’au licenciement. L’entretien a eu lieu le lundi 14 novembre a 11h00. La Direction a expose ses griefs et convoque un Comite d’entreprise exceptionnel le lendemain 15 novembre pour se prononcer sur le licenciement. Soixante salarie-e-s ont debraye pendant la première demi-heure de la reunion.

Anthony estime ne pas avoir eu le temps de preparer sa defense dans un delai aussi court. Cinq representant-e-s CE ont prefere s’abstenir et une (CGT) a vote contre. Le secretaire du CE (CFTC) a redige un compte rendu partial ne reprenant que les arguments de la direction.

C’est aussi une maniere de decredibiliser son temoignage dans un proces toujours en cours devant le tribunal des affaires de securite sociales (TASS). En 2009, alors qu’il etait secretaire du CHSCT, une cadre de l’entreprise ecrasee par un management autoritaire s’etait suicidee a son domicile.

Les alertes qu’il avait lance plusieurs semaines avant sa mort ont permis au TASS de Rennes de requalifier le suicide en accident du travail.

C’est maintenant la reconnaissance d’une faute inexcusable de l’employeur qui est demandee devant le tribunal. Le temoignage d’Anthony demontre les fautes de la direction. L’audience aura lieu le 9 fevrier 2017. Sanctionner notre camarade Anthony aujourd’hui a des fins de discrediter son temoignage ne fait aucun doute ! L’inspection du travail n’a quant a elle pas encore statue sur l’autorisation de son licenciement.

Suivez les infos sur le blog de la section CNT de Thales Microelectronics : http://section-cnt-thales-etrelles.blogspot.fr/

Rassemblement devant le tribunal de Rennes le Mardi 13 decembre a 16 h !


https://nantes.indymedia.org/articles/36405
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 13 Déc 2016, 16:57

Mercredi 14 décembre 2016

Rassemblement pour la famille d’Adama Traoré

devant la mairie de Rennes à 17h30

A l’appel du Collectif contre la criminalisation du mouvement social, du Comité Zad Rennes, de l’UL CNT 35, de la maison de la grève, du NPA 35 (premiers signataires).

Le rassemblement pourra ensuite rejoindre celui de 18h30 pour le squat de la Poterie place de la République.

PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX…

Le 19 juillet dernier, Adama Traoré est assassiné par les gendarmes dans la ville de Beaumont sur Oise. S’en est suivie une série de mensonges grotesque pour maquiller la responsabilité des forces de l’ordre. On nous raconte d’abord, qu’Adama Traoré serait mort d’une pathologie cardiaque et non parce que les gendarmes « se trouvaient à trois dessus », selon leur propre témoignage. Cette manigance était peut-être trop grossière ? le procureur en charge de l’affaire a été dessaisi, et l’instruction transférée de Pontoise à Paris. Cependant, quatre mois plus tard aucun des gendarmes responsables de ce crime n’a été mis en examen.

Le collectif « Vérité pour Adama » réclame aujourd’hui que la lumière soit faite sur cette affaire, et que ce crime ne reste pas impuni. Mais jusque-là, la seule réponse qu’il a obtenu de la part de l’Etat c’est une plainte portée par la maire de Beaumont sur Oise contre la sœur d’Adama, pour diffamation. Celle- ci ayant effectivement osé dénoncer l’attitude de la mairie qui, se faisant l’alliée des forces de l’ordre, soutient de fait les violences policières. Comble du cynisme : la mairie a même l’intention faire porter aux proches du défunt, la responsabilité des désordres entraînés par cet assassinat.

Mais l’ignominie et l’acharnement ne s’arrêtent pas là. Le 17 novembre, alors que la famille, les amis d’Adama se rendent au conseil municipal pour contester cette plainte, ils sont accueillis par un cortège de gendarmes et de policiers qui leur y interdit violemment l’accès. Le soir lorsqu’ils rentrent dans leur quartier, c’est une véritable expédition punitive qui les attend. Une centaine de policiers occupe le quartier de Boyenval : il y en a sur les toits qui les braquent au flashball, une cinquantaine d’autres les charge sans sommation. A la suite de ces événements, le 22 novembre, deux frères d’Adama, Bagui et Youssouf sont arrêtés respectivement chez eux et à leur lieu de travail. Le lendemain ils sont placés en détention provisoire ; ils sont accusés sans preuve, d’outrage, rébellion et menaces de mort sur agents des forces de l’ordre. La plainte est portée par 9 policiers municipaux, soutenue par le témoignage des gendarmes de la ville (les mêmes qui sont toujours en liberté après avoir tué leur frère).

Comment expliquer cet acharnement sur la famille d’Adama et les habitants de son quartier ? Est-ce une volonté de criminaliser toute volonté de dénoncer et combattre l’impunité policière ? N’oublions pas qu’il y a un mois les policiers défilaient cagoulés et armés dans les rues de nos villes :ils réclamaient notamment « la présomption de légitime défense », c’est-à- dire, ni plus ni moins, le droit de tuer tout simplement. En manifestant deux ans jour pour jour après la mort de Rémi Fraisse, dans la ville où fut assassiné Babacar Gueye, c’est une démonstration claire que ce droit de tuer existe déjà bel et bien. Aussi quand la famille d’Adama subit un tel acharnement de la part des institutions, nous comprenons qu’il y a une volonté de rendre ce droit inviolable, et que le crime aujourd’hui c’est bien de le contester. Quand l’impunité policière est instituée, la répression ne s’arrête jamais. L’urgence s’il en est une, c’est de dénoncer et combattre le règne de l’arbitraire, de nous battre pour que l’idée de justice puisse encore avoir un sens.

POUR EXPRIMER NOTRE SOLIDARITE AUX HABITANTS DE BOYENVAL ;

POUR LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DE BAGUI ET YOUSSOUF TRAORE ;

POUR QUE LA VÉRITÉ SOIT FAITE SUR LA MORT D’ADAMA TRAORE ;

POUR QUE CESSENT LES VIOLENCES ET LES CRIMES POLICIERS ;

RASSEMBLEMENT A RENNES,

MERCREDI 14 DÉCEMBRE DEVANT LA MAIRIE A 17H30,

— JOUR DU PROCÈS DE BAGUI ET YOUSSOUF TRAORE —

Contact : ✉comitezadrennes@riseup.net


http://www.rennes-info.org/Rassemblemen ... -famille-d

ndlr Le préfet d’Ille-et-Vilaine a décidé, mardi 13 décembre, d’interdire la tenue, le lendemain, à Rennes d’une manifestation de soutien aux frères d’Adama Traoré . Le préfet Christophe Mirmand a justifié cette interdiction par « l’absence de déclaration préalable » ainsi que l’absence d’organisateur déclaré qui permettrait « de faire modifier le lieu de rassemblement et l’itinéraire » http://mobile.francetvinfo.fr/faits-div ... ef=acc_dir
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 16 Jan 2017, 18:04

Mardi 17 janvier 2017

[Proj-débat] "Ruptures", grèves étudiantes de 2012 et 2015 au Quebec

à 20h, Maison de la grève, 37 rue Legraverand, Rennes

Le Québec a connu de Février à Septembre 2012, la plus grande et plus longue grève étudiante de son histoire. Les étudiant-e-s étaient en grève contre le projet d'augmentation de 75 % des frais de scolarité déjà extrêmement élevés et rédhibitoires pour les moins riches.

Outre la grève générale étudiante illimitée, des manifestations monstres rassemblent des centaines de milliers de personnes. Concerts de casseroles, émeutes, plus d'une trentaine de manifestations nocturnes successives, actions de blocages et sabotages sont aussi mobilisées pour faire plier le gouvernement.

La lutte rencontre une féroce répression (prison, amendes, contrôles judiciaires, tir de flashballs à hauteur de visage, nasse des manifestations, etc.) et en mai est voté une « loi spéciale » visant notamment à empêcher les blocages des cours et au final, à tuer la grève. Cette répression et les brutalités policières ont provoqué, à l'image de l'échec de l'opération César, ici, en 2012, un élargissement du mouvement et des problématiques qu'il soulève bien au-delà d'une simple question étudiante.

En mars 2015, à l'annonce d'un nouveau plan d'austérité, s'initie un nouveau mouvement de grève qui durera plusieurs mois et rassemblera plusieurs dizaines de milliers d'étudiant-e-s.

Rupture recueille la parole d'une trentaine de militantes et militants aillant participé activement aux grèves étudiantes de 2012 et de 2015. Ce film se penche sur la rupture causée par la répression policière et la réaction des pouvoirs politiques et médiatiques à la grève. Plusieurs lignes le traversent : Le sens de la violence en politique, le renversement des rapports avec les institutions (famille, syndicats), les problèmes de la démocratie représentative et de la représentation au sein d'un mouvement de lutte, l'échec de la solution électorale qui a mis fin à la grève, ainsi que le constat d'un fonctionnement patriarcal et d'une attitude machiste tant au sein des associations étudiantes que de la part des policier.e.s et des gardien.ne.s de prison. Plusieurs des participant.e.s à Rupture ont été blessé.e.s et criminalisé.e.s en 2012 et 2015, et plus de la moitié sont des femmes. La réalisation a été assurée par le groupe Épopée auquel se sont joint des militant.e.s du mouvement de 2012.

Le film original dure environ 5h, nous en projetterons des extraits sélectionnées par une des réalisatrice, qui sera présente.

https://rennes.demosphere.eu/rv/11943
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 17 Jan 2017, 09:06

Mercredi 18 janvier 2017

Apéro-débat : Les élus ne représentent qu’eux-mêmes

Alternative libertaire Rennes vous invite à un apéro/débat sur le thème : « Les élus ne représentent qu’eux-mêmes », le mercredi 18 janvier à 19h30 à l’Amaryllis, 12, carrefour Jouaust, bas des Lices.

Alors que les élections présidentielles se rapprochent en France dans un climat fortement sécuritaire et nationaliste, le Collectif pour une Alternative libertaire de Rennes entend bien mettre sur la table les alternatives possibles à leur mascarade pour inventer et vivre vraiment la démocratie, dans nos quartiers et sur nos lieux de travail.

« Nous critiquons le caractère illusoire et mensonger de la « démocratie parlementaire » qui masque le pouvoir du mode de production capitaliste sur la société. La possibilité de choisir les dirigeants de l’État et les législateurs ne peut être dissociée de la structure hiérarchisée de l’État, ni de sa fonction de gestion du capitalisme. Le système parlementaire fait du citoyen un électeur passif, qui délègue son pouvoir à des dirigeants qui ne pourront pas agir contre les intérêts essentiels des classes capitalistes. »

Contact : rennes@alternativelibertaire.org

Image

http://www.alternativelibertaire.org/?R ... es-elus-ne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 19 Jan 2017, 15:37

Vendredi 20 janvier 2017 à Fougères

Manifestation et réponse sociale contre le Front National
à 19h Place Aristide Briant

Vendredi 20 janvier prochain, le FN organise un meeting à l'Aumaillerie pour débuter sa campagne présidentielle.

N'en déplaise à Gilles PENELLE, & malgré ce qu'il aimerait faire croire, Fougères n'est pas terre du FN, comme l'a récemment démontré l'accueil des réfugiés à Beaucé.

Ne rien faire contre ce meeting reviendrait à légitimer le discours haineux du Front National. C'est pourquoi plusieurs associations & collectifs de Fougères & de Rennes appellent à une manifestation qui est organisée en parallèle.

Venez nombreux pour prouver que Fougères ne se soumet pas au FN ni aux idées qu'il représente, et qu'elle reste une ville ouverte et solidaire.
Le FN ne passera pas à Fougères.

- Appel lancé par la CNT, PG 35, Alternative Libertaire & par des citoyens qui refusent de voir le FN reçu avec les honneurs à Fougères.


https://www.facebook.com/events/375661436129198/


Image

https://www.facebook.com/alternativelib ... s/?fref=ts
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 22 Jan 2017, 17:15

Mardi 24 janvier 2017

Rassemblement contre les violences policières

à 12h place Hoche, Rennes

Manual Valls est contre la violence… Voilà une révélation qui nous laisse pantois !

En effet, le gouvernement Valls a employé massivement la violence policière pendant 6 mois contre les opposants à la loi travail.

Particulièrement à Rennes, le bilan est sans équivoque :
• 255 blessés,
• dont 53 hospitalisations pour des fractures, des traumatismes, des crânes ouverts et la perte d’un œil lors de la manifestation du 28 avril 2016
• l’utilisation de plus de 1300 grenades lacrymogènes et de plus de 150 tirs de LDB 40 contre les opposants à la loi travail
• Une trentaine d’interdiction de manifester et des dizaines de condamnations…

Le gouvernement Valls avait suggéré de porter plainte contre les violences policières notamment auprès de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) en faisant croire qu’il y aurait des suites…

C’est donc ce qu’ont fait :
• Un conseiller municipal frappé par les brigades départementales d’intervention le 9 avril 2016.
• Des manifestants frappés lors de la manifestation du 29 mars 2016
• Des syndicalistes frappés lors d’une manifestation Pont Pasteur le 31 mai 2016
• Un étudiant qui a perdu un œil par un tir de LDB 40 le 28 avril 2016
• Deux jeunes qui à la suite de coups de matraques ont eu 111 jours d’ITT.
• Un responsable de SUD-PTT qui a reçu deux coups de poing de la part de policiers sans aucune raison lors d’une manifestation le 29 mai 2016 ainsi que le film de TVR Rennes le montre (émission Buzz et débats du 31 mai 2016) http://www.tvr.bzh/programmes/du-bu...
• etc…

A ce jour, la quasi-totalité des plaintes déposées a été « classée sans suite »…par le procureur de la République !

Le 24 janvier, les policiers responsables des violences du 28 avril 2016 et notamment du tir de LBD40 qui a occasionné la perte d’un œil à un étudiant rennais sont convoqués devant l’IGPN.

Parce que nous estimons que les dégâts humains consécutifs à la répression policière contre les opposants à la loi travail sont inadmissibles, l’union syndicale SOLIDAIRES 35 appelle à un rassemblement contre les violences policières le mardi 24 janvier à 12 heures place Hoche.

Solidaires 35


http://www.rennes-info.org/Rassemblemen ... ences,8295
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 30 Jan 2017, 11:59

du 2 au 4 février 2017 à Rennes

Des quartiers populaires aux mouvements sociaux, s’organiser face à la criminalisation

La criminalisation des luttes, des résistances, dans les quartiers populaires comme dans le mouvement social, tel sera le thème du cycle de conférences, rencontres et tables rondes qui se tiendra du 2 au 4 février 2017 à Rennes.

Le choc de la brutale répression policière et judiciaire qui s’est abattue à Rennes au printemps, alors que nous combattions « la loi travail et son monde », nous ont conduits à créer un collectif pour dénoncer et combattre la politique – désormais systématique – mise en œuvre par l’État pour faire taire les résistances.

Des nouvelles lois antiterroristes à l’instauration de l’état d’urgence, l’attirail répressif, pénal et administratif, s’est enrichi, élargi. Contre les syndicalistes en lutte, contre les soutiens aux sans-papiers et aux migrant.e.s, contre les zadistes de Sivens ou de Notre-Dame-des-Landes, contre les militant.e.s de la cause palestinienne, contre les manifestant.e.s de la loi travail, contre les victimes des violences policières, comme la famille Traoré, qui refuse de courber l’échine face à la brutalité l’État et ne cesse de crier justice.

Toujours plus violente, toujours plus coercitive – les interdictions de manifester et les assignations à résidence pleuvent et incarnent une nouvelle facette du maintien de l’ordre –, la mécanique répressive que l’état d’urgence a débridée prend peu à peu racine dans le quotidien. Sous couvert de lutter contre le terrorisme, l’état d’urgence permet surtout au pouvoir de frapper quiconque lui serait un peu trop encombrant (comme l’a lui-même avoué le président Hollande).

Au-delà de la dénonciation, nous voulons analyser l’évolution de ces dispositifs de répression et combattre leur banalisation, discrète mais efficace. Comprendre pour se défendre.


Jeudi 2 février 2017

À la Maison de la Grève, hébergée au 37 rue Legraverend (métro Anatole-France)

19h – Cantine de soutien organisée par le comité ZAD.

20h – Projection du documentaire « Fajara : Calais sur les chemins de l’espoir, suivi d’une discussion »
Avec Isabelle Grenet, réalisatrice de « Fajara » et des militants No border.

« Fajara » est un documentaire tourné dans la « jungle » de Calais par Isabelle Grenet, pendant neuf mois, de l’automne 2015 au printemps 2016. Il retrace la vie des exilé.e.s sur ce territoire et recueille leurs témoignages. Il aborde également l’action des associations humanitaires, des bénévoles, mais aussi les violences policières subies par les migrants. Les habitant.e.s de la jungle ont subi plusieurs expulsions de leurs lieux de vies, ce que la réalisatrice Isabelle Grenet a saisi lors de son séjour là-bas.

« Fajara » est aussi porteur d’espoir pour tous ceux et toutes celles qui tentent de passer la frontière pour aller en Angleterre. Nous verrons que certains y arrivent et que des familles se retrouvent.

Plus d’informations sur le film sur www.fajara.fr


Vendredi 3 février 2017

à la Maison de la Grève, hébergée au 37 rue Legraverend (métro Anatole-France)
16h30 : Atelier sécurité numérique et sur internet

Quelles sont les différents types d’interceptions des communications sur internet ? Les menaces qui pèsent sur la vie privée et la façon de s’en protéger. Venez avec une clé USB si vous voulez qu’on vous transmette de la documentation.

à Carrefour 18, 7 rue d’Espagne (métro : Henri-Fréville)
18h-20h – Table ronde sur la militarisation du maintien de l’ordre.
Avec Amal Bentounsi, du collectif Urgence notre police assassine et sœur d’Amine Bentounsi, tué par la police en 2012 ; Pierre Douillard-Lefevre, blessé par un tir de flashball en 2007 et la présence du collectif Justice et vérité pour Babacar Gueye, abattu par BAC en 2015.

Nous vous proposons, lors de cette table ronde, d’analyser la séquence politique d’évolution du maintien de l’ordre, dans laquelle nous nous trouvons. Il s’agira de mettre en lumière comment cette politique est l’accomplissement de vingt années de surenchère sécuritaire et d’expérimentation d’un nouvel arsenal policière, dans les quartiers périphériques des métropoles et aux frontières de l’Europe.

20h-21h – Repas / Cantine de soutien à l’événement

21h-22h30 – Lutter sous état d’urgence
Avec Bernard Schmid (juriste), Raphaël Kempf (avocat) et Aïnoha Pascual (avocate).

Depuis la première promulgation de l’état d’urgence il y a un peu plus d’un an, le pouvoir politique et la législation tendent à ancrer ce régime d’exception dans le temps. Ces mesures viennent alors bouleverser la fiction sur laquelle sont construites les structures juridiques qui fondent les États démocratiques libéraux.

Bernard Schmid, Aïnoha Pascual et Raphaël Kempf dresseront un bilan de la mise en place de l’état d’urgence dans la machine juridique et son évolution, puis il.le.s placeront ces mesures dans une perspective historique. Nous nous questionnerons sur les moyens d’action de la police, l’évolution du jeu entre le pouvoir administratif et le pouvoir judiciaire et comment prendre acte de la pérennisation de l’état d’urgence dans les luttes présentes et à venir.


Samedi 4 février 2017

à Carrefour 18
7 Rue d’Espagne. Rennes – Metro : Henri Fréville

14h-16h – Le syndicalisme dans le collimateur
Avec Xavier Matthieu (ancien délégué syndical CGT de l’usine Continental – sous réserve), Anthony (membre de la section syndicale CNT-Thales) et des syndicalistes de la Poste.

Continental, Air France, Goodyear. Les cas les plus connus de répression syndicale ont en commun de conduire en justice des militants qui ont mis en œuvre des actions radicales pour s’opposer à la toute puissance du patronat. La direction de la Poste, dans le Nord, en région parisienne, et en Ille-et-Vilaine est également coutumière de la chasse aux syndicalistes...

Et l’on voit s’organiser la surveillance menaçante du mouvement syndical, qui dessine, bien avant la loi Travail, les contours de relations sociales au travail, qui excluent la lutte et le conflit pour reposer exclusivement sur un « dialogue social » verrouillé par l’État et les patrons.

16h-16h30 – Goûter

16h30-19h30 – Retour sur le mouvement de la loi travail
Discussion animée par le Collectif contre la criminalisation du mouvement social (CoCoCriM)

Après plus d’un an d’état d’urgence et un mouvement social qui s’est étendu dans la durée, nous voulons disséquer, à partir des différentes discussions de la semaine, ce qui a fait la spécificité de ce mouvement, à Rennes en particulier. Quel échelon répressif a été franchi ? Comment s’est adapté le mouvement aux nouveaux dispositifs ? Comment faire pour que ces outils, voués à nous diviser, nous isoler et nous intimider, ne soient plus opérants ?

19h30-20h30 – Repas / Cantine de soutien à l’événement

20h30-minuit – Concert
Tasty Granny // Channel +
et invités

https://expansive.info/Des-quartiers-po ... e-a-la-278
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 03 Fév 2017, 21:56

Lundi 6 février 2017

Réunion publique - Violences faites aux femmes : combattre le patriarcat, une perspective féministe libertaire !

Les violences faites aux femmes ont lieu dans la sphère privée, au travail, dans l’espace public. Aujourd’hui, avec l’approche des présidentielles, de nombreuses personnalités politiques s’autorisent à donner un avis sur la gestion du corps des femmes par d’autres (IVG, voile ou pas,....).

C’est pour proposer un espace d’échange afin de dénoncer les violences subies par les femmes et comment nombre de personnes instrumentalisent leurs corps qu’un débat aura lieu le 6 février 2017 à 19h30 au Papier Timbré.

Ce sera également l’occasion d’échanger autour de perspectives d’action pour le 8 mars, journée historique de lutte des femmes !


Image

http://rennes-info.org/Reunion-publique ... ces-faites
http://alternativelibertaire.org/?Contr ... s-aux,7213
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 07 Fév 2017, 09:20

Mardi 7 février 2017 à Fougères

AL Fougères organise une réunion publique contre les violences faites aux femmes. Avec des perspectives d’actions au programme ! Aux Urbanistes (salle Ernest-Feuvrier)

Les violences faites aux femmes ont lieu dans la sphère privée, au travail, dans l’espace public. Aujourd’hui, avec l’approche des présidentielles de nombreuses personnalités politiques s’autorisent à donner un avis sur la gestion du corps des femmes par d’autres (IVG, voile ou pas,....). C’est pour proposer un espace d’échange afin de dénoncer les violences subies par les femmes et comment nombre de personnes instrumentalisent leurs corps qu’un débat aura lieu le 7 février. Ce sera également l’occasion d’échanger autour de perspectives d’action pour le 8 mars, journée historique de lutte des femmes.


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 13 Fév 2017, 10:58

Assemblée générale pour Théo à rennes 2 ce lundi 13 février à 12h30

Personne n’a pu échapper aux événements des derniers jours. Sans forcément revenir sur le déroulé de l’affaire, nous voulons discuter dans le cadre de l’université de notre possible expression commune.

Violences d’Etat, répression, racisme, culture du viol, répression des quartiers populaires, lien avec la jeunesse... De nombreuses discussion pourront avoir lieu, mais n’oublions pas que l’objectif est d’arriver à lancer des initiatives.

Assemblées générales, manifestation, déclaration publique, pétition pour un récipicé, collecte de fonds pour le paiement des frais d’avocat, débats, conférences, ateliers, témoignages, création d’affiches, rédaction de tracts, ... Plusieurs options sont à notre disposition, à nous de voir celles qui font accord pour les mettre en place et que la peur change de camp.

Tout le monde est le·a bienvenue.
Alors rendez-vous à la fac de Villejean ce lundi 13 février à 12h30 pour s’organiser contre le racisme d’État et la répression policière.

https://expansive.info/Assemblee-genera ... -12h30-317
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 17 Fév 2017, 12:54

Samedi 18 février 2017

Manifestation en soutien à Théo et tou·te·s les autres

Rassemblement à 15h, place de la mairie

On ne peut plus fermer les yeux. Les exactions policières sont courantes, et le viol de Théo à Aulnay-sous-Bois n’est qu’un exemple supplémentaire de ce que nous dénonçons depuis des années.
Tout accable la police dans cette affaire, ne pas prendre parti revient à la soutenir ou l’excuser.

D’autre part, ce que nous voyons très clairement, c’est la réponse sécuritaire de l’État : occupation militaire du quartier, hélicos, sniper, HK G36, tirs à balles réelles sur les habitant·es. L’État entend donc gérer les révoltes avec des armes de guerre. Il ne dépend que de nous de laisser faire ce nouveau glissement sécuritaire. Mercredi à Rennes les CRS arboraient aussi leur fusil d’assaut pour encadrer la manif de soutien aux habitant.e.s d’Aulnay. Que ce soit dans les quartiers populaires ou dans les mouvements sociaux, les violences policières relèvent selon nous de la même logique.
Samedi, il.le.s étaient des milliers à faire parler leur colère devant le tribunal de Bobigny.
Il ne s’agit pas pour nous de réclamer la justice. Nous ne croyons pas dans les institutions de notre pays : prison ferme pour les manifestants, flics violeurs toujours en liberté. La seule réponse conséquente est la construction d’un réel rapport de force et la propagation de pratiques d’autodéfense, autant dans la rue que dans les tribunaux. C’est précisément ce qui se passe dans les émeutes, d’Aulnay à Bobigny. Ce sont des actes politiques. Nous ne saurions nous en dissocier. Nous pensons qu’un mouvement se compose dans l’articulation de ses différentes formes d’expressions et de pratiques.

Nous entendons maintenir la pression dans notre centre-ville : si nous dispersons les forces policières, il sera moins facile pour elles de continuer à terroriser les habitant·e·s des quartiers populaires. Que plus personne ne puisse ignorer le vrai visage de leur « paix sociale ».
Soyons plus nombreux·ses et déterminé·e·s, expérimentons de nouvelles stratégies pour déjouer leurs dispositifs. Reconduisons ces appels sans faillir.
La police torture, la troupe tire de nouveau sur la foule, ne nous laissons pas faire !

Rassemblement MERCREDI 15 FEV, 17H RUE LEBASTARD
Manifestation SAMEDI 18 Fev, 15h PLACE DE LA MAIRIE

AG Rennes 2


https://expansive.info/Rassemblement-me ... heo-et-319
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 27 Fév 2017, 12:07

Mercredi 1er mars 2017

Synchronisons nos montres !

Nous nous sommes rencontré·e·s, entre autres, durant le mouvement contre la loi travail mais aussi sur d’autres moments de luttes. Ce que nous avons réussi à construire au printemps dernier en terme de rencontres et de composition politique nous est précieux.

Nous aimerions faire perdurer et renforcer les liens créés lors de ce moment en réunissant le plus largement possible les différent·e·s individu·e·s, groupes, syndicats et associations qui luttent et s’organisent autour de Rennes.

On propose de se retrouver autour d’un repas pour partager nos prochains rendez-vous respectifs et élaborer des dynamiques communes sur Rennes.
Car les élections approchent à grand pas et, déjà, une chose est sûre : seule la force du mouvement social nous permettra d’envisager collectivement un avenir désirable. Il n’y a pas de raison d’attendre ces échéances pour nous préparer aux prochaines attaques gouvernementales afin de pouvoir au mieux les contrecarrer et reprendre l’initiative, dans la rue, les assemblées de lutte, dans les boîtes comme à la fac.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de s’organiser par rapports aux différents appels nationaux, de revenir sur le week-end parisien « Génération ingouvernable » (28 et 29 janvier) et sur la semaine de résistances à Nantes (du 20 au 26 février). Nous aimerions aussi nous organiser localement autour de la marche pour la justice et la dignité du 19 mars à Paris.

Enfin, nous pensons cette rencontre comme un espace de coordination locale qui permettrait de soutenir les différentes luttes en cours : des CAO (centres « d’accueil et d’orientation » des migrants de Calais) aux bureaux de poste, en passant par la ZAD de NDDL.

Retrouvons-nous le mercredi 1er mars à l’hôtel pasteur, 2 place pasteur, à Rennes. Dès 18h30, nous partagerons nos rendez-vous respectifs. Puis, après, le repas, nous proposons de discuter tou·te·s ensemble des perspectives politiques rennaises.

https://expansive.info/Synchronisons-nos-montres-338
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 03 Mar 2017, 16:13

Vendredi 3 mars 2017

Réunion d’infos et d’échanges sur Linky

Une réunion d’information et d’échanges sur les nouveaux compteurs électriques Linky aura lieu vendredi 3 mars, à 18h30 à la maison de quartier de Villejean.
Petite restauration à prix libre sur place. « Auberge espagnole » bienvenue

Depuis décembre 2015, l’État et Enedis nous imposent l’installation des compteurs électriques communicants « LINKY ».

Linky est un outil privilégié pour nous faire basculer définitivement dans la société du tout numérique, occultant les problématiques liées aux données personnelles, à la santé et au choix de société qui nous est imposé... De nombreuses communes et collectifs s’opposent à ces installations à travers le pays.

Qu’en est-il à Rennes ?

Carpes
http://www.carpes-rennes.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 05 Mar 2017, 19:53

Welcome Map Rennes

Welcome Map Rennes, c’est une carte en ligne à destination des exilés et sans abri qui arrivent ou sont déjà sur Rennes.

Pour qui ?
L’idée est que les personnes qui en ont besoin puissent trouver les différents services d’urgence sur Rennes, qu’il s’agisse de savoir où manger, où se poser, où prendre une douche, mais aussi avec qui faire les démarches administratives et obtenir de l’aide juridique. Grâce à un système de calques, il est possible d’afficher uniquement les lieux d’un "thème" particulier.

Toutes les personnes qui sont en lien d’une façon ou d’une autre avec des personnes migrantes ou sans abri peuvent également être relai de cette carte. N’hésitez pas à dire qu’elle existe, qu’on peut la regarder sur le téléphone. N’hésitez pas non plus à vous en servir pour orienter les personnes qui en ont besoin. Welcome Map Rennes ne sera utile que si le plus grand nombre s’en saisit et sait qu’elle existe.

... https://expansive.info/Welcome-Map-Rennes-355
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité