Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 09 Oct 2015, 06:36

Vendredi 9 octobre

L’union locale rennaise de la CNT organise une discussion sur nos pratiques syndicales actuelles avec René Berthier, autour de son livre, « La Fin de la première Internationale ».

Sortie par les éditions du monde libertaire, "la fin de la 1re internationale" revient sur l’idée de Bakounine selon qui « aucune idéologie ne devait dominer dans l’Internationale », celle-ci devant être un mouvement de masse.

Après que l’Internationale dite anti-autoritaire a surmonté la crise due aux manipulations bureaucratiques, elle devient anarchiste, allant à l’encontre de ce que voulait Bakounine et a précipité la chute de l’organisation qui devint un groupe affinitaire.

René Berthier propose une interprétation qui sort des idées reçues concernant un épisode important de l’histoire du mouvement social.

René Berthier, né en 1946, est un militant libertaire et anarcho-syndicaliste français. Membre de la fédération anarchiste depuis les années 80, aujourd’hui retraité il milite au groupe Gaston Leval et se consacre à la fois à un travail d’écriture dans le domaine théorique et historique et à un travail d’organisation sur le plan international.

Conférencier et auteur de nombreux textes sur le sujet, il est un des spécialistes contemporains de l’œuvre de Bakounine, qu’il aborde à partir d’une pratique militante.

Cette soirée se passera au Papier Timbré (rue d’Echange) à Rennes, à partir de 19h, le vendredi 9 octobre. Resto végétarienne sur place.

Elle se terminera en musique avec DJ Barrouff (pousse disque punk).


Image

http://rennes-info.org/La-CNT-35-invite-Rene-Berthier
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 01 Nov 2015, 03:17

Appel à la création d’un comité ZAD sur Rennes

le jeudi 5 novembre à 18h au bar le Panama

Image

Le conflit est réouvert

La lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est à nouveau menacée. Au nom de la sainte Économie le gouvernement promet l’expulsion des habitants, la destruction du bocage, de ses cultures et de ses espèces protégées. Chaque déclaration de Manuel Valls résonne comme une nouvelle sommation : « Ce projet, nous le soutenons. L’aéroport se fera. », « le gouvernement ne cédera jamais face aux intimidations d’une minorité d’individus ultraviolents ». Les récents agissements des autorités nous prouvent qu’ils se préparent à joindre les actes à la parole. Le 22 septembre, le juge des expropriations tente de venir sur la ZAD (Zone à Défendre) en vue de l’éviction des locataires. Le 10 octobre, alors qu’une nouvelle occupation à lieu dans le but d’installer une conserverie à l’est de la zone les gendarmes essaient en vain d’intervenir. Si ces provocations ont été repoussées, elles nous indiquent qu’une nouvelle opération d’envergure se prépare. Il faudra encore une fois la détermination de tout le mouvement sur place et partout en France pour la stopper.

Que veut détruire le gouvernement ?

Depuis 2012 et l’échec de l’opération César Notre-dames-des-Landes est devenu un symbole et un exemple bien vivant. Un symbole car ce conflit nous prouve que la victoire est possible. Partant du refus face à un projet grotesque d’aéroport, ceux qui luttent ont surmonté la résignation et la peur, ont combattu la brutalité des forces de l’ordre et le cynisme des bétonneurs. Sur les barricades et dans les tribunaux, présents dans la rue comme pour écrire des recours juridiques les opposants ont su dresser les multiples fronts qui mettent un point d’arrêt à l’avancée du projet. Mais, peut-être, plus que tout si la résistance n’a jamais faiblit, c’est que partant d’un NON à l’aéroport, la ZAD est devenue une terre où s’expérimentent de nouvelles manières de vivre. Les moments vécus entre nouveaux occupants et anciens habitants à construire des cabanes, cultiver des terres, partager des savoirs faire et à discuter ardamment en assemblée ou autour d’un verre ont rendu possible de s’organiser sans les formes partout désavouées de la politique classique, sans le diktat du marché. Ce qui est possible à Notre-Dames-des-Landes est possible ailleurs. C’est aussi cela que le pouvoir veut abattre, cela qu’il nous faut défendre.

Comment réagir ?

Dans ce contexte de menace, les associations historiques, les comités présents dans la région de Nantes et le mouvement d’occupation appellent à se mobiliser à nouveau. Manifestations, blocages et occupations disent les affiches et les communiqués invitant s’organiser dès maintenant en cas de futures expulsions. Comment s’en ressaisir depuis Rennes ? Des pistes nous sont données par une source proche du ministère de l’Intérieur1 : "Il faudrait entre 15 et 18 unités mobiles présentes 24 heures sur 24 pour dégager le site. Mais il faut mobiliser cet effectif pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Avec les repos et les jours de congés, cela veut dire qu’il faut [...] un tiers des unités disponibles en France. Pendant ce temps, qui luttera contre la délinquance dans les cités sensibles, qui sécurisera les matchs de foot ou les déplacements de personnalités ?". Le gouvernement croit être en capacité d’écraser la résistance sur place mais il ne pourra pas faire face à un mouvement d’ampleur sur toute la France.

C’est pourquoi répondant à l’appel des opposants, la Maison de la Grève propose la création d’un comité ZAD à Rennes pour empêcher la tenue d’une nouvelle opération et pour propager ici les espoirs portés par ce qui s’expérimente à Notre-Dame-des-Landes. Pour cela, il nous faudra être le plus nombreux possible : des agriculteurs ayant participé au convoi de Rennes à Nantes le 22 février 2014 jusqu’à ceux et celles qui étaient dans la rue suite à la mort de Rémi Fraisse il y a un an. Nous devrons être en mesure de reproduire la diversité tactique que la lutte de la ZAD nous a enseigné.

S’organiser dès maintenant peut se faire à plusieurs niveaux. Une première manière serait de répondre à la guerre médiatique visant à préparer aux expulsions : faire connaître ce qui se vit aujourd’hui sur la ZAD (les nouvelles occupations, et l’actualité de la lutte) ou encore partager comment l’opération César a été mise en déroute. Une autre pourrait être de préparer une manifestation en cas d’attaque, comme cela est déjà prévu à Nantes, comme cela avait été fait à 40 000 personnes pour réoccuper la zone en 2012. On pourrait aussi imaginer se coordonner avec les autres comités bretons pour que des contre-feux s’ouvrent partout dès les premières interventions des gendarmes mobiles. De multiples autres initiatives sont bien-sûr à mettre en place.

Tout cela est à inventer ensemble.

RDV le jeudi 5 novembre à 18h au bar le Panama


https://maisondelagreve.boum.org/Nouvel-article




Rennes, jeudi 5 novembre 2015

Projection de « La fête est finie » de Nicolas Burlaud

Image

La section universitaire de la CNT 35 vous invite à une projection-débat sur le thème de la gentrification le jeudi 5 novembre de 18h à 21h, amphithéâtre E2, bâtiment E, sur le campus de Rennes II. Une cantine végétalienne sera disponible pour la pause repas entre la projection et le débat. L’entrée est libre, une caisse de soutien sera installée pour la cantine et surtout pour l’équipe de production du documentaire, qui fait avec peu de moyens, dans une volonté d’indépendance.

Le collectif rennais Place A Défendre, en lutte contre l’embourgeoisement de la place Sainte-Anne et qui a récemment lancé un appel contre le système public de délation Rennes Cité Zen, sera représenté par un-e intervenant-e pour réfléchir sur la situation locale.

Nous souhaitons développer une réflexion collective sur "la politique de la ville" de Rennes et ses conséquences pour tous (construction du Palais des Congrès, mort programmée de la Rue de la Soif telle que nous la connaissons, promotion immobilière active dans toute la ville, Rennes Cité Zen, projet de ligne à grande vitesse Paris-Rennes prévue pour 2017, etc.) tout en l’inscrivant dans une lutte générale qui doit se jouer dans toutes les villes touchées ici et ailleurs.

Nous avons choisit de projeter La fête est finie de Nicolas Burlaud qui présente la gentrification en cours à Marseille et le rôle de cheval de Troie joué par l’élection de Marseille, en 2013, au titre de "Capitale de la culture européenne". Marseille, dernière grande ville dont le centre-ville reste populaire, est attaquée par la rénovation urbaine et les « nouveaux/nouvelles habitant-e-s » qu’elle doit amener dans ses bagages.

Que peut nous apprendre le cas de Marseille sur ce phénomène mondial et sur le cas de Rennes ? Se limite-t-il seulement à la métropolisation de certaines grandes villes ? Quels moyens de lutte peuvent être mis en place ? Que pouvons-nous faire pour ne pas être des acteurs/actrices de la gentrification au quotidien ? Quelle convergence des luttes sur ce sujet ?

En espérant que cette projection-débat puisse apporter à la lutte sur ce sujet,

La CNT-FAU Rennes

http://rennes-info.org/Projection-de-La ... t-finie-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 10 Nov 2015, 08:55

Mardi 10 novembre 2015

[Réunion] La sécurité sociale 70 ans. Quelle histoire, quel avenir ?

à 14h, Maison des Associations, 6 cours des alliés (Métro Charles de Gaulle) Rennes

Appel à s'associer : Assurés sociaux, salariés malades et non malades...

Si vous êtes mécontents qu'on vous refuse vos droits (indemnités journalières, invalidité ...). La CPAM 35, HORS LA LOI, limite les indemnités journalières (IJ) à 3 mois alors que le code de la sécurité sociale dit 1 an.

Si vous vous sentez maltraités par les médecins-conseils et les médecins experts, qui vous désignent comme des profiteurs-tricheurs à sortir des registres de la CPAM.

Si vous n'êtes pas d'accord avec la fermeture de votre centre d'accueil (ex. Villejean) et la privatisation sournoise de la sécu au profit des mutuelles qui feront la loi et les droits.

Si vous pensez que les vrais profiteurs qui échappent aux contrôles ne sont pas ceux qu'on pense (laboratoires pharmaceutiques et prescripteurs). 98% de la formation continue des médecins est faite par les laboratoires.

Si vous voulez en savoir plus sur « le parcours de l'assuré », les rapports entre CPAM et pôle emploi, le code de déontologie médicale

Ensemble, créons une association de défense des assurés de la CPAM

Action soutenue par l'Assemblée des Précaires Solidaires




Mercredi 11 novembre

Manifestons contre le harcèlement visant les migrant-e-s et les "MIE"

Mercredi 11 novembre, la ministre de la justice et plusieurs responsables de la préfecture d'Ille-et-Vilaine seront présents à la Halle Martenot (Place des Lices) pour l'anniversaire de la Ligue de l'Enseignement.

A cette occasion, le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes appelle à manifester :
• contre le harcèlement préfectoral et le racisme institutionnel qui visent les personnes étrangères à la préfecture de Rennes (après 5 semaines de mobilisation devant la préfecture)
• contre le choix du gouvernement et de sa majorité, de ne pas abolir les tests osseux, pratiqués de force sur les Mineurs Isolés Etrangers pour "vérifier" leur âge.

Rendez-vous Place de la Mairie à 18h15, pour un départ collectif à 18h30 jusqu'à la Halle Martenot.

Sur place, tracts, banderoles et mégaphones permettront d'interpeller les participant-e-s et les passant-e-s, sans empêcher le déroulement de l'évènement associatif.

http://rennes.demosphere.eu/rv/9985
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 12 Déc 2015, 12:27

Samedi 12 décembre 2015

MANIFESTATION REGIONALE MIGRANTS
POUR DENONCER LE RACISME INSTITUTIONNEL ET LE HARCELEMENT PREFECTORAL CONTRE LES PERSONNES ETRANGERES

SAMEDI 12 DECEMBRE A RENNES
Rendez-vous à 15 h place de la mairie

La Coordination régionale Bretagne - Pays-de-la-Loire solidaire des personnes immigrées - qui réunit une bonne dizaine de villes de l'Ouest - a décidé d'appeler à une manifestation régionale le samedi 12 décembre dans les rues de Rennes. La manifestation partira à 15 h place de la mairie et se terminera devant la préfecture de région vers 16 h 30. Si la Coordination parvient à obtenir - comme elle va le demander - un rendez-vous avec le Préfet, les manifestant-e-s seront invité-e-s à soutenir la délégation.

Les villes de Lannion, Laval, Nantes, Quimper ont déjà annoncé leur participation à cette manifestation. Nous attendons les retours des autres.

L'objectif de la manifestation est de soutenir les mobilisations rennaises contre le racisme institutionnel et le harcèlement préfectoral que subissent les personnes étrangères dans leurs démarches auprès de la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Si plusieurs pratiques préfectorales sont aussi repérables dans d'autres départements, nombre de pratiques sont spécifiques à l'Ille-et-Vilaine qui joue le rôle de département pilote.

Nous dénoncerons 5 formes de harcèlement préfectoral (voir tract ci-joint et argumentaire ci-joint), notamment l'obligation d'utiliser Internet pour les démarches hors asile, le contrôle préfectoral de la manière dont les demandeurs d'asile ont fui leur pays pour leur diminuer leurs droits, la privation de plus en plus fréquente de l'accès au séjour pour des mères d'enfant français...

Nous invitons chaque ville à diffuser ce tract et cet argumentaire pendant les deux semaines qui viennent et qui nous séparent du jour J.

Nous invitons aussi chaque ville à préparer une prise de parole durant la manifestation afin de raconter les dysfonctionnements, les harcèlements, que subissent les personnes étrangères dans les autres préfectures.

Par ailleurs, le matin, une formation juridique sur la nouvelle loi sur l'asile et sur la nouvelle loi sur l'immigration sera proposée de 10 h à 13 h. Le lieu sera communiqué ultérieurement. Une personne spécialiste du droit des étrangers de la FASTI animera cette formation.

Pour les gens venant de l'extérieur, un repas sera proposé de 13 h à 14 h 30 avant de partir rejoindre la manifestation. Et, après la manifestation, un apéritif joyeux nous permettra de fêter la victoire. Car, oui, nous allons gagner étant donné qu'on est tellement au fond du trou que la remontée est assurée !

http://rennes.demosphere.eu/rv/10156
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 28 Déc 2015, 01:52

tracto-vélo Contre l’aéroport, pour l’abandon immédiat des procédures d’expulsion

Suite aux procès ’ajournés’ du 10 décembre visant à expulser les habitant.e.s historiques, et dans un climat d’annonces d’expulsions et de reprise de travaux au début de l’année 2016, montrons à l’Etat et Vinci que nous ne nous laisserons pas faire.

Le mouvement contre l’aéroport appelle à une grande journée de mobilisation le samedi 16 janvier.

à Rennes, À PARTIR DE 11H défilé et rassemblement TRACTEURS et VÉLOS

a l’appel du COLLECTIF DE SOUTIEN NDDL35 et de COPAIN35

Communication de COPAIN 35 et du Collectif 35 contre l’aéroport de Notre Dame des Landes*

Pour réaffirmer notre opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et témoigner de notre indignation face à la procédure de référé en expulsion qui menace 11 familles et 4 fermes sur la ZAD depuis le mois de Décembre 2015 *(communication en pièce jointe)*, nous, citoyen-ne-s et paysan-ne-s d’Ille-et-Vilaine, appelons à une grande manifestation à Rennes le Samedi 16 Janvier 2016.

Cette journée du 16 Janvier sera une grande journée de mobilisation contre le projet d’aéroport partout en France, où des tracto-vélos sont organisées à Nantes et dans différentes villes du pays. Nous demandons ainsi aux élus de Rennes Métropole, du Département d’Ille-et-Vilaine et de la Région Bretagne de revoir leur position vis à vis de ce grand projet inutile et imposé.

GRANDE TRACTO-VÉLO À RENNES SAMEDI 16 JANVIER 2016 POINTS DE RDV À 11H :

Nous appelons les paysan-ne-s d’Ille-et-Vilaine en tracteurs ,** les citoyens en vélo *a se retrouver à 11h :
- devant la Bintinais à Noyal-Chatillon (écomusée) pour le convoi Sud - devant le Conseil Régional, pour le convoi du Nord - à Villejean (à préciser) pour le convoi Est

Nous nous retrouverons tous à Rennes Métropole à 12h pour un grand pique-nique et des prises de parole.

L’organisation pratique sera communiquée prochainement.

le COLLECTIF 35 CONTRE L’AEROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES COPAIN 35 (*C*ollectif des* O*rganisations* P*rofessionnelles *A*gricoles* IN*dignées par le projet d’aéroport) : Accueil paysan, ADAGE, Agrobio35, Brind’Herbe, Confédération paysanne 35, FDCIVAM35, Manger bio, Terre de Liens

*Nous appelons les organisations des autres départements bretons à proposer une mobilisation dans d’autres villes de la région ou à nous rejoindre sur Rennes en fonction des moyens présents.*

une RÉUNION est prévu À RENNES le LUNDI 28 DÉCEMBRE prochain à 20H30

On ne lâche pas !

https://zad.nadir.org/spip.php?article3329
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 14 Jan 2016, 17:02

Samedi 16 janvier 2016

Tracto-Vélo contre l'aéroport NDDL

à 11h
- l'hôtel de Région - 283 Avenue Patton au nord de Rennes.
- la Fac de Villejean (Station de métro ''Villejean Université'') à l'ouest de Rennes.
- de l'écomusée de la Bintinais, au sud de Renne

Les 3 convois se retrouveront devant Rennes-Métropole sur les coups de 13h00 pour un pique-nique - restauration possible sur place - et des prises de paroles.

https://nantes.indymedia.org/events/32997

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 17 Jan 2016, 14:38

lundi 18 janvier 2016

Charles Martel de l’histoire au mythe identitaire

Conférence de William Blanc

Dans le cadre du fest-noz antifa, nous co-organisons avec le Mouvement Germinal et la CNT une conférence portant sur le dernier ouvrage de William Blanc et Christophe Naudin. Nous avions déjà eu l'occasion de faire intervenir William Blanc pour la sortie de son ouvrage précédent. La conférence est toujours en écoute ici http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon ... iam-blanc/.

à 18h30, Institut d’Études Politiques, 104, bd de la Duchesse Anne - 35700 Rennes


Image

De l'histoire au mythe identitaire

La bataille de Poitiers, en 732 (ou 733), opposant les troupes arabo-berbères d'Abd al-Rahmân aux Francs de Charles Martel, est un événement de l'histoire de France peu à peu devenu mythe historiographique et enjeu de mémoire. Alors que le dernier livre véritablement consacré à la question date de 1966, les années 2000 ont vu l'apparition d'un nombre croissant de publications souvent écrites sans distance ni mesure. Au même moment, la commémoration de l'événement est devenue l'objet d'utilisations politiques par l'extrême droite occidentale, phénomène qui a culminé en France avec l'occupation, en octobre 2012, du chantier de la mosquée de Poitiers par le groupe Génération identitaire, puis par la propagation, en janvier 2015, du slogan « Je suis Charlie Martel », à la suite du massacre de Charlie Hebdo.

Alors que les mémoires s'enflamment, cet ouvrage inédit propose de revenir tout d'abord à l'histoire mal connue de la bataille en la resituant dans le contexte large des relations entre le monde franc et l'empire islamique. Puis d'analyser, en deuxième partie, les échos successifs rencontrés par le souvenir de la bataille au Moyen Âge, à l'époque moderne, auprès des philosophes des Lumières et des romantiques, dans les écoles de la IIIe et de la IVe République et au sein de la culture populaire. Une attention particulière est portée à l'actualité récente du mythe de Poitiers, notamment au sein des extrêmes droites française et européenne.

Les auteurs

William Blanc (né en 1976) est doctorant en histoire médiévale. Il collabore au magazine Histoire et images médiévales et a coécrit Les Historiens de garde (Inculte, 2013) avec Christophe Naudin et Aurore Chery.

Christophe Naudin (né en 1975) est professeur d'histoire-géographie. Il a étudié l'histoire de la Méditerranée médiévale à Paris-I et collabore au site « Histoire pour tous ». Il est l'un des auteurs des Historiens de garde (Inculte, 2013).




Mardi 19 janvier 2016

Soirée de soutien aux inculpé-es en lutte contre l'aéroport et son monde

au programme : cantine vegan / calendrier de lutte du collectif de la mèche / concert Zad Social Rap + open mic

Prix libre

Au bar le Panama, 28 rue Bigot de Préameneu, Rennes


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 21 Jan 2016, 03:48

Samedi 23 janvier 2016

Manif contre l'état d'urgence

14h Prises de paroles sur la dalle Kennedy à Villejean (métro Kennedy).
15h Départ en manifestation vers le centre ville.

Appel à manifester, appel à se rassembler

Sur la base de nombreux appels qui sont publiés et discutés par les organisations ouvrières et démocratiques, par des collectifs et des individus,par des intellectuels et différents mouvements, nous

nous rassemblerons et nous manifesterons à Rennes

le samedi 23 janvier 2016 à 14 heures sur la dalle Kennedy à Villejean (métro Kennedy)

Contre l'état d'urgence, pour nos libertés, contre les lois sécuritaires et l'État policier

Contre les assignations et la déchéance de nationalité

Contre les interventions militaires en Syrie et ailleurs, dont les populations civiles sont toujours les victimes

Pour nos revendications et nos luttes

Parce que l'état d'urgence a pour conséquence de nous isoler, de nous museler, parce que pendant l'état d'urgence tous les plans de licenciements restent actifs, toutes les contre-réformes sont toujours à l'œuvre, toutes les menaces sur la ZAD de Notre Dames des Landes sont accentuées, tous les actes racistes sont encouragés.

État d'urgence ou pas, rassemblons-nous et défendons nos libertés

Samedi 23 janvier 2016
- 14h sur la dalle Kennedy à Villejean (métro Kennedy); prises de paroles.
- 15h départ en manifestation vers le centre ville.

https://nantes.indymedia.org/events/33044

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 24 Jan 2016, 15:09

Mercredi 27 janvier 2016

Conférence-débat avec Jean Pierre Garnier : embourgeoisement des villes : un nouveau modèle urbain ?

Dans le cadre du cycle Mainmise sur la ville : à qui profitent les nouvelles transformations urbaines (à Rennes et ailleurs) ?, le collectif Place A Défendre ! (PAD) et la librairie Planète Io vous convient à une conférence-débat avec Jean Pierre Garnier* (sociologue et urbaniste) :

Embourgeoisement des villes : un nouveau modèle urbain ?
- Le rôle des élus locaux et des promoteurs immobiliers -

le mercredi 27 janvier 2016 à 19h à la Maison Internationale de Rennes (MIR), 7 quai Chateaubriand. Entrée prix libre et restauration sur place

Pour plus d’infos :
pad35@riseup.net / http://place-a-defendre.blogspot.fr
planete.io@free.fr / http://planeteio.blogspot.fr

*Chercheur, enseignant en sociologie urbaine, intellectuel critique, Jean-Pierre Garnier est l’auteur de plusieurs livres sur la politique urbaine : Des barbares dans la cité (Flammarion, 1997), Le Nouvel Ordre local (L’Harmattan, 2000) et Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite-bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires (Agone, 2010 ). Il a également écrit de nombreux articles et chroniques pour le Monde libertaire, Article 11 et la revue Espaces et sociétés.

http://rennes-info.org/Conference-debat ... ean-Pierre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 03 Fév 2016, 08:00

Samedi 6 février 2016

Manif-Carnaval pour la victoire de la ZAD NDDL et contre l'Etat d'Urgence

RDV 12H00 Place du parlement pour le banquet
14H pour le départ du carnaval !!

Image

Depuis l’automne, les menaces d’expulsions de la ZAD de Notre-Dames-des-Landes se multiplient : déclarations de Valls, procès de la nouvelle conserverie (la Noë Verte), appel d’offre pour le barreau routier, convocation au tribunal des habitants et exploitants historiques, réservation d’hôtels pour la police. Au lendemain des élections régionales et du basculement à droite des Pays de la Loire, son nouveau président Bruno Retailleau annonce ses velléités visant l’évacuation de la Zone. Nous répondons de concert avec lui que « cela fait des années que ce projet est enlisé, que les entreprises et les collectivités attendent que l’État se décide une bonne fois pour toutes » (ouest-france 15 décembre 2015) ! Il est temps de forcer le gouvernement à retirer définitivement le projet d’aéroport, de l’empêcher d’expulser la ZAD.

Face à ces menaces, un appel circule depuis la ZAD à bloquer la région, à se rassembler partout et à occuper les lieux de pouvoir en cas de tentative d’expulsion. Nombreux sont les comités et les collectifs de l’ouest et de toute la France à répondre à cet appel. Trois ans après l’échec de l’opération César, une nouvelle défense de la Zone est bel et bien en marche. La réponse sera ferme et de grande ampleur. Nous ne laisserons pas le gouvernement et Vinci écraser la ZAD.

D’une, parce que leur projet est stupide ; de deux parce que la ZAD est le symbole que les luttes refusant un monde dominé par l’économie peuvent être victorieuses ; et de trois parce qu’elle est une zone d’expérimentations prodigieuses de nouvelles manières de vivre et de s’organiser.

Depuis le comité ZAD de Rennes, nous avons décidé de ne pas attendre l’arrivée des gendarmes mobiles sur la Zone. Nous donnons rendez-vous le 6 février. Pour empêcher les expulsions, prenons dès maintenant les devants, lançons une contre-offensive !

Cette journée sera également l’occasion de nous opposer à l’État d’Urgence. Car sortir dans la rue est une façon de vaincre la peur et la paralysie que tente d’imposer le gouvernement. La clique à Hollande n’a pas trouvé d’autre manière pour continuer à gouverner que d’instrumentaliser les attentats du 13 novembre. En imposant l’État d’Urgence, il a voulu faire taire son opposition pendant la COP21. Ils ont procédé à des arrestations massives, des assignations à résidence et des interdictions de manifester. Il s’agissait d’un test et si nous ne réagissons pas dès maintenant, ils essaieront d’appliquer cette répression pour l’expulsion de la ZAD et les prochains conflits sociaux, ils normaliseront cette situation « d’exception ». Et tout comme nous nous opposons à l’aéroport, nous refusons le tournant sécuritaire et réactionnaire qu’impose l’État d’Urgence, la stigmatisation des personnes musulmanes et assimilées et le pouvoir quasi-total donné à la police, les exactions qu’elle commet.

Nous proposons de faire du 6 février une grande journée :

– pour la fin de l’aéroport et la victoire de la ZAD !

– donnant suite à la manifestation du 14 novembre à Landivisiau qui a réuni les collectifs en lutte contre les projets d’infrastructures dans le Finistère et la Bretagne

– contre l’État d’Urgence

Nous invitons tous les collectifs, groupes, personnes de Bretagne et de l’ouest qui se reconnaissent dans cette proposition à la rejoindre, se l’approprier, la signer et la diffuser.

Nous invitons toutes et tous à venir à cette journée de discussions, de banquet, de manifestation-carnaval fort de ses chars, musique, masques, peinture, affiches, banderoles, ou tout autre surprise pouvant égayer ce 6 février.

http://comitezadrennes.noblogs.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes

Messagede bipbip » 13 Fév 2016, 12:52

Samedi 13 février 2016

Journées de soutien aux incarcérés du 6 Février

Samedi , à partir de 15h, l'Élaboratoire organise des journées de soutien avec spectacles, concerts, expos et discussions dont tous les bénéfices seront reversés aux incarcérés de samedi dernier.

L'Elaboratoire, 48 Bd Villebois-Mareuil, Rennes

Samedi 6 février, a eu lieu à Rennes, le « Karnaval pour la ZAD de Notre Dame des Landes et contre l'Etat d'urgence ». La période de mardi gras a permis de rassembler les anti-aéroport autour d'un grand repas devant le parlement de Bretagne, suivi d'un défilé masqué dans les rues du centre ville. Le but de cette journée était d'interpeller l'opinion publique à un moment crucial pour la ZAD suite aux récentes décisions d'expulsion.

Le collectif Elaboratoire a ouvert ses ateliers au opposants à l'aéroport, afin de construire les chars pour le défilé. Une chose est évidente pour nous : c'est à travers des processus créatifs que nous pourrons soutenir nos idées ! Cette semaine des artistes ont travaillé ensemble sur plusieurs chars dans notre lieu de création ouvert à toutes et tous. Pour animer le carnaval, de nombreux instruments sont venus avec leurs musiciens aux pieds des chars que plusieurs membres de notre collectif ont aidé à acheminer au Parlement. Les chars ont quitté nos lieux vers 12h. Tracté manuellement, un premier convoi a donné lieu à un petit défilé très coloré, dans une bonne humeur, entre la plaine de Baud et le Parlement où étaient installés une cuisine autogérée et un bar ambulant.

Les chars placés devant le parlement illustraient les différentes revendications tandis qu'au micro plusieurs personnes ont pris la parole à tour de rôle pendant 2h. Les discours étaient clairement opposés aux violences gratuites. Après cela, le cortège s'est élancé dans les rues de Rennes pour y exprimer avec détermination la joie d'être ensemble en dansant et en chantant.

Une fois le convoi arrivé au niveau de République, la police a ordonné la dispersion de la manifestation. Le cortège a été gazé en plusieurs endroits et les manifestants pressés vers Charles de Gaulle. Le char des enfants, situé en fin de défilé, s'est retrouvé isolé par les CRS 50 m derrière les scènes de heurts avec les policiers : seules les quelques personnes présentes autour de ce char ont eu la possibilité de rejoindre dans le calme la place du Parlement, où les enfants ont passé un bon moment au soleil à jouer avec leurs parents dans la paille. Ils n'ont à aucun moment assisté aux scènes de violence, ni « servi de boucliers » comme il a été dit lors du procès du lundi 8 février.

Mais revenons à nos carnavaliers encore en liberté...

L'intervention de la police sur le reste du cortège a été fulgurante et brutale. Les carnavaliers se sont retrouvés dispersés dans la panique à cause des gaz et des charges. Au cours des mouvements de foule ont eu lieu de nombreux événements inquiétants. Un membre de l'association engagé dans des actions artistiques, qui a participé à la construction des chars ainsi qu'à leur transport et entretien, a été arrêté. Sa condamnation à 2 mois de prison ferme pour violence sur un représentant de l'ordre avec mandat de dépôt est injuste et injustifiable ! Depuis le procès, plusieurs médias tentent de le faire passer pour un SDF paumé, sans attaches et violent. C'est faux, voilà trois ans qu'il vit ici et nous le connaissons bien. Ses créations artistiques et artisanales peuvent le prouver.

Notre ami, dans sa démarche de revendiquer ses convictions de manière artistique, poussait le char qui portait la marionnette de M.Valls du début du cortège jusqu'au moment de son arrestation.

Il est passé en comparution immédiate, ce lundi 8 Février. Le policier qui a procédé à l'arrestation, dans la description de l'interpellation, déclare avoir fait à R. un « kick à l'abdomen » et l'accuse d'avoir pris sa jambe pour le faire tomber. Pour sa défense, R. répond qu'il a simplement poussé le pied, par réflexe, pour se protéger. POURQUOI, aujourd'hui en France, une interpellation débute-t-elle par un geste aussi violent ?? Une des 2 autres personnes incarcérées témoigne qu'une fois dans la voiture de police, R. s'est fait attraper par les cheveux et percuter la tête à plusieurs reprises contre la vitre de la voiture par une personne censée protéger la population. Au tribunal tout le monde a pu remarquer ses hématomes.

L'attitude de la police était totalement disproportionnée ! Toute la panoplie des armes anti-émeutes a été utilisée, y compris des grenades proches de celles responsables de la mort de Rémi Fraisse, il y a un an sur la ZAD du Testet.

Face à tout cela, nous ne pouvons qu'être solidaires avec les comités d'organisation dans leur démarche d'interpellation par l'art, ainsi qu'avec les personnes condamnées lundi soir, sur lesquelles la colère des élus, préfets, juge et autres s'est injustement concentrée. Les violences envers les policiers reprochées aux condamnés sont inexistantes. Lors du procès, aucune dégradation n'a été attribuée aux manifestants incarcérés. Ils n'ont pas été jugés par rapport aux dégradations commises dans la ville.

Nous sommes là pour interpeller par l'Art et le Rire, surtout quand les représentants de l'ordre utilisent la peur et les larmes pour nous diviser.

L'Élaboratoire ouvre ses portes à de nombreuses personnes, associations et collectifs qui veulent créer quelque chose de leurs mains, de leur tête, voire des deux. Nous défendons des valeurs d'autogestion et de respect des autres à travers de nombreux événements, expositions, concerts, spectacles et autres curiosités culturelles. Nous invitons donc toutes/tous celles et ceux qui le souhaitent à passer le seuil de notre lieu pour discuter, échanger et créer dans nos locaux.

Venez partager un moment de vie, de rire et d'émerveillement car c'est en partageant cela, à force, que nous construirons le monde que nous pensons être juste. Pour nous, c'est ça, « Vivre en Intelligence »

http://rennes-info.org/Communique-de-l-Elaboratoire-a

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 22 Fév 2016, 10:50

Mardi 23 février 2016 à 20h30 à Saint-Malo

|Rencontre] Soirée infotour de la zad

Image

Image




du 23 au 25 février 2016

Se défendre contre l’état d’urgence - rencontres à Rennes

« Se défendre, c’est être libre »

Alors que le prolongement de l’état d’urgence semble clairement se confirmer, et face à une mobilisation en demie-teinte, il nous a semblé nécessaire de questionner ce qui constitue aujourd’hui notre rapport politique à ces mesures d’exception, à travers trois soirées de débats, de projections et d’auto-formation.

Ces temps de discussions sont l’occasion pour nous de relancer une dynamique de mobilisation sous des angles d’attaques différents, en puisant dans l’histoire des mouvements ayant eu à faire face au précédent état d’urgence (instauré en 1955) et aux formes répressives qui en ont découlé, et qui ont marqué durablement les luttes des années 60-70. Ces trois rencontres se pencheront plus particulièrement sur question fondamentale de la défense collective comme réponse possible à l’état d’urgence, une forme politique qui a caractérisé la puissance du mouvement révolutionnaire de l’après-68, et qui nous fait aujourd’hui cruellement défaut autant dans la rue que dans les tribunaux.


Image


Programme :

MARDI 23 FEVRIER - « L’emprisonnement sous l’état d’urgence »
18H à l’IEP (Science-Po) de Rennes 104 bv de la Duchesse Anne - M° Ste Anne Table de presse avec distribution de textes, suivie d’une projection du film « Punishment Park », puis d’un débat sur les nouvelles formes d’emprisonnement d’exception (assignation à résidence, centre de rétention pour fichiers S...)

MERCREDI 24 FEVRIER - Auto-formation « Face à la police et la justice, défense collective ! »
18H30 Maison de Quartier de Villejean, salle Rosalie 2 Rue de Bourgogne (M° Villejean ou Kennedy) Présentation de guides et distribution de guide de défense suivi d’un débat : « Que peut on dire et conseiller dans un guide militant ? »

JEUDI 25 FEVRIER - Discussion - Débat : « L’état d’urgence est-il la fin de l’état de droit ou l’avènement d’un nouveau pouvoir judiciaire ? »
16H au bar le Panama au 28 Rue Bigot de Préameneu - M° Jacques Cartier

Avec la participation et le soutien du Genepi Rennes, des Archives Getaway, et de la legal team du comité ZAD de Rennes.

Notre contact : defense-collective@riseup.net

http://rennes-info.org/Se-defendre-contre-l-etat-d
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 28 Fév 2016, 02:05

Jeudi 3 mars 2016, Rennes

[Conférence-débat] Pour les 10 ans de la lutte anti-CPE. On remet ça ?

Solidaires Etudiants Rennes organise une conférence-débat pour les 10 ans de la lutte anti-CPE

à 18h30, Université rennes 2, Rue du Recteur Paul Henry, 35000 Rennes, Batiment L

Il s'agira de revenir sur une lutte sociale qui mis en ébullition la France entière pendant plus de deux mois de février à mars 2006. Il s'agissait à l'époque de dénoncer la création de deux nouveaux contrats ultra-précaires : le CPE (Contrat Première Embauche) et le CNE (Contrat Nouvelles Embauches) dans lesquels le salarié pouvait être licencié sans motif dans les deux ans suivants sa signature. Cette lutte avait donc pour objet de défendre les droits élémentaires de tous les salariés, jeunes ou non. A l'époque, la jeunesse fut à l'avant garde de la mobilisation, et notamment, ici, à Rennes (l'université Rennes 2 fut la première université à partir en grève et devint l'épicentre de la mobilisation). Mais loin de se cantonner à la jeunesse, la lutte s'étendit très vite à l'ensemble des salariés du pays : plus de 3 millions de travailleurs défilèrent ainsi le 4 avril 2006.

Réveiller le souvenir de cette lutte exemplaire 10 ans après, nous semble aujourd'hui d'une grande nécessité. En effet, face au scandale que constitue la casse annoncée du code du travail (réforme El Khomri), c'est bien d'une mobilisation de ce type dont nous avons besoin. Il y a urgence à relever la tête et à reprendre confiance en la capacité des salariés à s'organiser et à lutter. Car n'oublions pas, déterminés et unis, parfois, on gagne...
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede bipbip » 07 Mar 2016, 11:48

Mardi 8 mars 2016

Rennes, AG contre la LOI TRAVAIL

à 12h, Université Rennes 2, Métro Villejean Université, Amphi D1

LOI TRAVAIL: RETRAIT TOTAL, PAS DE NEGOCIATION

A travers le projet de Loi Travail, le gouvernement vient de déclencher une offensive sans précédent contre les jeunes et les salarié.e.s.

Le contenu de ce projet, directement inspiré des revendications du Medef, représente un véritable retour au siècle dernier pour le monde du travail avec une fois de plus les jeunes comme cibles favorites. Les accords seraient négociés au sein de l'entreprise et primeraient sur les accords de branche et le Code du Travail, exercant un dangereux chantage sur les salarié.e.s. Ceux-ci auront pour conséquences d'imposer des augmentations de temps de travail et des baisses de salaire aux salarié.e.s.

Ce que le gouvernement nous promet c'est :

Travailler plus pour gagner moins

Avec cette réforme le patronat pourra nous imposer des semaines allant jusqu'à 46 heures et des heures supplémentaires moins rémunérées qu'auparavant.
Les apprenti.e.s de moins de 18 ans pourront être contraint.e.s de travailler jusqu'à 10h par jour et 40h par semaine.

Se faire virer plus facilement

Les licenciements seront possibles sans réels motifs économiques et même de facon abusive avec le plafonnement des indemnités prud'homales.

Augmenter encore le chômage

Du temps de travail supplémentaire pour celles et ceux qui ont un emploi, et moins d'offres d'emplois disponibles.

Avec cette réforme le gouvernement veut donc nous précariser à vie. La succession de réformes libérales renforce le bizutage social dont nous sommes victimes, nous obligeant à enchainer les contrats précaires, les stages et les services civiques rémunérés à la moitié du Smic.

L'ensemble de ces mesures est inacceptable et nous appelons tou.te.s les travailleur/euses
de ce pays à se mobiliser pour exiger le retrait du projet de loi Travail
et des mesures immédiates pour la dignité des jeunes et des salarié.e.s :

Pour les apprenti.e.s et les stagiaires : rémunération et droits à la hauteur du poste occupé. Pas de rémunération en dessous du Smic et mêmes droits que les autres salarié.e.s comprenant une protection sociale. Les années d'apprentissage doivent être prises en compte dans le calcul de la retraite.
L'apprentissage ne doit etre légal qu'à partir de 16 ans et doit déboucher sur un emploi stable.

La mise à disposition de budgets supplémentaires pour offrir à tou-tes les jeunes une éducation avec une formation de qualité. Mettre en place une véritable protection sociale durant leurs études avec un revenu, ainsi que compter les années d'études dans le calcul de la retraite et de l'assurance chômage.

En finir avec la précarité : le CDI comme norme d"emploi, la répartition par la diminution du temps de travail sans baisse de salaire entre toutes et tous pour en finir avec le chômage et assurer une protection sociale suffisante ^à
chacun-e, salarié.e.s comme personnes sans emploi.

NOUS APPELONS A:

Une Assemblé Générale à Rennes 2 le mardi 8 mars à 12H, Amphithéâtre D1

Manifester le mercredi 9 mars, place du parlement à Rennes, à 12H
(départ collectif de Rennes 2 à 11h)


Signataires : CGT Jeunes, Solidaires étudiant-e-s, UNEF, Alternative Libertaire, Ensemble! Jeune, Jeunes écologistes, MJS, L'Armée de Dumbledore, Mouvement des Jeunes communistes, NPA Jeune, Réseau Jeune du Parti de Gauche, UEC, SLB.

https://nantes.indymedia.org/events/33557



Mercredi 9 mars

Projection-débat "Je lutte donc je suis"

à 19h45, Salle de la Cité

Image

De Grèce et d'Espagne, souffle un vent du sud sur l'Europe, contre la résignation. Dans les villes et les campagnes, dans les îles et les montagnes, au cœur des luttes et des alternatives en actes, des femmes, des hommes et des enfants refusent de baisser les bras. Une même devise résume leur courage de résister, leur joie de créer et leur persévérance à toute épreuve : "JE LUTTE DONC JE SUIS" (prononcer "AGONIZOMAI ARA IPARKO" en grec et "LUCHO LUEGO EXISTO" en espagnol). Quelques mots pour vivre debout, parce que rester assis, c'est se mettre à genoux. Une brise marine, souriante et solidaire, de Barcelone à Athènes et d'Andalousie en Crète, qui repousse les nuages du pessimisme. Un voyage palpitant en musique, d'un bout à l'autre de la Méditerranée, en terres de luttes et d'utopie.

Yannis Youlountas est philosophe, écrivain et réalisateur. Partageant sa vie entre la Grèce et la France depuis son enfance, il est membre du mouvement social à Athènes et en Crète, notamment au sein d'assemblées populaires et d'initiatives autogestionnaires et solidaires. Son film précédent, Ne vivons plus comme des esclaves (2013), a été traduit en 16 langues et projeté dans 80 pays. En France, Yannis est chroniqueur à Siné-Mensuel et Zélium, ainsi que l'auteur de nombreux ouvrages dont le dernier vient de paraître aux Éditions Libertaires : « Que la fête commence ! », écrit aux côtés de l'entarteur rebelle Noël Godin et du philosophe zapatiste John Holloway, entre autres.

Le Groupe La Sociale de la Fédération anarchiste, l'ICEM-Pédagogie Freinet, ATTAC-35, Alternative Libertaire Rennes et le Collectif de Soutien au Peuple Grec ont le plaisir de vous inviter à cette projection et au débat qui suivra.

https://nantes.indymedia.org/events/33519
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Rennes et Ille-et-Vilaine (35)

Messagede Pïérô » 26 Mar 2016, 13:30

Redon, samedi 26 mars 2016

Centre Social Confluence
5 rue Guy Pabois
35600 Redon
(certainement ouverture par la rue de galerne)

soirée avec un intervenant (camarade kurde) proposant un état des lieux du/des conflit/s , mais aussi des réalisations émancipatrices réalisées par les kurdes .

Soirée réalisée par la liaison de la fédération anarchiste de Redon .

entrée libre

calendar.php?view=event&calEid=12590
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité