Rouen et Haute-Normandie (76)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 16:36

Le Diable Au Corps, un nouveau lieu politique sur Rouen

Rouen s’apprête à accueillir un nouveau lieu politique. A l’ouest est allé à la rencontre des nouveaux locataires du 100 rue Saint-Hilaire pour découvrir ce qui se cache derrière l’énimagtique nom du “Diable au Corps”

Avant de parler du lieu et de son fonctionnement, pouvez-vous nous parler du contexte qui vous a amené à ouvrir ce lieu ?

Ceux qui traversent le Diable au Corps et qui sont à l’initiative de ce lieu se sont rencontrés d’abord dans les mouvements sociaux dans le milieu des années 2000 puis, dans la série d’occupations qui a suivi le mouvement contre la réforme des retraites en 2010. En effet, c’est à ce moment qu’a été ouvert à Rouen le premier squat à caractère politique depuis 10 ans. D’autres occupations ont suivi, à chaque expulsion et ce jusqu’en 2016.

Ce qu’on veut faire dans notre nouveau lieu est proche de ce qu’on avait essayé de déployer politiquement dans toutes ces occupations. Mais aujourd’hui, l’ambition est plus grande, notamment parce qu’il devient possible d’inscrire ce projet dans la durée et dans un espace précis avec plus de personnes. Par ailleurs on a fait beaucoup de rencontres plus récemment, lors du mouvement du printemps 2016, qui ont donné une nouvelle dynamique au projet.

Ce dernier mouvement ne ressemblait pas aux mouvements traditionnels français, polarisés autour d’une opposition syndicat-gouvernement, mais il s’agissait davantage d’un ensemble de forces autonomes qui ont composé ensemble : lycéens, syndicalistes déterminés, chômeurs... Et ce, avec des désirs qui allaient bien au-delà de la revendication du retrait de loi. A Rouen, la teneur des manifestations et les gestes portés ont été pour la plupart nouveaux ou reconquis, et nous ont donné la possiblité d’expérimenter des tactiques et des manières directes d’assumer le conflit, de le faire durer.
Le Diable Au Corps s’inscrit dans la continuité de cette période, nous permettant d’allier nos complicités à nos gestes avec la constance que nécessite notre combat.

Le lieu a été en chantier pendant longtemps, les travaux sont presque terminés. C’est super joli, bravo ! Pouvez-vous nous expliquer comment ça s’est déroulé ?

Les travaux font partie des tâches les plus longues dans la mesure où ils s’effectuent collectivement et sont également des moments de partage et d’apprentissage de techniques qui ne sont pas maîtrisées par l’ensemble du groupe. Nous avons procédé par sessions : un appel était fait par l’intermédiaire de notre facebook à des semaines de chantier ponctuelles qui réunissaient chaque fois une dizaine de personnes. La possibilité était laissée de ne venir qu’une demi-journée ou toute la semaine, d’effectuer un chantier précis ou de se greffer aux chantiers cours. L’important était principalement de se réapproprier les bases de l’aménagement : dalle de béton, installation du placo, peinture, pose de parquet, etc. Ces semaines ont permis aussi aux participants de se familiariser avec le lieu et de s’y projeter avec des envies particulières.

Le lieu a été en chantier pendant longtemps, les travaux sont presque terminés. C’est super joli, bravo ! Pouvez-vous nous expliquer comment ça s’est déroulé ?

Les travaux font partie des tâches les plus longues dans la mesure où ils s’effectuent collectivement et sont également des moments de partage et d’apprentissage de techniques qui ne sont pas maîtrisées par l’ensemble du groupe. Nous avons procédé par sessions : un appel était fait par l’intermédiaire de notre facebook à des semaines de chantier ponctuelles qui réunissaient chaque fois une dizaine de personnes. La possibilité était laissée de ne venir qu’une demi-journée ou toute la semaine, d’effectuer un chantier précis ou de se greffer aux chantiers cours. L’important était principalement de se réapproprier les bases de l’aménagement : dalle de béton, installation du placo, peinture, pose de parquet, etc. Ces semaines ont permis aussi aux participants de se familiariser avec le lieu et de s’y projeter avec des envies particulières.

Pourriez-vous décrire à présent le lieu et ce que vous comptez y faire ?

L’entrée se fait sur la rue, par la vitrine. Cette première pièce sera une bibliothèque de prêt. Pendant plusieurs mois nous avons demandé à ceux qui s’intéressaient au projet de nous fournir leur “bibliothèque idéale”, à savoir la liste des livres qui leur semblaient avoir aidé à leur construction ou qui leur semblaient essentiels. A partir de ces listes, nous avons commencé à récupérer des livres un peu partout. C’est cet ensemble de bibliothèques idéales qui constitue le fond que nous mettrons à disposition. L’idée est aussi que ce soit une bibliothèque partisane, où il y aurait un grand nombre d’ouvrages politiques : des livres comme des revues qu’on peut difficilement se procurer ailleurs.

Derrière cette pièce se situe un petit renfoncement qui est voué à devenir une petite épicerie de nos productions alimentaires : pâtes, bière, cidre... Derrière cette pièce encore, se trouve une petite cour avec un cabanon, pour lesquels l’usage n’est pas encore déterminé et ne demande qu’à accueillir de nouvelles idées.

Au premier étage se situe une grande pièce, qui sera la salle de réunion, qu’on utilise d’ailleurs déjà de cette manière. D’autres idées s’y attachent, comme d’en faire un lieu de projection. Il y a une petite cuisine qui a permis d’organiser les grands repas pendant les semaines de chantier.

Au deuxième étage, se trouvent deux pièces. L’une est déjà en fonctionnement, c’est un studio d’enregistrement radio. Nous avons, en effet, depuis cinq ans, deux émissions sur HDR, la radio des Hauts-de-Rouen : le premier samedi de chaque mois, “Au-delà des murs”, qui parle de tous les aspects de la prison, et le troisième samedi de chaque mois, “La Rue Meurt”, qui est plutôt une émission sur les luttes locales ou l’actualité des mouvements politiques.

Nous avons donc le souhait de mettre en place ce studio pour enregistrer nos émissions ainsi qu’étendre les possibilités de faire de la radio. En janvier 2017 a émergé le projet d’une webradio, qui a permis de nouvelles rencontres. Cette webradio s’appelle “Crochet” et a quelques émissions déjà à son actif en attendant que toute la structure soit mise en place et d’acquérir tout le matériel nécessaire. L’idée est d’en faire une radio ouverte où tous ceux intéressés pourraient trouver à s’exprimer. Sans qu’il y ait de ligne éditoriale, cette webradio réunit des gens avec un minimum de partage politique.

En face de cette pièce se trouve la pièce-bureau, plutôt dédiée au montage vidéo et à la mise en page ainsi qu’aux machines d’impression. L’idée était de devenir indépendant dans la production de nos textes et leur impression. Plusieurs projets d’écriture se croiseront et pourront être imprimés directement.

Enfin, au dernier étage, deux activités se croisent dans une seule pièce. Dans un premier temps, il s’agissait de dédier la pièce au soin, notamment au shiatsu, médecine asiatique à base de compression sur les points d’énergie, pour laquelle un des membres du collectif a suivi une formation complète.

Mais cet étage est également déjà utilisé depuis octobre 2016 pour tenir des ateliers avec des enfants tous les samedis matin. Nous avons aménagé l’endroit pour le rendre utilisable par de tout petits enfants, puisque ceux qui y viennent toutes les semaines ont aujourd’hui entre un an et demi et trois ans. Il s’agit de prendre en charge les enfants pendant une heure, sans leurs parents, afin de les voir évoluer collectivement, et de construire des relations avec eux, indépendantes du cercle familial restreint. Ces ateliers sont voués à se développer, plusieurs projets autour des enfants et de l’éducation sont en effet en maturation.

Voilà pour ce qui existe déjà et ce qui est en projet, mais nous avons toujours pensé le lieu pour qu’il soit possible que d’autres idées viennent le compléter.

Trois associations ont par exemple rejoint le projet cette année : le centre LGBT Haute-Normandie [1] qui y tiendra des permanences et qui mûrit encore d’autres idées, l’association Agenda, dont le projet est de former à l’éducation populaire et enfin, Diffraction, une association pour se former à l’action collective et créative.

Comment avez-vous obtenu ce lieu et quelles sont les ressources qui permettent qu’il subsiste ?

Nous payons un loyer tous les mois. Nos ressources viennent principalement de dons réguliers qui sont faits à l’association et de soirées que nous pouvons organiser au restaurant associatif La Conjuration des Fourneaux. Cette question est une question collective, il s’agit de multiplier les ressources, mais de les trouver ensemble. C’est évident qu’il s’agit d’une recherche permanente pour pouvoir faire exister ce lieu, ses activités présentes et futures mais toujours dans l’idée que cette question doit être réglée pour qu’elle prenne le moins de place dans notre lieu. L’argent d’une manière générale est collectif et sert essentiellement à payer les factures, le loyer et le matériel commun.

Le D.A.C sera aussi un lieu où il y aura des discussions et des présentations de livres. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En ouvrant un lieu tel que celui-ci, nous n’inventons rien : le Diable Au Corps est un lieu qui est en lien avec des dizaines d’autres en France ou en Europe voire dans le monde. De Montréal à Barcelone ou encore à la Zad de Notre-Dame-des-Landes, une proximité se dessine car ces différents lieux posent des questions qui sont les mêmes que les nôtres : l’organisation sans l’intermédiaire des pouvoirs et la recherche de la manière la plus autonome politiquement, matériellement, de vivre. Donc effectivement, il y aura souvent des discussions avec des personnes venant de lieux en lutte mais aussi des présentations de livres. D’ailleurs, le 28 septembre, il y aura la présentation du livre Retour sur une saison à Gaza par son auteur Vivian Petit. Ce livre parle de l’histoire de la ville de Gaza, son occupation par l’armée israëlienne et la gestion qu’elle fait depuis des décénies du territoire et de ses habitants.

En résumé, c’est quoi le diable au corps ?

Lutter, se réunir, s’organiser, faire de la radio, lire, se faire depister, s’amuser, conspirer, contre les ordonnances et tout cela en même temps... Pour autant, nous n’avons pas de formule miracle pour le rendre possible et partageable. Nous nous appuyons sur nos rencontres et sur notre experience collective éprouvée dans les luttes et dans nos lieux pour réussir. Ce que nous attendons d’un tel lieu, c’est de permettre une mise en commun et une élaboration politique devenue essentielle.

L’inauguration aura lieu le 13 octobre à partir de 18h avec une présentation du lieu, un buffet et plein d’autres choses...Venez nombreux !

Contact : lediableaucorps@riseup.net ou sur Facebook (Le Diable Au Corps)


Notes

[1] Centre Lesbien, Gay, Bisexuel et Trans


https://a-louest.info/Interview-du-Diable-Au-Corps-159

Le Diable Au Corps ouvrira enfin ses portes à partir du 13 octobre. Pour marquer cette inauguration, des activités auront lieu tout le week-end dans le lieu au 100 rue Saint-Hilaire et à La Conjuration des Fourneaux.

En voici le programme détaillé.

Vendredi 13 octobre, à partir de 18h.
Une fête est organisée dans le lieu.
Elle commencera par un buffet et une visite du lieu.
Ensuite viendront trois concerts :
20h30 : Léanne and Bryan
21h : The Bloosers
22h30 : Groupe Fantôme

Samedi 14 octobre
10h30 : Contes pour enfants de 2 à 6 ans.
13h-15h : Atelier de l’association Diffraction, une association visant à « Se former à l’action collective & créative » par des ateliers pratiques.
"Comment faire pour continuer à agir, au niveau individuel et dans les groupes, sur un mode « activisme soutenable » ?"
18h : Discussion avec le collectif Mauvaise Troupe à l’occasion de la sortie de leur livre Saisons – nouvelles de la zad
"Nous sommes là, nous serons là-, tel est le serment scandé à Notre-Dame-des-Landes un certain 8 octobre. Nous étions 40.000, bâton en main. Un an après, le serment tient. Face aux menaces sans cesse réitérées d’expulsion de la zad, face à l’incertitude, il tient. Et nous sommes toujours là. Si la victoire contre les forces de l’ordre venues expulser la zad en 2012 fut éclatante, celle qui les a gardées éloignées tout au long de l’année 2016 fut plus discrète. Pourtant il y eut des batailles, de celles qui tiennent la guerre à distance. De janvier 2016 à l’été 2017, les manifestations épiques ­succèdent à la construction sans fin d’un territoire à inventer autant qu’à défendre. Les “nouvelles” condensées dans ce dernier ouvrage de la Mauvaise Troupe aux éditions de l’Eclat, entre récit, conte et fiction, relatent ces six saisons dans le bocage."
Pour plus d’informations sur la Mauvaise Troupe et leurs ouvrages, allez faire un tour ici.
(Cette discussion aura lieu à La Conjuration des Fourneaux).

Dimanche 15, à 10h45
Discussion autour des Etats-Unis depuis l’élection de Trump, notamment par rapport aux émeutes de Charlottesville en août 2017.

https://a-louest.info/Le-programme-du-w ... est-la-198
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 07 Nov 2017, 23:28

Jeudi 9 novembre 2017 à Saint Etienne du Rouvray

Réunion publique d'information sur le compteur communicant EDF Linky

à 20h, Salle Festive centre Youri Gagarine, rue des coquelicots – saint Etienne du Rouvray

Seront présents des membres de collectifs Stop Linky Rouen-Agglo, des représentants de la mairie
de St Etienne du Rouvray et un juriste pour répondre aux questions :

- D'où vient le projet Linky ?
- Qu'est-ce que le compteur Linky ?
- Comment ça fonctionne ?
- Pourquoi nous n'en voulons pas ?
- Comment le refuser, individuellement ou collectivement ?

Le compteur communicant Linky est en cours d'installation dans l'agglomération rouennaise par 'Solution 30'ou 'OK Service' pour le compte d'ENEDIS, sans concertation ni information des citoyens.

La commune de St Etienne du Rouvray est, pour le moment, la seule commune de la Métropole de Rouen
à s'opposer au déploiement du Linky sur son territoire.

https://www.facebook.com/pg/Stop-Linky- ... 274/about/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 23 Nov 2017, 18:19

Vendredi 24 novembre 2017

Discussion autour du livre La horde d’or

à 18h30, au Diable Au Corps à Rouen

Vendredi 24 novembre, à 18h30, une présentation du livre La horde d’or, suivie d’une discussion, est organisée au Diable Au Corps. Nous profitons de l’occasion pour relayer la "note de lecture littéraire et « existentielle » de l’ouvrage paru cette année sur le mouvement italien, « chef d’œuvre documentaire et historique », à la lumière des événements de la « loi travaille et son monde ». Par Stéphanie Eligert, repris du site La Vie manifeste (article en PDF)." et trouvée sur Paris-Luttes.info.

La parution en février 2017 de la traduction française de La horde d’or – livre en constante réimpression depuis sa première édition en Italie, en 1988 – est un événement considérable, et cela à tout point de vue : politique, existentiel, théorique, textuel, narratif, documentaire, stratégique, etc.

Pourquoi ? On a l’habitude d’entendre les 70’s italiennes qualifiées d’« années de plomb », ledit plomb étant supposé évoquer ce mélange à vocation terrifiante d’attentats et de lutte armée que n’aurait porté qu’une petite marge déviante, voire manipulée, d’« individus » issus des mouvements contestataires de 1968. Or dès les premières pages du livre – constituées des différentes préfaces et notes aux éditions de La horde d’or en Italie, en 1988 et 1997 -, l’on comprend tout de suite que l’expression « les années de plomb », en réalité, a exactement la même fonction dans l’ordre du langage que les grenades lacrymogènes dans l’ordre policier : on les lance sur n’importe quel mouvement animé par un désir révolutionnaire afin d’enfumer, faire écran et produire de l’irrespirable là où justement, de l’espace était en train d’être rendu à l’air libre.

Ainsi de ce bref et percutant extrait de l’avant-propos à l’édition de 1988 :

Années de plomb, services secrets, massacres d’état, complot, répression, terrorisme, état d’urgence …. Ou bien, au contraire : les plus belles années de notre vie, transformation radicale de la vie quotidienne, utopie, besoin de communisme, révolution sexuelle, lutte armée, etc. [1]

... https://a-louest.info/Discussion-autour ... e-d-or-236
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 24 Nov 2017, 21:56

Samedi 25 novembre 2017

1917-2017 : Les anarchistes, leur rôle, leurs choix

à 14h30, à la Halle aux Toiles, place de la Basse-Vieille-Tour, débat sur la Révolution russe coorganisé par AL et la FA.

http://www.alternativelibertaire.org/?T ... eurs-choix



Déambulation contre les violences faites aux femmes

18h, Place du Vieux Marche, Rouen

Pour rappel :

Chaque année, 216 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire intime (mari, concubin, pacsé, petit-ami…). Il s’agit d’une estimation minimale. L’enquête n’interrogeant que les personnes vivant en ménages ordinaires, elle ne permet pas d’enregistrer les violences subies par les personnes vivant en collectivités (foyers, centres d’hébergement, prisons...) ou sans domicile fixe. Ce chiffre ne couvre pas l’ensemble des violences au sein du couple puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives.

En 2014, 118 femmes ont été tués par leur compagnons ou ex-compagnons (conjoint, concubin, pacsé ou « ex »). A ces décès, il faut ajouter la mort de 16 femmes, tuées par leur partenaire dans une relation non officielle (petits-amis, amants, relations épisodiques...). Le nombre total de femmes tuées dans le cadre de violences au sein du couple en 2014 s’élève donc à 134.
25 hommes ont été tués par leur compagne et 6 ont été tués par leur partenaires dans une relation non-officielle.

Chaque année, en moyenne, on estime que 84 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de viols ou de tentatives de viol. De la même manière que pour les chiffres des violences au sein du couple présentés ci-dessus, il s’agit d’une estimation minimale.
Dans 90% des cas, ces agressions ont été perpétrées par une personne connue de la victime. Dans 37 % des cas, c’est le conjoint qui est l’auteur des faits.

En 2006, l’enquête « Contexte de la sexualité en France » menée par l’INSERM et l’INED, à l’initiative de l’agence nationale de recherche sur le SIDA, a permis de mesurer le nombre de personnes ayant subi des violence sexuelles (attouchements, tentatives de rapport forcé ou rapports forcés) au cours de leur vie. Ces violences ont concerné 20,4 % des femmes et 6,8 % des hommes âgés de 18 à 69 ans.

Sur le sexisme dit "ordinaire", vous pouvez lire aussi sur A l’ouest Je ne me laisserai plus jamais bouffer par un crocodile https://a-louest.info/Je-ne-me-laissera ... codile-083


https://a-louest.info/Deambulation-cont ... femmes-240
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 16:45

Jeudi 14 décembre 2017 à Canteleu

Les compteurs Linky en débat
Un projet inutile et dangereux à 7 milliards d'euros ?


à 18h, Agora Gymnase Alain Calmat, Canteleu

Après l'installation, des problèmes avec la box, l'eau chaude, la télé ?La possibilité de coupures à distance ?

Et la confidentialité de nos données personnelles à l'heure du Big Data ?

Un arrêté du Maire contre Linky ?

Un débat animé par le comité Stop LInky, la CNL, Marie Verhilac, avocate, les élus cantiliens qui ont proposé une arrêté du Maire pour interdire la pose de compteurs Linky, arrêté qui a été refusé au conseil municipal

https://rouen.demosphere.eu/rv/2898



Vendredi 15 décembre

Le Havre la rebelle

Ce vendredi 15 décembre à partir de 19h, Jean-pierre Levaray, Reynald Kubecki (ancien secrétaire général de l’UL CGT du Havre) et d’autres contributeurs seront à La Conjuration des Fourneaux pour présenter leur ouvrage : LE HAVRE LA REBELLE.

Image

Deux raisons ont poussé à l’écriture de ce livre. La première était d’offrir une autre histoire de la ville que celle desservie par les autorités locales à l’occasion des 500 ans du Havre : « Les édiles ont voulu organiser des fêtes et des événements de prestige pour faire parler et pour attirer les touristes, les immeubles flottants et de possibles cadres supérieurs qui pourraient investir dans le centre. La mairie a choisi les Géants, les gros bateaux et des plasticiens de renom. [...] Pas question d’évoquer les émeutes et les luttes qui ont façonné la ville depuis son origine jusqu’à nos jours, pas question d’évoquer non plus les quartiers populaires ».

La deuxième c’est bien évidemment le mouvement contre la loi « travail » : « Une lutte d’ampleur au Havre, avec ses grèves, ses manifestations et ses blocages de la ville, du port et de l’économie. Une ardeur et des manifestations monstres qui ont fait que la ville du Havre, comme déjà en 2010 pour les retraites, est passée quasiment au niveau national pour la capitale de la grève. »

Dans ce bouquin, aux éditions Libertalia et actuellement disponible à la Conjuration des Fourneaux, il est question « de manifestations et de grèves, bien sûr, mais aussi d’histoires qu’il ne faut pas oublier, de quartiers et de musique, de Kaurismäki et de Little Bob, de chiffon rouge et de Jules Durand, mais aussi de solidarité et d’entraide ». Un offensive donc, dans le champ de bataille que constitue l’histoire et la mémoire des luttes.

La présentation sera suivie d’une discussion et sera l’occasion de débattre sur les luttes actuelles.

Un repas à prix libre sera également proposé.

https://a-louest.info/Le-Havre-la-rebelle-264
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 04 Jan 2018, 18:41

Samedi 6 janvier 2018

Présentation du livre - Bure la bataille du nucléaire

à 19h, la conjuration des fourneaux, 149 rue saint-hilaire, 76000 Rouen

Image

Bure c'est un village de 86 habitants dans la Meuse, à 250 k à l'est de Paris, dans un triangle entre St Dizier, Nancy et Chaumont où la densité de population est de 6 habitants au km².

Contrairement à ce que certainEs en pensent, ce n'est pas pas une région grise et hostile, couverte de champs et d'éoliennes. C'est un pays vallonné, dont les collines sont couronnées de forêts et où les vallons accueillent des pittoresques cours d'eau et étangs. Bref, un chouette endroit boisé qui aurait beaucoup à pâtir d'une poubelle nucléaire.

Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas eu de résistance dans la région, mais la faible densité de population a rendu le rapport de force bien inégal et en 1999 le projet de laboratoire pour l'enfouissement de déchets radioactifs de l'ANDRA [1] s'est établi dans la Meuse définitivement.

Les 5 années précédentes, comme dans tous les endroits pressentis pour le projet de l'ANDRA, les mobilisations avaient pourtant été houleuses : l'ANDRA avait été muré à Bar-le-Duc, des sabotages sur les forages, des manifestations de plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé à Verdun, Bar-le-Duc, Nancy et Chaumont mais n'ont pas suffi à faire reculer le projet.

La lutte à Bure ce n'est pas simplement une occupation opposée à un grand projet nuisible, c'est bien plus vital que ça : c'est la course contre la montre contre un projet monstrueux qui couvre la totalité d'un département et déborde sur ses voisins, qui va conduire à des conséquences irréversibles et désastreuses pour les 100 000 années à venir au moins. Car contrairement à ce qu'on croit, à Bure rien n'est encore joué tant qu'aucun déchet n'est entreposé dans une galerie. Et ça ne arriver à aucun prix ! C'est la lutte contre une société financière mondialisée qui détruit cyniquement les écosystèmes, privatise les sols, l'air, l'eau et le vivant pour en tirer le jus de ses bénéfices.

C'est toute la Meuse qui doit être occupée en résistance à ce projet !
Et c'est toute l'Europe qui doit se mobiliser contre ces projets !
Nous avons besoin de réseaux pour étendre la lutte, nous avons besoin de lieux pour l'ancrer dans la durée et de moments de convergence pour la concentrer et l'amplifier !

Rejoignez-nous le samedi 6 janvier 2018 à 19h à la Conjuration des fourneaux pour rencontrer des personnes en lutte à Bure. Elles nous présenteront un livre qui s'intitule « La bataille du nucléaire », puis quelques vidéos.

Une soupe sera proposée à l'issue de la rencontre.

Notes
[1] 1. Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs

https://rouen.demosphere.eu/rv/2902
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 21 Jan 2018, 17:50

Lundi 22 janvier 2018

Discussion - Récit du voyage à Makhmur

Le lundi 22 janvier, à partir de 18h30, à la Conjuration des Fourneaux, aura lieu une discussion autour du confédéralisme démocratique Kurde, avec des récits de la vie sur place et du déroulement du processus révolutionnaire.

Une révolution qui pose comme prérequis à sa réalisation l’émancipation des femmes, qui repense la gestion des conflits, la place des minorités, qui expérimente un nouveau modèle d’organisation politique et social se voulant un dépassement des contradictions des Etats nations. Voilà de quoi viendra nous parler l’association Initiative Pour un Confédéralisme Démocratique le lundi 22 janvier à travers leurs voyages au Rojava et récemment au campement de réfugiés autogéré de Makhmur (Kurdistan Irakien).

Un repas chaud sera servi à la fin du débat.

https://a-louest.info/Discussion-Recit- ... akhmur-281
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 03:16

Mercredi 31 janvier 2018

Réunion publique sur Notre Dame Des Landes

Nous proposons de se retrouver mercredi 31 janvier à 18h à la MAS (Maison des associations, 22 bis rue dumont d’urville à Rouen, près de la préfecture) pour discuter des départs de la manifestation du 10 février à la ZAD.

Des habitants de la ZAD seront présents.

A l’ordre du jour :

– Les zadistes feront un retour sur l’annonce de l’abandon, les conditions qui l’accompagnent et les perspectives qui s’annoncent – Nous pourrons discuter de comment le collectif rouennais se projette dans l’avenir sans aéroport – Nous présenterons la journée du 10 février, les modalités logistiques (de bouffe, de couchage etc…) et ce sera le moment de s’organiser pour les covoiturages.

Ramenez de quoi boire et grignoter pour continuer à fêter ça. On paye le champagne.

https://zad.nadir.org/spip.php?article5067
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 02 Fév 2018, 02:19

Samedi 3 février 2018

Rencontre de l’Insoumise à Rouen - Trimards, pègre et mauvais garçons de Mai 68

« Le livre de claire Auzias présente à la fois la passion que fut Mai 68 en France, mais aussi sa complexité, sans occulter les divisions qui existaient dans l’extrême gauche. Le tableau qu’elle nous présente de ces » trimards« et autres mauvais garçons, nous invite à sérieusement réviser les lectures abstraites et théoriques sur la révolution. Ce travail confirme qu’une autre histoire est toujours possible. Trimards à Lyon, loulous à Grenoble, zonards à Nantes, katangais à Paris ou Mouvement révolutionnaire octobre à Bordeaux, pour l’auteure ce Lumpenproletariat était l’autre face de la Révolution. Claire Auzias a publié »Un mai mineur ?« il y a trente ans, un titre hommage à Deleuze et Guattari, dans lequel elle conte ses »Mémoires d’une révolutionnaire« (IRL, 1988). Elle a aussi précisé quelques aspects de son Mai 68 dans Claire l’enragée, un dialogue avec Mimmo Pucciarelli (ACL). Ici, elle est historienne de ce qu’elle connaît si bien, grâce à une abondante documentation inédite. Son travail sur l’histoire montre que, en scénographie comme en littérature, les éclairages peuvent se déplacer, se croiser, se renforcer et s’illuminer à l’infini. »

Claire Auzias sera à la librairie l’Insoumise (128, rue St Hilaire, Rouen) le samedi 3 février à 15h00 pour présenter son livre : « Trimards, pègre et mauvais garçons de Mai 68 ».

https://a-louest.info/Rencontre-de-l-In ... Mai-68-300
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 15 Fév 2018, 16:19

Jeudi 15 février 2018

[LINKY] Réunion d’information sur les compteurs Edf

Un compteur intelligent, qu’est-ce c’est ?
Faut-il en avoir peur ? Comment le refuser ?

L’opposition au Linky se renforce !
Aujourd’hui, c’est 506 communes qui disent ‘NON’ au Linky !

Le collectif Stop Linky Rouen agglo organise une réunion d’information en présence de Arnaud Levitre, maire d’Alizay le jeudi 15 février à 20h00 à la Halle aux Toiles à Rouen.

Collectif Stop Linky Rouen agglo
stoplinkyrouenagglo@yahoo.com
http://collectifstoplinkyrouenagglo.blogspot.fr/
www.stoplinky.fr

https://a-louest.info/LINKY-Reunion-d-i ... rs-Edf-319
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 14:11

Samedi 7 avril 2018

Salon du livre libertaire

Débats et tables de presse, Expo mai 68, apéro musical (voir le programme sur l'affiche jointe), organisé par la Librairie l'Insoumise, Halle aux toiles, Place de la Basse Vieille Tour, 76000 Rouen

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 12:33

Du 21 avril au 3 juin 2018

Du quartier latin à la Croix de Pierre un cycle autour de mai 68

Du 21 avril au 3 juin, le diable au corps organise un cycle de reflexion et d’évenement autour de mai 68. Parce qu’il est inacceptable qu’un épisode révolutionnaire soit commémoré par l’Etat, il s’agit de mettre en place tous les outils nécessaires pour se l’approprier pleinement

Leclerc, Sega, Citroën, Macron... Mai 68 a fait l’objet de toutes les récupérations. De fait, nous aussi sommes habités par cet imaginaire des années 68. Mais nous refusons les commémorations racornies, vides de sens. Nous voulons interroger 68, nous voulons faire usage de l’histoire.
La force de Mai 68 réside peut-être dans la rencontre - réelle et symbolique - entre des mondes différents, dans les amphis, les usines, aux Beaux Arts, dans la rue. Elle résidait aussi dans leurs nouvelles manières d’habiter leurs sphères, d’habiter la ville.
C’est pourquoi nous proposons un cycle de rencontres dans le quartier Saint-Hilaire, dans nos lieux : un local d’artistes, un restaurant, un local associatif, une bibliothèque municipale. Avec chacun de ces lieux viennent les possibles qu’ils portent en eux, leurs champs d’activités, leurs propositions propres, leurs manières de percevoir la ville. Nous désirons que ces réalités se rencontrent, qu’elles s’entretissent (qu’elles bouillonnent et pourquoi pas qu’elles cheminent ensemble).

/ !\ Avertissement : nous n’oublierons pas la rue.

Rdv à :
LE DIABLE AU CORPS 100 Rue Saint Hilaire
LA CONJURATION DES FOURNEAUX 149 Rue Saint Hilaire
GALERIE TRAMPOLINE 47 Rue Saint Vivien
BIBLIOTHÈQUE DES CAPUCINS 21 Rue des Capucins
ET DANS TOUTE LA RUE SAINT HILAIRE

Du 21 avril au 3 juin 2018.
• Le 21 Avril à 18h00 : Discussion autour du livre "Trimards, "Pègre" et mauvais garcons de Mai 68", avec Claire Auzias au Diable Au Corps. Vous pouvez en retrouver un avant goût en lisant cet article https://a-louest.info/Les-mauvais-garcons-de-Mai-68-306.
• du 2 au 18 mai Exposition inspirée du livre pour enfant Véro en Mai à la Bibliothèque des Capucins.
• 12 mai 19h00 Exposition visuelle et sonore « Mai 68 à Rouen et ailleurs » au Diable au Corps.
• à partir du 12 mai Exposition photo Mai 68 Fragments recomposés par J.P. Sageot dans la rue Saint-Hilaire.
• 20 mai 15h00 Projection du documentaire La Reprise de Hervé Le Roux au Diable au Corps.
• 26 mai 14h30 Atelier « L’autorité et la pédagogie libertaire » à la Galerie Trampoline.
• 3 juin 16h00 Discussion autour du livre 1968 - De grands soirs en petits matins avec Ludivine Bantigny à La Conjuration des Fourneaux.

https://a-louest.info/50-NUANCES-DE-MAI ... ilaire-381
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 30 Avr 2018, 18:39

Mardi 1er mai 2018

Retrouvons-nous à la manifestation du 1er mai. Un nouvel espace en surgira, pour une durée d’un mois. Un mois pour prendre le temps, le suspendre, comme il y a 50 ans. Entre discussions, banquets, rencontres, concerts, présentations de livres, assemblées de lutte… Nous surgirons ensemble, dans ce qui pourrait devenir notre maison de lutte, le quartier général de la grève, et donc de la fête.

... https://rouendanslarue.net/surgissement/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 24 Mai 2018, 17:24

Samedi 26 mai 2018

L'autorité et la pédagogie libertaire

Dans le cadre du cycle sur mai 68 organisé par le Diable au Corps, 50 nuances de Mai, nous vous proposons un atelier délocalisé à la Galerie Trampoline.

L'idée de l'atelier est d'échanger sur les pratiques éducatives, et notamment sur l'autorité et la violence. Une présentation de pédagogies libertaires sera également faite, notamment sur l'expérience de Summerhill [1].

Tout le monde est le bienvenue, parent ou non.
On s'occupe de vos enfants pendant l'atelier si vous le souhaitez !

Rendez-vous à la Galerie Trampoline, 47 rue St Vivien, à Rouen, samedi 26 mai de 14h30 à 16h.

Notes

[1] L'école de Summerhill est un établissement d'enseignement fondé en 1921 par Alexander Sutherland Neill (1883-1973) afin d'y appliquer ses théories pédagogiques originales d'inspiration libertaire. Les principes du fonctionnement de l'école sont la liberté et une forme de démocratie basée sur l'égalité des voix pour sa gestion

https://rouen.demosphere.eu/rv/3044
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rouen et Haute-Normandie (76)

Messagede bipbip » 26 Mai 2018, 23:04

Dimanche 27 mai 2018

Un volontaire communiste libertaire au sein des YPG raconte

à 15 heures, à la Halle aux toiles, 19, place de la Basse-Vieille-Tour, coorganisé par AL et la FA

Depuis 2014, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient a placé la gauche kurde sous les feux de la rampe.
Ce que l’on sait moins, c’est que dans les zones qu’elle contrôle, et notamment au Kurdistan syrien (Rojava) elle a favorisé l’essor d’une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d’une certaine façon, laïques.
Pour cette raison, elle fait peur aux tyrans de la région : les régimes turc, iranien ou syrien.

Cette situation inédite appelle un soutien de toutes et tous les révolutionnaires et anticolonialistes sincères.

Un soutien acritique ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu’une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...).

C’est de tout cela dont nous allons parler.

AU PROGRAMME :

♦ Projection du film de Chris den Hond et Mireille Court, "Rojava, une utopie au cœur du chaos syrien" (45 minutes) ;

♦ Présentation du livre "Kurdistan Autogestion Révolution", éd. AL, mars 2018 ;

♦ Intervention d’Arthur Aberlin, militant communiste libertaire français engagé dans les YPG en 2017.

♦ Intervention (sous réserve) de deux autres militants révolutionnaires engagés entre 2016 et 2018.

https://www.facebook.com/events/202860367179142/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités