Orléans

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Orléans

Messagede Pïérô » 21 Nov 2014, 15:37

Vendredi 21 novembre

Marche de nuit pour l’Egalité entre Femmes et Hommes.

Contre le Harcèlement : de rue, à la maison, au travail et toutes Formes de Violence : physiques, morales, sociales.

19h30, Place du Général de Gaulle, 45000 Orléans

Image

http://alternativelibertaire45.org/even ... ance_id=26

Dans la presse : http://www.larep.fr/loiret/actualite/20 ... 11022.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 02 Fév 2015, 14:22

Mardi 3 février 2015

Trop jeunes pour mourir : ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)
avec l'auteur Guillaume Davranche

à 18h30, à la librairie Les Temps modernes, 57 Rue Notre-Dame-de-Recouvrance


Image

Trop jeunes pour mourir : ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) raconte l’histoire de l’opposition ouvrière à la montée vers la guerre, et notamment celle de sa fraction antimilitariste et « antipatriote » la plus radicale, incarnée par la Fédération communiste anarchiste (FCA), qui menace ouvertement de « saboter la mobilisation ». Animée par de jeunes ouvriers révolutionnaires de la « génération de 1906 », cette organisation était jusqu’ici très mal connue, n’ayant fait l’objet d’aucune étude spécifique.
En suivant le fil rouge de la FCA, ce livre dévoile le contexte de l’avant-guerre, souvent éclipsé par le cataclysme de 1914, et explore le mouvement ouvrier d’alors : son organisation, ses passions, ses fractions, ses controverses, ses petites et ses grandes luttes.
Il fait le récit des grèves des PTT en 1909, du rail en 1910, du bâtiment en 1911, marquées par le sabotage des lignes de communication et par la « chasse au renard ». Il narre les grandes affaires : Ferrer, Aernoult-Rousset, Métivier, Bonnot. Il raconte l’enthousiasme de la FCA pour la Révolution mexicaine, six ans avant la Révolution russe. Il explique la force motrice qu’a représenté l’hebdomadaire La Guerre sociale, adoré puis renié par les révolutionnaires. Il aborde la résurgence de l’antisémitisme et de l’antimaçonnisme en 1911, et les affrontements du Quartier latin.
Le livre explore également une période négligée du syndicalisme révolutionnaire français, alors que l’âge « héroïque » de la CGT (1901-1908) est révolu et que, frappée par l’État, elle se déchire sur la stratégie à adopter. Il pointe la montée des femmes et de la « main d’œuvre étrangère » dans le débat syndical à cette époque. Enfin, dans un climat militariste et belliciste que l’on peine aujourd’hui à imaginer, il détaille la répression contre les syndicalistes et les anarchistes : le retour des « lois scélérates » de 1894, la menace du bagne militaire (« Biribi »), du Carnet B et du peloton d’exécution.

Guillaume Davranche (né en 1977) est journaliste et chercheur indépendant en histoire sociale. Il a codirigé le Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, dit le « Maitron des anarchistes ». Cette œuvre collective réalisée sous les auspices du CNRS et de l’université Paris-I a paru le 1er mai 2014 aux éditions de l’Atelier.

Trop jeunes pour mourir : ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) par Guillaume Davranche. L’Insomniaque : Libertalia, 2014. 544 pages. 20 euros.




Festival des Médiatiques, du 9 au 15 février

Image


Édition 2015 : Aux armes journalistes, Médias, Luttes et révolutions

Les révolutions qui ont touché ces dernières années les pays arabes se seraient-elles déroulées de la sorte sans recours aux nouveaux modes communication utilisés par les militants, manifestants et résistants impliqués dans la contestation des pouvoirs en place ? Sans doute parfois exagéré par certains commentateurs, le rôle joué par les réseaux sociaux dans la diffusion de ces mouvements, dans leur capacité à mobiliser de manière quasi instantanée un grand nombre de personnes et dans leur aptitude à fournir rapidement à l’opinion mondiale témoignages et images des événements a sans nulle doute contribué à leur réussite totale (Tunisie) ou partielle (Egypte, Libye) dans la déstabilisation de pouvoirs en place depuis plusieurs décennies. Les médias ont ici accompagné l’action des contestataires tandis que les journalistes se confrontaient aux ressources et aux pièges d’un accès instantané aux informations fournies via les réseaux sociaux.

Ce rapport étroit entre les médias et certains événements révolutionnaires est cependant loin d’être nouveau. La Révolution française fut ainsi une période de mutation de la presse (mise en place de la liberté d’expression, apparition de plusieurs centaines de feuilles d’opinion, essor d’une fonction morale et éducative des journaux …) tandis que de nombreux révolutionnaires virent dans l’activité pamphlétaire et journalistique un moyen utile d’agir sur l’opinion et de peser sur le destin politique du pays.

Les révolutions semblent dès lors constituer des temps très spécifiques pour le travail journalistique. Périodes agitées ne permettant pas d’adopter aisément un positionnement de neutralité, celles-ci semblent à la fois constituer des périodes d’intense activité journalistique pour couvrir les événements mais aussi des moments de mutations des pratiques, des formes, des contenus voire des usages de l’information.

C’est pourquoi la quatrième édition du festival Les Médiatiques se propose d’éclairer ce qui se joue dans ce rapport complexe - et sans doute variant - entre les médias et les périodes révolutionnaires. Pour cela, chercheurs, documentaristes, journalistes et photographes viendront livrer leurs analyses et leurs réflexions à propos de périodes révolutionnaires touchant des époques et des espaces très divers. L’étude des révolutions politiques des XVIII-XIXème s. (révolution française, américaine et anglaise ; révolution haïtienne de 1804 ; révolution de 1848 ; Commune de Paris…), des révolutions de type marxiste/communiste (révolution de 1917 ; révolution chinoise ; révolution cubaine…) ou de grands mouvements populaires plus récents (révolution iranienne de 1979 ; révolution roumaine de 1989 ; révolutions arabes…) permettront ainsi d’aborder quatre dimensions fondamentales des liens entre médias et révolution.



Détails, programme : http://www.lesmediatiques.fr/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 18 Sep 2015, 21:24

Samedi 19 septembre 2015

Manifestation de soutien au peuple Kurde

15h, parvis de la cathédrale

A L’appel du Collectif des Femmes Kurdes du Loiret
soutenu par : Femmes Solidaires, Solidaires, NPA, AL, PCF, PG…….

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 21 Sep 2015, 11:36

Ce lundi 21 septembre, Orléans

RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC LES RÉFUGIÉ-E-S, 18H, PLACE DE GAULLE

21 septembre : Mobilisons-nous pour la paix !
Solidarité avec tous les réfugiés et migrants !
29 000 morts en 10 ans en Méditerranée et aux portes de l’Europe : ASSEZ !


Face au drame de centaines de milliers de réfugiés et migrants qui fuient la guerre, le chaos, et la misère, notre colère et notre émotion sont immenses. Aujourd’hui, un élan de solidarité se manifeste dans les populations. Cet élan doit se traduire par un engagement fort de l’Etat et des pouvoirs publics accompagné partout par des mesures au niveau des Communes, Départements et Régions pour concrétiser cette nécessaire solidarité humaine avec ceux qui souffrent des affres de la guerre et des désastres que connaissent les régions dont ils sont issus.

La première des urgences est sans tergiverser la solidarité et le devoir de rendre humain l’accueil, dans des conditions dignes et respectueuses, sans discrimination, de tous les réfugiés et les migrants, en créant les conditions du vivre ensemble avec toutes les personnes résidant en France.

La réflexion doit également s’engager sur les raisons qui ont conduit à cette situation. Force est de constater que les interventions militaires et les guerres sont toujours des échecs. Elles amènent toujours de nouveaux conflits sans jamais permettre de construire une paix durable. Le sous-développement, l’insécurité alimentaire, la misère, le chômage, les injustices, le manque de démocratie et les dictatures qui écrasent leurs peuples, les répriment et portent atteintes aux droits fondamentaux, l’analphabétisme, constituent des facteurs de déstructuration des Etats, d’insécurité et de conflits. Les populations civiles qui ne demandent qu’à vivre en paix sont les principales victimes.

A l’heure où le président de la République, François Hollande, engage l’armée française en Syrie, nous devons nous interroger : la poursuite de cette stratégie, en dehors de tout mandat de l'ONU, peut-elle amener la paix au peuple syrien et au Proche et Moyen-Orient ? Cette "réponse" à l'afflux de réfugiés va créer, au contraire, de nouveaux départs et de nouvelles victimes innocentes ! Cette politique ressemble de plus en plus à celle que Sarkozy a mené en Lybie qu'elle soit avec ou sans l'aval de l'ONU ! Dans ce contexte la protection des populations, dont le peuple kurde durement agressé de toutes parts, doit aller de pair avec l’arrêt des ventes d’armes.

Le prix payé par les peuples en raison des guerres, de la misère, du mal développement économique et social, est si lourd qu’il contraint à l’exil des centaines de milliers d’hommes et de femmes qui n’auraient jamais souhaité quitter leur pays. Les cadavres rejetés sur les côtes méditerranéennes sont la conséquence de cette situation, qui est aussi le résultat de choix politiques et économiques catastrophiques. Nos organisations sont par ailleurs choquées qu'il soit envisagé de rejeter d’emblée certaines catégories de ces personnes qui, pour la plupart, ont risqué leur vie pour rejoindre l'Europe, alors que la complexité croissante des causes de départ rend de plus en plus difficile la distinction entre asile « politique » et exil « économique ». Rejeter ceux qui sont déjà plongés dans une extrême précarité, parce qu’ils seraient « pauvres » et non « réfugiés », n’est pas acceptable. En face de personnes qui fuient des situations de guerre, d’oppression ou de misère, la seule conduite digne, c’est celle fondée sur l’accueil et le respect des droits fondamentaux.

Ensemble nous demandons :
. Que tous les réfugiés soient accueillis dans des conditions respectueuses de leur dignité en augmentant la capacité des centres d’accueil, par la mise en place de dispositifs de soutien médico-social, des parcours d’insertion professionnelle et de scolarisation des enfants
. Garantir les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant
. Suspension des accords de Dublin et leur révision
. Régularisation des sans-papiers et arrêt des expulsions
. création d’un guichet unique en Préfecture qui regrouperait tous les intervenants auxquels ont affaire les réfugiés et les migrants : Préfecture, département, ville, service juridique du tribunal, caf, ccas, organismes de logements…
Réquisition par le Préfet du Loiret des bâtiments et logements vides, publics comme privés
. Mettre en place un plan international solidaire de lutte contre les inégalités sociales et économiques
. Relancer l’aide publique au développement
que la France prenne des initiatives pour des solutions politiques et économiques durables pour favoriser le règlement pacifique de tous les conflits en cours et en particulier l’instauration d’une paix durable au proche et au Moyen Orient, mais aussi créer les conditions d’un monde économiquement juste et solidaire.

Premiers signataires : PCF, CGT, Mouvement de la Paix Orléans/Loiret, Collectif des Femmes Kurdes du Loiret, PG, Alternative libertaire, Abraysie Ouverte, FSU, Orléans Loiret Palestine, JC, Palestine 45, NPA

https://www.facebook.com/Alternativelib ... 92833769:0
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede bipbip » 06 Nov 2015, 11:45

Orléans, samedi 7 novembre 2015, 17 heures
Salle des Chats ferrés
3bis rue des Chats Ferrés 45000 Orléans

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 18 Jan 2016, 17:07

Orléans, jeudi 21 janvier

« Pour nos libertés, il faut lever l’état d’urgence »

Sur Orléans, dix-huit organisations dont Alternative Libertaire appellent à une réunion publique intitulée « Pour nos libertés : il faut lever l’état d’urgence », quelques jours avant que l’état n’annonce sa probable reconduction, le 26 janvier.

En réaction à l’horreur des attentats, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis aggravé et prolongé pour une durée de trois mois. Nous exprimons notre inquiétude face à l’ampleur des atteintes aux libertés individuelles et collectives constatées depuis sa mise en place : au 15 décembre on dénombrait 2700 perquisitions administratives, 334 interpellations (dont 287 Gardes à vue), 346 ouvertures de procédures judiciaires, 360 assignations à résidence…

Dans un courrier envoyé le 24 novembre au Conseil de l’Europe, Paris a même officiellement demandé une dérogation quant à la préservation des droits de l’homme en France ! L’état d’urgence donne en effet le droit aux autorités françaises d’enfreindre certaines libertés : ordonner des perquisitions jour et nuit sans autorisation judiciaire, fouiller et copier les données informatiques...

L’exécutif peut également élargir les assignations à résidence à toute personne dont il a « des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public ». Ce qui ouvre la voie à des décisions arbitraires : ainsi à Orléans, le 17 Novembre un Français originaire de Palestine a été victime d’une perquisition inutile et violente dans le quartier de Saint-Marceau. Son domicile a été investi en pleine nuit par une vingtaine de policiers cagoulés, coût des dégâts estimé : 5000 euros ! Perquisition qui s’est avérée infructueuse...

Manifester pour la sauvegarde de l’environnement, se mobiliser contre un plan social, ou préparer un attentat, tout se retrouve sur un même plan. Daech s’en est pris à nos libertés le 13 novembre dernier. L’essentiel du projet gouvernemental vise à court-circuiter les procédures judiciaires traditionnelles pour laisser les coudées franches à la police. Nous devons réagir.

L’état d’urgence et le climat de guerre intérieure alimenté par le gouvernement contribuent au renforcement des amalgames et aux pratiques discriminantes, notamment de la part des forces de police. Ce ne sont pas « les terroristes qui sont terrorisés », ce sont des jeunes et des populations victimes de l’arbitraire en raison de leur origine, de leur religion, ou de leur engagement militant, qui voient leur situation encore davantage fragilisée. Cette logique d’amalgame et de stigmatisation va plus loin encore avec la promesse de déchéance de nationalité pour les binationaux nés français… dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle n’aidera en rien à lutter contre le terrorisme mais qui est par contre clairement une vieille revendication de l’extrême droite !

Les marchés de Noël où vont et viennent des milliers de gens n’ont par contre pas été interdits, les matchs de foot ne le sont pas non plus, mais les manifestations comme celles pour le climat entre le 28 et le 30 Novembre l’ont été (et peuvent encore l’être) ! Sous couvert de combattre « le terrorisme », l’état d’urgence fait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles, sociales et politiques et sur la démocratie.

Dans ces circonstances, nous appelons à :
• la levée de l’état d’urgence
• le rétablissement, sans délai, du droit plein et entier de manifester
• l’arrêt des perquisitions et des assignations à résidence arbitraires
• l’abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité

En plus d’Alternative libertaire Orléans, il faut se féliciter que nombre d’organisations ont répondues présentes, la réunion est donc co-organisée avec Attac, la CGT éduc’action 45, la Cimade, le Collectif Acide, la FSU, les JC, le Labomédia, la LDH, LO, le MAN, le NPA, l’OLP, Palestine 45, le PG, le RESF, l’UJFP, l’ Union syndicale Solidaires !

http://www.alternativelibertaire.org/?P ... ut-lever-l

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 03 Fév 2016, 09:41

Mardi 3 février à 17h

Stop état d'urgence !

Action symbolique et non-violente demain, mercredi 3 février, devant le Tribunal d'Orléans, 44 rue de la Bretonnerie. N'hésitez pas à passer et faites tourner l'info !
Deux bonnes raisons pour venir dire son refus de l'état d'urgence :
- C'est le jour de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de prolongation de l'état d'urgence ;
- et ce même jour, trois militants parisiens passent en procès pour participation à la manifestation interdite du 22 novembre en soutien aux migrant.e.s et réfugié.e.s.

https://www.facebook.com/Alternativelib ... =3&theater

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 27 Fév 2016, 13:45

Samedi 27 février 2016

Conférence-Débat : le sionisme/l’antisémitisme dans la France d’aujourd’hui.

avec Pierre Stambul (UJFP) et Sarah Katz (UJFP et ISM).

à 15h, Salle Fernand Pellicer, rue Edouard Branly, 45100 Orléans La Source

http://www.ujfp.org/spip.php?article4709

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 21 Mar 2016, 01:28

le 21 mars à 17h, Myriam El Khomri sera à Orléans, et les organisations syndicales du Loiret lancent un appel à se mobiliser pour expliquer à la ministre du Travail ce qu’on pense de son projet de loi.

http://larotative.info/on-en-a-gros-apr ... -1434.html

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 30 Juin 2016, 16:05

Fête des Résistances et des Alternatives

à Semoy le dimanche 3 juillet 2016

Image

Image

http://eausecours-orleanais-45.blogspot ... t-des.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede Pïérô » 15 Sep 2016, 17:39

Vendredi 16 septembre 2016

Rencontre avec Grégory Chambat, auteur de "L'école des réacs-publicains", éditions Libertalia, 2016

Organisée par la librairie Les Temps Modernes en partenariat avec Classe buissonnière.

à 21h, Librairie Les Temps Modernes, Orléans

Image

L’auteur : Grégory Chambat est enseignant. Il est l’auteur de Pédagogie et Révolution (2011), Apprendre à désobéir (2013), L’École des barricades (2014), tous parus aux éditions Libertalia. Il coanime le site et la revue Questions de classe(s).

Le livre : L’École est le champ d’intervention privilégié d’une galaxie intellectuelle et médiatique caressant le rêve de rétablir un état scolaire – et social – ancien. Pour ces « réac-publicains » (Natacha Polony, Jean-Paul Brighelli, Alain Finkielkraut, Éric Zemmour…) évoquant inlassablement l’effondrement du niveau et la décadence de l’institution, le redressement de l’École préfigurerait la restauration de l’ordre et de la nation. Leurs incessantes et virulentes polémiques s’inscrivent dans une tradition méconnue, celle de l’intérêt jamais démenti de l’extrême droite pour l’éducation. Cet ouvrage relate l’histoire de cette « pédagogie noire » et décrypte ses déclinaisons contemporaines afin d’en révéler les enjeux sociaux et idéologiques. Entre les sirènes du « nostalgisme » réactionnaire et le renoncement à toute perspective de transformation, il s’agit de retrouver le chemin d’une pédagogie de l’émancipation.

https://www.facebook.com/events/945549812240130/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Orléans

Messagede bipbip » 18 Sep 2016, 13:50

Orléans : La lutte en fête

La première édition de la Fête des résistances et des alternatives s’est déroulée le dimanche 3 juillet dernier à Semoy, en agglomération d’Orléans. Avec plus de 300 participants et participantes, c’est un premier succès qui appelle des suites.

Près d’une trentaine d’organisations étaient parties prenantes de la Fête des résistances et des alternatives : elles a réuni des associations (BDS, Cimade, Planning familial, RESF, Sortir du nucléaire…), des organisations politiques (AL, PC, PG, NPA…) et le syndicat Solidaires qui a été une des chevilles ouvrières de cet événement. Les camarades kurdes étaient également là en nombre. Six « ateliers » d’une heure (en fait des débats) étaient programmés sur la journée. Les militants et militantes d’AL ont notamment participé à celui de Solidaires intitulé « Loi travail : la lutte c’est classe » et en ont animé un sur le thème « Comment rompre avec le capitalisme ? » qui a rassemblé une cinquantaine de participants et participantes.

Un « Gro-débat » (concept d’éducation populaire) a eu lieu en fin de journée, après les ateliers et avant les concerts. Son organisation – qui reste sans doute à améliorer – était la suivante : les participants et participantes à la fête sont invité-e-s tout au long de la journée à indiquer un thème qu’ils et elles souhaitent voir aborder ; des ateliers se réunissent ensuite sur les thèmes retenus par une équipe dédiée, et ce sur la base des demandes recueillies ; un ou une rapporteur-e fait ensuite le compte-rendu des ateliers devant l’assistance… mais sans échanges ultérieurs, ce qui a pu être un peu frustrant.

Bien sûr, c’était aussi une fête et il n’y avait donc pas que des débats : on pouvait se balader et échanger de stands en stands, écouter des concerts, participer à des jeux, des happenings – BDS avait mis en place un faux check point), assister à des interventions théâtrales – le groupe de théâtre révolutionnaire Table rase jouait Karl Marx, le retour d’Howard Zinn et RESF et les jeunes étrangers et étrangères isolé-e-s avaient également préparé une pièce.

Depuis près de deux ans, Alternative libertaire a activement contribué à ce qu’un tel événement unitaire voit le jour. Au départ, nous pensions pouvoir ressusciter les Contre-fêtes johanniques qui, dans les années 1990 et 2000, avaient peu ou prou rempli la même fonction tout en étant une contestation populaire des fêtes de Jeanne d’Arc organisées par la mairie avec le concours de l’armée et de l’évêché (en 2016, l’invité d’honneur en était Macron, c’est dire…). Ce projet ne faisait pas l’unanimité parmi les organisations potentiellement intéressées qui préféraient ne pas apparaître trop en « contre » un autre événement. La formule retenue et éprouvée cette année semble elle convenir à tout le monde.

Convergence et solidarités

Quoi qu’il en soit, c’est clairement une initiative porteuse de convergences et de solidarités, ce qui est loin d’être négligeable dans la période d’offensive capitaliste, de montée du racisme et de répression étatique que nous traversons. De plus, lors des échanges durant la fête, l’idée de rééditer l’événement l’an prochain s’est imposée, certains évoquant même des actions et/ou manifestations intermédiaires, peut-être plus « de rue ». Une réunion est déjà programmée pour cela en septembre.

En ce qui nous concerne, c’est donc très encourageant… L’enjeu est désormais de transformer des convergences et solidarités en luttes et résistances bien concrètes, qui matérialiseraient un front social et politique convaincu de la nécessité d’agir ensemble.

Alternative libertaire Orléans

http://www.alternativelibertaire.org/?O ... te-en-fete
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 25 Nov 2016, 12:18

25 Novembre: journée contre les violences faites aux femmes à Orléans

Une journée co-organisée à Orléans par Alternative libertaire, JC, FA, NPA, Planning Familial et Solidaires, dont voici le programme:

18H à 19H30, Place De Gaulle : Action de rue sur le thème : « Harcèlement dans l’espace public, dans les transports en commun »

20H à 22H, Salle Erasme, maison des associations, Rue Ste Catherine : Éducation populaire et féminisme, atelier-débat: « Expérience, savoir et stratégie commune pour l’égalité » par la SCOP La Trouvaille. Entrée libre et apéro convivial.

http://alternativelibertaire45.org/25-n ... a-orleans/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 07 Déc 2016, 09:40

Vendredi 9 décembre 2016

Contre les agressions de l’extrême droite
Rassemblement à 20 heures, place du Temple (rue de Bourgogne), Orléans

Orléans
L'extrême droite agresse et menace
Ne la laissons pas faire


Aujourd’hui, dans le Loiret et à Orléans, en France comme dans le reste de l’Europe, les forces xénophobes et réactionnaires gagnent du terrain et progressent électoralement au point de menacer nos droits et nos libertés. Les idées de l’extrême droite gangrènent largement le débat public, imposant ses thèmes dans les médias et inspirant des politiques de discrimination et de stigmatisation.

L’extrême droite est raciste, l’extrême droite est violente : elle est l’ennemie de toutes et tous !

L’extrême droite s’attaque aux droits des femmes en remettant en cause le droit à disposer de son corps ou en voulant renvoyer les femmes au foyer. Elle s’attaque aux travailleuses et aux travailleurs, en les divisant entre eux avec des critères racistes, en promettant des atteintes inédites aux droits syndicaux… et, fidèle alliée du patronat, jamais elle ne parle de progrès social !

Le racisme qui est son fond de commerce vise à nous diviser plutôt qu’à nous unir pour mettre fin aux oppressions, au chômage et à l’exploitation. Bien évidemment, elle s’attaque aussi aux migrant.es et aux réfugié.es, qui fuient la guerre et la misère : et même si elle ose descendre dans la rue dans de nombreuses villes aujourd’hui pour exprimer ses idées racistes (comme la « manif pour tous » avaient pris la rue pour exprimer son homophobie et sa transphobie), elle se heurte à chaque fois à une résistance des forces progressistes (associations, syndicats, organisations politiques, simples citoyen.ne.s).

Avec l’instauration de l’état d’urgence permanent et le débat nauséabond sur la déchéance de nationalité, le gouvernement porte également une responsabilité dans la montée de l’extrême droite.

Sur Orléans, l’extrême droite radicale tente de s’imposer

Sur Orléans, un petit groupe de l’extrême droite radicale, lié à la mouvance catholique intégriste, profite de ce contexte pour essayer de s’imposer. Ce groupe a déjà menacé et agressé physiquement de jeunes militant.e.s. Il a tenté récemment d’intimider une manifestation féministe. Et le soir, notamment après les soirs de matchs, il se balade rue de Bourgogne à la recherche de cibles isolées.

Mais notre vigilance s’est accrue et nous ne les laisserons plus parader : nous disons qu’il est nécessaire aujourd’hui de mettre un terme aux ambitions authentiquement fascistes de ce groupe. Ces sinistres individus ne perturberont plus nos initiatives et nous appelons toutes et tous celles et ceux attaché.e.s aux droits et aux libertés à dénoncer avec nous leurs agissements, y compris publiquement si vous les voyez faire. Déterminées à combattre l’extrême droite, c’est collectivement que nos organisations répondront.

Rassemblons nous nombreuses et nombreux
vendredi 9 décembre à 20 heures,
place du Temple (rue de Bourgogne)


Premiers signataires : Abraysie ouverte, Alternative libertaire, Collectif Acide, Fédération anarchiste, Jeunesses communistes, Ligue des Droits de l’Homme, Nouveau parti anticapitaliste, Union syndicale Solidaires Loiret…


http://www.alternativelibertaire.org/?C ... -l-extreme
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Orléans

Messagede bipbip » 03 Avr 2017, 15:08

Jeudi 6 avril 2017

Élections, et après ?

Comment construire la riposte sociale ?
Apéro-débat, Jeudi 6 avril, 18h30, Bar Bourgogne
organisé par Alternative libertaire Orléans

Pour la première fois, les deux principaux partis politiques de droite et de gauche (PS et LR) pourraient être absents du second tour des élections présidentielles.
• Comment Macron, digne héritier du quinquennat Hollande, pourrait-il se faire élire ?
• Le FN a-t-il vraiment un « programme social » comme il le prétend ?
• Que penser du « revenu universel » porté » par Hamon mais aussi par une partie du mouvement écologiste ?
• Peut-on rendre le capitalisme plus démocratique, par exemple en passant à la « 6e République » ?
• Et surtout, au fond, que vont changer ces élections ? Comment résister au rouleau-compresseur libéral et préparer un « 3e tour social », dans la rue, contre le racisme et le libéralisme ?

Pour débattre de toutes ces questions,
venez participer à l’apéro débat,
jeudi 6 avril 18h30, au Bar Bourgogne (à l’étage) 248, rue de Bourgogne, à Orléans
organisé par Alternative libertaire Orléans

Image

http://www.alternativelibertaire.org/?E ... -a-Orleans
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités