Belgique

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Belgique

Messagede bipbip » 11 Oct 2018, 16:59

Vendredi 12 octobre 2018

Soirée de soutien au documentaire « Belki sibe »

Au local Sacco & Vanzetti (Chaussée de Forest 54, 1060 Saint-Gilles)

Soirée de soutien et de discussions autour du documentaire « belki sibe » : Un voyage à travers la guerre syrienne et la révolution du Rojava. Cette soirée en présence du réalisateur a pour but de lever des fonds en vue de financer ce projet indépendant (voir une description ci-dessous).

18h30 ; accueil
19h : début de la discussion avec le réalisateur
20h30 : bouffe et boisson à prix libre

Description du projet du documentaire :

«Belki sibe (Maybe Tomorrow): Un voyage à travers la guerre syrienne et la révolution du Rojava» est un film documentaire d’Alexis Daloumis et de l’équipe Shadow Crew sur la guerre contre l’EI en Syrie et la révolution Rojava.

Il couvre la période allant de la bataille de Manbij (été 2016) à la libération de la ville de Raqqa qui a marqué la destruction du califat islamique (15 octobre 2017) et des élections du 2 décembre 2017.
Il a été produit par un bénévole internationaliste et toutes les personnes qui ont aidé de nombreuses manières.
Dans ce documentaire, il n’y a pas de personnage principal. Il y a plutôt une multitude de voix provenant d’une multitude de lieux destinés à créer un récit collectif et dialectique, qui cherche à mettre en lumière les aspects militaires et civils / politiques de la situation qui se déroule encore dans le nord de la Syrie. et les perspectives locales.

Il contient des images d’opérations et de batailles défensives où le réalisateur s’est battu (Manbij, province de Raqqa, Tabqa, ville de Raqqa), ainsi que de la vie quotidienne à l’arrière, des célébrations, des cérémonies et d’autres occasions spéciales. De plus, il y a un grand nombre d’interviews de personnes de tous horizons: officiers de haut rang, simples soldats, politiciens, civils, kurdes, arabes, internationalistes, turkmènes, syriaques, etc.

Il existe une grande quantité de matériel, dont le traitement nécessite beaucoup de travail de la part de divers professionnels qualifiés, pour compléter le film. Plus nous pourrons sortir d’argent de cette campagne, plus nous pourrons employer de personnes à cette fin. Hormis les exigences standards de la post-production, il existe une quantité considérable de traductions nécessaires, principalement en kurde et en arabe. Nous prévoyons de donner ce travail aux réfugiés et nous voulons pouvoir les payer correctement.
Il existe également d’autres coûts considérables, tels que les frais de festival ou l’achat de séquences supplémentaires.

Mais au-delà du film lui-même, l’utilité de ce matériel peut dépasser de loin les limites d’un long métrage documentaire. La guerre de Syrie et la révolution de Rojava sont des événements historiques d’une importance particulière à notre époque, et la totalité de ce matériel peut constituer des archives historiques précieuses, une anthologie de l’histoire orale, enregistrée telle quelle. Nous voulons avoir la possibilité de tout traiter et de le rendre disponible pour la postérité.

[Il existe même des projets secondaires qui peuvent être créés à partir de son traitement. Des documentaires à court et à moyen terme, consacrés à des thématiques plus spécifiques ou dérivées, tels qu’un court documentaire sur la réémergence de la politique radicale américaine et antifasciste aux États-Unis, déjà envisagé, basé sur des entretiens prolongés avec des internationalistes américains.]

Enfin, ce film documentaire n’est pas une marchandise. Il ne sera pas vendu, il ne sera pas diffusé à la télévision, ni ne sera distribué au cinéma commercial. Il sera diffusé dans le plus grand nombre de festivals du monde et diffusé gratuitement sur Internet.«Belki sibe (Maybe Tomorrow): Un voyage à travers la guerre syrienne et la révolution du Rojava» est un film documentaire d’Alexis Daloumis et de l’équipe Shadow Crew sur la guerre contre l’EI en Syrie et la révolution Rojava.

Event Facebook https://www.facebook.com/events/261900824530633/

https://albruxelles.wordpress.com/2018/ ... elki-sibe/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Belgique

Messagede bipbip » 18 Oct 2018, 17:54

Bruxelles : programme d’Acrata en octobre 2018

Acrata
rue de la Grande Ile 32
1000 Bruxelles, Belgique
acrata@@@post.com

Permanences chaque jeudi de 17h à 21h, et chaque samedi de 15h à 18h.

Jeudi 18 octobre – 19h30 – Discussion
Ni dictature ni démocratie, mort à l’État !

Le pouvoir se transforme sans cesse, s’adapte et se précise pour mieux asseoir son existence. Les démocraties se donnent une façade d’immuabilité, rythmée par la mascarade cyclique des élections. Depuis des décennies, elles prétendent garantir une paix apparente qui passe pour éternelle, offrir la parole à qui veut exprimer ses opinions, faire régner la loi de la majorité par le biais des urnes… Et pourtant, elles évoluent. Schématiquement, on peut observer deux tendances.
D’un côté, il y a un approfondissement de la logique démocratique, par l’implication toujours croissante de tout un chacun dans le bon maintien de la paix sociale. C’est par exemple l’invention du citoyennisme, et plus largement l’idée que les sujets des États démocratiques peuvent participer directement aux décisions qui les impliquent. Mais c’est aussi l’omniprésence de l’autocontrôle par la technologie, où le moindre comportement déviant sera filmé par des dizaines de smartphones et relayé partout sur internet. Ou encore l’autogestion de la misère, où chacun peut louer sa chambre, sa voiture, son temps. En somme, c’est le rêve d’un pouvoir qui n’a plus besoin de représentants pour se maintenir, qui peut se passer de police, qui ne doit plus faire face aux mécontentements de ceux qui crèvent de faim. Un régime qui aurait convaincu tout le monde, qui aurait résigné tout le monde, qui fonctionnerait comme un organisme parfaitement réglé où la force n’aurait plus de raison d’être. Une sorte de démocratie totalitaire.
Et puis, d’un autre côté, et de manière (apparemment) contradictoire, les discours sécuritaires, nationalistes et belliqueux connaissent un succès inédit, et l’on en voit les conséquences tous les jours. Les flics et les militaires pullulent, infestent les rues des villes et des villages, accompagnés de caméras de surveillance, de tanks et de drones. La guerre est ici, mais elle est ailleurs aussi, et les rescapés qui cherchent à traverser la Manche depuis la Belgique sont le prétexte idéal pour ressortir le nationalisme du placard. Le pouvoir s’impose par la force et se dispense même parfois ouvertement des lois pour ce faire. Comme une dictature qui se dessinerait à l’horizon.
Entre ces deux tendances, il y a des ruptures et des liens. En tant qu’anarchistes, nous voulons lutter contre le pouvoir, quel que soit son visage. Pour ce faire, nous devons cependant comprendre les voies qu’il emprunte, les stratégies qu’il échafaude. Lors de cette discussion, nous voudrions tenter de dégager des pistes en ce sens qui puissent avoir des conséquences sur nos pratiques.

Jeudi 25 octobre – 19h30 – Discussion
À partir du livre Le pari de l’autonomie. Récits de luttes dans l’Espagne des années 1970

Regroupant différents textes et témoignages, ce livre revient sur le contexte de luttes qui a secoué aussi bien l’appareil franquiste vieillissant que la jeune démocratie chargée d’assurer une transition politique sans remous dans l’Espagne des années 1970. Grèves générales, comités d’usines, mutineries dans les prisons, mobilisations massives face à la répression, apparitions de groupes autonomes au sein des conflits et prises en main de la vie de quartiers : de l’exploitation salariée à la vie quotidienne, tout allait être remis en cause. Dans une large mesure, ce mouvement refusait d’être dirigé. La méfiance envers toute forme de représentativité était la règle plus que l’exception. La solidarité, l’auto-organisation et l’action directe s’opposaient aux tentatives de récupération ou de prises de pouvoir menées par les partis et les syndicats.
À travers les récits et les analyses rétrospectives de plusieurs protagonistes de cette époque, ce livre participe au travail de mémoire et de transmission de l’histoire des luttes autonomes. Loin de toute nostalgie envers une période révolue, il offre des pistes de réflexion pour qui cherche aujourd’hui encore à se confronter au pouvoir sous toutes ses formes.
(Le livre est disponible au local.)

https://infokiosques.net/spip.php?article1602
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Belgique

Messagede bipbip » 19 Oct 2018, 13:57

Samedi 20 octobre 2018

Projection de « L’amour et la révolution »

avec Yannis Youlountas

19h, Mundo-B, Rue d'Edimbourg 26, Ixelles

Réalisateur des documentaires "Ne vivons plus comme des esclaves", "Je lutte donc je suis" et de bien d’autres films, ce dernier sera présent avec nous pour la projection de son dernier film L’Amour et la Révolution ce samedi 20 octobre à la salle Mundo-b à Ixelles !

Prix libre !
Infos : https://www.facebook.com/events/324665305025587/

L’objectif de la tournée est de récolter des fonds afin de soutenir des initiatives solidaires en Grèce (frais de justice de Rouvikonas, besoins vitaux de Notara 26 etc).
Plus d’infos sur les initiatives soutenues :
http://lamouretlarevolution.net/spip.php?rubrique14

L’Amour et la Révolution, un film de Yannis Youloutas.

Dix ans après les premières émeutes, les médias européens prétendent que la cure d’austérité en Grèce a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. À Thessalonique, des jeunes empêchent les ventes aux enchères de maisons saisies. En Crète, des paysans s’opposent à la construction d’un nouvel aéroport. À Athènes, un groupe mystérieux inquiète le pouvoir en multipliant les sabotages. Dans le quartier d’Exarcheia, menacé d’évacuation, le cœur de la résistance accueille les réfugiés dans l’autogestion. Un voyage en musique parmi celles et ceux qui rêvent d’amour et de révolution.

http://lamouretlarevolution.net/

https://bxl.indymedia.org/spip.php?article21975



Dimanche 21 octobre 2018

Ciné - débat autour du film << l’Amour et La Révolution avec Yannis Youlountas

18h, Quai 22, Rue du Séminaire 22, Namur

https://bxl.indymedia.org/spip.php?article21963
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Belgique

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 00:43

Mercredi 31 octobre 2018

Projection-discussion : Penser une autre forme (documentaire)

Alternative Libertaire Bruxelles à le plaisir de vous inviter à la projection du documentaire anarchiste « Penser une autre forme » en présence d’une des réalisatrices Merry Wafwana le mercredi 31 octobre à 18h30 au Local Sacco Vanzetti.

Le projet de documentaire tente de définir ce qu’est l’anarchie en suivant le parcours de différent.es intervenant.es lors du salon du livre anarchiste de Montréal en mai 2015. En prenant le prétexte de la vente de livre, le salon du livre anarchiste déploie en réalité une grande variété d’activités mais aussi de méthodes et d’outils qui relèvent du courant philosophique anarchiste. Avec l’aide de différent.es intervenant.es, nous avons choisi d’aborder l’anarchisme à partir de leur histoire personnelle, de leur implication dans des mouvements contestataires radicaux et de leurs méthodes d’action contre le système capitaliste moderne.

Le documentaire tente donc de rendre compte de la diversité des luttes, des actions, des thématiques que peut recouvrir ce courant de pensée. Il dresse aussi un aperçu des sensibilités, des valeurs mais aussi des contradictions vécues par les personnes qui choisissent de se définir comme anarchiste aujourd’hui.

Le documentaire sera suivi d’un débat avec une des réalisatrices du film. Une occasion de se questionner ensemble sur ce qu’est l’anarchie en théorie comme en pratique. Il s’agira surtout de voir comment nos pratiques anticapitalistes peuvent intégrer des mécanismes d’autogestion et d’horizontalité qu’elles soient associatives, activistes ou institutionnelles afin de rendre à chacun.e sa capacité d’action et d’émancipation dans la construction d’un monde plus juste.

TEASER : https://vimeo.com/166886025

https://albruxelles.wordpress.com/2018/ ... umentaire/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Belgique

Messagede bipbip » 16 Nov 2018, 20:10

Samedi 17 novembre 2018

Action Directe : rencontre avec Jann-Marc Rouillan et Aurélien Dubuisson

19h, Sacco-Vanzetti, 54 Chaussée de Forest, Bruxelles

Échange entre Aurélien Dubuisson et Jann-Marc Rouillan sur l’histoire d’Action directe à l’occasion de la parution de leurs livres respectifs, “Action directe, les premières années : genèse d’un groupe armé (1977-1982)”, paru aux éditions Libertalia et “Dix ans d’Action directe. Un témoignage, 1977-1987”, paru aux éditions Agone.

Action directe, les premières années :
Lorsqu’on évoque Action directe, on se limite généralement aux exécutions de René Audran et de Georges Besse en 1985 et 1986, ainsi qu’aux arrestations et longues détentions qui s’ensuivirent. Pourtant, on ne peut réduire cette coordination polymorphe de quelques dizaines de militant·e·s à son dernier noyau.
Action directe prend naissance dix ans plus tôt, dans un contexte imprégné des souvenirs tumultueux de Mai 68, bercée par l’antifranquisme, les luttes anticarcérales, l’anti-impérialisme et une nouvelle expérience politique : l’autonomie ouvrière.
Grâce à de nombreuses sources, dont une série de témoignages inédits reproduits dans le présent ouvrage, l’auteur tente de saisir l’émergence d’une organisation armée, de sa genèse aux scissions qui marquèrent l’année 1982.

Dix ans d’Action Directe :
« Le nom “Action directe” a surgi lors d’une réunion dans un tout petit appart donnant sur le cimetière de Montmartre. Il avait été avancé par un camarade italien. Savait-il que la puissante organisation du syndicalisme révolutionnaire italien au début du XXe siècle était Azione Diretta ? Lorsque ce nom est apparu officiellement, nombreux furent les censeurs : ils n’y voyaient que référence au militarisme ou à l’anarchisme de la propagande par le fait. C’était oublier combien ce terme appartient au patrimoine de toute la classe prolétarienne, qu’on le retrouve dans les premiers congrès de la CGT et dans les luttes de libération nationale. »

Du choix de la lutte armée à l’emprisonnement de 1980 et l’amnistie de 1981, de l’investissement avec les sans-papiers du quartier de la Goutte d’or au retour à la clandestinité en 1982 puis à l’arrestation de 1987 avec Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani en passant par les liens avec la Fraction armée rouge et les Brigades rouges, Jann Marc Rouillan raconte pour la première fois l’histoire interne d’Action directe. Analyse critique par l’un de ses protagonistes, ce livre est une pièce indispensable d’un fragment de l’histoire politique française et européenne. Si cette histoire attend ses historiens, elle ne se fera pas sans ses témoins.

Image

https://bxl.indymedia.org/spip.php?article22645



Lundi 19 novembre 2018

Contre la visite de Macron à Bruxelles

18h, Carré de Moscou 1060 Saint-Gilles

Toutes et tous contre Macron !

Les 19 et 20 novembre, Macron sera à Bruxelles à l’invitation du Roi Philippe. Macron est le représentant de cette nouvelle vague réactionnaire, incarnée aux États-Unis par Trump, qui au-delà de la droite traditionnelle et de la gauche réformiste, porte la volonté pure et nue du capital. Issus de l’industrie et de la banque, les dirigeants de cette vague ne connaissent qu’un seul objectif : l’augmentation des profits, et pour cela, l’écrasement de toutes les résistances à l’exploitation, à la paupérisation, à la pénibilité, à l’oppression néo-coloniale à l’intérieur et à l’extérieur des frontières, à la destruction de l’écosystème.

C’est pour soutenir ces résistances en France que les collectifs qui ont appelé à un 1er Mai Révolutionnaire à Bruxelles l’année passée, et qui appelleront à un tel 1er Mai l’année prochaine, appellent à une mobilisation le 19 novembre à partir du “Carré Moscou”.

L’initiative aura trois temps :

1. Temps de solidarité avec les luttes des travailleuses, des travailleurs, des étudiantes et des étudiants, des chômeuses et des chômeurs, des retraitées et des retraités. Les mobilisations ont été vastes et radicales, que ce soit contre la loi travail, la réforme des retraites, l’attaque contre le statut des cheminots. Elles ont été l’occasion de recomposition et de convergences des forces anticapitalistes. Et par conséquent, leur répression a aussi été brutale et massive : dans la rue d’abord, avec son cortège d’os brisés et d’yeux crevés, dans les tribunaux ensuite, avec un grand nombre de condamnations.

Invité à la tribune : à venir.

2. Temps de solidarité avec les luttes de territoires, à commencer par les plus emblématiques d’entre elles, les ZAD de Notre-Dame-des-Landes et de Bure.

Invité à la tribune : à venir.

3. Temps de solidarité avec les résistances contre l’impérialisme français, contre son néo-colonialisme dans les pays dominés et dans la métropole, contre ses complicités avec les régimes réactionnaires arabes et l’état colonial et raciste d’Israël.

Invité à la tribune : à venir.

Et au-delà des initiatives organisées par notre Alliance pour un 1er Mai Révolutionnaire, nous appelons à la multiplication des activités et initiatives solidaires avec les luttes de résistance en France.

Tous et toutes contre Macron à Bruxelles ce 19 novembre !

Image

https://bxl.indymedia.org/spip.php?article22529
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Belgique

Messagede bipbip » 07 Fév 2019, 17:50

8 & 9 février à Bruxelles et Liège

Présentations du livre « Temps Obscurs » :

Image

Conférences et discussions sur la montée de l’extrême droite en Europe.

. Le vendredi 8 février à 19h au local Sacco & Vanzetti (Chaussée de Forest 54 – 1060 Saint Gilles) organisé par Bruxelles Zone Antifasciste.
. Le samedi 9 février à 18h à la Cafétéria Collective Kali (Rue Saint Thomas 32 – Liège) organisé par Alternative Libertaire Liège.

Sébastien Ibo et Matthieu Gallandier, deux militants antifascistes, viendront présenter leur livre Temps Obscurs – Nationalisme et fascisme en France et en Europe.

« L’objectif de cet ouvrage est de comprendre pourquoi l’extrême droite a fait ces dernières années un tonitruant retour au premier plan de la scène politique en Europe et particulièrement en France. Sa dynamique est-elle similaire au fascisme des années 1930 ? Après avoir étudié le fascisme historique, nous proposons d’analyser son renouveau idéologique, ainsi que son rapport au localisme et à l’international. Dans une perspective de synthèse, avec un langage simple et clair, cet ouvrage entend offrir une analyse matérialiste pensant en termes de classes sociales le nationalisme et l’extrême droite. »

https://albruxelles.wordpress.com/2019/ ... -et-liege/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35264
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité