Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede Pïérô » 22 Fév 2018, 07:26

Vendredi 23 février 2018

Projection "Au nom de l’urgence"

20h, Manifesten, 59 rue Thiers, Marseille

Toi même tu sais : cette année, on célèbre l’anniversaire de la publication du Droit à la ville, livre du philosophe Henri Lefèbvre qui voulait remettre l’imaginaire au cœur de l’urbanisme. Henri n’est plus, mais sûr que la projection de ce soir lui parlerait.

À l’écran, Au nom de l’urgence, documentaire signé Alain Dufau, qui revient sur trente ans de politiques du logement populaire à Marseille. De 1945 à 1975, on construit vite, mal et pas cher en développant les grands ensembles et les cités provisoires, sans jamais s’interroger sur les envies des premiers concernés. C’est justement le propos du film : faire parler les habitants broyés par la machine à construire, revenir sur leurs espoirs, leurs combats et défaites. On regarde, puis on en cause.

https://mars-infos.org/projection-au-no ... ce-23-2864
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 24 Fév 2018, 21:32

Lundi 26 février 2018

Survie PACA vous invite pour une rencontre - discussion >

Répression au Tchad, une dictature « amie » de la France

Rencontre-discussion avec Demba Kamadji, membre de la Fédération des Syndicats des Services Publics du Tchad (FSSP) et de la campagne Tournons la Page - Tchad.

à 18h30 au local de Solidaires, 29 bd Longchamps, 13001 Marseille

Le Tchad, surnommé le « porte avion » de l’armée française en Afrique, est dirigé depuis 1990 par Idriss Deby, dictateur arrivé et maintenu au pouvoir par plusieurs interventions directes et indirectes de la France. L’armée Tchadienne, est aujourd’hui la principale alliée de l’opération Barkhane, qui permet à l’armée française de quadriller plusieurs pays du Sahel.

Le gouvernement tchadien mène actuellement une politique économique d’austérité sans précédent : coupes salariales importantes pour les fonctionnaires, augmentation de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, augmentation du prix de l’essence, du gazole... Face à ces mesures, un mouvement social initié par la fonction publique, a débuté fin janvier, en particulier dans les secteurs de l’éducation et de la santé, bientôt rejoint par le secteur privé.
Le gouvernement répond, sous prétexte du risque terroriste, par l’interdiction des manifestations et par la violence avec déjà plusieurs dizaines de blessés et plusieurs centaines d’arrestations.

Quelle est la situation actuelle au Tchad ?
Quelle place trouve cette dictature dans l’échiquier françafricain ?
Quelle est la coopération militaire et policière de la France avec le Tchad ?
Que faire aujourd’hui en France pour soutenir ces luttes, combattre la prédation économique et le soutien diplomatique et militaire de la France ?


P.-S.
www.survie.org
www.tournonslapage.com
Pour plus d’info sur le rôle de la France au Tchad :
https://survie.org/spip.php?q=tchad&page=recherche
https://survie.org/publications/article ... ancafrique

http://www.millebabords.org/spip.php?article31364
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 27 Fév 2018, 09:02

Mardi 27 février 2018

Projection-débat autour de « L’Assemblée » de Mariana Otero
20h30 Casa Consolat, 1 rue Consolat

Ciné Casa Consolat & CNT 13

Image

L’Assemblée, documentaire de Mariana Otero, 1h35. Nuit Debout, printemps 2016.

Le 31 mars 2016, place de la République à Paris naît le mouvement Nuit debout. Pendant plus de trois mois, des gens venus de tous horizons s’essayent avec passion l’invention d’une nouvelle forme de démocratie. Comment construire quelque chose ensemble tout en considérant chacun dans sa singularité ? Comment réinventer le collectif ? Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix ?

Présente comme « citoyenne » dès les prémisses de Nuit debout, la réalisatrice Mariana Otero n’a pas résisté le 1er avril 2016 — 32 mars selon le calendrier Nuit debout — à prendre une caméra. Ce film en résulte.

Durée : 1H39

http://www.millebabords.org/spip.php?article31370
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 27 Fév 2018, 22:06

Mille Bâbords

On avance… mais c’est pas encore gagné !

Aux adhérent e s de Mille Bâbords,
aux abonné e s de Cette semaine,
aux lectrices et lecteurs du site,

Lors de sa dernière AG extraordinaire du 27 janvier 2018, Mille Bâbords s’est senti renforcée par la présence et la volonté des adhérent e s qui ont manifesté leur attachement à son projet, son activité et particulièrement à son local.

L’effort demandé pour l’année 2018 a été entendu. Les dons, les nouvelles adhésions, les initiatives exprimées par les participant e s ont permis d’envisager raisonnablement cette année la continuation de l’activité dans le local actuel.

Reste quand même un déficit à combler par rapport au budget prévisionnel que nous avons vu ensemble. L’appel aux dons, aux adhésions nouvelles ou renouvelées, à l’engagement actif de nouveaux membres, aux contributions mensuelles des asso. reste d’actualité. La situation n’est plus catastrophique mais un effort est encore à venir ; il nous faudrait 2000€ environ pour boucler l’année.

Nous avons décidé de consacrer la prochaine AG statutaire en avril à faire le point sur la situation comptable, l’avancement des initiatives et le renouvellement du CA.

Plusieurs pistes ont été exprimées pour re-dynamiser et renforcer Mille Bâbords.

Des commissions ont été prévues pour s’y employer ; une commission proposera un réaménagement du local (nouvel éclairage, espace lecture, buvette, …) pour le rendre plus agréable et convivial ; une commission/atelier proposera une actualisation des statuts de notre association (formalisés en 1999 avant l’utilisation centrale des outils informatiques de communication … et la situation politique qui a changé !) au plus près d’un fonctionnement réel ; une commission pour la fête de rentrée ; une commission pour l’organisation d’événements ; ...

Un investissement plus important de la part des asso. et de nouveaux membres actifs a été souhaité pour la publication des articles sur le site ; la liste interne des adhérent e s à faire vivre à la mesure des réflexions et initiatives de chacun e ; un forum permettant une structuration et un suivi des questions et des propositions sur un plus long terme.

Bref un élan collectif s’est exprimé pour s’engager dans l’activité et son développement afin de réduire la "charge mentale" d’une équipe qui doit se renouveler dans les mois ou semaines à venir.

Nous aimerions que cette année soit celle d’une remise sur pied d’un fonctionnement collectif assurant la base matérielle de l’activité militante et d’une plus grande coopération dans le développement d’un projet commun à s’approprier dans un esprit plus convivial.

Nous avons déjà fait une grande partie du chemin, il faut se donner les moyens financiers et humains de le poursuivre.

L’équipe de coordination • 20 février 2018


http://www.millebabords.org/spip.php?article31025
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede Pïérô » 05 Mar 2018, 13:39

Mardi 6 mars 2018

Les anarchistes espagnols en France. Une mémoire de résistance aux fascismes.

19h30, Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers, 13001 Marseille

Discussion sur les anarchistes espagnols organisée par « Ni cautivos ni desarmados ».
Il s’agit d’un projet de recherche, d’investigation et de diffusion sur l’implication des libertaires dans la guerrilla antifranquiste en Espagne. Mais aussi leur participation dans les réseaux d’évasion et de résistance sur le territoire français. L’intention de ce projet est de préserver cette mémoire souvent oubliée et volontairement enterrée.

Début 1939 : Presque un demi-million d’espagnol.e.s traversent la frontière avec la France. Sous le gouvernement de Daladier (qui instaure par le décret du 12 novembre 1938 l’internement des étrangers « indésirables » dans des « centres spéciaux »), l’accueil en France n’est pas celui auquel ils s’attendaient, surtout pour les libertaires, dont l’arrivée a été précédée d’une campagne de rejet virulent par les médias les plus catholiques et conservateurs. Un exemple est celui des 12 000 membres de la « Division Durruti » (« Columna Durruti ») qui avaient couvert le retrait des dernières parties de l’armée républicaine vers la France, et qui à leur arrivée en France ont été internés dans le camp disciplinaire du Vernet en Ariège. D’autres connaitront également l’internement et la misère dans d’autres parties du Sud Ouest : les femmes et les enfants sont dirigés vers des régions éloignées des Pyrénées tandis que les hommes de moins de 50 ans sont conduits vers des camps improvisés à la hâte sur les plages du Roussillon. Les dures conditions des camps d’internement conduisent certain.e.s à écouter la proposition des envoyés franquistes de retourner en Espagne, où les attendaient la prison, sinon la mort. Les internés étaient également poussés à s’enrôler dans la Légion étrangère.
Dans le pays qu’ils voyaient comme la patrie des droits de l’homme, ceux qui ont combattu les premiers le fascisme sont quelque 275000 à être internés en février 1939 dans des camps sévèrement gardés : Argelès-sur-Mer, Saint-Cyprien, Le Barcarès, Bram, Agde, Septfonds, Gurs, Le Vernet, Rieucros, Collioure...
Les anarchistes constituaient le groupe le plus nombreux des exilé.e.s : entre 30.000 et 40.000 personnes entre fin mars et début avril 1939. Très peu d’entre eux arriveront à partir vers l’Amérique Latine. La plupart d’entre eux étaient des travailleurs des champs ou de l’industrie. Une fois en France, ils s’installèrent majoritairement dans le Sud Ouest et le Midi.
Au printemps 1939, le gouvernement français assujettit à l’équivalent du service militaire tous les étrangers entre vingt et quarante huit ans. La majorité des exilés, dont des anarchistes, sont enrôlés dans les Compagnies de Travailleurs et destinés à travailler dans les travaux publics, l’industrie de guerre, la construction ou la réparation des différentes installations militaires… Ils luttent sur différents fronts ; certains sont incorporés de force dans l’Organisation Todt allemande et envoyés depuis la France occupée travailler dans des centres de production industriels en Allemagne. Une partie d’entre eux finira dans des camps d’extermination nazie, notamment Mauthausen. D’autres sont directement livrés par le gouvernement de Vichy aux autorités espagnoles.
Quand s’organise la résistance, les libertaires y participent, sous forme individuelle ou par des groupes qui parviennent à se constituer. Ils collaborent avec d’autres unités de résistant.e.s et réussiront à créer des groupes de maquis en Ariège. Certain.e.s militant.e.s s’impliqueront dans des sabotages contre l’Allemagne nazie, d’autres recueilleront des informations ou encore serviront de guides pour traverser la frontière. On peut citer notamment le réseau d’évasion organisé par Francisco Ponzan) composé exclusivement de libertaires espagnols qui, en liaison avec le groupe Pat O’Leary, organise l’évasion de nombreux antifascistes, et réussira à sauver la vie de 1.500 personnes. Ce réseau avait un double objectif : d’une part, faire sortir des personnes de France par l’Espagne pour les diriger ensuite vers l’Angleterre ou le nord du Maroc, et de l’autre établir le contact avec les camarades en Espagne qui essayaient de faire passer vers la France des militant.e.s condamné.e.s a mort.
L’activité culturelle anarchiste dans l’exil, qui s’incarne dans des congrès, des cours de formation politique, de culture générale, de théâtre, fut mise au service de deux objectifs : attirer des sympathisant.e.s à la cause et collecter des fonds pour aider les militants clandestins ou en prison. Quelques écoles sont construites dans le sud, et l’Aténeo Espanol fut créée en 1960 à Toulouse, sous l’impulsion des Jeunesses Libertaires.
Une des activités les plus fructueuses des anarchistes fut la presse : si la première publication parut en Algérie, avec la fin de la guerre, l’activité éditoriale anarchiste eut lieu principalement en France. Les publications seront rapidement censurées par la police française sous la pression du gouvernement franquiste. L’enjeu de la production culturelle anarchiste fut aussi de s’opposer à l’historiographie académique du régime franquiste, dans lequel les libertaires ne se reconnaissaient pas. Ils vont donc élaborer une contre histoire, ou histoire alternative, qui va faire du 19 juillet 1936 le fondement de la révolution sociale du communisme libertaire.

Pour en savoir plus : www.elsaltodiario.com/ni-cautivos-ni-desarmados

https://mars-infos.org/les-anarchistes- ... ls-en-2891
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 08 Mar 2018, 23:55

Samedi 10 mars 2018

Linky, le nouveau compteur électrique capteur de données : Approche Juridique

à 15h30, Salle des Fêtes, 3bd des Lices - 13200 Arles

par Maître Arnaud Durand,

avocat du cabinet MySMARTCab, spécialisé dans les actions collectives défendant l'intérêt général (ex : Lévothyrox) :

CE QUE DIT EXACTEMENT LA LOI, ET LES RECOURS ; POUR LES PARTICULIERS, POSSIBILITÉS DE REFUSER LA POSE, DE FAIRE DÉPOSER UN LINKY POSÉ ; OPPORTUNITÉ D'UNE ACTION COLLECTIVE EN JUSTICE

POUR LES MAIRIES, L'ARRÊTÉ DE REFUS OU DE RÉGLEMENTATION DU DÉPLOIEMENT SUR SON TERRITOIRE

A l'issue de la réunion, le Comité stop-Linky du pays d'Arles fera un point sur la situation à Arles et répondra à vos questions : comitestoplinkyarlesien@laposte.net

https://gard.demosphere.eu/rv/4438
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede Pïérô » 13 Mar 2018, 13:14

Mercredi 14 mars 2018

Projection "Regarde ailleurs", repas de soutien au Manba

à 19h30, à Manifesten, 59 rue Thiers, Marseille

À Calais, pendant plus d’un an, il a promené sa caméra partout. Faisant parler les habitants comme les migrants soudanais, afghans ou éthiopiens. Et documentant les violences policières, ainsi que la solidarité et le courage dont font preuve les exilés.

De cette année calaisienne, Arthur Levivier a tiré Regarde ailleurs, documentaire qui dit le désastre en cours depuis le démantèlement de la « jungle ». On le regarde, on en discute avec le réalisateur et on mange (repas de soutien au collectif Al Manba).

https://mars-infos.org/projection-regar ... repas-2895



Jeudi 15 mars 2018

Discussion avec des camarades russes, ukrainiens et biélorusses antifascistes

19h, à Manifesten, 59 rue Thiers, Marseille

Il ne fait pas bon être antifasciste et/ou anarchiste dans les ex-pays du Bloc soviétique. Et spécialement en Russie, où la chape de plomb s’est encore renforcée à l’approche des élections présidentielles et du Mondial de foot : chasse aux opposants, torture, longues peines de prison et dossiers montés de toutes pièces.

Pour en témoigner (à l’initiative de l’Action antifasciste Marseille et d’Al Manba), des camarades russes, ukrainiens et biélorusses engagés dans les réseaux persécutés. Solidarité !

https://mars-infos.org/discussion-avec- ... rades-2900
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 16 Mar 2018, 20:37

Samedi 17 mars 2018

Marche de la dignité

14h, Place Cadenat, Belle-de-mai, 13003

De l’aveu même des plus hautes autorités de l’État, les habitant-e-s des quartiers populaires en général et les populations issues de l’immigration post-coloniale en particulier, font l’objet depuis plusieurs décennies de discriminations dans l’accès au logement, à l’emploi et à une école publique de qualité pour leurs enfants. Ils-elles subissent en fait un véritable apartheid social et territorial. Les conséquences de tout cela ne sont que trop bien connues :
- un chômage de masse et de longue durée,
- un taux d’échec scolaire bien supérieur à la moyenne nationale,
- une insécurité sociale plongeant les familles dans des situations de détresse extrême,
- une jeunesse sans perspective contrainte à un système de débrouille (marché informel, commerce de produits illicites), générateur de situations de violence dont elle est la première victime.
Au lieu de s’attaquer aux causes qui ont amené à cette situation, les gouvernements qui se sont succédé à la tête de l’État préfèrent se plier à une opinion publique façonnée par un battage médiatique présentant les cités populaires comme le lieu de fabrication d’une violence quotidienne contre laquelle il faut mobiliser tous les moyens, y compris militaires, pour la contenir en attendant de la réduire. D’où la mise en place de dispositifs éphémères qui donnent la part belle au tout répressif. Et l’on assiste alors à une gestion des cités populaires qui fait penser à bien des égards à des façons de faire de type colonial.
Comme si tout cela ne suffit pas, il faut encore charger la barque en rajoutant la stigmatisation d’une partie de ces populations du fait de son appartenance réelle ou supposée à la religion musulmane. Il se développe ainsi depuis quelques années ce nouveau type de racisme « respectable » qu’est l’Islamophobie. C’est bien un racisme d’État qui est à l’oeuvre, initié et nourri par les lois d’exception qu’il édicte.

Que faire ?

Parce que nous sommes nombreu-x-ses et à la condition qu’on commence à croire en nos capacités à peser dans la balance, il y aura forcément une issue à cette situation. Cela passe nécessairement par notre auto organisation autour des questions qui nous concernent.
Nous ne sommes pas seuls, des solidarités existent, elles nous rejoindront dès qu’on leur fera appel.
Organisons dès à présent la visibilité de nos colères - première étape vers des mobilisations ultérieures - par une marche pour la dignité

le samedi 17 mars à 14h Place Cadenat
(Place du Marché de la Belle de Mai 13003 Marseille)

Premiers signataires : Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP - Marseille), Rassemblement des Algériens de France (RAF-13), Collectif Afrique,
Avec le soutien de : Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Rouges Vifs 13,

Image

http://www.millebabords.org/spip.php?article31457



Journée de soutien au Réseau des Paysans de la Vallée du Cauca (Colombie)

à partir de 12h, local de Solidaires, 29 bd Longchamp, 13001 Marseille

France Amérique Latine Marseille

Almuerzo solidario / Musique / Documentaires / Lectures / Témoignages
de midi à 20 heures.
Toutes les informations ici : http://www.franceameriquelatine.org/wp- ... 18-2-4.jpg

http://www.millebabords.org/spip.php?article31466



Lundi 19 mars 2018

Alexandra David-Néel, Engagements de jeunesse

19h, Cité du livre, 8, 10, rue des Allumettes, 13100 Aix en Provence

avec Nicolas Eprendre, réalisateur et Nadine Gomez, conservatrice de la maison d’Alexandra D-N à Digne

Nous évoquerons après le film et à l’occasion de son 150e anniversaire la personnalité hors norme de cette femme engagée, anarchiste non violente sur les pas d’Elisée Reclus dont elle adoptera les concepts principaux : le féminisme, l’émancipation des femmes, la liberté des moeurs et l’expérience concrète du monde.

http://www.millebabords.org/spip.php?article31491
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 19:18

Mardi 20 mars 2018

Réunion publique autour du projet de « Big Data Marseillais »

18h30, Équitable Café, 54 cours julien, Marseille

Le mardi 20 février, La Quadrature du Net, le LICA et OuiShare organisent une réunion publique à l’Équitable Café autour du projet municipal de police prédictive, présenté fin novembre et intitulé « Big Data pour la tranquillité publique ».

Nous partagerons les éléments connus concernant ce projet, nous débattrons des risques associés à ces nouveaux systèmes de surveillance appelés à essaimer sur le territoire, avant de discuter de possibles actions à mener pour protéger nos libertés dans la Smart City™ (littéralement « Ville Intelligente », il paraît que c’est à la mode…) du turfu.

+ : https://equitablecafe.org/programmation ... marseille/

Prix Libre

http://www.millebabords.org/spip.php?article31498



Mercredi 21 mars 2018

Soirée avec les salariés FRALIB

20h, Manifesten, 59 rue thiers, 13001 Marseille

Projection et concert : Fralib - la lutte ça paye !
En présence des salariés.

Bordel, 1336 jours !

Soit plus de trois ans et demi à veiller jour et nuit pour empêcher la multinationale Unilever de délocaliser en Pologne la production de thé et d’infusion.

Une lutte épique pour une issue heureuse : les salariés de Fralib, à Gémenos, l’ont finalement emporté, se constituant en Scop en 2014.

Un film, "Les coriaces contre les voraces" , revient sur cette belle aventure. On le projette en présence du réalisateur et de salariés, avant un repas à prix libre et un concert de Los Fralibos.

http://www.millebabords.org/spip.php?article31490
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede Pïérô » 20 Mar 2018, 16:25

Mardi 20 mars 2018

Création d’un comité de soutien à Bure

Après les derniers évènements à Bure ( expulsions du bois Lejuc, répression et week end de solidarité), nous sommes plusieurs sur Marseille à avoir l’envie de créer un comité de soutien à la lutte contre la poubelle nucléaire et de participer activement au tissu de contestation en train de se tisser au niveau national.

Nous proposons à tout.e.s celles et ceux qui voudrait s’investir dans la mise en place de ce projet de se joindre à nous le mardi 20 mars à 19h en haut du boulodrôme du cours julien ( à côté du conservatoire).

https://mars-infos.org/comite-de-soutien-a-bure-2915
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede Pïérô » 23 Mar 2018, 13:46

Samedi 24 mars 2018

Non aux bastions social à Marseille

Manifestation contre l’ouverture du Bastion Social à Marseille. Le 24/03 à 14h aux réformés.

Le 24 mars sera inaugurée à Marseille une section du Bastion Social.

Le Bastion Social, c’est une organisation néo-fasciste née des cendres du Groupe Union Défense. Le local qui ouvrira ses portes à Marseille sera géré par des ancien.ne.s membres de l’Action Française Provence. Sa stratégie est calquée sur celle des nationalistes italien.ne.s de CasaPound : s’implanter localement, en ouvrant des lieux qui se veulent populaires, à vocation sociale et solidaire.

Solidaire et populaire, uniquement sur le papier, et de manière très sélective. Cette prétendue « charité » ne s’adresserait en réalité qu’aux SDF blanc.he.s et de nationalité française, mais même cela n’a jamais été mis en œuvre. Comme depuis toujours, l’extrême-droite se fout des gens qui vivent dans la misère, et ne fait que monter les pauvres les un.e.s contre les autres.

Derrière le Bastion Social, un réseau d’extrême-droite. Leurs membres partagent des idées racistes, sexistes, xénophobes, anti-LGBT... mais viennent de diverses mouvances : catholiques intégristes, royalistes, nationalistes, néo-nazi.e.s... Des élu.e.s FN ont également apporté leur soutien au Bastion Social, notamment Stéphane Ravier, maire des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille.

Leur présence nous imposera une tension quotidienne. Ces mêmes tensions qui ont été largement ressenties depuis l’apparition d’un local de l’Action Française dans un quartier populaire du centre-ville marseillais. Dans les villes atteintes par le Bastion Social (Lyon, Strasbourg, Chambéry, Aix), les agressions fascistes se sont multipliées et banalisées.

À nous de montrer que les idées et les valeurs du Bastion Social ne sont ni les nôtres, ni celles de notre ville.

LE BASTION SOCIAL N’A PAS SA PLACE À MARSEILLE !
Soyons nombreuses et nombreux à nous y opposer, dans la rue, le 24 mars !

https://mars-infos.org/non-aux-bastions-social-a-2906
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 24 Mar 2018, 13:00

Samedi 24 mars 2018

Manifestation
Journée internationale contre l’invasion turque
Pour Afrin, Pour le Rojava !


16h, du Vieux Port à la Préfecture

Après 58 jours de bombardement, l’armée turque et ses milices djihadistes occupent la ville d’Afrin dans le nord de la Syrie. Ce sont des centaines de victimes civiles, d’innombrables destructions et plus de 250 000 personnes contraintes à l’exode.
Après l’anéantissement de villes entières dans l’Est de la Turquie comme Cizre, Nuysabin ou encore Diyarbakir, le Président Erdogan affirme clairement ses objectifs de poursuivre ses offensives jusqu’à la destruction totale des zones Kurdes hors des frontières de la Turquie.

C’est une sale guerre organisée contre le peuple Kurde.

Alors que les Kurdes de Syrie (avec leurs forces armées, les YPG/YPJ) et leurs alliés arabes (avec lesquels ils ont formé les FDS, Forces Démocratiques de Syrie) ont livré un combat inégal face à la deuxième armée de l’OTAN, les pays de la coalition anti-Daesh sont restés spectateurs.
Erdogan a attaqué Afrin, une ville qui a maintenu la paix et la stabilité tout au long de la guerre civile syrienne. Une ville qui a accueilli des milliers de réfugiés et déplacés ayant fui la barbarie des mercenaires djihadistes armés et financés par la Turquie.

C’est une occupation sanglante sous les yeux du monde entier.

Mondialement salués, les YPG et YPJ ont été en première ligne pour défaire les terroristes islamistes à Kobané, Raqqua et dans d’autre partie de la Syrie. Ces milliers de combattants et combattantes Kurdes ont donné de leur vie pour nous protéger de l’Etat Islamique. Leurs sacrifices, face à la barbarie djihadiste, sont passés « en perte et profit » des stratégies géopolitiques des grandes puissances qui ont donné leur feu vert au Sultan Erdogan.
Le Président turc a lancé une invasion du Kurdistan syrien en totale violation du droit international.
Avec son armée et des milices djihadistes et islamistes, ils se livrent à des massacres sur la population civile. Avec lui c’est Daesh qui se renforce, les mêmes qui ont planifié les attentats en France.

C’est un nettoyage ethnique sous le silence complice de la communauté internationale.

Le peuple Kurde mérite notre soutien et non notre trahison :
- Le Conseil de Sécurité des Nations Unies doit exiger immédiatement le retrait de l’armée turque et constituer une zone d’exclusion aérienne au nord de la Syrie.
- La Communauté Internationale doit assurer la fourniture d’une aide humanitaire et médicale aux civils avec l’envoi de délégations d’observateurs.
- L’Europe doit agir contre le régime liberticide et dictatorial d’Erdogan en prenant les sanctions économiques et politiques qui s’imposent.
- La France doit condamner explicitement la politique criminelle de l’Etat turc et apporter son soutien aux forces Kurdes.

Par millier à Marseille et en France faisons entendre notre voix

SOLIDARITÉ AVEC AFRIN, SOLIDARITÉ AVEC LE ROJAVA !

Collectif Droit de l’Homme Turquie - Solidarité Kurdistan 13
Centre Démocratique Kurde Marseille (CDKM) - Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Marseille - Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) 13 - Parti Communiste Français (PCF) 13 - Parti de Gauche 13 - Solidarité & Liberté Marseille - Union Départementale CGT

Premières organisations signataires : Association des femmes Kurdes Marseille Arin Mikran -

http://www.millebabords.org/spip.php?article31514



L’amour et la révolution

AU CINÉMA LE MÉLIÈS DE PORT-DE-BOUC
SAMEDI 24 MARS à partir de 19h30
séance spéciale du film… L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION
en présence de YANNIS et MAUD YOULOUNTAS
buffet grec + film + débat

Image

On ne présente plus YANNIS YOULOUNTAS : poète, philosophe, cinéaste, journaliste, grand activiste dans les luttes contre un ultra-capitalisme sauvage et inhumain, défenseur de la cause grecque et des injustices sociales qui secouent le pays, militant anti-fasciste… Yannis Youlountas, et sa compagne Maud, sont de tous les combats, avec une générosité et une fraternité rares. Nous avons eu l’honneur de les recevoir de nombreuses fois au cinéma le Méliès, en l’occurrence à l’occasion des sorties de leurs précédents films, Ne vivons plus comme des esclaves et Je lutte donc je suis. Aujourd’hui, Yannis et Maud sont repartis sur les routes pour présenter leur troisième film : L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION !

C’est avec un immense honneur que nous vous proposons la première date dans la région de ce nouveau film, puissant et humaniste : Yannis et Maud Youlountas seront en effet au cinéma le Méliès de Port-de-Bouc le SAMEDI 24 MARS à partir de 19h30, pour la projection de L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION !

La bande-annonce ici :
https://www.youtube.com/watch?v=4LHHR9LBga4

Au programme, buffet grec à 19h30, film et débat à 20h30 ! Il est fortement conseillé de réserver dès à présent, en appelant le cinéma !

Toute l’équipe du cinéma espère vous retrouver nombreuses et nombreux lors de cette belle soirée à venir !

LE FILM
L’AMOUR ET LA RÉVOLUTION
Un film de Yannis Youlountas (FR/GR, 2018, 1h17, VOST)
Dix ans après les premières émeutes les médias ne parlent plus de la crise grecque. Tout laisse croire que la cure d’austérité a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. A Thessalonique des jeunes empêchent les ventes aux enchères de maisons saisies. En Crète des paysans s’opposent à la construction d’un nouvel aéroport. À Athènes un groupe mystérieux inquiète le pouvoir en multipliant les sabotages. Dans le quartier d’Exarcheia menacé d’évacuation le coeur de la résistance accueille les réfugiés dans l’autogestion. Un voyage en musique parmi celles et ceux qui rêvent d’amour et de révolution.

DÉROULÉ DE LA SOIRÉE ET TARIFS :
19h30 : buffet grec
20h30 : projection du film + débat avec le réalisateur
Tarifs habituels du cinéma pour le film
Buffet grec : 8€
Réservations (fortement conseillées) au 04 42 06 29 77

http://www.millebabords.org/spip.php?article31492
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 13:30

Samedi 7 avril 2018 à Saint-Martin-de-Crau

Bure ou comment enterrer l’avenir

Image

Image

Pour pouvoir voir images en taille lisible : https://gard.demosphere.eu/rv/4497


Dimanche 8 avril

Soirée d’information sur le projet CIGÉO à Bure

18h, Casa Consolat, 1 rue Consolat, 13001 Marseille

Rencontre et discussion avec Gaspard d’Allens autour de son livre "Bure, la bataille du nucléaire". Le dimanche 8 avril à 18h à la Casa Consolat.

Le comité marseillais de soutien à la lutte à Bure organise une soirée d’information sur le projet d’enfouissement de déchets nucléaires. Au programme, présentation du livre "Bure, la bataille du nucléaire" par son co-auteur Gaspard, suivi d’un moment d’échange et de discussion !

Entrée à prix libre, pour financer l’info-kiosque et la lutte à Bure.

http://www.millebabords.org/spip.php?article31572
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 17:17

Vendredi 13 avril 2018

Les "bastions sociaux", une mutation de l’extrême droite ?

Conférence-Débat
20h, Equitable Café, 54 Cours Julien, Marseille

Depuis quelques mois en France se développent des lieux dans des centres urbains où se rassemblent des groupes d’extrême droites qui prennent la dénomination de "bastion social". A l’origine, ces groupes s’inspirent des pratiques de la CasaPound, formation politique fasciste italienne qui s’est développée dans les villes grâces à des centres sociaux. Le département des Bouches-du-Rhône n’y échappe pas puisque deux antennes issues de la dissolution du GUD et des éléments de l’Action Française Provence tentent de s’implanter en plein centre ville d’Aix ainsi que près du Vieux Port. Une conférence assurée par VISA 13 - Vigilance et initiatives syndicales antifascistes - d’un débat.

VISA 13 est une déclinaison départementale du réseau VISA (Vigilance et initiatives syndicales antifascistes) qui regroupe des sections syndicales et des militants syndicalistes de la CGT, de la FSU, de SOLIDAIRES et de la CNT-SO dans les Bouches-du-Rhônes, tous soucieux de faire barrage aux incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front National sur le terrain social.

La conférence débute à 19h30.
Prix libre (adhésion à l’Équitable Café)

Organisée par VISA 13
Le site de VISA (national) : http://www.visa-isa.org/
https://www.facebook.com/events/1221227434646297/

https://almarseille.blogspot.fr/2018/04 ... cisme.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Marseille et Bouches-du-Rhône (13)

Messagede bipbip » 13 Avr 2018, 12:25

Samedi 14 avril 2018

Manifestation
Les étrangers ne sont pas un danger, mais sont EN danger !

11h, Vieux Port, Marseille

Conditions de vie déplorables, pauvreté, changement climatique, guerre, violence... Personne ne quitte ses proches, son pays pour le plaisir d’immigrer. Des femmes, des hommes et des enfants risquent tout jusqu’à leur vie, et frappent à notre porte pour trouver refuge. Quelle sera notre réponse collective à ce défi ?

Le projet de loi « asile immigration » vient amplifier la sévérité actuelle, qui porte déjà fortement atteinte à la dignité et au respect des droits fondamentaux de nombreuses personnes étrangères vivant en France :
• il affaiblit les garanties et droits fondamentaux et accentuera la maltraitance par les institutions ;
• il renforce les restrictions, le contrôles et le « tri », à des fins d’empêchement d’entrée ou d’expulsion et de bannissement du territoire.

Ce projet provoque une vague d’indignation, même parmi des organismes et institutions : Le barreau de Paris, le syndicat des avocats de France, la Commission
Nationale Consultative des Droits de l’Homme, le Conseil d’État, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, le Défenseur des droits, tous expriment leurs plus vives inquiétudes et leurs réticences à voir ce texte adopté et mis en application.

Les travailleurs.euses de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA) ont fait grève pour dénoncer ce projet de loi qu’ils jugent "dangereux". Deux syndicats de l’OFPRA, l’institution chargée d’examiner toutes les demandes d’asile en France, ont soutenu cette mobilisation.

Ce projet de loi va être examiné, en procédure accélérée, ces jours-ci. Alertons nos parlementaires pour qu’ils ne laissent pas passer ce texte !

Manifestons contre ce projet

samedi 14 avril 2018

Rendez-vous à 11h au Vieux Port - Marseille

Sont signataires de cet appel : ATTAC, CGT Educ, CGT Céreq, CIMADE Marseille, Ensemble !, FSU 13, , Génération.s Marseille, LDH, Mouvement de la Paix, MRAP, MMF13 Paca, NPA 13, PCF13, Réseau Hospitalité / Observatoire asile, RESF13, RUSF13, SGEN-CFDT13, UL CGT Marseille Centre, ...


Ce projet passe à côté d’une occasion de s’attaquer réellement à la pauvreté et à la souffrance sociale. Il est fait pour rassurer une partie de l’opinion inquiète, désorientée, après des années de campagne de la droite et de l’extrême droite contre les migrants. Cette instrumentalisation des migrants vise à faire accepter une politique libérale et masquer les responsabilités des gouvernements successifs.

Les dangers de cette loi liberticide : au prétexte de rendre la procédure plus efficace, il empêche les migrant.e.s de faire une demande d’asile dans de bonnes conditions :

Article 5 : le délai pour déposer la demande d’asile est raccourci passant de 120 à 90 jours → Cette disposition a un impact négatif sur la procédure et l’accueil.
→ Le.la demandeur.euse d’asile pourrait ne pas choisir la langue dans laquelle il.elle sera entendu.e
→ Le.la demandeur.euse d’asile peut être convoqué.e par tous moyens sans vérifier la bonne réception du rendez-vous

Article 6 : la réduction du délai de recours de 1 mois à 15 jours limite considérablement l’accès aux droits des demandeurs.euses d’asile qui ont besoin de temps pour collecter des documents et papiers officiels.

Article 8 : la restriction du caractère suspensif de l’exécution risque d’entraîner des expulsions avant la fin de la procédure.
→ Par exemple : des migrant.e.s LGBTI (Lesbienne Gay Bi Trans Intersex) risquent d’être explusé.e.s vers des pays ayant une politique discriminatoire (peine de mort, prison, torture...).

Article 16 : augmentation de la durée maximale d’enfermement en centre de rétention qui passe de 45 jours à 135 jours
→ Le projet de loi du gouvernement ne prévoit même pas de proscrire l’enfermement des enfants qui ne cesse de se développer pour la seule facilité logistique des expulsions.
→ Rien sur l’accès à un titre de séjour pour les dizaines de milliers de personnes qui vivent déjà sur le sol français. Au contraire sanction pénale et non régularisation systématique pour l’utilisation d’« un alias » par des travailleurs sans-papiers.

Imposons le débat de la vérité, du droit et de la fraternité contre la peur, les murs et l’isolement.


http://www.millebabords.org/spip.php?article31582


Manifestation unitaire
et soutien aux cheminots


14h, Vieux Port, Marseille

APPEL DE
CGT FSU SOLIDAIRES UNEF UNL UNL-SD PCF FI PG NPA ENSEMBLE ROUGE VIFS RLG ATTAC MOUVEMENT DE LA PAIX

http://www.millebabords.org/spip.php?article31612
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité