Travail

Le Travail

Messagede Yoz » 02 Juin 2009, 17:07

Je voudrais savoir l'avis des anars par rapport au travail (salarié), bien sur l'anarchisme est contre le salariat, je le sais, mais dans le système actuel il faut bien bouffer, donc bosser et rentrer dans le rang donc contribuer au capitalisme (enfin ça dépend du job).Après il y a l'autonomie essayer de vivre en travaillant pour soi, produire sa bouffe, être autonome en éléctricité, l'eau etc mais faut être malin et les moyens pour faire tout ça, en communauté ça peu être possible mais sinon je pense très difficile.

Donc voila, je voulais savoir vôtre avis sur tout ça :

Travaillez vous ? (en tant que salariés) et comment supportez-vous votre boulot au quotidien ?

Que pensez-vous des RMistes qui refuses le travail et de la plupart des gens (moutons ?) qui les traites de parasites, de feignant etc...

( le sujet a été débattus au moins 1000 fois je suppose, j'en suis vraiment dsl !)
Yoz
 

Re: Le Travail

Messagede Tuxanar » 02 Juin 2009, 17:56

Je suis étudiant non-salarié.

De façon tout à fait pragmatique, je considère qu'il faut bien travailler, donc contribuer au capitalisme par manque d'alternative. Mais, je pense que le militantisme est important pour renverser le capitalisme, convaincre les gens que l'anarchisme est une alternative concrète et sérieuse.

L'important n'est pas de vivre en autarcie mais de se battre contre le système. Donc, mieux vaut travailler pour vivre et renverser le capitalisme.
Avatar de l’utilisateur-trice
Tuxanar
 
Messages: 485
Enregistré le: 25 Mai 2009, 21:58

Re: Le Travail

Messagede alcibiade » 02 Juin 2009, 18:46

Salut, on ne renversera pas le capitalisme avec des idées et de la propagande mais avec des alternatives concrétes qui renforcent ou financent la Révolution VISIBLE sans révolution Visible pas de révolutions durables .
Qu'on soit salarié rmi riche ou en contrat aidé comme moi . Peu importe seul le résultat compte on verra bien .
alcibiade
 

Re: Le Travail

Messagede abel chemoul » 02 Juin 2009, 19:55

Yoz a écrit:
Que pensez-vous des RMistes qui refuses le travail et de la plupart des gens (moutons ?) qui les traites de parasites, de feignant etc...



La question n'est pas de séparer travailleurs et "assistés" mais est plutôt de savoir si, à côté de ce travail ou de ce non-travail, on fait quelque chose de socialement utile.
Ne pas travailler c'est juste aller à contre-courant des idées dominantes, en soit ce n'est pas grave pour un(e) militant(e) mais par contre, ne rien faire du tout, être inutile aux autres, là c'est plus gênant, ça va à l'encontre de la société que nous pronons.

Le capitalisme essaye de stigmatiser ceux qui n'ont pas de travail salarié mais dans la population c'est plutôt l'oisiveté gratuite, le "parasitisme", qui est mal vu. Quelqu'un qui affirme son refus du travail salarié mais contribue à la vie associative par exemple n'est pas vu comme un parasite, parce que les gens savent bien, malgré le matraquage idéologique, que ce qui est important c'est d'être utile "à la communauté", tout service rendu n'étant pas forcément quantifiable en termes financiers.

On est des animaux sociaux, on existe socialement à partir du moment où on est utile aux autres d'une façon ou d'une autre, après c'est à chacun de voir comment il/elle veut être utile dans cette société en attendant la révolution. Au final travailler ou ne pas travailler c'est avant tout un choix personnel où on met dans la balance les conditions de vie qu'on est prêt à accepter et le type d'utilité qu'on veut/peut avoir selon nos compétences et nos envies.

Mais je ne suis pas sûr d'avoir été très clair.


"on ne renversera pas le capitalisme avec des idées et de la propagande mais avec des alternatives concrétes qui renforcent ou financent la Révolution VISIBLE sans révolution Visible pas de révolutions durables"

Je comprends pas bien le principe de révolution Visible. Qu'est-ce que tu entends par là?
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 673
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Le Travail

Messagede Yoz » 02 Juin 2009, 20:33

La sacralisation du travail voila le problème (depuis le début de l'air neolibérale)

Ma question était également basée sur votre vision du travail dans notre société actuelle, du travail en France, au coeur de la chose.
Comment se passe votre quotidien au travail, êtes vous stressé ? on travail trop ? votre attitude par rapport à la hiérarchie

On travail trop, on produit des choses inutile, le travail aliénant, bon c'est ça le capitalisme je sais...mais j'espère que mes questions ne sont pas trop cons héhé.
Yoz
 

Re: Le Travail

Messagede conan » 02 Juin 2009, 22:04

Je bosse en système capitaliste, et je suis donc un traître à ma cause. Etre père et devoir gérer un enfant ne peut dissimuler ce fait. Tout le monde a un prétexte.
Je suis prof, et j'ai parfaitement conscience de tout ce que l'école implique comme formatage. J'ai beau faire mien l'adage de la Louise (qui était instit), à savoir que l'école doit servir à donner les armes intellectuelles de la révolte, j'ai beau tourner tous les cours en décryptage du monde et de ses rapports de force réels sous-jacents, j'ai beau essayer de tout tourner sous forme de questions posées pour que mes élèves trouvent par eux-mêmes les/leurs solutions, j'ai beau penser qu'il vaut mieux un prof comme moi qu'un prof autoritaire et académique, j'ai beau savoir que pas mal d'élèves m'apprécient, j'ai beau savoir que mon boulot est l'un de ceux qui échappent le plus à l'autorité d'un chef...
et bien quelque part, je suis un pourri. Je mets des notes, et donc du tri social. Je fais de la discipline, et donc je contribue à installer en chaque élève le logiciel de l'obéissance.
Comme tous le stafs que j'ai pu faire, j'ai furieusement envie de démissionner parfois. Surtout quand je vois d'autres collègues en pratique, imbus de pouvoir et incapables d'autocritique. Quand je vois les nouveaux programmes, etc...
Mais nous sommes tous, dès lors que nous gagnons de l'argent, des salauds en société capitaliste. Le salarié du privé engraisse son patron. Le fonctionnaire renforce les rouages de l'Etat. L'artisan "indépendant" gagne l'argent des riches et/ou nourrit les plus gros qui le plument, parce qu'il ne pèse rien dans le circuit de distribution. Même l'artiste doit souvent le plus gros de son pécule à la bourgeoisie...
Perso, j'ai trouvé deux solutions :
-renforcer mes savoirs-faire frugaux pour savoir vivre simplement, dans l'optique d'être capble de faire une grève longue, voire de démissionner si mon taf devient trop insupportable pour mon éthique. Cela consiste à redécouvrir l'artisanat, la débrouille, la cueillette, le jardinage, l'entraide locale.
-installer au sein même de mon taf un refus d'obéir lorsque le pouvoir hiérarchique (pédagogique ou administratif) m'oblige à appliquer des choses que je n'accepte pas. J'ai beau être fonctionnaire, j'ai une éthique et aucun Etat ne sera plus légitime pour moi que l'éthique humaine que je me suis construite, de par mes réflexions/discussions/lectures. S'organiser peut être un gros plus pour apprendre à saboter les valeurs qui nous asservissent.
-Mais comme le dit Tuxanar, construire, tisser une solidarité interprofessionnelle est le point indispensable permettant de vivre réellement les deux premières voies, condamnées aux interstices et à la clandestinité tant que la révolution sociale n'aura pas renversé les structures. Perso, je milite depuis peu à la CNT-FTE.
C'est à chacun de trouver sa voie (et éventuellement son/ses organisation-s) pour s'émanciper du travail capitaliste, en fonction du contexte où il se place.
conan
 

Re: Le Travail

Messagede RickRoll » 02 Juin 2009, 22:16

Yoz a écrit:La sacralisation du travail voila le problème (depuis le début de l'air neolibérale)

Ma question était également basée sur votre vision du travail dans notre société actuelle, du travail en France, au coeur de la chose.
Comment se passe votre quotidien au travail, êtes vous stressé ? on travail trop ? votre attitude par rapport à la hiérarchie

On travail trop, on produit des choses inutile, le travail aliénant, bon c'est ça le capitalisme je sais...mais j'espère que mes questions ne sont pas trop cons héhé.

Déjà une chose, je produis du soin et j'ai pas l'impression de produire quelque chose d'inutile.

Ensuite je ne suis pas stressé, j'aime ce que je fais, je me sens utile et je m'épanouis dans mon job. Je sais que c'est très loin d'être le cas de tout le monde, et que c'est même celui d'une minorité. J'aime pas la hiérarchie mais je m'y plie.
RickRoll
 

Re: Le Travail

Messagede skankerror » 03 Juin 2009, 23:12

Le marché du travail je l'ai connu à 16-17 ans, jobs d'été, quelques jours dans un supermarché à 5h matin, je m'suis fait lourdé parce que j'allais pas assez vite, puis 2 mois dans une blanchisserir industrielle, taf très rude et abrutissant, j'évoluais au milieu de zombies savant à peine lire pour certains, des grosses semaines et une bonne paye à la fin (10.000 fr en 91). J'ai ensuite fait tout un tas de p'tits boulots en intérim ou en cdd. ça s'est toujours mal passé au bout d'un moment. J'ai toujours préféré rester intègre plutôt que de garder un boulot de misère. J'y ai vu dans ces pérégrinations de travail beaucoup de zombies, des gens anesthésiés ou devenus vicieux pour sauver leur bout de miettes et je n'ai jamais pu m'intégrer durablement dans le monde de l'entreprise.
Heureusement j'arrive à gagner ma vie par le spectacle. La hierarchie si elle existe est plus une hierarchie de fonction que de grade. Je suis autonome dans mon travail, je ne rend des comptes qu'au niveau "artistique". Les structures dans lesquelles je travaille comportent très peu de niveau hiérachique, je change de lieu de travail, d'horaire, de type de travail, de structure très régulièrement. Les gens avec qui je travaille sont souvent plus que des "collègues de boulot". On travaille ensemble avant tout par affinité. Et même si on ne produit rien d'"utile" on ne produit rien de nuisible.
Retourner dans l'autre monde du travail ? je ne pense plus y arriver.
skankerror
 

Re: Le Travail

Messagede Renaissance » 04 Juin 2009, 19:01

Pour travailler sans engraisser le capitalisme, je vois pas très bien.
Mais moi je privilégie le travail au noir, pas imposable, et le patron peut même te filer plus puisqu'il a pas de charges énormes à payer.
Le salariat c'est pas top, mais faut manger comme on dit et tout le monde n'a pas de talents artistiques ni peu en vivre.
Après si tu veux limiter l'engraissement du capitalisme, bosse durant une courte durée et avec ce que t'auras pu amasser, ba tu te met à ton compte pour planter tes choux et tes tomates :D
Renaissance
 

Re: Le Travail

Messagede Tuxanar » 04 Juin 2009, 23:26

Je suis pas trop pour le travail au noir. Tu enrichis quand même ton patron, donc tu es toujours exploité. Et ce qu'on appelle les "charges sociales" est en réalité la partie du salaire qui est socialisé. En réalité, en travaillant au noir, on prive des personnes qui en ont besoin de soin, de retraites ... Donc, pour ces raisons, travailler au noir, c'est lésé, à mon sens, la communauté entière.

Ensuite, je suis contre pour des raisons plus égoïstes (mais ce n'est pas la principale raison) : on a pas de sécu et on cotise pas pour la retraite. Mais cela, c'est de sa responsabilité individuelle et ça ne regarde que toi sur ce point.
Avatar de l’utilisateur-trice
Tuxanar
 
Messages: 485
Enregistré le: 25 Mai 2009, 21:58

le rapport au travail

Messagede berneri » 15 Oct 2009, 19:00

Berckman avait proposé de developper sur ce forum différents points comme suite à la synthèse et au débat du topic " Licenciements, délocalisations/ socialisation, expropriation"
viewtopic.php?f=72&t=2552&start=60


Je propose de reprendre ce travail ici
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: le rapport au travail

Messagede RickRoll » 15 Oct 2009, 22:41

Pour moi le travail est indispensable à la survie de l'humanité. Il faut le partager, en faire le moins possible, mais il faut quand même bosser.

Il faut différencier travaux difficiles, usants, et travaux sympas à faire.
Dans le premier cas tout le monde doit mettre la main à la pâte, afin que chacun-e en fasse le moins possible. Dans l'autre ça peut se faire selon la volonté de chacun-e.
De même il faudra définir des travaux indispensables, qui devront à mon avis être obligatoires, et des travaux annexes, qui seront basés sur le volontariat.

Bon, ça c'est dans l'idéal, dans la société après la révolution.

Maintenant pendant le processus révolutionnaire, je pense que les choses seront plus complexes. Il faudra faire évoluer les mentalités d'un état d'esprit de consommateur à celui d'acteur de la production... Il faudra apprendre à dissocier travail et revenus...
RickRoll
 

Re: le rapport au travail

Messagede altofeux » 19 Oct 2009, 19:53

RickRoll a écrit:Pour moi le travail est indispensable à la survie de l'humanité.

Malheureusement oui...

Je suis un chaud partisan de la propagande anti-travail lorsqu'il s'agit de provoc (genre le slogan 'ne travaillez jamais'), de contrebalancer la propagande de soumission à l'ordre par le travail (genre je sais pas) ou de bousculer les esprits (genre attention danger travail). Mais quand c'est pris trop au sérieux par des gens ou des groupes qui n'ont pas de recul dessus, ça peut tourner à l'absurde ou au rejet des travailleurs.


Il faudra apprendre à dissocier travail et revenus...

Hu hu, hors contexte ça ressemble à une citation de Parisot :mrgreen:
altofeux
 

Re: le rapport au travail

Messagede berneri » 19 Oct 2009, 20:59

Je pense que si le travail est necessaire pour faire vivre la collectivité, il peut être organisé autrement, aujourd'hui c'est à la fois un outil d'asservissement, de contrôle social, d'alienation , d'exploitation et d'enrichissement des puissants mais aussi une necessité pour repondre aux besoins sociaux. Je pense donc qu'il ne faut garder que ce dernier aspect. Pour cela, l'organisation du travail, la finalité du travail, le rapport au travail doit changer, il faut aussi que la société change.

Sur le rapport au travail, il y a beaucoup de perte de sens actuellement. Pour survivre à l'exploitation, il faut pouvoir donner du sens à ce que l'on fait dans le but ou la réalisation, le travail "bien fait" ou "utile". Sans faire de nostalgie, il faut constater qu'actuellement, bcp de metiers ont disparus au proft de tâches segmentées induisant perte de sens renforcée la pression et la course au profit induisent une pression sur la réalisation des tâches, qui sont alors baclées ... cela implique un reniement de ses propres convictions professionnelles et de son investissement personnel dans le travail, comme une ultime humiliation
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: le rapport au travail

Messagede RickRoll » 19 Oct 2009, 21:27

Et puis beaucoup de travailleurs-euses "aiment" leur boulot (en fait ils aiment la sociabilisation que cela leur apporte, la satisfaction de bien faire leur travail etc.). Comment faire comprendre à ces personnes que leur travail peut être inutile voire nuisible, et qu'il faut le réformer ?
Dans nos tracts, nos discours, au quotidien, comment articuler la critique du travail salarié avec la défense de l'emploi, dans l'industrie automobile par exemple ? Ces emplois sont nuisibles à l'environnement, inutiles à la société en général (ils n'ont de sens que dans une société de profit).
Comment ne pas trahir nos idées et en même temps toucher les travailleurs-euses ?
RickRoll
 

Suivante

Retourner vers Débats théoriques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités