la Retirada et l'exil

Re: la Retirada

Messagede Alex » 19 Jan 2015, 19:06

Le problème c'est que la guerre d'Espagne n'était pas une guérilla, mais une guerre conventionnelle. Si Napoléon a été vaincu en Espagne, c'est plus grâce au corps anglais et portugais commandé par Wellington que par la guérilla. Si la Wehrmacht a été vaincue en Russie, c'est plus grâce à l'Armée Rouge qu'aux partisans.

La dimension du peuple en arme est importante dans une guérilla, par exemple avec la guérilla naxalite. Mais, la guerre d’Espagne opposait deux camps clairement définis, deux gouvernements, deux armées constituées en divisions, avec des front clairement définis. La confrontation était alors purement militaire. Dans ce genre de conflits, une escadrille d'avions modernes vaut 50.000 miliciens munis de pétoires. Sur le plan purement militaire, l'aide d'un grand pays doté d'une puissante armée était essentiel à la victoire républicaine, et certainement pas la forme politique que pouvait prendre cette révolution. Il y a eu deux aspects distincts de la guerre d'Espagne ; l'un militaire, et l'autre politique. Sur le plan militaire, l'aide de l'URSS était indispensable, et elle n'est pas venue en quantité et en qualité suffisante. Sur le plan politique, l'influence de l'URSS a favorisé la réaction. Mais dire que l'action politique de l'URSS a entraîné la défaite militaire, c'est absurde, et c'est refuser de voir que l'époque du "peuple en arme" invincible est terminée dans les pays modernes.
Avatar de l’utilisateur-trice
Alex
 
Messages: 90
Enregistré le: 03 Jan 2015, 20:21
Localisation: Tours

Re: la Retirada

Messagede Pïérô » 19 Jan 2015, 19:14

Alex a écrit:Si Napoléon a été vaincu en Espagne, c'est plus grâce au corps anglais et portugais commandé par Wellington que par la guérilla

C'est ce corps surtout anglais (pas très nombreux d'ailleurs) qui a on va dire fini le travail, car l'armée française n'a jamais réellement pu prendre pied. Il y avait un roi fantoche et le bazar partout, c'était intenable. De ce point de vue d'ailleurs, la bataille a été perdue aussi idéologiquement parce que les idées républicaines (progressistes à l'époque) n'ont pas vraiment été partagées, et dans un sens qui entendait une occupation militaire et un roi à la con marionnette d'un Empereur et empire qui ne pouvait pas vraiment offrir une image très progressiste, et qu'en tout cas les idées ne se portent pas forcément à la pointe de la baïonnette.
Encore une fois je n'ai pas cette lecture de l'Histoire toute militaire pour l'Espagne 36-39 qui ramène au discours de l'unité républicaine et à la contre-révolution, c'est plus compliqué que cela lorsqu'on se place d'un point de vue révolutionnaire. Et ce point de vue n'est d'ailleurs pas uniforme, car il faisait et fait toujours débats dans le mouvement anarchiste.
Exemple : viewtopic.php?f=68&t=4197
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada

Messagede digger » 19 Jan 2015, 19:31

Il y a deux choses : la blague de "l'aide soviétique", moi je dirais "trahison", si tant est qu'après la révolution russe les anarchistes pouvaient se faire des illusions sur leurs "amis".
Et puis l'aspect militaire sur lequel je ne suis pas spécialiste, pas plus que de la guerilla. Avec les données historiques dont nous disposons, nous ne pouvons que parler du premier point. Le reste c'est de la politique fiction.
digger
 
Messages: 2058
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: la Retirada

Messagede bipbip » 19 Fév 2015, 02:33

Argeles/mer- La Jonquera Le Barcares- Collioure

Chemins de la Retirada 2015

Du 19 au 22 février 2015

Image


Image


Image


Image


Image

http://www.cnt-f.org/cnt66/spip.php?article1042
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29023
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Retirada

Messagede Pïérô » 27 Mar 2015, 22:27

Collectif Retirada 37
http://retirada37.com/
Bon, faut revoir ce bandeau, ça manque de rouge et noir.
Emission sur la Retirada37, Demain Le Grand Soir
http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1367
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada

Messagede bipbip » 20 Mai 2015, 02:31

Les antifascistes espagnols à Mauthausen

Image


Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29023
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 13 Sep 2015, 13:34

Réfugiés espagnols : quand la France choisissait l’infamie

Lors de la guerre d’Espagne, la France a d’abord accueilli des centaines de milliers de personnes avec humanité, sous le Front populaire (1936-1938). En 1939, les républicains, défaits par les troupes franquistes, ont été traités avec brutalité comme des indésirables et parqués dans des «camps de concentration».

... http://www.liberation.fr/politiques/201 ... ie_1379072
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 20 Sep 2015, 14:45

Paris, les 26 septembre et 27 septembre 2015

Transmettre pour résister : le STO, les camps et la Libération

Retour autour de films et de concerts sur la trajectoire des républicains espagnols, expulsé d’Espagne puis s’engageant contre le fasciscme. Engagement qui les méneront en camps de concentration.


Colloque et projections
les 26 septembre et 27 septembre 2015
au cinéma la Clef, 34, rue Daubenton / 21, rue de La Clef, Paris 5e

Le peuple espagnol a entamé sa résistance armée face au fascisme international le 19 juillet 1936, alors que le monde entier s’imaginait en être encore aux négociations et aux arrangements avec les dictatures. Après 32 mois de résistance, vaincus sur leur terre par le manque d’armement et de soutien et par la coalition des fascismes allemands, italien et portugais, venus s’entraîner en Espagne, les républicains espagnols s’exilent en France.

Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, malgré leur ressentiment pour les autorités françaises, ils s’engagent contre le fascisme, pour la Liberté et associent leurs noms à ceux des libérateurs à Narvik, à Bir-Hakeim, dans le Vercors, sur le plateau des Glières, en Sicile, à Monte-Casino, en Normandie, à Paris, à Strasbourg, jusqu’au nid d’Aigle d’Hitler, à Berchtesgaden, et dans beaucoup d’autres lieux où fut versé tant de sang et où tant de vies furent fauchées.

Tout au long de ce conflit, de septembre 1939 à mai 1945, beaucoup d’entre eux tomberont entre les mains des nazis.

Quel sort est réservé à ces hommes et ces femmes arrêtés par la Wehrmacht, le gouvernement de Vichy, la SS ou la Gestapo ? Certains sont déportés dans des camps de concentration nazis, pour y être exterminés par le travail, d’autres sont requis comme travailleurs forcés au profit du IIIe Reich.

Nous vous proposons d’en savoir davantage sur les diverses formes qu’a pu revêtir l’emprisonnement des antifascistes espagnols durant la seconde Guerre mondiale, en participant aux débats et aux colloques que nous organisons.


Samedi 26 septembre - colloque

• 14 h 30 : Les compagnies de travailleurs étran- gers (CTE) et les groupements de travailleurs étrangers (GTE), Marie Rafaneau-Boj, DEA en histoire contemporaine, écrivaine. Témoignage sur le camp de Laon rapporté par Serge Utgé-Royo, fils d'un évadé de ce camp.
• 15 h 15 : Les antifascistes espagnols au camp d'Aurigny (organisation Todt), David Wingeate Pike, professeur émérite de l'université américaine de Paris, directeur de recherches à l'American Graduate School.
• 16 h : Le STO et les Espagnols, Jean Chaize, président de la Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis et du travail forcé, direc- teur de la publication Le Proscrit ; Ramón Pino, fils d'un envoyé au STO, évadé.
• 16 h 45 : Pause
• 17 h 15 : Le camp de Mauthausen, la résistance des Espagnols au camp, le devoir collectif de survivre, Ramiro Santisteban, ancien déporté du commando Poschacher ; Benito Bermejo, historien spécialiste de la déportation des Espagnols ; Jean-Marie Winkler, universitaire, auteur de Château d'Hartheim ou l'antichambre de la solution finale.
Avec trois enfants de déportés à Mauthausen : Jean Estivill, professeur d'histoire ; Jean-Marie Ginesta, professeur d'université à Orléans ; Véronique Salou-Olivares.
• 18 h 15 : Questions et débat : les divers moyens d'enfermement des antifascistes espagnols durant la Seconde Guerre mondiale et les formes de résistances développées.

Bar et petite restauration sur place


Dimanche 27 septembre - projections et débats

En présence des réalisateurs et de témoins
• 11 h 30 : Le camp d'Argelès, de Felip Solé - Documentaire-fiction, 52 mn.
• 12 h 30 : Je te donne ma parole, de Quino Gon- zalez - Documentaire, 52 mn.
•Bar et petite restauration sur place
• 15 h : Témoignage vidéo de Henri Melich, résistant et militant antifranquiste.
• 15 h 30 : Débats sur les deux documentaires, en présence de Marina Aguayo et José Torres, enfants de la Retirada, militants antifranquistes et en présence des réalisateurs Felip Solé et Quino Gonzalez.
• 16 h 30 : La lutte pour la mémoire historique. Les républicains espagnols de la Nueve entrent dans Paris, de Carlos Belmonte - Documentaire, 22 mn.

CONTACTS :
24aout1944@gmail.com
http://www.24-aout-1944.org
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 15 Nov 2015, 16:00

Tours - La Riche, vendredi 20 novembre 2015

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 24 Mar 2016, 21:36

Poitiers, samedi 26 mars 2016

Conférence/discussion : Les réfugiés espagnols dans la Vienne 1936-1940.

à 16h à la Bibliothèque Libre & Populaire,
c/o Syndicats CNT 20 rue Blaise Pascal, 860000 Poitiers


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 07 Oct 2016, 12:04

Tours, ce vendredi 7 octobre 2016

Image


Demain Le Grand Soir sur radio béton
Emission du 5 octobre 2016, avec la Retirada 37
à écouter : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1626
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede bipbip » 03 Déc 2016, 15:27

L’exode républicain espagnol de 1939 dans la presse française.

L’arrivée, début février 1939, de plus de 500 000 Républicains espagnols, vaincus par la suprématie militaire de l’ennemi, donne lieu à des réactions passionnées dans l’opinion publique française. Les autorités gouvernementales, dans l’improvisation la plus totale, décident que les réfugiés seront internés dans ce qui est appelé d’abord camps de concentration puis, pudiquement et improprement dans les communiqués officiels, camps d’internement et d’hébergement. Cette présence sur le sol français d’hommes, de femmes et d’enfants fait naître une polémique dont la presse est le principal vecteur. Une polémique qui se situe dans le droit-fil de celle qui avait éclaté trois ans plus tôt lorsque s’était posé, dès juillet 1936, le problème de l’aide gouvernementale française à l’Espagne républicaine attaquée par des généraux félons. Les organes de presse favorables à la gauche défendent ces combattants de la liberté ; les publications qui se situent dans la mouvance de la droite extrême - et elles sont nombreuses - pourfendent pour leur part, avec des mots qui aujourd’hui les feraient tomber sous le coup de la loi, ceux qui sont appelés alternativement anarchistes, fuyards ou tourbe carnassière. Entre ces deux courants, certains organes de presse régionaux, considérés généralement comme plus modérés, ont du mal à se situer, mais finissent par prendre parti contre les réfugiés. Cet affrontement, qui parfois prend l’allure d’une guerre civile intellectuelle larvée, préfigure les clivages qui, un an plus tard, éclateront au grand jour dans la vie politique française. Le drame espagnol aura été un révélateur des véritables enjeux politiques et sociaux du moment.

... http://www.24-aout-1944.org/L-exode-rep ... spagnol-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29023
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 08 Déc 2016, 20:42

Tours, vendredi 9 décembre 2016

Image

17h30, halles de Tours, salle 121
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Retirada et l'exil

Messagede bipbip » 04 Fév 2017, 14:29

Limoges samedi 4 février 2017

Espagne, une passion française (1936-1975)

Conférence débat avec Geneviève Dreyfus-Armand et
Odette Martinez-Maler, historiennes, autour de leur livre.

à 19h30, Salle du Conseil départemental, 11, rue Chénieux, Limoges

Image

« L'Espagne une passion française (1936-1975) »

Les différents hommages rendus à ce « bijou » ont déjà loué la rigueur, l’honnêteté des analyses, la qualité des documents, des témoignages, des photos, l’originalité de la présentation, la volonté didactique, autant d’éléments qui font de ces « fragments d’histoires partagées », un ouvrage très important. Une somme indispensable pour entrer dans l’intimité des mémoires de ceux qui ont vécu l’exaltante et douloureuse histoire de cette république espagnole de « tous les espoirs » brisée par une longue guerre meurtrière qui s’achèvera par la victoire d’une impitoyable coalition fasciste qui jettera près de 500 000 espagnols dans un humiliant exode et qui instaurera en Espagne une féroce dictature de presque 40 ans. Dans cette France, pays des libertés et des droits de l’homme, ceux qui pendant près de trois ans ont combattu pour une société idéale de liberté et de justice sociales seront internés dans des camps de concentration où malgré de très difficiles conditions de vie, les forces politiques et syndicales se réorganisent, où la lutte reprend, lutte contre le fascisme qui se poursuivra sous plusieurs formes jusqu’à la Libération en France et dans les guerillas en Espagne jusqu’aux années 50. Et cet exil que beaucoup croyaient provisoire deviendra définitif après l’inacceptable reconnaissance de Franco par l’ONU en 1955. Mais le combat pour les idées et pour la sauvegarde de l’identité des réfugiés continuera. Jusqu’aux années 70 les différentes composantes de l’exil maintiendront une intense activité culturelle, poursuivront leur aide aux prisonniers politiques et leur participation clandestine à la reconstruction politique et syndicale en Espagne.

La conception du livre, sa construction en font un document unique. Aucun ouvrage n’avait jusqu’ à présent mis en lumière avec autant de force, avec autant d’authenticité, avec une volonté d’objectivité évidente ce qu’ont été les parcours de cette génération d’Espagnols au courage orgueilleux face aux balles, face au déracinement, aux enthousiasmes inébranlables, à la dignité imperturbable. Après certainement de longues et difficiles recherches, le choix de documents, photos et témoignages variés, complémentaires, équilibrés fait de ce livre-album non pas un livre de souvenirs mais un livre de vie. Pour les nombreux fils et filles, petits-fils, petites filles qui sommes restés fidèles aux idéaux que cette génération a défendu avec obstination, ce livre est notre histoire, nous reconnaissons nos parents, nos grands-parents à toutes les pages. Ils sont et resteront vivants.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29023
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Retirada et l'exil

Messagede Pïérô » 11 Fév 2017, 19:31

No pasaràn, album souvenir - Film Complet VF 2015 En Ligne

Six cartes postales découvertes dans un album-photos servent de point de départ à Henri-François Imbert pour un travail sur les républicains espagnols venus en France pour échapper au régime franquiste. Editées par l'entreprise Apa d'Albi, probablement réalisées par un «reporter volant», elles montrent différentes images de l'exode, la «Retirada», de ces milliers de personnes, essentiellement des Catalans tentant de franchir les Pyrénées après la chute de Barcelone en 1939. En France, les hommes sont séparés des femmes et des enfants et placés dans des camps de fortune que les autorités appellent «camps de concentration», où nombre d'entre eux périront de maladie...

http://www.dailymotion.com/video/x2f3htd
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité