Les origines du 1er mai

Les origines du 1er mai

Messagede Roro » 15 Nov 2008, 12:59

1er Mai : aux origines de la chasse aux anarchistes.

Extrait tiré de Anarchisme - Normand Baillargeon, L' Ile de la Tortue, 1999.

Lu sur l'En dehors : http://endehors.org/news/pour-rappel-de ... narchistes

Le massacre du Haymarket (1886)

L'origine et la signification libertaires du premier mai sont désormais tombées dans l'oubli. Car le premier mai, c'est bien un événement majeur de l'histoire du mouvement ouvrier, mais plus particulièrement de l'anarchisme que nous commémorons - désormais sans en connaître l'origine.

Remontons le temps.

Nous sommes en 1886, à Chicago. Dans cette ville, comme dans tout le pays, le mouvement ouvrier est particulièrement riche, vivant, actif. À Chicago, comme dans bien d'autres municipalités, les anarchistes sont solidement implantés. Des quotidiens libertaires paraissent même dans les différentes langues des communautés immigrées. Le plus célèbre des quotidiens anarchistes de Chicago, le Arbeiter-Zeitung, tire en 1886 à plus de 25 000 exemplaires. Cette année-là, le mouvement ouvrier combat pour la journée de huit heures. Les anarchistes y sont engagés, mais avec leur habituelle lucidité: la journée de huit heures pour aujourd'hui, certes, mais sans perdre de vue que le véritable objectif à atteindre est l'abolition du salariat. Le mot d'ordre de grève générale du premier mai 1886 est abondamment suivi, et tout particulièrement à Chicago. Ce jour-là, August Spies, un militant bien connu de la Ville des Vents, est un des derniers à prendre la parole devant l'imposante foule des manifestants. Au moment où ceux-ci se dispersent, la démonstration, jusque là calme et pacifique, tourne au drame: 200 policiers font irruption et chargent les ouvriers. Il y aura un mort et des dizaines de blessés. Spies file au Arbeiter-Zeitung et rédige un appel à un rassemblement de protestation contre la violence policière. Elle se tient le 4 mai, au Haymarket Square de Chicago.

Cette fois encore, tout se déroule d'abord dans le calme. Spies prend la parole, ainsi que deux autres anarchistes, Albert Parsons et Samuel Fielden. Le maire de Chicago, Carter Harrison, assiste à la manifestation et, alors qu'elle s'achève, il est convaincu que rien ne va se passer. Il en avise donc le chef de police, l'inspecteur John Bonfield, et lui demande de renvoyer chez eux les policiers postés à proximité. Il est dix heures du soir. Il pleut abondamment. Fielden a terminé son discours, le dernier à l'ordre du jour. Les manifestants se dispersent, il n'en reste plus que quelques centaines dans le Haymarket Square. Soudain, 180 policiers surgissent et foncent vers la foule. Fielden proteste. Puis, venue d'on ne sait où, une bombe est lancée sur les policiers. Elle fait un mort et des dizaines de blessés. Les policiers ouvrent le feu sur la foule, tuant on ne saura jamais combien de personnes. Une chasse aux sorcières est lancée dans toute la ville. Les autorités sont furieuses. Il faut des coupables. Sept anarchistes sont arrêtés. Ce sont: August Spies, Samuel Fielden, Adolph Fischer, George Engel, Michael Schwab, Louis Lingg et Oscar Neebe. Un huitième nom s'ajoute quand Albert Parsons se livre à la police, persuadé qu'on ne pourra le condamner à quoi que ce soit puisqu'il est innocent, comme les autres. En fait, seuls trois des huit suspects étaient présents au Haymarket Square le soir de ce 4 mai fatal.

Le procès des huit s'ouvre le 21 juin 1886 à la cour criminelle de Cooke County. On ne peut et on ne pourra prouver qu'aucun d'entre eux ait lancé la bombe, ait eu des relations avec le responsable de cet acte ou l'ait même approuvé. D'emblée, une évidence s'impose pour tous: ce procès est moins celui de ces hommes-là que celui du mouvement ouvrier en général et de l'anarchisme en particulier. La sélection du jury tourne à la farce et finit par réunir des gens qui ont en commun leur haine des anarchistes. Y siège même un parent du policier tué. Le juge Gary ne s'y est pas plus trompé que le procureur Julius Grinnel qui déclare, dans ses instructions au jury: " Il n'y a qu'un pas de la République à l'anarchie. C'est la loi qui subit ici son procès en même temps que l'anarchisme. Ces huit hommes ont été choisis parce qu'ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivent. Messieurs du jury: condamnez ces hommes, faites d'eux un exemple, faites-les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. C'est vous qui déciderez si nous allons faire ce pas vers l'anarchie, ou non."

Le 19 août, tous sont condamnés à mort, à l'exception d'Oscar Neebe qui écope de quinze ans de prison. Le procès a été à ce point ubuesque qu'un vaste mouvement de protestation internationale se déclenche. Il réussit à faire commuer en prison à vie les condamnations à mort de Schwab et Fielden. Lingg, pour sa part, se pend dans sa cellule. Le 11 novembre 1887 Parsons, Engel, Spies et Fischer sont pendus. Ce sont eux que l'histoire évoque en parlant des martyrs du Haymarket. Plus de un demi-million de personnes se pressent à leurs funérailles. C'est pour ne pas oublier cette histoire qu'il sera convenu de faire du premier mai un jour de commémoration. Neebe, Schwab et Fielden seront libérés officiellement le 26 juin 1893, leur innocence étant reconnue ainsi que le fait qu'ils ont été les victimes d'une campagne d'hystérie et d'un procès biaisé et partial. Ce qui reste clair cependant, ce sont les intentions de ceux qui condamnèrent les martyrs de Chicago: briser le mouvement ouvrier et tuer le mouvement anarchiste aux États-Unis. Le jour même où avait été annoncée la condamnation à mort des quatre anarchistes, on avait communiqué aux ouvriers des abattoirs de Chicago qu'à partir du lundi suivant, ils devraient à nouveau travailler dix heures par jour.

Reste une question irrésolue jusqu'à ce jour: qui a lancé cette bombe? De nombreuses hypothèses ont été avancées, à commencer par celle accusant un policier travaillant pour Bonfield...
(fin de l'extrait)
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 18:28

Re: 1er Mai : aux origines de la chasse aux anarchistes.

Messagede sebiseb » 15 Nov 2008, 13:06

En france, c'est Pétain qui instaure en 1941 le 1er mai comme "fête du travail et de la concorde sociale" !? :(
$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 13:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: 1er Mai : aux origines de la chasse aux anarchistes.

Messagede Maximus » 15 Nov 2008, 22:16

Merci! Bon sang, de culture on a jamais trop.
Je suis de plus en plus horrifié par la justice américaine... Sacco et Vanzetti, les martyrs du premier mai, combien d'anarchiste ont-ils eu a subir la répression sanglante de la justice du "pays de la liberté"?
Maximus
 

Les origines du " 1er mai "

Messagede Pïérô » 27 Avr 2010, 09:22

Partie du tract du Groupe Puig Antich de la CGA Perpignan pour la manif de ce 1er mai, qui fait page d'Histoire :

A l’origine, en 1886. Le 1er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200.000 travailleurs américains d’obtenir la journée de huit heures. Mais d’autres, moins chanceux, au nombre d’environ 340.000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder. Le 3 mai, en réponse à la répression policière qui avait sévi quelques mois plus tôt, les ouvriers anarchistes de la ville organisent une manifestation. Elle se solde par la mort de trois ouvriers parmi les grévistes de la société McCormick Harvester, à Chicago. Une marche de protestation a lieu le lendemain et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit.

À la suite de cette explosion, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort, quatre - August SPIES, Albert PARSONS, George ENGEL et Adolph FISCHER - seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (connu depuis comme Black Friday ou Vendredi noir) malgré l’inexistence de preuves. Le dernier - Louis LINGG - est retrouvé « suicidé » dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité et graciés au bout de six années de prison ou de pénitencier - Michael SCHWAB, Oscar NEEBE et Samuel FIELDEN…

Depuis lors le 1er Mai a connu bien des vicissitudes : du 1er Mai ensanglanté de Fourmies en 1891 ... aux grandes messes et parades de chars d’assaut de l’ex-« Union soviétique » ... en passant par les « rassemblements unitaires » de 1936-1937 qui menèrent la révolte ouvrière dans l’impasse politicienne ... les manifestations férocement réprimées à Barcelone par les sbires à Franco ... à Santiago par les tortionnaires à Pinochet ... à Ankara par la soldatesque fascisante ... à Varsovie par les bureaucrates « communistes » ... à Tien an Men par les chars « rouges » de l’armée du même nom, rouges du sang des ouvriers ... En 1988 , Le Pen ne décidait-il pas de fêter « la Sainte pucelle » une semaine plus tôt ? Depuis, la provocation a fait son lit car les fachos défilent impunément dans les rues de la capitale ... Mais, après tout, en 1941, un vieillard sénile nommé Pétain et se prénommant Philippe, avait bien découvert que sa fête tombait ce jour là. Il fit de cette journée de contestation du capital et de l’arbitraire étatique une fête du Travail agrémentée de muguets.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede Pïérô » 29 Avr 2010, 23:06

Une page faite aussi sur rebellyon-info pour l'occasion :
http://rebellyon.info/Les-Martyrs-de-Chicago-aux.html.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede Pïérô » 27 Avr 2012, 10:30

Je fais remonter ce topic qui amenait des éléments de l'Histoire et des origines du 1er mai, car ce 1er mai 2012 voit la droite en version pétainiste tenter de récupérer ce qui est de la tradition de la lutte ouvrière.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede kuhing » 27 Avr 2012, 10:57

Pour info un tract que 2 copains du CAam ont réalisé (vite fait) pour le 1er Mai :

https://www.box.com/s/1b7b29cd27985a0a84a9
kuhing
 

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede Pïérô » 28 Avr 2012, 10:24

Une vidéo "Origine du 1er mai"

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede Béatrice » 29 Avr 2012, 17:30

Les débuts du premier mai en France

Paris connut le premier mai 1890 son premier « premier mai ». Une tradition allait naître, mais, pendant longtemps encore, sa célébration va se faire contre les forces de répression et 1er mai va signifier affrontements, brutalités et sanctions de tous ordres. En 1901, le syndicaliste Pouget propose dans son journal Le Père Peinard : « Fixons nous une date et proclamons qu’à partir du jour que nous aurons choisi pour rien au monde nous ne consentirons à faire plus de huit heures ! ».

Il faudra attendre le 8ème congrès de la CGT, qui se tient à Bourges en septembre 1904, pour que l’idée soit reprise et la date fixée : ce sera le 1er mai 1906 ! Pour préparer cette journée, la CGT entame la première grande campagne de propagande de son histoire : affiches, tracts, papillons, brochures, création de comités d’action pour les 8 heures, articles dans le journal confédéral d’alors, La Voix du Peuple. On y développe toute une argumentation autour de l’idée des 8 heures : moyen pour combattre le chômage, éliminer fatigue et surmenage, supprimer les maladies professionnelles, développer les bibliothèques, élever le niveau culturel des travailleurs, etc.

C’est dans ce climat qu’arrive le 1er mai 1906, qui va être marqué par de violents affrontements avec les forces de police. Dès le matin, Paris est mis en état de siège : soldats et policiers en armes à chaque carrefour, forte concentration de policiers à cheval aux abords de la Bourse du travail, place de la République. La caserne proche a même été aménagée en « prison » temporaire...

Les divers syndicats ont convoqué leurs adhérents en plusieurs points de la capitale. Un meeting est prévu à la Bourse, mais comme tout le monde ne peut y pénétrer, c’est une manifestation de rue que la police s’efforce de disperser : il y a des charges brutales, des arrestations par centaines. _ A l’heure du bilan, le soir, on comptera même deux morts. Et il faudra attendre 23 heures pour que les rues de Paris retrouvent leur aspect habituel. Mais les violences continueront pendant plusieurs jours en- core. Les patrons licencieront plus de deux mille travailleurs coupables d’avoir quitté leur travail le 1er mai !

D’après « IWW et syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis », Larry Portis, ed.. Spartacus et un article de « La Voix Populaire ».

Les illustrations sur le site http://anarsonore.free.fr/spip.php ?breve113 concernent toutes l’affaire de Chicago

Notes

[1] Knight of Labour : Les Chevaliers du Travail, premier syndicat d’audience nationale aux États- Unis.


http://www.millebabords.org/spip.php?article20581
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede digger » 01 Mai 2012, 07:22

Image
Pour moi,le 1er mai, c'est le muguet. Vu les températures, il n'est pas encore sorti dans le jardin.
Autrement, on peut en trouver sur le bord des routes, récolté par des saisonnierEs exploitéEs pour enrichir des maraichers déjà très riches et très exploiteurs du pays nantais.
Je ne sais pas ce qui clignote en rouge, mais comme c'était rouge, je l'ai mis. Je pense que c'est un gars de la CGT qui est caché derrière le brin, mais je suis pas sûr.
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede Pïérô » 01 Mai 2013, 01:29

Une petite couche avant la manif . :)

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede digger » 01 Mai 2013, 07:19

Mais la chasse continue.
Un groupe d’anarchistes s’est opposé à un rassemblement fasciste en mai dernier dans la banlieue de Chicago. Suite aux affrontements, 5 d’entre eux ont été arrêtés . Jason Sutherlin a été condamné à 6 ans de prison, Cody Lee Sutherlin et Dylan Sutherlin à 5 ans, Alex Stuck et John Tucker à 3ans 1/2
http://tinleyparkfive.wordpress.com/

Dans le nord-ouest, fin avril, le FBI et la Homeland Security ont déclenché une vague de harcèlement concernant plusieurs dizaines de personnes (perquisitions de domicile, contrôle dans les rues...) à Olympia, Seattle, Portland....
http://anarchistnews.org/content/urgent-gathering-discuss-fbi-harassment-olympia

Il existe de nombreux cas de parution devant les "Grand Juries"
http://grandjuryresistance.org/grandjuries.html

Je pourrais en écrire une page. Beaucoup d’ami-e-s américain-e-s rapprochent la situation actuelle au COINTELPRO des années 60.

La différence est que l’on ne fusille plus, on se contente d’emprisonner. Comme quoi, la civilisation progresse.
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Les origines du " 1er mai "

Messagede indignados » 01 Mai 2013, 11:35

n

n

1er mai sur ZEC plus ultra http://zec.blogs.letelegramme.com/archi ... r-mai.html

En ces temps de fête perpétuelle du patronat, quelques souvenirs du 1er mai : de celui de 1886 des travailleurs à Chicago à celui de 1941, à Saint-Etienne, avec Pétain aux manettes, grand adorateur du corporatisme et grand pourfendeur de la lutte des classes.



Quelles sont les origines du 1er mai ?
Rosa Luxemburg
L’heureuse idée d’utiliser la célébration d’une journée de repos prolétarienne comme un moyen d’obtenir la journée de travail de 8 heures [1], est née tout d’abord en Australie. Les travailleurs y décidèrent en 1856 d’organiser une journée d’arrêt total du travail, avec des réunions et des distractions, afin de manifester pour la journée de 8 heures. La date de cette manifestation devait être le 21 avril. Au début, les travailleurs australiens avaient prévu cela uniquement pour l’année 1856. Mais cette première manifestation eut une telle répercussion sur les masses prolétariennes d’Australie, les stimulant et les amenant à de nouvelles campagnes, qu’il fut décidé de renouveler cette manifestation tous les ans.

De fait, qu’est-ce qui pourrait donner aux travailleurs plus de courage et plus de confiance dans leurs propres forces qu’un blocage du travail massif qu’ils ont décidé eux-mêmes ? Qu’est-ce qui pourrait donner plus de courage aux esclaves éternels des usines et des ateliers que le rassemblement de leurs propres troupes ? Donc, l’idée d’une fête prolétarienne fût rapidement acceptée et, d’Australie, commença à se répandre à d’autres pays jusqu’à conquérir l’ensemble du prolétariat du monde.

Les premiers à suivre l’exemple des australiens furent les états-uniens. En 1886 ils décidèrent que le 1er mai serait une journée universelle d’arrêt du travail. Ce jour-là, 200.000 d’entre eux quittèrent leur travail et revendiquèrent la journée de 8 heures. Plus tard, la police et le harcèlement légal empêchèrent pendant des années les travailleurs de renouveler des manifestations de cette ampleur. Cependant, en 1888 ils renouvelèrent leur décision en prévoyant que la prochaine manifestation serait le 1° mai 1890.

Entre temps, le mouvement ouvrier en Europe s’était renforcé et animé. La plus forte expression de ce mouvement intervint au Congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889 [2]. A ce Congrès, constitué de 400 délégués, il fût décidé que la journée de 8 heures devait être la première revendication. Sur ce, le délégué des syndicats français, le travailleur Lavigne [3] de Bordeaux, proposa que cette revendication s’exprime dans tous les pays par un arrêt de travail universel. Le délégué des travailleurs américains attira l’attention sur la décision de ses camarades de faire grève le 1° mai 1890, et le Congrès arrêta pour cette date la fête prolétarienne universelle.

A cette occasion, comme trente ans plus tôt en Australie, les travailleurs pensaient véritablement à une seule manifestation. Le Congrès décida que les travailleurs de tous les pays manifesteraient ensemble pour la journée de 8 heures le 1er mai 1890. Personne ne parla de la répétition de la journée sans travail pour les années suivantes. Naturellement, personne ne pouvait prévoir le succès brillant que cette idée allait remporter et la vitesse à laquelle elle serait adoptée par les classes laborieuses. Cependant, ce fût suffisant de manifester le 1° mai une seule fois pour que tout le monde comprenne que le 1er mai devait être une institution annuelle et pérenne.

Le 1er mai revendiquait l’instauration de la journée de 8 heures. Mais même après que ce but fût atteint, le 1er mai ne fût pas abandonné. Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. Et, quand des jours meilleurs se lèveront, quand la classe ouvrière du monde aura gagné sa délivrance, alors aussi l’humanité fêtera probablement le 1er mai, en l’honneur des luttes acharnées et des nombreuses souffrances du passé.


1894 - article publié dans le journal polonais « Sprawa Robotnicza »

Notes

1 - L’usage était alors une journée de travail d’au moins 10 à 12 heures par jour.
2 - Il s’agit du premier congrès de la II° internationale.
3 - Raymond Lavigne (1851- ?), militant politique et syndicaliste.



Chicago, 1884-1886
En 1884, au cours du IVème congrès de l’American Federation of Labor, les principaux syndicats ouvriers américains se décident à « imposer avant deux ans à leurs patrons la journée de 8 heures »

Les jours qui précèdent le 1er Mai 1886, le mot d’ordre court : « Samedi prochain les ouvriers doivent défiler ». Environ 200 000 grévistes répondent pacifiquement à cet appel - plus de 80 000 à Chicago. Certains patrons accordent la journée de 8 heures, d'autres non.

Le lundi 3 mai 1886, à Chicago, c’est donc la grève. Devant les usines Mc Cormik la police tire et tue un ouvrier. Le mardi 4 mai 3 000 personnes se joignent à une marche de protestation place Haymarket.

Tout se déroule dans le calme jusqu’à l'arrivée de près de 180 policiers. Il est demandé à la foule de se disperser et à ce moment une bombe est jetée dans les rangs de la police tuant huit hommes et en blessant soixante-sept autres. La police riposte : le nombre de morts ne sera jamais divulgué mais on sait que plus de 200 autres seront gravement blessées.

Les « Martyrs de Chicago » ont des noms : Albert Parsons, August Spies, Michael Schwab, George Engel, Adolph Fischer, Samuel Fielden, Louis Lingg. Parsons, Fielden, Fischer, Engel vont être pendus tandis que Lingg est suicidé en prison. Pendus par un Black Friday le 11 novembre 1887. Depuis, chaque 1er Mai, en dépit de la répression, le prolétaire tente de fleurir les rues pavées de la planète !" ( Jacques-Marie Bourget )


A Chicago, sur une stèle commémorative du cimetière de Waldheim, sont inscrites les dernières paroles de August Spies, l'un des condamnés :« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui .»






Paris - 20 juin 1889
Exposition universelle commémorant le centenaire de la Révolution française. Congrès international socialiste de fondation de la IIe Internationale


Ce fut Edouard Anseele, socialiste belge, qui formula l'idée d'une grève internationale le 1er mai associant notamment les travailleurs français et allemands en une action commune. Lors du congrès international socialiste de Paris, Raymond Lavigne, syndicaliste français, déposa une résolution amendée par le dirigeant social-démocrate allemand Gustav Bebel et qui fut adoptée à l'unanimité :

“ Il sera organisé une grande manifestation internationale à date fixe, de manière que, dans tous les pays et dans toutes les villes, les travailleurs mettent, le même jour, les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement la journée de travail à huit heures et d’ appliquer les autres résolutions du Congrès international de Paris.”.

“ Attendu qu’ une semblable manifestation a déjà été décidée pour le 1er mai 1890 par l’ American Federation of Labor, dans son congrès de décembre 1988, tenu à Saint-Louis, cette date est adoptée pour la manifestation internationale”.

“ Les travailleurs des diverses nations auront à accomplir cette manifestation dans les conditions qui leur sont imposées par la situation spéciale de leur pays.”

Fourmies, 1er mai 1891



Le 1er mai 1891, les organisations ouvrières se préparent par différents moyens, dont la grève, à obtenir enfin la journée de 8 heures.

A Fourmies, petite ville textile du Nord de la France, à 10 Heures du matin, Les délégués désignés en Assemblée Générale des Travailleurs et réunis au Café du Cygne, rue des Eliets, se rendent à la Mairie. Ils ont prévu d'y exposer leurs revendications :

La journée de huit heures ;
L'application de l'unification de l'heure pour la rentrée et sortie des fabriques et la même heure pour toutes, annoncée par la cloche locale ;
Création d'une Bourse du Travail ;
Révision générale des tarifs, suppression des règlements léonins, abrogation des amendes et des mal façons ;
Fixation de la paie tous les huit jours, sans retard laissé dans la caisse des patrons au détriment de l'ouvrier, et l'obligation réciproque de prévenir 8 jours à l'avance en cas de cessation de travail ;
Suppression des octrois ;
Amélioration hygiénique à apporter dans certains ateliers en particulier à Fourmies et sa région.
Création de Caisses de retraites pour les ouvriers.
En réaction le patronat menaçe de licenciement celles et ceux qui arrêteront le travail. Pour lui venir en aide, il obtient du préfet la mobilisation de deux compagnies d'infanterie équipées du nouveau fusil Lebel ( 9 balles de calibre 8 mm).

"Ils avaient espéré épouvanter les ouvriers, mais ils ne purent que les exaspérer. Les plus indifférents furent pris de rage à cette menace qui les poussait à une cessation générale du travail. La quantité d'ouvriers qui ont été le 1er mai an travail fut si infime, que les fabricants durent les renvoyer chez eux." Paul Lafargue


En fin de journée, face aux centaines de manifestants qui tentent d'obtenir la libération de grévistes interpellés dans la matinée et emprisonnés dans la mairie, le commandant Chapus crie : " Feu ! feu ! feu rapide ! Visez le porte-drapeau ! " La troupe s'exécute tuant en quelques dizaines de secondes 9 manifestants - dont 4 femmes et un enfant - et en blesse une quarantaine d'autres.

Le Matin, du 5 mai 1891, dénonce les responsables du drame :

"Le crime vient de plus haut et de plus loin. Il vient de ces faux apôtres du progrès, philosophes de quatre sous et politiciens de pacotille, qui ont entrepris de réformer les mœurs politiques de la France, en la déshabituant de ses anciennes croyances. C’est l’enseignement matérialiste inauguré par eux dans nos écoles qui engendre ces revendications impatientes et brutales."
Le Nouvel Éclaireur de l’Oise, du 9 mai juge les enragés :

"On a tué des femmes et des enfants ! crie-t-on. C’est vrai, c’est très fâcheux, soit ; mais qu’est-ce que ces femmes et ces enfants allaient faire là, s’il vous plaît ? Ils allaient porter aux hommes des pierres et des bâtons pour les jeter sur les soldats ; les femmes étaient là pour exciter les hommes et pour leur servir de bouclier. Tant pis pour eux. " Fallait pas qu’ils y aillent " dit la chanson, et ici la chanson dit vrai."
Et L'Illustration, du 9 mai, ne cache pas son admiration :

" C’est le fusil Lebel qui vient d’entrer en scène pour la première fois... Il ressort de ce nouveau fait à l’actif de la balle Lebel qu’elle peut très certainement traverser trois ou quatre personnes à la suite les uns des autres et les tuer. "


La troupe et la cavalerie le jour des funérailles des victimes.


"Tout Fourmies participa aux obsèques des neuf cadavres; on refusa l'accès du cimetière au maire et aux conseillers municipaux. Quant aux familles des victimes, elles refusèrent l'argent offert par les autorités municipales pour les frais des funérailles et leurs besoins; les ouvriers apportèrent les sommes recueillies par souscription." Paul Lafargue
Suite aux massacre, un débat parlementaire s’ouvre à la Chambre des Députés tandis que Culine et Lafargue sont arrêtés. Clemenceau réclame une amnistie générale en s’écriant : " C’est le quatrième Etat qui se lève et qui arrive à la conquête du pouvoir ". L’amnistie est repoussée.

> 1er Mai 1891: la fusillade de Fourmies - Histoire par l'image

> Les effets du fusil Lebel étudiés par les médecins militaires du Val-de-Gâce

> La fusillade du 1er mai est entrée de Fourmies -


> Le Premier mai à Fourmies - Académie de Lille.

> Sur le site marxists.org, le texte de Paul lafargue, "La boucherie de Fourmies du 1er mai 1891"


Paris : manifestations du 1er mai 1906


Le Petit Journal


Pétain à Saint-Étienne, 1er mai 1941
Le 1er mai 1941, à Saint-Etienne, Philippe Pétain dans son " appel aux travailleurs " récuse la lutte des classes et encourage la " défense du bien commun et la création de comités sociaux ". Il énonce les principes de la Charte du travail, promulguée en octobre 1941, qui interdira les grèves, le lock-out et instaura le système du syndicat unique et le corporatisme. Le 1er mai n'est plus la fête des travailleurs mais la fête nationale du travail.


Appel aux Travailleurs

OUVRIERS TECHNICIENS PATRONS FRANÇAIS

" Dans mon message du 10 octobre dernier, je vous ai dit que l’on ne peut faire disparaître la lutte des classes, fatale à la Nation, qu’en faisant disparaître les causes qui ont dressé ces classes les unes contre les autres. Ces causes, c’est la menace du chômage, c’est l’angoisse de la misère qu’elle fait peser sur vos foyers. C’est le travail sans joie de l’ouvrier sans métier. C’est le taudis dans la cité laide, où il passe les hivers sans lumière et sans feu. C’est la vie de nomade, sans terre, sans toit. Telle est la condition prolétarienne. Il n’y aura pas de paix sociale tant que durera cette injustice.

En ce qui concerne l’organisation professionnelle, un texte de loi, si parfait qu’il soit, est impuissant à accomplir une réforme de cette ampleur. La loi ne saurait créer l’ordre social ; elle ne peut que le sanctionner, dans une institution après que les hommes l’ont établi. Le rôle de l’Etat doit se borner ici à donner à l’action sociale son impulsion, à indiquer les principes et le sens de cette action, à stimuler et orienter les initiatives. En réalité, les causes de la lutte des classes ne pourront être supprimées que si le prolétaire qui vit aujourd’hui, accablé par son isolement, retrouve, dans une communauté de travail, les conditions d’une vie digne et libre, en même temps que des raisons de vivre et d’espérer.

Cette communauté, c’est l’entreprise. Sa transformation peut, seule, fournir la base de la profession organisée, qui est elle même une communauté de communautés. Cela exige qu’une élite d’hommes se donnent à cette mission. Ces hommes existent parmi les patrons, les ingénieurs, les ouvriers. C’est à eux d’abord que je fais appel, je leur demande:

1°- De se pénétrer de la doctrine du bien commun au dessus des intérêts particuliers, de s’instruire des méthodes d’organisation du travail capables de permettre à la fois un meilleur rendement et plus de justice, en donnant à chacun sa chance dans l’entreprise et dans la profession.

2°- De s’informer des réalisations sociales qui existent déjà et que des hommes clairvoyants et généreux ont su accomplir, en dépit des difficultés de tous ordres qui, dans le passé, entravaient leurs efforts.

Ainsi, peu à peu, et par l’action de tous, une œuvre définitive s’accomplira sous l’autorité et avec l’encouragement de l’Etat. Pour entreprendre cette œuvre fondamentale qui sera la vôtre, une large enquête sera faite, à laquelle prendront part tous ceux qui veulent se dévouer à la grande cause de la paix sociale dans la justice. Tous les travailleurs, qu’ils soient patrons, techniciens, ouvriers, sont aux prises chaque jour avec des difficultés nouvelles, conséquences de la situation présente de notre pays. .

Il est donc urgent qu’ils aient la possibilité de défendre leurs intérêts légitimes, d’exprimer leurs besoins et leurs aspirations. Il est indispensable de créer des organismes qui puissent résoudre vite les questions posées ou s’ils ne peuvent les résoudre eux-mêmes, donner à l’Etat des moyens de le faire, sans que ses décisions soient paralysées par une connaissance insuffisante des problèmes ou par une organisation administrative trop lente à se mouvoir.

Tel devra être l’objet d’une première loi sur l’organisation professionnelle. Cette loi créera des organismes simples qui ne seront pas des organisations de classe, mais des comités sociaux où, patrons, techniciens et ouvriers rechercheront ensemble les solutions des problèmes actuels dans une commune volonté de justice, dans le souci constant d’apaiser par l’entraide les misères et les angoisses de l’heure.

TRAVAILLEURS FRANÇAIS , JE VOUS DEMANDE D’ENTENDRE MON APPEL. SANS VOTRE ADHESION ENTHOUSIASTE A L’ŒUVRE DE RECONSTRUCTION SOCIALE, RIEN DE GRAND NE PEUT ETRE FAIT. SACHEZ VOUS Y DONNER AVEC UN DESINTERESSEMENT TOTAL.

OUVRIERS, mes amis, n’écoutez plus les démagogues. Ils vous ont fait trop de mal. Ils vous ont nourris d’illusion. Ils vous ont tout promis. Souvenez-vous de leur formule : " le pain, la paix, la liberté ". Vous avez eu la misère, la guerre et la défaite. Pendant des années, ils ont injurié et affaibli la patrie, exaspéré les haines, mais ils n’ont rien fait d’efficace pour améliorer la condition des travailleurs, parce que, vivant de leur révolte, ils avaient intérêt à encourager ses causes.

INGENIEURS, vous avez pensé trop souvent qu’il vous suffisait de remplir avec conscience votre fonction technique. Vous avez plus à faire, car vous n’êtes pas seulement des techniciens, vous êtes des chefs. Comprenez bien le sens et la grandeur du nom chef. Le chef, c’est celui qui sait à la fois se faire obéir et se faire aimer. Ce n’est pas celui qu’on impose, mais celui qui s’impose. N’oubliez pas que pour commander aux hommes, il faut savoir se donner.

PATRONS, parmi vous, beaucoup ont une part de responsabilité dans la lutte des classes. Votre égoïsme et votre incompréhension de la condition prolétarienne ont été trop souvent les meilleurs auxiliaires du communisme. Je ne vous demande pas de renoncer à tirer de vos entreprises le bénéfice légitime de vos activités, mais je vous demande d’être les premiers à comprendre vos devoirs d’hommes et de Français.

Ouvriers, techniciens, patrons, si nous sommes aujourd’hui confondus dans le malheur, c’est qu’hier vous avez été assez fous pour vous montrer le poing. Cherchez, au contraire, à vous mieux connaître. Vous vous en estimerez davantage, vous aurez confiance les uns dans les autres, vous résoudrez ensemble le grand problème du travail et de l’ordre social. Renoncez à la haine, car elle ne crée rien ; on ne construit que dans l’amour et dans la joie. En faisant de la France une société humaine, stable, pacifiée, vous serez les meilleurs artisans du redressement de la Patrie."




> Source : Le voyage du Maréchal Pétain en 1941 Forez-info
> Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain, par Laurent Mauduit
indignados
 
Messages: 113
Enregistré le: 26 Avr 2012, 07:56

Re: Les origines du 1er mai

Messagede Pïérô » 29 Avr 2015, 06:34

Le 1er mai à Tours : des témoignages de militants dans les années 20

Le 1er mai n’a pas toujours été un jour férié. A l’origine, il s’agissait d’une date internationale de grèves et de manifestations pour la conquête de la journée de huit heures. En France, cette revendication est conquise en 1919, et le 1er mai 1919 est officiellement chômé. Ce jour-là, 15 000 personnes manifestent dans les rues de Tours.

Dans les années qui suivent, la mobilisation sera plus faible, notamment en raison de la scission de la CGT. Voici quelques témoignages de militants syndicaux qui racontent leur 1er mai.

1926

« 1926 fut ma première participation au 1er mai. Nous sommes partis de l’entreprise seulement trois apprentis. Là aussi, j’étais très fier, mais pas tellement rassuré sur ce que seraient les conséquences de cette participation, sur la suite du contrat d’apprentissage. Ces conséquences se sont traduites par un lavage de tête maison du "prote" (nom donné dans l’imprimerie au chef d’atelier), une paire de claques administrée par ma mère et en douce les félicitations de mon père. »

Henri Maurice

1928

« Dans l’atelier où j’étais apprenti, le 1er mai, comme partout à Tours, on travaillait. Dans la boîte, nous étions une douzaine. Il y a avait un ouvrier, Baron Lucien, cheminot révoqué à la suite des grèves de 1920, réintégré dans les derniers. C’était un super ouvrier, ancien apprenti de Penhoet ; lui ne travaillait pas le 1er mai.

Ce matin-là, il était à l’embauche ; les autres compagnons se lançaient des coups d’œil moqueurs ; nous, les apprentis, qui l’admirions pour ses prises de position, nous étions choqués.

Il rentre dans l’atelier avec un petit paquet sous le bras, enveloppé dans un journal, met ses bleus, prend une échelle, grimpe dans les poutres au sommet de l’atelier avec son paquet, développe une oriflamme rouge frappée d’une faucille et d’un marteau, l’accroche et redescend, se lave les mains, quitte ses bleus et s’en va.

Scandale du patron : à son arrivée, il donne l’ordre de décrocher l’oriflamme ; seul le contremaître s’en charge.

Le lendemain, à l’embauche, Lucien met ses bleus et s’assoit sur un tas et, au contremaître qui lui demande de travailler, il répond : "Quand on m’aura rendu mon drapeau." Ce qui fut fait.

Les ouvriers sont muets ; nous, les arpét’s, on est admiratifs. Il faut dire que ce camarade, comme je l’ai dit plus haut, était un ouvrier d’exception, aussi bien manuel que traceur difficile à remplacer. »

François Louis

1929

« En 1929, c’était déjà la crise. Venant de sa campagne poitevine, à la recherche de travail, ma famille avait émigré en Touraine. J’habitais avec mes parents une cité en bois, constituée de baraquements qui, à l’origine, étaient occupés par les prisonniers allemands de la guerre 14-18. Ces baraquements étaient à cheval sur le ruisseau de l’Archevêché près du canal et du pont de chemin de fer à Saint-Pierre-des-Corps.

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai, les gardes républicains à cheval ont véritablement encerclé l’usine Rimailho. Le bruit et la présence de cette police montée avait beaucoup frappé mon imagination de gosse. C’était mon premier 1er mai en Touraine, et mon premier contact avec la réalité ouvrière. »

René Blanchard


P.-S.
Témoignages tirés du livre La CGT en Indre-et-Loire, VO Éditions - Institut CGT d’histoire sociale. Illustration : le 1er mai 1919 à Tours.

http://larotative.info/temoignages-du-1 ... s-977.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les origines du 1er mai

Messagede Pïérô » 01 Mai 2015, 08:16

1er Mai : Jour International des Travailleurs

Ce vendredi 1er mai, partout dans le monde, des manifestations auront lieu. Une date connue de tous qui trouve son origine dans le mouvement libertaire. Entre tentatives de récupérations des conservateurs et rituels folkloriques pour les syndicats réformistes, une grande partie de la classe ouvrière continue pourtant de faire de ce jour une journée de combat social et révolutionnaire.

... https://reimsmediaslibres.info/1er-Mai- ... s-230.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités