Première guerre mondiale, Histoire(s) et commémorations ...

Première guerre mondiale, Histoire(s) et commémorations ...

Messagede Pïérô » 03 Nov 2008, 09:22

rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

De votre coin, indiquez lieu et heure...


Tours :

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede Pïérô » 06 Nov 2008, 19:20

Rassemblement national à Gentioux le 11 novembre 2008, à 11h30, devant le monument pacifiste.

Guerre à toutes les guerres !


Le 11 novembre, les 90 ans de l’Armistice de la guerre 14-18 seront commémorés par plusieurs associations pacifistes. Un rendez-vous national est notamment organisé à Gentioux (Creuse), village célèbre pour son monument aux Morts qui proclame : Maudite soit la guerre !
Haut de 3,80 mètres, le monument aux Morts de Gentioux rappelle les noms des cinquante-huit habitants tués pendant la guerre de 14-18 et des cinq décédés durant celle de 39-45. La ressemblance avec les monuments classiques s’arrête là.

Le monument de Gentioux n’a rien à voir avec tous les monuments patriotiques guerriers qui hantent nos communes. À la place des sculptures vantant l’héroïsme, la bravoure, le sens du devoir et du sacrifice…, à la place des soldats virils brandissant drapeaux et fusils afin « qu’un sang impur abreuve nos sillons », nous trouvons à Gentioux un petit écolier en sarrau et en sabots, un orphelin en bronze, casquette à la main et poing serré, devant l’inscription : « Maudite soit la guerre ». À lui seul, le gosse au visage sombre représente les paysans et les ouvriers qui ont été sacrifiés dans une guerre infâme.

C’est Jules Coutaud, maréchal-ferrant, maire SFIO de Gentioux de 1920 à 1965, qui a eu la bonne idée de faire ériger un tel monument. Gazé pendant la « Der des ders », il savait de quoi il causait. En 1922, la Préfecture refusa de participer à l’inauguration du monument qui faisait tâche dans le paysage militariste. Réalisé grâce à une souscription publique qui compléta le financement municipal et construit par des artisans locaux, le monument qui asticote les crevures galonnées est tout de même inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Chaque 11 novembre depuis les années 80, des militants pacifistes de diverses sensibilités viennent chanter La Chanson de Craonne devant le monument en levant le poing contre la connerie militaire. Ensuite, tout le monde va jusqu’au cimetière de Royère-de-Vassivière sur la tombe du maçon Félix Baudy, un soldat fusillé « pour l’exemple » en 1915. Là, on peut lire sur une plaque : « Maudite soit la guerre. Maudits soient ses bourreaux. Baudy n’est pas un lâche mais un martyr. ».

Cette année, un collectif réunissant la Libre Pensée, l’Association républicaine des Anciens Combattants (ARAC), la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), l’Union pacifiste de France (UPF), le Mouvement de la Paix et le comité laïque des amis du monument aux Morts de Gentioux va mettre l’accent sur les fusillés « pour l’exemple » et demander leur réhabilitation.

Durant la Première Guerre mondiale, 2500 soldats français sont passés devant des cours martiales. Parce qu’ils refusaient la barbarie et la guerre impérialiste, tous ont été condamnés. Parce qu’ils refusaient de crever pour les profiteurs de guerre, parce qu’ils voulaient mettre fin à la boucherie, parce qu’ils refusaient de tirer sur leurs camarades ouvriers allemands et fraternisaient avec « l’ennemi », parce qu’ils voulaient la paix, le pain et la liberté, 650 troufions, parfois tirés au sort, ont été fusillés « pour l’exemple ». Une injustice qui doit être réparée.

Guerre à toutes les guerres ! À bas toutes les armées !

Rassemblement national à Gentioux le 11 novembre 2008, à 11h30, devant le monument pacifiste. La réunion commencera par une déclaration du maire de Gentioux. Une gerbe sera ensuite déposée sur la tombe de Félix Baudy à Royère-de-Vassivière.

Un chapiteau abritera les stands des divers mouvements présents. Les éditions Libertaires et le Centre de recherche international sur l’anarchisme tiendront un stand librairie.

Un repas sera servi dans la salle des sports de Royère. Prix : 20€. Il faut s’inscrire avant le 5 novembre au 05 55 80 08 30 (après 19 heures) ou par courriel à libre.pensée.creuse@wanadoo.fr



chanson de Craonne : http://fr.youtube.com/watch?v=z-yRaEYQNQs
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede kuhing » 07 Nov 2008, 12:06

qierrot a écrit:chanson de Craonne : http://fr.youtube.com/watch?v=z-yRaEYQNQs

une superbe chanson, toujours d'actualité dans bien des endroits, elle vaut la peine d'être mise en direct.
kuhing
 

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede willio » 07 Nov 2008, 14:06

Belle chanson en effet...

A Lyon : départ à 14 h 30 place Maréchal Lyautey Lyon 6ème

A l’appel de : CNT 69, CGA Lyon, OCL, La Gryffe, Radio Canut


Plus d'infos et les affiches de l'appel à manif ici : http://rebellyon.info/article5609.html
willio
 

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede Pïérô » 09 Nov 2008, 10:58

infos supplémentaires pour le rassemblement de Gentioux :

-Repas libertaire des Partageux au Villard (entre Royère-de-Vassivière et Gentioux) à midi et demi: chacune et chacun apportant des victuailles mises en commun.
Tables de presse, discussions, convivialité, etc...

-16h: Pièce de théâtre à Faux La Montagne: "La Légende du soldat O".
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede sebiseb » 09 Nov 2008, 11:43

Malheureusement il n'y a bien plus que les partisants de l'insoumission et les anciens combattants qui voient dans ce jour autre chose qu'un jour chômé !
$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 13:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede Pïérô » 09 Nov 2008, 14:55

peut-être, en même temps heureusement qu'il y a les libertaires pour "déranger" un peu...et qu'il n'y ait plus que des défilés militaires et d'anciens combattants souvent nostalgiques, et amener un autre son de cloche, non seulement sur cette immense boucherie, pour des intérêts capitalistes, mais aussi pour parler de ce qui se passe aujourd'hui, et notamment en Afghanistan...
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede sebiseb » 09 Nov 2008, 14:59

Je dis ça parce que j'entendais ce matin à la radio un type qui avait voulu organisé un truc pour la commémoration et "le plus jamais ça", et qu'il avait eu du mal à trouver des volontaires - Les esxcuses étant, oui mais j'ai foot.. ou autres !
$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 13:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede Pïérô » 10 Nov 2008, 07:17

Gentioux, un monument pas vraiment comme les autres :

. . . . . . . . Image

Fort !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: rassemblements anti-militaristes du 11 novembre

Messagede willio » 10 Nov 2008, 16:19

Ouais, ça change des "tombés pour la patrie : ...".
willio
 

rassemblements antimilitaristes, 11 novembre

Messagede Pïérô » 08 Nov 2009, 17:22

Tours, 37 :

Rassemblement anti-militariste

Comme chaque année, un rassemblement anti-militariste sera organisé, le mercredi 11 novembre, à partir de 10 heures, sur l’esplanade de la FAC de lettre, rue des Tanneurs, à Tours.

Il s’agit, une fois de plus, de dénoncer les crimes commis par les armées au nom de la patrie, à travers le monde.

L’armistice du 11 novembre, c’est aussi la libération des détenus (innocents)… Nous aurons une pensée pour Patrick D, injustement emprisonné à Poitiers.

Ce rassemblement sera suivi d’un repas en commun (amener son boire et son manger) dans les locaux de La Niche Libertaire, quai Paul Bert, à Tours.

Premiers signataires : SUD/Solidaires, Alternative Libertaire, les Amis de Demain Le Grand Soir..



Gentioux, Creuse 23 :

Comme tous les ans et tous les 11 novembre, rendez-vous au rassemblement pacifiste et antimilitariste de Gentioux dans la Creuse, au pied du monument aux morts avec sa célèbre inscription "Maudite soit la guerre !) et son petit garçon levant le poing.

10h : Rassemblement
11h: prises de parole des différentes organisations présentes (Libre Pensée, Mouvement pour la Paix, Fédération Anarchiste, etc...)
12h : repas au Villard (entre Royère-de-Vassivière et Gentioux) pour partager le casse-croûte.
Discussions, tables de presse, etc...



Metz, 57 :

Communiqué de presse de la Confédération Nationale du Travail et de la Fédération Anarchiste

MAUDITE SOIT LA GUERRE

Alors que l'on reparle des mutins de la Grande Guerre afin de savoir s'ils
méritent où non d'être réhabilités,

Alors que la France est engagé dans des conflits ou des missions de
"maintien de la paix" comme en Afghanistan ou en Côte D'Ivoire

Alors que l'option militaire se fait de plus en plus probable face à
l'Iran,

Alors que nous savons depuis longtemps que les faiseurs de guerre ne les
déclarent toujours que pour leurs intérêts de pouvoir où d'argent.

Alors que nous savons depuis longtemps que les seules victimes des guerres
ne sont jamais celles qui les décident mais toujours les populations et
les travailleurs.

Nous, Confédération Nationale du Travail et Fédération Anarchiste,
militants internationalistes et anticapitalistes convaincus continuons à
nous opposer à toutes les guerres.

Nous, militants de la CNT ou de la FA continuons à crier Vive les Mutins,
A bas toutes les armées

En ce sens, nos organisations appellent à un rassemblement contre toutes
les guerres le Mercredi 11 Novembre à 16H30 Place D'armes à Metz
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Rennes, 11/11: rassemblement antimilitariste

Messagede barcelone 36 » 02 Nov 2010, 21:06

Image

Image

Contre toutes les guerres, contre toutes les armées
Rassemblement le jeudi 11 novembre
à 10h place Ste Anne à Rennes

Si nous appelons à ce rassemblement un 11 novembre, c'est tout d'abord pour rendre hommage aux victimes de la boucherie de 14-18, mais également à celles de toutes les guerres, actuelles et passées, sacrifiées sur l'autel du capitalisme au nom du nationalisme, ainsi qu' à tous les insoumis, déserteurs et pacifistes d'aujourd'hui et d'hier. Mais aussi pour dénoncer l'armée en tant qu'institution, ainsi que l’avancée du militarisme dans les structures économiques, dans l’éducation et dans le contrôle de la société dans son ensemble

L’armée, c’est l’insécurité

Cette institution demeure un danger permanent qui pèse sur chacun de nous, en tant qu’individus, mais aussi sur toute la collectivité et en particulier sur le mouvement social, parce qu’elle est le dernier rempart, l’ultime recours armé de l'État et du patronat. Le MEDEF marseillais évoquait d'ailleurs le fait de faire intervenir les militaires dans le port de Marseille récemment. Le plan Vigipirate participe au contrôle des populations sous prétexte de lutte contre le terrorisme. On croise ainsi quotidiennement des bidasses armés jusqu'aux dents dans le métro parisien, les transports urbains, les gares ou certains quartiers… Quant à l'histoire sociale, elle n’est qu’une suite d’exemples sanglants de la nocivité intrinsèque de l’armée : de la Commune de Paris à celle de Kronstadt, des conseils ouvriers d’Allemagne ou d’Italie aux révolutionnaires espagnols, du Chili à la place Tian An Men, la liste est interminable de toutes les forfaitures et abominations de la gente militaire.
Rappelons qu'une instruction datée du 3 mai 2010, rédigée avec le concours des ministères de l'Intérieur et de la Défense par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), évoque le fait de pouvoir mobiliser 10 000 hommes en cas de « crise majeure ». Ces hommes pourraient être également utilisés dans les quartiers dit « sensibles », où la rénovation urbaine en cours vise à faciliter les interventions policières, mais aussi éventuellement militaires.


Propagande militariste

Des affiches et des spots particulièrement cyniques (« Devenez vous même ») sont apparus ces derniers mois dans les rues et sur les écrans. L'armée française a lancé une grande campagne publicitaire afin de recruter des jeunes, qui parfois se laissent tenter. C’est aussi que les temps s’y prêtent : la crise aidant, rarement la pression pesant sur les épaules de la jeunesse ne s’est aussi bien fait sentir. Sans certitudes aucunes concernant la place éventuelle que voudront (peut-être) leur allouer les générations précédentes, elle est une proie de choix pour les sergents recruteurs. Lesquels ne s’y sont pas trompés : sur les 15 000 postes prévus, 12 000 seront réservés à des jeunes sans qualification, promis à l’ambitieux statut de militaire du rang .

Rappelons à cette jeunesse tant convoitée par les vautours en kaki que l'armée, école du crime, est aussi l'école de la soumission. L'armée est une institution hiérarchisée au sein de laquelle chaque individu est «modelé» à force de pression psychologique et d'astreinte physique. Le but étant de produire un modèle quasi-unique de militaire obéissant aux objectifs quelles qu'en soient les conséquences humaines et politiques. Dans une société sécuritaire encadrée par le management, le militarisme devient le modèle social.

L'armée, coûteuse et polluante...

La chose militaire pollue, et pas que les esprits, il suffit de songer aux essais nucléaires, et à toutes les saletés qui ont été fabriquées : armes chimiques, bactériologiques, etc. Et on ne finit pas d’en payer les conséquences, il suffit de demander, à tout-e-s les irradié-e-s ou a tous les mutilé-e-s pour cause de mines antipersonnel par exemple !

Le Sipri (Institut national de recherche pour la paix, de Stockholm), dans son rapport annuel, publié le 2 juin dernier, nous informe qu’en 2009 le monde a consacré 1 531 milliards de dollars au secteur militaire. Soit 49 % de plus qu’en 2000. Et que la France est en bonne place dans cette course à la « rigueur » avec 63,9 milliards de dollars consacrés à l’armement.

Le capitalisme, c'est la guerre permanente de tous contre tous
Une fois de plus, derrière la guerre, derrière toutes les guerres se cachent toujours les intérêts économiques, les prétentions impérialistes et les appétits militaristes. La présence française en Afghanistan aux côtés des troupes américaines et anglaises est là pour nous le rappeler, les multiples bases de l'armée française en Afrique et ses interventions régulières sur ce continent (Tchad, Rwanda, Côte d'Ivoire...) aussi. De plus l'accord franco-anglais signé le 2 novembre dernier laisse présager du pire: la création d'une force militaire conjointe de plusieurs milliers d'hommes, mobilisables pour des opérations extérieures bilatérales ou sous drapeaux de l'OTAN, de l'ONU ou de l'Union européenne, ainsi que la création d'un laboratoire d'essais nucléaires commun. La conquête par la force armée du pouvoir et des richesses s'inscrit dans la logique et dans la continuation de la domination et de l'exploitation capitaliste sur le monde. Il n'existe pas de guerre juste ni de guerre humanitaire, pas plus que les « frappes chirurgicales » n'épargneront les civils. C'est un avenir de mort et de misère qui s'offre à tous les peuples opprimés.


Les anarchistes ne cesseront jamais de dénoncer et de lutter contre les marchands de canons, les armées, les nationalistes, les États et les systèmes économiques générateurs d'oppression et de logique guerrière !

Le groupe anarchiste La Digne Rage se joint donc à l'appel lancé à un rassemblement antimilitariste le jeudi 11 novembre 2010 à 10h place Sainte Anne

http://www.anartoka.com/la-digne-rage

ladignerage@riseup.net
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 12:28

Re: Rennes, 11/11: rassemblement antimilitariste

Messagede barcelone 36 » 07 Nov 2010, 13:36

L'union locale de Rennes de la Confédération nationale du Travail
(UL-CNT35)appelle au rassemblement antimilitariste du jeudi 11 novembre
2010 à 10h place Sainte Anne.

Parce que la guerre se déclenche et se perpétue aux noms des intérêts
économiques et militaristes du grand capital et toujours au détriment des
peuples et de toute justice sociale, la CNT contestera toujours la
manière ignominieuse dont l'Etat commémore la boucherie de 14-18.
UL-CNT35
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 12:28

Un texte d'Errico Malatesta en réponse aux 16

Messagede kuhing » 20 Mar 2011, 21:41

Suite aux frappes militaires décidées de quelques gouvernants de pays dits riches en Libye et face à l'hésitation de certain-e-s personnes se réclamant de l'anarchisme quant au bien fondé de cette intervention, j'ai cru intéressant de reprendre la réponse d'Errico Malatesta au "manifeste des 16" qui prenait position pour l'union sacrée contre l'invasion allemande durant la guerre de 14-18.
Parmi ces "16", des personnes comme Kropotkine. ( j'invite à retrouver tous les éléments de cette page d'histoire du mouvement anarchiste )

La situation n'est pas la même mais l'argumentaire de Malatesta en tous cas son esprit pourrait être repris aujourd'hui sur cette question de l'intervention militaire en Libye.


Un manifeste vient d’être lancé, signé par Kropotkine, Grave, Malato et une douzaine d’autres vieux camarades, dans lequel, faisant écho aux soutiens des gouvernements de l’Entente qui demandent une lutte jusqu’au bout et l’écrasement de l’Allemagne, ils s’élèvent contre toute idée de paix prématurée.
La presse capitaliste publie, avec une satisfaction naturelle, des extraits de ce manifeste et déclare qu’il est l’œuvre des « leaders du mouvement anarchiste international ». Les anarchistes, qui presque tous, sont restés fidèles à leurs convictions, se doivent à eux-mêmes de protester contre cette tentative d’impliquer l’anarchisme dans la continuation d’un féroce massacre qui n’a jamais tenu la promesse d’un bénéfice quelconque pour la cause de la Justice et de la Liberté et qui se montre maintenant, de lui-même, comme devant être absolument dépourvu de tout résultat, même du point de vue des dirigeants des deux camps.
La bonne foi et les bonnes intentions de ceux qui ont signé le manifeste sont au-delà de toute question. Mais, si pénible qu’il soit d’être en désaccord avec de vieux amis qui ont rendu tant de services à ce qui, dans le passé, était notre cause commune, la sincérité et l’intérêt de notre mouvement d’émancipation nous font un devoir de nous dissocier de camarades qui se croient capables de réconcilier les idées anarchistes et la collaboration avec les gouvernements et les classes capitalistes de certaines nations dans leur lutte contre les capitalistes et les gouvernements de certaines autres nations.
Durant la présente guerre, nous avons vu des républicains se mettre au service des rois, des socialistes faire cause commune avec la classe dirigeante, des travaillistes servir les intérêts des capitalistes ; mais en réalité, tous ces hommes sont, à des degrés divers, des conservateurs croyant à la mission de l’État, et leur hésitation peut se comprendre quand le seul remède dont on dispose réside dans la destruction de toute chaîne gouvernementale et le déchaînement de la révolution sociale. Mais une telle hésitation est incompréhensible de la part d’anarchistes.
Nous estimons que l’État est incapable de bien. Dans le domaine international aussi bien que dans celui des rapports individuels, il ne peut combattre l’agression qu’en se faisant lui-même agresseur ; il ne peut empêcher le crime qu’en organisant et commettant toujours un plus grand crime.
Même en supposant – ce qui est loin d’être la vérité – que l’Allemagne porte seule la responsabilité de la guerre présente, il est prouvé que, aussi longtemps qu’on s’en tient aux méthodes gouvernementales, on ne peut résister à l’Allemagne qu’en supprimant toute liberté et en revivifiant la puissance de toutes les forces de réaction. La révolution populaire exceptée, il n’y a pas d’autre façon de résister à la menace d’une armée disciplinée que d’essayer d’avoir une armée plus forte et plus disciplinée, de sorte que les antimilitaristes les plus résolus, s’ils ne sont pas anarchistes et craignent la destruction de l’État, sont inévitablement conduits à devenir d’ardents militaristes.
En fait, dans l’espoir problématique de détruire le militarisme prussien, ils ont renoncé à toutes les traditions de liberté ; ils ont prussianisé l’Angleterre et la France ; ils se sont soumis au tsarisme ; ils ont restauré le prestige du trône branlant d’Italie.
Les anarchistes peuvent-ils accepter cet état de choses un seul instant sans renoncer à tout droit de s’appeler anarchistes ? Pour moi, même la domination étrangère subie de force et conduisant à la révolte est préférable à l’oppression intérieure volontairement acceptée presque avec gratitude, dans la croyance que, par ce moyen, nous serons préservés d’un plus grand mal. Il est tout à fait vain de dire qu’il s’agit de circonstances exceptionnelles et qu’après avoir contribué à la victoire de l’Entente dans « cette guerre », nous retournerons chacun dans notre propre camp et lutterons pour notre propre idéal.
S’il est nécessaire aujourd’hui de travailler en harmonie avec le gouvernement et les capitalistes pour nous défendre nous-mêmes contre « la menace allemande », cela sera nécessaire après, aussi bien que durant la guerre.
Si grande que puisse être la défaite de l’armée allemande, s’il est vrai qu’elle sera battue, il ne sera jamais possible d’empêcher les patriotes allemands de penser à une revanche et de la préparer ; et les patriotes des autres pays, très raisonnablement, de leur point de vue, voudront eux-mêmes se tenir prêts de façon à n’être pas surpris par une attaque. Cela signifie que le militarisme prussien deviendra une institution permanente et régulière dans tous les pays.
Que diront alors ces anarchistes qui veulent aujourd’hui la victoire d’un des groupes de belligérants ? Recommenceront-ils à s’appeler antimilitaristes, à prêcher le désarmement, le refus du service militaire et le sabotage de la défense nationale, pour redevenir, à la première menace de guerre, les sergents recruteurs des gouvernements qu’ils auront tentés de désarmer et de paralyser ?
On dira que ces choses prendront fin quand les Allemands se seront débarrassés de leurs tyrans et auront cessé d’être une menace pour l’Europe en détruisant le militarisme chez eux. Mais s’il en est ainsi, les Allemands – qui pensent avec raison que la domination anglaise et française (pour ne rien dire de la Russie tsariste) ne serait pas plus agréable aux Allemands que la domination allemande ne le serait aux Français et aux Anglais – voudront d’abord attendre que les Russes et les autres aient détruit leur propre militarisme et, en attendant, ils contribueront à accroître l’armée de leur pays. Et alors combien de temps la Révolution sera-t-elle différée ? Combien de temps l’anarchie ? Devons-nous toujours attendre que les autres commencent ?
La ligne de conduite des anarchistes est clairement tracée par la logique même de leurs aspirations. La guerre aurait dû être empêchée par la Révolution, ou au moins en inspirant aux gouvernements la peur de la Révolution. La force ou l’audace nécessaire a manqué. La paix doit être imposée par la Révolution ou, au moins, par la menace de la faire. Jusqu’à présent, la force ou la volonté fait défaut. Eh bien ! il n’y a qu’un remède ; faire mieux à l’avenir. Plus que jamais nous devons éviter les compromis, creuser le fossé entre les capitalistes et les serfs du salariat, entre les gouvernants et les gouvernés ; prêcher l’expropriation de la propriété individuelle et la destruction des États, comme les seuls moyens de garantir la fraternité entre les peuples et la justice et la liberté pour tous ; et nous devons nous préparer à accomplir ces choses.
En attendant, il me semble qu’il est criminel de faire quoi que ce soit qui tende à prolonger la guerre, ce massacre d’hommes, qui détruit la richesse collective et paralyse toute reprise de la lutte pour l’émancipation. Il me semble que prêcher « la guerre jusqu’au bout » c’est faire réellement le jeu des dirigeants allemands qui trompent leur peuple et l’excitent au combat en le persuadant que leurs adversaires veulent écraser et asservir le peuple allemand.
Aujourd’hui, comme toujours, que ceci soit notre devise : À bas les capitalistes et les gouvernements, tous les capitalistes et tous les gouvernements.
Vivent les peuples, tous les peuples !

Errico Malatesta
kuhing
 

Re: Un texte d'Errico Malatesta en réponse aux 16

Messagede barcelone 36 » 28 Avr 2011, 13:21

http://www.monde-libertaire.fr/antimili ... item/14477

in Le Monde Libertaire n°1631 (14-20 avril 2011)

L’Internationale anarchiste et la guerre

Le 15 février 1915, Londres voit la publication, en trois langues (anglais, allemand et français), du manifeste contre la guerre intitulé L'Internationale anarchiste et la guerre. Il est signé par trente-six compagnons anarchistes, restés fidèles à l’antimilitarisme. En ces temps où des guerres entre les peuples font rage un peu partout sur le globe, il n’est pas inutile d’y jeter à nouveau un œil.

Le Comité de rédaction du Monde libertaire


L’Europe en feu, une dizaine de millions d’hommes aux prises, dans la plus effroyable boucherie qu’ait jamais enregistrée l’histoire, des millions de femmes et d’enfants en larmes, la vie économique, intellectuelle et morale de sept grands peuples brutalement suspendue, la menace, chaque jour plus grave, de complications nouvelles, tel est, depuis sept mois, le pénible, angoissant et odieux spectacle que nous offre le monde civilisé.
Mais spectacle attendu, au moins par les anarchistes, car pour eux, il n’a jamais fait et il ne fait aucun doute – les terribles événements d’aujourd’hui fortifient cette assurance – que la guerre est en permanente gestation dans l’organisme social actuel et que le conflit armé restreint ou généralisé, colonial ou européen, est la conséquence naturelle et l’aboutissement nécessaire et fatal d’un régime qui a pour base l’inégalité économique des citoyens, qui repose sur l’antagonisme sauvage des intérêts et qui place le monde du travail sous l’étroite et douloureuse dépendance d’une minorité de parasites, détenteurs à la fois du pouvoir politique et de la puissance économique.
La guerre était inévitable ; d’où qu’elle vînt, elle devait éclater.
Ce n’est pas en vain que depuis un demi siècle, on prépare fiévreusement les plus formidables armements et que l’on accroît tous les jours davantage les budgets de la mort. à perfectionner constamment le matériel de guerre, à tendre continûment tous les esprits et toutes les volontés vers la meilleure organisation de la machine militaire, on ne travaille pas à la paix. Aussi est-il naïf et puéril, après avoir multiplié les causes et les occasions de conflits, de chercher à établir les responsabilités de tel ou tel gouvernement.
Il n’y a pas de distinction possible entre les guerres offensives et les guerres défensives.
Dans le conflit actuel, les gouvernements de Berlin et de Vienne se sont justifiés avec des documents non moins authentiques que les gouvernements de Paris, de Londres, et de Petrograd ; c’est à qui de ceux-ci ou de ceux-là produira les documents les plus indiscutables et les plus décisifs pour établir sa bonne foi, et se présenter comme l’immaculé défenseur du droit et de la liberté, le champion de la civilisation.
La civilisation ? Qui donc la représente, en ce moment ?
Est-ce l’état allemand, avec son militarisme formidable et si puissant qu’il a étouffé toute velléité de révolte ?
Est-ce l’état russe, dont le knout, le gibet et la Sibérie sont les seuls moyens de persuasion ?
Est-ce l’état français, avec Biribi, les sanglantes conquêtes du Tonkin, de Madagascar, du Maroc, avec le recrutement forcé des troupes noires ?
La France, qui retient dans ses prisons, depuis des années, des camarades coupables seulement d’avoir parlé et écrit contre la guerre ?
Est-ce l’Angleterre qui exploite, divise, affame et opprime les populations de son immense empire colonial ?
Non.
Aucun des belligérants n’a le droit de se réclamer de la civilisation, comme aucun n’a le droit de se déclarer en état de légitime défense. La vérité, c’est que la cause des guerres, de celle qui ensanglante actuellement les plaines de l’Europe, comme de toutes celles qui l’ont précédée, réside uniquement dans l’existence de l’état, qui est la forme politique du privilège.
L’état est né de la force militaire ; il s’est développé en se servant de la force militaire ; et c’est encore sur la force militaire qu’il doit logiquement s’appuyer pour maintenir sa toute-puissance. Quelle que soit la forme qu’il revête, l’état n’est que l’oppression organisée au profit d’une minorité de privilégiés. Le conflit actuel illustre cela de façon frappante ; toutes les formes de l’état se trouvent engagées dans la guerre présente : l’absolutisme avec la Russie, l’absolutisme mitigé de parlementarisme avec l’Allemagne, l’état régnant sur des peuples de races bien différentes avec l’Autriche, le régime démocratique constitutionnel avec l’Angleterre, et le régime démocratique républicain avec la France.
Le malheur des peuples qui, pourtant, étaient tous profondément attachés à la paix, est d’avoir eu confiance en l’état, avec ses diplomates intrigants, en la démocratie et les partis politiques (même d’opposition, comme le socialisme parlementaire) pour éviter la guerre. Cette confiance a été trompée à dessein, et elle continue à l’être, lorsque les gouvernements, avec l’aide de toute leur presse, persuadent leurs peuples respectifs que cette guerre est une guerre de libération.
Nous sommes résolument contre toute guerre entre peuples et, dans les pays neutres, comme l’Italie, où les gouvernants prétendent jeter encore de nouveaux peuples dans la fournaise guerrière, nos camarades se sont opposés, s’opposent, et s’opposeront toujours à la guerre, avec la dernière énergie.
Le rôle des anarchistes, quels que soient l’endroit ou la situation dans lesquels ils se trouvent, dans la tragédie actuelle, est de continuer à proclamer qu’il n’y a qu’une seule guerre de libération : celle qui, dans tous les pays, est menée par les opprimés contre les oppresseurs, par les exploités contre les exploiteurs. Notre rôle, c’est appeler les esclaves à la révolte contre leurs maîtres.
La propagande et l’action anarchistes doivent s’appliquer avec persévérance à affaiblir et à désagréger les divers états, à cultiver l’esprit de révolte, et à faire naître le mécontentement dans les peuples et dans les armées.
à tous les soldats de tous les pays, qui ont la foi de combattre pour la justice et la liberté, nous devons expliquer que leur héroïsme et leur vaillance ne serviront qu’à perpétuer la haine, la tyrannie et la misère.
Aux ouvriers de l’usine, il faut rappeler que les fusils qu’ils ont maintenant entre les mains ont été employés contre eux dans les jours de grève et de légitime révolte et qu’ensuite, ils serviront encore contre eux, pour les obliger à subir l’exploitation patronale.
Aux paysans, montrer qu’après la guerre, il faudra encore une fois se courber sous le joug, continuer à cultiver la terre de leurs seigneurs et à nourrir les riches.
à tous les parias, qu’ils ne doivent pas lâcher leurs armes avant d’avoir réglé leurs comptes avec leurs oppresseurs, avant d’avoir pris la terre et l’usine pour eux.
Aux mères, compagnes et filles, victimes d’un surcroît de misère et de privations, montrons quels sont les vrais responsables de leurs douleurs et du massacre de leurs pères, fils et maris.
Nous devons profiter de tous les mouvements de révolte, de tous les mécontentements, pour fomenter l’insurrection, pour organiser la révolution, de laquelle nous attendons la fin de toutes les iniquités sociales. Pas de découragement, même devant une calamité comme la guerre actuelle.
C’est dans des périodes aussi troublées, où des milliers d’hommes donnent héroïquement leur vie pour une idée, qu’il faut que nous montrions à ces hommes la générosité, la grandeur et la beauté de l’idéal anarchiste ; la justice sociale réalisée par l’organisation libre des producteurs ; la guerre et le militarisme à jamais supprimés ; la liberté entière conquise par la destruction totale de l’état et de ses organismes de coercition.
Vive l’anarchie !

Londres, 12 février 1915

Léonard d’Abbet, Alexandre Berckmann, L. Bertoni, L. Bersani, G. Bernard, A. Bernado, G. Barett, E. Boudot, A. Gazitta, Joseph-J. Cohen, Henri Combes, Nestor Ciek van Diepen, F.W. Dunn, Ch. Frigerio, Emma Goldman, V. Garcia, Hippolyte Havel, T.H. Keell, Harry Kelly, J. Lemarie, E. Malatesta, Noël Paravich, E. Recchioni, G. Rijuders, J. Rochtenine, A. Savioli, A. Schapiro, William Shatoff, V.J.C. Schermerhorn, . Trombetti, P. Vallina, G. Vignati, L.J. Wolf, S. Yanosky.
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 12:28

Suivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité