Anarchistes dans la résistance, la Nueve

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede L . Chopo » 13 Mai 2014, 16:01

L’association 24 août 1944

Les républicains espagnols de la "NUEVE" entrent dans PARIS

Image

Cette association a pour but de faire connaître et de cultiver la mémoire historique (écrite, enregistrée, iconographique, artistique, etc.) de la Libération de Paris en 1944 en liant cette célébration à la participation des antifascistes espagnols de la 2e DB, en exposant toutes les facettes de cette lutte commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, et continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique, et plus particulièrement dans les maquis en France. Pour beaucoup de femmes et d’hommes, elle se prolongea dans le combat contre le franquisme, jusque dans les années 60.
Nous prévoyons, entre autres, de réaliser des recherches, d’animer des débats, de présenter des expositions, de diffuser et de réaliser des films, de publier des documents et d’organiser des évènements commémoratifs et festifs.

> Site http://24-aout-1944.org/

> Mail : 24aout1944@gmail.com

Micro trottoir :


Dépliant de l'association (recto) :
http://24-aout-1944.org/IMG/pdf/depliant-nueve-recto.pdf

Dépliant de l'association (verso) :
http://24-aout-1944.org/IMG/pdf/depliant-nueve-verso.pdf

Programme des manifestation de 2014:
http://24-aout-1944.org/IMG/pdf/programme2.pdf
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 17:00

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede Denis » 13 Mai 2014, 19:30

Si je puis me permettre, un excellent bouquin (BD) qui vient de sortir sur la Nueve :

http://fr.canoe.ca/divertissement/livre ... xnews.html

http://www.editions-delcourt.fr/catalogue/bd/la_nueve

http://bd.blog.leparisien.fr/archive/20 ... 14949.html

Je l'ai acheté le jour où il est sorti, tout lu, c'est MONUMENTAL !

5 ans de travail, avec des historiens reconnus, et oui, il y avait des anarchistes, et pas que des républicains, qui ont libéré PARIS !

Image
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1055
Enregistré le: 16 Sep 2011, 22:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede L . Chopo » 13 Mai 2014, 19:56

à lire également :
La Nueve : ces Espagnols qui ont libéré Paris en 1944,
d'Evelyn Mesquida, éd. Le Cherche-midi, Paris, 2011.


Image

Evelyn Mesquida participe activement au site http://24-aout-1944.org/

Oui, parmi les hommes de la Nueve, les anarchistes étaient très largement majoritaires.
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 17:00

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 16 Juin 2014, 12:50

NUEVE - 24 août 1944 : mémoire Rouge et Noir

le 22 JUIN 2014 : un CONCERT de Serge UTGÉ-ROYO inaugure la série d’initiatives commémorant le 70e anniversaire de la Libération de Paris par les républicains espagnols ! (organisées par l’association 24 août 1944) Dimanche 22 juin, à 18 h, Serge Utgé-Royo, fils d’exilés de la guerre d’Espagne, donnera un concert unique à l’Européen (3, rue Biot, Paris 17e).
Le spectacle, intitulé « Un nuage espagnol » et sous-titré « Mémoires d’exils », rassemble les chansons de Serge sur ses origines, la mémoire et les espoirs des siens et mêle des chansons de l’Espagne 36… Le titre du spectacle est aussi le titre de la chanson écrite par Serge « Un nuage espagnol » en hommage aux combattants de la NUEVE (sur 2 de ses CD, l’un en français (« L’espoir têtu »), l’autre en castillan, « Memorias ibéricas »).
On peut écouter la chanson, trouver les textes en cliquant là :
http://24-aout-1944.org/?Un-nuage-espag ... be-hispana
Ci-dessous les programmes du concert du 22 juin et des évènements organisés par l’association « 24 aout 1944 » qui se dérouleront jusqu’en septembre à Paris… MERCI de bien vouloir faire suivre à vos ami-e-s, adhérent-e-s… À bientôt, fraternellement !
Cristine Hudin - edito.hudin@wanadoo.fr
00 33 (0)1 43 52 20 40 / 00 33 (0)6 12 25 52 85 - Toutes infos http://www.utgeroyo.com

Programme :
22/06/14 - 18 h à Paris 17e - l’Européen : concert "Un nuage espagnol"
Serge Utgé-Royo et ses musiciens
22/08/14 - 14 h à Paris 10e - Bourse du travail : colloque "Révolution, guerre et exil des républiacians espagnols" avec Evelyn Mesquida, Véronique Olivares-Salou, Geneviève Dreyfus-Armand, Frank Mintz, Claire Pallas...
23/08/14 - 20 h à Montreuil (93) - La parole errante : théâtre, "La Nueve", mis en scène Armand Gatti, d’après livre d’Evelyn Mesquida, traduit pas Serge Utgé-Royo : 24 août 1944, ces républicains espagnols qui ont libéré Paris (Cherche midi). Avec Daniel Pinos, Juan Chicaventura, Serge Utgé-Royo...
24/08/14 - 14 h à Paris : manifestation dont l’itinéraire est le parcours de la Nueve le 24/08/44, arrivée rassemblement Hôtel de Ville (Paris 4e)
5/09/14 - 20 h à Paris 5e - La Clef - Cinéma : fillms. "Bajo el signo libertario", "Contes de l’exil ordinaire" en présence du réalisateur René Grando, "La Nueve ou les oubliés de la victoire"...
6/09/14 à 16 h - Paris 5e - La clef - Théâtre : "La Nueve", mis en scène d’Armand Gatti...
22/08 et 5 - 6/09 - Expo : toiles de Juan Chicaventura "La Nueve"

http://www.paroleslibres.lautre.net/spi ... rticle1791
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2014, 13:56

La Nueve Libération de Paris par la II DB
version complète



http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1317
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 20 Aoû 2014, 11:22

Août 1944 : Quand des anarchistes espagnols libéraient Paris

A l'occasion des 70 ans de la libération de Paris de l'occupant nazi, on n'oubliera pas, cette année, l'action des antifascistes et libertaires espagnols qui y prirent part. L'association 24 Août 1944 organise une série d'événements pour raconter cette histoire.

La mémoire de la Libération a retenu que la 2e division blindée, commandée par le général Leclerc, était la première à avoir pénétré dans Paris insurgé contre l'occupant. On sait moins qu'au sein de cette 2e DB, la 9e compagnie ("la Nueve") était composée de 160 soldats dont 146 républicains espagnols majoritairement anarchistes.

Leurs véhicules blindés (half-tracks) portaient les noms de batailles ou symboles de la guerre d'Espagne : Guadalajara, Teruel, Ebro ou encore Guernica. La hiérarchie militaire française leur avait en revanche refusé "Durruti"...

Ces Espagnols pensaient que leur défaite, en mars 1939, face à Franco, n'était que provisoire. Tous se battaient pour libérer l'Europe du fascisme. Tous espéraient qu'après Paris, Rome et Berlin, les Alliés tourneraient leurs armes contre Madrid.

Il n'en fut rien.

Les Alliés ne combattaient pas "le fascisme" mais seulement certains régimes fascistes ennemis. Avec d'autres - ceux de Franco et de Salazar - l'entente était possible.

L'épopée de la Nueve s'inscrit cependant dans la longue histoire de la lutte antifranquiste, débutée le 19 juillet 1936, et qui se poursuivra, dans la clandestinité, jusqu'à la mort de Franco.


Image

Image



• COLLOQUE
RÉVOLUTION, GUERRE ET EXIL
DES RÉPUBLICAINS ESPAGNOLS.
Vendredi 22 août, à 14 heures, Bourse du travail (Paris).
– La révolution sociale espagnole.
– L’exil des républicains espagnols.
– No mataron sus ideas : histoire d'un exil politique
ou la lutte contre l'oubli.
– Les combattants espagnols dans la résistance française
et dans la libération de Paris.

• THÉÂTRE
LA NUEVE, MISE EN SCÈNE PAR ARMAND GATTI.
Samedi 23 août, à 20 heures,
à La Parole errante (Montreuil).

• MANIFESTATION
SUR LE CHEMIN DE LA NUEVE. Dimanche 24 août, à 14 heures.
Départ square Hélène-Boucher (Paris 13e).

• CINÉMA
RÉVOLUTION, GUERRE ET EXIL DES RÉPUBLICAINS ESPAGNOLS
Vendredi 5 septembre, à 20 heures, Cinéma la Clef (Paris).
– Bajo el signo libertario (1936).
– Contes de l'exil ordinaire (1989).
– La Nueve ou les oubliés de la victoire (2009).

• EXPOSITION
LA NUEVE, À TRAVERS LES TOILES DE JUAN CHICA VENTURA.
A la salle Francisco Ferrer Guardia de la Bourse du travail et au cinéma la Clef.

• Bourse du travail, salles Louise Michel et Francisco Ferrer Guardia,
3, rue du Château d’Eau, Paris 10e, métro République.
• Cinéma la Clef, 34, rue Daubenton, Paris 5e, métro Censier-Daubenton.
• La Parole errante, 9, rue François Debergue, Montreuil, métro Croix de Chavaux.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 26 Aoû 2014, 10:33

70 ans après la Libération, Paris rend hommage aux Espagnols de la "Nueve"

AFP/AFP - Des Parisiens portent les vêtements des soldats de la deuxième guerre mondiale à Paris le 23 août 2014 à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de Paris

Paris a rendu hommage dimanche à la Nueve, cette avant-garde de la 2e division blindée du général Leclerc majoritairement composée de républicains espagnols qui fut la première à rallier l’Hôtel de Ville de Paris, dès le 24 août 1944.

Une marche reconstituant partiellement le parcours suivi il y a 70 ans par la neuvième compagnie du régiment de marche du Tchad, s’est ébranlée peu après 15H00 de la Porte d’Italie (XIIIe arrondissement).

Elle devait rejoindre l’Esplanade des Villes-Compagnons de la Libération, dans le IVe arrondissement, où se tiendra à partir de 17H45 une cérémonie en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), d’origine espagnole, du secrétaire d’Etat en charge des Anciens combattants et de la Mémoire Kader Arif, et de l’un des deux derniers combattants survivants de la Nueve, Rafael Gomez, né en 1921.

Conduite par le capitaine Raymond Dronne, la "Nueve" avait été chargée par le général Leclerc d’annoncer aux insurgés parisiens la nouvelle de l’arrivée des armées alliées, le lendemain.

Elle comptait 160 soldats dont "146 républicains espagnols majoritairement anarchistes", selon l’association du 24 août 1944, organisatrice de la marche. Ces derniers faisaient partie des quelque 200.000 Espagnols de la "Retirada" demeurés en France après la défaite du camp républicain face au général Franco.

Les combattants de la Nueve furent les premiers à pénétrer sur la place de l’Hôtel de Ville, à bord de "half-tracks" (véhicules blindés) nommés Guadalajara, Teruel ou encore Guernica, du nom des batailles de la guerre civile espagnole.

"Cette histoire illustre bien le rôle très important qu’ont joué les étrangers, et les républicains espagnols en particulier, dans la Libération de Paris", a souligné auprès de l’AFP la maire de Paris Anne Hidalgo.

Placée sous commandement américain et appuyée pour son entrée dans Paris par la quatrième division d’infanterie américaine, la 2e DB se composait de 22 nationalités, et comptait en outre 3.600 soldats de l’empire colonial, Algériens, Marocains, Syro-Libanais, rappelle l’historienne Christine Levisse-Touzé.

- Dans l’ombre de l’histoire -

L’épopée de la Nueve est pourtant restée plusieurs décennies dans l’ombre de l’histoire officielle, comme l’a rappelé le maire du XIIIe arrondissement Jérôme Coumet (PS) au cours d’un rassemblement qui a précédé la marche, dimanche en début d’après-midi.

"Qui sait que (la colonne Dronne) était composée à plus de 90% de républicains, d’anarchistes et d’antifascistes espagnols, et qu’elle était surnommée la Nueve ? Qui sait que le premier véhicule à atteindre l’Hôtel de Ville le 24 août avait été baptisé Guadalajara ? Qui sait que le premier de ces libérateurs à avoir été reçu par le colonel Georges Bidault, le président du Conseil national de la Résistance, s’appelait Amado Grenell ?", a-t-il lancé devant une assistance arborant des drapeaux de la République espagnole, de la Fédération anarchiste et de la Confédération nationale du travail.

"Les combattants de la Nueve ne sont pas dans les livres d’histoire français, ni dans les livres d’histoire espagnols (...) La France devait être libérée par les Français", a commenté auprès de la presse la journaliste Evelyn Mesquida, présidente de l’association du 24 août 1944 et auteur du livre "La Nueve, 24 août 1944" (2011).

Le mythe d’une France "libérée par les Français", qui prend sa source dans le célèbre discours prononcé par le général de Gaulle à l’Hôtel de Ville le 25 août, a "continué" par la suite, a-t-elle souligné.

L’histoire de la Nueve a cependant commencé à sortir des limbes de la mémoire officielle en 2004, lorsque l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a fait apposer onze plaques ponctuant l’itinéraire des "half-tracks" de la Nueve, de la porte d’Italie à l’Hôtel de Ville.

Saluant l’initiative de M. Delanoë, Mme Mesquida s’est félicitée par avance que la République à son tour rende hommage à la Nueve, par la voix de Kader Arif.

http://www.paroleslibres.lautre.net/spi ... rticle1914


Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 29 Aoû 2014, 12:01

La NUEVE parle

En août 2012, durant l’évocation de la libération de Paris, plusieurs militants désireux d’évoquer la présence libertaire espagnole dans la libération de Paris ont été détenus durant quelques heures.

L’association 24 VIII 1944 a décidé depuis septembre 2013 de défendre la Mémoire historique de la première unité de la 2 Division blindée du général Leclerc, envoyée par celui-ci, arrivée à Paris, le soir du 24 août 1944. Elle était sous le commandement du capitaine Dronne,

Pour nous il s’agissait de rappeler et de défendre la présence écrasante d’antifascistes espagnols dans cette unité, dont la majorité était anarchosyndicaliste de la Confederación Nacional del Trabajo –CNT-.

Une présence rigoureusement passée sous silence par les autorités françaises pendant le 60 ème anniversaire, et précédement. Les organisations communistes hispano françaises liées à la Mémoire historique étaient tout aussi muettes, vu l’absence de leur mainmise sur ce fait. Le marxisme léninisme et ses techniques manipulatoires est encore bien vivant !

Bien entendu, il y avait également des républicains, des socialistes et quelques communistes, tous unis et prenant souvent des initiatives militaires décidées à la base.

De plus, il semble qu’il y avait des infirmières espagnoles et françaises, sans doute dans l’ambulance « Lt Colonel Putz n°97901 ».

Pour le 70 ème anniversaire de la libération de Paris, nous avons déposé une demande de manifestation le 24 août 2014 dès janvier 2014 et secoué le ministère de la Défense, qui a réagi assez vite. De là, on a fait bouger la Préfecture de police et la Mairie de Paris, celle du XIII et du IV arrondissement qui ont pris le train en marche, à partir de la fin juin.

Concrètement, nous avons organisé trois événements :

- Vendredi 22 août : un colloque à la Bourse du travail à Paris avec plus d’une centaine de participants.

- Samedi 23 août : une pièce de théâtre à partir de témoignages de membres de la NUEVE (jouée par des membres de l’association 24 août 1944 et d’un ami Argentin et d’un comédien) et en hommage à tous les membres de cette unité. Une extraordinaire stimulation et initiative de Dante Armand Gatti, Hélène Châtelain, Jean-Marc Luneau et Mathieu Albert. Il y eut plus de 200 spectateurs.

Dimanche 24 août : une manifestation sur le l’itinéraire parcouru par la NUEVE, avec environ 1.000 personnes, dont une forte présence d’Espagnols venus spécialement, de libertaires et beaucoup de partisans d’une III République en Espagne.

Le choix des extraits qui suivent est de Serge Utge-Royo et reflète intégralement l’engagement des comédiens pour donner vie aux personnages réel qu’ils interprétés.

Frank, 25.08.2014.



– Quand la République est arrivée, j’avais 14 ans. La majorité des gens du peuple l’a reçue avec une grande joie. Il y avait beaucoup d’émotion dans toute l’Espagne. Dans le village, on a ouvert tout de suite plusieurs écoles très modernes, où on enseignait même l’espéranto, la langue internationale. (GERMÁN ARRÚE.)

– On a vite voté des lois qui n’existaient nulle part en Europe : la réforme agraire, le droit de vote aux femmes, une loi sur l’avortement, une loi sur l’enseignement dans les collèges... Une semaine de vacances pour les mineurs, payée par les compagnies minières. On a fait ce que j’appelle “une révolution sociale”. (Manuel FERNÁNDEZ.)

– Quand la guerre civile a éclaté, je me suis engagé dans l’armée républicaine, dans la colonne Durruti. J’avais alors 20 ans. J’ai combattu jusqu’au dernier instant, jusqu’à ce que commence la retraite... (FERMÍN PUJOL.)

– Si les Allemands ne les avaient pas aidés, Franco et ses comparses n’auraient pas gagné la guerre. (G. ARRÚE.)

– J’ai passé la frontière le 2 février 1939. L’aviation allemande et l’aviation franquiste nous ont bombardés sur le chemin, jusqu’au dernier moment. On est arrivés en France : plus d’un demi-million de personnes. On nous a laissés sur les plages comme des animaux… La seule chose qu’on pouvait faire était de se serrer les uns contre les autres pour se protéger du vent et du froid. (G. ARRÚE.)

– On m’a emmené au camp de Saint Cyprien. Les quatre premières semaines ont été un véritable calvaire. On allait pieds nus, on buvait de l’eau sale et savonneuse qui venait de l’endroit même où on se lavait. L’administration française nous donnait très peu de nourriture : un pain pour dix personnes et, de temps en temps, des patates avec un peu de viande et des os bouillis. La nuit, on creusait un trou dans le sable pour se coucher, et on se recouvrait d’une couverture. (Rafael GÓMEZ.)

– Les gendarmes et les soldats sénégalais nous traitaient très mal et frappaient facilement. (LUIS ROYO.)

– Je me suis engagé dans la Légion, et on m’a envoyé en Afrique du Nord. J’y suis resté deux ans, jusqu’à ce que je déserte pour rejoindre Leclerc. Avec l’armée de Leclerc, de Gaulle voulait former la 2e armée française, mais les Américains l’ont obligé à se débarrasser des Noirs. Cette 2e armée s’est transformée en 2e division blindée. La Nueve était la compagnie espagnole du 3e bataillon. Elle est devenue une compagnie de choc. (FAUSTINO SOLANA.)

– On est partis en Tunisie combattre l’Afrikakorps de Rommel. Dans la Nueve, tout était espagnol : les soldats, l’encadrement, les ordres et les conversations. (D. HER-NÁNDEZ.)

– Les officiers français disaient qu’on était des sauvages. C’est vrai que, quand un officier ne nous plaisait pas, on lui rendait la vie impossible. On n’acceptait pas ses ordres. Mais Leclerc, le capitaine Dronne et, surtout, le colonel Putz ont gagné notre sympathie. Ils nous comprenaient et assuraient qu’ils nous aideraient à lutter contre Franco. (MANUEL LOZANO)

– Quand le général Leclerc nous a annoncé qu’on allait embarquer pour combattre les Allemands, il y a eu une explosion de joie. (LUIS ROYO.)

– J’ai embarqué à Mers-el-Kébir le 20 mai 1944. Sur le côté gauche de nos blindés, on portait, bien visible, le drapeau républicain espagnol, et sur le côté droit, le drapeau de la France libre. (DANIEL HERNÁNDEZ.)

– Quand toute la division est enfin arrivée en Angleterre, on nous a réunis à Dalton Hall et remis les drapeaux à tous les régiments. C’était un jour émouvant, on savait tous que l’heure du combat était proche. (LUIS ROYO.)

– On était joyeux de débarquer en Normandie ; on allait à la guerre contre les nazis comme à une fête ! On y allait en chantant, tout en sachant que ce serait dur et que ça allait coûter beaucoup de vies. La plupart des villages de la côte étaient détruits. Tout était détruit, même les cimetières. (GERMÁN ARRÚE.)

– On a affronté les Allemands toujours en première ligne, dans toute la Normandie, à Alençon, Écouché, jusqu’à Paris ; et ensuite en Alsace jusqu’à Berchtesgaden. Ça a été une guerre dure, on a perdu beaucoup de compagnons, mais on ne nous a jamais fait reculer… (MANUEL LOZANO)

– Pour beaucoup d’entre nous, la libération de la France était une étape. La vérité est que je n’ai jamais pensé que je luttais pour libérer la France, mais que je luttais pour la liberté. Pour nous, cette lutte signifiait la continuation de la guerre civile. (LUIS ROYO.)

– Contre les Allemands, on avait la haine de ce qu’ils nous avaient fait subir en Espagne. On a toujours été de la chair à canon, un bataillon de choc. On était toujours en première ligne de feu, tâchant de ne pas reculer, de nous cramponner au maximum. C’était une question d’honneur. (Rafael GÓMEZ.)

– Quand le général Leclerc a obtenu l’ordre d’avancer vers Paris, on est sortis immédiatement. On a parcouru les 270 kilomètres, avec le matériel lourd, en deux jours à peine. On a rencontré quelques forces allemandes qu’on a détruites facilement. (VICTOR LANTES.)

– Quand on est arrivés à Paris, le 24 août, j’étais sur le Guadalajara, la première voiture blindée à rejoindre l’Hôtel-de-Ville. Il y avait trois half-tracks espagnols ensemble. Au bout d’un moment, la place était pleine de gens. Ils arrivaient de partout et l’enthousiasme était incroyable ! Il y avait des milliers de personnes. Elles n’arrêtaient pas de nous embrasser. Moi, j’étais euphorique, comme ivre sans avoir bu, quelque chose d’inoubliable. (DANIEL HERNÁNDEZ.)

– On a atteint rapidement l’Hôtel-de-Ville et on s’est installés autour, face aux quais de la Seine et à tous les endroits stratégiques. Tout de suite, les gars de la Résistance sont arrivés ; ils montaient dans nos voitures et nous dirigeaient là où se trouvaient les Allemands. Le jour suivant, tôt, on a nettoyé toute la zone, libéré la rue des Archives, où se trouvaient encore des forces allemandes, et on s’est dirigés ensuite vers la place de la République où se trouvait une caserne encore occupée par une grande quantité d’Allemands. Après des affrontements durs, on est repartis avec plus de 300 prisonniers. Là, on a dû être très fermes, parce que beaucoup de civils qui les insultaient voulaient aussi leur prendre leurs bottes et leurs vêtements. On ne les a pas laissé faire : ça ne nous plaisait pas, ça n’était pas digne. (G. ARRÚE.)

– Pendant le défilé de la victoire sur les Champs-Élysées, la Nueve escortait le général de Gaulle. On nous avait mis là parce que je crois qu’ils avaient plus confiance en nous, comme troupe de choc, qu’en d’autres... Il fallait voir comme les gens criaient et applaudissaient ! Au début du défilé, on a vu une grande banderole républicaine espagnole, longue de 20 ou 30 mètres, portée par un important groupe d’Espagnols qui n’arrêtaient pas de nous acclamer. Peu après, quelqu’un leur a fait retirer cette banderole. On était tous convaincus d’aller bientôt libérer l’Espagne…(G. ARRÚE.)

– Le pire souvenir de Paris, dans ces moments-là, a été de voir des femmes qu’on poussait dans la rue, qui avaient été rasées et qu’on bousculait, en leur arrachant les vêtements, laissant leur poitrine à l’air. Il y avait des femmes jeunes, mais aussi des plus âgées. C’était triste à voir. On s’est souvent bagarrés à cause de ça. Qu’on les maltraite, qu’on les déshabille, qu’on leur fasse boire de l’huile de ricin et qu’on leur accroche autour du cou des écriteaux : non ! On a crié beaucoup et il a fallu faire preuve de fermeté. Ces choses ne nous plaisaient pas. Ça nous paraissait une lâcheté. (L. ROYO.)

– Après le défilé de la victoire, on nous a mis au repos dans le bois de Boulogne, sous des petites tentes de campagne américaines. (D. HERNÁNDEZ.)

– Beaucoup de gens venaient nous voir, surtout beaucoup de filles. Elles nous considéraient toutes comme des héros. Presque tout le monde nous apportait des cadeaux : une bouteille, des fruits, des gâteaux, et des choses comme ça. Beaucoup de réfugiés espagnols venaient aussi. C’étaient des jours inoubliables. Après avoir libéré Paris, on pensait partir libérer l’Espagne. (R. GÓMEZ.)

– Quelques jours plus tard, on se remettait en marche. La lutte a été très dure. En Alsace, on se battait par vingt degrés en dessous de zéro. Lors d’une attaque allemande, où arrivaient des tanks immenses, les Américains et les Anglais ont reculé ; et nous on a tenu plus de quinze jours contre quatre divisions allemandes. (D. HERNÁNDEZ.)

– On est arrivés jusqu’à Dachau. Ce qu’on a découvert là-bas était horrible. On a continué jusqu’à Berchtesgaden, le nid d’aigle d’Hitler. On a dû affronter de nombreux membres des Jeunesses hitlériennes qui luttaient jusqu’à la mort. Il a fallu les tuer tous parce qu’aucun ne voulait se rendre. On a pu planter le drapeau français. C’est là qu’on a fini la guerre. Deux semaines après, on était de retour à Paris, convaincus que le moment était arrivé de libérer l’Espagne, et que la France et les alliés allaient nous aider.

Ça ne s’est pas passé ainsi… (D. HERNÁNDEZ.)

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2206
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede Pïérô » 09 Sep 2014, 12:02

Photos, Retour sur la manifestation pour la Nueve du 24 août 2014
http://www.cnt-f.org/retour-sur-la-mani ... -2014.html


Dikran Lorénian, l’éclaireur fortuit de la Nueve
Le 24 août, dans la journée, le général Leclerc fâché de voir ses troupes arrêtées et accrochées par l’ennemi du côté de la croix de Berny, interpelle le capitaine Raymond Dronne qui arrive avec la 2e section de combat commandée par le sous lieutenant Michel Élias et la 3e section de combat commandée par l’adjudant chef Miguel Campos de la Nueve. Il lui donne l’ordre de rassembler les hommes dont il a besoin et d’entrer dans Paris coûte que coûte.
Avec une certaine satisfaction, Dronne va s’exécuter. Ses Half-tracks portent les noms de Madrid, Guadalajara, Teruel, Guernica, Don Quijote, Brunete…
... http://24-aout-1944.org/?Dikran-Lorenian-l-eclaireur


Gualda Ramón , le Chevalier qui libéra Paris
http://24-aout-1944.org/?Gualda-Ramon-le-Chevalier-qui
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede Pïérô » 12 Oct 2014, 16:04

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede Pïérô » 08 Nov 2014, 12:39

8 et 19 novembre, Paris


"Paroles de la Nueve"

Témoignages et chansons – 8 comédiens et non-comédiens disent les témoignages des républicains espagnols de la Nueve, 9e compagnie des troupes du général Leclerc, qui, la première, entre dans Paris pour la libérer, le 24 août 1944. Ou comment ces combattants antifascistes, après avoir vécu la formidable révolution espagnole violée par Franco, vaincus par les troupes de Franco-Hitler-Mussolini, accueillis dans les camps de concentration français (on les appelait comme ça, ils se situaient sur les plages du Roussillon, dans les Pyrénées…) se retrouvent dans l’armée de la France libre et participent à la libération de Paris, Strasbourg, etc. Avec l’espoir de voir enfin les Alliés les aider à vaincre le dictateur espagnol… Mouvement qui, bien sûr, n’a seulement jamais été esquissé. Les textes sont extraits du livre de E.Mesquida La Nueve,
24 août 1944, Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris.

AVEC : Serge Utgé-Royo, Christopher et Daniel Pinos, Hugo Alderete Royo, Juan Chica Ventura, Frank Mintz, Moha Melhaa, Bernard Prieur, Jean-Marc Luneau, et les images choisies et projetées par Stéphane Gatti.
Chants et musiques de la guerre d’Espagne Serge Utgé-Royo.
Le 19 novembre, au Vingtième théâtre, 7, rue des Plâtrières, Paris 20e.
Tarif unique : 21 €. A 20 heures.


Image


Présentation du spectacle
en textes et en chansons
le 8 novembre
à partir de 16h30 à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 01 Mar 2015, 15:29

La CNT espagnole : de la révolution à l’exil

« Les espagnols sont plus de 500.000 à fuir Franco entre le mois d’août 1938 et le 12 février 1939. Parmi eux, beaucoup de miliciens aguerris aux armes et à la guerre, la tête pleine de compagnons tombés au front, d’amies violées, de parents massacrés ; des combattants défaits qui ne survivent que par leur haine du fascisme, sous la neige, dans des prés entourés de barbelés où sévit la dysenterie et la famine, appelés déjà « camps de concentrations », symbolisant à eux seuls l’hospitalité française fidèle à l’attitude criminelle des démocraties occidentales vis-à-vis du peuple espagnol durant la guerre civile. Ces militants ont eu du poids dans la résistance, un poids que l’on cache souvent. Pourtant la célèbre 2ème Division Blindée (DB) du Général Leclerc est composée d’espagnols à plus de 60% ; dans tous les maquis, ils sont des premiers résistants. » [1]

[1] Les anarchistes espagnols et la résistance
L'Affranchi o 14 (printemps - été 1997)
http://direct.perso.ch/aff1404.html

http://rebellyon.info/La-CNT-espagnole- ... ution.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 19 Mar 2015, 14:53

L’antifascisme, de Madrid à Berchtesgaden

Les vidéos de la rencontre avec les membres de l’Association du 24 août 1944 et de la conférence de Robert Coale « L’antifascisme, de Madrid à Berchtesgaden ».

http://ecole-alsacienne.org/spip/l-anti ... -2808.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 19 Mar 2015, 14:58

Association 24 aout 1944
Programme 2015

Image


Image

Image

Image

http://www.24-aout-1944.org/L-association-24-aout-1944
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Anarchistes dans la résistance

Messagede bipbip » 06 Avr 2015, 04:29

"La Nueve ou les oubliés de la victoire"

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28917
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité