Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede kuhing » 15 Sep 2008, 08:41

Note de lecture « Sous les plis du Drapeau noir » de Maurice Joyeux.

J’ai mis à profit un peu de temps libre pour finir le tome 2 du livre de Maurice Joyeux « sous les plis du drapeau noir »
Maurice Joyeux longtemps associé à l’histoire de la fédération anarchiste est un personnage souvent décrié et ces critiques m’ont poussé à connaître mieux son parcours et sa pensée à travers un de ses livres.
Cet enfant né en 1910 vient du peuple et même des couches les plus basses de la classe ouvrière. Très tôt le jeune Maurice s’affronte avec les patrons qui l’exploitent et sa réflexion l’amène très vite
A s’engager dans la lutte de sa classe. C’est la manifestation parisienne de protestation contre l’exécution de Sacco et Vanzetti qui le décide à contacter le mouvement libertaire.
Son engagement l’amènera au refus de partir à la guerre et il passera pour cela de longues années dans la prison de Montluc pour insoumission d’où il ne sortira qu’en 1945.
La première chose qu’il fait alors est de contacter les quelques compagnons anarchistes de Lyon puis après un saut à Tours pour rendre visite à sa mère, il monte très vite à Paris où la Fédération Anarchiste se reconstitue doucement et parvient à sortir le numéro 1 de son journal « Le Libertaire »
Joyeux réussit à trouver un petit boulot et se rend au local que la fédération anarchiste a ouvert au 145 quai de Valmy.
La boutique est minuscule et misérable mais il y a déjà beaucoup du passage : on vient y chercher dernier numéro du « Libertaire » ou un livre qu’on a pu préserver ; échanger des avis sur la situation nouvelle. Les anciens ont réussi à assurer la continuité du mouvement et de la pensée libertaire et, la guerre impérialiste et le stalinisme hégémonique dans la classe ouvrière n’ont donc pas réussi à éteindre complètement la flamme de l’anarchisme.
« Le libertaire » titre alors « la liberté n’est pas dans les urnes » et Joyeux fait vite sa place dans parmi ceux qui comme Bouyé réaniment la fédération.
Bien sur il y a des ténors et des personnalités fortes mais les jeunes redonnent du sang neuf , l’ambiance est fraternelle et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.
La bonne volonté et l’énergie du petit bonhomme qu’est Joyeux sont indéniables .
Il la tire de sa conviction envers les principes de l’anarchisme qu’il conçoit comme étant la continuité de la première internationale. Son rejet du capitalisme et du stalinisme sont sans conditions.
A partir de ce moment, Joyeux va devenir très vite la cheville ouvrière de la fédération anarchiste associant la propagande politique à une activité syndicale il prend des responsabilités sur les deux tableaux.
Tout au long de son livre il décrit avec le talent d’un écrivain les difficultés et les succès de « sa » fédération anarchiste avec laquelle il s’identifie presque complètement.
Les succès de la FA résident essentiellement dans l’audience de la propagande libertaire qui dépasse largement la frange des militants et des sympathisants proches.
Ce sont aussi des intellectuels et des artistes comme André Breton, Albert Camus, Georges Brassens ou Léo Ferré pour ne citer que les plus connus qui s’associent au courant libertaire, participent aux meetings et galas de soutiens , écrivent même pour certains dans « le libertaire »
Mais les difficultés de la Fédération anarchistes ne sont pas gommées, et Joyeux le fait sans aucune complaisance . Elles se manifestent essentiellement par les luttes de clans dont Joyeux, animateur principal du groupe Louise Michel du 18ème arrondissement de Paris, devient d’ailleurs vite un chef de file .
C’est là que réside une des critiques de lui que j’ai souvent entendue : Joyeux était une personnalité forte voire autoritaire ce qui pour un anarchiste peut paraître mal venu.
Cet aspect de sa personnalité transparaît d’ailleurs assez clairement au fil de ses chapitres.
On peut se demander cependant si dans le contexte de l’époque il eut été possible d’en être autrement pour résister à toutes les pressions extérieures et internes qui s’exerçaient sur un mouvement anarchiste organisé si fragile.
Alors lutte d’ego ou bataille d’orientation que celle qui l’opposa dans le combat sans merci contre Georges Fontenis initiateur fractionniste d’un communisme libertaire dés le début des années 1950 ?
Difficile de trancher.
Un chose ma paraît cependant certaine : Maurice Joyeux était un homme de conviction qui ne faisait pas de concessions sur les principes auxquels il croyait .
Joyeux était également un érudit parfaitement autodidacte passionné de littérature et, lui-même rédacteur de talent.
Son livre relate, à travers sa propre histoire, l’évolution de la Fédération Anarchiste de 1945 jusqu’au évènement de 1968 et du congrès de Carrare où fut créé l’Internationale des Fédérations Anarchistes.
C’est un document sans égal et passionnant que l’on peut ranger sans se tromper aujourd’hui parmi les grands classiques.

(article pour "le ptit noir" numéro 1 octobre 2008)

************

Une Vidéo de Maurice Joyeux]

kuhing
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 16 Sep 2008, 02:35

Bonsoir ! Merci Kuhing ! Vraiment top ! J'en ais évidemment les larmes aux yeux puisque j'ai connu Maurice JOYEUX ainsi qu'Henri BOUYE et que sans eux entre autres, la FA n'existerait peut-être pas aujourd'hui.

Ces 2 tomes de souvenirs de Maurice JOYEUX "Sous les plis du drapeau noir" sont bien évidemment 2 bouquins que tout anarchiste devrait avoir lu ou lire de toute urgence si ce n'est déjà fait.

Un autre petit bouquin pour bien comprendre le schisme de la FA dans les années 50 entre cette enflure de Fontenis et Maurice JOYEUX s'appelle "L'Hydre de Lerne" écrit par Maurice JOYEUX et qui explique bien l'OPA effectuée par les marxisants (ou soit-disants communistes-libertaires) sur la FA. Et qui n'étaient en réalité que des ivres de pouvoir.

A lire également de Maurice JOYEUX: "L'anarchie et la société moderne" ou bien encore "Le Consulat Polonais", etc...

Maurice JOYEUX n'était pas un autoritaire, ce qui aurait été en contradiction avec l'idée anarchiste ; il défendait simplement l'anarchisme face à des marxisants (qui nous tireront toujours dans le dos !) comme Fontenis entre autres et face à tous les ennemis de l'anarchisme.

Vive l'anarchisme, vive la FA, vive Maurice JOYEUX !
Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Roro » 16 Sep 2008, 03:31

Suite à un MP que m'a envoyé Alayn, nous sommes en train de nous expliquer (plus sereinement, je vous rassure). Je retire donc ce message fait dans l'énervement.
Modifié en dernier par Roro le 16 Sep 2008, 05:17, modifié 1 fois.
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 16 Sep 2008, 04:19

Bonsoir ! Ok, je fais de même.

Salutations Anarchistes !
Modifié en dernier par Alayn le 16 Sep 2008, 05:58, modifié 1 fois.
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Roro » 16 Sep 2008, 04:52

Suppression dût aux même raisons qu'au-dessus.
Modifié en dernier par Roro le 16 Sep 2008, 05:16, modifié 1 fois.
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 16 Sep 2008, 05:07

Bonsoir !

Reparlons calmement de Maurice JOYEUX qui est le sujet de ce topic.

As-tu eu au moins la chance de le connaître ? Ou ne serait-ce de lire ses écrits au moins ?

Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede kuhing » 16 Sep 2008, 09:02

Alayn a écrit:Bonsoir !

Reparlons calmement de Maurice JOYEUX qui est le sujet de ce topic.

As-tu eu au moins la chance de le connaître ? Ou ne serait-ce de lire ses écrits au moins ?

Salutations Anarchistes !


non je ne l'ai jamais rencontré.

Par contre j'ai habité plusieurs années à Pigalle tout prés du local du groupe Louise Michel et j'achetais assez souvent le monde libertaire et la revue "la rue" aux diffuseurs qui les vendaient sur le marché de la rue Lepic.
Donc il était aussi un peu là.

Ensuite j'ai entendu pas mal parlé de Maurice Joyeux notamment par quelques militants de la LCR qui le considéraient comme quelqu'un de trés autoritaire, un peu "un baron" comme il a été dit ici même, et me renvoyait cet argument systématiquement lorsqu'il était question de bureaucratie.
ça m'a donc donné l'envie d'approfondir sur le personnage pour en avoir le coeur net.
Je crois que j'ai a peu prés dit l'essentiel dans la note de lecture que j'ai faite plus haut.
Un gars de conviction, courageux, et d'une grande culture qu'il s'est forgé lui-même et ce n'était pas évident pour quelqu'un qui venait vraiment du peuple.
Ensuite pour sa personnalité, on sent bien sur le caractère trempé dans sa façon d'écrire et de raconter.
Pas facile d'être minoritaire devant un appareil stalinien aussi puissant à l'époque.
Il fallait sans doute ça pour faire face un tant soit peu.
Ensuite y'a eu son boulot à FO qui l'a fait cotoyé les bureaucrates syndicaux et il a préféré intervenir dans ce syndicat trés critiquable plutôt que dans la CNT mais il en donne ses raisons et elles peuvent à la limite se comprendre.
il y a eu aussi ce qu'on appeler des luttes de clans notamment contre Fontenis , et son groupe OPB , puis contre Lagant avec "Noir et Rouge" et Cohn Bendit qui tournait autour.
J'ai apprécié sa critique implacable contre les situationnistes que personne aujourd'hui n'ose trop toucher. Et c'est vrai qu'il s'agissait d'intellos coupé de la lutte sociale qui n'ont pas donné grand chose finalement.

Bon personne n'est parfait et aurait-il pu de toutes façons en être autrement vu l'époque et l'état du mouvement anarchiste en France ?

En tout cas aprés ce que j'en ai lu , je pense que Joyeux mérite le respect.

ps: si tu l'as connu ainsi que Bouyé, tu dois plus être tout jeune :) t'as connu Laisant aussi ?
kuhing
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 16 Sep 2008, 18:43

Salut ! Non, je n'ai pas connu Maurice LAISANT. J'ai connu Maurice JOYEUX et Henri BOUYE à la fin des années 80 et au début des années 90.

Je connais également personnellement une bonne partie de la famille de Maurice JOYEUX (enfants et petits-enfants, etc...)

Egalement, les premiers bouquins anars que j'ai lu sont ceux de Maurice JOYEUX.

C'est pourquoi ta présentation de Maurice JOYEUX me touche beaucoup. Et dans l'ensemble, je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis. Certes, Maurice JOYEUX n'avait pas sa langue dans sa poche, détestait les marxistes ou marxisants avec qui il s'est toujours bataillé jusqu'au sein même de la FA !!!

Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Pïérô » 17 Sep 2008, 00:11

Oui, d'ailleurs la fameuse brochure "l'hydre de Lerne" est en contenu du même acabit que les éructations d'Alayn...brochure condamnée au delà même du courant anarchiste-communiste que Joyeux poursuivais de son invective (le "complot marxiste"), dans la FA aussi. Il s'agissait de trier, et en fait, plus je pense, sur une ligne de rupture entres ceux qui ne concevaient l'organisation anarchiste que comme un outil de propagande d'idées et ceux qui la concevaient aussi comme un élément agissant. Pour Joyeux, anarcho-syndicaliste, l'agir devait se faire dans le syndicat, et évidemment à FO...Cette conception de l'organisation permettait un certain consensus avec les individualistes qui ne concevaient l'anarchisme que comme une philosophie. C'est un peu écourter et résumer mais c'est une image assez fidèle de ce que j'ai connu (car, par exemple, Maurice Laisant mouillait sa chemise dans certains mouvements, comme celui des chomeurs et des précaires, dans les années 80 où je l'ai croisé à la fin de sa vie). C'est l'histoire des trois Maurices. Maurice Joyeux, l'anarcho-syndicaliste (mais pas très apprècié des anarchos à la cfdt, à la CNT...), Maurice Laisant, porte parole de la tendance individualiste, et de la scission vers l'UA fin des années 70 (organisation individualiste), et de Maurice Fayolles, mort accidentellement, anarchiste communiste et concepteur de l'ORA, avant qu'elle ne se crée pour de vrai en tendance, et qui sortira elle aussi de la FA en 71. Evidemment je n'ai pas connu Maurice Fayolles.

J'ai croisé Joyeux, sacré bonhomme oui, autoritaire oui, et plutôt "décalé" dirons nous dans la période...J'ai mieux connu H.Bouyer, rerentré à la FA dans les années 80, et qui était dans l'union régionale FA centre-ouest. Il ne portait pas Joyeux en estime, et lui repprochait de se faire mousser, et notamment sur la période de la résistance et de la reconstruction du mouvement libertaire de l'apprès guerre. H Bouyer est sans conteste pour les historiens un élément bien plus important et majeur dans cette période. Ce dernier avait d'ailleurs écrit, pas longtemps avant sa mort, un long article dans le "Monde Libertaire" sur Joyeux et cette période. Là où nous "les jeunes ", on voyait Joyeux comme le représentant "des vieux", et cet héritage réac et paralysant de la FA, Bouyer le voyait plus comme une sorte de fanfaron, mais aussi avec ce coté "baron" pesant négativement dans l'histoire du mouvement. Henri bouyer était quelqu'un de plus posé et plus "modeste" il est vrai dans sa manière d'être. Et la "lecture" de ce personnage m'étais bien plus difficile qu'avec Joyeux, car bouyer était une sorte de "synthèse ambulante" comme je disais, avec un fond un peu individualiste et une conception de l'organisation plutôt communiste libertaire...et en tout cas un mec très droit, là ou Joyeux maniait le double langage...et sans doute d'autre trucs au sein de son organisation syndicale...
En tout cas, pour Joyeux, le lire et le cotoyer ne m'ont jamais fait les mêmes impressions...car il avait une forme d'écriture plutôt attrayante...
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 17 Sep 2008, 01:18

Bonsoir ! Ah ah ah, je l'attendais celle-là ! Gros comme une maison !

Purée, mais je comprends maintenant pourquoi tu est parti à AL Qierrot et que je suis resté à la FA ! (arf !)

C'est vrai qu'Henri (BOUYE) était assez critique envers Maurice JOYEUX découlant à mon humble avis de raisons d'égo forts des 2 côtés. Et Henri BOUYE n'avait pas la même aura que Maurice JOYEUX d'où une certaine amertume.(humble analyse perso). J'ai eu l'occasion de questionner maintes et maintes fois Henri BOUYE à ce sujet et sa sempiternelle réponse était: "Joyeux ne raconte que des conneries...". Un peu court quand même, non ?
Ce qui ne retire rien à Henri sur plein d'autres aspects, qui à + de 80 balais, se bougeait encore le cul en conduisant tout seul encore sa bagnole. Et Maurice Joyeux n'en dit jamais de mal non plus !

Il faut lire également la brochure consacré à Maurice JOYEUX écrite par Roland BOSDEVEIX (membre du même groupe qu'Henri BOUYE-groupe Val de Loire dans les années 90) et Roland est loin "d'assassiner" Maurice JOYEUX, bien au contraire ! Et connaissant également Roland, en lisant sa brochure, je tremblais à l'idée que... Que nenni ! Alors ?

C'est complètement faux de dire que la brochure de Maurice JOYEUX "L'Hydre de Lerne" a été "condamné" dans la FA puisqu'elle y circule encore largement (et elle est en bonne place dans ma biblio, çà c'est bien clair ! arf !)
Mais je comprends que les anarcho-communistes honnissent cette brochure qui n'explique en réalité que très clairement les travers des tentatives hégémoniques dictatorials des marxisants-libertaires. J'en proposerais quelques extraits choisis si çà vous intéresse prochainement... C'est du très grand Maurice JOYEUX !

Sur les choix syndicalistes de Maurice JOYEUX, je pense que pour comprendre, il faut se replonger dans son époque: ses points de vue et ses engagements ne me semblent plus pertinents aujourd'hui mais peut-être l'était-il à son époque....La croyance qu'on allait pouvoir influencer d'une manière anarchiste de l'intérieur..., etc... Je demandes un joker sur cette question ! (arf !). En considérant qu'il était déjà impliqué dans des syndicats début des années 30 (CGTU ; CGTU-SR...bien avant que la CNT n'émerge...). Lire à ce sujet sa bio "Le Consulat Polonais" très éclairant sur cette problématique. Super bouquin au passage !

Maintenant, il va falloir nous prouver en quoi Maurice JOYEUX était autoritaire parce que c'est bien beau d'affirmer... Parce qu'il fustigeait, à juste titre, les marxisants-libertoïdes ???

Mais purée ! Heureusement qu'il l'a fait, sinon nous serions sous la coupe des adeptes de Fontenis ! Et le monde libertaire serait ALien ! (d'un côté, un immense portrait de Marx et de l'autre, un tout petit de Bakounine juste pour la forme, en guise de piété...arf !)

Pour finir: Henri BOUYE, plus communiste-libertaire...là, j'hallucine ! Encore une nouvelle récup affligeante ! Quand on sait qu'Henri BOUYE était membre de l'UA bien avant (donc plutôt tendance individualiste) avant de rejoindre (un peu par dépit et la force des choses) la FA quand l'UA s'est effondrée.(avant la seconde Guerre Mondiale)

Salutations Anarchistes !
Modifié en dernier par Alayn le 17 Sep 2008, 17:39, modifié 1 fois.
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede kuhing » 17 Sep 2008, 08:55

Eh bé je ne m'attendais pas à un débat aussi riche et passionné quand j'ai envoyé cette note de lecture sur le bouquin de Joyeux !
Je croyais vraiment que ça resterait un topic sans réponse.
En tous cas au delà des divergences qui séparent ce que l'on pourrait appeler les frères enemis Alayn et Quierot, les informations données, les expériences et les avis sont particulièrement interessants.
Pour moi ils témoignent surtout d'un aspect humain qu'il est difficile de mettre de coté : l'égo.

J'avais également lu le livre de Georges Fontenis "l'autre communisme" qui raconte sa version de la même période et sa volonté d'infléchir la FA sur une ligne purement "communiste libertaire"
J' ai trouvé également un homme de grande conviction en la personne de Fontenis qui est allé jusqu'au bout de ses idées sans hésiter à y sacrifier son confort matériel. Fontenis était instituteur, il aurait pu mener une petite vie tranquille.
Je n'ai cependant pas aimé la façon dont il s'y est pris pour mettre en place son "Organisation Pensée Bataille" en fraction structurée et surtout clandestine dans la FA : Lambert n'aurait vraiment pas fait mieux ...
En même temps je pense que Lambert était un filou , Fontenis un honnête homme.
Ensuite vient l'opposition entre la tendance synthésiste et les individualistes de la FA et le communisme libertaire qui c'est vrai, remettait la lutte de classes au centre de l'orientation que les anarchistes se devaient de prendre.
Personnellement et un topic ici a même débattu sur ce sujet, je pense que l'anarchisme individualisme et le communisme libertaire sont les deux faces d'une même médaille et peut être que Maurice Joyeux incarnait cette position en repoussant violemment tout ce qui pouvait ressembler à du marxisme mais en intervenant aussi dans le lutte de classe comme anarcho-syndicaliste ( même si c'était dans FO qui certes est un syndicat on ne peut plus contestable mais représentait à l'époque tout de même une syndicat relativement de masse anti-stalinien et anticlérical - la CNT était vraiment grouspuculaire )

Ensuite viennent bien sur les personnalités les luttes d'égo qui se developpent en luttes de clans.
Elles étaient sans doute inévitables à l'époque et je dirais même qu'aujourd'hui nous n'en sommes pas épargnés.

Pour synthétiser je ne jetterai la pierre ni à Maurice Joyeux ni à Georges Fontenis.
Ils ont été l'un et l'autre les continuateurs de la pensée libertaire et anarchiste et ont permis par leur apport, à Alayn et Quierot ici même d'essayer de trouver ....
...un terrain d'entente :lol:
kuhing
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Pïérô » 17 Sep 2008, 09:19

C'est surtout difficile de répondre à tant d'imbécilités...ce n'est pas un débat, c'est une caricature.
L'UA avant guerre et l'UA de 1979, ce n'est pas la même chose...l'UA d'avant guerre n'était pas vraiment une orga individualiste...
Quand au Roland, j'en ai bien croisé un dans ce groupe, mais pas du même nom, et il n'a jamais écrit de brochure...y aurait-il deux Rolland, ou...?
Bref, il ne semble pas de toute manière que ce soit réellement l'intérêt historique qui est recherché là, mais la possibilité d'en remettre inlassablement une couche...
Il y a le bouquin de Biard, sur cette période qui est interessant aussi.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 17 Sep 2008, 18:07

Bonjour ! Mea culpa: oui, j'ai peut-être confondu 2 Roland (çà reste néanmoins à vérifier...). La brochure est sortie en 2005, donc assez récemment. L'auteur (Roland BOSDEVEIX donc) a milité 20 ans avec Maurice JOYEUX et apparemment au groupe Louise Michel.
Je sais que le Roland (?) du Val de Loire avait bien connu également Maurice JOYEUX puisqu'il m'en avait parlé.
Donc, ce n'est peut-être pas le même mais çà reste à confirmer.

Pour revenir au sujet, voici la 4ième de couverture du tome 2 "Sous les plis du drapeau noir":

"Dans le premier tome de ses "Souvenirs", Maurice JOYEUX nous avait conté son enfance, ses démêlés précoces avec le patronat, sa descente aux enfers de la clochardisation, ses premiers pas dans l'univers bouillonnant du syndicalisme et de l'anarchisme, et son voyage de 10 ans au bout de la nuit carcérale.

Dans le présent volume qui recouvre la période 1945-1968, il nous dépeint l'un des moments les plus sombres de l'histoire du mouvement anarchiste français. Son isolement tragique face à la bourgeoisie et au bulldozer stalinien. Sa quasi-implosion quand ceux qui avaient réussi une OPA sur la Fédération Anarchiste s'entichèrent du matérialisme historique et participèrent aux législatives de 1956. La galère d'une poignée de militants déterminés à préserver l'essentiel...

Mais qu'on ne s'y trompe pas, ce livre ne se résume nullement à la seule histoire de la longue marche d'un mouvement politique en haillons et à celle de quelques enragés dont on ne dira jamais assez qu'ils furent les forgerons de la renaissance de l'anarchisme organisationnel en France.

Il nous raconte également un homme. Une vie tumultueuse. Une volonté en béton. Des doutes. De la tendresse. Un amour du livre...
Et le cocktail formé par le militant politique et syndical, et l'individu, est du genre détonnant. Décapant. Vivifiant. Et émouvant !"
Alayn
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede kuhing » 17 Sep 2008, 18:23

Alayn a écrit: Sa quasi-implosion quand ceux qui avaient réussi une OPA sur la Fédération Anarchiste s'entichèrent du matérialisme historique et participèrent aux législatives de 1956. "


Tiens je ne me souvenais pas que Fontenis et ceux qui l'entouraient ( car c'était qu'on le veuille ou non lui le chef de file ) s'étaient présentés aux élections.

et là je dis "pas bien !"

Cependant même si la méthode de l'OPB dans son fonctionnement de fraction clandestine rappelle beaucoup celle des léninistes, je ne suis pas pour les qualifier de "marxistes" dans leur orientation politique dans la mesure où ils recentraient sur la lutte de classes avec un concept communiste au sens ou kropotkine l'entendait sans pour autant avoir l'objectif de la mise en place d'un état centralisé.
Le "marxisme libertaire" est un concept mis au point plus tard par Daniel Guérin si je ne m'abuse.
kuhing
 

Re: Maurice Joyeux "sous les plis du drapeau noir"

Messagede Alayn » 21 Sep 2008, 19:20

Salut ! Je ne dis pas "marxistes", je dis "marxisants". C'est pas tout à fait pareil.

Tout comme je ne confonds pas le communisme libertaire avec le marxisme.

Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Suivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité