Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede Nico37 » 16 Jan 2011, 19:40

Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

R. BERTHIER sur l'institution révolutionnaire en Russie

Messagede M(A)TT » 05 Nov 2012, 16:43

Très intéressante documentation et analyse dans une brochure téléchargeable en .pdf sur la révolution russe.

http://monde-nouveau.net/spip.php?article363

LA RÉVOLUTION RUSSE ET L’INSTITUTION RÉVOLUTIONNAIRE
René Berthier
samedi 5 novembre 2011
par Eric Vilain
popularité : 6%

Introduction

On n’en aura sans doute jamais fini de parler et d’écrire sur la révolution russe. Elle fut un des événements les plus marquants du XXe siècle. Bien qu’on puisse considérer que c’est de « l’histoire ancienne », et malgré la tendance regrettable de l’époque actuelle qui considère inutile de connaître le passé, les événements de 1917 en Russie constituent encore aujourd’hui un sujet de réflexion incontournable pour quiconque s’intéresse aux formes institutionnelles adoptées par le mouvement populaire, mais aussi aux formes qu’il pourrait adopter dans l’avenir.

La révolution russe a posé toutes les questions, soulevé tous les problèmes. Elle a mis en œuvre un ensemble étonnant d’instances dans lesquelles la classe ouvrière, mais aussi la paysannerie, a tenté à la fois de survivre et d’assurer son avenir :

• Les coopératives, dont on ne parle jamais mais dont un important réseau s’étendait sur le pays ;

• Les soviets, une institution totalement étrangère au projet social-démocrate, et que les bolcheviks ont tout d’abord tenté d’occulter parce qu’ils faisaient concurrence au parti ;

• Les comités d’usine ;

• Les syndicats ;

• Et évidemment les partis politiques.

A l’exception des partis, qui sont des structures affinitaires, toutes les autres institutions constituent, peu ou prou, des structures de classes constituées naturellement par le mouvement populaire pour répondre à des objectifs concrets qui ne relèvent pas de l’opinion.

Or, l’examen des événements montre que les partis politiques se sont évertués à assujettir systématiquement ces structures de classe qu’ils n’ont pas créées, se comportant ainsi comme de véritables parasites. La domination d’un seul parti sur l’Etat qui s’est créé à la suite du coup d’Etat d’Octobre – à laquelle quelques bolcheviks se sont opposés – a conduit très rapidement à la mise en place d’un système totalitaire au sein duquel très rapidement aucune voix discordante n’était permise.

Ceux des militants syndicalistes ou politiques européens qui ont donné leur soutien à ce régime ont feint d’oublier que la Tchéka fut créée en décembre 1917 et que dès la fin de 1918 le mouvement ouvrier russe était écrasé et que toutes les institutions qu’il avait créées avaient été détruites ou se trouvaient contrôlées par des fonctionnaires nommés par l’Etat.
M(A)TT
 
Messages: 6
Enregistré le: 11 Oct 2012, 19:28

Re: R. BERTHIER sur l'institution révolutionnaire en Russie

Messagede René » 08 Nov 2012, 10:09

Le texte en question est un chapitre de

Octobre 1917, le Thermidor de la révolution russe,

Editions CNT—Région parisienne (2003)

Le chapitre a été un peu remanié et complété.

R.
René
 
Messages: 76
Enregistré le: 03 Aoû 2011, 18:49

Re: R. BERTHIER sur l'institution révolutionnaire en Russie

Messagede René » 08 Nov 2012, 10:10

Précision supplémentaire:
le livre est épuisé, mais on peut le trouver sous forme numérique sur monde-nouveau.net
René
 
Messages: 76
Enregistré le: 03 Aoû 2011, 18:49

Re: R. BERTHIER sur l'institution révolutionnaire en Russie

Messagede M(A)TT » 08 Nov 2012, 19:35

Merci pour ce texte et pour ces précisions :)
M(A)TT
 
Messages: 6
Enregistré le: 11 Oct 2012, 19:28

The guillotine at work de G.P MAXIMOFF scanné (En)

Messagede M(A)TT » 30 Aoû 2014, 15:11

The guillotine at work de G.P MAXIMOFF scanné (En)

A télé-charger intégralement en plusieurs formats ici : Partie 1 https://libcom.org/library/guillotine-work-volume-1-leninist-counter-revolution-gregori-maximoff et Partie 2 https://libcom.org/library/guillotine-work-part-2-data-documents

Le titre complet est The Guillotine at Work: Twenty Years of Terror in Russia (1940)

J'ai pu comprendre que ce texte n'a malheureusement jamais été traduit en français, est-que c'est vrai ?
M(A)TT
 
Messages: 6
Enregistré le: 11 Oct 2012, 19:28

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede bipbip » 11 Avr 2015, 02:57

L’OPPOSITION OUVRIÈRE. – Alexandra Kollontaï

L’« Opposition ouvrière » est un groupe qui s’est formé à l’intérieur du parti bolchevik en 1919 mais qui ne s’est pas manifesté ouvertement avant l’hiver 1920. Il y avait à cette époque dans le parti des débats houleux sur la militarisation du travail, que Trotski voulait introduire, et sur le rôle des syndicats. L’Opposition ouvrière était naturellement contre la militarisation du travail.

La crise économique en Russie prenait des proportions catastrophiques et de nombreux militants communistes pensaient que, face à l’incapacité totale du parti en ce domaine, le contrôle syndical de l’économie était la solution la plus rationnelle – les dirigeants syndicaux, du fait de leur proximité avec l’appareil de production, étant réputés plus compétents que les dirigeants du parti. Les meneurs les plus connus de ce groupe sont Alexandra Kollontaï et Alexandre Chliapnikov.

Le danger pour Lénine, Trotski et Zinoviev et tous les caciques du parti était extrême : la direction du parti n’a sans doute jamais été aussi près de se faire renverser qu’à ce moment-là, si les opposants avaient eu le courage de le faire. Pour ces opposants, les syndicats réalisaient « l’activité créatrice de la dictature du prolétariat dans le domaine économique », mais, malgré tout, le parti bolchevik restait « « le centre suprême de la politique de classe, l’organe de la pensée communiste, le contrôleur de la politique réelle des soviets ». Il ne s’agissait donc pas d’une réelle critique de front du régime mis en place par le coup d’Etat d’octobre 1917 ; l’Opposition ouvrière reproche tout au plus au parti son « esprit de routine ».

Ce manque de clairvoyance – ou cette lâcheté, comme on voudra – aura des effets tragiques. En effet, les analyses de l’Opposition ouvrière s’inscrivent parfaitement dans le cadre d’une crise globale du régime communiste en Russie, marquée par les défections massives que subit le parti communiste, les critiques presque unanimes contre le régime, l’accroissement d’influence des autres partis de gauche et de l’anarchisme, et l’insurrection de Kronstadt qui n’est qu’une des expressions de cette crise globale.

(Extrait de l’avant-propos)

PDF – 320 ko : http://monde-nouveau.net/IMG/pdf/l_oppo ... propos.pdf

http://monde-nouveau.net/spip.php?article570
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede Pïérô » 27 Juil 2015, 16:03

Les bolcheviks et le contrôle ouvrier 1917-1921 L’État et la contre-révolution

Un travail de scannage très utile que je vois avec beaucoup de retard.

Une pièce maîtresse pour célébrer le centenaire du resurgissement des conseils ouvriers libres en février 1917.

Et la description de la pratique des adeptes du socialisme scientifiques qui permet de comprendre le fiasco du léninisme-stalinisme de 1917 à 1991 en Russie, puis en URSS.

Il est fort utile pour les camarades qui veulent comprendre les difficultés du socialisme léniniste relifté, botoxé de Marinaleda au Venezuela, sans oublier les effets publicitaires de "Podemos", et les chevaliers du trotskisme.

Le programme commun de ces léninistes est, comme de 1917 à 1991 en URSS,

1)- "tout doit venir de la base"

2)- "Le bureau politique décide à partir de ce que la base aurait dû dire."

Frank, 22.04.15.

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2356

Document PDF : http://www.fondation-besnard.org/IMG/pd ... RINTON.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede bipbip » 15 Déc 2016, 16:34

Hommage N° 2 à la révolution des soviets libres Abolition et extinction de l’État

PDF : http://www.fondation-besnard.org/IMG/pd ... n_de_l.pdf

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2795
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede Pïérô » 16 Jan 2017, 23:57

Mercredi 18 janvier 2017 à Paris

Projection « Le Cuirassé Potemkine »

à 20h, Publico, librairie du Monde libertaire, 145 rue Amelot, Paris 11e

L'Université populaire et libertaire du 11ème arrondissement, le Ciné de la Commune vous invitent à la projection du film Le Cuirassé Potemkine, un film soviétique muet réalisé par Sergueï Eisenstein, sorti en 1925. Il traite de la mutinerie du cuirassé Potemkine dans le port d'Odessa en 1905, de l'insurrection et de la répression qui s'ensuivirent dans la ville.

Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste.

Entrée libre.

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 19:19

Bagnolet (93) février 2017, cycle sur les insurrections russes

Le Rémouleur, 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet

Vendredi 10 février à 19h

Projection de "Zvezda plenitelnogo schastya" de Vladimir Motyl (URSS, 1975, 2h47, VOSTFR)

Saint-Petersbourg, 1825. « L’insurrection décembriste », résultat d’une prise de conscience amorcée depuis plusieurs années, tente de s’opposer au servage et à l’autocratie de l’empire russe. Le film se concentre sur le destin d’officiers de l’armée russe ayant participé au coup d’état militaire raté et de leurs compagnes. Une importance particulière est attribuée au rôle de ces femmes, figures décisives des événements découlant de la révolte, les glorifiant dans leur rôle de compagne loyale et dévouée…



Mercredi 22 février à 19H30

Projection du documentaire "Nestor Makhno, un paysan d’Ukraine" d’Hélène Châtelain (France, 1995, 0h58, VOFR)

Nestor Makhno est arrêté à 17 ans pour un attentat raté contre la police du Tsar. Libéré par la Révolution de 1917, il initie les premières communes libres en Ukraine jusqu’en 1921 où il s’opposera avec son armée aux bolcheviks décidés à l’éliminer.
À travers des archives et des écrits de Makhno, Hélène Châtelain esquisse une enquête sur l’anarchiste et sur les communes libres d’Ukraine. Le film revient dans son village natal Goulai Polié pour interroger les souvenirs des habitants de la ville et de la famille de Makhno ; et à travers eux, ce qu’il reste de cette expérience après des années d’occultation soviétique.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede Pïérô » 22 Fév 2017, 02:43

Le Mans, samedi 25 février 2017

y a 100 ans, la Révolution russe - Conférence débat avec Alexandre Skirda et René Berthier

Février : La chute du tsarisme et les soviets...
Octobre : Le coup d'état Bolchevik

Conférence-débat avec :
Alexandre Skirda
(Historien spécialiste du mouvement révolutionnaire russe, essayiste et traducteur)
René Berthier
(Militant syndicaliste, essayiste)

Suivie de la projection du film-entretien "Ecoutez Marcel Body"
de Bernard Baissat et Alexandre Skirda,

à 18h30, Rotonde de Maison des Associations, 4 rue d'Arcole, Le Mans
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede Pïérô » 28 Mar 2017, 08:05

Les 15 et 16 juillet 2017 à Priamukhino, dans le village natal de Mikhail Bakounine, dans la région de Tver, en Russie, aura lieu la conférence annuelle « Les lectures de Priamukhino ».

La Grande Révolution russe de 1917-1921 : le regard libertaire
Великая Российская Революция 1917-1921 гг. : либертарный взгляд


C’est les 15 et 16 juillet 2017 à Priamukhino, dans le village natal de Mikhail Bakounine, dans la région de Tver, en Russie, qu’aura lieu la conférence annuelle « Les lectures de Priamukhino ». Nous vous invitons à y prendre part en tant qu’intervenant ou auditeur actif et intéressé. Le sujet des Lectures de cette année sera :

La Grande Révolution russe de 1917-1921 : le regard libertaire

Commencée il y a cent ans à Petrograd, la Révolution russe est devenue incontestablement un des évènements clé du XXe siècle, qui a non seulement déterminé l’histoire de la Russie, mais aussi influencé le cours de l’histoire mondiale. Tous les chercheurs s’accordent là-dessus, mais c’est ensuite que commencent des débats, des désaccords interminables et des analyses contradictoires des causes, des conséquences et des leçons de la Révolution. En cette année de centenaire de nombreux évènements scientifiques et des commémorations vont sans doute être consacrés à la Révolution russe. Nous ne pouvons, par conséquent, pas manquer cette occasion.

Cependant, prenant en compte la spécificité des intérêts et des points de vue des participants des Lectures de Priamukhino, nous aimerions porter l’attention des intervenants sur l’élaboration d’un « regard libertaire » sur la compréhension de cet évènement majeur et décisif.

Voici quelques questions que nous soumettons à la discussion de ces Lectures :

- La Grande Révolution russe était-elle inévitable et quelle influence a-t-elle eu sur l’histoire du XXe siècle ?

- Pourquoi la potentielle « révolution d’autogestion » (comme l’appellent certains historiens), liée à la tentative de libération et d’autogestion dans diverses sphères de la vie individuelle et collective, est-elle devenue le triomphe d’un système despotique ?

- Quels étaient les scénarios alternatifs de déroulement de la révolution sociale ? Pourquoi ne furent-ils pas réalisés ?

- Quels étaient les rapports entre les tendances libertaires et autoritaires dans les évènements révolutionnaires ? Quels facteurs se sont avérés décisifs dans la révolution ? Quel rôle y ont joué les divers partis, groupes, individus ?

- Quels étaient les rapports entre le mouvement anarchiste, les autres mouvements antiautoritaires et le mouvement populaire pour les Soviets libres, la décentralisation du pouvoir et la socialisation de la terre et de la production ?

- La « Troisième révolution » que prônaient les anarchistes avait-elle des chances de l’emporter, et quel rôle ont joué dans les évènements de la révolution les mouvements de soulèvement populaire ?

- Quelles sont les principales leçons de la Grande Révolution russe pour le mouvement anarchiste ? Comment peut-on appréhender cette expérience source d’inspiration, tragique et porteuse de leçons ?


Tout en invitant les potentiels participants de la conférence à présenter leurs rapports et discuter le thème principal des Lectures , nous sommes prêts, selon nos possibilités, à écouter et discuter d’interventions sur d’autres thèmes dans la tradition des Lectures de Priamukhino comme la lutte révolutionnaire et l’héritage intellectuel de Mikhail Bakounine, la théorie et l’histoire de l’anarchisme, la famille des Bakounine et l’histoire de Priamukhino.

Pour participer à la conférence, vous pouvez vous adresser à l’adresse mail suivante : coord.readings@yandex.ru.

Nous vous demandons de nous envoyer les sujets des interventions avant le 1er mai 2017.

Nous communiquerons des informations plus détaillées sur la participation aux Lectures ultérieurement.

Le Comité d’organisation des Lectures de Priamukhino

Les « Lectures de Priamukhino » sont un colloque ouvert qui se déroule chaque été depuis 2001 dans le lieu de naissance de M. A. Bakounine, à Priamukhino. Les thèmes de la conférence ont trait à l’histoire des idées anarchistes et des problèmes de leur application contemporaine, ainsi qu’à la vie et aux actions des membres de la famille Bakounine et à l’histoire de Priamukhino.

Прямухинские чтения - 2017


http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2864
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede bipbip » 04 Avr 2017, 10:25

Les femmes, l’État et la révolution

Après la révolution de 1917, en Russie, les femmes ont acquis le droit de vote et d’éligibilité, de divorce, l’accès à l’avortement gratuit, et les tâches domestiques étaient socialisées.

Les luttes féministes à la veille de la Révolution russe

On ne peut pas comprendre le rôle majeur joué par les femmes dans la Révolution russe et leurs acquis sans connaître leurs velléités de lutte avant 1917.

Le groupe social constitué par les femmes n’est pas un groupe homogène, elles ne vivent pas les inégalités de la même manière selon la classe sociale dont elles sont issues. Et c’était vrai également en Russie au début du siècle dernier, où bien peu de points communs existaient entre la fille d’un moujik (paysan pauvre, encore soumis à un système de servage pourtant officiellement aboli en 1861), et la femme du Tsar ou d’un riche propriétaire terrien.

Au sein du groupe social des femmes, il existe donc de véritables inégalités. À l’oppression structurelle que subit l’ensemble des femmes, s’ajoutent l’exploitation pour les femmes travailleuses, le racisme pour certaines d’entre elles, etc.

Ce qui explique notamment que ce soient les femmes de l’industrie du textile qui aient allumé la mèche de la Révolution russe, à Saint-Petersbourg.

Avant 1914, dans la pratique, les différents féminismes se sont parfois retrouvés et ont lutté ensemble, mais l’égalité formelle des droits était un but en soi pour les féministes bourgeoises, tandis que les féministes ouvrières ont toujours eu des revendications qui allaient au-delà de la simple égalité formelle, qui ne signifie pas égalité réelle ni émancipation, puisque, comme on l’a vu, le sexisme est structurel, et les lois n’y changent rien.

Il existe plusieurs exemples historiques des luttes qu’ont pu mener ensemble, et jusqu’à un certain point, les femmes bourgeoises et prolétaires. Dans les périodes de lutte des classes plus intenses, c’est-à-dire lorsque l’affrontement entre les classes (bourgeoise et prolétaire) est plus direct, l’antagonisme apparaît de manière plus évidente. On s’aperçoit alors véritablement que les intérêts diffèrent pour les femmes bourgeoises et les femmes prolétaires.

C’est en particulier avec l’industrialisation et la prolétarisation des femmes, notamment intégrées massivement à l’industrie du textile, que se révèle plus ouvertement l’antagonisme de classe et que le front de lutte pour l’émancipation des femmes se divise.

Mais en période de guerre, dès 1914, alors que les hommes sont envoyés par milliers au front, les femmes intègrent en masse les usines, les administrations, etc. Leurs conditions de vie deviennent réellement insupportables. Enfin, elles sont confrontées au quotidien à la mort de leurs proches, le taux de bébés morts-nés croît énormément et le nombre de personnes atteintes de maladies mentales augmente conséquemment. Dès 1915 en Russie et ailleurs, de nombreuses révoltes de femmes, contre la guerre et l’inflation, ainsi que plusieurs grèves dures, secouent les pays belligérants.

La guerre et l’internationalisme

Au sein des différents courants féministes internationaux, le déclenchement de la Première Guerre mondiale révèle ouvertement les désaccords d’ordre stratégique. L’aile la plus progressiste du « féminisme bourgeois » s’allie parfois aux sociaux-démocrates de la IIe Internationale dans l’activité au quotidien, mais s’allie toujours aux partis libéraux en dernière instance. C’est pourquoi au début du XXe siècle, les luttes féminines radicales pour le droit de vote sont mises en échec par la déclaration de guerre : à cause de la répression et de la censure des gouvernements, mais aussi et surtout parce que les organisations féministes bourgeoises se mettent au service de leur patrie. Les bourgeoises d’un pays s’affrontent aux bourgeoises d’un autre pays, dans une logique de repli des bourgeoisies nationales. La Première Guerre mondiale marque la fin de la tradition internationaliste du mouvement féministe bourgeois.

Dans le même temps, les partis socialistes sont les premiers à revendiquer l’incorporation des femmes à la production et des droits démocratiques (comme le droit de vote, ajouté à leurs revendications en 1904). Mais il existe chez les socialistes des débats profonds et des désaccords. Certains pensaient que le droit de vote était la condition ultime de libération des femmes, ou encore que les femmes devaient rester au foyer.

Tous ces débats sur le programme des socialistes pour émancipation des femmes sont le reflet du combat entre révolutionnaires et réformistes.

La pointe avancée de la lutte contre l’aile droite de la IIe Internationale sont notamment Rosa Luxembourg et Clara Zetkin, qui organisent des conférences internationales des femmes socialistes. Clara Zetkin participe également activement à l’élaboration d’un journal destiné aux femmes travailleuses qui gagne beaucoup d’influence. La polarisation est à son comble chez les socialistes lors du vote des crédits de guerre par une partie d’entre eux (l’aile droite).

Par ailleurs, c’est Clara Zetkin qui propose d’instaurer une journée internationale de mobilisations et de grèves pour les droits de femmes au cours de la conférence internationale des femmes socialistes en 1910.

Du 26 au 28 mars 1915 a lieu la 3 ? Conférence internationale des femmes socialistes à Berne (70 femmes de différents pays). Il s’agit de la première conférence socialiste dont le thème central était l’opposition à la guerre en cours et où a été votée la condamnation de la guerre impérialiste avec le mot d’ordre « Guerre à la guerre ». Et cette conférence des femmes socialistes a lieu six mois avant la conférence de Zimmerwald, bien plus connue, qui réunira notamment Lénine et Léon Trotsky et qui condamnera également la guerre impérialiste en cours.

L’internationalisme et la lutte contre la guerre ne sont alors plus défendus que par le socialisme révolutionnaire.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Les- ... revolution
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Les Soviets en Russie 1905-1921, révolution russe

Messagede bipbip » 05 Avr 2017, 14:21

Valence (26) vendredi 7 avril 2017

Causeries populaire au laboratoire anarchiste

Il faut seulement que l’instinct d’individu libre enflamme vos entrailles, que naisse le désir de la liberté... Alors la bourgeoisie agira de deux façon différentes : de manière pacifique-en concédant l’aumône d’un kopek à l’affamé ou la liberté trompeuse de réunion à vos esprits confus-, avec des choses qui n’aideront en rien votre lutte... de manière violente aussi, en lançant l’armée contre vous pour faire taire et anéantir vos aspirations. Eux savent bien que la base de leur vie et de leur existence est votre condition d’esclave, et que votre désir de vous libérer de ce joug sera leur tombe

Extrait d’ un tract du groupe d’anarchistes-communistes de Bialystok, juillet 1905 [1]

Le groupe radical Chernoe Znamia (le drapeau noir), le plus important et de loin de tout l’empire Russe, poursuivait le but d’une société organisée en communes libres dans lesquelles chaque individu disposerait de ce dont il a besoin. Cependant, ses méthodes incisives et son goût pour l’action s’inspiraient davantage de Bakounine [2].

Le 7 avril à dix-neuf heures, des ennemi·e·s irréconciliables de toute domination et des amant·e·s passionné·e·s de la liberté invitent à une causerie populaire un compagnon de l’organisation communiste libertaire. Les temps sont durs… c’est pas une raison pour oublier le projet anarchiste.

La situation de l’humanité aujourd’hui est identique à l’état de la planète, c’est à dire catastrophique. Le capitalisme est de plus en plus en crise, et tente de se redynamiser en rétrécissant les avantages sociaux obtenus grâce aux luttes des siècles précédents. Le dernier exemple en date est la loi « Travail ». D’un autre côté, la pollution générée par le capitalisme industriel continue de s’accumuler, empoisonnant toujours plus la biosphère, et elle continue aussi d’alimenter le réchauffement climatique. Le nucléaire rajoute par-dessus son lot d’horreur, notamment à cause des accidents, tel Fukushima qui continue de répandre ses poisons radioactifs dans l’océan pacifique.Mais les installations nucléaires françaises, même si leur pollution est à une autre échelle, ne doivent pas être oubliées pour autant.

Face à cela, on voit bien que de petites améliorations, déjà difficiles à obtenir, ne suffiront pas. Sombrer dans le désespoir ou l’hallucination virtuelle ne résoudra rien non plus. La seule solution concrète est de remettre en question radicalement la société dans laquelle nous sommes,afin d’en changer complètement. La critique révolutionnaire est en même temps une volonté de transformer le Monde de fond en comble.

À propos de ces constats et des pratiques communistes anarchistes, pour discuter un compagnon lyonnais de l’OCL sera :

à 19h à la causerie au laboratoire 8 place Saint Jean à Valence

Pour cela, les anarchistes (et plus précisément les anarchistes-communistes) se basent sur les deux notions concrètes que sont l’égalité et la liberté. La liberté réelle signifie qu’à tout instant la liberté d’action de tout le monde est totale, en cohérence avec les relations librement désirées et consenties entre les êtres humains, et limitée uniquement par les contraintes qui nous sont extérieures. Cela implique qu’aucune structure humaine ne prétende dominer le reste de la population (en particulier, nous sommes contre l’État, qui est un instrument de pouvoir d’une minorité). Mais cette liberté de toutes et tous n’est possible que s’il règne une égalité réelle entre nous. Cette égalité est en même temps une évidence car nous sommes fondamentalement des êtres humains, et en même temps un principe toujours affirmé car les différences qui font la diversité de ’humanité ne doivent pas conduire à des hiérarchies entre les individus ou les groupes.

La liberté et l’égalité sont des idées creuses dans notre société capitaliste et autoritaire. Seule une révolution pourra faire vraiment changer les choses, et, en détruisant ce qui exploite et opprime,Construire un monde dans lequel l’humain sera heureux de vivre.


[1] Vive la révolution à bas la démocratie ; édition :mutines séditions

[2] Chernoe Znamia comptait la majorité de ses partisans dans les provinces frontalière de l’empire à l’ouest et au sud

https://grenoble.indymedia.org/2017-04- ... -Causeries
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités