Divers militant-es révolutionnaires

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede Lila » 12 Juil 2017, 21:01

Nathalie Lemel. Communarde et féministe

Ouvrière, féministe, révolutionnaire qui n’hésita pas à prendre les armes et monter sur les barricades, avant d’être arrêtée et condamnée au bagne en Nouvelle-Calédonie… La Brestoise Nathalie Lemel est l’une des principales actrices de la Commune de Paris en 1871, mais contrairement à sa consœur Louise Michel, elle n’est pas passée à la postérité.

Si Nathalie Lemel a aujourd’hui une place à son nom dans la capitale, il aura fallu attendre 2007 pour que cette héroïne de la Commune de Paris sorte enfin des limbes de l’Histoire. La Bretonne a pourtant joué les tout premiers rôles en 1871. Si cette fille de bistrotiers républicains brestois, née le 24août1826, a participé à cet événement insurrectionnel, avant d’en payer le prix, c’est qu’elle a été bercée dès sa plus tendre enfance par des idéaux égalitaires.

à lire : http://www.letelegramme.fr/histoire/nat ... 501221.php
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2039
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede Pïérô » 13 Nov 2017, 12:37

Pourquoi ne trouve-t-on pas la sépulture de l’espérantiste Andrés (Andreu) Nin ?

Le meurtre d’Andrés Nin en 1937 concerne deux anniversaires : ième -Le 80 1939; anniversaire de la révolution espagnole pendant la guerre civile de 1936-

-La célébration du centenaire de la révolution russe spontanée des soviets libres en février 1917, pervertie par le marxisme léninisme. Andrés (Andreu, en catalan) Nin i Pérez est né en 1892 à El Vendrell, région viticole au sud de Barcelone. C’est là qu’il a appris l’espéranto avec enthousiasme et après le V congrès de l’espéranto de 1909 à Barcelone il écrivit en catalan « L’esperantisme té, a Catalunya, vida ufanosa i força indestructible. [L’espérantisme a, en Catalogne, une vie heureuse et une force indestructible] » 1 Andrés enseignant et comme journaliste pour la presse socialiste et syndicaliste libertaire. «

doc pdf : http://www.fondation-besnard.org/IMG/pd ... eu_nin.pdf

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article3006
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede Pïérô » 19 Nov 2017, 16:34

Rencontre autour d'Alexandra Kollontaï

Ivry-sur-Seine (94), mardi 21 novembre 2017
à 19h30, Librairie « Envie de lire », 16 rue Gabriel Péri

Rencontre avec Patricia Latour autour d'Alexandra Kollontaï

Pour célébrer comme il se doit le centenaire de la Révolution russe d'Octobre 1917, il nous a semblé bon d'organiser une causerie autour de l'une des grandes figures du féminisme marxiste de l'époque : Alexandra Kollontaï. Pratiquement introuvables aujourd'hui en français, ses pensées étaient pourtant redécouvertes dans les années 70, au moment de la pleine effervescence des mouvements de libération des femmes. Réflexions bouillonnantes autour de la prostitution comme « fléau pour la classe ouvrière », du polyamour ou « amour-camaraderie », les analyses de Kollontaï ont de quoi nourrir les débats actuels sur l'amour, la sexualité et la liberté. Et ce, sans oublier sa ferme volonté d'intégrer les femmes prolos à la révolution socialiste !

Venez en discuter avec Patricia, de la maison d'édition du Temps des Cerises, qui a patiemment et intelligemment sélectionné les textes de ce recueil !

Image

https://www.facebook.com/events/298599020547062/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede bipbip » 16 Jan 2018, 01:52

Blanqui, l'insurgé

Alès jeudi 18 janvier 2018
à 18h30, Médiathèque Alphonse Daudet

Cette conférence-diaporama dresse le portrait d'Auguste Blanqui (1805-1881), inclassable et irréductible révolutionnaire qui passa plus de 33 ans en prison pour ses idées.

Avec le support d'un diaporama illustré d'une riche iconographie et de tableaux didactiques, Philippe Fréchet retracera d'abord la vie du révolutionnaire ; il donnera ensuite lecture de quelques portraits de
Blanqui (tracés par ses amis ou ses ennemis) ; enfin, un rapide panorama des idées sociopolitiques de l'époque tentera de situer l'insaisissable Blanqui (et ses émules, les « Blanquistes ») dans ce fouillis idéologique.

https://gard.demosphere.eu/rv/4351
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 23:44

Rosa Luxemburg

Rosa Luxemburg, la rose rouge du socialisme

Rosa la rouge, la juive, l’apatride. Le nom de Rosa Luxemburg restera gravé comme celui de l’une des figures les plus grandes et imminentes du socialisme international. Toute sa vie a été marquée par des événements révolutionnaires, depuis le début de son militantisme à l'âge de 15 ans à Varsovie jusqu'à son assassinat, au milieu de la révolution des Conseils en Allemagne, le 15 janvier 1919.

Franz Mehring disait de Rosa Luxemburg qu’elle était « l’une des plus grandes disciples de Karl Marx ». Théoricienne marxiste, grande polémiste, elle a aussi été une militante et agitatrice de masse auprès de milliers de travailleurs. Rosa Luxembourg, qui a vécu la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, a dû se battre toute sa vie contre les nombreux stéréotypes de l’époque, où il était particulièrement difficile pour une femme de s’émanciper et de faire de la politique.

Elle passe son enfance à Zamosc, un village polonais, avant que sa famille ne déménage à Varsovie alors qu’elle est encore très jeune. Rozalia souffre d’une maladie à la hanche qui lui laissera une légère boiterie à vie. Fille de commerçants, juive et polonaise née dans la Pologne sous contrôle russe, Rosa a très tôt conscience du poids des discriminations. Son activité militante commence à l’âge de 15 ans lorsqu’elle rejoint le mouvement socialiste. Selon son biographe P. Nettl [1], à cette même époque plusieurs dirigeants socialistes sont assassinés, ce qui marque profondément la jeune militante. Rosa, brillante étudiante, ne reçoit pas la médaille d’excellence qui devait lui être attribuée à la fin de ses études du fait de son activité politique.

Désormais connue en tant que militante politique, Rosa, surveillée par la police, doit s’enfuir clandestinement à Zurich. Elle y devient une dirigeante du mouvement socialiste polonais. Elle rencontre Léo Jodiches qui sera son amant, compagnon et camarade pendant de nombreuses années.

Après avoir obtenu un doctorat en sciences politiques - ce qui est relativement inhabituel pour une femme à l’époque - elle décide finalement de déménager en Allemagne pour rejoindre le SPD. Elle y rencontre Clara Zetkin, avec qui elle scelle une amitié durable.

La bataille pour les idées

La révolution russe de 1905, première grande explosion sociale en Europe après la défaite de la commune de Paris, est vécue par Rosa comme une grande bouffée d’air frais. Elle écrit des articles, organise des rassemblements en Allemagne, jusqu’à ce qu’elle parvienne à rejoindre Varsovie pour participer directement aux évènements. C’est « le moment où l’évolution se transforme en révolution. Nous regardons la révolution russe et nous serions des ânes si nous n’en tirions pas des leçons ».

La révolution de 1905 a ouvert d’importants débats qui ont divisé la social-démocratie. Rosa Luxemburg était d’accord avec Trotsky et Lénine, face aux mencheviks, soutenant que la classe ouvrière devait jouer un rôle prépondérant dans la future révolution russe face à la bourgeoisie libérale. Le débat sur la grève politique de masse a traversé la social-démocratie européenne dans les années qui ont suivi. L’aile la plus conservatrice des dirigeants syndicaux en Allemagne a nié la nécessité d’une grève générale, pendant que le « centre » du parti la considérait comme un outil purement défensif, valable pour défendre le droit au suffrage universel. Rosa Luxemburg s’interroge sur le conservatisme et le gradualisme de cette position dans sa brochure « Grève de masse, parti et syndicats », écrite en 1906 en Finlande. Ce débat réapparait vers 1910, lorsqu’elle se querelle ouvertement avec son ancien allié, Karl Kautsky.

Socialisme ou barbarie

L’agitation contre la première guerre mondiale est un moment crucial de sa vie, une lutte contre la capitulation historique de la social-démocratie allemande qui soutient sa propre bourgeoisie, contre les engagements pris par tous les congrès socialistes internationaux.

Dans sa biographie, Paul Frölich [2] raconte que lorsque Rosa apprend le vote du bloc de députés du SPD, elle sombre un temps dans le désespoir. Mais cela ne dure pas. Le même jour que les crédits de guerre sont votés, Mehring, Karski et d’autres militants se retrouvent chez elle. Clara Zetkin leur envoie son soutien et Liebcknecht se joint à eux. Ensemble, ils publient le magazine « l’internationale » et fondent le groupe Spartacus.

En 1916, Rosa Luxemburg publie « la brochure de Junius » écrite pendant son séjour dans l’une des nombreuses prisons où elle a séjourné. Dans ce travail, elle propose une critique implacable de la social-démocratie et formule la nécessité de fonder une nouvelle internationale. Se référant à une phrase célèbre d’Engels - « La société bourgeoise est placée devant un dilemme : ou bien passage au socialisme ou rechute dans la barbarie. » - Rosa écrit « jetons un coup d’oeil autour de nous en ce moment même, et nous comprendrons ce que signifie une rechute de la société bourgeoise dans la barbarie. Le triomphe de l’impérialisme aboutit à l’anéantissement de la civilisation - sporadiquement pendant la durée d’une guerre moderne et définitivement si la période des guerres mondiales qui débute maintenant devait se poursuivre sans entraves jusque dans ses dernières conséquences. ».

En mai 1916, la ligue spartakiste organise un rassemblement le 1er mai contre la guerre. Liebknecht est arrêté. Sa peine de prison provoque des mobilisations massives.

1917 : oser la révolution

Rosa Luxemburg sera une ardente défenseuse de la révolution de 1917. Sans omettre de formuler ses divergences et ses critiques, sur le droit à l’autodétermination des peuples ou sur la relation entre l’assemblée constituante et les mécanismes de la démocratie ouvrière – sur ce dernier point, elle changera de position après sa sortie de prison en 1918 – Rosa écrit que « tout ce qu’un parti peut apporter, en un moment historique, en fait de courage, d’énergie, de compréhension révolutionnaire et de conséquence, les Lénine, Trotsky et leurs camarades l’ont réalisé pleinement. L’honneur et la capacité d’action révolutionnaire, qui ont fait à tel point défaut à la social-démocratie, c’est chez eux qu’on les a trouvés. En ce sens, leur insurrection d’Octobre n’a pas sauvé seulement la révolution russe, mais aussi l’honneur du socialisme international. » [3]

Lorsque le choc de la révolution russe touche directement l’Allemagne en 1918 avec l’émergence des conseils ouvriers, la chute du Kaiser et la proclamation de la république, Rosa attend avec impatience la possibilité de participer directement à ce grand moment de l’histoire.

Le gouvernement reste entre les mains des dirigeants de la sociale-démocratie la plus conservatrice, Noske et Ebert, leaders du SPD - le parti s’était scindé avec l’exclusion des sociaux-démocrates indépendants, l’USPD, opposés à la guerre -. En novembre de cette année-là, le gouvernement social-démocrate a conclu un pacte avec l’état-major militaire et les corps francs pour liquider le soulèvement des travailleurs et des organisations révolutionnaires. Rosa et ses camarades, fondateurs de la ligue spartakiste, membres du noyau initial du Parti communiste allemand depuis décembre 1918, ont été durement touchés.

Le 15 janvier, un groupe de soldats arrête Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg vers neuf heures du soir. Rosa « remplissait une petite valise et prenait des livres », pensant qu’elle allait retourné une fois de plus en prison. Après avoir appris leur arrestation, le gouvernement de Noske laisse Rosa et Karl entre les mains du « Kreikorps » - le corps paramilitaire d’anciens combattants de l’armée du Kaiser. A peine sortis de l’Hôtel Eden, les dirigeants spartakistes reçoivent des coups de crosse à la tête, sont traînés et abattus. Le corps de Rosa a été jetée dans la rivière depuis le pont de Landwehr. On ne retrouvera sa dépouille que cinq mois plus tard, son visage presque impossible à identifier.

Un an plus tôt, dans une lettre de prison à Sophie Liebknecht, à la veille du 24 décembre 1917, Rosa écrivait avec un profond optimisme sur la vie : « C’est mon troisième Noël en cabane, mais ne prenez pas ça au tragique. Moi, je suis calme et sereine comme toujours. (...) Et je suis là, seule, immobile, silencieuse, enveloppée, dans les épais draps noirs des ténèbres, de l’ennui, de la détention, de l’hiver et pourtant, mon cœur bat d’une joie intérieure inconnue, incompréhensible, comme si je marchais sur une prairie en fleurs, sous la lumière éclatante du soleil. Et dans le noir, je souris à la vie (…) Je crois que le secret de cette joie n’est autre que la vie elle-même ; si on sait bien la regarder, l’obscurité profonde de la nuit est belle et douce comme du velours ; et dans le crissement du sable humide, sous les pas lents et lourds de la sentinelle, chante aussi une petite chanson, la chanson de la vie – si seulement on sait l’entendre ».

Clara Zetkin, peut-être celle qui la connaissait le mieux, écrivit à propos de sa grande amie et camarade Rosa Luxemburg, partageant cet optimisme après sa mort : « Dans l’esprit de Rosa Luxemburg, l’idéal socialiste était une passion écrasante qui submergeait tout ; une passion à la fois du cerveau et du cœur, qui la dévorait et la forçait à créer. La seule grande et pure ambition de cette femme hors pair, l’œuvre de toute sa vie, était de préparer la révolution qui seule ouvrirait la voie au socialisme. Pouvoir vivre la révolution et prendre part à ses batailles était pour elle la joie suprême (...) Rosa mettait au service du socialisme tout ce qu’elle était, tout ce qu’elle valait, sa personne et sa vie. L’offrande de sa vie, à l’idée de la révolution socialiste, elle ne la fit pas seulement le jour de sa mort ; elle l’avait donné morceau par morceau, à chaque minute de sa vie, à chaque moment de lutte et de son oeuvre. Pour cette raison, elle pouvait légitimement exiger des autres qu’ils donnent tout, y compris leur vie, pour le bien du socialisme. Rosa Luxemburg symbolise l’épée et la flamme de la révolution, et son nom sera gravé au fil des siècles comme l’une des plus grandes et des plus éminentes figures du socialisme international. »

Trad. Cécile Manchette


http://www.revolutionpermanente.fr/Rosa ... socialisme
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 20:05

Portraits de militants révolutionnaires (Brochure) :

G. Munis, Josep Rebull, Albert Masó, Jaime Fernández Rodríguez
suivi de :
Le groupe franco-espagnol « Les Amis de Durruti »

Agustin Guillamón

Table des matières
G. Munis, un révolutionnaire méconnu.................................................................................................3
Un théoricien révolutionnaire : Josep Rebull........................................................................................13
Albert Masó March (1918-2001).........................................................................................................23
Jaime Fernández Rodriguez (1914-1998), ...........................................................................................24
Le groupe franco-espagnol « Les Amis de Durruti » ............................................................................29

PDF : https://bataillesocialiste.files.wordpr ... llamon.pdf

https://liberteouvriere.wordpress.com/2 ... guillamon/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Divers militant-es révolutionnaires

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 04:18

Margarete Buber-Neumann — survivre au siècle des barbelés

Margarete Buber-Neumann traverse le XXe siècle avec un bien triste privilège : elle est la seule à avoir publiquement témoigné par écrit de sa double expérience des camps soviétiques et nazis. La jeune et fervente communiste, accusée de « déviationnisme » par le pouvoir stalinien, survit à trois ans de Goulag sibérien pour se retrouver déportée à Ravensbrück après le pacte germano-soviétique, pendant cinq ans. Elle survivra pour raconter, inlassablement, sans amertume et sans illusions, ce que le pouvoir fait de ceux qui le détiennent et à ceux qu’il détient.

... https://www.revue-ballast.fr/margarete- ... -barbeles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité