Palestine / Israël

Re: Palestine / Israël

Messagede bipbip » 16 Oct 2018, 14:56

1948 : L’assassinat par Israël du médiateur de l’ONU en Palestine

Israël a reconnu indirectement sa responsabilité dans l’assassinat, en septembre 1948, de Folke Bernadotte, médiateur de l’ONU pour la Palestine.

Alors qu’Israël a célébré avec faste son soixante-dixième anniversaire, marqué par le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, un autre soixante-dixième anniversaire est passé bien inaperçu: celui de l’assassinat, le 17 septembre 1948 à Jérusalem, du comte suédois Folke Bernadotte, médiateur de l’ONU pour la Palestine. Ce crime avait pourtant suscité alors une condamnation unanime et une profonde émotion, avec une minute de silence à la mémoire de Bernadotte lors de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Aujourd’hui, c’est dans l’indifférence générale qu’Israël, au sein d’un musée dépendant de son ministère de la Défense, assume la responsabilité du meurtre du premier diplomate chargé de régler pacifiquement le conflit israélo-arabe.

LA MORT D’UN HOMME DE PAIX

Né en 1895, petit-fils d’un roi de Suède, Folke Bernadotte devient en 1943 le numéro deux de la Croix-Rouge suédoise. C’est à ce titre qu’il parvient à négocier avec les autorités nazies, en février-mars 1945, le sauvetage de 21.000 prisonniers, dont 6500 Juifs. Très actif après la guerre au sein du mouvement des Croix Rouges, dont il défend avec fougue la stricte neutralité, il est nommé par le secrétaire général de l’ONU « médiateur » pour la Palestine en mai 1948: la guerre y fait rage depuis que l’Assemblée générale de l’ONU a adopté, en novembre 1947, un « plan de partage » entre un Etat juif et un Etat arabe; c’est sur la base de ce plan que, au terme en mai 1948 du mandat britannique, Israël vient de proclamer son indépendance, immédiatement contestée par l’intervention des armées arabes. La mission de Bernadotte est limitée à six mois, d’où l’urgence dans laquelle il propose aux parties, dès juin 1948, d’abord une trêve de quatre semaines, puis un plan de règlement du conflit.

Les hostilités reprennent en juillet 1948, avec déplacements massifs de civils arabes, avant que Bernadotte ne négocie une deuxième trêve. La jeune armée israélienne, établie à partir de la milice majoritairement travailliste de la Hagana (la Défense), a de sérieux problèmes de coordination avec les groupes extrémistes de l’Irgoun (l’Organisation) et du Lehi (acronyme hébreu des « Combattants pour la Liberté d’Israël »). Mais tous sont unis dans leur détermination à s’emparer de la vieille ville de Jérusalem, alors même que Bernadotte oeuvre à la démilitarisation de la Cité sainte. Il s’attire pour cela les foudres du Lehi, qui le menace publiquement de mort, sous le slogan « Stockholm est à vous, Jérusalem est à nous »

Le 17 septembre 1948, Bernadotte traverse Jérusalem, accompagné dans sa voiture par le colonel français André Sérot, chef des observateurs de l’ONU pour la ville. Sérot tient à remercier Bernadotte d’avoir sauvé en 1945 son épouse du camp de concentration de Ravensbrück. Quatre assaillants en uniforme de l’armée israélienne interceptent le véhicule, dans le secteur de Jérusalem contrôlé par Israël, et mitraillent Bernadotte et Sérot, tués sur le coup. Un « Front de la Patrie » revendique l’assassinat, mais personne n’est dupe et le gouvernement israélien saisit l’occasion pour démanteler la structure militaire du Lehi. Les militants de ce groupe extrémiste, après une courte période de purgatoire, reprendront leur carrière, y compris politique, le plus doué d’entre eux, Yitzhak Shamir, devenant même Premier ministre d’Israël en 1983.

UN MUSEE A LA GLOIRE DES TERRORISTES

Le musée du Lehi se situe dans le quartier branché de Florentine à Tel Aviv. Il occupe la maison même où le fondateur de l’organisation, Avraham Stern, a été tué, le 12 février 1942, par la police britannique. Ce musée est placé officiellement sous l’autorité de l’Etat d’Israël, par le biais de « l’unité des musées » du ministère de la Défense. Les visiteurs sont accueillis par un (ou une) militaire en uniforme. Le ministère israélien de la Défense propose d’ailleurs un ticket combiné permettant de visiter à Tel Aviv, outre le musée du Lehi, deux musées célébrant l’action de l’Irgoun, un musée consacré à l’histoire de la Hagana et un autre à celle de l’armée israélienne. Il n’y a donc pas le moindre doute sur le fait que l’action de groupes stigmatisés alors comme « terroristes » est aujourd’hui intégrée à une mémoire d’Etat de la lutte armée pour Israël.

Après la reconstitution d’ateliers clandestins d’explosifs et de différents attentats, le musée du Lehi justifie en ces termes l’assassinat de Bernadotte: « son plan, rendu public le 27 juin 1948, représentait un danger pour l’existence même de l’Etat d’Israël: Israël et la Transjordanie auraient été considérés comme une seule unité territoriale composée de deux Etats. Le Néguev aurait été inclus dans l’Etat arabe, de même que les villes de Ramla et de Lod, la Galilée occidentale revenant à l’Etat juif. L’Etat juif n’aurait bénéficié d’aucune continuité territoriale. Jérusalem aurait été inclus dans le secteur arabe avec une autonomie municipale pour la communauté juive. Quelque 300.000 réfugiés auraient pu retourner dans leurs foyers, chaque Etat disposant d’un droit de véto sur la politique d’immigration de l’autre. Le 17 septembre 1948, le comte Bernadotte fut tué par balles par des membres du Lehi s’appelant le « Front de la patrie ». Son plan fut ainsi réduit à néant ».

L’ONU, après la mort de son médiateur, n’a plus eu pour ambition que de négocier des accords d’armistice entre Israël et ses voisins arabes, renvoyant dans un avenir indéterminé un éventuel règlement définitif. C’est donc bien un plan de paix, donc la perspective de la paix elle-même, que le commando du Lehi a voulu tuer en tuant Bernadotte. Le succès de cette manoeuvre criminelle fut tel que l’Etat d’Israël la revendique aujourd’hui dans l’un de ses musées.

Une tragédie de 1948 à méditer aujourd’hui en 2018.


http://filiu.blog.lemonde.fr/2018/10/14 ... palestine/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Palestine / Israël

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 20:39

Nouvelles révélations sur les massacres de Sabra et Chatila

Dans un livre sur la diplomatie américaine au Proche-Orient, le chercheur Seth Anziska revient sur les massacres de Sabra et Chatila (1982). Il apporte des éléments nouveaux sur l’implication du gouvernement israélien. Analyse de l’ouvrage et entretien avec l’auteur par Sylvain Cypel.

À l’automne 2012, à l’occasion des trente ans des massacres de Sabra et Chatila, le chercheur américain Seth Anziska publiait un article dans le New York Times sur la manière dont les dirigeants israéliens avaient, comme le déclarera le sous-secrétaire d’État Lawrence Eagleburger, « délibérément trompé » leurs interlocuteurs américains sur les massacres en cours dans les camps palestiniens dont ils avaient connaissance. L’article montrait aussi l’attitude peu courageuse que leur avait opposée l’administration Reagan, son ambassadeur itinérant au Proche-Orient Morris Draper au premier chef.

Pour ce faire, Anziska s’appuyait beaucoup sur des sources diplomatiques américaines. Aujourd’hui, il revient à la charge, et plus en profondeur. Dans un ouvrage intitulé Preventing Palestine : A Political History From Camp David to Oslo, une étude sur la diplomatie américaine au Proche-Orient sur la période qui va du premier accord de Camp David (1977) aux accords d’Oslo (1993)
1
, il consacre une vingtaine de pages aux massacres de Sabra et Chatila. Il a, cette fois, eu accès à de nouvelles sources, dont des documents classifiés des travaux de la célèbre commission Kahane qui, en Israël, avait évalué les responsabilités des dirigeants dans ces crimes
2

... https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/no ... atila,2688
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Palestine / Israël

Messagede bipbip » 09 Nov 2018, 22:58

NAKBA:
Pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne en Israël

Soirée-débat avec Éléonore Merza Bronstein et Michel Warschawski

Paris samedi 10 novembre 2018
à 20h, Centre international de culture populaire (CICP),21 ter rue Voltaire

Soirée organisée par l'UJFP.

Éléonore Merza Bronstein présentera le livre qu'elle a co-écrit avec Eitan Bronstein Aparicio : "NAKBA : Pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne en Israël".
Michel Warschawski présentera son nouveau livre, "Israël, chronique d'une catastrophe annoncée, et peut-être évitable".

Ces présentations seront suivies d'un débat.

Image

NAKBA:
Pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne en Israël

de Eitan Bronstein Aparicio (Auteur), Éléonore Merza Bronstein (Auteur)

En 1948, 750 000 Palestiniens sont expulsés de leur terre et 615 localités sont détruites pour établir l'État d'Israël. C'est ce qu'on appelle la Nakba (« catastrophe » en arabe), terme tabou hier et entré dans le vocabulaire israélien aujourd'hui, bien que honni par certains. Quinze ans de combat politique ont été nécessaires pour placer la Nakba au centre des débats pour la reconnaissance de la tragédie palestinienne. Une lutte de premier plan contre les pages sombres d'une histoire coloniale qui a débuté à la fin du XIXe s. et qui continue de nos jours. Ce livre s'ouvre sur le parcours d'Eitan Bronstein, le principal chef de file de ce changement politique. Comment un jeune kibboutznik, sioniste de gauche, est-il devenu une des figures les plus radicales de la gauche antisioniste israélienne ? Il retrace le chemin parcouru et le processus complexe qui ont permis ce changement, notamment à travers l'ONG Zochrot qu'il a fondée en 2002. L'ouvrage raconte aussi le couple qu'il forme avec l'anthropologue politique française Éléonore Merza, à la vie comme dans la lutte politique. À leur histoire politique se mêle leur histoire personnelle et familiale. Lui, arrivé d'Argentine en Israël à l'âge de cinq ans, qui a fait l'armée et dont la rupture avec le sionisme s'est faite tardivement. Elle, fille d'une Juive et d'un Musulman expulsé de ses terres par Israël, et qui a décidé d'y fonder sa famille comme un pied de nez à l'histoire sans pour autant accepter d'être israélienne. Parallèlement à leur récit, cet ouvrage nous permet de mieux saisir comment les Israéliens voient la Nakba et leur sentiment face au droit au retour des réfugiés palestiniens, et - de facto - de mieux comprendre la société israélienne. À travers ces pages, apparaît l'espoir qu'une nouvelle génération d'Israéliens puisse se libérer d'une identité collective coloniale, afin de pouvoir imaginer une cohabitation plus juste, une terre légitime pour tous.

https://paris.demosphere.net/rv/64079
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités