Internationale situationniste

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede kuhing » 03 Juil 2009, 17:36

ChoueTTe a écrit:Tiens merci, je vais m'y intéresser, je connais strictement rien au surréalisme. J'ai vu que des livres de Debord et de Vanegeim sont en libre disposition sur le web (dont la société du spectacle me semble-t-il, je vais refaire mon retard...).


j'étais particulièrement séduit par André Breton dont je te conseille les + connus : "le manifeste du surréalisme" "l'amour fou " et si ça continue à t'intéresser "Najda"
Et si tu peux lire ça dans les rues de Paris c'est encore mieux .
un dépassement poétique de la réalité qui touche à des choses essentielles.
En tout cas je l'ai ressenti de cette façon.
Image
j'ai trouvé également la recherche d'Henri Michaux, plus en marge du mouvement surréaliste mais pas loin, digne d'intérêt également ( il s'agit + d'expérience sous drogue et le style est très étrangement hermétique )
kuhing
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Antigone » 03 Juil 2009, 19:04

Je pense que l'erreur à ne pas commettre avec le situationnisme, c'est de le considérer comme une idéologie dont il faudrait s'imprégner en lisant les "textes sacrés".
Pour avoir passé beaucoup de temps à réfléchir sur ce mouvement, j'en suis arrivé à la conclusion que ce qui importait, c'était la méthode de raisonnement, la tournure d'esprit, les libertés et les trangressions qu'elles permettaient. Le détachement est la meilleure attitude à avoir. Il ne faut pas étudier les textes situs comme on l'a fait avec les bouquins de Marx, Bakounine... Connaitre l'esprit du situationnisme est plus intéressant que de chercher à comprendre le dogme à la lettre.
On peut feuilleter la revue. On peut lire La véritable scission dans l'Internationale assez accessible, découpé en chapitres assez courts. Mais Debord, La société du spectacle, c'est à éviter, à moins d'avoir envie de perdre son temps.
Sinon, sur le plan artistique, le situationnisme s'inspire plus du futurisme que du surréalisme... Enfin bon, vous faites ce que vous voulez, vous êtes grands.

Je pense que le chef d'oeuvre du situationnisme a été écrit par Gianfranco Sanguinetti sous le pseudonyme de Censor. C'est un faux rapport qui a été envoyé en 1975, en pleine époque de l'Autonomie ouvrière, à la crème de l'élite dirigeante italienne (intellectuels, journalistes, politiciens, industriels) sous le titre de Véridique rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie. Il préconisait d'associer le PCI au pouvoir afin de mieux contrôler la classe ouvrière. C'était tellement lucide et argumenté que tout le monde y avait cru ! Sanguinetti en était revenu à l'origine même du situationnisme, la mise en situation.

Ca a été maintes fois imité par la suite, avec un contenu subversif, surtout en Italie. Mais avec le temps, ce genre de canular a perdu de son essence et de sa crédibilité parce que manquant souvent de pertinence politique. Le dernier en date: une émission d'info à la télé belge qui annonçait en direct la scission de la Flandre, et qui avait réussi à créer une certaine panique.
(Orson Welles à la radio dans les années 30, avait été un précurseur...)
Antigone
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede ChoueTTe » 04 Juil 2009, 07:41

Merci les amis :wink:
ChoueTTe
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Seitanarchist » 05 Juil 2009, 17:34

S'agissant des hippies, ils n'ont jamais été peu ou prou révolutionnaires. Pas par manque de perspective, mais par absence totale d'intention. Pacifistes, oui. Idéalistes, pas tant que ça, ou alors d'un idéalisme poreux qui a parfaitement su s'adapter au pragmatisme de cette société.
Même en faire la critique ne me parait pas très intéressant.


" les hippies " c'est large.
Des gens comme le weathermen sont issus du mouvement hippie : c'est juste une évidence quand tu vois leurs références culturelles ( bob dylan, timothy leary, le mouvement anti-guerre, etc ).
Les Yippies, qui ont en grande partie lancé le mouvement contre la guerre au vietnam avec les "vietnam comitee" aussi étaient assez radicaux.
En terme de perspectives, c'est jamais allé très très loin, mais des gens comme Jerry Rubbin ou Abbie Hofmann (fondateurs des Yippies) revendiquaient quand même la fin de la société marchande, la négation de la propriété privée, proposait de brûler le fric, etc...
C'est quand même pas anodin comme positions politiques. ;)

On pourrait parler des diggers qui ont sévit dans la même période, mais je sais pas si on peut les rattacher aux hippies, mais ils était radicaux.

Le truc de Ken Knabb est à lire si tu veux comprendre tout ça.
Dire " les hippies à la poubelle " est un peu facile.
Les situs non plus n'ont jamais été peu ou prou révolutionnaires, d'un certains point de vue.
Ils n'ont jamais réussi à déclenché "l'insurrection des conseils ouvriers" (tendance conseilliste) ni même un début d'autogestion généralisée (tendance libertaire), même si Mai 1968 en a été une esquisse.
Ils se sont majoritairement contentés d'écrire des bouquins et des tracts.
Mais ça reste intéressant historiquement.
"We can protest untill death, they won't listen, don't sit back and think It will happen. They won't give up what they've robbed, stand up and resist." Conflict
Seitanarchist
 
Messages: 282
Enregistré le: 16 Juin 2009, 03:06

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede fabou » 19 Juil 2009, 14:50

Je pense que le situationnisme reste plus que jamais d'actualité. La société spectaculaire-marchande, la soumission volontaire et les pseudos-contestations (citoyennisme) ne cessent de se développer.

Je recommande la lecture du dernier bouquin de René Riesel et Jaime Semprun : "Catastrophisme, administrationdu désastre et soumission durable". Un peu complexe mais une super analyse.

Par contre, je ne suis pas d'accord avec le dogme situationniste résumé par Debord : "nos ennemis les plus immédiats sont les tenants de la fausse critique". Cela à donné lieu à la désintégration de l'IS à force d'exclusions. A éviter absolument. Toute lutte, même partielle, reste quand même une lutte. A nous, anarchistes de les radicaliser et de donner envie aux gens de prendre leur autonomie vis à vis de l'état et des bureaucrates.
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 18:12
Localisation: Millau

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede fu hsang » 19 Juil 2009, 15:13

humpf... je pense que tu utilises le mot autonomie a contre sens fab , sans vouloir t agresser , ni quoi que ce soit ,

A nous, anarchistes de les radicaliser et de donner envie aux gens de prendre leur autonomie vis à vis de l'état et des bureaucrates.

je penses que tu peux remplacerle mot autonomie par liberte , l autonomie ne se construit pas "contre" ou" pour" , elle se construit , pour moi , etre autonome c est justement ne pas se definir vis a vis de la societe , mais se definir par rapport a soi et a " nous " , bref , j espere que tu ne prendras pas ombrage de ma reflexion , aussi peu pertinente soit elle
solidairement ^^ (non je ne suis pas a sud )
fu hsang
 
Messages: 353
Enregistré le: 25 Jan 2009, 12:27

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede fabou » 19 Juil 2009, 15:42

Oui tu as raison. ^^ Quand j'ai marqué "autonomie", je pensais "liberté".

N"hésite surtout pas à me critiquer (positivement ou négativement) !
Avatar de l’utilisateur-trice
fabou
 
Messages: 582
Enregistré le: 12 Oct 2008, 18:12
Localisation: Millau

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Alayn » 20 Juil 2009, 00:58

Bonsoir ! Je viens de relire tranquillos tout ce topic... C'est très intéressant, même quand çà dérive sur le mouvement hippie ou les surréalistes. (arf !)

Pour moi, les situs ont ou ont eu une bonne critique "littéraire" de la société de consommation en général mais çà va plus loin.
Aucune proposition pour en sortir, aucune perspective au-delà... c'est dommage.

Salutations Anarchistes !
Alayn
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede geronimo355 » 01 Fév 2015, 12:16

Au sujet de Gianfranco Sanguinetti, il faut signaler que Miguel Amorós a récemment publié une très intéressante "Brève histoire de la section italienne de l'I.S." qui est disponible ici : http://parolesdesjours.free.fr/situationnismeitalie.pdf

Image
Sanguinetti et Debord en 1972.


Par ailleurs, des faits inédits concernant la vie de Francis Pagnon, auteur chez Champ Libre d'un livre excellent intitulé En Évoquant Wagner : la musique comme mensonge et comme vérité, ont surgi ces derniers jours grâce à Jean-Pierre Baudet (proche un temps de Guy Debord et ami de Francis Pagnon) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Francis_Pagnon

Étant proche de la critique situationniste, Francis Pagnon n'aurait jamais accepté d'être désigné comme musicologue français, comme philosophe ou comme une quelconque autre forme de spécialiste. On peut dire de lui qu'il fut un marginal et un autodidacte, et surtout un révolutionnaire.

Francis Pagnon est né dans le territoire de Belfort, dans une famille ouvrière, pauvre et violente. Ayant tôt rompu avec elle, il ne renia jamais, pour autant, son origine sociale. C'est en autodidacte qu'il acquit une vaste culture (il fut polyglotte, féru de philosophie, musicien) mais ne concevait pas d'autre usage de cette culture que critique et révolutionnaire. Evitant toute forme d'intégration sociale, il s'efforça toute sa vie d'amener ses relations à partager cette orientation et n'eut pour horizon que celui d'un renversement de l'ordre capitaliste (comme en témoigne sa lettre du 9 septembre 1988 adressée à Jean-Pierre Baudet depuis le village thaïlandais proche de la frontière birmane où Pagnon vécut).

Sur le plan musical, et en dépit d'une scolarité absente, Pagnon se forma en harmonie et en analyse musicale (avec Narcis Bonet, qui lui reconnut en réel talent dans ce domaine). Il apprit pendant quatre ans à jouer du piano, composa des chansons, mais sa passion prédominante portait sur l'oeuvre de Richard Wagner. Pagnon considérait qu'on trouvait, en particulier dans la Tétralogie, l'héritage du passé révolutionnaire de Wagner, qui fut proche de Bakounine, et n'acceptait pas le rejet dont Wagner fait l'objet en raison de l'antisémitisme et du pangermanisme dont on l'accusait sous prétexte que les nazis s'étaient emparés de sa musique.

Pagnon vécut de façon précaire à Londres (où il s'était enfui avant d'avoir atteint sa majorité, et d'où il fut expulsé après l'expiration de son visa) et, plus tard, à Cologne. En France, il vécut à Tours et dans le dix-huitième arrondissement parisien.

Refusant toute activité professionnelle pouvant être considérée comme bourgeoise, Pagnon mena une vie totalement désargentée, ne travaillant que dans des conditions misérables.

Depuis son jeune âge, il souffrait d'une paralysie du nerf auditif qui ne cessa de s'intensifier et de le condamner à une surdité en constante augmentation, de plus en plus pénible pour un musicien.

Le seul livre publié de son vivant, En évoquant Wagner, fut réalisé en 1981 avec le soutien bienveillant de l'éditeur Gérard Lebovici, lui-même musicien. Cette constellation heureuse ne se reproduisit pas, puisqu'en 1984, déjà très diminué, Pagnon proposa au même éditeur un manuscrit impossible à publier en l'état.

Dans le conflit opposant en 1987 Jean-François Martos, Jean-Pierre Baudet et (clandestinement) Guy Debord à l'Encyclopédie des Nuisances, Pagnon prit position avec passion en faveur des premiers.

Pagnon était l'exemple même de l'écorché vif, ne sachant moduler son empathie pour son entourage. Après une longue période passée dans un village du nord de la Thaïlande (région de Chiang Maï), déçu par son impuissance devant la misère locale comme devant l'évolution de la société en France, ne se sentant plus chez lui nulle part et tombant dans un alcoolisme avancé, Francis Pagnon s'est donné la mort par pendaison le 11 janvier 1990.

Francis Pagnon était très conscient de s'opposer, avec son livre, au musicologue critique le plus réputé, Theodor W. Adorno, et il ne manquait pas de relever que contrairement à celui-ci, Richard Wagner lui paraissait plus subversif que Mahler, Schönberg et Berg, qu'il aimait pourtant beaucoup. En revanche, cette fois à l'instar d'Adorno, Pagnon détestait le jazz.

*En 1984, un manuscrit fut refusé par les Editions Champ libre sur l'instigation de Guy Debord.
*Un certain nombre de manuscrits laissés à la mort de Pagnon, non publiés, comprennent des traductions d'auteurs de théâtre allemands (Die Albigenser, de Nikolaus Lenau; Hinkemann, d'Ernst Toller), une étude intitulée Lenau et le refus de la réconciliation, et des études sur la Métaphysique d'Aristote.

Site de Jean-Pierre Baudet : http://www.lesamisdenemesis.com/

Image
Modifié en dernier par geronimo355 le 01 Fév 2015, 20:41, modifié 2 fois.
L'anarchisme est radical ou il n'est rien.
geronimo355
 
Messages: 5
Enregistré le: 31 Jan 2015, 18:57

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede geronimo355 » 01 Fév 2015, 16:01

Le livre de Miguel Amoros sur les rapports entre l'I.S. et l'anarchie est aussi très intéressant.
En voici un compte-rendu : http://www.autrefutur.net/Les-situation ... l-anarchie

Image
Miguel Amoros, Les situationnistes et l'anarchie, éditions de la Roue, 2012.

Ce qui frappe dès l’abord dans ce livre, c’est l’extraordinaire richesse séditieuses des années 1960, et le contenu essentiellement libertaire de la contestation, qui explique comment l’I.S. a réussi, avec de très faibles moyens mais une grande intelligence critique, à marquer de son empreinte le projet de révolution sociale qui était alors réalisable : les aliénés eux-mêmes ayant déjà entrepris le travail de désaliénation, une poignée d’individus leur apportait des armes dont la suite de l’histoire allait démontrer l’efficacité.

Pour évoquer cette période, Miguel Amorós, s’est appuyé sur l’étude d’une importante masse de documents, de correspondances (certaines inédites), de brochures, d’éditions critiques, ainsi que sur des conversations directes avec certains protagonistes ; il a ainsi dressé un tableau détaillé et précis des rapports qui s’établirent entre l’univers libertaire et l’I.S. avant la révolte de Mai 68 et jusqu’à son irruption. Cependant, pour le malheur de la génération suivante, la médaille avait son revers, que l’auteur met en lumière sans complaisance, et qui se révéla dans sa triste réalité dès le début des années 1970. Ici, en effet, s’impose bien un constat d’échec majeur de l’intervention situationniste, échec largement déterminé par une erreur d’appréciation du moment historique dont la première manifestation éclatante fut le « fiasco américain », mais également en Grande-Bretagne.

Mais au delà des relations entre l’IS et divers groupes anarchistes plus ou moins liés à la Fédération Anarchiste, de l’échec de sa tentative d’implantation aux Etats-Unis ou de l’intégration des Enragés dans l’IS, c’est la cécité de couardes bureaucraties (libertaires ou anarcho-syndicalistes), qui est exposé, de documents en témoignages.

Du verrouillage de la "FA de Joyeux" et du mouvement anarchiste dans différentes composantes, ou de l’obsessionnelle stigmatisation de ces "marxistes de situationnistes", (coupables aux yeux de certains libertaires d’avoir oser critiquer et théoriser ce qu’eux mêmes avaient été bien incapables d’oser imaginer), la "bureaucratie considérée comme une fin en soi" manquera le rendez-vous de 68, trop occupée qu’elle fut à exclure, à mener des opérations coups de force ou à entretenir de longs procès "en sorcellerie" …

Lucie Heymé
L'anarchisme est radical ou il n'est rien.
geronimo355
 
Messages: 5
Enregistré le: 31 Jan 2015, 18:57

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede altersocial » 20 Déc 2015, 14:42

Ce qui frappe dès l’abord dans ce livre, c’est l’extraordinaire richesse séditieuses des années 1960, et le contenu essentiellement libertaire de la contestation, qui explique comment l’I.S. a réussi, avec de très faibles moyens mais une grande intelligence critique, à marquer de son empreinte le projet de révolution sociale qui était alors réalisable : les aliénés eux-mêmes ayant déjà entrepris le travail de désaliénation, une poignée d’individus leur apportait des armes dont la suite de l’histoire allait démontrer l’efficacité.


J'ai rien compris (en gras). :confus:

Ici, en effet, s’impose bien un constat d’échec majeur de l’intervention situationniste, échec largement déterminé par une erreur d’appréciation du moment historique dont la première manifestation éclatante fut le « fiasco américain », mais également en Grande-Bretagne.


Ou comment ne rien comprendre à l'esprit situationniste : comme si le succès situationniste était de créer des succursales identiques à l'IS continentale.

Rien qu'en Grande Bretagne des activistes comme laKING MOB étaient sur certains points bien plus intéressants et pragmatiques que l'IS. Et rien à envier du point de vue de la propagande graphique non plus.

La fin du compte-rendu explique bien les choses sinon :wink:
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede stratos » 09 Nov 2016, 14:09

Tout le monde ne peut pas lire l’Internationale Situationniste ou ses continuateurs
à lire sur le site autrefutur. http://www.autrefutur.net/Tout-le-monde-ne-peut-pas-lire-l-Internationale-Situationniste-ou-ses
Pas mal la réflexoin.
stratos
 
Messages: 36
Enregistré le: 18 Fév 2012, 19:33

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede bipbip » 14 Fév 2017, 18:37

L'Internationale Situationniste - de l'Histoire au mythe

Dernière avant garde artistique, après dada et le surréalisme, mouvement politique considéré par certains comme "l'ancêtre de mai 1968", acteur de la contre-culture à la française des années 1970, le mouvement situationniste est devenu un mythe, personnalisé par l'un de ses leaders, Guy Debord. Le détournement de films, de comics ou de photos érotiques en est devenu sa marque de fabrique, son influence s'est exercée sur le mouvement punk de la fin des années 1970, des expositions, dans le monde entier en ont retracé une histoire métonymique de mai 68, jusqu'à ce que le ministère de la culture français classe les archives de Guy Debord "trésor national" par une loi de 2009... L'historienne Anna Trespeuch-Berthelot, auteur de l'ouvrage "L'Internationale situationniste, de l'histoire au mythe" (PUF) retrace dans ce documentaire l'histoire du mouvement situationniste et analyse sa réception : comment ce mouvement qui était confidentiel à sa création en 1957 est-il devenu ce mythe associé à la contestation de mai 1968 ?
Film réalisé par Jeanne Menjoulet
Produit par le CHS

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Internationale situationniste

Messagede Pïérô » 15 Fév 2017, 02:37

Poitiers, samedi 18 février 2017

La dialectique peut-elle casser des briques ?

à 16h, Bibliothèque Libre & Populaire, Syndicats CNT 20 rue Blaise Pascal, Poitiers

Image

Discussion sur le situationnisme

http://reve86.org/event/la-dialectique- ... s-briques/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Internationale situationniste

Messagede bipbip » 05 Mar 2017, 16:43

Clermont-Ferrand jeudi 9 mars 2017

Le Mouvement situationniste - Bertrand COCHARD

Conf organisée par les amis du temps des cerises

à 20h, Salle Conchon, Rue Léo Lagrange, Clermont-Ferrand

Dans les années 1960 et 1970, partout dans le monde, des révoltes éclatent contre l'emprise grandissante de la marchandise et de l'État sur tous les aspects de la vie. Les situationnistes ont contribué à forger les outils critiques de ce soulèvement généralisé, aux côtés d'intellectuels et de groupuscules influencés par le marxisme et l'anarchisme. Mais à la différence de ces derniers, ils ne venaient pas tant du mouvement ouvrier que des avant-gardes artistiques du XXe siècle : Dada, le surréalisme, le lettrisme. Artistes en rupture de ban, mi-rebelles mi-voyous, les situationnistes s'étaient réunis sur la base d'un programme radical : le refus des conditions de vie faites à l'homme moderne, aussi bien dans les sociétés capitalistes avancées que dans les régimes dits communistes, et la volonté d'expérimenter de nouvelles formes d'existence et de communauté en rupture avec l'ordre établi.
Ce livre analyse avec précision les racines culturelles des théories et des pratiques situationnistes. Il explore également leur postérité diverse et souvent contradictoire : entre récupération et radicalisation, du côté des intellectuels postmodernes ou de l'art contemporain, chez les stratèges du pouvoir néocapitaliste comme dans les rangs des révoltés d'aujourd'hui.

https://63.demosphere.eu/rv/172
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité