Internationale situationniste

Internationale situationniste

Messagede barbatruk » 20 Déc 2008, 16:32

Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Définitions

situation construite

Moment de la vie, concrètement et délibérément construit par l’organisation collective d’une ambiance unitaire et d’un jeu d’événements.

situationniste


Ce qui se rapporte à la théorie ou à l’activité pratique d’une construction des situations. Celui qui s’emploie à construire des situations. Membre de l’Internationale situationniste.

situationnisme

Vocable privé de sens, abusivement forgé par dérivation du terme précédent. Il n’y a pas de situationnisme, ce qui signifierait une doctrine d’interprétation des faits existants. La notion de situationnisme est évidemment conçue par les anti-situationnistes.

psychogéographie

Étude des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus.

psychogéographique

Relatif à la psychogéographie. Ce qui manifeste l’action directe du milieu géographique sur l’affectivité.

psychogéographe


Qui recherche et transmet les réalités psychogéographiques.

dérive


Mode de comportement expérimental lié aux conditions de la société urbaine : technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Se dit aussi, plus particulièrement, pour désigner la durée d’un exercice continu de cette expérience.

urbanisme unitaire

Théorie de l’emploi d’ensemble des arts et techniques concourant à la construction intégrale d’un milieu en liaison dynamique avec des expériences de comportement.

détournement

S’emploie par abréviation de la formule : détournement d’éléments esthétiques préfabriqués. Intégration de productions actuelles ou passées des arts dans une construction supérieure du milieu. Dans ce sens il ne peut y avoir de peinture ou de musique situationniste, mais un usage situationniste de ces moyens. Dans un sens plus primitif, le détournement à l’intérieur des sphères culturelles anciennes est une méthode de propagande, qui témoigne de l’usure et de la perte d’importance de ces sphères.

culture

Reflet et préfiguration, dans chaque moment historique, des possibilités d’organisation de la vie quotidienne ; complexe de l’esthétique, des sentiments et des mœurs, par lequel une collectivité réagit sur la vie qui lui est objectivement donnée par son économie. (Nous définissons seulement ce terme dans la perspective de la création des valeurs, et non dans celle de leur enseignement.)

décomposition

Processus par lequel les formes culturelles traditionnelles se sont détruites elles-mêmes, sous l’effet de l’apparition de moyens supérieurs de domination de la nature, permettant et exigeant des constructions culturelles supérieures. On distingue entre une phase active de la décomposition, démolition effective des vieilles superstructures — qui cesse vers 1930 —, et une phase de répétition, qui domine depuis. Le retard dans le passage de la décomposition à des constructions nouvelles est lié au retard dans la liquidation révolutionnaire du capitalisme.

__________________________________________________________________

Sources (à consulter) :
http://i-situationniste.blogspot.com/20 ... ero-1.html
http://library.nothingness.org/articles ... display/16
barbatruk
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede joe dalton » 20 Déc 2008, 20:29

franchement, c'est compliqué de te repondre en block sur le sujet ! sur des aspect particulier ouais !
j'avais adoré la societé du spectacle(plus qu'adoré) mais avec du recul, je n'en voit que les defaut maintenant ! et si j'en tirerais un bilan critique il serait trés negatif !
joe dalton
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede barbatruk » 21 Déc 2008, 12:29

La société du spectacle est un livre très particulier.. mais l'IS ne ce limite par a G.Debord et ce livre...
Qui est d'après moi un livre qui s'adresse plus à lui même et ses amis.. relativement indigeste pour l'extérieur.
Par contre Vaneigem, par exemple, s'exprime de façon plus aérée.
barbatruk
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede joe dalton » 21 Déc 2008, 18:11

mais l'IS ne ce limite par a G.Debord et ce livre..

Ça aussi c’est discutable ! En théorie, ouais, mais il avait vite fait d’exclure qui ne se comporter pas comme son laquais ! Excepter, son faire valoir vaneigem, avant de le jeter, lui et cette pseudo internationale, quand le Raoul commencer à lui faire trop d’hombre ! ! Et franchement, je préfère mille fois debord a vanegeim, au moins dans les écrits de GD, y des trucs très éclairants sur l’urbanisme, le temps cyclique ! Et tant que t’as pas trop lu Hegel, Marx et consort, t’en as plein les yeux !
Mais je vais pas m’étendre sur vanegeim, qui a finis apologue de la reforme(en préfaçant un truc d’un nom du genre « au delà du profit, comment réconcilié Woodstock et Wall Street »), et faudrait pas croire que ce n’est qu’une dérive de vieillesse ! Ses écrits ont toujours été le parfait manuel du bobo anticonformiste, et si les gens ne s’en rendaient pas compte à l’époque, c’est que la catégorie post 68 des libéraux libertaires n’était pas créée ! Il très bien où il est actuellement, a Siné hebdos, avec onfray, dans leurs niches marketing pour type un peu a gauche de Charlie hebdos, tout a fait le genre de pseudos contestation spectaculaire (j’aime pas le terme spectaculaire) dont parlait debord
Quelle déception quand j’avais lu son « manuel et traité… », De voir que c’était vraiment ce que disait le titre : un bréviaire de jouissure ! Alors si ça plait au gens de se faire expliqué, par quelqu’un d’autre, ce qu’il faut faire pour vivre comme un vrai rebelle : tans pis pour eux ! Moi, j’ai pas envie qu’un charlot viennent me dire commun vivre !
joe dalton
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Vilaine bureaucrate » 21 Déc 2008, 18:52

Il ne faut pas s'arreter sur le fait que c'était des marxistes conseillistes, j'ai lu le Traité de savoir vivre a l'usage des jeunes générations, de R. Vaneigem et j'ai trouvé ça interessant et intelligent. J'ai pas trouvé que ça faisait "manuel de vie", mais que ça exprimait de part le contexte des années 60, une façon nouvelle d'envisager les choses, dans ce bouquin ya une critique du communisme bureaucratique, de l'organisation en parti, du travail, de la vie quotidienne, de l'absence de creation.. ect.. ya aussi des references libertaires..
J'avais lu Marx avant, et un tas de trucs ennuyants et morbides, heureusement je suis tombées sur ce bouquin.
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 14:45

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede joe dalton » 21 Déc 2008, 19:07

La critique sur le taf, etc. ce n’étaient pas les premiers à la faire, ce qui n’a rien de grave, mais chez vaneigem je la trouve très faible, et ses grande phrases pompeuses, ça m’avait gonflé plus qu’autre chose ! Je trouve que ça pue l’autosatisfaction !
Mais bon j’avais vraiment pas accrocher, peut être a cause de l’attente ! Faudrait que je les relise peut être ! Mais le livre des plaisirs et compagnie, j’pense que ça me fera le même effet ! Celui de lire un mec qui pose et se fait plaisir !
joe dalton
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Vilaine bureaucrate » 21 Déc 2008, 20:53

Joe tu dis : " a cause de l'attente", mais quelle attente?
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 14:45

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede joe dalton » 21 Déc 2008, 21:03

disons que j'avait été telement scotché par la "societe du spectacle", et qu'on m'avait dit que raoul etait complementaire, que y avait une attente !
en plus j'aime pas acheter les bouquins(et c'etait une epoque ou je devais me casser la tete pour me defoncer la gueule, alors acheter des livres ), et il existe pas a la bibliothèque ! j'ai mis du temps a pouvoir le lire !
Modifié en dernier par joe dalton le 22 Déc 2008, 00:13, modifié 1 fois.
joe dalton
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede barbatruk » 22 Déc 2008, 00:02

joe dalton a écrit:disons que j'avait été telement scotché par la SDS, et qu'on m'avait dit que raoul etait complementaire, que y avait une attente !
en plus j'aime pas acheter les bouquins(et c'etait une epoque ou je devais me casser la tete pour me defoncer la gueule, alors acheter des livres ), et il existe pas a la bibliothèque ! j'ai mis du temps a pouvoir le lire !


C quoi la SDS ? :confus:
A la bibliothèque moi j'ai découvert Vanegeim, Debord parmi tant d'autre... sinon sur les sites ils sont téléchargeable.
Oui moi aussi étant plus jeune je préférais investir dans ma destruction plutôt que d'acheter des livres moins chére que de la dépouille. heureusement ce temps est révolu pour moi.
barbatruk
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Vilaine bureaucrate » 22 Déc 2008, 14:05

c'est la Société du spectacle de Guy debord. J'ai ce bouquin, faut que je le lise!
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 14:45


Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Vilaine bureaucrate » 26 Déc 2008, 02:29

Et le Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (1967) de Raoul Vaneigem ici: http://arikel.free.fr/aides/vaneigem/
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 811
Enregistré le: 24 Juin 2008, 14:45

la veuve Debord vend "l'héritage" à l'Etat

Messagede georges » 18 Juin 2009, 03:24

L'Etat sait se donner "les moyens" (!) d'intégrer la contestation...

A propos d'une extravagante récupération étatique

Dans un article paru dans Le Monde du 14 juin 2009, Alain Beuve-Méry ne peut dissimuler sa satisfaction d’assister enfin à la réconciliation du spectacle et de sa négation grâce à un étrange trésor de guerre dont divers protagonistes, privés et publics, se partagent la dépouille.

Deux cents personnes dînent ensemble pour garder en France l'oeuvre de Debord

Le compte à rebours est enclenché. Et le temps file vite. Depuis le 29 janvier, date à laquelle la ministre de la culture, Christine Albanel, a classé "trésor national" les archives de Guy Debord (1931-1994), le chef de file du mouvement situationniste, l'Etat dispose de trente mois pour rassembler l'argent nécessaire afin d'acquérir ce fonds inventorié par le libraire parisien Benoît Forgeot.
Outre le manuscrit autographe de La Société du spectacle (paru en 1967, disponible en "Folio"), ce fonds comprend une collection de notes de lectures, deux cahiers dans lesquels Guy Debord a inscrit ses rêves, tout ce qui concerne le Jeu de la guerre, avec un des cinq exemplaires de l'ouvrage qui a été pilonné, le manuscrit de son dernier projet de livre, toutes ses notes concernant le cinéma, de gros dossiers concernant l'édition, et l'ensemble de sa correspondance.
Passé le délai de deux ans et demi, ce fonds, dont l'intégrité a été préservée par Alice Debord, veuve de l'écrivain et détentrice des droits moraux sur l'oeuvre, pourrait migrer outre-Atlantique et être acquis par des universités américaines, très friandes de ce type de documents, comme celle de Yale, qui est déjà sur les rangs.
La valeur de ces archives est difficile à évaluer, mais elle dépasse plusieurs centaines de milliers d'euros. Afin de réunir une partie de la somme, Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France (BNF) a décidé de faire appel à des mécènes en les réunissant autour d'un dîner de prestige. Ce dîner de gala aura lieu le lundi 15 juin, sur le site François-Mitterrand, dans le prestigieux hall des Globes. Cette façon de lever des fonds est directement inspirée par les méthodes des fondations et musées américains, qui sollicitent ainsi de richissimes donateurs.
" Nous réunissons une fois par an tous nos grands mécènes dans un cadre prestigieux", explique le président de la BNF. En 2008, l'argent récolté (autour de 200 000 euros) avait permis à la Bibliothèque d'acquérir une pièce unique de l'artiste allemand Anselm Kieffer, un hommage au poète Paul Celan, ainsi qu'un lot de lettres de Marcel Proust.

DEUX CENTS COUVERTS

Cette année, la crise promet de se faire un peu sentir, mais près de deux cents couverts payants sont déjà réservés (soit un peu plus que l'an passé) pour le dîner organisé par M. Racine et le banquier Jean-Claude Meyer, président du Cercle de la BNF. Cristaux, porcelaines, bordeaux classés et mets subtils sont au menu.
Le montant du couvert est fixé à 500 euros, mais les dons sont laissés à la discrétion des entreprises ou des personnes. "Il y a un plancher, mais pas de plafond", précise M. Racine. Certaines entreprises ou fondations comme Total, Veolia ou Roederer (qui offre le champagne) ont réservé une ou plusieurs tables de douze couverts.
Parmi les convives qui ont aussi pris leur rond de serviette figurent Sotheby's, les galeries d'art Ropac, Templon, la famille Boissonnat, via la Fondation Clarence. Pour les entreprises qui font des bénéfices, l'opération est intéressante, car les dons sont fiscalement déductibles à hauteur de 90 % ; pour les particuliers, le seuil est fixé à 60 %.
Le conseil d'administration du Cercle de la BNF comprend aussi de généreux donateurs, dont les plus réguliers sont Nahed Ojjeh, la veuve du richissime marchand d'armes Akram Ojjeh, le cofondateur de la maison de couture Saint Laurent, Pierre Bergé, mais aussi le patron du Groupe Rivaud, Edouard de Ribes, le collectionneur Pierre Leroy, cogérant du groupe Lagardère - tous sont du dîner. Cette année, le Cercle a aussi créé un prix de la BNF, doté de 10 000 euros pour soutenir la recherche contemporaine qui sera remis le même soir.
Au nombre des invités seront présents la ministre de la culture, Christine Albanel, qui peut autoriser le fonds du patrimoine à contribuer à l'achat, mais aussi la veuve de l'écrivain, qui a accepté que le manuscrit de La Société du spectacle soit exposé aux yeux des donateurs potentiels, pendant le dîner. D'autres oeuvres patrimoniales récemment acquises seront aussi présentées, comme L'Histoire de la belle Mélusine, de Jean d'Arras, de 1479, ou le manuscrit de L'Ecume des jours, de Boris Vian.
Les généreux donateurs mordront-ils à l'hameçon ? Réponse le 15 juin au soir. Mais déjà ce dîner a un avant-goût délicieux. C'est peu dire qu'entre ces mécènes et la pensée anticapitaliste et anticonsumériste de Guy Debord, il y a un fossé culturel. Bruno Racine doit bien aller chercher l'argent où il est. Et il rappelle : "La BNF ne va pas acquérir uniquement les fonds d'auteurs qui défendent l'ordre établi."

Alain Beuve-Méry


Cette initiative patrimoniale n’est pas sans faire songer à une lettre de Guy Debord à Annie Lebrun où il dénonçait « l’extravagante récupération étatique » de la « Tranche de Lautréamont », vendue par la Loterie nationale en 1986. Il formulait alors le souhait que les « grandes satisfactions » affichées par les promoteurs de cette opération, résumant « à merveille l’esprit du temps », soient « encore troublées », du moins le croyait-il et l’espérait-il, « par les “invités du comte de Lautréamont” ». C’était là une allusion au saccage par les surréalistes du Maldoror, boîte de nuit ouverte le 1er janvier 1930 à Paris.
Toute l’affaire est décrite par le menu dans Révolutionnaires sans révolution d’André Thirion : « Breton ne cachait pas son indignation (…) J’appris en même temps que l’existence de la boîte sacrilège la décision prise d’aller y faire un scandale. Je demandai que l’opération fût quelque peu organisée, il fallait d’abord reconnaître les lieux, établir au besoin un plan d’attaque. Sadoul et moi nous fûmes dépêchés boulevard Edgar-Quinet, nous partîmes aussitôt. Nous entrâmes sans difficulté. (…) La boîte avait été retenue pour la nuit par une princesse Cantacuzène qui y donnait un souper sur invitations. Nous en rendîmes compte chez Breton, on alerta tous les surréalistes qu’on put toucher et l’assaut fut fixé à 11 heures.
Nous bousculâmes le portier qui demandait nos invitations. Char entra le premier, prit le chasseur à bras-le-corps, le souleva et le précipita dans le paravent qui masquait la porte d’entrée. Le paravent s’écroula, des vitres furent brisées et nous nous retrouvâmes à quatre devant les soupeurs : Char, Breton, Noll et moi (…) Le souper par petites tables était déjà servi, les convives étaient assis, les verres étaient pleins de champagne. Toutes les femmes étaient en robe du soir. “Nous sommes les invités du comte de Lautréamont”, cria Breton avec la rage et la solennité qui donnèrent à cette entreprise la gravité qui convenait. (…) Breton et moi tirâmes violemment sur les nappes des tables, jetant à terre les assiettes, les verres, les bouteilles et les seaux de champagne, renversant ensuite les tables et les chaises. Devant cette détermination, les invités de la princesse prirent peur et s’enfuirent en criant vers le fond de la salle ».
La parenté est frappante entre le souper mondain donné au Maldoror et ce dîner de gala, dans un lieu portant le nom de François Mitterrand, que Debord détestait tout particulièrement. Ce souper sur invitations réunira autour de la princesse Alice Debord au pays des merveilles spectaculaires et marchandes, quelques marchands de canons, quelques trafiquants d'art (à moins que ce ne soit le contraire), et la représentante d’un gouvernement dont le chef a pour programme explicite la liquidation de mai 68. De l'aveu même de Guy Debord, l’esprit de mai, dans ce qu’il eut de véritablement révolutionnaire, ne se distinguait pas de celui qui l'animait. Les grandes espérances à l’origine de cette extravagante récupération étatique se verront troublées, nous le croyons et nous l’espérons, par les « invités de Guy Debord ».

http://julesbonnotdelabande.blogspot.co ... ation.html


... qui est bien devenue une marchandise

Les manuscrits de Debord en manque de mécènes
LE MONDE | 17.06.09 | 16h28

runo Racine, le président de la Bibliothèque nationale de France (BNF), a régalé 200 mécènes potentiels, lundi 15 juin, lors d'un dîner dans le hall des Globes. Les convives étaient incités à donner le plus d'argent possible afin d'acquérir les archives de Guy Debord, le chef de file du situationnisme. Selon M. Racine, ces archives constituent "un fonds unique sur les avant-gardes littéraires".

Mais les mécènes ne se sont pas bousculés. Près de 180 000 euros ont été levés, soit moins du dixième de la somme que la France doit réunir dans les deux ans et demi qui viennent. "C'est un bon début", a néanmoins estimé M. Racine, qui mise sur une conjoncture plus favorable à partir de 2010. La ministre de la culture - Christine Albanel était présente - pourrait faire grimper la cagnotte française en puisant dans le Fonds du Patrimoine. Mais des universités américaines, en particulier celle de Yale, sont en embuscade...

Pour allécher les convives, trois cahiers à spirale, deux à petits carreaux, un à grands carreaux, avec le trait rose qui sépare la marge, étaient exposés durant le dîner. Classés "Trésor national", ils forment le manuscrit de La Société du Spectacle, de Guy Debord. Le texte est surchargé d'annotations à l'encre bleue ou noire et se lit en suivant des paragraphes soigneusement numérotés, qui indiquent les pages du livre à venir.

Parmi les convives du dîner figurait Philippe Sollers, à qui a été remis le premier Prix de la BNF, doté de 10 000 euros et assorti d'une bourse de recherche de 10 000 euros attribuée à un étudiant chargé d'un travail sur son oeuvre. L'occasion pour Sollers de rendre hommage au "lecteur exceptionnel" que fut Guy Debord.

Alain Beuve-Méry
http://www.lemonde.fr/livres/article/20 ... _3260.html
georges
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede kuhing » 18 Juin 2009, 09:26

Cela me parait un aboutissement normal pour un mouvement qui s'adressait à une intelligentsia.
kuhing
 

Re: - Internationale situationniste - Vous en pensez quoi?

Messagede Antigone » 18 Juin 2009, 09:50

Ce ne sont qu'une bande d'ingrats !...
Ils ne savent donc pas la pub et les techniques de com' se sont largement inspirées de l'apport des situationnistes ?
Mécènes, milliardaires et exploiteurs de tous les pays, encore un effort pour être révolutionnaires !!
Antigone
 

Suivante

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité