La Commune de Paris, et Lyon

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede bipbip » 21 Avr 2017, 09:46

Paris samedi 22 avril 2017

Commémorons la Commune de Paris

Comme en 2016, le Syndicat Unifié du BTP BAM (rp) vous invite à commémorer la Commune de Paris et plus particulièrement le 16 avril 1871, où l'Assemblée de la Commune adopte le "Décret de convocation des chambre syndicales ouvrières".

Ce décret visait à inventorier et réquisitionner les ateliers abandonnés et à les confier à des associations coopératives ouvrières, et constituer de telles sociétés coopératives. C'est donc pour notre syndicat une date qui se distingue des commémorations "classiques" de la Commune de Paris et nous permet de mettre l'accent sur l'appropriation par la classe ouvrière de son outil de production.

En 2017, cette commémoration se doit à nouveau d'être un moment internationaliste. Notre époque continue d'être marquée par la fermeture des frontières, la montée du poison nationaliste et la désignation des étrangers comme des ennemis : il est donc fondamental de rappeler le caractère internationaliste de la Commune, où de multiples nationalités se sont retrouvées à combattre les Versaillais.

Cette année 2017 marque aussi le centenaire de la Révolution russe d'Octobre ainsi que de l'année 1917 en général, qui fut marquée par les mutineries de soldats dans les tranchées ou les élans révolutionnaires de la classe ouvrière dans de nombreuses villes d'Europe.

Nous vous invitons à nous rejoindre le samedi 22 avril, à partir de 16h :

16h : Commémoration de la Commune de Paris au Mur des Fédérés :
prise de paroles, chorale syndicale et dépôt de gerbe
RDV à 16h devant l'entrée principale du cimetière du Père Lachaise

Puis retour commun vers le 33 rue des Vignoles 75020 Paris (locaux de la CNT, voir plan) pour pour poursuivre cette journée :

17h30 : Rencontre/Discussion
autour du thème "la Commune de Paris, un choix d'éditeur" avec les éditions Libertalia et La Fabrique (sous réserve)

A 19h : Apéro chanté
avec la chorale du syndicat SUB-Urbain

A partir de 19h30 : Banquet Communard
Menu entrée/plat/dessert (hors boissons) à 7€ préparée par les camarades du syndicat :
Salade de chou rouge, pomme et grenade Chili sin carne Cookie au chocolat
Pré-réservation conseillée par mail ou téléphone (paiement en ligne ou par chèque)

A 21h : Concert
du groupe "Père & Fils" (chanson swing)

Informations pratiques :

Au 33 rue des Vignoles 75020 Paris

Librairie, buvette et restauration syndicales sur place

Entrée à prix libre

http://www.cnt-f.org/subrp/spip.php?article1061
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 18114
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede Lila » 01 Mai 2017, 20:17

1er mai 1871, quand les Communardes “avaient la folie en tête“

Le 1er mai 1871 n'est pas encore journée internationale du travail, et ce jour-là, on chante déjà "Le Temps des cerises". Trois semaines plus tard, la Commune de Paris s"achève dans un bain de sang. Cette expérience révolutionnaire française inédite, observée du monde, propose des avancées spectaculaires côté démocratie et travail, en particulier grâce aux femmes.

Elles sont ouvrières, écrivaines, institutrices, ou employées, françaises, russes, turques, polonaises ou belges… Pour la première fois, elles combattent aux côtés et à l'égal des hommes. La presse, nationale comme internationale, se déchaîne contre ces mégères, appelées aussi pétroleuses ou qualifiées de prostituées. Ces femmes, plus que leurs compagnons de lutte, font peur, sans doute parce qu'elles investissent un mouvement insurrectionnel, porteuses de leurs revendications propres.

à lire : http://information.tv5monde.com/terrien ... -tete-3241
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1252
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede Pïérô » 04 Mai 2017, 23:59

Samedi 6 mai 2017 à Sainte-Sévère-sur-Indre (36)

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18985
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede Pïérô » 11 Mai 2017, 15:06

Saint Denis (93) jeudi 11 mai 2017

Théâtre « Quel est le fou ? Le Monde ou Moi »

d'après Eugène Pottier

À l'occasion de la réouverture des salles d'exposition sur la Commune de Paris, ce spectacle salue en chansons et en poésies le poète perdu dans l'ombre, Eugène Pottier, et le Paris révolutionnaire du 19e siècle, qui célébrait en musique le vin, l'amour, la lutte et les pavés. Une promenade guidée et chantée dans les collections introduira ce spectacle.

Entrée libre

à 18h, Musée d'art et d'histoire - Saint-Denis
22 bis, rue Gabriel Péri - 93 200 Saint-Denis

http://www.commune1871.org/?Jeudi-11-ma ... ne-Pottier
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18985
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede bipbip » 12 Mai 2017, 21:17

Paris samedi 13 mai 2017

Balade, débat
« La commune n'est pas morte ! »


• 14h30 balade au Pere-Lachaise autour de la Commune de Paris
avec Jean-Manuel Traimond, guide professionnel de Paris
Point de départ mairie du 20e, Place Gambetta
Arrivée aux alentours de 17h30 librairie Quilombo
PAF : 8 € (nombre de places limité à 30).
Réservation obligatoire sur quilombo@globenet.org
• 18h au cœur de la forêt cachée : quelques écrivains parisiens oubliés
Discussion avec Michèle Riot-Sarcey, militante et professeur émérite d'histoire contemporaine et d'histoire du genre à l'université Paris-VIII-Saint-Denis, préfacière de Souvenirs d'une morte vivante, de Victorine Brocher (Libertalia, 2017) et auteure de Le procès de la liberté (La découverte, 2016).
Quilombo, 23 rue Voltaire, 11e
• 20h Lever de coude
➸ La Cascade, 57, avenue Philippe Auguste, 11e


Souvenirs d'une morte vivante
Une femme dans La Commune de 1871
Victorine Brocher
Préface et appareil critique de Michèle Riot-Sarcey

Image

En 1909, Victorine Brocher décide de publier ses souvenirs de la Commune de Paris, elle est alors âgée de 71 ans. Elle s'adresse à Lucien Descaves, ami politique, heureux d'aider cette « fille du peuple » dont le sacrifice à la cause « Commune » est devenu légendaire parmi ses compagnons anarchistes. Cantinière, puis ambulancière d'un bataillon de fédérés, toujours aux avant-postes, elle fut condamnée à mort en 1871 par les Versaillais. Dans leur hâte, ils fusillèrent sur place, comme ils fusillèrent Varlin, une autre pétroleuse quelque peu ressemblante à celle qu'ils pourchassaient. « Morte vivante », comme elle se nomme, elle a échappé à la répression en s'exilant en Suisse. Mariée à l'artisan cordonnier Jean Rouchy, condamné le 14 février 1872 à deux ans de prison et dix ans de surveillance, elle ne le reverra plus. En 1887, elle épouse, à Lausanne, Gustave Brocher, libre-penseur.
Trente-huit ans après l'événement, Lucien Descaves accepte la proposition de Victorine Brocher afin de restituer la mémoire au peuple, victime de l'opprobre public entretenu par des écrivains de renom comme Maxime Du Camp ou Alexandre Dumas fils dont on connaît le trait ordurier : « Nous ne dirons rien de leurs femelles par respect pour les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes. » La nécessité d'une réponse s'imposait d'autant plus, qu'au-delà de l'outrage, la légitimité d'un combat était en cause et la défense de la République en jeu.

République, le mot est au centre du récit de Victorine B. ; mot magique, mot sacré. À l'en croire, elle lui doit son existence ; il guiderait ses pas et fixerait son destin. Elle lui consacre ses Mémoires, car le passé républicain n'est pas unanimement reconnu ni définitivement établi. Objet de conflit, il est un enjeu d'autant plus important que l'institution repose sur un socle de ciment frais aux assises incertaines. Entre libéralisme et socialisme, la République donne l'impression d'osciller ; en tout cas, des républicains pensent possible d'infléchir son cours du côté de la justice sociale, à condition, toutefois, d'écrire son histoire au plus près du peuple combattant. La République sera-t-elle sociale ou libérale ? Question du moment, question récurrente, sans cesse ravivée par les antagonismes sociaux. Les communards se sont rangés du côté de la Sociale. Ils s'inscrivent en faux contre les Sand, Flaubert ou Zola qui accusent la Commune d'avoir compromis la République. Victorine B. soutient la thèse des représentants du peuple, celle d'Édouard Vaillant qui, en 1894, dans un discours prononcé à la Chambre des députés, érige la Commune en événement fondateur de la République :

« C'est grâce à la Commune que la République existe. S'il y a actuellement la République en France, c'est à la Commune que vous la devez. Mais la République n'est que nominale, et c'est nous les communeux, les socialistes, les révolutionnaires qui fonderont, dans sa vérité politique et sociale, cette république que nous avons sauvée en 1871. »

L'objectif est clairement défini, le récit autobiographique participe d'un projet collectif qui consiste à réinsérer l'épopée communarde dans l'histoire de la République.

http://www.librairie-quilombo.org/souve ... te-vivante
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 18114
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: La Commune de Paris, et Lyon

Messagede Pïérô » 18 Mai 2017, 21:23

Samedi 20 mai 2017

Montée au mur des fédérés 2017

à 14h30, Entrée du cimetière du Père Lachaise
71 rue des Rondeaux, Paris 20e

La Commune comme une espérance

Certaines commémorations, avec le temps, ont perdu de leur originalité et s'essoufflent pour un jour, ne plus avoir raison d'être. Rien de tel avec celle de la Commune de Paris.

Au fil des événements qui se sont déroulés depuis 146 ans dans le monde, il est indéniable que la Commune a marqué la mémoire collective des travailleurs. Elle s'inscrit dans la grande tradition des combats du peuple pour la liberté et l'égalité.

Le 29 novembre dernier, la Commune, les communardes et les communards ont été enfin réhabilités. Depuis 2011, notre association Les Amies et Amis de la Commune de Paris attendait ce geste historique.

Mais il reste encore beaucoup à faire pour que la Commune de Paris soit mieux connue de la population. Cela passe par l'école, le travail de recherche, la création de lieux de mémoire et par la traduction dans le champ politique des idées portées par la Commune : une démocratie qui permette au peuple d'être entendu et de conserver sa pleine souveraineté, la reconnaissance de la citoyenneté pour les étrangers, l'égalité des salaires femmes/hommes, la réquisition des logements vides et des entreprises abandonnées, la séparation de l'Église et de l'État, l'école laïque et obligatoire…

Nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent résister aux atteintes contre les droits sociaux et démocratiques et lutter pour en conquérir de nouveaux, à se rassembler au Mur des Fédérés pour réaffirmer l'actualité de l'œuvre de la révolution du printemps 1871.

https://paris.demosphere.eu/rv/54615
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18985
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité