G20, G8, G...

Soutien aux inculpés du G8 de Gênes

Messagede Nico37 » 08 Nov 2009, 09:48

Soutien aux inculpés du G8 de Gênes

Le 9 octobre 2009, la justice italienne a condamné en appel dix inculpés du contre-sommet du G8 de Gênes de 2001. Ils ont reçus, pour «destruction et saccage», de très longues peines de prison ferme :

Carlo Arculeo : 8 ans
Carlo Cuccomarino : 8 ans
Marina Cugnaschi : 12 ans et 3 mois
Luc Finotti : 10 ans et 3 mois
Alberto Funaro : 10 ans
Ines Morasca : 6 ans et 6 mois
Francesco Puglisi : 15 ans
Dario Ursino : 7 ans
Antonio Valguarnera : 8 ans
Vicenzo Vecchi : 13 ans et 3 mois

Ce procès arrive 48 heures après celui de 45 policiers où 15 seulement ont été condamnés à des peines très légères. Ont été acquittés le préfet Ganni De Gennaro, alors chef de la police ainsi que d’autres membres de la hiérarchie qui ont dirigé la répression à Gênes en juillet 2001, bien que la justice ait considéré comme illégale la charge de la police ayant engendré les plus violents affrontements. La répression a fait un mort,
Carlo Giuliani, 23 ans, tué par balles lors de cette charge, plusieurs centaines de blessés, des violences dont les plus fortes ont eu lieu à l’école Diaz où était installé le centre de média indépendant et où dormaient 307 manifestants qui ont été arrêtés puis séquestrés pendant
trois jours dans la caserne du Bolzaneto, subissant sévices et humiliations.

Les journées de Gênes ont vu la réunion pratique et puissante d’une opposition à la réunion des chefs d’État de la planète, et plus généralement à l’ordre économique mondial. Réunion internationale, forum social : 300.000 personnes se sont réunies à la manifestation du 20 juillet malgré la militarisation et le verrouillage de la ville.

Huit ans après, ce 9 octobre, les peines prononcées sont très, très lourdes. La disproportion est éclatante entre les chefs d’inculpation qui touchent des destructions de biens matériels et ces cent années de prison au total. Ce n’est pas telle ou telle action individuelle, telle ou telle personne que la justice italienne punit. C’est l’ensemble des événements politiques du contre-sommet qui se trouvent sanctionnés. Ces dix-là paient pour toute l’action collective, pour tout le mouvement social et politique qui a eu lieu à Gênes. Cette décision de justice ressemble à un grand signal de terreur pour toutes celles et ceux qui contestent l’ordre social. Elle poursuit la répression sauvage du contre-sommet. Ces procès sont la deuxième vague de vengeance de l’État italien. Pour que la lutte contre l’injustice sociale et les rapports économiques sauvages, les conflits qu’ils génèrent soient cantonnés dans des formes invisibles, aseptisées qui ne gênent pas réellement l’ordre établi.

La tolérance du pouvoir envers les formes de révolte non autorisées n’a cessé de diminuer et, alors que la conflictualité sociale tend à s’aggraver, ces condamnations marquent un nouveau pas dans le délire répressif en cours en Italie comme ailleurs. Notre pays ne manque lui aussi pas d’exemples dans ce domaine, comme le montrent les récents évènements de Poitiers (une manifestation anticarcérale ayant débouché sur le bris de quelques vitrines) après lesquels un homme a été condamné à quatre mois de prison ferme «pour jet de pile» sur la police, puis un autre interpellé lors d’une manifestation de soutien consécutive pour avoir comparé publiquement l’officier de police à un collabo célèbre.

En dehors du fait que les condamnations de Gênes dépassent toutes les bornes de l’entendement, et demeurent même sans commune mesure avec les peines les plus dures infligées pour ce genre d’actes, elles sortent totalement des règles les plus ordinaires du droit pénal. Les personnes condamnées se voient infliger, pour quelques dégâts matériels (des bris de vitrine), des peines que nombre de meurtriers ne purgeraient pas. Dans ce cas, comme dans ceux où il maquille des assassinats sous des accidents de la route, comme à Villiers-le-Bel, ou à Fréjus récemment, l’État réprime en faisant fi des règles qu’il s’est lui-même imposé. Quand il protège les siens contre les poursuites judiciaires que des affaires de corruption ou de mœurs pourraient entraîner, il outrepasse également la légalité. C’est que le droit est traversé par les rapports de forces qui existent au sein de la société, et que parfois il n’a pas eu le temps de s’adapter aux nouvelles pratiques de la domination, alors sa sacro-sainte indépendance est violée, mais cela fait bien longtemps que ce n’est plus une sainte-nitouche…

La plupart du temps, le droit s’adapte, et en nos temps de répression tous azimuts, cela donne les législations antiterroristes, qui permettent de torturer des Irakiens, ou d’enfermer des épiciers communistes. Si la justice a été un temps garante des libertés individuelles contre l’arbitraire de l’État, aujourd’hui elle n’est plus qu’un des accessoires entre les mains de l’arbitraire étatique, qu’il utilise selon ses humeurs.
Ceux qui quémandent auprès de l’appareil judiciaire un peu de justice sociale, prennent cette bureaucratie de tribunaux et de prisons pour la garantie d’un monde d’amour et de paix, ceux qui préfèrent manifester entourés de «gardiens de la paix» plutôt qu’aux côtés de briseurs de vitrines ne font que retarder un peu l’émancipation des exploités par eux-mêmes.

Aujourd’hui, alors que nos camarades italiens sont persécutés par l’État berlusconiste depuis huit ans, mettons tout en œuvre pour qu’ils cessent d’être poursuivis, et que ce genre de condamnations ne se reproduise plus.

Nous appelons à ce qu’une solidarité en actes se manifeste un peu partout contre ces procès intolérables. Nous appelons à ne pas céder à
l’intimidation et à ne pas oublier qu’ici comme ailleurs, le pouvoir a de bonnes raisons lui aussi de trembler. Nous appelons ainsi à participer à la manifestation du 8 novembre contre les prisons.

Assemblée générale pour organiser des actions face à la répression mardi 10 novembre à 18 heures au CICP
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: Soutien aux inculpés du G8 de Gênes

Messagede Pïérô » 13 Nov 2009, 01:38

http://nog8france.blogspot.com/

Huit ans après le G8 de Gênes 2001, la justice condamne 10 inculpés italiens à de la prison ferme, entre 7 ans et 15 ans, pour « destruction et saccage » (en réalité, quelques vitrines brisées).

Au même moment, les flics et le préfet, responsables de la répression, des tortures de l’école Diaz et de la caserne du Bolzaneto, de l’assassinat de Carlo Giuliani, sont blanchis.


Rassemblement
Vendredi 20 novembre - 17h30

Place de la République
M° République


Réunion pour organiser la suite de la mobilisation
Dimanche 22 novembre - 17h

CICP, 21ter rue Voltaire
M° Rue des Boulets


Pour diffusion, format PDF en A4 (2 flyers par page), 10mo : téléchargement



. . . . . . . . . Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux inculpés du G8 de Gênes

Messagede Pïérô » 21 Nov 2009, 07:44

communiqué suite au rassemblement et à l'occupation de l’institut culturel italien, http://nog8france.blogspot.com/ :

Pourquoi nous avons occupé l’Institut Culturel Italien de Paris.

Aujourd’hui vendredi 20 novembre 2009, après un rassemblement place de la République à 17h30 où un dispositif policier à peine croyable était déployé pour une centaine de personnes (invasion de la place par les policiers, longues files de camionnettes postées au début de chaque artère…), nous avons occupé l’institut culturel italien. Nous sommes intervenus à l’issue de la projection d’un film de Pontecorvo (Ritorno ad Algeri) et avons investi pendant plusieurs heures la grande salle.

Sur cette base d’action collective de lutte, nous désirons lancer une campagne d’information contre la sentence prononcée le 9 octobre en appel contre dix inculpés du G8 de Gênes 2001, des peines exorbitantes qui dépassent toutes les limites en matière de répression de la contestation sociale. 8 à 15 ans de prison pour des faits de destruction et de violence de rue.

Nous voulons, contre ce jugement inique, envoyer un signal à nos camarades italiens par notre présence dans ce lieu symbolique, ambassade culturelle de l’Italie qui se trouve, de plus, être directement territoire italien. Nous voyons aussi que ce jugement, s’il se signale par son extravagance, prend place dans un cortège de décisions judiciaires et d’actions policières ultra-répressives et violentes dans toute l’Europe. Car si le programme de l’État libéral a longtemps été hypocritement « Tout ce qui n’est pas illégal est permis », aujourd’hui, il affirme franchement « Tout ce qui n’est pas expressément autorisé est illégal ». Les formes de conflit, de révolte variées dont le contre-sommet de Gênes a été un moment important doivent être étouffées.

RESISTONS A LA REPRESSION !

Assemblée générale dimanche 22 à 17 heures au CICP

21ter rue Voltaire, M° Rue des Boulets, Paris.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

G8/G20 Ontario

Messagede chaperon rouge » 25 Juin 2010, 00:19

Une voiture suspecte arrêtée près du site du G20 à Toronto
jeudi 24 juin 2010 20h37

TORONTO 24 juin (Reuters) - La police canadienne a arrêté une voiture suspecte contenant "du matériel potentiellement dangereux" à Toronto, près du site où se déroulera le sommet du G20 ce week-end.

Le chef de la police de Toronto, Bill Blair, a déclaré à Radio-Canada que le véhicule contenait des barres - peut-être des essieux - ainsi que de l'essence. Le conducteur a été arrêté.

Il n'a pas écarté l'hypothèse selon laquelle cet incident n'ait aucun lien avec la tenue prochaine des sommets internationaux dans la région ou les manifestations prévues à Toronto.

Le Canada accueille deux sommets internationaux cette fin de semaine. Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays du G8 se réuniront vendredi et samedi à Huntsville, dans l'Ontario, au nord de Toronto.

Le sommet du G20 se tiendra pour sa part samedi et dimanche à Toronto.

(Pav Jordan, Myriam Rivet pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet)
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2008, 23:13

Re: G8/G20 Ontario

Messagede Pïérô » 01 Juil 2010, 19:51

communiqué de l'UCL :

Libérez nos camarades - La solidarité n'est pas un crime

L'UCL appelle à la solidarité dans la foulée des mobilisations contre le Sommet du G20 à Toronto et de l'intense répression politique qui l'a accompagné. Nous sommes une trentaine à être aller à Toronto pour manifester avec la Convergence des luttes anticapitalistes, la CLAC-2010, et nos camarades de l'organisation anarchiste Common Cause. Ce que nous avons vu et vécu nous révolte au plus haut point et c'est pourquoi nous prendrons de nouveau la rue jeudi le 1er juillet pour dénoncer la répression et revendiquer la libération de toutes les personnes arrêtées.


Contre le G20

Il est peut-être utile de rappeler quelques faits de base. Le G20 est une institution illégitime qui jouit d'un pouvoir d'influence démesuré dans la sphère internationale. De plus en plus, l'organisation est appelée à intervenir dans l'économie mondiale. Il s'agit clairement d'un organe de gouvernance globale au service des intérêts capitalistes. Les politiques et orientations discutées dans ses rencontres ont des impacts majeurs sur la vie des peuples de la terre. Par exemple, l'orientation en faveur de l'austérité budgétaire entérinée la fin de semaine dernière signifie concrètement qu'après avoir injecté massivement des fonds publics pour stabiliser l'économie capitaliste en crise, on refile la facture aux classes populaires. Les raisons de manifester contre le G20 ne manquent pas, c'est un concentré de tout ce qui ne va pas avec le système actuel.


Résistance

Malgré un climat de terreur et une campagne médiatique sans précédent pour décourager les gens de manifester contre le G20, la mobilisation fut au rendez-vous. Au point culminant des manifestations, samedi, environ 20 000 personnes ont pris la rue dans une grande marche unitaire. Une fraction anticapitaliste et anticoloniale, comptant des milliers de personnes, était présente dans la marche. Mobilisée sous le signe de la diversité des tactiques, la convergence «Get off the fence» a réussi à déjouer la police et a permis toutes sortes d'actions directes, dont les actions du black bloc qui ont fait le tour des médias. Le message était clair : votre opération de sécurité à un milliard ne nous empêchera pas de manifester et de nous attaquer aux symboles du capitalisme. Dans l'ensemble, la manifestation a été un succès. Le centre des affaires de Toronto a été complètement bloqué et les gens ont pu manifester malgré la police.


Répression

La répression policière a commencé bien avant les manifestations. D'une part, l'espace public de Toronto a été complètement militarisé et la présence policière était étouffante. D'autre part, les services de sécurité harcelaient depuis des mois les activistes, avaient infiltré certains groupes et ont procédé à des arrestations préventives de personnes clefs dans des raids brutaux dans la nuit de vendredi à samedi. La situation déjà difficile, avec son lot de contrôles d'identité, de fouilles et de brimades diverses, s'est intensifiée en fin de journée samedi. Prenant officiellement prétexte du chaos au centre-ville et des actions du black bloc, la police a décidé de se défouler sur l'ensemble des personnes à portée de main. Soudainement, il n'y avait plus de zone de manifestation autorisée. Il suffisait d'être jeune et d'avoir vaguement l'air d'un manifestant pour se faire arrêter (des journalistes et beaucoup de passant-e-s y ont goûté). Nous n'étions plus à l'abri nulle part : il y a eu des raids dans de nombreux appartements privés, des dortoirs ont été envahis, des voitures et des autobus ont été immobilisés et leurs occupants arrêtés, etc. Tous les prétextes étaient bons pour arrêter les gens et casser le mouvement. En deux jours et deux nuits, plus de 900 personnes ont été arrêtées, souvent très brutalement, ce qui en fait la plus grande vague d'arrestations de l'histoire contemporaine du Canada. Après avoir été humiliés et détenus pendant des heures dans de véritables cages, souvent sans pouvoir communiquer avec l'extérieur, l'immense majorité des personnes arrêtées (+ de 700) ont été relâchées sans accusations, ce qui est un témoignage éloquent de l'arbitraire policier.


Solidarité

L'UCL veut saluer le courage de toutes les personnes, radicales ou non, qui ont osé défier le climat de terreur installé par l'État et qui ont pris part aux manifestations contre le Sommet du G20 à Toronto. Ce fut un honneur de manifester avec vous tous et toutes. L'État a montré son vrai visage répressif en fin de semaine mais l'opération policière est en train de tourner au fiasco en terme de relations publiques pour les forces de répression et c'est tant mieux. Que nous ayons été à Toronto ou pas, nous sommes des milliers à être révoltés par ce que nous avons vu. Ne faisons pas l'erreur de croire que c'est terminé. Nous ne devons pas oublier nos camarades qui sont encore en prison en Ontario. C'est pourquoi nous appelons à joindre massivement la manifestation en solidarité avec les victimes de la répression politique lors du Sommet du G20 appelée par la CLAC-2010. Rendez-vous au Carré Saint-Louis, métro Sherbrooke, à midi, le 1er juillet.


Secrétariat externe
Union communiste libertaire
30 juin 2010


Source photo: http://2010.mediacoop.ca (vous y trouverez plus de 111 pages de photos et des dizaines de vidéos)

d'autres infos : http://www.causecommune.net/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: G8/G20 Ontario

Messagede RickRoll » 01 Juil 2010, 21:01

Si ça se trouve dans cette voiture il y avait même des tournevis et des clés.
RickRoll
 

Re: G8/G20 Ontario

Messagede chaperon rouge » 04 Juil 2010, 00:10

Un groupe facebook créé à propos d'une policière undercover épeurante durant le G20, à voir! : http://www.facebook.com/home.php?#!/gro ... 306&ref=mf

Regardez les photos et vidéos du groupe ça vaut le coup
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2008, 23:13

Re: G8/G20 Ontario

Messagede Pïérô » 04 Juil 2010, 23:08

Je suis pas inscrit, et ne pense pas être le seul, y a moyen d'avoir les éléments ? :wink:

Communiqué d'Alternative Libertaire :

G20 : répression pour protéger le capitalisme.

A l’heure où les ravages du capitalisme se font de plus en plus visibles, à l’occasion de la crise financière muée en crise économique et aujourd’hui en Europe en crise des finances publiques qui plonge les peuples dans la misère les uns après les autres, les pouvoirs en place ne répondent à la colère du peuple que par la répression.

C’est ce qu’on a pu voir lors du G20 qui s’est tenu ce week-end à Toronto, où des interventions policières violentes, parfois arbitraires parfois ciblées, ont conduit à l’incarcération de 900 de nos camarades. Face à la mobilisation (jusqu’à 20000 personnes dans la rue), les forces de répression ont essayé d’instaurer un climat de terreur pour décourager, sans succès, les manifestants de faire entendre leur voix.

Le G20 est une institution destinée uniquement à préserver les intérêts des classes dirigeantes des pays riches et des pays émergents, c’est-à-dire les intérêts des capitalistes, et la révolte à son encontre est légitime.

Alternative Libertaire soutient tous et toutes les manifestant-e-s qui ont bravé la répression, et réclame la libération de ceux et celles qui sont encore incarcéré-e-s.

Alternative Libertaire, le 2 juillet 2010
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: G8/G20 Ontario

Messagede Antigone » 05 Sep 2010, 12:48

Agence QMI, Cette semaine (brèves du désordre) - 30 aot 2010
http://cettesemaine.free.fr/spip/articl ... ticle=3416

Toronto (Canada) : la traque technologique des émeutiers du G20 de juin

TORONTO - Incapable après deux mois d’enquête de retrouver tous les émeutiers du G20, la police de Toronto a maintenant recours à un logiciel de reconnaissance faciale dernier cri pour tenter de les épingler.
Celui-ci passe au peigne fin 28 000 images, ont révélé dimanche les enquêteurs de l’unité d’enquête du G20.
Les images proviennent de caméras en circuit fermé installées dans le centre-ville, 12 mètres au-dessus du sol, mais aussi des photographies prises par des particuliers et par des policiers habillés en civil. De plus, 500 à 600 vidéos ont été remises aux enquêteurs.

Tout ce matériel est maintenant entre les mains d’un spécialiste en reconnaissance faciale de l’Association des banquiers canadiens, selon le sergent-détective Gary Giroux.
La police de Toronto espère ainsi faire avancer son enquête et appréhender d’autres suspects en lien avec les manifestations qui ont mené à des actes de vandalisme, les 26 et 27 juin, dans la métropole canadienne.
Près de 80% des images proviennent du public. On tente de mettre la main au collet des suspects qui ont brûlé quatre véhicules et fracassé plusieurs vitrines commerciales.

Les policiers se sont concentrés pendant des semaines à l’identification des suspects les plus facilement reconnaissables grâce aux meilleures photos disponibles, a dit M. Giroux.
« Nous en sommes maintenant à une étape représentant tout un défi, soit celui d’identifier les membres de la foule qui sont responsables des dommages matériels les plus importants. » Plusieurs étaient masqués, ce qui complique la tâche des forces de l’ordre.

M. Giroux a indiqué qu’il n’avait « pas eu connaissance » que des policiers se faisaient passer pour des journalistes. Il a nié que la police ait utilisé des photographies prises par les suspects arrêtés, disant que « ce n’est pas le cas ».
Après avoir été accusé d’entrave au travail d’un policier et de rassemblement illégal, le photographe du « National Post » Brett Gundlock a dit qu’une carte mémoire de son appareil ne lui avait pas été retournée. « J’étais en train de photographier les manifestations », a-t-il déclaré à l’Agence QMI.

Des photographes de la police vêtus de façon décontractée ont pour leur part pris quelque 5600 photographies pendant les manifestations, a ajouté M. Giroux. « Certains ont été attaqués par des militants du Black Bloc, que ce soit verbalement ou avec des bâtons pour briser les caméras », a-t-il précisé. Selon lui, les photographes de la police n’ont pas été blessés, mais plusieurs caméras ont dû être réparées.
Les services de police de Montréal et de New York, notamment, ont été mis à contribution pour retrouver des manifestants, incluant le partage d’information et la possibilité de procéder à des arrestations.

Les manifestants arrêtés ne sont pas au bout de leurs peines

Le policier vétéran à la tête de l’unité d’enquête qui traque « les manifestants les plus durs » du G20, promet que tous ceux qu’il intercepte feront face aux conséquences de leurs gestes.
« Ces accusations vont coller à 100 %, a déclaré le sergent-détective Gary Giroux, de la police de Toronto. Chaque accusation a fait l’objet d’une enquête fouillée et minutieuse, et les accusés seront poursuivis sans relâche. »
Jusqu’ici, l’unité d’enquête a arrêté 20 personnes et déposé environ 60 accusations. Le sergent-détective prétend que chaque dossier est bien documenté, grâce à la quantité de photos et d’extraits vidéo qui ont été amassés comme preuve. « Je pourrais me présenter immédiatement au tribunal et démontrer la solidité de chacun », a-t-il dit.

Les protestataires du Black Bloc, qui se sont débarrassés de leurs vêtements foncés et se sont mêlés à la foule, après avoir fracassé des vitrines et allumé des feux dans le centre-ville de Toronto, sont « les pires de tous », a ajouté Gary Giroux.
Les photos et vidéos du Black Bloc sont si nettes que 70% des accusés passent aux aveux, selon le policier.
« Les gens voient nos images et disent aussitôt “Ouais, c’est bien moi” », fait-il remarquer.
Antigone
 

G8 G20 2011 dans l'état français

Messagede Parpalhon » 05 Sep 2010, 23:10

http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/2010-06/g8-g20-en-france-la-promesse-chiffree-de-sarkozy-5898776.html

Donc selon l'article le G8 se déroulerait à Nice .. quelqu'un en sait plus ? Et pour le G20 ? Y a un truc qui s'est créé pour ça ?

Purée à Nice, la ville de Vardon et sa clique :lol:
" Mort als estats visquin les terres ! "
Avatar de l’utilisateur-trice
Parpalhon
 
Messages: 436
Enregistré le: 15 Juin 2008, 14:04

Re: G8 G20 2011 dans l'état français

Messagede Pïérô » 06 Sep 2010, 23:35

oui, çà se confirme, et il y a eu déjà des prises de contacts pour organiser une ou des mobilisations.
C'est à suivre...
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

G8-G20 2011

Messagede kuhing » 22 Oct 2010, 11:02

Ci joint le CR de la dernière réu de préparation du contre sommet anti G8 G20 tenue à Nice.( ça devait être la deuxième )

http://www.box.net/shared/static/ek07tq5j4o.doc

Le CAam ayant refusé de signer le premier appel proposé par Attac où il était précisé qu'il fallait s'en remettre au 192 états et non aux 8 les plus riches ainsi que d'autres désaccords sur la question de la répartition "plus juste des richesses" , notre camarade du CAam présent à cette réunion a proposé des amendements qui sont en discussion pour la prochaine réunion qui se tiendra toujours à Nice d'ici peu .

Ci joint le texte d'appel avec les amendements et modifications proposés par le CAam :

Appel 06 à mobilisation face aux G8 et G20 en France en 2011


En novembre prochain, la France prendra la présidence du G8 et du G20 et organisera ces sommets respectivement en juin 2011 (G8 dans le 06) et novembre 2011. Mais les sommets passent, et les crises économique, financière, écologique et sociale persistent. Les derniers G8 et G20 (de Pittsburgh 2009 et de Toronto 2010) n'ont apporté aucune réponse réelle à ces crises. Au contraire, tout laisse à penser qu'ils ont d'abord cherché à légitimer à nouveau les acteurs et les mécanismes à l'origine de ces crises, tout en faisant payer la note aux populations.

Nous savons que les réponses solidaires et démocratiques à la crise mondiale ne viendront pas des seul-e-s dirigeant-e-s des pays les plus riches, mais des peuples eux-mêmes, de toute la planète.

Nous refusons de laisser aux puissants le droit d'imposer leurs solutions à des crises qu'ils ont engendrées. Nous voulons montrer que des voies alternatives existent, pour l'accès de tou-te-s aux droits humains fondamentaux, pour des modes de production et consommation qui préservent la planète et pour une démocratisation des décisions par les producteurs-rices et consommateurs-rices eux-elles-mêmes. Nos mouvements font la démonstration par leurs pratiques et leurs propositions que ces alternatives sont crédibles.

Bien que se tenant à quelques mois d'échéances électorales françaises, la portée de ces sommets est planétaire, et les mobilisations en préparation seront internationales. Le Forum Social Mondial de Dakar en février 2011, ainsi que les mobilisations internationales prévues d'ici juin 2011, pourront en constituer des étapes de préparation.

Nous appelons à la convergence des mobilisations à l'occasion de la tenue en France des sommets 2011 du G8 (dans les Alpes Maritimes) et du G20, et au rassemblement des mouvements, réseaux et organisations. Nous nous appuierons sur la diversité de leurs formes de réflexion et d'action pour exprimer des préoccupations communes et des propositions alternatives.
kuhing
 

Re: G8-G20 2011

Messagede kuhing » 05 Nov 2010, 18:17

Il y aura une prochaine réunion préparation du contre G8 à Nice .

Elle est ouverte à qui veut donc si quelqu'un-e veut y participer pas de soucis.

On va essayer d'être au moins 3 ou 4 du CAam et un copain de la CNT éduc 93 est intéressé pour venir.

Il y a actuellement un vote par internet sur le choix de la date :

http://doodle.com/participation.html?pollId=3nmhs2ip4u6y2ehc

Ne voter bien sur que si on a l'intention d'y venir.

La préparation de ce contre-sommet est importante puisque on attend des dizaines de milliers de personnes et tout ça demande une préparation logistique et aussi une orientation à défendre.

On a déjà plus ou moins réussi à dégager de l'appel proposé par Attac le fait de s'en remettre aux "192 Etats au lieu des 8 plus riches" il y a aussi toute une discussion sur le partage des richesses qui n'a rien à voir dans l' idée d'un membre d'Attac et ce que nous pourrions défendre.

Pour info , Funky, un pote de Toulouse qui assistait à notre dernière réunion du CAam estimait qu'il pourrait y avoir environ 1000 personnes qui se déplaceraient à Nice juste depuis Toulouse pour le contre-G8.

Donc c'est un truc d'ampleur.

Nous allons rencontrer déjà des camarades du Sud Est lors du FLAM qui se déroulera à Marseille le samedi 13 novembre prochain .
kuhing
 

G20 corée

Messagede kuhing » 12 Nov 2010, 08:58

G20 Corée ,info transmise par un camarade du CAam :

Des gens sont traitées comme des terroristes pour avoir fait des graffiti
contre le sommet du G20 à Séoul. Un réseau de résistance est menacé. Nous
appelons des actions autonomes de solidarité à travers le monde.



Cher-es ami-es!

Nous demandons votre aide pour protéger de la répression des ami-es et
même tout un réseau de résistance.

Comme vous le savez peut-etre, cette fois-ci, le sommet du G20 se tiendra
en Corée a partir de jeudi, le 11 novembre. Sous le prétexte de cet
évènement, de droles de choses se passent en ce moment dans le pays.

Depuis quelques semaines, presque tous les médias de masse diffusent
constamment des «reportages» spéciaux (basés sur des données douteuses)
moussant le G20 qui s'ajoutent et se confondent à la publicité massive qui
y est faite par le gouvernement et les corporations. Les fonctionnaires
d'État sont envoyé-es dans les rues pour y faire du nettoyage et de la
publicité/propagande. Les enfants se voient soudainement donner des cours
d'économie sous la forme d'évènements spéciaux pour le G20 à l'école.
Comme si cela n'était pas assez pour décourager la pensée critique, voilà
qu'on y ajoute l'hyper-sécurité dans un climat de terreur. Pour
impressionner les dignitaires et touristes, dans les rues, la police
impose l'ordre avec zèle et chasse les gens sans abris qui y vivent; sous
prétexte qu'illes pourraient être mêlé-es au terrorisme, les
travailleur-euses sans papier sont plus que jamais violamment arrêté-es et
déporté-es (évidemment juste ciblé-es pour faire suffisamment peur mais
sans nuire a l'économie qui dépend d'ell-eux). Bref, les citoyen-nes se
voient mobilisé-es d'une manière totalitaire et nous avons l'impression
que le régime autoritaire que nous avons renversé en 1987 revient du
passé. En effet, la nation entière est maintenue en état d'alerte et sur
un pied de guerre mais cette fois-ci on nous présente des marchés
financiers qui montent et descendent au lieu des avions et des bombes.

Une loi spéciale a été passée pour le sommet ille y a juste un mois. Elle
est l'équivalent d'une loi martiale qui impose l'état d'exception où les
autres lois protégeant les libertés civiles ne sont plus en effet durant
une certaine période et dans certaines zones, lesquelles ne sont connues
d'avance que par les autorités. Pour imposer cette «sécurité» dans les
espaces publics, l'armée est mobilisée.


C'est dans ces circonstances que nos ami-es ont ajouté par graffiti un rat
sur des affiches promouvant le sommet du G20.

Leur intention n'était que de rire de l'état des choses en Corée mais,
arrêté-es, illes sont accusé-es du crime grave de conspiration pour
troubler l'évènement gouvernemental. Le rat est peint de sorte qu'il
semble tenir la lampe, symbole de l'évènement, traditonnellement utilisée
pour saluer les nobles de la classe dominante dans la Corée pré-moderne.
L'affiche dit «Le point tournant pour éclairer le futur -- Sommet du G20 à
Séoul: Le monde tourne ses yeux vers la Corée.» Le dessin du rat est d'une
part un jeu de mot car «G» se prononce comme le mot «rat» en coréen. De
plus, il s'agit du surnom que le président actuel a acquis de par son
apparence et la réputation qu'il a d'atteindre ses objectifs d'une manière
détournée et croche (il a acquis cette réputation ainsi que l'autre surnom
de «bulldozer» en tant que PDG de Hyundai Construction).

Donc, malgré que le crime soit mineur et que l'opinion exprimé par ces
ami-es soit partagée et résonne chez de nombreuses personnes sans liens
formels, l'affaire a été prise en charge par un département policier
spécialisé dans les crimes contre la sécurité publique qui tente
d'argumenter qu'il s'agit d'un complot orchestré par un groupe dangereux
compromentant gravement la tenue de l'évènement et l'intérêt national en
général. Pour plus de détails et un opinion indépendant de nous, lisez
l'article (traduit) d'un des médias de masse coréen affiché sous le titre
«Un rat trop politique» sur ce site (IMC Korea). Nous croyons que ces
ami-es accusé-es sont en danger d'être violemment réprimé-es afin de
servir d'épouvantail et de bouc émissaire.

De plus, pour étayer sa théorie de complot, la police tente de prouver que
ces gens n'ont pas agi personnellement mais en tant que membre d'une
organisation. Comme le gouvernement se montre spécialement intéressé à
réprimer les groupes qui le critiquent, nous craignons aussi que les
autorités saisissent cette occasion pour entâcher, espionner et autrement
agresser tous les groupes et individus qui peuvent sembler être en lien
avec les accusé-es. Déjà, la prosécution est en cours et vise le réseau
«Machine de recherche Suyu+Nomo», auquel les accusé-es sont lié-es. Cela
malgré que «Suyu+Nomo» ne soit avant tout qu'un groupe de recherche. Ille
s'agit d'une commune/communauté située à Séoul et formée principalement
d'étudiant-es et d'académicien-nes employé-es d'une manière précaire.
Formée lors de la crise monétaire asiatique en 1996, cette commune se
considère comme un membre du plus vaste réseau de communes et collectifs
socialement conscients ayant germés à travers le pays et ailleurs sous le
régime de la globalisation néo-libérale. Bref, une commune géniale à
encourager plutôt qu'à réprimer, comme plusieurs autres organisations.

La police et le gouvernement frapperont aussi dur qu'illes croient pouvoir
s'en tirer et c'est pourquoi nous sollicitons l'expression de votre
solidarité afin de «convaincre» les autorités que ce n'est pas à leur
avantage de le faire, ainsi que pour nous encourager (on aime voir que des
gens se soucient avec nous à l'autre bout du monde). Pour ce faire, nous
vous invitons à écrire personnellement aux personnes touchées par cette
repression (le principal accusé se nomme Jeong-soo Park) à
suyunomo@daum.net, à faire connaitre directement votre opinion aux
autorités coréennes ou bien à vous adresser au public coréen. Pensez aux
représentants de la Corée (ambassade, consulats, organisations
(para)gouvernementales, fondations, grandes corporations, etc.) ainsi qu'à
tout autre moyen de rejoindre (journal, radio, lieux publics) la
communauté coréenne dans votre pays.

Une méthode intéressante pour exprimer votre solidarité pourrait être de
poser vous-même des actions faisant référence aux actions que les
autorités coréennes tentent de réprimer, par exemple en faisant un
graffiti reprenant le jeu de mot «rats-20». Pour ce faire, vous pouvez
faire un pochoir (»stencil» voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Pochoir pour
explications) du G20 incluant une image de rat. «Rat20/G20» s'écrit
쥐20 en alphabet coréen.

Faîtes nous connaître les actions que vous avez prises en envoyant un
message ou une photo à ho_lee@riseup.net, en y ajoutant un nom, une
affiliation et un lieu, si vous le désirez. Pour partager de plus gros
fichiers comme un vidéo, placez-le sur un site et faîtes-nous le
connaître. Encore mieux, soumettez directement un vidéo à
http://mediachampon.net/
Les expressions de solidarité que nous recueillerons seront traduites et
rediffusées en Corée. Un envoi au plus tôt de sorte à coïncider avec la
tenue du sommet (le 11 et 12 novembre) serait idéal mais un envoi plus
tardif sera aussi bien utile car le procès de nos ami-es se poursuivra
longtemps, tout comme notre résistance.

Anonymement,
Les ami-es des accusé-es

P.S. Notez que l'adresse suyunomo@daum.net est réservée pour les messages
de support moral et ayant trait à des actions légales uniquement. Les
actions dites illégales comme les graffitis doivent être publicisées,
comme mentionné ci-dessus, à ho_lee@riseup.net et sur Champon. L'appel à
des actes de solidarité par graffiti ne vient pas de Suyu+Nomo et nous ne
voulons pas donner à la police des éléments de preuve pour leur ridicule
théorie de complot. Si on peut parler d'un «complot», il n'implique
aucunement Suyu+Nomo mais plutôt naît spontanément dans le coeur de chaque
personne qui se sent concernée et qui est prête à agir autonomement.










_______________________________________________

Des gens sont traitées comme des terroristes pour avoir fait des graffiti
contre le sommet du G20 à Séoul. Un réseau de résistance est menacé. Nous
appelons des actions autonomes de solidarité à travers le monde.



Cher-es ami-es!

Nous demandons votre aide pour protéger de la répression des ami-es et
même tout un réseau de résistance.

Comme vous le savez peut-etre, cette fois-ci, le sommet du G20 se tiendra
en Corée a partir de jeudi, le 11 novembre. Sous le prétexte de cet
évènement, de droles de choses se passent en ce moment dans le pays.

Depuis quelques semaines, presque tous les médias de masse diffusent
constamment des «reportages» spéciaux (basés sur des données douteuses)
moussant le G20 qui s'ajoutent et se confondent à la publicité massive qui
y est faite par le gouvernement et les corporations. Les fonctionnaires
d'État sont envoyé-es dans les rues pour y faire du nettoyage et de la
publicité/propagande. Les enfants se voient soudainement donner des cours
d'économie sous la forme d'évènements spéciaux pour le G20 à l'école.
Comme si cela n'était pas assez pour décourager la pensée critique, voilà
qu'on y ajoute l'hyper-sécurité dans un climat de terreur. Pour
impressionner les dignitaires et touristes, dans les rues, la police
impose l'ordre avec zèle et chasse les gens sans abris qui y vivent; sous
prétexte qu'illes pourraient être mêlé-es au terrorisme, les
travailleur-euses sans papier sont plus que jamais violamment arrêté-es et
déporté-es (évidemment juste ciblé-es pour faire suffisamment peur mais
sans nuire a l'économie qui dépend d'ell-eux). Bref, les citoyen-nes se
voient mobilisé-es d'une manière totalitaire et nous avons l'impression
que le régime autoritaire que nous avons renversé en 1987 revient du
passé. En effet, la nation entière est maintenue en état d'alerte et sur
un pied de guerre mais cette fois-ci on nous présente des marchés
financiers qui montent et descendent au lieu des avions et des bombes.

Une loi spéciale a été passée pour le sommet ille y a juste un mois. Elle
est l'équivalent d'une loi martiale qui impose l'état d'exception où les
autres lois protégeant les libertés civiles ne sont plus en effet durant
une certaine période et dans certaines zones, lesquelles ne sont connues
d'avance que par les autorités. Pour imposer cette «sécurité» dans les
espaces publics, l'armée est mobilisée.


C'est dans ces circonstances que nos ami-es ont ajouté par graffiti un rat
sur des affiches promouvant le sommet du G20.

Leur intention n'était que de rire de l'état des choses en Corée mais,
arrêté-es, illes sont accusé-es du crime grave de conspiration pour
troubler l'évènement gouvernemental. Le rat est peint de sorte qu'il
semble tenir la lampe, symbole de l'évènement, traditonnellement utilisée
pour saluer les nobles de la classe dominante dans la Corée pré-moderne.
L'affiche dit «Le point tournant pour éclairer le futur -- Sommet du G20 à
Séoul: Le monde tourne ses yeux vers la Corée.» Le dessin du rat est d'une
part un jeu de mot car «G» se prononce comme le mot «rat» en coréen. De
plus, il s'agit du surnom que le président actuel a acquis de par son
apparence et la réputation qu'il a d'atteindre ses objectifs d'une manière
détournée et croche (il a acquis cette réputation ainsi que l'autre surnom
de «bulldozer» en tant que PDG de Hyundai Construction).

Donc, malgré que le crime soit mineur et que l'opinion exprimé par ces
ami-es soit partagée et résonne chez de nombreuses personnes sans liens
formels, l'affaire a été prise en charge par un département policier
spécialisé dans les crimes contre la sécurité publique qui tente
d'argumenter qu'il s'agit d'un complot orchestré par un groupe dangereux
compromentant gravement la tenue de l'évènement et l'intérêt national en
général. Pour plus de détails et un opinion indépendant de nous, lisez
l'article (traduit) d'un des médias de masse coréen affiché sous le titre
«Un rat trop politique» sur ce site (IMC Korea). Nous croyons que ces
ami-es accusé-es sont en danger d'être violemment réprimé-es afin de
servir d'épouvantail et de bouc émissaire.

De plus, pour étayer sa théorie de complot, la police tente de prouver que
ces gens n'ont pas agi personnellement mais en tant que membre d'une
organisation. Comme le gouvernement se montre spécialement intéressé à
réprimer les groupes qui le critiquent, nous craignons aussi que les
autorités saisissent cette occasion pour entâcher, espionner et autrement
agresser tous les groupes et individus qui peuvent sembler être en lien
avec les accusé-es. Déjà, la prosécution est en cours et vise le réseau
«Machine de recherche Suyu+Nomo», auquel les accusé-es sont lié-es. Cela
malgré que «Suyu+Nomo» ne soit avant tout qu'un groupe de recherche. Ille
s'agit d'une commune/communauté située à Séoul et formée principalement
d'étudiant-es et d'académicien-nes employé-es d'une manière précaire.
Formée lors de la crise monétaire asiatique en 1996, cette commune se
considère comme un membre du plus vaste réseau de communes et collectifs
socialement conscients ayant germés à travers le pays et ailleurs sous le
régime de la globalisation néo-libérale. Bref, une commune géniale à
encourager plutôt qu'à réprimer, comme plusieurs autres organisations.

La police et le gouvernement frapperont aussi dur qu'illes croient pouvoir
s'en tirer et c'est pourquoi nous sollicitons l'expression de votre
solidarité afin de «convaincre» les autorités que ce n'est pas à leur
avantage de le faire, ainsi que pour nous encourager (on aime voir que des
gens se soucient avec nous à l'autre bout du monde). Pour ce faire, nous
vous invitons à écrire personnellement aux personnes touchées par cette
repression (le principal accusé se nomme Jeong-soo Park) à
suyunomo@daum.net, à faire connaitre directement votre opinion aux
autorités coréennes ou bien à vous adresser au public coréen. Pensez aux
représentants de la Corée (ambassade, consulats, organisations
(para)gouvernementales, fondations, grandes corporations, etc.) ainsi qu'à
tout autre moyen de rejoindre (journal, radio, lieux publics) la
communauté coréenne dans votre pays.

Une méthode intéressante pour exprimer votre solidarité pourrait être de
poser vous-même des actions faisant référence aux actions que les
autorités coréennes tentent de réprimer, par exemple en faisant un
graffiti reprenant le jeu de mot «rats-20». Pour ce faire, vous pouvez
faire un pochoir (»stencil» voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Pochoir pour
explications) du G20 incluant une image de rat. «Rat20/G20» s'écrit
쥐20 en alphabet coréen.

Faîtes nous connaître les actions que vous avez prises en envoyant un
message ou une photo à ho_lee@riseup.net, en y ajoutant un nom, une
affiliation et un lieu, si vous le désirez. Pour partager de plus gros
fichiers comme un vidéo, placez-le sur un site et faîtes-nous le
connaître. Encore mieux, soumettez directement un vidéo à
http://mediachampon.net/
Les expressions de solidarité que nous recueillerons seront traduites et
rediffusées en Corée. Un envoi au plus tôt de sorte à coïncider avec la
tenue du sommet (le 11 et 12 novembre) serait idéal mais un envoi plus
tardif sera aussi bien utile car le procès de nos ami-es se poursuivra
longtemps, tout comme notre résistance.

Anonymement,
Les ami-es des accusé-es

P.S. Notez que l'adresse suyunomo@daum.net est réservée pour les messages
de support moral et ayant trait à des actions légales uniquement. Les
actions dites illégales comme les graffitis doivent être publicisées,
comme mentionné ci-dessus, à ho_lee@riseup.net et sur Champon. L'appel à
des actes de solidarité par graffiti ne vient pas de Suyu+Nomo et nous ne
voulons pas donner à la police des éléments de preuve pour leur ridicule
théorie de complot. Si on peut parler d'un «complot», il n'implique
aucunement Suyu+Nomo mais plutôt naît spontanément dans le coeur de chaque
personne qui se sent concernée et qui est prête à agir autonomement.




sources : IMC Indymedia Corée
kuhing
 

Re: G8-G20 2011

Messagede Pïérô » 13 Nov 2010, 17:14

appel à une réunion internationale de préparation :

G8-G20 2011 : appel à une réunion internationale de préparation à Dijon (26 au 28/11)

Malgrés nos désirs répétés de stopper leur rencontre, en 2011, à quatre reprises, les chefEs d’états les plus puissants se réuniront une nouvelle fois pour le G8 et G20 en France. Avec le contexte politique, économique et environnemental actuel, les raisons de montrer nos désaccords et nos alternatives à grande échelle ne manquent pas.

Encore un contre-sommet ?

Nous sommes bien cons­cien­tEs qu’il y a un épuisement des luttes inter­na­tio­na­les car nous n’avons pas su nous renou­ve­ler et sur­pren­dre. Pour tenter de trou­ver des répon­ses col­lec­ti­ves et dans une volonté de redon­ner du sens à cette pra­ti­que poli­ti­que, nous avons fait cette année un tour de dis­cus­sion en France et en Allemagne. Ce tour de réflexion nous a beau­coup appris sur les contra­dic­tions inter­nes des contre-som­mets (Voir le compte-rendu « On rentre à la maison ? » : http://dissent-fr.eu/spip.php?article5). Abandonner l’idée de cons­truire ensem­ble une mobi­li­sa­tion large et inter­na­tio­nale, qui puisse à la fois accueillir sur un lieu à voca­tion auto­ges­tion­naire des mili­tan­tEs de gauche de tous bords, des per­son­nes non mili­tan­tes, de plu­sieurs pays d’Europe et de porter haut et fort la conflic­tua­lité contre les valeurs des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­na­les nous paraît vrai­ment dom­mage. Si la forme « contre-sommet » a bel et bien du plomb dans l’aile, espé­rons qu’on trou­vera col­lec­ti­ve­ment d’autres moyens de tenir ensem­ble les néces­si­tés de l’offen­sive et de l’alter­na­tive, de la radi­ca­lité et de l’ouver­ture, qui sont pour nous des objec­tifs poli­ti­ques essen­tiels.

En par­tant des cons­tats que nous avons tirés de ce tour de réflexion, nous appe­lons à l’orga­ni­sa­tion d’une réu­nion inter­na­tio­nale de pré­pa­ra­tion des mobi­li­sa­tions à venir en 2011 contre le g8, le g20 et autres formes de domi­na­tion glo­bale. Notre but à court terme est de tenter de sortir des écueils de pré­pa­ra­tion des contre-som­mets : sépa­ra­tion des milieux poli­ti­que, urgence per­ma­nente, petit groupe de « gen­tils orga­ni­sa­teurs ». Nous vou­lons ouvrir un espace de pré­pa­ra­tion qui pour­rait se pour­sui­vre après les événements, lancer une dyna­mi­que d’échange de savoir-faire mili­tants. Nous espé­rons ainsi créer des ponts entre milieux poli­ti­ques autour de pra­ti­ques concrète de résis­tance et de créa­tion.

Dans cette pers­pec­tive, nous sou­hai­tons pro­po­ser (entre autre) à la dis­cus­sion l’idée de mettre en place un vil­lage dura­ble qui ne se limite pas à quel­ques jours le temps d’un sommet. Notre idée est de tenter de sortir de l’urgence pour se donner cette fois les moyens d’expé­ri­men­ter sur la durée nos pro­po­si­tions pour une société émancipatoire, non-hié­rar­chi­que et auto­gé­rée.

Nous vous pro­po­sons donc de réunir nos his­toi­res, nos expé­rien­ces, nos sen­si­bi­li­tés poli­ti­ques, nos préoc­cu­pa­tions thé­ma­ti­ques, nos modes d’actions, divers et variés, afin de réflé­chir ensem­bles à de nou­vel­les formes de résis­tan­ces. Partir de cette richesse est une force.

Cette réu­nion aura lieue en France du 26 au 28 novem­bre 2010 à Dijon

Pour cette ren­contre, nous sommes accueillis à Dijon par l’espace auto­géré des Tanneries, en bor­dure sud de Dijon, à l’entrée de Longvic, plus pré­ci­sé­ment au 17 bou­le­vard de Chicago.

Comment s’y rendre :
. à pied, à vélo : depuis la place Wilson (centre-ville), pren­dre la rue d’Auxonne jusqu’au bout. À la fin de la rue, tour­ner à droite sur le bou­le­vard de Chicago. Les Tanneries se trou­vent quel­ques cen­tai­nes de mètres plus loin sur la droite.
. en bus : place Wilson, mar­cher jusqu’à l’arrêt « Dijon Wilson Dumont », et pren­dre le bus #10, direc­tion « Cimetierre Claudon/Bertillon ». Descendre à l’arrêt « Champeaux » ou « Coty ». Plus d’infos : http://divia.fr/

Plan et contact (Site inter­net de l’Espace auto­géré des tan­ne­ries) : http://tanneries.squat.net/contact.shtml

Quelques infos pra­ti­ques :
. Il risque de faire froid donc pensez à pren­dre des vête­ments chauds, duvets, cou­ver­tu­res...
. Suivant le nombre que nous serons, nous n’auront peut-être pas assez de place dans des lits, donc si vous pouvez, merci d’appor­ter mate­las ou tapis de sol...
. Les repas seront vegan et à prix libre.
. Certain-e-s vien­nent de loin, nous met­trons une caisse pour recueillir des par­ti­ci­pa­tions éventuelles des­ti­nées à les aider à finan­cer le voyage.

Organisation de la réu­nion :
. Il faudra des per­son­nes pour tra­duire les débats en direct (anglais, fran­çais, alle­mand, ita­lien, espa­gnol, hol­lan­dais,...). Si vous pouvez filer un coup de main pour les tra­duc­tions, ne serait-ce qu’un petit temps, merci de contac­ter les per­son­nes qui se char­gent de coor­don­ner les tra­duc­tions à cette adresse : tra­duc­tion [at] dode­line.net
. Nous aurons aussi besoin d’aide pour l’ani­ma­tion des débats : prises de notes, modé­ra­tion,... Si ça vous inté­resse, vous pouvez envoyer un mail à : faci­li­ta­tion [at] dode­line.net


Proposition d’agenda :

Nous fina­li­sons actuel­le­ment une pro­po­si­tion pour l’agenda, en atten­dant une pro­po­si­tion plus abou­tie, voilà quel­ques éléments :

Vendredi soir :
18h - 19h - Accueil
19h - 20h - Repas
20h - 22h - État des lieux de la mobi­li­sa­tion par pays, et dis­cus­sion sur les pra­ti­ques de contre-som­mets.

Samedi matin :
9h - 9h30 - Petit déjeu­ner
9h45 - Présentation des lieux. Proposition d’un agenda et des modes de fonc­tion­ne­ment Proposition en cours de fina­li­sa­tion : dis­cus­sion autour des stra­té­gies poli­ti­ques pos­si­bles pour cette mobi­li­sa­tion.
Vers 12h30 - Repas

Samedi après-midi :
Plénière pour pré­sen­ter dif­fé­ren­tes idées/pro­jets pour la mobi­li­sa­tion, puis dis­cus­sions en petit grou­pes sur ces pro­po­si­tions, puis retour en plé­nière (avec des pauses).
Vers 20h - Repas

Dimanche matin :
9h - 9h30 - Petit déjeu­ner
9h30 - 10h - Définition/pré­sen­ta­tion des grou­pes de tra­vail (choi­sis en fonc­tions des idées/pro­jets rete­nus la veille)
10h - 12h - Groupes de tra­vail
12h - 13h - Plénière : Comptes-rendus des grou­pes de tra­vail et fixer une pro­chaine ren­contre
à partir de 13h - Repas et ran­ge­ment

Nous vous enver­rons pro­chai­ne­ment un docu­ment avec la pro­po­si­tion d’agenda détaillée et des pro­po­si­tions pour l’orga­ni­sa­tion des dis­cus­sions. Pour toute remar­que et/ou pro­po­si­tion, vous pouvez écrire à cette adresse dis­sent_fr [at] riseup.net

À bien­tôt !

Dissent ! Paris
dis­sent_fr [at] riseup.net
Site inter­net Dissent-fr

P.-S.
Le réseau dissent a été créé en 2003 comme un outil de communication et de coordination entre les différents groupes engagés dans la construction de la contestation des institutions internationales et du capitalisme en général. Le réseau n’a pas de bureaux centraux, de portes-paroles, de listes de membres ni de salarié.e.s. Il se base sur les principes de l’’Action Mondiale des Peuples : 1. Un rejet très clair du féodalisme, du capitalisme, et de l’impérialisme, ainsi que de tous les accords commerciaux, institutions et gouvernements promoteurs d’une mondialisation destructrice

2. Un rejet très clair de toutes formes et systèmes de domination et de discrimination dont (et de manière non exhaustive) le patriarcat, le racisme et le fondamentalisme religieux de toutes croyances. Nous reconnaissons la dignité entière de tous les êtres humains ;

3. Une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le lobbying puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique.

4. Un appel à l’action directe et à la désobéissance civile, au soutien aux luttes des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des peuples opprimés, ainsi qu’à la construction d’alternatives locales au capitalisme mondial.

5. Une philosophie organisationnelle fondée sur la décentralisation et l’autonomie.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité