G20, G8, G...

Re: Un mort au G20

Messagede Polack » 27 Avr 2009, 13:13

c'est clair. la non-violence qui a souvent son à propos trouve ici ses limites. ces vidéos montrent bien que ces chiens de flics s'en balancent. faut être maso pour se faire cogner dessus de cette manière sans répliquer. si ils avaient été équipés et organisés ils les auraient fait reculer. il faut se former à ce genre d'affrontements. :gun:
Polack
 

Contre-sommet européen - 28 et 29 avril

Messagede Johan » 02 Mai 2009, 00:09

Je me lance dans un petit résumé (du point de vue anarchiste) des évènements qui ont marqués ce contre-sommet.

Les participants internationaux arrivent vendredi à Bruxelles au campus du Solbosch pendant l'après-midi. Un des auditoires du campus est pris par quelques dizaines d'anarchistes (belges, français, grecs,...) avec pour but d'en faire un espace autogéré, d'accueil et de discussion avec les gens ayant fait le déplacement. Les choses "dégénèrent" dans la nuit de dimanche à lundi: de nombreux tags clairement anarchistes sont peints dans/sur/autour du bâtiment et du campus, les caméras détruites, les distributeurs de boissons pillés, des portes forcées, des vols de matériels dans les laboratoires de science, d'argent et d'alcool dans des cercles étudiants. Le lendemain après-midi, à l'appel de plusieurs cercles étudiants, un rassemblement se forme devant l'auditoire dans le but d'en déloger les occupants "barricadés" (dernière sommation avant l'arrivée de la police). L'auditoire (ce qu'il en reste) est rendu à l'ULB dans le calme et les occupants rejoignent le camp du contre-sommet sur le campus de la Plaine sans être inquiétés. Une dizaine d'entre eux seront arrêtés pendant la soirée.
Communiqués des autorités de l'ULB, photos, articles de presse et liens média :
http://www.ulb.ac.be/vandalisme/index.html
(Je posterai d'autres articles plus tard.)

Le lendemain (mardi), une manifestation était organisée à Leuven dans la matinée et une autre à Bruxelles dans l'après-midi (à l'appel de la campagne ResPACT). À Bruxelles, dès le début de la manifestation, les quelques anarchistes présents se rassemblent en un petit groupe (une vingtaine de personnes) et les problèmes commencent. Quelques manifestants étudiants (en rapport avec lundi): "connards d'anarchistes", etc... Un policier provoque un anarchiste puis essaye d'arracher son foulard, sans succès. La manifestation démarre, le petit groupe d'anarchistes est suivi de près par une petite dizaine de flics en civil et mitraillé par des photographes, flics et journalistes (plusieurs échauffourées durant tout le parcours avec certains se montrant un peu trop insistants). Alors que tout se passe dans le calme et sans raison apparente, le service d'ordre de la manifestation (composé d'étudiants, souvent issus d'organisations de gauche!) forme une chaîne humaine autour du groupe anarchiste et l'isole progressivement des autres manifestants. Certains forcent le barrage, d'autres essayent de discuter. Un militant LCR tente un dialogue pour demander au service d'ordre de rester calme, et surtout leur faire comprendre qu'ils se trompent d'ennemis. Les anarchistes finissent par rejoindre la manifestation par petits groupes et se retrouvent un peu plus loin. A plusieurs reprises, la police attrape quelques anarchistes isolés pour une fouille ou un contrôle d'identité. Bref, les anarchistes étaient personae non gratae.

Mercredi, la manifestation était prévue à Louvain. Présence policière démesurée (240 policiers pour (contre?) quelques centaines d'étudiants). Quelques dizaines d'anarchistes tentent de forcer le périmètre de sécurité autour du bâtiment où sont rassemblés les ministres de l'éducation. S'en suivent des affrontements avec la police, qui tournent assez rapidement en faveur de celle-ci et qui entraînent au moins une arrestation. Les manifestants sont obligés de changer d'endroit pour essayer d'échapper au dispositif policier, sans succès. Les manifestants arrivent sur la grand-place de Louvain où de nouveaux affrontements ont lieu (lancers de fumigènes, de pierres,...). De nouveau, ils sont obligés de faire mouvement, cette fois dans le centre-ville et finiront la manifestation par une dispersion progressive et encore quelques escarmouches.

Bref, le mouvement anarchiste a perdu en crédibilité, surtout vis-à-vis des étudiants (notamment de l'ULB) et est clairement la cible de la surveillance policière. Bilan de ce contre-sommet plutôt négatif, même si rencontrer d'autres anarchistes fait toujours plaisir.
(D'autres infos plus tard...)
Johan
 

Re: Contre-sommet européen - 28 et 29 avril

Messagede Pïérô » 02 Mai 2009, 00:26

c'est pas malin...
et politiquement c'est pas gagnant.
il n'y avait que çà comme "anars", malgré l'appel d'organisations libertaires ?
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre-sommet européen - 28 et 29 avril

Messagede Johan » 02 Mai 2009, 00:43

Je m'attendais à une présence anarchiste beaucoup plus importante, faut croire que le trajet jusque Strasbourg avait coûté trop cher. :confus: Je n'ai vu AUCUN drapeau des organisations libertaires appelant au contre-sommet, uniquement quelques drapeaux noirs.
De plus la plupart des étudiants de l'ULB ont la haine après le saccage des bâtiments, du coup le lendemain ils nous l'ont fait payer à la manifestation (faut savoir qu'apparemment leur tentative d'isoler le groupe anarchiste se faisait sur demande express de la police). Même si je n'avais aucun problème avec l'occupation d'un auditoire, ce qu'ils en ont fait ensuite était juste con. Ca parle d'autogestion mais ça ne sait pas se gèrer soi-même plus de 2 jours sans tout péter. Les caméras, les distributeurs, OK. Arracher les bancs, péter les portes, taguer chaque étage du batiment, c'était stupide. Surtout que je ne vois pas l'intérêt de détruire des infrastructures d'une université qui vous accueille lors d'un contre-sommet quasi exclusivement composé d'universitaires.
Johan
 

Re: Contre-sommet européen - 28 et 29 avril

Messagede Johan » 08 Mai 2009, 22:09

Université Libérale de Bruxelles Occupée
Jeudi 30 avril 2009 à 14:45

Groupons nous et demain, l'internationale sera le genre humain.

Partout en Europe, des facultés sont occupées pour lutter contre la politique nationale mais aussi internationale en matière d'éducation:
A Barcelone et Paris, des étudiants occupent le ministère de l'éducation, la Sorbonne entière est paralysée pour la semaine...

Alors qu'à Louvain et Louvain la Neuve se tenait une rencontre importante des ministres de l'éducation des pays signataires du processus de Bologne, énième réforme néolibérale de l'enseignement supérieur, un contre sommet à été organisé à Bruxelles, regroupant des étudiants de toute l'europe et de toutes horizons politiques. Contre Sommet par ailleurs totalement ignoré par les syndicats étudiants et autres organisations étudiantes d'obédience marxiste léniniste, trop occupés depuis plus d'un an et demi à collecter deux manifestants par jour (soit trois mille à l'heure qu'il est) pour leur manifestation nationaliste et corporatrice contre "le coût des études".

Ce qui choque, ce n'est pas tant la toute puissance de l'Empire que la faiblesse de la contre-attaque.

Déçus par un contre sommet surorganisé et paralysé par la volonté de produire une ambitieuse et irréalisable "contre réforme", des étudiants belges, français, espagnols, grecs, allemands... décident d'occuper eux aussi un auditoire pour pouvoir réellement se rencontrer, vivre et s'organiser ensemble durant l'espace-temps de ce contre sommet. Contrairement à ce que certains prétendent, il n'y a pas eu dans cette occupation de rupture avec le contre sommet, juste une réappropiation de celui-ci par certains de ces membres, en toute amitié avec les organisateurs.
Pour le meilleur et non le pire comme le pensent certains, cette marmite hétéroclite remplie d'idées et d'êtres c'est mise à bouillir , tant et si bien qu'il a bien fallu la renverser sur ce vieux monde sclérosé.

Quand je croise un voleur malchanceux, poursuivit par un cul terreux, je lève la patte et pourquoi le taire, le cul terreux se r'trouve par terre

Durant un processus de réappropriation spontanée de l'espace, les occupants ont laissé libre court à toutes sortes d'initiatives. Il y a effectivement un vol d'une caisse étudiante. En toute bonne fois, les étudiants volés savent que les occupants étaient en train de récolter l'argent en vue de les rembourser avant d'être interrompus inopinément.

Murs blancs, peuple muet

Quand aux sois disant dégradations, elles ne sont que la manifestation de la vie dans un espace asseptysé et entièrement voué la la consommation: consommation de savoirs, de bières, de friandises et autres boissons sucrées.

On a libéré notre université

Cri de gloire d'un étudiant administrateur, citoyen flic et balance notoire, qui arrange la foule en colère. Les occupants avaient notifié cet étudiant, une demi heure plutôt, de leurs intentions de quitter l'occupation pacifiquement. Au son d'un "rentre chez toi, ta mère à fait des gauffres" (toujours incompris de nos amis français), les étudiants fous furieux, la bave aux lévres et les yeux exorbités envahissent l'occupation devant les yeux médusés des occupants qui comprirent enfin pourquoi la police belge était si peu présente "avec des étudiants fachistes, plus besoin de police".

On est très méchants, on mange les enfants

Cette colêre des étudiants est due à plusieurs facteurs, leur anémie politique n'étant pas le moindre; on est loin ici de Nanterres, Tolbiac, Sorbonne, Rennes... Le futur économiste de base n'a pas l'habitude de voir sa fac occupée. La rumeur, relayée par les cercles étudiants mais aussi les grands médias y joue aussi un rôle important:

Des cocktails molotov à l'éther auraient été jeté sur les étudiants débloqueurs, l'auditoire sentirait un mélange d'urine et de canabis, des casseurs de l'ULB seraient attendu au manifestations de Louvain et Leuven... Même la police plonge dans le piège de la rumeur et s'attend à un mini strasbourg, au vue des forces déployées et la surveillance étroite du contre sommet.

Ceci n'est pas un communiqué des occupants, juste celui d'un témoin subjectif: Ceux-ci savent depuis longtemps qu'il n'y a plus rien à attendre de l'information et que toute avancée libertaire est toujours diabolisée.

A bas les pompeux barbants

La normitude reprend ses droits à une vitesse folle. En deux jours, plus une trace de vie dans cette auditoire morne, comme si il ne s'était rien passé et que rien ne pourrait plus désormais arriver. Les organisations syndicales mortifères organisent une conférence sur "l'enseignement supérieur en europe", dans laquelle il invitent des représentants de chaque formation politique importante. Eux qui nous reprochent sans cesse de ne pas être fédérateurs, mobilisateurs, se retrouvent entre eux à cette conférence qui, visiblement, n'attire pas les foule. Après plus d'un quart d'heure de retard, arrive le public qui n'est pas celui escompté puisqu'ils s'agit des premiers concernés, des étudiants européens...

Staliniens et autres réformistes se barricadent alors, interdisant l'accès à un débat publique. Des manifestants parviennent à rentrer, expriment les raisons de leur venue et entartent les pompeux social traitres.

On vous laissera plus jamais tranquille
http://bloomblog.cowblog.fr/universite-liberale-de-bruxelles-occupee-2834183.html
Johan
 

sommet du G8 à l'Aquila

Messagede Parpalhon » 28 Juin 2009, 11:19

vous n'êtes pas sans savoir, j'espère, que le sommet du G8 va se dérouler début juillet en Italie dans la région dévastée par le tremblement de terre, à une centaine de kilomètres de Rome.
Apparemment dès aujourd'hui l'Italie a fait une levée de l'espace Schengen sur l'ensemble de son territoire et ce jusqu'au 15 juillet.

Est-ce qu'il y a des gens qui sauraient si il est obligatoire d'avoir un passeport pour rentrer dans un pays européen qui ne fait plus parti temporairement de l'espace Schengen et si une carte d'identité est suffisante ?
" Mort als estats visquin les terres ! "
Avatar de l’utilisateur-trice
Parpalhon
 
Messages: 436
Enregistré le: 15 Juin 2008, 15:04

Re: sommet du G8 à l'Aquila

Messagede RickRoll » 28 Juin 2009, 11:51

Je pense effectivement qu'il faut un passeport, sinon ça n'aurait aucun intérêt pour les puissants de lever l'espace Schenguen.
Le but étant visiblement d'empêcher toute protestation à l'échelle européenne, la venue de contestataires d'autres pays devenant difficile.
RickRoll
 

Re: sommet du G8 à l'Aquila

Messagede Parpalhon » 28 Juin 2009, 17:34

:confus: et personne ne sait comment ou où on peut vérifier s'il faut un passeport ou pas ?
" Mort als estats visquin les terres ! "
Avatar de l’utilisateur-trice
Parpalhon
 
Messages: 436
Enregistré le: 15 Juin 2008, 15:04

Re: sommet du G8 à l'Aquila

Messagede Johan » 29 Juin 2009, 13:15

Italie: L'accord de Schengen "levé" pendant le G8!

Ce dimanche 28 juin, afin de refouler les manifestants opposés au Sommet du G8, le gouvernement Berlusconi a suspendu l’accord de Schengen sur la libre circulation des personnes, et ce jusqu’au 15 juillet. Quant à l’ennemi intérieur, il sera tenu à bonne distance par pas moins de quinze mille agents des forces de l’ordre.

Le programme du contre-sommet est le suivant:
- 4 juillet. Manifestation contre la base militaire Dal Molin à Vicence (Vénétie).
- La nuit, entre le 5 et 6 juillet, exactement à 3h et 32 minutes (l'heure à laquelle s'est produit le tremblement de terre dévastateur du 6 avril dernier), aura lieu à L'Aquila, la veillée "Mémoire, vérité et justice" pour se souvenir des victimes et des responsabilités.
- 7 juillet. Manifestation internationale à Rome pour l'accueil des Puissants de la Terre.
- 7 juillet. Forum des communautés locales rebelles dans le parc de l'UNICEF à L'Aquila, sur les modèles de développement, la démocratie et la participation.
- 8 et 9 juillet. Révolte générale, avec des manifestations sur l'ensemble du territoire et des actions surprises.
- 10 juillet. Manifestation internationale à L'Aquila. Départ de la gare Paganica. Passage par les lieux symboliques du tremblement de terre. Fin à l'entrée du centre-ville.
Source: Secours Rouge
Johan
 

Re: sommet du G8 à l'Aquila

Messagede Gonzo » 04 Juil 2009, 07:24

Huit ans sont passés depuis le G8 de Gênes. Certains d’entre nous y étaient, d’autres n’étaient que des enfants. Néanmoins, pas un n’a oublié les trois cents mille personnes du monde entier qui sont venues manifester pour un autre monde possible, pour la liberté et contre l’esclavage du profit, pour la justice et pour la paix. Personne n’a oublié le meurtre de Carlo, le massacre de centaines de manifestants, les tortures à Bolzaneto, la boucherie de l’école Diaz, ni le sadisme des agents, le pouvoir qui agit à son gré pour s’acquitter, les compagnons persécutés et condamnés injustement…

Huit ans sont longs, et beaucoup de choses ont changé. L’ordre du jour de la politique internationale, que nous étions en train de dérober aux secrétaires du Capital, a recommencé à prendre les mêmes rendez-vous : guerres, exploitations, famine, destruction de la planète, ‘lutte contre le terrorisme’. L’Afghanistan, l’Irak, la Palestine, les veines ouvertes de l’Amérique latine, de l’Asie, de l’Afrique, des banlieues étrangères et nationales, des nombreux Sud du monde qui nous assiègent : le sang de milliards de personnes qui goutte jours après jours, sans raison, pour enrichir toujours moins de gens, à cause de l’ignorance et de l’indifférence de la plupart des autres.


Nous aussi, nous avons changés : un peu plus faibles, un peu plus indécis, un peu plus effrayés peut-être ; mais aussi un peu plus mûrs, conscients que notre lutte nécessite beaucoup de temps, toujours plus convaincus que nous n’avons plus de choix qu’entre socialisme ou barbarie. Désormais adultes, nous ne renions pas notre enfance. Nous regardons le visage de nos ennemis et nous sommes conscients qu’ils sont les mêmes qu’à Gênes. Nous sommes aussi conscients qu’ils sont devenus plus violents, plus agressifs, qu’ils sont plus dangereux et qu’aujourd’hui plus qu’hier, ils agissent de façon insensée.

2009, le G8 se tient en Italie. Il revient dans une période de crise, quand les pays occidentaux entrent en récession, quand le chômage est en hausse, quand on ne voit plus d’issue. Il revient dans un pays dont la société et la culture ont été ravagées, un pays qui a les salaires les plus bas d’Europe, un système politique gelé, la presse sous contrôle. Un pays engagé dans une guerre déclenchée d’en haut, qui s’appelle guerre contre les pauvres, racisme, sexisme, homophobie, mépris pour les marginaux. Le G8 se tiendra dans les Abruzzes, un territoire qui a payé de beaucoup de sang les logiques du profit, de la spéculation, de la corruption qui règlent n’importe où le capitalisme ; un territoire qui depuis trois mois est en train d’expérimenter des formes inédites de controle et de militarisation.


Le Gouvernement a tout essayé pour nous empêcher d’y être. Il a partagé le sommet en plusieurs rencontres. Difficiles à suivre pour des gens qui doivent étudier, travailler, penser à leur propre survie quotidienne, impossibles à contester pour qui doit déjà descendre dans les rues pour défendre son propre travail. Cependant le mouvement a été vif et présent tous ces derniers temps : à Rome, contre le démantèlement du Welfare; à Syracuse, contre le ravage de l’environnement ; à Turin, contre l’intrusion des intérêts privés dans l’Université ; de nouveau à Rome, contre une ‘sécurité’ qui montre son vrai visage : expulsion des migrants, stratégie de la terreur et répression des luttes. Et enfin, à Lecce, quand les Ministres de l’Économie se sont rencontrés pour décider de subventionner à nouveau les banques, et faire passer leurs vieux échecs pour la nouvelle recette miracle. Maintenant l’heure est arrivée de rassembler de nouveau ce qui a été divisé. L’heure est arrivée de nous rencontrer, d’y être tous présents ! Nous ne devons pas laisser le dernier mot à ceux qui spéculent sur une tragédie telle que le séisme, en instrumentalisant les personnes à des fins électorales, en faisant de sales affaire au moment même où ils échelonnent la reconstruction jusqu’en 2033. Les ‘grands’ viendront défiler sur une population brisée et abandonnée. Devant les caméras ils nous diront qu’il n’y a rien à craindre. Mais nous savons très bien qu’il n’en est pas ainsi. Nous devons le crier à haute voix.


Ils ont dit que nous n’aurons pas le cœur d’y être. Mais nous avons toujours du cœur pour nous ranger du coté de ceux qui luttent et souffrent. Durant ces quelques journées nous chaufferons l’atmosphère et le 10 nous serons au cortège international pour y porter nos raisons, celles des oppressés et des populations en lutte. Pour démontrer qu’ils ne nous ont pas fait plier, pour leur gâcher les festivités!


Nous avons grandi mais le futur est encore et sera toujours à nous ! On se voit à L’Aquila.



Collettivo Autorganizzato Universitario – Naples


http://nog8france.blogspot.com/
Gonzo
 

Re: sommet du G8 à l'Aquila

Messagede Johan » 09 Juil 2009, 21:55

Rome: 40 arrestations suite aux premières manifestations contre le G8

Des manifestations de faible ampleur se sont déroulées ce mardi dans les rues de Rome contre le sommet du G8 et les forces de l’ordre ont interpellé près de 40 manifestants. Des manifestants, relativement peu nombreux, ont incendié tôt dans la matinée quelques pneus dans une rue de Rome avant d’être interpellés par la police. D'autres manifestants, pour certains munis de cagoules et de casques, se sont repliés vers l’université de Rome d’où ils ont jeté des bouteilles et des pierres sur des véhicules des forces de l’ordre. Des dizaines de policiers et carabiniers en tenue anti-émeutes occupaient la place située devant l’université.

Selon la préfecture de police, 36 personnes au total, dont 27 italiens, ont été interpellées à Rome dans le courant de la matinée et des battes de base-ball ainsi que des bâtons ont été saisis. Les autres manifestants étaient quatre suédois, deux allemands, un suisse, un français et un polonais. Plus tôt dans la matinée, cinq jeunes français âgés de 25 à 35 ans, avaient été interpellés en possession de gourdins à L’Aquila (centre) près de la caserne de la garde des Finances qui doit abriter du 8 au 10 juillet le sommet du G8. Les jeunes gens ont été inculpés mardi pour détention d’armes prohibées mais laissés en liberté.
Secours Rouge.
Image
Johan
 


Jusqu'à 15 ans de prison pour les militants anti-G8 de Gênes

Messagede altofeux » 19 Oct 2009, 20:15

Gênes 2001 : un siècle de prison contre les "black bloc"

Un siècle de prison pour les manifestants qui ont "dévasté" et "pillé" Gênes lors du G8 de 2001. 48h après l’acquittement du préfet Gianni De Gennaro, pleuvent des mesures très dures contre 10 présumés Black bloc : 98 années et 9 mois d’incarcération en tout. Prescription et acquittement pour 15 autres inculpés qui ont participé aux désordres, mais avec la circonstance atténuante d’avoir réagi à une charge illégitime des forces de l’ordre [Il s’agit bien sûr des dissociés de Tute bianche, devenus Disobbedienti].

La deuxième section de la Cour D’appel du chef-lieu ligure a lu le verdict vers midi : Vincenzo Puglisi est condamné à 15 ans de prison, Vincenzo Vecchi à 13 ans et 3 mois, Marina Cugnaschi à 12 ans et 3 mois. "Des peines qu’on n’inflige pas même à des assassins. Et si ces jeunes ont commis un délit, c’est contre des choses, des objets. Pas des personnes", "En frapper 10 pour en éduquer des millions" a protesté le public dans la salle. Les avocats sont décontenancés et attendent les motivations écrites du verdict (il faudra encore 3 mois) mais parlent en attendant de décision "incroyable" : "On avait l’intuition, après les sentences plus récentes, qu’il soufflait un air mauvais : mais il y a ici des inculpés qui ont pris plus de 10 ans pour avoir brisé une vitrine, et c’est tout", commente l’avocat Roberto Lamma.

Maria Rosaria D’Angelo, présidente du tribunal, a partiellement changé la décision prise en première instance en décembre 2007 : par rapport à avant, le total des peines diminue un petit peu (10 années en moins), mais se durcit contre les dénommés Black Bloc. Les juges ont confirmé que la charge des forces de l’ordre via Tolemaide, en début d’après-midi du 20 juillet, était illégitime. Cet assaut contre le cortège des No-global a déchaîné l’enfer où trouvera ensuite la mort Carlo Giuliani [assassiné par les flics alors qu’il tentait de défoncer une jeep de carabiniers, Ndt]. Massimiliano Monai, le jeune qui se trouvait à côté de lui lors de l’attaque contre la Jeep Defender des carabiniers avait été condamné en première instance à 5 ans de prison : la prescription a en revanche maintenant définit qu’il n’effectuera pas de peine.

"Je m’honore d’avoir participé en homme libre à une journée de contestation contre l’économie capitaliste" avait déclaré Vincenzo Vecchi. Carlo Cuccomarino a été condamné à 8 années, Luca Finotti à 10 années et 9 mois, Alberto Funaro à 10 années, Dario Ursino à 7 années. Antonino Valguarnera, qui avait effectué son service militaire en Bosnie avant le G8 et même décoré, accusé d’avoir jeté des molotovs, a pris 8 années (...)

Traduit de l’italien de La Repubblica, 9 ottobre 2009

"Cette Semaine" n°95, printemps 2008, p.34-35 avait publié la déclaration d’un anarchiste devant le tribunal en première instance, ainsi qu’un tract des compagnons de Gênes suite au verdict.



source : http://cettesemaine.free.fr/spip/articl ... ticle=2634

15 ans, 13 ans et 3 mois, 12 ans et 3 mois, 8 ans, 10 ans et 9 mois, 10 ans, 7 ans, 8 ans, etc, etc... et tout ça pour des dégats uniquement matériel.

Le seul homicide, celui de Carlo, a lui été classé sans suite...

Ça atteins un tel niveau d'ignominie que j'en reste sans voix.
Je ne serais pas étonné que dans les prochaines années on entende crier de nouveau Mai più senza fucile !
altofeux
 

Re: Jusqu'à 15 ans de prison pour les militants anti-G8 de Gênes

Messagede RickRoll » 19 Oct 2009, 21:49

La vache !!!

Il y a une convergence du côté de Poitiers, avec de la prison ferme aussi pour les accusé-es.
RickRoll
 

Re: Jusqu'à 15 ans de prison pour les militants anti-G8 de Gênes

Messagede Pïérô » 07 Nov 2009, 20:15

Appel à une AG pour organiser le soutien.

Assemblée générale de soutien aux condamnés de Gênes 2001

Le 9 octobre 2009, la justice italienne a condamné en appel 10 inculpés du contre-sommet du G8 de Gênes de 2001. Ils ont reçus, pour « destruction et saccage », de très longues peines de prison ferme

CARLO ARCULEO : 8 ANS
CARLO CUCCOMARINO : 8 ANS
MARINA CUGNASCHI : 12 ANS ET 3 MOIS
LUC FINOTTI : 10 ANS ET 3 MOIS
ALBERTO FUNARO : 10 ANS
INES MORASCA : 6 ANS ET 6 MOIS
FRANCESCO PUGLISI : 15 ANS
DARIO URSINO : 7 ANS
ANTONIO VALGUARNERA : 8 ANS
VICENZO VECCHI : 13 ANS ET 3 MOIS

Ce procès arrive 48 heures après celui de 45 policiers où 15 seulement ont été condamnés à des peines très légères. Ont été acquittés le préfet Ganni De Gennaro, alors chef de la police ainsi que d’autres membres de la hiérarchies qui ont dirigé la répression à Gênes en juillet 2001, bien que la justice ait considéré comme illégale la charge de la police ayant engendré les plus violents affrontements. La répression a fait un mort, Carlo Giuliani, 23 ans, tué par balles lors de cette charge, plusieurs centaines de blessés, des violences dont les plus fortes ont eu lieu à l’école Diaz où était installé le centre de média indépendant et où dormaient 307 manifestants qui ont été arrêtés puis séquestrés pendant trois jours dans la caserne du Bolzaneto, subissant sévices et humiliations.

Les journées de Gênes ont vu la réunion pratique et puissante d’une opposition à la réunion des chefs d’Etat de la planète, et plus généralement à l’ordre économique mondial. Réunion internationale, forum social : 300 000 personnes se sont réunies à la manifestation du 20 juillet malgré la militarisation et le verrouillage de la ville.

Huit ans après, ce 9 octobre, les peines prononcées sont très, très lourdes. La disproportion est éclatante entre les chefs d’inculpation qui touchent des destructions de biens matériels et ces cent années de prison au total. Ce n’est pas telle ou telle action individuelle, telle ou telle personne que la justice italienne punit. C’est l’ensemble des événements politiques du contre-sommet qui se trouvent sanctionnés. Ces 10-là paient pour toute l’action collective, pour tout le mouvement social et politique qui a eu lieu à Gênes. Cette décision de justice ressemble à un grand signal de terreur pour toutes celles et ceux qui contestent l’ordre social. Elle poursuit la répression sauvage du contre-sommet. Ces procès sont la deuxième vague de vengeance de l’Etat italien. Pour que la lutte contre l’injustice sociale et les rapports économiques sauvages, les conflits qu’ils génèrent soient cantonnés dans des formes invisibles, aseptisées qui ne gênent pas réellement l’ordre établi.

La tolérance du pouvoir envers les formes de révolte non autorisées n'a cessé de diminuer et, alors que la conflictualité sociale tend à s'aggraver, ces condamnations marquent un nouveau pas dans le délire répressif en cours en Italie comme ailleurs. Notre pays ne manque lui aussi pas d'exemples dans ce domaine, comme le montrent les récents évènements de Poitiers (une manifestation anticarcérale ayant débouché sur le bris de quelques vitrines) après lesquels un homme a été condamné à quatre mois de prison ferme « pour jet de pile » sur la police, puis un autre interpellé lors d'une manifestation de soutien consécutive pour avoir comparé publiquement l'officier de police à un collabo célèbre.

En dehors du fait que les condamnations de Gênes dépassent toutes les bornes de l'entendement, et demeurent même sans commune mesure avec les peines les plus dures infligées pour ce genre d'actes, elles sortent totalement des règles les plus ordinaires du droit pénal. Les personnes condamnées se voient infliger, pour quelques dégâts matériels (des bris de vitrine), des peines que nombre de meurtriers ne purgeraient pas. Dans ce cas, comme dans ceux où il maquille des assassinats sous des accidents de la route, comme à Villiers-le-bel, ou à Fréjus récemment, l'Etat réprime en faisant fi des règles qu'il s'est lui même imposé. Quand il protège les siens contre les poursuites judiciaires que des affaires de corruption ou de moeurs pourraient entraîner, il outrepasse également la légalité. C'est que le droit est traversé par les rapports de forces qui existent au sein de la société, et que parfois il n'a pas eu le temps de s'adapter aux nouvelles pratiques de la domination, alors sa sacro-sainte indépendance est violée, mais cela fait bien longtemps que ce n'est plus une sainte-nitouche.....

La plupart du temps, le droit s'adapte, et en nos temps de répression tous azimuts, cela donne les législations antiterroristes, qui permettent de torturer des Irakiens, ou d'enfermer des épiciers communistes. Si la justice a été un temps garante des libertés individuelles contre l'arbitraire de l'Etat, aujourd'hui elle n'est plus qu'un des accessoires entre les mains de l'arbitraire étatique, qu'il utilise selon ses humeurs. Ceux qui quémandent auprès de l'appareil judiciaire un peu de justice sociale, prennent cette bureaucratie de tribunaux et de prisons pour la garantie d'un monde d'amour et de paix, ceux qui préfèrent manifester entourés de « gardiens de la paix » plutôt qu'aux côtés de briseurs de vitrines ne font que retarder un peu l'émancipation des exploités par eux-même.

Aujourd'hui, alors que nos camarades italiens sont persécutés par l'Etat berlusconiste depuis huit ans, mettons tout en oeuvre pour qu'ils cessent d'être poursuivis, et que ce genre de condamnations ne se reproduise plus.

Nous appelons à ce qu'une solidarité en actes se manifeste un peu partout contre ces procès intolérables. Nous appelons à ne pas céder à l'intimidation et à ne pas oublier qu'ici comme ailleurs, le pouvoir à de bonnes raisons lui aussi de trembler. Nous appelons ainsi à participer à la manifestation du 8 novembre contre les prisons.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

POUR ORGANISER DES ACTIONS FACE À LA RÉPRESSION

MARDI 10 NOVEMBRE À 18 HEURES AU CICP
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité