Pays Basque

Re: Pays Basque

Messagede digger » 28 Nov 2013, 11:25

Batera répondra au mépris, aux menaces et à la discrimination par la résonance des makhila

Samedi, les membres de la plate-forme citoyenne Batera dénonceront “le mépris, les menaces et la discrimination” du gouvernement français à l’égard du Pays Basque Nord, lors de la manifestation qu’ils organisent à Mauléon, à 15 heures.
Juliette Bergouignan, représentante de Batera, a critiqué “le mépris et la désinvolture” avec lesquels Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, a traité les membres de la plate-forme au sujet de la proposition de collectivité territoriale.
Nikolas Blain, conseiller municipal à Macaye, a également souligné “les menaces” de Paris. Outre la volonté du gouvernement de rattacher la caisse d’allocation familiale (CAF) de Bayonne à celle de Pau et les entraves mises “au développement des ikastola et de la langue basque”, le représentant de Batera a dénoncé le redécoupage des cantons qui ne respecte pas les frontières du Pays Basque.
Enfin, il a critiqué “la discrimination” du gouvernement envers le Pays Basque. “Sans montrer de jalousie”, les membres de Batera se demandent pourquoi ce qui est possible en Corse ne l’est pas ici. N. Blain a rajouté que “Paris avait jeté notre proposition à la poubelle et que les portes étaient fermées pour le Pays Basque”.
La plate-forme citoyenne appelle donc à “montrer [sa] détermination” lors de la manifestation qu’elle organise samedi. Pour ce “combat non violent mais qui va durer”, ils entendent “faire du bruit pour être entendus jusqu’à Paris”.
En ce sens, ils encouragent les participants à se munir d’un makhila, objet symbolique de la Soule, qui sera la “troisième jambe” de la longue marche vers le projet de collectivité territoriale.
Valorisation de la lettre d’Ayrault
Les représentants de Batera en ont profité pour réaliser une valorisation de la lettre envoyée le 20 novembre par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, aux présidents du Conseil des élus et du Conseil de développement.
Ils ont fait une double lecture de la missive. D’un côté, ils se sont félicité que l’appel à la manifestation de samedi “valorise le travail de mobilisation”. Martine Bisauta, adjointe à la mairie de Bayonne, a expliqué que “les lignes bougent” et que si elle ne le sera “pas forcément mieux”, la question de la reconnaissance du Pays Basque connaîtra “un traitement différent”.
Pour autant, Jakes Bortayrou, représentant de Batera, estime que la réponse du Premier ministre est emprise de “condescendance”, notamment parce qu’il s’exprime comme s’il expliquait “l’organisation de la France à des enfants”, alors que “des dizaines d’experts ont travaillé en profondeur, après un examen précis”.

M. Bisauta, qui a avoué que Batera “ne lâchera jamais”, a reconnu que la prise en main du dossier de la collectivité territoriale ne serait pas arrivée “au plus haut niveau de l’État” sans “la persévérance de la coordination et de Batera”.

Samedi, des bus au départ de Bayonne, Hendaye, Macaye et Hélette seront mis en place pour se rendre à Mauléon en masse.
Des soutiens massifs à Batera

Hier, Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG), la Confédération paysanne, ELB et Lurrama se sont joints à la longue liste de soutiens qui appellent à manifester avec Batera samedi prochain. Le monde agricole appelle à participer au rassemblement “pour exiger que la volonté de ce pays soit respectée”. Ils ont ajouté que la collectivité territoriale “aurait, dans ses compétences, tous les outils nécessaires pour gérer l’agriculture du Pays Basque”.

Les abertzale azkaindar d’Ideki ont également apporté leur soutien à Batera, tel que l’avaient fait auparavant les abertzale hendayais de Hendaia Biltzen et luziens de Herri Berri.
Ils ont rejoint EH Bai, Autonomia Eraiki, la coordination territoriale Pays Basque, Udalbiltza, le Biltzar des communes du Pays Basque, Bizi!, Seaska, LAB, la CFDT et Euskal Konfederazioa, qui s’étaient déjà prononcés pour apporter leur soutien à Batera.

La députée Sylviane Alaux a indiqué qu’elle se rendrait à la manifestation qui se déroulera dans les rues de Mauléon, à partir de 15 heures.


http://www.lejpb.com/paperezkoa/20131127/434888/fr/Batera-repondra-au-mepris-aux-menaces-et-a-discrimination-par-resonance-des-makhila

Le makhila est un bâton de berger, de marche, ou de défense, plus ou moins travaillé et élaboré selon l’usage, certains avec des pommeaux en cuir ou en corne.
Batera se présente comme une plateforme et a édité une charte signée par des nombreux partis politiques, syndicats et associations diverses. http://www.batera.info/
Les abertzale sont les militants politiques de gauche, la plupart regroupés dans Euskal Herria Bai (EH Bai) coalition regroupant Abertzaleen Batasuna, Eusko Alkartasuna et Batasuna.
Euskal Herriko Laborarien Batasuna, ELB, est un syndicat agricole basque membre de la Confédération Paysanne, qui taille des croupières à la FNSEA, encore majoritaire à la chambre d’agriculture grâce uniquement au découpage électoral. ELB a créé une Chambre d’agriculture parallèle Euskal Herriko Laborantza Ganbara - EHLG - en 1995.
Seaska regroupe toutes les écoles basques (25 maternelles et primaires, 3 collèges, un lycée)
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 13 Déc 2013, 16:10

Samedi 14 décembre à Lannemezan

Marche pour les droits des prisonniers

Le mouvement Herrira organise une marche le 14 décembre à la prison de Lannemezan. Le but de cette manifestation est de demander le “respect des droits des prisonniers”.

Concrètement, le mouvement Herrira exige la libération des prisonniers malades et celle de tous ceux ayant droit à une libération conditionnelle. Au-delà, Herrira réclame le rapprochement des prisonniers du Pays Basque et “l’arrêt immédiat des violences contre les prisonniers politiques basques.”

Le choix par Herrira de se rendre à la prison de Lannemezan ne doit rien au hasard. C’est dans cette maison centrale en effet que se trouve Ibon Fernández Iradi. Celui-ci est atteint d’une sclérose en plaques et sa demande de suspension de peine pour raisons de santé est en cours d’examen. D’autre part, dans la même prison se trouve Txistor Haranburu, incarcéré depuis près de 24 ans, dont le dossier de libération conditionnelle est lui aussi en cours. Des bus partiront de Saint-Jean-Pied-de Port (Maider 06 70 77 33 10), de Bayonne (Josune 06 32 19 10 18) et de Saint-Jean-de-Luz (Ester 06 32 09 35 51) à 9 h 30 le 14 décembre.

http://www.lejpb.com/paperezkoa/2013120 ... risonniers

Vidéo de soutien aux prisonniers à Durango (Biscaye) 07/12/2013 : http://www.eitb.com/eu/bideoak/osoa/181 ... erraldoia/

Le mouvement Herrira, qui s’occupe de la défense des droits des prisonniers politiques basques, organise un grand rassemblement le 14 décembre, en face de la prison de Lannemezan, afin de protester contre ce qu’il appelle « le non-respect des droits de l’homme infligé aux prisonniers basques au sein des établissements pénitentiaires de l’État français ».

Les revendications principales sont les suivantes :

Libération des prisonniers pouvant bénéficier d’un aménagement de peine ;

Libération des prisonniers gravement malades ;

Rapprochement et regroupement des prisonniers.

« Nous comptons sur votre présence ce samedi 14 décembre, devant la prison de Lannemezan, vers 12 heures, à travers un rassemblement original et festif, lors duquel nous proposerons diverses animations : txalaparta, bertso, flashmob et un pique-nique où l’association Herrira vous invite à venir déguster du sagarno (cidre local) et de la txistorra (chorizo basque) afin de venir partager avec nous ce moment de solidarité », indique le mouvement Herrira.

http://www.ladepeche.fr/article/2013/12 ... rison.html

http://paris.indymedia.org/spip.php?article14617
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 17 Déc 2013, 02:47

200 personnes manifestent devant la prison de Lannemezan en faveur des droits des prisonniers basques

A l'appel du mouvement "Herrira", 200 personnes souvent venues du Pays Basque se sont rassemblées samedi à la mi-journée devant la prison de Lannemezan. Elle entendaient appeler au respect des droits de l'homme vis-à-vis des prisonniers basques dans les établissements pénitentiaires.

Ambiance familiale bon enfant, banderoles, discours, flash mob, pique-nique arrosé de cidre et de vin basque. Ils étaient environ 200, venus en autobus de France et d'Espagne, à manifester ce midi devant la prison de Lannemezan où sont incarcérés 6 prisonniers basques. Des "prisonniers politiques" selon le mouvement Herrira, organisateur du rassemblement, dont l'Etat français "bafoue clairement et sciemment les droits". D'où les revendications des nationalistes basques : libération des prisonniers pouvant bénéficier d'un aménagement de peine, libération des prisonniers gravement malades, rapprochement et regroupement des prisonniers.

http://midi-pyrenees.france3.fr/2013/12 ... 77587.html

Image


Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 12 Jan 2014, 15:45

Bilbao : les indépendantistes basques manifestent et défient Madrid

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé, samedi 11 janvier dans la soirée, dans les rues de Bilbao, au Pays Basque, dans un défi lancé à Madrid après l'interdiction par la justice d'une mobilisation en soutien aux prisonniers du groupe armé de l'ETA.

... http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... _3214.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede digger » 16 Jan 2014, 09:16

130 000 manifestant-es, (110 000 selon la police) ce sont effectivement "quelques dizaines de milliers" :)

Image


Au-delà de la réaction à l’interdiction de la manifestation annuelle de Tantaz Tanta.en faveur des prisonniers politiques, il s’agit de relancer le processus de paix bloqué par les états français et espagnols, qui continuent la répression, ignorant la nouvelle donne suite à l’abandon définitive de la lutte armée par ETA.
ETA a servi d’épouvantail bien pratique et une lutte sur le plan politique et populaire est beaucoup plus dangereuse . ETA a longtemps divisé et paralysé les organisations basques. Aujourd’hui, elles peuvent à nouveau agir ensemble, comme le montre le nombre de partis, syndicats et organisations ayant appelé à la manifestation de Bilbao.
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 17 Jan 2014, 13:00

Retour de Bilbao, témoignage et photos
http://juralib.noblogs.org/2014/01/16/r ... des-lieux/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede digger » 22 Jan 2014, 11:47

9 ans d’EHLG : « L’agriculture paysanne, naturellement, un choix d’avenir ! »

Ce samedi 18 janvier durant la matinée, la salle de conférence d’EHLG était comble pour l’Assemblée Générale de Laborantza Ganbara qui depuis 9 ans travaille en faveur de l’agriculture paysanne au Pays Basque. Les différents chantiers de 2013 ainsi que les perspectives pour 2014 ont été présentés à un public ravi d’apprendre que le dossier de justification de l’aide financière de Saint-Pée-sur-Nivelle à Laborantza Ganbara a été validé par les services de l’Etat. Un précédent utile que toutes les communes du Pays Basque voulant aider l’agriculture paysanne devront prendre en compte à l’avenir.
Pour la 9è année consécutive, l’Assemblée Générale d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara a été une occasion de comprendre le rôle utile et indispensable joué par EHLG au Pays Basque Nord en faveur d’une agriculture paysanne, respectueuse de l’humain et de l’environnement.  Toute la matinée, de nombreux témoignages ont permis de comprendre comment Laborantza Ganbara met en avant le savoir concernant l’agriculture paysanne via des formations et expérimentations menées avec les paysans sur le terrain. L’agriculture paysanne est apparue, comme l’a souligné le Président d’EHLG, Michel Berhocoirigoin, comme un choix naturel et d’avenir.

L’association, qui fonctionne maintenant avec une équipe de 14 salariés et un budget conséquent, a présenté ses chantiers 2013 (prestations et formations aux paysans, prestations aux collectivités, aides des démarches collectives, relations transfrontalières, etc.) et ses perspectives pour 2014.

Des exemples concrets d’aides apportées par Laborantza Ganbara dans les démarches collectives (Xapata, l’association des producteurs de cerises d’Itxasu, a ainsi, grâce à l’aide d’un technicien d’EHLG, pu structurer sa démarche, et, avoir accès à une aide financière) et de nouveaux chantiers démarrés (étude concernant la place et les perspective de l’agriculture urbaine dans l’Agglomération Côte Basque Adour, nouvelle convention avec Hazi (l’organisme en charge du développement du milieu rural pour le Gouvernement Autonome Basque), partenariat avec Udalbiltza sur le projet de développement local des Pyrénées Basques) seront appuyés par une nouvelle organisation d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara

Enfin, Christine Bessonart,  maire de Saint-Pée-sur-Nivelle,  a souligné l’importance que représente le fait que l’aide financière apportée par sa commune à EHLG pour l’année 2012 n’ait pas été contestée par les services de l’Etat. Un précédent, et une façon de monter les dossiers, qui devra faire école auprès de toutes les communes du Pays Basque qui souhaitent aider l’agriculture paysanne avec EHLG.
La journée s’est poursuivie par un repas où 400 personnes ont déjeuné dans une excellente ambiance… qui laisse augurer une très grande célébration du 10è anniversaire de Laborantza Ganbara, qui aura lieu en janvier 2015!


http://www.enbata.info/articles/9-ans-dehlg-lagriculture-paysanne-naturellement-un-choix-davenir/

Euskal Herriko Laborantza Ganbara http://www.ehlgbai.org/
Voir aussi http://forum.anarchiste-revolutionnaire.org/viewtopic.php?f=66&t=7607&start=30#p82472
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede Pïérô » 11 Juin 2014, 11:30

Une chaîne humaine pour l’autodétermination du Pays Basque

Une chaîne humaine a rassemblé dimanche environ 150.000 personnes, selon ses organisateurs, dans le nord de l’Espagne, pour réclamer l’autodétermination du Pays Basque, sur le modèle d’une manifestation semblable qui avait réuni des centaines de milliers de personnes en septembre 2013 en Catalogne.

... http://www.liberation.fr/monde/2014/06/ ... ue_1036392
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 04 Sep 2015, 00:53

Pays basque : Interdiction de solidarité avec les prisonniers d’ETA

Le premier tribunal administratif du contentieux de Bilbao a décidé de suspendre provisoirement deux initiatives en faveur des prisonniers de l’ETA prévues les 7 et 19 septembre prochain dans la ville basque de Bermeo. Suite à une démarche du délégué du gouvernement espagnol au Pays basque, Carlos Urquijo, le tribunal a accepté de "suspendre" notamment un repas populaire avec des produits locaux au profit des prisoniers et des réfugiés, prévu dans le cadre d’un festival approuvé par le Conseil municipal de Bermeo. Ce même Carlos Urquijo avait fait saisir un tribunal pour "crime d’apologie du terrorisme" suite à une marche pour l’amnistie des prisonniers d’ETA à Bilbao.

http://www.secoursrouge.org/Pays-basque ... iers-d-ETA
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede bipbip » 03 Déc 2015, 19:39

Espagne/Pays basque : Début du procès de Batasuna

La justice espagnole a ouvert aujourd’hui le grand procès, plusieurs fois reporté, de 35 militants de la gauche indépendantistes basques - dont deux de nationalité françaises - accusés d’avoir perpétué entre 2005 et 2008 l’activité de Batasuna, un parti interdit par la justice espagnole mais légal en France. Les militantes basques françaises Aurore Martin, 36 ans, et Haizpea Abrisketa, 37 ans comparaissent libres devant l’Audience nationale - juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme - aux côtés de dirigeants historiques du mouvement Batasuna et de deux autres partis indépendantistes.

Avant l’audience, les 35 militants se sont présentés à la presse, en rang serré derrière une banderole où était écrit : "Plus de procès politiques". Ce procès est en préparation depuis huit ans et doit s’achever en mars 2016. Jugés pour "participation à une organisation terroriste", les 35 militants doivent répondre d’activités politiques (signatures d’articles, conférences de presse, meetings...) menées après l’interdiction de l’organisation. Ils encourent jusqu’à dix ans de prison et l’interdiction d’exercer des mandats publics pendant au moins dix ans. En janvier, les audiences avaient été repoussées après l’interpellation d’avocats de la défense, également accusé de complicité avec ETA.

http://www.secoursrouge.org/Espagne-Pay ... e-Batasuna
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pays Basque

Messagede digger » 17 Déc 2016, 09:28

Dommage que le ridicule ne tue pas... Hier, vendredi, la DGSI et le RAID ont arrêté 5 dangereux terroristes à Louhossoa près de Bayonne.
Pour les gouvernements français et espagnols, "l'interpellation de cinq individus en relation avec l'organisation terroriste ETA" est "un nouveau coup dur porté à ETA", comme l'a déclaré le ministre français de l'Intérieur, Bruno Le Roux, dans un communiqué, tout en se félicitant "d'une excellente coopération entre les services et avec les autorités espagnoles".

Le grotesque apparaît avec les noms des prétendus militant-es d'ETA : l'avocat Michel Tubiana, le dirigeant du mouvement écologiste Bizi!, Jean-Noël Etcheverry, dit Txetx, Michel Berhocoirigoin, ancien président de la Chambre d'agriculture du Pays Basque, Michel Bergougnan, coopérateur viticole dans l'appellation basque Irouléguy, et une journaliste Béatrice Haran-Molle.
Au cours d'une perquistion, "une importante saisie d'armes, d'explosifs et de munitions" a été réalisée, indique le ministère français de l'Intérieur.

Et pour cause : Michel Tubiana, Txetx et Michel Berhocoirigoin avaient envoyé une lettre à Mediabask disant qu'ils avaient décidé "d'enclencher le processus de désarmement de l'organisation armée et procéder à la destruction d'un premier stock d'armes". Un échange de lettre avait eu lieu avec ETA pour mettre en place le dispositif de destruction de l'arsenal de l'organisation. Tubiana, Berhocoirigoin et Txetx se placent comme intermédiaires entre ETA et l'Etat français http://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20161217/tubiana-berhocoirigoin-et-txetx-se-placent-comme-intermediaires-entre-eta-et-l-etat-francais et La destruction des armes d'ETA empêchée par les polices française et espagnolehttp://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20161216/la-destruction-des-armes-d-eta-empechee-par-les-polices-francaises-et-espagnoles

Une manifestation est appelée à Bayonne aujourd'hui, samedi à 16 heures
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede digger » 17 Déc 2016, 17:32

Des acteurs issus de mouvements sociaux et politiques se sont engagés à poursuivre le processus lancé à Louhossoa le 16 décembre.

Les interpellations réalisées à Louhossoa vendredi n’ont rien arrêté, "bien au contraire". La quarantaine d’acteurs sociaux et politiques réunies à Bayonne se sont engagés à prendre le relais du processus amorcé par les personnes arrêtées. A mener à terme la destruction de l’arsenal militaire d’ETA.

"Ils ont arrêté cinq artisans de la paix, aujourd’hui, vous avez devant vous les nouveaux artisans de la paix", a lancé Anaiz Funosas la représentante du mouvement citoyen Bake Bidea devant la presse. Dans ce sens, elle a appelé à participer à la manifestation organisée ce samedi à Bayonne (16 heures, depuis la Place des Basques) et à défiler derrière le sloggan "Bakearen alde, liberté pour les artisans de la paix".

Elle a ensuite lu le texte recueillant la philosophie de l’engagement de Michel Tubiana, Michel Berhocoirigoin et Jean-Nöel Etcheverry, daté du 25 octobre 2016. Une façon d’exprimer la volonté de s’approprier l’ensemble des principes qui a guidé les personnes interpellées vendredi, ainsi que Michel Tubiana qui ne se trouvait pas sur les lieux lors de l’opération.

Après cette déclaration d’intention, les personnes présentes ont annoncé une réunion qui aura lieu lundi prochain à Bayonne ouverte aux acteurs sociaux et aux élus des sept provinces du Pays Basque, afin de réfléchir et de se mettre d’accord sur la suite à donner aux événements.

Résolution du conflit

Le représentant du syndicat ELA, Xabi Anza, a rappelé que le Pays Basque est entrée dans une nouvelle phase, une nouvelle vie, après l’arrêt de la lutte armée par ETA. Pour cela, a-t-il souligné, « il est nécessaire que la société civile s’implique, que les Etats s’impliquent ».

Un processus de paix devrait se traduire, selon lui, par le désarmement d’ETA, la reconnaissances des victimes et la réparation des torts causés, la résolution des causes du conflit et le rapprochement des détenus.


http://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20161217/des-acteurs-locaux-souhaitent-poursuivre-l-initiative-des-personnes-arretees-a-louhossoa
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede digger » 17 Déc 2016, 20:49

Image


Plusieurs mouvements nationalistes ont organisé samedi à Bayonne une manifestation de protestation, qui a rassemblé 2 000 personnes, selon la police, et plus de 4 000, selon les organisateurs. Élus, responsables d’associations et simples citoyens ont constitué le cortège.
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede digger » 18 Déc 2016, 10:34

Communiqué des journalistes de Mediabask

Urrugne, 17 décembre 2016
Notre consoeur journaliste de Mediabask, Béatrice Molle-Haran, a été placée en garde à vue dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 décembre, à son domicile de Louhossoa. Nous lui apportons notre
soutien et notre solidarité.
Nous tenons aussi à témoigner de notre solidarité envers les autres personnes arrêtées avec elle : Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, Michel Bergougnian et Stéphane Etchegaray.
Nous réclamons la libération immédiate de ces cinq personnalités de la société civile du Pays Basque Nord et nous tenons à saluer leur engagement pour une paix réelle et durable au Pays Basque, dans le cadre d'un processus de paix aujourd'hui enlisé.


Béatrice Molle-Haran paie aujourd'hui ses prises de position telle que celle ci-dessous :

EDITO - La double peine

Lorentxa Guimon, militante assumée d’ETA, est en prison depuis 13 ans en attente de libération conditionnelle. Décision qui sera prononcée le 25 février prochain. L’organisation à laquelle elle appartient a fait état le 20 octobre 2011 de sa décision unilatérale d’un cessez-le-feu définitif, ouvrant ainsi une porte vers un futur de paix, meilleur pour toute la société dans son ensemble. La question des prisonniers basques est centrale dans le règlement de ce conflit séculaire et l’on ne peut que constater le blocage des gouvernements espagnol et français dans la nécessaire recherche de solutions. L’histoire a cependant montré que si volonté politique il y a, le déblocage peut être extrêmement rapide. Concernant le cas de Lorentxa Guimon, il y a urgence. La jeune femme, tous les rapports médicaux l’attestent, est gravement malade et son état de santé est totalement incompatible avec les conditions d’une vie carcérale. On songe que si Lorentxa Guimon eut été une prisonnière de droit commun, sa libération conditionnelle serait depuis longtemps une réalité. Lorentxa Guimon a été jugée, condamnée et selon le droit français peut bénéficier après plusieurs années d’incarcération d’une libération conditionnelle. Pourquoi ajouter de la souffrance à la souffrance ? Il s’agit d’une double peine imposée à cette jeune femme dont les droits les plus élémentaires sont ainsi bafoués. Les mobilisations ayant pour but d’exiger sa libération et venant de courants politiques divers témoignent du fait que la libération de Lorentxa Guimon ne concerne pas que les Basques et les abertzale, mais bien l’ensemble de la société ou du moins ceux et celles qui ont foi en l’égalité et en la fraternité.
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Pays Basque

Messagede digger » 19 Déc 2016, 18:37

Voici ce qu'écrivait Txetx en août dernier pour Enbata après le sixième Forum international sur les grands projets imposés et inutiles (GPII)

Une autre vision du monde

Le sixième Forum international sur les grands projets imposés et inutiles (GPII) s’est tenu du 15 au 17 juillet à Bayonne. Organisé par le Cade, Bizi, Attac et le Comité local de soutien à Notre Dame des Landes, il a rassemblé 150 militant-e-s venu-e-s de plusieurs pays européens. C’est un véritable choix de société qui sous-tend la contestation de tous ces grands projets inutiles.

Une politique de transition et de reconversion sociale et écologique crée beaucoup plus d’emplois, durables, utiles, non délocalisables et disséminés sur tout le territoire.

Des catalans et aragonais contre les autoroutes électriques, des allemands, anglais, italiens ou basques opposés aux LGV, les militant-e-s luttant contre l’aéroport de Notre Dame des Landes ou le barrage de Sivens, des collectifs refusant des méga-centres commerciaux, des incinérateurs, des fermes usines, des projets de golf ou d’autoroute, se sont retrouvés à Bayonne pour ce sixième forum international.

Mutualisation des expériences, échanges d’informations et de conseils, affutage des argumentaires, réflexions stratégiques, cette rencontre d’“opposants” s’est paradoxalement illustrée par une forte capacité à “proposer” d’autres choix d’investissements, une autre vision de la démocratie, un autre projet de société.

Toujours plus vite dans le mur

Les grands travaux d’aménagement, les grands projets industriels et commerciaux rencontrent d’autant plus de résistance qu’ils incarnent une fuite en avant vers le précipice. Comme l’illustrait le slogan “LGV toujours plus vite dans le mur!”, les GPII aggravent l’épuisement des matières premières et énergies non renouvelables, l’artificialisation des sols, la crise de la biodiversité et la production de déchets non recyclables.

Ce faisant, ils s’inscrivent dans une logique dépassée, datée d’une époque où l’on se pensait dans un monde sans limites, aux ressources inépuisables. Les temps ont changé, on a désormais conscience de la “finitude” de notre planète. Nous touchons du doigt les premières conséquences dramatiques de cette religion de la croissance sans fin sur le climat, la biodiversité et la qualité de nos vies.

Vouloir poursuivre, par des infrastructures à la durée de vie de plusieurs décennies, un modèle aussi destructeur est d’autant plus grave qu’il engloutit les sommes énormes dont on a justement besoin pour financer la transition vers un modèle plus soutenable, compatible avec les grands équilibres et les limites de notre planète.

Les opposants aux GPII veulent avoir le choix. Le débat public tel qu’il est actuellement proposé ne permet que d’être contre la LGV Bordeaux-Hendaye ou l’aéroport de Notre Dame des Landes. Pourquoi ne discute- t-on jamais de ce que l’on pourrait faire avec les milliards d’euros avalés par ces projets- là ?

Les alternatives existent

Nous aurions, dès lors, non plus des opposants aux GPII, mais des partisans d’une politique ambitieuse de rénovation et d’isolation des logements, de reconversion vers une agriculture paysanne et durable, du développement des transports collectifs de proximité et des modes doux de mobilité, d’énergies renouvelables, de mise en place de ressourceries et d’ateliers de réparation ou de recyclage etc. Cette autre vision des investissements souhaitables correspond aussi à une autre vision des emplois qu’ils peuvent créer. Le Forum de Bayonne l’a bien démontré : les emplois créés par les GPII sont systématiquement moins nombreux que les chiffres annoncés au moment des enquêtes publiques, souvent éphémères, précaires, centralisés sur des sites précis. Une politique de transition et de reconversion sociale et écologique créé, quant à elle, (comme le démontre l’étude 10.000 emplois climatiques en Pays Basque Nord réalisée par Bizi en 2015) beaucoup plus d’emplois, durables, utiles, non délocalisables et disséminés sur tout le territoire. Les opposants aux GPII sont également partisans d’une démocratie plus exigeante, plus participative. Ils plaident pour une démocratie sociale où les populations participeraient beaucoup plus directement aux grands choix d’investissements et d’infrastructures, aux “décisions majeures nous engageant collectivement pour des décennies”.

Choix de société

Ils sont en fin de compte porteurs d’un autre imaginaire, d’une autre vision, d’autres valeurs. Julien Milanesi était l’un des intervenants du Forum de Bayonne. Lui et d’autres ont hélas perdu leur combat contre le projet d’autoroute Pau-Langon, qui a été construite malgré leur résistance. Six ans après, l’histoire leur donne raison. C’est un fiasco économique, l’autoroute n’est ni fréquentée ni rentable. Julien Milanesi ne regrette donc rien de son combat et explique qu’il n’était pas mu par un “égoisme de riverain” mais par une autre vision du monde, de la société, de la vie : “Pense-t-on qu’on peut continuer comme avant, avec les mêmes projets, en comptant sur la compensation environnementale pour limiter l’impact sur la biodiversité, sur le progrès technique pour réduire les émissions de CO2, sur la géo-ingénierie pour modifier le climat s’il venait quand même à s’emballer et, en dernier recours, sur le transhumanisme pour adapter l’homme à une planète qui ne serait plus vivable ? Ou, au contraire, pense-t-on que les enjeux écologiques nécessitent un changement profond de nos façons de produire, de nous déplacer, de nous loger, de nous alimenter, pour insérer nos activités dans la biosphère (la planète), ses lois et ses limites ? Auquel cas les projets destructeurs de biodiversité, consommateur de terres agricoles et émetteurs de CO2 doivent être immédiatement stoppés.”


Le soutien s'organise. Pour l'instant une pétition qui a réunit 13 910 signatures
http://artisansdelapaix.wesign.it/fr
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité