Arabie saoudite

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 17 Mar 2018, 17:16

La longue marche des Saoudiennes vers l’égalité
En deux ans et sous l’impulsion du palais royal, la condition des femmes a connu une vraie révolution, à commencer par l’autorisation de conduire qui entrera en vigueur en juin. Mais les résistances restent fortes.
Participer à une course à pied en plein air, assister à un concert de jazz en direct, suivre un match de football depuis les tribunes, prendre un café en terrasse : pendant des décennies, ces activités anodines sous d’autres latitudes ont été interdites aux Saoudiennes. Au nom du wahhabisme, l’interprétation de l’islam ultrarigoriste qui a rang de religion d’Etat dans le royaume, ses habitantes étaient peu ou prou bannies de l’espace public. C’est chose révolue.
... http://www.lemonde.fr/international/art ... VOqQBhH.99

En Arabie saoudite, les militantes féministes sous une chape de plomb
Riyad veut éviter l’émergence d’un mouvement structuré de défense des droits des femmes.
Le 26 septembre 2017, quelques heures après l’annonce de la levée de l’interdiction faite aux Saoudiennes de conduire, une quinzaine de militantes féministes ont reçu un appel des autorités de Riyad leur intimant de ne pas s’exprimer dans les médias sous peine de « procédures ». Cette démarche paradoxale est particulièrement révélatrice de la manière dont le prince héritier Mohammed Ben Salman, l’homme fort du royaume, dit « MBS », conçoit le processus de réformes en Arabie saoudite : comme une transformation par le haut, autoritaire, cantonnant les Saoudiens dans une position de sujets, privés de tout rôle politique.
« Le pouvoir ne veut pas que nous disions que nous avons obtenu nos droits parce que nous nous sommes battues pour cela », affirmait alors une militante de la cause des femmes. « Les dirigeants ne veulent pas que le peuple réalise que les pressions publiques peuvent apporter des changements, soutenait une autre. Ils ont trop peur qu’une fois la porte ouverte, ils n’arrivent pas à la refermer. »
... http://www.lemonde.fr/proche-orient/art ... BIWZL4S.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 31 Mai 2018, 15:48

Arabie saoudite : Vague d’arrestations de militantes des droits de la femme

Onze militants des droits humains dont sept défenseurs des droits de la femme ont été arrêtés mardi en Arabie Saoudite, quelques semaines avant que le royaume n’autorise les femmes à conduire. La raison de ces arrestations n’est pas claire, mais des activistes ont expliqué qu’en septembre 2017, « la cour royale avait contacté d’importants militants... et les avait avertis qu’ils ne devaient pas s’exprimer dans les médias ». Parmi les personnes détenues depuis le 15 mai figurent notamment Loujain al-Hathloul, Aziza al-Yousef et Eman al-Nafjan, trois militantes connues pour avoir combattu l’interdiction de conduire, qui doit être levée le 24 juin, et surtout la tutelle exercée par les hommes sur les femmes dans le plus grand pays du Moyen-Orient.

Sans nommer les détenus, les autorités les ont accusés d’entretenir des "contacts suspects avec des parties étrangères" et de saper "la sécurité et la stabilité" du royaume. Des médias progouvernementaux saoudiens les ont qualifiés de "traîtres". Trois des militantes arrêtées ont été libérées, Aisha al-Mana qui, âgée de 70 ans, est en mauvaise santé, Hessa al-Sheikh et Madeha al-Ajroush sans que l’on sache les conditions de ces libétations.

https://secoursrouge.org/Arabie-saoudit ... e-la-femme
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 08 Aoû 2018, 21:13

Arabie saoudite. La communauté internationale doit intervenir en faveur des défenseurs des droits humains à la suite de l'expulsion de l'ambassadeur du Canada

La communauté internationale doit intervenir en faveur des défenseurs des droits humains incarcérés en Arabie saoudite, a déclaré Amnesty International le 6 août, à la suite de l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, qui a appelé à la libération de ces défenseurs.

« La communauté internationale doit pousser les autorités saoudiennes à mettre fin à ces mesures draconiennes et à la répression ciblant les défenseurs des droits humains dans le pays, a déclaré Samah Hadid, directrice en charge des campagnes au bureau régional Moyen-Orient d'Amnesty International.

« Au lieu de réformer sa politique en matière de droits humains, le gouvernement saoudien a choisi de riposter avec des mesures punitives face aux critiques. Les États ayant une influence significative sur l'Arabie saoudite, tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, gardent le silence depuis trop longtemps.

« Le monde ne peut pas continuer de détourner les yeux pendant que se poursuit en Arabie saoudite cette persécution incessante visant les défenseurs des droits humains. Il est grand temps que d'autres gouvernements rejoignent le Canada pour accentuer les pressions exercées sur l'Arabie saoudite afin qu'elle libère tous les prisonniers d'opinion immédiatement et sans condition, et afin que cesse la répression de la liberté d'expression dans le pays. »

... https://www.amnesty.org/fr/latest/news/ ... -expelled/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 18:50

La militante saoudienne Israa al-Ghomgham risque la décapitation

Pendant que le dissident Raif Badawi attend le fouet qui tombe chaque vendredi, Israa al-Ghomgham, elle, guette le sabre du coupe-tête le plus déchaîné de la péninsule arabique. Le procureur général a réclamé l’exécution de cette jeune activiste, jugée lundi 6 août par le tribunal criminel spécial au même titre que les terroristes. Son époux Moussa al-Hashem, de même que quatre autres Saoudiens, devrait subir le même sort. Si la sentence est confirmée lors de la prochaine comparution le 28 octobre, et ratifiée par le roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Israa al-Ghomgham deviendra à 29 ans, la première femme arrêtée et mise à mort par le régime conservateur pour avoir défendu les droits de l’homme.

Israa et son mari sont détenus dans les geôles du royaume sunnite depuis le 5 décembre 2015. Ils avaient été interpellés ce jour-là par les forces de l’ordre saoudiennes au cours d’un raid, précise le site Middle East Eye, et accusés d’avoir participé à l’organisation de plusieurs manifestations pour la libération de prisonniers politiques, dans la région chiite de Qatif, lors du Printemps arabe.

... https://www.anti-k.org/2018/08/23/la-mi ... apitation/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 28 Aoû 2018, 21:52

Arabie saoudite : 48 personnes décapitées depuis le début de l'année 2018

L'Arabie saoudite a exécuté 48 personnes lors des quatre premiers mois de l'année, la moitié pour des affaires de drogue, a indiqué Human Rights Watch (HRW). Le royaume compte l'un des taux d'exécutions les plus élevés au monde.

C’est un macabre décompte. Selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), 48 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite depuis le début de l'année, dont la moitié pour des affaires de drogue sans violence.

"Beaucoup plus de gens condamnés pour des affaires de drogue demeurent dans les couloirs de la mort à la suite de condamnations par le système judiciaire pénal", écrit l'ONG basée à New York dans un rapport publié mercredi 25 avril. "C'est déjà terrible que l'Arabie saoudite exécute autant de gens, mais en plus nombre d'entre eux n'ont pas commis de crimes violents", déplore notamment Sarah Leah Whitson, responsable Moyen-Orient et Afrique Nord à HRW.

L'Arabie saoudite a procédé à une série de réformes l'année dernière, mais les organisations internationales de défense des droits de l'Homme lui demandent d'en faire plus et de modifier la façon dont sont traités les défenseurs des droits de l'Homme, d'arrêter les exécutions et d'annuler son système de mise sous tutelle des femmes. Des experts tirent régulièrement la sonnette d'alarme sur le manque d'équité des procès dans ce pays. Les autorités invoquent elles la dissuasion pour justifier la peine de mort.

Le recours aux décapitations

Le royaume compte l'un des taux d'exécutions les plus élevés au monde. Il est régi par une version rigoriste de la charia, la loi islamique, et applique la peine capitale dans des affaires de terrorisme, de meurtre, de viol, de vol à main armée et de trafic de drogue.

En 2017, près de 150 personnes ont été exécutées dans le royaume, qui a recours aux décapitations à l'aide d'un sabre pour les mises à mort.

... https://www.france24.com/fr/20180426-ar ... capitation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 18:13

La dérive inquiétante du prince saoudien Mohammed Ben Salmane

Que reste-t-il des signes d’ouverture affichés par Mohammed Ben Salmane ? Dans ce royaume ultra-conservateur, les décapitations s’accélèrent et des militants des droits de l’homme sont jetés en prison.

Sale temps pour les Droits de l’homme - et de la femme - en Arabie Saoudite. Le royaume wahhabite n’a certes jamais eu la réputation d’être la terre bénie de la démocratie. Depuis des décennies on y pratique la décapitation en public des condamnés et la Muttawa, la police religieuse, a toujours fait respecter les mœurs austères du royaume à grands coups de bâtons.

Mais depuis le début de l’année le régime dirigé d’une main de fer par Mohammed Ben Salmane - désigné prince héritier en juin 2017 - a imprimé un tournant de plus en plus autoritaire sur sa population. Selon les ONG internationales, 48 décapitations auraient été exécutées de janvier à avril 2018 et 58 personnes se trouveraient a actuellement dans le couloir de la mort.
Peine de mort requise contre des militants des droits de l’Homme

Les condamnations visent de plus en plus souvent des militants et des militantes des droits de l’Homme comme Israa Al-Ghomgham, une dissidente chiite dont le procureur du royaume a récemment requis la peine de mort à son encontre. Son « crime » ?Avoir fait de la publicité sur des manifestations hostiles au régime dans la Province orientale.

Le jugement sera rendu fin octobre, mais l’inquiétude grandit. « Israa et quatre autres personnes font aujourd’hui face à la pire peine possible et ce, pour leur engagement dans des manifestations antigouvernementales », déplore Samah Hadid, directrice Moyen Orient d’Amnesty International.

Arrêtées dans la même vague, des féministes saoudiennes sont également détenues depuis plus de cent jours. « Je connais très bien l’une d’elle, Iman al Nafjan, que j’avais fait témoigner dans mon livre (1). C’est une jeune femme charmante, mère d’un enfant de deux ans, qui s’est simplement battue pour la cause des femmes, notamment pour qu’on ne leur interdise plus de conduire une voiture », raconte la journaliste Clarence Rodriguez, longtemps correspondante en Arabie Saoudite.

Ces derniers mois, le prince Ben Salmane a donc envoyé des signes pour le moins contradictoires. Après avoir prêché un islam éclairé et la modernisation du royaume (en accordant notamment le droit de conduire aux femmes et en ouvrant des salles de cinéma), après avoir aussi fait les yeux doux aux investisseurs du monde entier, le jeune prince a aussi montré un visage assez effrayant.

... http://www.leparisien.fr/international/ ... 869945.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Arabie saoudite

Messagede bipbip » 18 Oct 2018, 21:47

Turquie
Jamal Khashoggi: Un audio donne des détails sordides sur l'assassinat

Des médias avaient auparavant rapporté l'existence d'enregistrements audio et vidéo prouvant que le journaliste avait été "interrogé, torturé puis tué".

AFFAIRE KHASHOGGI - Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été torturé avant d'être "décapité" dans le consulat de son pays à Istanbul, a affirmé mercredi 17 octobre le quotidien turc Yeni Safak qui dit avoir eu accès à un enregistrement sonore des faits.

L'éditorialiste critique de Ryad s'est rendu au consulat le 2 octobre pour des démarches administratives en vue de son mariage. Il n'a pas été vu depuis.

Affirmant avoir eu accès à des enregistrements sonores de ce qui s'est déroulé ensuite, Yeni Safak explique que Jamal Khashoggi a été torturé au cours d'un interrogatoire par des agents saoudiens. Il a ensuite été "décapité", selon le quotidien progouvernemental, qui ne précise pas comment il a eu accès à ces enregistrements.

Des responsables turcs ont accusé Ryad d'avoir fait assassiner le journaliste par une équipe spécialement envoyée sur place, mais les autorités saoudiennes ont démenti.

... https://www.huffingtonpost.fr/2018/10/1 ... _23564016/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités