Ukraine

Re: Ukraine

Messagede Pïérô » 20 Mai 2015, 14:50

Bref compte-rendu du débat avec le sociologue Alexander Bikbov : « Régime politique et protestations en Russie dans le contexte du conflit en Ukraine »

Le lundi 11 mai 2015, la Librairie de l’EDMP, 8 impasse Crozatier, 75012 Paris a accueilli une trentaine de personnes et les intervenants Volodymyr Kuznetsov (Kyiv), chercheurs et militants spécialistes de la Russie et de l’Ukraine parmi lesquels Yves Cohen, Françoise Daucé, Anne Le Huérou, Perrine Poupin...

S’exprimant en français, Alexander Bikbov a relevé le paradoxe que Vladimir Poutine est l’homme politique le plus populaires dans les pays arabes et qu’il en va pratiquement de même pour la gauche en Europe. Cette popularité s’explique par l’opposition de Poutine à l’impérialisme des États-Unis.

Tous ces gens ignorent la politique que Poutine applique à la population russe. Il y a presque trois mois il y a eu deux marches de protestation de plus de 30.000 personnes à Moscou et à Saint Petersbourg. On n’en trouve presque aucune mention dans la presse russe et étrangère. C’est l’opposition la plus forte contre Poutine depuis 2011.

La politique de Poutine est un mélange d’exaltation de la culture russe, dans le sens de la protection des groupes russes hors de Russie, et du respect des valeurs chrétiennes (opposition au mariage gay).

L’annexion de la Crimée a été applaudie en Russie car elle s’est faite sans effusion de sang.

Le service de propagande du pouvoir présente toujours la politique de la Russie comme une réponse à une agression venue des États-Unis.

Après ce panorama, Alexander Bikbov a présenté brièvement des résultats d’une enquête sociologique sur les manifestants des dernières grandes manifestations de 30.000 personnes en 2014.

Trois grandes motivations sont apparues :

-Il est inadmissible d’intervenir en Ukraine et de mettre en danger la fraternité qui y existait. Opinion exprimée plutôt par une génération déjà consciente.

-Opposition à la guerre en Ukraine parce qu’il n’est pas acceptable d’envoyer des soldats russes mourir en Ukraine. Visions de jeunes et d’intellectuels.

-Refus de toute politique venant de Poutine.

Bikbov a ensuite posé le problème de la situation de la Gauche en Russie. Elle est très fragmentée comme dans de nombreux autres pays. La question gay a profondément divisé les groupes trotskistes, anarchistes, etc. Mais la question de l’Ukraine les a unifiés.

En effet, derrière la rhétorique de la politique de Poutine il existe une dimension occulte. Elle consiste à impulser la démographie, la production, la culture et la langue russes contre l’influence dommageable de l’Occident. D’où le rôle de l’armée russe.

Il s’agit d’un modèle néo libéral et paternaliste.

L’arrivée de Poutine au pouvoir en 2000 a déclenché un processus qu’on observe également en France et Allemagne depuis 2000-2002. C’est la gestion sociale des secteurs non rentables.

Plusieurs faits corroborent cette tendance.

-Application du Plan Bolonia : les frais des études universitaires sont passés de 1.000 à 3.000 euros.

-Annulation des grilles de salaires dans le public.

Sur le plan éducatif et sanitaire dans le secteur public, une partie du fin-ancement est pris en charge par les familles.

-Fusion des établissements scolaires à Moscou avec une diminution de 10% des fonctionnaires.

-Passages de 65 centres hospitaliers à Moscou à 30, sous prétexte d’améliorations des services. Les résultats sont 30 % des effectifs en moins et aussi 30 % de moins de lits dans les hôpitaux.

Les réactions et les oppositions à toutes ces mesures ont été faibles. Il y a eu des exceptions avec de petits syndicats indépendants dans les secteurs de l’éducation et de la santé. On note, cependant, d’après des organisations de droits de l’homme, une hausse des conflits sur les lieux de travail entre 250 et 300, dont 30% de grèves, par an depuis 2008.

Volodymyr Kuznetsov a parlé d’aspects des luttes à Maïdan. Par exemple, l’occupation du ministère de la Culture pour présenter un plan de réforme au prochain ministre de l’Éducation, de l’occupation tolérée de la Maison de l’Ukraine.

Ce dernier cas est intéressant car le bâtiment appartient à un parti de droite et il fallait donc ne pas arborer de drapeaux rouges. Volodymyr a évoqué les assemblées générales autogérées et la résolution de tous les aspects pratiques quotidiens. Au point que les militants ont été débordés et n’ont pas eu matériellement le temps de populariser l’autogestion au sein de la population. Il y a eu l’initiative d’un quotidien en A4 fait sur place par deux personnes. Toute une série de détails passionnants.

De nombreuses questions ont fusé et Alexandre et Volodymyr ont donné leurs réponses.

Il y a d’abord eu la constatation de la disparition de toute l’activité militante de Maïdan avec les élections et le retour des partis politiques. Je n’ai pas été satisfait par ce constat partagé par Alexandre et Volodymyr. Il me semble que c’est la tactique des hommes et des femmes politiques évincés du pouvoir par une ébullition populaire de type horizontale.

Face aux propositions immédiates de résolution d’une crise, qu’elle soit davantage sociale qu’économique ou vice versa, les politiciens fuient, évacuent tout dialogue, car ils sont toujours les responsables, passifs ou actifs, des déséquilibres dénoncés. Ils inventent aussitôt un danger subit : telle ou telle minorité ethnique, une guerre, une crise énorme. Face à cela, se serrer les coudes, taire les différents, suivre un-e leader capable d’obtenir une aide de l’étranger deviendrait l’unique solution.

La discussion a duré longtemps et a beaucoup apporté.

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article2385
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ukraine

Messagede Pïérô » 07 Juin 2015, 02:18

Ukraine : des militants ultranationalistes attaquent la Gay Pride

Il ne fait pas bon être homosexuel en Ukraine. Les personnes intéressées le savaient mais elles ont pu le vérifier à l’occasion de la marche des fiertés LGBT qui s’est déroulée à Kiev ce samedi. Un groupe d’une vingtaine de militants d’extrême-droite, la plupart cagoulés, ont attaqué la centaine de manifestants qui étaient rassemblés.

“Il arrive que les gens soient tabassés. Il y a des attaques comme ça mais personne n’y prête attention, déplore un homme blessé au visage. C’est pour cette raison qu’l faut organiser des manifestations de ce genre. Pour mettre ce problème en évidence.”

... http://fr.euronews.com/2015/06/06/ukrai ... -gay-pride


Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 25 Juin 2016, 11:37

Ukraine : Andreï Sokolov enlevé au moment de sa libération

Voilà deux mois qu’a disparu en Ukraine le prisonnier politique Andrew Sokolov. Il a été enlevé par des inconnus en Ukraine immédiatement après sa libération dans la salle d’audience. Andrei Sokolov est un militant révolutionnaire. Jeune communiste venu du milieu populaire, il a été détenu une première fois en Russie en 1997 pour la destruction d’un monument qui venait d’être inauguré en l’honneur de la famille impériale. Il a fait une deuxième peine de cinq et demi prison sous l’accusation de complicité avec une organisation clandestine. Il a depuis été harcelé par les autorités russes, arrêté et libéré plusieurs fois.

À l’automne 2014, Andrei Sokolov était dans le Donbass pour aider la résistance antifasciste à remettre en service une cartoucherie (Sokolov est armurier). Le 16 décembre 2014, il est tombé sur un check-point ukrainien et a été détenu dans une prison secrète où les services spéciaux l’ont maltraitent et torturent les prisonniers. Les services spéciaux ukrainiens n’ont déclaré son arrestation que plus tard, loin du front, à Mariupol. Il a été accusé de « promouvoir une organisation terroriste » (la République populaire du Donetsk). Depuis cette époque jusqu’à avril 2016, Sokolov était détenu en Ukraine. Sur les conseils de son avocat, il a accepté de reconnaître sa culpabilité en échange d’une peine réduite. Le 15 avril dernier, le tribunal de Berdyansk l’a condamné à une peine de 2 ans et 7 mois. En raison de sa longue détention préventive, et selon le calcul des peines en vigueur en Ukraine, il devait être libéré. Cependant, à la sortie du palais de justice, il a été capturé par quatre hommes non identifiés qui ont emmené dans une voiture banalisée.

Cela fait deux mois que l’on est sans nouvelle d’Andrew Sokolov. De nombreuses demandes provenaient de sa mère et du Consulat général de Russie en Ukraine, sont restées sans réponse. Deux possibilité : Andrew a pu être enlevé par un des escadrons de la mort fascistes, qui ont déjà plusieurs enlèvements et assassinats à leur actif en Ukraine, ou replacé dans une des prisons secrètes des services spéciaux ukrainiens dans ces prison dont l’existence est reconnue et dénoncée dans une rapport de l’ONU (Andrew avait été placé sur une liste des prisonniers à échanger, ceux-ci sont généralement détenus au secret).

http://www.secoursrouge.org/Ukraine-And ... liberation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 30 Aoû 2016, 08:42

Ukraine : Entre le marteau et l’enclume

La Russie et l’Union européenne partagent des responsabilités dans le drame dont le pays ne parvient pas à sortir. Oligarques et ultranationalistes sont les seuls à en tirer profit. Mais le mouvement syndical commence à porter une voix alternative, critique des deux camps en présence.

La Russie est une dictature. Et la dégradation de sa situation ­économique (baisse de la rente ­pétrolière et gazière, sanctions ­économiques des puissances occidentales, récession depuis deux ans de l’activité économique) joue un rôle important dans le renforcement de ce régime tyrannique. C’est également un État impérialiste qui cherche à se hisser de nouveau au rang de grande puissance. On a pu le voir aussi bien en Syrie qu’en Ukraine. Pour autant, cette politique agressive, qui est liée à la défense de ses intérêts comme acteur économique majeur en Europe de l’Est et au Proche-Orient, ne doit pas dispenser d’analyser les choix politiques du régime ukrainien issu du mouvement de contestation qui a émergé fin 2013 place Maïdan à Kiev.

La coalition au pouvoir s’appuie sur deux partis : le bloc Porochenko et le Front populaire, de Iatseniouk, deux partis de droite ultralibéraux qui s’emploient à détruire ce qui reste de l’État social en Ukraine. Cette coalition est majoritaire au parlement, pour autant les équilibres politiques actuels sont très liés à la lutte pour le pouvoir que se livrent les capitalistes à la tête des plus grandes fortunes du pays.

Alliance entre ultralibéraux pro-occidentaux et ultranationalistes fascisants

Les alliances se font et se défont. Mais ce qui est constant, c’est de voir que les recompositions politiques internes de la classe dirigeante s’appuient sur des fractions des partis ultralibéraux pro-occidentaux et des partis ultranationalistes et fascistes. Lors de la crise qui a été fatale au précédent pouvoir, dominé jusqu’à début 2014 par Ianoukovitch et le Parti des régions (prorusse), c’est une alliance entre les ultralibéraux et les partis fascistes Svoboda (Liberté, 4,7% aux élections législatives de 2014) et Pravy Sektor (Secteur droit, 3%) qui a permis de le renverser. De même, depuis 2014, certains oligarques financent en partie les bataillons de combattants qui guerroient à l’est contre les séparatistes prorusses et dont beaucoup sont liés à l’extrême droite, à l’instar des bataillons Azov et Aïdar [1].

Le pouvoir appartient aux mêmes couches dirigeantes mafieuses que celles qui ont fait leur fortune dans les années 1990 sous la présidence de Leonid Koutchma, ancien hiérarque du Parti communiste de ­l’Union soviétique (PCUS) recyclé dans le capitalisme après la chute de l’URSS. C’est ce pouvoir mafieux que l’Union européenne soutient politiquement et financièrement. La manne de l’UE est en fait essentielle à la survie de l’Ukraine. C’est du reste avec le renoncement à l’accord de « partenariat oriental » avec l’UE que la crise politique s’est emballée fin 2013. Cet accord implique une aide financière de l’UE en échange d’un programme de privatisation des services publics, de baisse des salaires et des retraites. Et c’est ce même accord que les Pays-Bas viennent de rejeter par référendum en avril dernier.

Les bonnes affaires de Charles Beigbeder

UE et Russie ont donc des responsabilités partagées dans la crise actuelle que traverse ­l’Ukraine, qui se caractérise par un état de quasi faillite financière et une mise sous perfusion par l’UE. Pour cette dernière, les enjeux ne sont pas seulement géopolitiques (affirmer son rayonnement politique et contenir la zone d’influence russe), ils sont aussi économiques. L’UE se nourrit de la dette ukrainienne, mais aussi de ses actifs. L’an dernier le gouvernement Iatseniouk a poussé à la vente de ports, de centrales électriques mais aussi d’entreprises agroalimentaires et de distribution à des investisseurs européens.

Cette vente à la découpe du pays se poursuit depuis des années. Elle est particulièrement sensible dans le domaine du foncier, puisque le phénomène ­d’accaparement des terres est important. Il est le fait de grandes entreprises ukrainiennes et européennes (allemandes, britanniques, suédoises et françaises plus particulièrement). Charles Beigbeder, ancien candidat à la présidence du Medef face à Gattaz, puis élu UMP avant de se rapprocher du FN, est un des capitalistes français ayant investi ces dernières années en Ukraine.

Près de 10.000 morts dans cette guerre

Après l’effondrement de l’URSS, les paysans et paysannes ont pu récupérer des terres, mais nombre ­d’entre eux ne disposaient pas des ressources financières pour investir et les mettre en valeur. Aussi ils et elles se sont mis progressivement à les vendre, à un prix parfois dérisoire, à de grands groupes soucieux d’investir pour fournir la grande distribution, notamment en nourriture bio.

À cela il faut ajouter la violation répétée des droits humains et l’augmentation des violences politiques. Il est à noter qu’elles émanent aussi bien de l’extrême droite et des organisations prorusses que du gouvernement. Le bilan de la guerre du Donbass se chiffre à près de 10.000 tué.es dont une grande majorité de civils. Les combats sporadiques se poursuivent sur la ligne de front malgré les accords de Minsk qui ont abouti notamment à un cessez le feu.

La propagande prorusse est intense et impute la responsabilité de ces combats au gouvernement de Kiev. Toutefois, les médias occidentaux ne prennent que cela en compte et se ­taisent sur l’activisme d’extrême droite tout comme ils passent sous silence la corruption et le pouvoir oppressif du gouvernement libéral-conservateur et mafieux de Kiev.

Montée de la critique sociale dans le mouvement syndical

Ce qu’ont gagné les deux pouvoirs russes et ukrainiens, c’est l’installation d’une haine irréductible entre les deux peuples. Les prorusses ont une responsabilité écrasante dans la sécession de la Crimée et du Donbass, mais en refusant une organisation fédéraliste et en prenant des mesures défavorables à la forte minorité russe (notamment sur la langue), le gouvernement de Kiev a contribué à pousser les prorusses dans les bras de Poutine. Et dans ce contexte, les voix progressistes peinent à se faire entendre.

Si la gauche est laminée, il reste cependant une solide résistance syndicale. C’est notamment le cas de la FPU, qui compte près de 7 millions d’affilié.es et qui tient de plus en plus un discours doublement critique, d’un côté envers la Russie pour son annexion de la Crimée, et de l’autre envers la politique antisociale ukrainienne.

Notons également que la Confédération des syndicats indépendants d’Ukraine (KVTU), qui défendait des positions nationalistes avant la crise de novembre 2013, a depuis adopté des positions plus favorables aux luttes sociales et s’opposant aux politiques d’austérité et à la casse des services publics.

La Russie est sans doute le pays qui a le plus eu recours à l’État fort, mais l’Ukraine comme l’UE sont loin d’en être la parfaite antithèse démocratique qu’on veut bien nous vendre. La politique de celles-ci évolue de plus en plus dans une zone grise, plus liberticide qu’émancipatrice.

Laurent Esquerre (AL Paris-Nord-Est) et Nestor Koutz (ami d’AL)


[1] Savtchenko, la pilote ukrainienne, retenue prisonnière en Russie et condamnée à 22 ans de prison, pour le meurtre de deux journalistes russes (meurtre dont elle décline la responsabilité), a été libérée fin mai dans le cadre des échanges de prisonniers en Russie et Ukraine. Elle a fait partie du bataillon Aïdar et elle est célébrée comme la Jeanne d’Arc ukrainienne tant par l’extrême droite que par le gouvernement.

http://www.alternativelibertaire.org/?U ... rteau-et-l
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 16 Oct 2016, 18:20

Donbass : Andreï Sokolov est vivant et libre !

Andreï Sokolov a finalement réapparu. Il a été libéré d’une prison secrète des services spéciaux ukrainiens. Il a raconté que quatre agents de la sûreté ukrainienne étaient venu le cueillir à la sortie du tribunal où il venait d’être libéré et l’avaient amené, après un bref détour par la prison de Berdiansk, dans un petit centre de détention à Mariupol où il n’y avait que deux ou trois cellules. Il est resté deux mois dans une cellule au sous-sol. Il a tenté une évasion mais a été surpris et battu, puis transféré dans une autre cellule.
En septembre, il a été amené dans un appartement privé, gardé par un agent du SBU et un autre garde, apparemment un "volontaire" (paramilitaire fasciste). Il est resté tout ce temps dans un isolement complet. Le 7 octobre, il était amené à la frontière avec la Crimée, à Chongar, puis ramené à Kharkov, puis ramené encore à Mariupol. Vendredi matin, il a été amené dans la zone de Marinka, au point de contrôle de Gnutova où il a pu librement passer la frontière. On ne sait pas encore la raison de cette libération (outre le fait, bien sûr, que cette détention était illégale) : échange de prisonnier et/ou effet des mobilisations.

http://www.secoursrouge.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 10 Avr 2017, 15:48

Ukraine : Répression contre les antifascistes d’Odessa

Peu après la prise de pouvoir par la droite et l’extrême droite en Ukraine, la ville d’Odessa a connu, le 2 mai 2014, le massacre de 46 jeunes progressistes, brûlés vifs ou lynchés par les fascistes dans la Maison des syndicats. Depuis ce jour, des parents et amis des victimes exigent une enquête internationale sur le massacre, une demande qui a été bloquée par le gouvernement ukrainien. Cette obstruction a été notée par les Nations Unies, le Conseil de l’Europe et d’autres organismes internationaux. Malgré les nombreuses vidéos montrant les fascistes à l’oeuvre, aucun des responsables du massacre n’a été traduit en justice, alors que de nombreux antifascistes sont emprisonnés souvent sans jugement.

Chaque semaine depuis le massacre, les Odessites se rassemblent sur le lieu du massacre pour se souvenir de leurs morts et demander une enquête. Et presque toutes les semaines, les organisations néo-nazies les harcèlent et parfois les attaquent physiquement. Le 23 février, Alexander Kushnarev, 65 ans, député du conseil de district de Limansk et père d’une des jeune victimes, et Anatoly Slobodyanik, 68 ans, officier militaire à la retraite et chef de l’Organisation des anciens combattants [de l’armée soviétique] ont été arrêtés et accusé de vouloir enlever un député impliqué dans le massacre.

La campagne de solidarité d’Odessa appelle à une Journée internationale de solidarité avec le peuple d’Odessa le 10 avril 2017 pour attirer l’attention sur la répression par le gouvernement ukrainien des antifascistes dans cette ville.

https://secoursrouge.org/Ukraine-Repres ... s-d-Odessa
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 29 Avr 2017, 19:18

Donbass : Ouverture de deux enquêtes sur l’enlèvement de Andrei Sokolov

Andrei Sokolov est un antifasciste russe qui avait été enlevé entre avril et octobre 2016 et détenu clandestinement par les services spéciaux ukrainiens. Nous avions fait campagne pour sa libération à l’époque, retrouvez notre dossier ici. La Russie a récemment décidé d’ouvrir une enquête sur l’enlèvement de Sokolov et d’autres ressortissants russes, Andrei a été interrogé à cette occasion. De son côté, Andrei avait décidé de porter plainte auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), une telle plainte doit être déposée dans les six mois, Andrei avait donc jusqu’au 14 avril. Andrei a choisi de passer par le SIJ (Stichting Justice Initiative, une organisation de défense des droits de l’homme néerlandaise) pour déposer cette plainte, cette organisation lui avait été recommandée par un journaliste et il n’avait pas les moyens de payer lui-même un avocat pour déposer cette plainte. Andrei a donc déposé tous les papiers nécessaires ainsi que son témoignage en décembre, mais le SIJ n’a pas déposé la plainte par agenda politique (privilégiant les affaires contre la Russie que contre l’Ukraine). Lorsque Andrei s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas, il n’avait plus que deux semaines pour déposer sa plainte, il a finalement pu la déposer à temps.

https://secoursrouge.org/Donbass-Ouvert ... ei-Sokolov
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ukraine

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 18:26

Ukraine : une milice d’extrême droite détruit un camp de Roms à la hache – Vidéo

https://www.anti-k.org/2018/06/20/ukrai ... che-video/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité