Brésil

Re: Brésil

Messagede bipbip » 21 Mai 2015, 03:01

Brésil: des ouvriers font la grève sur les chantiers des JO de Rio

Le Brésil continue à avoir des problèmes avec l'organisation d'événements d'importance. Après les Coupe du monde de football de 2014, ce sont les Jeux Olympiques qui défraient les manchettes. Les travailleurs dans les chantiers de construction ont fait la grève afin de revendiquer de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Le 19 mai dernier, 70% des infrastructures étaient paralysées par manque de travailleurs.

... http://fr.blastingnews.com/internationa ... 02745.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 10 Juin 2015, 12:23

Rio de Janeiro (Brésil): tentative d’expulsion de la Vila Autódromo

De nombreuses expulsions de logements ont eu lieu à Rio (et au Brésil en général) ces dernières années, notamment dans le but de « nettoyer » les villes accueillant la Coupe du Monde de football de l’an passé.

Mercredi 3 juin, une violente tentative d’expulsion a eu lieu à Rio, pour faire place nette aux Jeux Olympiques de Rio qui se tiendront dans un an, à l’été 2016. Une favela nommée Vila Autódromo, située aux abords du futur « Parc olympique », a donc été attaquée par la police. Police qui avait la volonté claire de rayer la favela de la carte de Rio…

Des affrontements entre flics et habitant-e-s ont éclaté, lors desquels au moins six personnes ont été blessées (dont quatre flics). Deux maisons étaient particulièrement visées par les flics, qui voulaient les détruire, mais la résistance des habitant-e-s a été assez efficace: une chaîne humaine d’une cinquantaine de personnes s’est formée autour des maisons, puis quand les flics ont chargé à coups de lacrymos, les habitant-e-s se sont défendu-e-s à coups de pierres et autres projectiles. Et bien que les flics aient riposté à coups de flashball et de grenades, l’expulsion n’a pas eu lieu.

Selon un article du Guardian, environ 90% des 600 habitant-e-s de la Vila Autódromo avaient déménagé avant cette opération d’expulsion, moyennant compensation financière, mais les habitant-e-s restant-e-s refusaient de quitter leurs domiciles, donnant notamment l’argument imparable qu’ils-elles vivent là depuis des années (et pour des années) alors que les J.O. vont durer à peine quelques semaines…

http://fr.squat.net/2015/06/08/rio-de-j ... autodromo/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 05 Aoû 2015, 09:29

Brésil. À tout juste un an des Jeux olympiques de Rio, les victimes de la police militaire se comptent par centaines

La police militaire de Rio de Janeiro, dont la stratégie semble être de « tirer d’abord, et poser des questions ensuite », contribue à la forte augmentation du taux d’homicides mais fait rarement l’objet d’enquêtes et de poursuites judiciaires, écrit Amnesty International à l’occasion de la publication de statistiques et d’analyses exclusives, tout juste un an avant l’ouverture des Jeux olympiques de Rio en 2016.

... https://www.amnesty.org/fr/press-releas ... untdown-3/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 15 Aoû 2015, 13:43

Grève illimitée commencée le 10 août à l’usine General Motors à São José dos Campos contre les licenciements.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 30 Aoû 2015, 02:05

Brésil : Résistance aux expulsions

Les habitants des bidonvilles de Sao Paulo se sont affrontés jeudi avec la police venue expulser environ 80 familles occupant depuis 15 ans un terrain appartenant au gouvernement. Ils ont lancé des pierres et incendié dix voitures et un bus pour empêcher la police d’entrer dans le bidonville du quartier de Cidade Tiradentes. La police a répondu avec des gaz lacrymogènes et de spray au poivre.

http://www.secoursrouge.org/Bresil-Resi ... expulsions
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 22 Sep 2015, 01:08

Au Brésil, la tension politique monte sur fond de désastre économique

Le gouvernement de Dilma Rousseff a le plus grand mal à imposer un nouveau plan de rigueur.
La récession s'annonce durable, elle pourrait encore se prolonger l'année prochaine.

... http://www.lesechos.fr/journal20150921/ ... EMh2KZp.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede Pïérô » 13 Nov 2015, 11:39

Brésil : les nouveaux esclavagistes ne veulent pas voir leur nom sur le Web

Un bras de fer oppose la société civile et les grands propriétaires terriens au Brésil autour de la publication en ligne d’une « liste noire » des entreprises dont les pratiques sociales s’apparentent à l’esclavage.

... http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/08/b ... web-262007
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Brésil

Messagede bipbip » 21 Nov 2015, 11:31

Le Brésil frappé par la pire catastrophe écologique de son histoire

Il y a deux semaines, la rupture de deux barrages miniers a libéré des dizaines de millions de mètres cubes de boue polluée dans le Minas Gerais. Depuis, la coulée fraye inexorablement son chemin vers l’océan, provoquant un désastre sur les écosystèmes.

... http://reporterre.net/Le-Bresil-frappe- ... n-histoire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 24 Nov 2015, 10:29

Pour la légalisation de l’avortement au Brésil !

En pleine période de reflux des mobilisations sociales et du contre-coup des grandes mobilisations de 2013 contre la Coupe du Monde, le Brésil connaît un sursaut féministe et une mobilisation d’ampleur contre la criminalisation des femmes qui entendent choisir si elles deviendront mères ou non.

On parle même d’un “printemps des femmes”….

Cette mobilisation naît de l’opposition à un projet de loi aujourd’hui en discussion au gouvernement, présenté par le député évangéliste Eduardo Cunha. Celui vise à obliger les femmes violées à prouver la violence sexuelle pour pouvoir avorter légalement, notamment par des examens médicaux poussés après le viol. A noter que l’avortement pour viol est le seul cas possible au Brésil… En gros cela signifie la pénalisation de l’avortement sous toutes ses formes.

Comme si cela ne suffisait pas la loi accorde la possibilité au violeur de donner son nom de famille à l’enfant… une double peine d’une violence extrême pour les femmes violées !! Elle transforme aussi en délit le fait d’aider ou d’encourager une femme à avorter et restreint la définition de violence sexuelle aux cas où il y a eu dommages physiques et psychologiques constatés.

D’un autre côté Cunha veut aussi interdire la pilule du lendemain. Autant dire que les brésiliennes verront leur sexualité criminalisée et seront condamnées aux mutilations et à la mort si elles veulent avorter. Sauf pour les femmes riches évidemment qui pourront toujours aller avorter en Europe…

Des milliers de femmes sont descendues dans la rue des grandes villes des pays pour réclamer la légalisation de l’avortement et le départ de Cunha, président de la Chambre des députés, déjà enlisé dans des scandales de corruption. Le jeudi 12 novembre 2015 une manifestation féministe avait lieu dans le centre-ville de Rio de Janeiro.

On vous propose ici quelques photos et vidéos de la manif’ :
http://caminandolasluchas.noblogs.org/p ... au-bresil/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 05 Déc 2015, 14:34

Brésil - Syngenta condamnée suite à la mort d’un paysan sans terre

Au Brésil, les paysans sans Terre et les paysans de la Via Campesina occupent des terres pour dénoncer une politique foncière qui favorise l’installation des multinationales engagées dans des cultures de rente destinées à l’exportation, au détriment des paysans qui pratiquent une agriculture vivrière. En 2007, une milice – financée, du moins en partie, par Syngenta – tirait sur les occupants d’une exploitation agricole [1]. Bilan : deux morts, un paysan et un « pistolero ». Huit ans après ces faits, la justice a reconnu la responsabilité de Syngenta.

Le paysage agricole brésilien est très contrasté : des monocultures destinées à l’exportation (soja, canne à sucre, etc.) qui s’étendent sur des millions d’hectares côtoient des petites fermes familiales qui alimentent des marchés locaux. C’est dans ce cadre que les paysans sans Terre (MST) et les paysans de la Via Campesina organisent des occupations de terres, et dénoncent l’expansion des cultures transgéniques...

... http://www.infogm.org/5880-bresil-synge ... paysan-MST
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 16 Déc 2015, 09:41

Brésil. Minas Gerais: la mobilisation contre les barrages du bassin d’Urucuia

Entretien avec Débora Firmino conduit
par Gabriel Brito et Paulo Silva

Le Nord-Est brésilien a été historiquement marqué par la lutte pour la terre et pour l’eau qui exprime le combat pour des besoins – et donc des droits fondamentaux – par la population rurale. Le développement de l’agrobusiness, catastrophique aux plans social et environnemental, est à l’origine d’un manque d’eau qui étrangle la vie des collectifs de petits paysans. Dans cet entretien, conduit par les rédacteurs du Correio da Cidadania, ressort une des nombreuses luttes pour un changement, à la racine, des pratiques agricoles dictées par les impératifs de rentabilité des très grands propriétaires. Ce genre de combat s’inscrit aussi dans les mobilisations protéiformes contre «le réchauffement climatique». Les deux rédacteurs du Correio da Cidadania se sont entretenus avec Débora Firmin, présidente du Comité de défense du bassin de la rivière [1] Urucuia (COMDHRU) qui coordonne la vigilance qui est en cours dans la source du Córrego Barriguda (à 45 km de la localité de Buritis, Etat du Minas Gerais).

... http://alencontre.org/ameriques/amelat/ ... ucuia.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 10 Jan 2016, 17:59

Manifestations au Brésil contre la hausse des prix des transports publics

De nouvelles manifestations ont eu lieu vendredi soir à São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte contre une augmentation des tarifs des tickets de bus et de métro, allant de trente à quarante centimes de réal, selon les villes. A Sao Paulo, ce sont 10.000 personnes qui ont manifesté. A Rio de Janeiro, la manifestation a rassemblé 2000 à 3000 personnes.

Dans la presse, un étudiant à la manifestation de Sao Paulo explique : “Cette augmentation des prix va affecter une partie importante de la population. Les gens vont ressentir cette hausse sur leur pouvoir d’achat.” Un militant syndical ajoute : “C’est une manifestation populaire. Nous voulons que la population fasse pression pour que les tarifs baissent.”

A Rio de Janeiro et à Sao Paulo, les manifestations se sont terminées par des affrontements avec les forces de répression.

... https://communismeouvrier.wordpress.com ... s-publics/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 14 Jan 2016, 18:28

Occupation du ministère des mines et de l’énergie à Brasilla
Ce 12 janvier 2016, des travailleurs et chômeurs ont occupé le ministère des mines et de l’énergie à Brasilla (Brésil) pour dénoncer les projets de privatisation du secteur de l’électricité.
photos https://communismeouvrier.wordpress.com ... -brasilla/


Brésil : une manifestation dégénère à São Paulo
Les Brésiliens redescendent dans la rue pour protester contre la hausse du prix des transports. C’est pour ce même motif qu’avait débuté la grande fronde sociale de 2013. Hier à São Paulo, la manifestation a dégénéré en affrontements avec la police militaire. Deux personnes ont été interpellées.
... http://fr.euronews.com/2016/01/13/bresi ... sao-paulo/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 16 Jan 2016, 15:08

Brésil : Encore des incidents à Sao Paulo

Le Movimento Passe Livre (MPL, mouvement "libre passage") avait appelé à une manifestation jeudi à São Paulo pour protester contre l’augmentation des prix de transport public dans la ville. L’ambiance était tendue avant même le début de la manifestation. Mardi dernier, le marche n’avait même pas commencée que les policiers ont commencé à lancer des gaz lacrymogènes vers les manifestants. La manifestation a pu se dérouler ce jeudi. La seule confrontation a eu lieu à la fin de la manifestation, quand un groupe de manifestants a essayé d’entrer sans payer la station de métro Conceição, déclenchant la réaction de la police.

http://www.secoursrouge.org/Bresil-Enco ... -Sao-Paulo
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 28 Jan 2016, 15:27

Brésil : Contre la criminalisation de l’avortement, légalisation !

Fin 2015, le Brésil a connu un important mouvement féministe suite à une proposition de loi visant à restreindre encore plus le recours à l’avortement et à la contraception d’urgence. Face aux attaques des conservateurs et de leurs Églises, les Brésiliennes ont démontré qu’elles n’entendent pas les laisser décider.

La question de l’avortement au Brésil est depuis très longtemps discutée, tant par les mouvements féministes que par la frange conservatrice du pays. En effet, l’avortement est encore largement perçu par la majorité des brésiliennes et brésiliens comme un crime, ce que confirme le code pénal qui stipule que « toute personne se faisant avorter par ses propres moyens ou autorisant une autre personne à l’aider est susceptible de recevoir une peine de détention de trois ans ». Toutefois, l’avortement au Brésil était jusque-là légal lorsqu’il était pratiqué par un médecin dans les trois situations suivantes : si la grossesse comporte un risque pour la vie de la mère, lorsque la grossesse est le résultat d’un viol et lorsque le fœtus est porteur de l’anencéphalie (absence partielle ou complète du cerveau, du crâne et du cuir chevelu). C’est uniquement dans ces cas que le gouvernement brésilien offre gratuitement ce service via le SUS – système unique de santé.

D’autre part, l’avortement n’est pas criminalisé lorsqu’il est réalisé en dehors du territoire national. Il est aussi possible d’avoir recours à un avortement dans des cliniques privées, mais là aussi pouvoir choisir a un prix : environ cinq salaires minimum. Autant dire que seules les femmes riches peuvent se payer le luxe d’avorter sans risquer leur vie. Un projet de loi (1135) avait bien été proposé en 1991 par deux député-e-s du Parti des travailleurs (PT, le parti au pouvoir) et visait à légaliser l’avortement. Celui-ci n’a pourtant été voté qu’en mai 2008 par la Chambre des députés ! Avant d’être rejeté par la commission de citoyenneté et justice qui s’est prononcée à 57 votes contre et 4 pour.

La question de la légalisation de l’avortement est depuis passée aux oubliettes… Pourtant, en 2013, ce sont environ 865 000 femmes qui ont eu recours illégalement à l’avortement au Brésil, dans des conditions plus que précaires, dont les conséquences sur leur santé sont irrémédiables. En effet, environ 205 000 d’entre elles ont du se faire hospitaliser du fait de complications postavortement. Pour d’autres c’est la mort : une B­résilienne meurt tous les deux jours suite à un avortement clandestin. D’autre part, la déscolarisation d’une grande partie de la population ainsi que le manque d’information et d’accès aux méthodes contraceptives augmente considérablement le nombre de grossesses non désirées. Ici encore ce sont les femmes les plus pauvres, dont la majorité sont des femmes noires, qui pâtissent de ce manque d’accès à la contraception et doivent donc avoir recours à l’avortement clandestin, en mettant leurs vies en danger pour ne pas avoir des enfants qu’elles n’ont pas les moyens d’élever.

Poussée réactionnaire

Le rôle des Églises et des différents courants religieux présents au Brésil, en particulier les néopentecôtistes n’est pas à négliger. En effet, ceux-ci sont très présents sur l’ensemble du territoire, y compris dans les quartiers populaires et déversent leur nauséabonde propagande antiavortement et antiféministe. L’avortement est ainsi vu principalement comme un débat religieux au sein de la société. Récemment renforcés par les manifestations de l’opposition de droite et conservatrice contre le gouvernement de Dilma Rousseff, lui-même embourbé dans des scandales de corruption et des conflits sociaux, certains députés réactionnaires ont décidé de porter un grand coup à la législation sur l’avortement.

En effet, le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, un évangélique appartenant à une église pentecôtiste, vient de faire passer une loi (5069) qui vise d’une part à limiter l’avortement en cas de viol, notamment en demandant aux femmes de prouver qu’elles ont été violées en portant plainte et en se soumettant à un examen médical, susceptible d’apporter « la preuve » du viol… autant dire qu’il s’agit d’interdire tout bonnement l’avortement en cas de viol, puisque combien de femmes feront cette démarche ? Qu’en est-il des viols conjugaux ? Combien de femmes seront considérées comme effectivement violées par des médecins dont beaucoup sont contre l’avortement ? Selon l’Institut de bioéthique, droits de l’homme et genre, 36 % des femmes qui ont recours à l’avortement légal sont des enfants et des jeunes filles qui ont subi des violences sexuelles, souvent dans leur entourage proche, comme c’est généralement le cas pour les viols.

Comme si cela ne suffisait pas, la loi antiavortement prévoit également de relever les peines concernant le recours et l’aide à l’avortement (entre 4 et 8 ans et pour les professionnel-le-s 5 à 10 ans de prison, peines qui peuvent être augmentées d’un tiers si la femme qui avorte est mineure) ainsi que d’interdire la pilule du lendemain. De quoi les femmes doivent-elles donc se justifier ? D’avoir le droit de décider ? Que leur corps leur appartient ?

Printemps féministe

C’est avec colère et rage que les Brésiliennes sont sorties dans la rue pour protester contre une énième attaque qui leur est faite. En fin d’année dernière, elles ont été des centaines à marcher aux côté des groupes féministes, des associations et organisations du mouvement social, dans les grandes villes telles que Rio de Janeiro, Sao Paulo, Belo Horizonte, ainsi que dans vingt États du pays. Elles demandent la légalisation de l’avortement et que l’on arrête de légiférer sur leur utérus. Qu’elles aient été violées ou non, elles ont le droit de choisir si elles veulent être mères ou pas. Aux cris de « Dehors Cunha », ou de « Legalize ! O corpo é nosso ! É nossa escolha ! É pela vida das mulheres ! », les Brésiliennes ont su démontrer au fil des marches et des actions qu’elles ne se laisseraient pas faire. À tel point que certains journaux n’ont pas hésité à surnommer le mouvement le Printemps féministe. Il faut dire que depuis l’énorme mouvement de 2013 contre la hausse du prix des transports et contre le nettoyage social engendré par la Coupe du monde, le mouvement social brésilien a peiné à retrouver une dynamique digne de ce nom.

Ces manifestations féministes montrent un retour de la combativité, même si les réacs sont durs à cuire… La loi de Cunha est passée, mais le combat féministe ne s’arrête pas là et la résistance s’organise au quotidien, pour que les femmes continuent d’avoir le choix, en prenant le minimum de risques.

Des militantes anarchistes de Rio de Janeiro et de la commission internationale d’AL

http://www.alternativelibertaire.org/?B ... nalisation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité