Brésil

Re: Brésil

Messagede bipbip » 11 Juin 2017, 16:55

Brasiers du Brésil

Le Brésil dans la pire crise politique de son histoire

Par Marcelo Aguilar
(Texte & photos)

Traduction par Nathalia Kloos et Ferdinand Cazalis

Article original sur Saltamos.net :
« Brasil, en la peor crisis política de su historia »

Dans un contexte tendu de réformes du code du travail portées par l’impopulaire gouvernement de Michel Temer – qui a remplacé celui de Dilma Roussef –, un enregistrement a récemment compromis le président, qui peut se voir destitué à tout moment. Accroché au pouvoir, Temer a alors envoyé un signal dangereux en promulguant un jour durant un décret autorisant le déploiement des troupes militaires dans la capitale pour contenir les manifestations qui demandent sa destitution. Le procès au Tribunal électoral supérieur devrait statuer, à moins d’un report, ce jeudi 8 juin 2017 sur la destitution du président. Au cœur du plus gros scandale politico-financier de son histoire, et dirigé par une élite corrompue jusqu’aux os, le Brésil traverse une crise sans précédent. Et le peuple est dans la rue.

Télécharger l’article en PDF : http://jefklak.org/wordpress/wp-content ... te_BAT.pdf

Lire en ligne : http://jefklak.org/?p=3907
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 20:07

Le Brésil risque de subir l’une des plus grandes régressions écologiques et sociales de son histoire

Les grands propriétaires terriens ont toujours été très influents au Brésil. Mais leurs tentatives de détruire la forêt amazonienne au profit de l’agro-business et de rétablir une forme de travail forcé pour les plus pauvres avaient été jugulées pendant dix années de gouvernement de gauche. La destitution, il y a un an, de la présidente Dilma Roussef a libéré leurs ardeurs. Les députés « ruralistes » sont en train de démanteler toutes les lois et institutions préservant l’environnement et défendant les droits des plus pauvres, avec la complicité du président conservateur Michel Temer. En parallèle, les assassinats de militants sans-terre se multiplient dans les campagnes, en toute impunité. Une quasi « situation de guerre civile » larvée, analysée par Laurent Delcourt, chercheur au Cetri.

... https://www.bastamag.net/Le-Bresil-risq ... et-sociale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 16 Juil 2017, 13:52

L’alliance de la Bible et du fusil-mitrailleur : ces figures montantes de l’extrême-droite brésilienne

Secoué par les scandales de corruption et les intrigues, le Brésil vit actuellement une restructuration complète de son paysage politique, dominé pendant une décennie par le Parti des Travailleurs (PT) et sa figure emblématique, l’ancien syndicaliste Lula. En deux ans, les courants conservateurs et réactionnaires, proches des paramilitaires et des églises évangélistes, ont conquis un espace médiatique sans précédent et infusent lentement leurs idées dans une société qui a perdu confiance dans ses dirigeants. Dans la perspective d’élections anticipées, et dans un contexte de violence politique croissante, Basta ! propose un tour d’horizon des nouvelles droites au Brésil.

... https://www.bastamag.net/L-alliance-de- ... antes-de-l
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 28 Juil 2017, 11:34

Brésil: des activistes du Mouvement des sans-terre occupent des propriétés de politiciens accusés de corruption

Depuis mardi matin (25 juillet 2017), des milliers d’activistes du Mouvement des sans-terre (MST) occupent des propriétés de politiciens à travers tout le Brésil.

À travers ces occupations, le MST cherche à dénoncer la corruption des politiciens visés, notamment du côté de l’administration du président brésilien Michel Temer, mais aussi à mettre en avant la campagne du MST pour une réforme agraire.

Dès mardi matin, près de 800 membres du MST ont occupé le ranch Esmeralda, à São Paulo. Cette propriété, qui couvre environ 1 500 hectares, appartient à l’entreprise d’architecture Argeplan, dont l’un des propriétaires est João Batista Lima Filho, ancien conseiller de Michel Temer.

Dans l’État du Mato Grosso, un autre groupe a occupé une plantation de soja qui appartient à l’entreprise Amaggi, elle-même propriété de la famille de l’actuel ministre de l’agriculture Blairo Maggi.

Dans l’État de Rio de Janeiro, précisément dans le village de Pirai, environ 350 personnes ont occupé la propriété Santa Rosa, qui appartient à Ricardo Teixeira, ancien président de la Fédération brésilienne de football (CBF).

À travers le pays, plusieurs maisons ont été squattées, notamment dans les États du Tocantins, du Paraná et de Bahia.

Le MST, qui dit représenter des milliers de paysan-ne-s sans terre, exige que les politiciens « corrompus rendent leurs terres. »

Dans la foulée des scandales de corruption impliquant les précédent-e-s président-e-s du Brésil Luiz Inácio Lula da Silva (condamné le 12 juillet 2017 à neuf ans et six mois de prison pour corruption passive et blanchiment d’argent) et Dilma Rousseff, le même genre d’accusations touchent l’actuel président Michel Temer et une bonne partie de son gouvernement…

https://fr.squat.net/2017/07/27/bresil- ... orruption/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 29 Juil 2017, 17:29

Liberté pour Rafael Braga

FA – Relations Internationales

Vous trouverez ci-dessous le communiqué des Relations internationales de la Fédération Anarchiste concernant Rafael Braga.
Plus d’infos ici : https://libertemrafaelbraga.wordpress.com/
Pétition : https://www.change.org/p/ministro-de-ju ... fael-braga?

Le 20 juin 2013, il y a quatre ans, Rafael Braga, un homme noir de 25 ans, qui vivait dans la favela de Vila Cruzeiro à Rio de Janeiro, a été arrêté au moment de la dispersion d’une manifestation, à laquelle il n’a pas pris part, contre la montée du prix des autobus dans la région Centre de Rio. Il a été arrêté avec deux bouteilles en plastique avec le désinfectant « Pinho Sol » et l’eau de javel « Barra » qui ont été montrées par la police ouverte et avec des chiffons.

Rafael a servi de bouc émissaire pour le gouvernement brésilien en réponse aux manifestations en 2013 où il fut le seul condamné. Il a été accusé par la police de porter des cocktails Molotov. Il a été défendu par un avocat commis d’office, et il a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour avoir transporté des objets incendiaires.
Cependant, le rapport de l’escadron anti-bombes de la Policia Civil témoigna que Rafael avait des produits de nettoyage qui avaient d’infimes possibilités de fonctionner comme cocktail Molotov.

Le 1er décembre 2015, il a été libéré de prison et placé en liberté conditionnelle, contrôlé par un bracelet électronique parce que la défense a été assumée par l’Institut des défenseurs des droits humains, qui avait fait appel de la sentence, et Rafael put revenir à la favela avec sa famille à Cascantinha. Le 12 janvier suivant, seulement un mois après, Rafael a été arrêté de nouveau par l’UPP (police militaire) locale qui l’a inculpé grâce au recours à un « kit de flagrant délit », consistant à placer chez lui de la drogue (0,6 g de marijuana et 9,3 g de cocaïne) et, dans ce cas, des fusées de feu d’artifice, qui sont couramment utilisées dans les favelas pour avertir de l’entrée de la police.

Ces « kits de flagrant délit » sont fréquemment utilisés par la police, parce que, selon la loi d’État de Rio de Janeiro, bien qu’il n’y ait pas d’autres preuves incriminantes, la parole de la police est suffisante pour condamner un accusé. Surtout s’il est pauvre, Noir et s’il vit dans une favela. Cette pratique est utilisée pour justifier les morts, les détentions d’innocents et les inculpations

d’innocents comme Rafael Braga. Mais aussi, pour abuser les touristes en les contactant dans des lieux publics habillés en civil et en plaçant sur eux un sachet de drogue : ils sont alors arrêtés ou rançonnés. Au choix.

Après cette détention, Rafael fut accusé de trafic de drogue, association de trafic et collaboration pour le trafic de drogue. L’association et la collaboration ne sont pas compatibles, selon la loi brésilienne. Le juge n’a pas pris en compte les contradictions de la police impliquée dans l’arrestation, il n’a pas admis la procédure judiciaire demandée par la défense et, en juin 2016, a condamné Rafael à 11 ans de prison, ce qui a fait de lui une victime supplémentaire de la plus infâme violence d’État contre les pauvres, les «favelados», les Noirs, qui constituent également la grande majorité de la population pénitentiaire du Brésil.

Au cours de ces quatre années, de nombreuses campagnes de soutien ont été développées et l’affaire est reconnue dans tout le Brésil comme une barbarie de plus du système judiciaire brésilien pour avoir nié à Rafael Braga, pauvre, noir, « favelado », le droit de se défense.

Cependant, le gouvernement brésilien ne veut rien savoir et garde Rafael en prison. C’est pourquoi nous avons lancé une campagne internationale pour exiger que le gouvernement brésilien le libère immédiatement.
La justice brésilienne a un plan pour Rafael Braga : la prison, le pourrissoir des Noirs pauvres, un tour d’écrou supplémentaire dans le châtiment exemplaire infligé aux Noirs, aux pauvres et aux « favelados » pour les maintenir à distance.

Nous pensons autrement : exiger sa liberté et étendre dans le monde, jusqu’en Europe, la solidarité avec Rafael, avec sa mère, qui se bat dans les rues de Rio pour la liberté
de son fils qui survivait en collectant des canettes pour les recycler, qui est ni un terroriste ni un narcotrafiquant et qui, selon ses proches, ne comprend même pas bien ce qui lui arrive parce qu’il n’est qu’un jeune pauvre, un Noir, vivant dans une favela et innocent, accablé par l’État et ses juges racistes.


https://grainedanar.org/2017/07/24/fa-r ... ael-braga/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede Lila » 05 Aoû 2017, 21:11

#Viol suivi d'un #Féminicide au #Brésil.

Chèr.e.s tou.te.s,

J’aimerais bien vous écrire pour une occasion plus joyeuse, mais la situation ne l’est pas. Notre amie et collègue Mayara Amaral, agée de 27 ans, musicologue et guitariste a été violée et assassinée cruellement le 25 juillet 2017, à Campo Grande, au Brésil. Malheureusement il ne s’agit pas d’un cas isolé. La condition des femmes au Brésil est particulièment préoccupante.

J’imagine que vous connaissez le contexte, c’est une histoire qui se répète toujours. La presse locale a traité cet événement de façon inacceptable, donnant la priorité à la version des assassins. En Amérique du Sud, il y a toute une discussion autour du féminicide, plusieurs cas d’assassinat ayant été motivés par des questions de genre, dans des pays où le corps d’une femme n’est qu’un objet à posséder, un objet dont on peut disposer à son bon vouloir.

Les journalistes ont également sexualisé l’image de Mayara Amaral, afin de faire passer un message aux femmes : elle avait mérité la mort. L’accent a été mis sur le témoignage des criminels. Il est évident qu’il s’agit aussi de projeter sur Mayara une « faute » morale.

La journaliste Pauliane Amaral, soeur de Mayara, a publié une lettre dans laquelle elle énumère toutes les erreurs de la presse et de la police. Les journalistes ont commencé à subir une pression d’ordre publique, et le journal Folha de São Paulo a publié un article plus objectif sur cet événement. Nous croyons que cette initiative pourra aussi influencer l’opinion publique en donnant des informations plus précises sur l’événement. Suite à cette publication, 5 manifestations publiques ont été organisées dans 5 villes différentes : Campo Grande, Sao Paulo, Natal, Curitiba e Goiania. Les partages du texte de Pauliane sur internet ont dépassé plusieurs dizaines de milliers et la population a été sensibilisée.

Partager cette lettre permettra de donner de la visibilité à cet événement. Cela sera une façon de sensibiliser les gens aux conditions de vie des femmes dans le monde entier et de se souvenir que le féminisme a encore beaucoup de combats à mener pour offrir aux femmes, partout dans le monde, la possibilité de vivre librement.

Merci de partager ce message.

(Les amies de Mayara Amaral)

Voici la lettre de la soeur de Mayara Amaral
https://www.facebook.com/michelle.agnes ... 4023675267


https://www.facebook.com/sanscompromisf ... gressisme/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Brésil

Messagede bipbip » 19 Oct 2017, 18:13

Congrès de CSP Conlutas (Brésil)

Compte rendu de la délégation Solidaires présente au congrès de cette organisation qui, avec la CGT de l’Etat espagnol et Solidaires, cordonne les activités du Réseau syndical international de solidarité et de luttes.

... https://www.solidaires.org/Congres-de-C ... tas-Bresil
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 21 Oct 2017, 15:24

Au Brésil, des « granulés pour les pauvres » qui font scandale

La "farinata", un complément alimentaire lancé par le maire de Sao Paulo pour combattre la faim, arrive dans les écoles de la plus grande métropole d'Amérique du sud malgré le scandale provoqué par ces granulés qui font irrésistiblement penser à des croquettes pour chiens.

Ce produit, confectionné à partir d'aliments proches de leur date limite de consommation, a provoqué une vive controverse lorsque le maire de Sao Paulo, Joao Doria, l'a présenté.

Le fabricant, Plataforma Sinergia, a présenté la "farinata" sous des formes moins choquantes -- spaghetti, farine ou biscuits -- et sans exposer les granulés moqués par les réseaux sociaux, lors d'une conférence de presse destinée mercredi à éteindre la polémique.

Joao Doria, probable candidat à la présidentielle de 2018, a déclaré que cet aliment commencerait à être distribué ce mois-ci dans les écoles de la métropole comme "supplément alimentaire".

Et ceci alors même que la municipalité avait d'abord assuré que les granulés ne seraient pas distribués dans les écoles et bien que l'adjointe aux Droits de l'Homme, Eloisa Arruda, ait expliqué qu'aucune étude n'avait été menée sur les besoins nutritionnels des écoliers paulistes.

"L'adjoint à l'Education a donné son feu vert à la 'farinata' dans le milieu scolaire, sous forme de compléments", a assuré le maire.

- 'Aliment du bonheur' -

En présentant la semaine dernière "la farinata" dans le cadre d'une loi municipale sur l'éradication de la faim, Joao Doria avait qualifié les granulés d'"aliments du bonheur" et plaidé pour leur distribution immédiate auprès des plus démunis de la métropole.

... https://www.sciencesetavenir.fr/sante/a ... ale_117551
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede digger » 28 Oct 2017, 09:02

Porte Alegre, Brazil: Police raided several houses and anarchists spaces in the eve of Anarchist Bookfair

Police raided several houses and anarchists spaces this morning in the eve of Anarchist Bookfair in Porto Alegre
This wednesday morning (25 oct) Police raided several houses and social centers in Porto Alegre, southern Brazil. They were searching for evidence for an ongoing investigation on anarchist activities. The police states that those adresses are connected to a group allegedly responsible for arson attacks against police cars, headquarters of political parties, police stations, banks and car dealers. Some people were detained, but later released and police action was ruthless with people living in these spaces.

Overall 10 search warrants were released, and in all of those anarchist material (such as books, zines, posters and banners) masks, computers, spray cans, and other objects like plastic bottles were aprehended. Police said those PLASTIC (!) bottles were being prepared to be used as molotov cocktails. Not even cops are that ignorant to believe you can do molotovs with plastic bottles and no flammable liquid. In fact those bottles were meant to be used as recycled bricks in bioconstruction buildings.

They are trying to put through accusations ranging from homicide attempt to organized crime without any evidence that connects the targets of this investigation to the alleged crimes. Like many times before, they plant evidences and distort the facts so the public opinion takes care of judging and condemning with no proof at all. They try to cement severe accusations with circumstancial evidences like owning books or other anarchist materials.

This police action happens only two days before the 8th Anarchist Bookfair here in the City, in a clear bully action meant to desmobilize us.
We write this report to call for all solidarity with the persons affected by this police operation. The repression is not local, neither is limited to spatial bounderies. Either in Europe, with the recent repression against those involved in demonstrations against G20, or in the kidnap and murder of our comrade Santiago Maldonado in Argentina, we will be together fighting those State advances. Our struggle won’t be bend, tamed or stopped.

WE ARE EVERYWHERE!


https://en-contrainfo.espiv.net/2017/10/26/porte-alegre-brazil-police-raided-several-houses-and-anarchists-spaces-in-the-eve-of-anarchist-bookfair/
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Brésil

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 13:48

Brésil : Opération policière anti-anarchiste à Porto Alegre
La police brésilienne a lancé avant-hier, le 25 octobre, une opération judiciaire-policière nommée "Operacion Érebo" contre les anarchistes dans la ville de Porto Alegre. Cette opération vise des anarchistes qui auraient participé à des activités informelles depuis 2013. Le matin du 25 octobre, la police civile de Rio Grande de Sul a exécuté dix mandats de perquisition sur des résidences et des espaces collectifs dans la région métropolitaine de Porto Alegre (RS) pour collecter des documents d’enquête. La police affirme enquêter sur un groupe qui aurait perpétré des attentats contre des véhicules, des quartiers généraux de partis politiques, des postes de police, des banques et des concessionnaires automobiles. L’action a été violente et la police a agressé les personnes qui vivent dans ces espaces et a emmené certains d’entre eux au poste de police. L’action de la police a eu lieu juste deux jours avant la 8e Foire du livre anarchiste à Porto Alegre.
https://secoursrouge.org/Bresil-Operati ... rto-Alegre


Communiqué de la FAG, Fédération Anarchiste Gaúcha

Urgent ! Contre la criminalisation, entourez de solidarité celles et ceux qui luttent !

Nous avons appris il y a quelques heures l’existence d’une opération de police contre un groupe supposément responsable de plusieurs attaques contre des véhicules de police, une banque, des concessionnaires de véhicules automobiles, des commissariats et des locaux de partis politiques.

Selon les nouvelles publiés sur G1, ce groupe présumé est accusé d’associations de malfaiteurs, d’utilisation d’explosifs et de tentative d’assassinat. Nos anciens locaux publics, situés sur Travessa dos Venezianos, ont été envahis par la police qui s’est emparé des ordinateurs, des téléphones, des livres et autres objets qui appartiennent au groupe culturel qui est désormais en charge de cet espace. Nous avons appris que le mandat de perquisition était adressé à notre organisation. D’autres espaces culturels et politiques ont reçu la “visite” de la police civile.
Il s’agit une nouvelle fois d’une AFFAIRE MONTÉE de toutes pièces afin de créer un épouvantail, un bouc-émissaire, pour criminaliser et réprimer tous les mouvements sociaux et la gauche non-électorale, en particulier notre idéologie. Dans le contexte de l’érosion de nos droits, de l’austérité, de l’intensification de l’exploitation et de la domination sur l’ensemble des classes opprimées, la main de fer de la criminalisation contre les anarchistes entre en scène.
Notre local n’a pas encore été envahi mais nous pensons qu’il ne s’agit que d’une question de temps. Nous alertons toutes celles et ceux qui se battent pour la justice sociale à ce sujet et nous tenons à rappelons le besoin de SOLIDARITÉ avec toutes celles et tous ceux qui luttent !

VOUS NE NOUS FAITES PAS PEUR !
CONTRE LA CRIMINALISATION DE CELLES ET CEUX QUI LUTTENT !
RÉSISTANCE ET SOLIDARITÉ !

Fédération Anarchiste Gaúcha – FAG (Rio Grande do Sul, Brésil)
Le 25 octobre 2017

Traduction : Commission Internationale de la Coordination des Groupes Anarchistes


https://www.anarkismo.net/article/30623
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 06 Nov 2017, 21:46

Bas les pattes du mouvement anarchiste ! Solidarité avec la FAG et les anarchistes au Brésil !

Nous avons appris que le 25 octobre, une grande opération de police appelée « Erèbe » (Érebo en portugais, le nom du dieu grec des ténèbres) a été lancé contre le mouvement anti-autoritaire.
La police civile a envahi au moins 4 lieux libertaires et prétend avoir des mandats contre une douzaine de lieux et environ 30 personnes. Ils ont perquisitionné le squat Pandorga et les locaux de Parrhesia, ainsi que l’espace politique et culturel de l’Athénée Libertaire Batalha da Várzea, qui était connu pour être les locaux officiels de la FAG (ce n’est plus le cas). La Fédération Anarchiste Gaúcha (FAG) est particulièrement ciblée par cette opération : elle est considérée par la police, toujours aussi stupide, comme le cerveau du mouvement anarchiste à Porto Alegre. Les camarades sont accusé-e-s d’association de malfaiteurs dans l’objectif de commettre des dépradations contre des propriétés publiques et privées.

Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois qu’une telle occupation a lieu. En réalité, c’est la 4ème fois en moins de 10 ans que la FAG est ciblée par la police et l’État de Rio Grande do Sul (RS, Brésil). En Octobre 2009, alors que la FAG menait une campagne sur le crime policier d’Elton Brum, plusieurs policiers en civil avaient pénétré le bâtiment sans mandat et déclaré qu’il y avait trouvé… de la propagande anarchiste ! En 2013, la police avait envahi à deux reprises, en juin et en octobre, l’Athénée Libertaire Batalha da Várzea pour saisir ou détruire les meubles, les ordinateurs et les documents. A ce moment là, d’autres locaux de la gauche politique et sociale et des domiciles individuels avaient également été perquisitionnés en tant que membres du Bloco de Luta.

Aujourd’hui, cette opération a lieu alors que l’État de Rio Grande do Sul et la municipalité de Porto Alegre font face à des mouvements de grèves puissants et déterminés, de la part des travailleuses et travailleurs de l’éducation et de la municipalité. Dans le même temps, le gouvernement de Temer est englué dans des affaires de corruption. La FAG prend part dans les luttes en cours à Porto Alegre en tant que groupe militant et comme travailleuses et travailleurs de ces secteurs, avec leurs idées et leurs pratiques libertaires.

L’opération de police Érebo entend criminaliser les mouvements sociaux et en particulier la FAG et l’idéologie anarchiste sociale qu’elle défend. Elle ambitionne de désarmer les luttes et les syndicats qui utilisent l’action directe pour défendre leurs conditions de vie contre les mesures d’austérité et le système capitaliste, contre le colonialisme, le racisme et le patriarcat.

Mais il est impossible d’effacer des idées qui ont été le coeur vivant du mouvement ouvrier pour des décennies, il est impossible d’effacer la révolte pour la liberté, l’indépendance de classe, la démocratie directe et le pouvoir populaire !

Bas les pattes des gens en lutte !
Solidarité avec la Fédération Anarchiste Gaúcha (FAG), la Coordination Anarchiste Brésilienne (CAB) et le mouvement anarchiste à Porto Alegre et dans tout le Brésil !
Solidarité avec les grèves de l’éducation et de la municipalité de Porto Alegre dans l’État de Rio Grande do Sul !
Pour le socialisme et la liberté !


Le Réseau Anarkismo et ses organisations :
Melbourne Anarchist Communist Group - Melbourne, Australie
Alternative Libertaire - France
Alternativa Libertaria - Italie
Organisation Socialiste Libertaire - Suisse
Workers Solidarity Movement - Irlande
Zabalaza Anarchist Communist Front - Afrique du Sud


https://anarkismo.net/article/30650
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 09 Fév 2018, 01:37

La Via Campesina International condamne l’assassinat de Marcio Matos et exige justice

La Via Campesina International condamne l’assassinat de Marcinho et exige que les criminels soient traduits en justice !

La Via Campesina condamne fermement, devant l’opinion publique internationale, le meurtre du camarade Marcio Matos (Marcinho), leader du MST – Mouvement des Sans-Terres – dans l’État de Bahia, au Brésil, qui a été assassiné le mercredi 24 janvier devant chez lui au camp de Boa Sorte, à Iramaia, dans la région de Chapada Diamantina.

Marcinho, qui était un leader de premier plan du MST engagé dans la lutte paysanne à Bahia, a été assassiné devant son fils, abattu par trois tirs en pleine tête. Il avait 33 ans.

La mort de Marcinho s’ajoute à une longue liste de leaders paysans et d’activistes sociaux, dont de nombreux membres du MST, tués pour avoir lutté inlassablement afin de récupérer et de saisir des terres pour les familles expropriées et les sans-terres. Leurs luttes paysannes et sociales ont d’abord été criminalisées. Ensuite sont venues les attaques, les arrestations et les emprisonnements, y compris le meurtre des leaders paysans et des activistes sociaux qui luttent à leurs côtés. L’objectif de cette politique violente et répressive est de contenir le mouvement pour une réforme agraire et populaire, capable de mettre l’agriculture au service du peuple plutôt que de la considérer uniquement comme une source de profits pour une poignée de sociétés.

En ce sens, La Via Campesina condamne fermement le meurtre de Marcinho et demande que les auteurs de ce crime soient poursuivis en justice. Nous exhortons tous les membres de La Via Campesina à prendre connaissance de cet appel à la justice pour Marcinho et sa famille, alors les crimes contre les leaders paysans et les activistes sociaux sont commis dans un contexte d’impunité et de violence favorisé par un État criminel.

Enfin, nous faisons part de notre solidarité sans faille à notre organisation sœur, le MST : nous sommes à votre disposition pour soutenir votre lutte pour obtenir justice pour Marcinho et sa famille.

Que le meurtre de Marcinho nous pousse à renforcer notre engagement à poursuivre le combat pour les droits des paysans et contre ce système de mort et de violence.
Pour Marcinho, nous n’observerons pas seulement une minute de silence mais mènerons une vie entière de lutte !

VIVE MARCINHO, LE COMBAT CONTINUE !

VIVE MARCINHO, LE COMBAT CONTINUE !

VIVE MARCINHO, LE COMBAT CONTINUE !

GLOBALISONS LA LUTTE, GLOBALISONS L’ESPOIR !


https://viacampesina.org/fr/via-campesi ... e-justice/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede bipbip » 17 Mar 2018, 17:31

À Rio, une conseillère municipale de gauche assassinée en pleine rue
La violence politique a atteint un nouveau stade au Brésil. Ce mardi 13 mars, à Rio de Janeiro, une conseillère municipale du parti de gauche PSOL (Parti socialisme et liberté) a été assassinée dans le centre de la ville, avec son chauffeur, alors qu’elle sortait d’un événement qui réunissait des femmes activistes noires. Marielle Franco, 38 ans, était elle aussi une femme, noire, venue des quartiers extrêmement pauvres de Rio. Elle avait été élue en 2016. Des tireurs ont ouvert le feu sur sa voiture. Selon la presse brésilienne, la police part de l’hypothèse d’une exécution.
Quelques jours avant l’assassinat, Marielle Franco avait critiqué l’action violente de la police dans l’une des favelas de Rio, Acari. « Le 41ème bataillon de la police militaire de Rio est en train de terroriser et de violenter les habitants d’Acari », avait dénoncé la conseillère municipale.
... https://www.bastamag.net/A-Rio-une-cons ... pleine-rue

Assassinat de la militante brésilienne Marielle Franco : les manifestations et rassemblements se multiplient partout dans le monde
Mercredi soir, sur le retour d’une réunion publique, la conseillère municipale du PSOL à Rio, Marielle Franco, a été assassiné par balle avec son chauffeur. Face à ce crime, les manifestations et rassemblements se multiplient partout dans le monde.
Le Brésil est sous le choc avec l’assassinat, digne d’un scénario de film mafieux, de Marielle Franco, figure du PSOL, et militante de la gauche radicale brésilienne. La police militaire (PM), qui a pris le contrôle de la ville de Rio de Janeiro depuis la mi-février, et qui enchaîne les assassinats, est fortement soupçonnée. En effet, la conseillère municipale était au coeur d’une campagne de dénonciation de ses crimes, notamment ceux du 41ème Bataillon, surnommé le « Bataillon de la mort », qui a le nombre de tué le plus important dans la ville. Une campagne politique contre la PM et contre Michel Temer qui les soutient qui lui a valu la vie. Face à cet assassinat, les manifestations et rassemblements se sont multipliés dans tout le Brésil et l’Amérique latine.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Assa ... lements-se
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Brésil

Messagede Lila » 18 Mar 2018, 23:08

Déclaration Marche mondiale des femmes

Pour nos mortes, aucune minute de silence, mais toute une vie de combat !

La marche mondiale des femmes exprime sa tristesse et profonde indignation suite à l’assassinat de Marielle Franco, militante féministe et conseillère municipale du PSOL – Parti Socialisme et Liberté – dans la ville de Rio de Janeiro, au Brésil. Elle a été assassinée dans sa voiture le mercredi 14 mars.

Nous exigeons une enquête immédiate pour que son assassinat ne reste pas impuni et sommes solidaires avec les camarades du PSOL, la famille et les amis de Marielle dans ces moments de douleur.

Marielle, une femme noire de la favela Maré, était une militante d’une extrême importance pour le mouvement féministe dans l’état de Rio de Janeiro. Elle a guidé la construction de politiques publiques pour les femmes dans la ville – en mettant l’accent sur la lutte contre la violence et la défense des droits sexuels et reproductifs des femmes. Elle avait récemment été nommée rapporteuse de la commission du conseil municipal chargée de surveiller l’intervention militaire à Rio de Janeiro.

Des indices solides indiquent que l’assassinat de Marielle était une exécution politique motivée par les graves accusations que la conseillère municipal avait récemment formulées contre la barbarie des interventions de la police militaire dans les favelas de Rio de Janeiro, et plus particulièrement dans le bidonville d’Acari, le dimanche 11 mars.

Nous ajoutons notre voix à celles qui dénoncent le meurtre de Marielle comme la première exécution politique de l’intervention militaire dans l’État de Rio de Janeiro. C’est un acte criminel qui cherche à nous faire taire. Nous dénonçons l’état d’exception au Brésil, permettant aux forces fascistes d’agir sans aucune limite au sein de notre société.

L’exécution de Marielle est une tentative d’intimider tous ceux qui luttent contre la violence d’état et contre l’inégalité. La répression des enseignants et fonctionnaires publics à São Paulo le jour même de son assassinat témoigne également de ce climat de violence. Ils étaient venus exprimer leur opposition au projet de loi visant à réduire les salaires des fonctionnaires pour compenser le prétendu déficit de la sécurité sociale dans la ville.

Nous continuerons à renforcer la lutte exprimée par les mouvements de masse du 8 mars: exiger la démocratie pour la vie des femmes. Nous élevons notre voix pour dire que rien ne nous arrêtera, et qu’on empêchera pas la construction d’une société juste et équitable pour les femmes et pour tous les Brésiliens.

La MMF du monde entier rejoint les demandes d’enquête sur l’assassinat de Marielle Franco et les mobilisations contre les autorités responsables de cette enquête.

Nous serons en marche jusqu’à ce que toutes les femmes soient libres !

Marche mondiale des femmes Brésil – 15/03/2018

Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2067
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Brésil

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 21:24

Les images de milliers de manifestants dans la favela de Marielle Franco, l'élue brésilienne assassinée

La manifestation se déroulait dans la Favela de Maré où était née Marielle Franco.

2000 Brésiliens ont manifesté dimanche 18 mars à Rio de Janeiro dans la favela où était née Marielle Franco, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. Cette conseillère municipale a été assassinée mercredi 14 mars, criblée de balles. Les manifestants demandent justice pour cette militante engagée contre le racisme et la violence policière.

"La voix de Marielle ne restera pas silencieuse", clamait dans un mégaphone l'une des leaders de la marche.

Marielle Franco, une femme noire charismatique de 38 ans qui avait créé la surprise en 2016 en devenant conseillère municipale, s'était fortement engagée contre le racisme et la violence policière. C'est au retour d'un rassemblement pour la promotion des femmes noires que la voiture qui la transportait a été prise en chasse par un véhicule. Après une course-poursuite, les assaillants ont ouvert le feu et la conseillère a été atteinte par plusieurs balles à la tête. Son chauffeur a aussi été abattu et son assistante blessée.

Un crime commis "avec les munitions de la police"

... https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/1 ... mg00000001
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités