Hongrie

Hongrie

Messagede Damned » 13 Juil 2011, 17:19

Camps de Travail en Hongrie

Vu sur http://fr.myeurop.info/2011/07/13/la-ho ... toire-2956


Le gouvernement hongrois veut remettre les allocataires de prestations sociales au travail. Des policiers pourraient surveiller ces salariés regroupés dans des camps et affectés à de gros projets d’infrastructure. Principale cible de ce programme : les Roms dont le taux de chômage avoisine les 50 %.

En lançant en mai dernier sa proposition d’obliger les bénéficiaires du RSA (Revenu de Solidarité Active) à travailler, Laurent Wauquiez, alors ministre des Affaires européennes, avait suscité une violente polémique dans l’Hexagone. L'assimilation des allocataires sociaux à un "cancer de la société" était mal passée.

En contrepartie du RSA, il faut que chacun assume, chaque semaine, cinq heures de service social",

avait-il alors lancé, évoquant la possibilité que les allocataires assument des tâches comme la surveillance des sorties d'école, le nettoyage ou l'accueil des services publics.

Retour des grands travaux
Si le projet est pour le moment resté dans les cartons, ces idées semblent avoir trouvé un certain écho en Hongrie où une nouvelle loi devrait entrer en vigueur à partir du 1er septembre prochain. Les bénéficiaires d’aides sociales se verront alors proposer des tâches d’intérêt général sur de gros chantiers de travaux publics, tel la construction d’un stade de football à Debrecen (à l'Est du pays), le nettoyage des rues mais aussi l’entretien des parcs et des forêts. Et ceux qui refuseront seront privés de leurs allocations…

Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour comprendre que cette mesure vise principalement les Roms",

explique le quotidien allemand die Tageszeitung. "Alors que le taux de chômage est en moyenne de 8 % dans l’Union européenne, l’employabilité de la plus grande minorité du continent est un problème endémique". Selon les statistiques, près de 50 % des Roms - faiblement qualifiés et victimes de discrimination à l’embauche - seraient ainsi sans emploi. Du coup, nombre de familles vivent de l’aide sociale.

Gardés par des policiers à la retraite
Ce projet de travail obligatoire qui figurait dans le programme du parti Jobbik (extrème droite) a été repris par la droite nationaliste. Pire encore: le plan présenté par le gouvernement prévoit la construction de centres de logements collectifs, pouvant être dans certains cas des containers aménagés pour les personnes dont le lieu de résidence serait trop éloigné des chantiers.

Et pour surveiller ces camps, Viktor Orban, le premier ministre hongrois, a eu une très bonne idée : des policiers fraîchement partis à la retraite pourraient assurer la sécurité…",

ajoute le quotidien allemand.

Ce à quoi le ministre de l'Intérieur Sándor Pintér répond, pragmatique:

Ils ont les compétences nécessaires pour remettre au travail quelque 300 000 personnes".

Main-d’œuvre bon marché pour investisseurs chinois
Si certains sites d’extrême gauche ne se privent pas de comparer ce plan avec les méthodes fascistes – les camps de travail obligatoires gardés par des policiers ramènent aux pires heures de l’Histoire européenne – le Tageszeitung souligne, quant à lui, que "ce n’est pas un hasard si l’annonce de ces mesures intervient après la visite du Premier ministre chinois, Web Jiabao, à Budapest. La grande puissance asiatique veut racheter la dette hongroise mais aussi investir dans l’industrie et les projets d’infrastructures du pays". Et la possibilité de bénéficier d’une main-d’œuvre bon marché ne serait pas pour lui déplaire.

Le spectre du "camp de travail obligatoire" justifie les propos lancés par Daniel Cohn-Bendit, qui début juillet, aux termes d’une présidence hongroise ponctuée de polémiques, s’en était pris directement à Viktor Orban l'accusant de "dégrader l'Europe".

Je défendrai toujours la Hongrie contre les remarques et critiques, de Bruxelles ou d'ailleurs. La Hongrie n'est pas subordonnée à Bruxelles, Bruxelles n'est pas le centre de commandement de la Hongrie",

avait alors répliqué le dirigeant hongrois. Sauf qu’il est parfois de sinistres références qui devraient, on l'espére, obliger Bruxelles à taper du poing sur la table…


Peu de médias ou de citoyens conscients et responsables pour s'en inquiéter...
Damned
 
Messages: 28
Enregistré le: 08 Mai 2011, 22:21

Re: Camps de Travail en Hongrie

Messagede kuhing » 14 Juil 2011, 09:07

ça a bien le gout d "'Arbeit macht frei" :confus:
kuhing
 

Re: Camps de Travail en Hongrie

Messagede Béatrice » 14 Juil 2011, 16:51

Damned a écrit:Peu de médias ou de citoyens conscients et responsables pour s'en inquiéter...


Oui , , la progression de la "peste brune" à travers l'Europe est bel et bien avérée !
Faudra-t-il encore d'autres faits rapportés comme celui-ci pour s'en émouvoir ?
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2790
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Camps de Travail en Hongrie

Messagede Pol@ck » 14 Juil 2011, 20:52

mais on s'en émeut on s'en émeut.... même y'en a qui s'indignent parait il.
Pol@ck
 
Messages: 54
Enregistré le: 31 Déc 2009, 15:14

Re: Camps de Travail en Hongrie

Messagede l'apache » 15 Juil 2011, 08:42

Toute personne ayant un minimum d'intelligence n'a as besoin d'autres faits pour voir le danger que représente ces camps de travail.Car après les "rom"ils y mettront les immigrants et les opposants politiques...Ce pays devient de plus en plus autoritaire,déjà qu'ils ont leur put..de millice :gerbe: .
Avatar de l’utilisateur-trice
l'apache
 
Messages: 41
Enregistré le: 07 Mai 2011, 19:23

Re: Hongrie

Messagede Pïérô » 31 Oct 2014, 02:33

La contestation d'une loi pour la taxe sur Internet semble être en train de jouer un rôle de canalisateur d’un mécontentement social plus profond contenu depuis des années au sein de la société hongroise.

La contestation ne faiblit pas contre la taxe sur Internet en Hongrie
Deux jours après une première manifestation, des dizaines de milliers de Hongrois se sont de nouveau rassemblés mardi soir à Budapest pour dénoncer un projet de taxe sur l'utilisation d'Internet, qu'ils jugent liberticide.
... http://www.france24.com/fr/20141028-nou ... n-hongrie/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 19 Juil 2015, 11:29

Hongrie : Non au mur de la honte !
Alors que l’armée hongroise commence d’ériger un mur de quatre mètres de haut sur les 180 km de frontières avec la Serbie, mur dont le but est d’empêcher l’entrée de réfugiés et autres migrants, près d’un millier de personnes ont manifesté le 14 juillet à Budapest contre le mur de la honte, pour le droit des réfugiés et des migrants et pour rappeler qu’aucun être humain n’est illégal.
Photos et vidéos : https://communismeouvrier.wordpress.com ... -la-honte/


Hongrie : Résistance à la campagne raciste du gouvernement
Non content d’ériger un rideau de fer entre la Hongrie et la Serbie, le gouvernement d’extrême-droite de Viktor Orban a lancé une campagne xénophobe puante en juin , avec des immenses affiches officielles, où on peut lire des slogans comme « Si tu viens en Hongrie, ne prends pas le travail des Hongrois», « Si tu viens en Hongrie, respecte notre culture» ou « Respecte nos lois. » En juillet, s’ajoute une autre campagne, qui coûtera 600 millions de couronnes (soit près de 2 millions d’euros) aux contribuables, où est écrit « nous ne voulons pas d’immigrés illégaux ».
https://communismeouvrier.wordpress.com ... more-55476
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2015, 12:32

Recueillement à Budapest en hommage aux migrants

Spontanément, des centaines de personnes ont tenu à rendre hommage aux migrants retrouvés morts dans un camion en Autriche. Le véhicule aurait quitté la capitale hongroise mercredi avant d‘être découvert le lendemain sur la bande d’arrêt d’urgence d’une autoroute autrichienne

... et video https://fr.news.yahoo.com/video/recueil ... 06482.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Hongrie

Messagede altersocial » 04 Sep 2015, 21:25

Révolte des migrants du camp Roszke à Asotthalom (frontière serbe) cet après midi :

Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 11 Sep 2015, 00:42

Hongrie : des prisonniers réquisitionnés pour achever une clôture anti-migrants

Sous une pluie battante, des dizaines de détenus amenés par la police hongroise s'activent pour achever au plus vite la construction d'une clôture controversée décidée par le gouvernement pour endiguer le flux de migrants traversant la frontière depuis la Serbie.

Dès les premières heures de la matinée, brumeuse et froide, sous forte surveillance policière, plusieurs dizaines de détenus vêtus de coupe-vents jaune fluo ont été conduits depuis la prison de la ville voisine de Szeged dans cette campagne morose et boueuse.

Pendant que certains déroulent des tapis de barbelés, d'autres finissent de fixer la ronce de fer à des poteaux métalliques, sur quatre mètres de hauteur. Ce premier mur sera ensuite complété par un autre mur de barbelés de la même hauteur.

... https://fr.news.yahoo.com/hongrie-priso ... 23829.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 16 Sep 2015, 01:05

Hongrie. 60 migrants arrêtés pour avoir dégradé la frontière en barbelés

60 migrants ont été arrêtés et sont poursuivis en Hongrie. La justice leur reproche d'avoir "endommagé" la clôture barbelée érigée à la frontière serbe.

La Hongrie a annoncé avoir engagé une procédure pénale contre 60 migrants arrêtés mardi et accusés d'avoir « endommagé » la clôture barbelée érigée à la frontière avec la Serbie, un délit passible de cinq ans de prison en vertu d'une législation entrée en vigueur à minuit.

... http://www.ouest-france.fr/hongrie-60-m ... es-3688600
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 22 Sep 2015, 23:51

Hongrie : l'armée autorisée à tirer sur les migrants, nouvelle provocation signée Vicktor Orban

Le premier ministre hongrois Viktor Orban repousse chaque jour un peu plus les limites de sa politique migratoire. Après avoir entrepris la construction d'un mur aux frontières de son pays, il a autorisé "si nécessaire" l'armée à tirer à balles réelles sur les migrants.

Présentée par l'administration du populiste Orban, la nouvelle loi, qui nécessitait une majorité des deux tiers, a été adoptée par 151 voix contre 12 et 27 abstentions. Le texte entérine la possibilité de déployer massivement des militaires aux frontières et autorise dans certaines conditions l'armée et la police à ouvrir le feu contre des migrants, à condition que les tirs ne soient pas "mortels".

... http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/21 ... 71658.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 02 Oct 2015, 10:11

Hongrie : Construction d’un État fasciste

La Hongrie est gouvernée par un parti, le Fidesz, comparable au FN, comme il l’a montré ces dernières semaines dans sa « gestion » odieuse de la crise des migrants. En résulte la construction progressive, incomplète pour l’instant mais reposant sur des bases assurées, d’un régime autoritaire tendant vers le fascisme. État des lieux.

... http://alternativelibertaire.org/?Hongr ... -d-un-Etat
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 03 Avr 2016, 01:43

Hongrie : une figure de l’extrême droite faite citoyen d’honneur à Budapest

Dans le bulletin municipal qui lui est consacré, nulle trace de l’engagement politique de Lóránt Schuster, nouveau citoyen d’honneur du huitième arrondissement de Budapest. Posant fièrement en « une » aux côtés de l’édile local, Máté Kocsis, l’acteur et leader du groupe de rock P. Mobil est pourtant aussi une personnalité marquante de l’extrême-droite hongroise.

Député durant la sixième législature, il est connu au début de sa carrière politique comme militant du « Parti hongrois pour la vie » (Miép), dont le leader István Csurka, célèbre pour ses saillies antisémites, était un proche de Jean-Marie Le Pen. En 2003, il fait partie des principaux fondateurs du Front national hongrois (Magyar Nemzeti Part), mouvement radical d’inspiration hungariste. Si le parti reste peu visible sur la scène politique hongroise, il se fait régulièrement remarquer pour raviver la mémoire de l’affaire de Tiszaeszlár, symbole de l’agitation antijuive de la fin du XIXe siècle, souvent comparée à l’affaire Dreyfus en France.

... http://lahorde.samizdat.net/2016/04/02/ ... -budapest/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Hongrie

Messagede bipbip » 08 Mai 2017, 16:49

Hongrie : Un mouvement se dresse contre Orbàn

Le régime hongrois fait face à une vague de manifestations d’opposition qui révèlent un clivage dans la société hongroise – entre d’un côté les classes populaires et la province et de l’autre la classe moyenne urbaine diplômée – et que Orbàn tente de manipuler à son profit.

Depuis plusieurs semaines, une mobilisation se développe en Hongrie contre le régime. Bonne nouvelle : la construction d’un régime autoritaire en Hongrie se heurte à des oppositions croissantes. Mauvaises nouvelles : ces oppositions se structurent autour d’aspirations libérales et d’une sociologie de classes moyennes budapestoises, constituée plutôt de bénéficiaires de la mondialisation que prétend combattre le régime. Cela ne devrait pas permettre la construction d’un mouvement populaire massif contre le régime.

Le régime Orbàn, au pouvoir depuis 2010, peine à montrer à son électorat qu’il est bien tel qu’il le prétend : antieuropéen, antimondialisation, antilibéral. Pour sortir de ses contradictions, il prend régulièrement des initiatives à peu de frais mais à grands renforts de communication. C’est ainsi qu’en octobre 2016, il avait organisé un référendum adossé à une campagne d’affichage monstrueuse contre la décision de l’Union européenne d’installer en Hongrie. 250 migrants et migrantes [1]. Aujourd’hui, le gouvernement fait voter une loi au Parlement sur la restructuration de l’enseignement supérieur, dans laquelle il s’en prend à une cible bien choisie, la CEU, Central European University, financée par le milliardaire américain d’origine hongroise Georges Soros.

La mise en scène est donc bien ficelée : Orbàn contre Soros, l’Université hongroise contre les financements américains, la patrie contre la mondialisation. Et derrière cela, les classes populaires et la province, soutiens supposés du régime, contre les classes moyennes et ­supérieures budapestoises, supposées être pro-européennes et libérales, soutien de la CEU de Soros. Orbàn alimente sa croisade fictive contre Soros par des attaques régulières contre les ONG financées par la fondation de Soros, l’Open society foundation.

La provocation a pris : dès le 9 avril, une manifestation à l’appel des personnels, étudiantes et étudiants de la CEU a réuni à Budapest près de 80 000 personnes. Le 11 avril, une manifestation spontanée s’est réunie vers 22 heures devant le palais présidentiel, et a conduit à 1 heures du matin vers le siège de la Maison de la radio, symbole de l’insurrection de 1956 contre l’occupation soviétique.

Le 12 avril, un rassemblement d’une dizaine de milliers de personnes en soutien aux ONG menacées s’est transformée en une occupation nocturne du carrefour Oktogon, en faisant référence aux Nuits debout parisiennes. Une dizaine de milliers de personnes se rassemblait de nouveau le 16 avril sur la place de la Liberté. À l’heure où l’on écrit ces lignes, une nouvelle manifestation est organisée par le parti satirique « du chien à deux queues » [2] samedi 22 avril. Les mots d’ordres sont « Démocratie », « Europe », « Fidesz dehors ».

Que penser de cette mobilisation ? D’abord elle révèle un clivage réel au sein de la société hongroise, entre d’un côté les classes populaires des alentours de Budapest et la province en général et de l’autre la classe moyenne urbaine diplômée. Ce clivage se structure entre perdants de la transition capitaliste et gagnants (réels ou espérés tels) de la mondialisation et de l’intégration à l’Union européenne. Orbàn manipule ces clivages en se faisant passer pour le défenseur des premiers contre les seconds.

La logique fasciste est à l’œuvre dans la stratégie de fond et dans le discours : le gouvernement traite les manifestants et manifestantes de « déviants », utilise un répertoire anti-intellectuel et antisémite répandu, et la presse de droite menace de lâcher les chiens. Zsolt Bayer, journaliste très populaire dans les milieux nationalistes menace les manifestantes et manifestants en ces termes : « Nous pouvons confirmer que d’ici peu, nous serons aussi dans les rues, afin de défendre ce qui est important et sacré à nos yeux. (…) Alors vous comprendrez ce que cela signifie d’être persécutés et menacés. Comme je l’ai dit : nous sommes très en colère. Vous saisissez ? » Dans les faits, comme lors de mobilisations précédentes, la répression est relativement faible, et la mobilisation des milices d’extrême droite, très fortes entre 2006 et le début des années 2010, est pour le moment inexistante.

Les perspectives sont floues. Il y a certes dans ces manifestations le signe d’une exaspération contre le régime qui dépasse les milieux directement concernés. Mais globalement, on peut y voir une volonté des jeunes diplômé.es de Budapest de conserver ce qu’ils estiment être leurs intérêts de classe : intégration à ­l’Union européenne, connexion de Budapest aux réseaux des métropoles à la mode, possibilité de faire des études reconnues à l’international. La figure de proue de la mobilisation, Màrton Gulyas, rendu célèbre par ses 72 heures d’incarcération, en est la figure typique : homme de théâtre, youtubeur célèbre, il appelle aujourd’hui à la création d’un parti politique anti-Fidesz autour de ce « Printemps hongrois ». D’ailleurs, cette jeunesse ne s’est mobilisée massivement pour aucun enjeu récent (migrants et migrantes, Roms, droits sociaux, inégalités), à l’exception de la taxe sur l’utilisation d’Internet.

L’enjeu pour cette mobilisation, comme pour celles de ces dernières années en Hongrie, est de mettre en avant, plutôt que les illusions libérales et pro-européennes, les intérêts convergents des classes populaires, contre ce régime autoritaire qui n’a d’antilibéral que l’image et contre les capitalistes qui les écrasent. Les mobilisations de ces dernières années, autour de l’éducation, contre la destruction d’un parc dans Budapest, mais aussi des grèves ouvrières dans cette arrière-cour de l’industrie automobile allemande qu’est la Hongrie, peuvent laisser espérer.

Gyula (AL 93-centre)


[1] Voir AL d’octobre 2016.

[2] Voir AL de septembre 2015.

http://www.alternativelibertaire.org/?H ... ntre-Orban
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Suivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités