Egypte

Re: Egypte

Messagede bipbip » 20 Mai 2015, 01:54

Egypte : Agressions sexuelles systématiques par les forces de sécurité

Depuis la prise du pouvoir par l’armée en 2013, les agressions sexuelles commises par les forces de sécurité se sont accrues en Egypte et constituent un moyen de répression utilisé par le régime d’Abd El-Fattah El-Sissi pour réduire la société civile au silence. Des témoignages relatent des viols, viols avec objet, de "tests de virginité", d’attouchements sexuels, de chantage et de pratiques diffamatoires.

Les agressions se multiplient notamment lors d’opérations de contrôle. Depuis la prise du pouvoir par l’armée en juillet 2013, tout individu est susceptible d’être contrôlé à l’entrée des universités, du métro ou des hôpitaux. L’agression sexuelle est quasi systématique en cas d’arrestation. Auparavant, les arrestations de rue concernaient essentiellement les hommes et les jeunes. Mais depuis le 3 juillet, elles concernent aussi les enfants, les femmes, les jeunes filles et les personnes âgées. Malgré les multiples plaintes déposées par les victimes, une seule a abouti à un procès. Les similarités dans les méthodes utilisées et l’impunité générale dont jouissent les auteurs des violences sexuelles indiquent qu’il s’agit politique délibérée visant réduire la population au silence.

http://www.secoursrouge.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede Lila » 16 Juin 2015, 20:43

Hind Nafia, figure de la révolution égyptienne, condamnée à la perpétuité

Hind Nafia a combattu les généraux et les Frères musulmans. Recherchée, elle vient d’être condamnée à la perpétuité.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... erpetuite/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1754
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Egypte

Messagede Pïérô » 28 Juin 2015, 19:46

Solidarité avec les prisonniers politiques égyptiens face à la machine répressive de Sissi

Une campagne de solidarité internationale a été lancée il y a quelques semaines par des activistes égyptiens avec les prisonniers politiques égyptiens et dénoncer la répression massive et sanglante du régime militaire au pouvoir, présidé par l’ex maréchal Sissi, contre toute forme d’opposition.

En effet depuis l’arrivée au pouvoir de Sissi, en juillet 2013, la machine répressive s’est mise en mouvement de façon extrêmement violente.
Les estimations des conséquences de la répression à ce stade tournent autour de 2 500 morts et 17 000 blessés, quelque 16 000 arrestations, et plus de 1000 condamnations à mort au terme de procès expéditifs.
Il faut notamment ne pas oublier le massacre commis en août 2013 par les services de sécurité contre les membres des Frères musulmans au Caire, causant la mort de plus de 1 000 manifestants, ou encore l’assassinat par un policier, au cours d’une manifestation pour les 4 ans de la révolution, en janvier 2015, de la militante de la gauche révolutionnaire Shaimaa el-Sabbagh.
Les prisonniers politiques sont aujourd’hui plus de 40 000 dans tout le pays. Le régime a condamné à mort des centaines de membres du mouvement islamiste des Frères musulmans, y compris l’ancien président Morsi, sans parler des milliers d’entre eux qui sont détenus.

La nature contre révolutionnaire et réactionnaire du mouvement des Frères musulmans, comme on a pu le constater lors de leur période au pouvoir et depuis le début du processus révolutionnaire en Egypte avec une alliance quasi totale avec le leadership militaire, qui le réprime depuis juillet 2013, contre les autres composantes démocratiques et de gauche, ne doit en aucun cas nous arrêter de défendre les droits démocratiques de toutes et tous, y compris des membres du mouvement islamiste, dans le cas contraire nous retrouverions dans le camp de l’oppresseur.

Les militants démocrates et de gauche n’ont pas été épargnés. Ainsi, plusieurs figures de la révolution comme Mahiennour Al Masry et Youssef Chaaban, membres des socialistes révolutionnaires, l’activiste Alaa Abdel Fattah, ou encore des leaders du mouvement du 6 avril, organisation de jeunes révolutionnaires, ont été victimes de la répression. De plus, le mouvement « Liberté pour les courageux », qui lutte contre les arrestations de militants, a recensé 163 disparitions depuis avril 2015, pour la plupart des militant-es de gauche et démocrates. On a retrouvé la trace de la plupart des interpellés, mais 66 restent introuvables. Dans le passé, tous ses activistes s’étaient battus contre les politiques autoritaires et antisociales, que ce soit sous le régime Moubarak, ou sous celui des Frères Musulmans.
Des milliers de militants révolutionnaires, laïcs, athées, démocrates ou syndicalistes, sont emprisonnés, réprimés ou poussés à l’exil. La censure de la presse est également imposée : toute critique du régime des militaires est impossible. Les manifestations sont quasi interdites, tandis que le droit de grève est étranglé. Le régime discute aussi de mettre hors la loi les syndicats indépendants, et interdit la grève aux employés de l’État…
Le régime n’a pas hésité à dissoudre le club de supporters de foot des « Ultra », qui avait joué un rôle important dans le processus révolutionnaire, en décrétant qu’il s’agit d’une organisation terroriste. Le « Mouvement du 6 avril » est menacé d’être désigné comme groupe terroriste, tandis que les « Socialistes révolutionnaires » sont accusés de conspirer avec des forces étrangères pour semer le chaos dans les rues égyptiennes.

Cette répression massive a reçu l’appui déterminé des monarchies réactionnaires de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. L’Arabie Saoudite, le Koweit et les Emirats Arabe Unis ont d’ailleurs annoncé en Mars dernier des aides cumulées de 12 milliards de dollars, sous forme d’investissements pour l’économie égyptienne et d’aides au développement, et dont trois milliards seront déposés à la Banque centrale lors d’une conférence économique internationale, avec la présence de représentants de plus de 100 pays et 25 groupes ou organismes internationaux, organisée par le régime égyptien dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh pour attirer les investisseurs étrangers.

De leurs côtés, les gouvernements occidentaux ne se préoccupent guère des violations des droits démocratiques en Egypte, tout en autorisant toujours la vente d’armes et de technologies de surveillance au régime de Sissi. Par exemple les relations avec le régime autoritaire de Sissi en Egypte se sont normalisé rapidement ces derniers mois suivant l’accord commercial conclu entre le gouvernement français et le régime égyptien concernant la vente des avions militaires Rafale, en plus d’autres contrats conclus par différentes sociétés françaises avec le régime égyptien. C’est sans oublier la récente visite de Sissi à la chancelière allemande Merkel qui préfère les intérêts des hommes d’affaires allemands à la défense des droits démocratiques. Lors de la visite en Allemagne, Sissi a en effet signé un contrat de 9 milliards de dollars avec la société allemande Siemens, la plus grande commande de l’histoire de la société, pour fournir l’Egypte avec de nouvelles centrales gaz-vapeur et l’énergie éolienne,
Les Etats Unis de leurs côtés ont finalement annoncé mi avril le dégel de la dernière enveloppe de 650 millions de dollars pour le régime égyptien qui avait été bloqué après la destitution de Morsi et conditionnée par des réformes démocratiques. Cette enveloppe fait partie des 1,5 milliards de dollars d’aide au régime égyptien alloué chaque année par les Etats Unis, dont 1,3 milliard en assistance militaire. Cela s’ajoute aux hélicoptères de guerre Apache livrés récemment pour soutenir Le Caire dans sa lutte contre les jihadistes dans le Sinai. Ils ont annoncé aussi que l’aide annuel pour l’année 2016 sera délivré sans aucun changement.

Face à ce constat, les organisateurs des actions de protestation à l’échelle internationale demandent, en collaboration avec les militants égyptiens, la fin de la répression des manifestations en Egypte, la libération des prisonniers politiques, des procès équitables pour toutes et tous, l’arrêt de la torture et des exécutions arbitraires. En plus de cela, il nous faut montrer notre solidarité avec les prisonniers politiques en Egypte et apporter notre soutien à toutes celles et tous ceux qui luttent pour les objectifs originaux de la révolution : « pain, liberté et justice sociale » comme scandaient les manifestant-es en 2011 sur Tahrir.

DAHER Joseph


Ce texte a été publié sur https://syriafreedomforever.wordpress.c ... -de-sissi/
Une version courte a été publiée dans le journal le Courrier :
http://www.lecourrier.ch/130698/solidar ... _egyptiens
Un tract d’appel à un rassemblement est en ligne sur http://www.solidarites.ch/geneve/intern ... nif-egypte

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35252
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Egypte

Messagede bipbip » 01 Nov 2015, 04:36

Egypte : solidarité avec les grévistes du textile

Septième jour de grève des 15 000 travailleurs/euses de toutes les sections textile de Mahalla et Kafr El Dawar (usines de filage, de tissage, du travail du coton, et de confection de vêtements).

Les grévistes exigent le paiement de la prime sociale de 10%, le retour dans l’entreprise des travailleurs licenciés Kamal Fayoumi, Haider Naji et Jamal Gad,

Ils exigent également :
- que les responsables de l’entreprise rendent des comptes concernant les pertes délibérément causées par le holding de gestion et l’Etat,
- que les autorités et l’administration de l’entreprise s’engagent à ne plus engager de poursuites contre les travailleurs pendant ou après la grève.

Aux dernières nouvelles, et selon un courrier du holding, le gouvernement aurait accepté le paiement de la prime sociale de 10% aux salarié-e-s des sections filage et tissage du holding, exceptées à ceux de Mahalla et de Kafr El-Dawar.
Pour ces derniers, le paiement de cette prime serait conditionné par l’arrêt préalable de leur grève et leur retour au travail.
Les travailleurs/euses concerné-e-s ont décidé de poursuivre leur grève jusqu’à la réception d’un décision officielle portant satisfaction de leurs demandes, et son affichage à l’intérieur de l’entreprise.

Paris, le 29 octobre 2015, Union syndicale Solidaires


P.-S.
* Autres articles sur cette lutte :
- Egypt’s Mahalla textile workers say will continue strike on Saturday (30 October 2015), by Al-Ahram http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article36207
- Unpaid bonuses : Mahalla (Egypt) Textile Worker’s Strike (25 October 2015), by MASR Mada http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article36180

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article36199
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede Lila » 03 Jan 2016, 17:58

Sérénade Chafik: Femmes et Islam

interview de Sérénade Chafik, égyptienne. Elle rend compte de l'abandon de la cause des femmes par la "révolution" et des coups de boutoir de l'Islam politique, notamment des Salafistes et des Frères Musulmans.

à lire : https://blogs.mediapart.fr/monica-m/blo ... s-et-islam
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1754
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Egypte

Messagede Pïérô » 05 Jan 2016, 09:14

Egypte. Quelles perspectives pour la nouvelle vague de grèves ?

Les grèves n’ont jamais vraiment cessé en Egypte [1] malgré le régime ultra-répressif de l’ex-maréchal Abdel Fattah Saïde Hussein Khalil al-Sissi – devenu président le 8 juin 2014 – et plus précisément malgré toutes ses attaques contre le droit de grève, les libertés de manifester et tout récemment encore contre la simple autorisation de syndicats indépendants.

Mais depuis mi-octobre 2015. elles ont pris une nouvelle ampleur. Cette nouvelle vague traverse le pays, du nord au sud, du Canal de Suez au delta du Nil, dans de nombreux secteurs professionnels, du textile au pétrole en passant par l’acier, le textile la santé ou le tourisme. Les travailleurs entrent en grève. Ni la menace, ni la répression ne les arrêtent et des négociations s’ouvrent comme le rapporte la presse.

... http://alencontre.org/moyenorient/egypt ... reves.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Egypte

Messagede bipbip » 26 Jan 2016, 09:02

Au Caire, répression sans précédent pour l’anniversaire de la Révolution

Le 25 janvier prochain sera le 5e anniversaire de la Révolution égyptienne. Un anniversaire que bien peu célébreront : espaces culturels fermés, opposition politique laminée, centre-ville quadrillé, activistes traqués… 5 ans après le soulèvement populaire qui a mis fin au régime de Moubarak, l’ambiance n’est pas à la fête, malgré les appels de certains groupes et individus à redescendre dans la rue.

Depuis un mois les autorités égyptiennes ont lancé une campagne de répression sans précédent envers toute forme de contestation du régime. De nombreux imams (sur recommandation du Ministère des Affaires religieuses) précisent ainsi dans leurs prêches du vendredi que la participation à des manifestations le 25 janvier prochain est contre l’islam, et que s’il devait y avoir des morts dans des affrontements avec des forces de sécurité, ceux-ci ne sauraient être considérés comme des martyrs. Le président Sissi lui-même multiplie les interventions télévisées dans lesquelles il met en garde tous ceux qui visent à « propager le chaos » et « répandre l’insécurité et le désordre » dans le pays.

Mais au-delà des discours, c’est une véritable opération policière et administrative d’une ampleur inégalée qui secoue la capitale égyptienne, particulièrement le centre-ville, fief de la scène alternative et contestataire.

Depuis fin décembre, de nombreux espaces culturels ont ainsi reçu la visite inopinée d’officiers de différents services gouvernementaux : si le studio Emad Eddin, principal soutien du festival D-CAF, a échappé à la fermeture administrative, ce n’est pas le cas de Townhouse, le « hub » de la culture alternative au centre-ville du Caire depuis 16 ans, ni de la maison d’édition Merit, qui publie certains livres qui dérangent les pouvoirs en place (sur le plan politique comme religieux). Dans les deux cas, les raisons de la fermeture sont floues, de même qu’une éventuelle date de réouverture.

Selon une source officielle des services de sécurité, plus de 5 000 appartements auraient également été récemment « inspectés », en prévision du 25 janvier. Impossible de vérifier ces chiffres, mais il est certain que de nombreux raids ont été réalisés ces derniers jours dans plusieurs appartements de personnes identifiées comme activistes, entraînant la saisie des ordinateurs, téléphones et disques durs, et l’arrestation de plusieurs personnes. Parmi celles-ci, le docteur Taher Mokhtar et ses deux colocataires, accusés de « possession de publications anti-régime », et dont la détention vient d’être prolongée de 15 jours, ce qui permet aux autorités de les maintenir enfermés d’ici au 25 janvier. Cette arrestation a suscité une vague de soutien sur les réseaux sociaux égyptiens. Le hash-tag #J’ai participé à la Révolution du 25 janvier était le plus populaire sur le réseau twitter local ces derniers jours. En l’utilisant, des milliers d’égyptiens manifestent le fait qu’ils ont contribué au soulèvement populaire d’il y a 5 ans, et que cela ne saurait être une excuse pour les arrêter et emprisonner. On parle aussi de 47 étrangers qui auraient été arrêtés ou expulsés du territoire pour non-validité de leur visa, alors que les règlements en matière de visa tournent à l’absurde ces derniers mois.

La colère gronde également du côté des familles de détenus, alors que les témoignages de tortures, abus policiers et mauvais traitements en détention se multiplient, et que les ONG de défense des droits de l’homme se voient interdire d’accès aux lieux de détention. Il y a quelques mois, la mort par torture d’un jeune de la région de Louxor avait déjà enflammé la population locale, qui avait multiplié les manifestations de colère face à des pratiques caractéristiques de l’ancien régime mais toujours omniprésentes.

Si la majorité des Egyptiens ont soutenu la politique intolérante du général-devenu-président Sissi contre les Frères musulmans, beaucoup critiquent aujourd’hui sa politique actuelle, marquée par une « guerre contre le terrorisme » qui tourne à la dictature militaire, où toute opposition est muselée, et une politique économique marquée par les projets de prestige mais aux retombées bien faibles pour les couches populaires…

Le centre-ville du Caire était hier soir bien à cette image. Alors que Sissi devait effectuer une visite dans le quartier, celui-ci a été intégralement nettoyé : terrasses de café enlevées, parkings vidés, circulation interrompue, omniprésence de tous les corps de sécurité que connaît le pays dans les rues (des ambulances aux forces anti-émeute en passant par les services de la circulation et tous les différents corps de police…), hélicoptère en survol…

Un aperçu de ce que prépare le régime pour le 25 janvier ?

http://rebellyon.info/Au-Caire-repressi ... ent-pour-l
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede Lila » 07 Fév 2016, 19:40

Les femmes dans la révolution égyptienne
Enregistrement en ligne : http://unipoplyon.fr/articles/cours/3-l ... yptienne-3
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1754
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Egypte

Messagede bipbip » 13 Mar 2016, 16:48

La glorieuse armée Egyptienne

La participation aux élections parlementaires égyptiennes de l’automne 2015 a été très faible. Elle reflète la conscience qu’a le peuple de l’inefficacité des urnes face à des gouvernants corrompus qui protègent leurs intérêts politico-économiques.

Après les « élections » présidentielles de 2014, au cours desquelles les bureaux de vote étaient restés déserts, le même scénario se répète pour les « élections » parlementaires qui ont eu lieu en octobre et novembre derniers, et ceci malgré les appels au vote des généraux et des médias.

Il est vrai que les généraux n’ont aucun besoin d’organiser des élections parlementaires, dans la mesure où aucune force politique intérieure ne les y pousse, et que certains politiciens ont même été jusqu’à dire qu’un parlement serait une menace pour le chef d’État Sissi. Ils n’ont pas à s’inquiéter non plus des pressions internationales. La France n’a aucun problème à traficoter avec un président sans parlement pour lui vendre des rafales (ouf, un acheteur !), et l’Allemagne a accueilli en grande pompe Sissi en juin dernier…

Ces élections n’ont connu ni grands meetings, qui constituent pourtant une tradition bien ancrée en Égypte, ni foules scandant des slogans pour leur candidat. Le taux de participation a été de 0,6 % à 2,7 %, ce qui n’a pas empêché le Haut Comité des élections d’annoncer une participation de 27 %.

Les candidats n’ont pas été en reste dans cette farce : la liste Pour l’amour de l’Égypte, avec à sa tête Sameh Seif Al-Yazal (qui est officier des renseignements et directeur régional de la firme de sécurité G4S), a rassemblé, des anciens du parti de Moubarak aux retraités de la police, avec comme programme de réduire les pouvoirs du futur parlement.

Le désastre économique

L’économie connaît des faiblesses structurelles innombrables, lesquelles constituent un obstacle presque insurmontable empêchant la mise en place d’un minimum de services publics. Alors que l’armée contrôle plus de 45 % de l’économie égyptienne, nulle trace d’un reversement d’impôts, ni de contrôle, ni de droits de douane ou de tout ce qui peut s’apparenter à un fonctionnement « normal ». Le reste de l’économie est gouverné par la corruption, et là encore, l’absence de contrôle est totale. À cela s’ajoute le secteur informel (plus de 6 millions de vendeurs ambulants). Enfin, l’État est le premier employeur du pays, avec (5 millions de fonctionnaires, sans compter les forces de police et de l’armée).

On comprend que, dans cette situation, l’équilibre est difficilement tenable, surtout qu’en plus de cela la loyauté des officiers et des juges se facture chère à l’État. Ce dernier se trouve également dans l’incapacité d’avoir assez de réserves en devises étrangères : cela est dû en partie à un tourisme paralysé ainsi qu’à la baisse persistante des recettes du canal de Suez. Face à cette situation, l’armée continue de protéger avec férocité sa prédation sur l’économie.

Cette volonté de ne rien céder sur leurs privilèges et de continuer à rogner sur l’économie fragilise encore plus l’alliance de l’armée avec les hommes d’affaires civils. Ces derniers ont, grâce aux médias notamment, aidé Sissi à faire le putsch de juillet 2013.

L’indifférence et le mépris semblent être la réponse des Égyptiens et des Égyptiennes à tous les jeux politiques actuels. Éviter l’effusion de sang reste encore la principale raison de l’absence de contestation. Cela ne peut durer éternellement, et il est probable que peu scanderont « pacifique, pacifique » au prochain soulèvement populaire !

Yasser Abdelkawy, MSL (Égypte), traduit de l’arabe par Marouane Taharouri

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede Pïérô » 18 Mar 2016, 15:54

Itinéraires d’athées dans une société égyptienne pétrie par la foi

Bien que le phénomène reste extrêmement minoritaire en Égypte, l’athéisme a suscité nombre de débats, notamment depuis le soulèvement de janvier-février 2011. Mais il est encore bien difficile d’affirmer son rejet de la religion dans une société pétrie par la foi.

... http://orientxxi.info/magazine/itinerai ... a-foi,1247
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Egypte

Messagede bipbip » 25 Mar 2016, 07:50

Egypte : Deux ans de prison pour un t-shirt "Nation sans torture"

Mahmoud Mohamed Ahmed Hussein avait été arrêté au Caire le 25 janvier 2014, à l’occasion du troisième anniversaire de la révolution qui a mis fin au règne du président Hosni Moubarak. Le jeune étudiant, alors âgé de 18 ans, avait été arrêté alors qu’il rentrait chez lui après une action de protestation contre le régime militaire au pouvoir et les Frères musulmans. Les forces de sécurité l’ont appréhendé avec son ami Islam Talaat à cause de son t-shirt. La détention préventive des deux jeunes étudiants a depuis été renouvelée, sans procès. Mahmoud et Islam sont restés derrière les barreaux plus de deux ans alors que la loi égyptienne fixe à deux ans la limite du maintien d’une personne en prison sans procès. La justice égyptienne a ordonné mardi leur libération contre une caution de 1.000 livres (100 euros).

http://www.secoursrouge.org/Egypte-Deux ... ns-torture
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede Pïérô » 13 Avr 2016, 00:11

Enquête sur les disparitions forcées en Égypte

À l’ombre de l’assassinat de Giulio Regeni

L’assassinat de l’étudiant italien Giulio Regeni au Caire, le refus des autorités égyptiennes d’enquêter sérieusement ont amené Rome à rappeler son ambassadeur au Caire. Aussi dramatique soit-il, ce cas ne doit pas faire oublier les centaines de disparus égyptiens dans les prisons du régime. Une situation qui ne semble pas émouvoir l’Union européenne, ni la France dont le président François Hollande doit effectuer dimanche 17 avril une visite d’État en Égypte.

... http://orientxxi.info/magazine/enquete- ... ,1286,1286
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Egypte

Messagede bipbip » 25 Avr 2016, 08:02

Egypte : Des dizaines d’arrestations avant la manifestation anti-régime

Mercredi 21 et jeudi 22, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté de nombreux militants (au moins 59) avant une manifestation antirégime prévue demain 25 avril. Officiellement organisée pour protester contre la rétrocession à l’Arabie saoudite des deux îlots de la mer Rouge, le rassemblement s’était transformé en contestation du régime. Le mouvement du 6-Avril (constitué essentiellement de jeunes de 20 à 30 ans, né en avril 2008 lorsque des milliers d’ouvriers textiles se sont mobilisés contre leurs conditions de travail et le coût de la vie ; ce jour-là, 33 étudiants avaient été arrêtés), ainsi que d’autres groupes d’opposition ont appelé à une manifestation le 25 avril contre la politique menée par le président Abdel Fattah al-Sissi.

Le 15 avril, plus d’un millier de personnes avaient manifesté dans le centre du Caire en demandant la chute du régime du président Sissi, le plus grand rassemblement de contestation du pouvoir depuis deux ans. La manifestation organisée à l’appel de la gauche laïque a été dispersée par la police à coup de gaz lacrymogène.

http://www.secoursrouge.org/Egypte-Des- ... nti-regime
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede bipbip » 28 Avr 2016, 12:37

Egypte : Manifestations contre le régime réprimées dans l’oeuf

Depuis trois jours le climat était très tendu au Caire. 95 personnes ont été arrêtées entre le 21 et le 25 avril en prévision de cette manifestation la plupart faisant partie du Mouvement du 6 avril, l’un des fers de lance de la révolution de 2011 (voire notre précédent article). Lundi matin le directeur d’une ONG, la Commission égyptienne pour les droits et les libertés, a également été arrêté. C’est dans ce contexte que les mouvements d’opposition ont appelé à descendre dans la rue contre le pouvoir.

Lundi, le ministère de l’Intérieur a prévenu que les manifestations seraient réprimées sans hésitation et le soir même de nombreux quartiers du Caire étaient complètement bouclés par l’armée et la police. Les protestataires ont tenté d’organiser des manifestations sauvages, le lieu étant annoncé au dernier moment. Vers 16h, une centaine de manifestants ont crié des slogans anti-régime sur la place Messaha dans le quartier de Dokki. Mais après trois minutes de marche les policiers ont tiré des grenades lacrymogènes. Des dizaines de personnes ont été arrêtées.

http://www.secoursrouge.org/Egypte-Mani ... ans-l-oeuf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Egypte

Messagede bipbip » 03 Mai 2016, 00:55

Egypte : « Nous sommes des idées et les idées ne meurent pas ni ne peuvent être emprisonnées »

Témoignage d’un militant révolutionnaire égyptien après la répression du 25 avril

http://www.anti-k.org/2016/05/03/egypte ... yfmX4df21s
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités