Angleterre

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 31 Mai 2015, 13:39

Vidéo
27th May 2015 - Anti-Austerity Protest, London
https://vimeo.com/129076884
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede spleenlancien » 04 Juin 2015, 08:28

Libération d'aprés dépêche AFP a écrit:A Hackney, un quartier populaire du nord de Londres, les sans-abri ne peuvent plus dormir ou mendier dehors sous peine de devoir (on se demande bien comment) payer une amende de 100 livres soit 137 euros. En cas de non paiement, l'amende peut être portée jusqu'à 1370 euros. L'arrêté municipal a été voté fin mai.

Selon cet ordre de protection de l’espace public (PSPO), la police ou les officiers municipaux d’Hackney peuvent demander à toute personne de cesser de «mendier, de boire de l’alcool, d’avoir des comportements antisociaux, de mal utiliser les toilettes publiques, de dormir dans la rue, d’uriner ou de déféquer dans un espace public ou d’avoir un chien sans laisse causant des nuisances».

Depuis, une pétition a été mis en ligne contre cet arrêté pour dénoncer cette «criminalisation des sans-abri d’Hackney» et compte plus de 32 000 soutiens. «Les gens ne devraient pas être punis pour le "crime" de ne pas avoir un toit au-dessus de leur tête», dénoncent les auteurs ce texte, jugeant «absurde d’infliger une amende de 1 000 livres à un SDF».

«Cet arrêté ne sera appliqué qu’en dernier ressort et ne sera utilisé que pour ceux qui continuent de dormir dans la rue et font partie de ceux qui ont un comportement antisocial persistant qui affecte la sécurité et le bien-être des habitants», a tenu à préciser sur le site internet de l’arrondissement d’Hackney la maire adjointe Sophie Linden.

Des piques anti-SDF installées à Londres l'an dernier

En juin 2014, des piques anti-SDF installées devant l’entrée d’un immeuble de Southwark, dans le sud de Londres avaient fait scandale. Le maire conservateur de Londres, Boris Johnson, avait demandé leur retrait.

A Londres, on compte 1,37 ménage sans domicile fixe pour 1 000 ménages logés, selon les dernières statistiques gouvernementales. Entre octobre et décembre 2014, 4 690 ménages ont été enregistrés comme étant SDF, un chiffre en hausse de 8% par rapport à la même période en 2013.

Créés en 2014, les PSPO, valables trois ans, visent à donner davantage de pouvoir aux mairies pour lutter contre les comportements antisociaux.


http://www.liberation.fr/monde/2015/06/ ... df_1322360
spleenlancien
 
Messages: 270
Enregistré le: 07 Oct 2011, 22:17

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 18 Juin 2015, 14:09

Epuration sociale : comment Londres se débarrasse des pauvres... et des classes moyennes

Son ascension vertigineuse enchante autant les investisseurs immobiliers qu’elle suffoque les moins fortunés. Depuis la crise de 2009, l’immobilier londonien a vu sa valeur augmenter de 55%. Tandis que millionnaires et spéculateurs financiers sont accueillis à bras ouverts dans la capitale britannique, un nombre croissant de ses habitants sont progressivement évincés de leurs quartiers, toujours plus loin en périphérie ou en province. Les conservateurs ont beau invoquer les « forces irrésistibles » du marché pour se délester de leurs responsabilités, le « nettoyage social » de la capitale n’aurait pas lieu sans une once de volonté politique.

... http://www.bastamag.net/A-Londres-l-epu ... non-riches
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 21 Juin 2015, 01:39

Royaume-Uni : ’Schedule 7’ est utilisé pour interroger les anarchistes entrant ou sortant du pays, sans droit de garder le silence

Le ’Schedule Seven’ est un pouvoir qui a été donné à la police britannique par le Terrorism Act en l’an 2000. Jusqu’à présent utilisées contre les Musulmans, la police britannique commence maintenant à utiliser ce régime d’interrogatoire pour interroger les militants anarchistes (ou suspectés de l’être) lorsqu’ils entrent ou sortent du pays. La particularité de Schedule 7 est que la personne qui est interrogée via ce règlement n’a pas le droit de garder le silence. Être silencieux peut donc coûter un maximum de 3 mois de prison et/ou une amende. De plus, tous les effets d’une personne qui passerait la frontière et serait interrogée via Schedule 7 peuvent être fouillés, ceci inclut le matériel informatique (téléphone et son contenu,...), des prélèvements ADN et prises de photo peuvent avoir lieu sans le consentement de la personne interrogée.

Il faut donc être bien conscient de la situation dans laquelle on se trouve, il y en a 3 possibles : le banal interrogatoire de douane, l’interrogatoire Schedule 7 et la détention Schedule 7. Lors d’un banal interrogatoire de douane, on peut être interrogé pendant une heure (et refuser de répondre aux questions), et détenu pendant 6 heures. Lors d’un interrogatoire Schedule 7, on peut demander la présence d’un avocat, la police peut refuser l’avocat (en le justifiant) et cet avocat sera aux frais de l’interrogé (ce problème peut être résolu, voir tout en bas), enfin on peut ne pas répondre à des questions concernant d’autres personnes (la police n’a pas le droit de les poser mais ne se gène pas). Enfin, lors d’une détention Schedule 7, la personne interrogée peut être détenue pendant 6 heures, elle a droit a un avocat qu’elle n’a pas à payer. Techniquement, la police ne peut pas commencer à poser des questions avant l’arrivée de l’avocat, sauf si cela "porte préjudice à l’examination". La personne interrogée a le droit de recevoir une notice explicative sur Schedule 7, le droit de tenir quelqu’un informé de sa détention. Enfin, si la personne interrogée n’est pas britannique, la police doit confirmer la détention de l’interrogé si l’ambassade étrangère lui demande.

L’Anarchist Black Cross donne les coordonnées d’avocats qu’elle conseille sur son site internet, ainsi que plus d’informations sur Schedule Seven. C’est là : https://bristolabc.wordpress.com/defend ... chedule-7/.

http://www.secoursrouge.org/Royaume-Uni ... entrant-ou
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede Pïérô » 21 Juin 2015, 12:35

A Londres, des milliers de personnes marchent contre l’austérité

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre l’austérité à Londres, samedi 20 juin. A l’appel d’une coalition de quarante organisations (syndicats, partis politiques, associations), elles ont défilé contre le nouveau train de privatisation et d'austérité annoncé par le gouvernement Cameron.

... http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... _3214.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 16 Juil 2015, 13:46

Grande-Bretagne : Affrontements à une manifestation anti-gentrification à Londres

La protestation contre la gentrification du quartier londonien de Camden a commencé le nuit dernière. Le phénomène est connu et encouragé comme partout par les autorités locales : boutiques chics, bars branchés, hausse rapide des loyers. La manifestation s’est achevée en affrontements avec la police. Au moins un manifestant et deux policiers ont été blessés, et cinq manifestants arrêtés.

http://www.secoursrouge.org/Grande-Bret ... -a-Londres

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 17 Juil 2015, 02:07

Grande-Bretagne : Cameron s'attaque au droit de grève

Profitant de la faiblesse des syndicats, le gouvernement britannique conservateur a l'intention de limiter le droit de grève. Selon les plans de l'exécutif de David Cameron, au moins la moitié du personnel devra participer au vote d'une action de grève pour que celle-ci soit jugée légitime.

Actuellement, une grève peut avoir lieu si la moitié des votants se prononcent en sa faveur. Le nouveau plan prévoit que la moitié du personnel devra prendre part au vote. Les employeurs devraient aussi recevoir la possibilité d'engager temporairement des travailleurs afin de remplacer les grévistes.

Dans ce projet de loi, les conditions préalables à la grève sont encore plus durcies dans certains «secteurs publics essentiels», a précisé le ministère des Entreprises.

... http://www.ladepeche.fr/article/2015/07 ... greve.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 23 Juil 2015, 01:01

Royaume-Uni : Working class zero

Le must de l’économie dérégulée ? Le « zero hour contract » (contrat « zéro heure ») britannique, qui prive 700 000 salariés britanniques de la garantie d’une durée minimale de travail. Le mythe de la flexibilité, répété à l’envi par les élites politiques, entretient une régression sociale que le nouveau gouvernement Cameron soutient avec une poigne de fer. Zéro… pointé !

« Ce mois-ci, je dois choisir entre payer mon loyer et ma facture d’eau. » La ligne téléphonique pourrie qui vous relie à Fran, 25 ans, a au moins laissé sa colère intacte. C’est que la serveuse d’un de ces innombrables bars du quartier étudiant de Manchester, nord-ouest de l’Angleterre, est enchaînée depuis six mois à son contrat zéro heure, sans garantie de salaire fixe. Six mois de négociations permanentes avec son patron « pour demander plus d’heures » et voir s’évanouir, au bout du compte, la vie promise aux « gens qui travaillent dur » par les élites politiques de tous bords. Au XIXe siècle, les dockers londoniens attendaient chaque matin qu’un contremaître les fasse décharger les marchandises ; Fran, elle, attend chaque semaine le coup de fil qui l’enverra au turbin. « Il me faut entre 20 et 30 heures par semaine pour tenir, ajoute-t-elle. En dessous, ça devient quasi impossible. C’est très stressant, je me bats chaque semaine avec mon manager pour arriver, à la fin du mois, à payer mon loyer. »

Encadré par la loi sur l’emploi de 1996, l’usage du « zero hour contract » a pris des proportions pandémiques depuis 2008. Tandis qu’il stagnait à environ 150 000 personnes au lendemain de la crise financière, il a plus que quadruplé sous la coalition conservatrice de David Cameron pour concerner aujourd’hui environ 700 000 Britanniques. Les estimations de l’Office for national statistics (ONS) évoquent principalement des jeunes et des étudiants, répartis pour une écrasante majorité en Angleterre, lesquels seraient en outre contraints d’en cumuler plusieurs à la fois  : l’institut établissait à 1,8 million le nombre de ces contrats en 2014. En 2013, The Guardian révélait que 90 % du personnel de McDonalds, plus grande franchise de fast food du royaume, roulait au contrat zéro heure. Ainsi le secteur de la restauration s’est-il pendant longtemps distingué comme le grand spécialiste des emplois précaires, mais ils concernent désormais aussi des métiers à plus hauts niveaux de qualification  : éducation, santé, services sociaux et même l’industrie caritative.

... http://cqfd-journal.org/Royaume-Uni-Working-class-zero
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede Pïérô » 27 Juil 2015, 13:40

Royaume-Uni : Cameron s’acharne contre les syndicats

Le 16 juillet, le Premier ministre britannique David Cameron a présenté un projet de loi qui limiterait encore plus le droit de grève. Pourtant, depuis les violentes attaques des gouvernements Thatcher des années 1980, le Royaume-Uni possède déjà une des législations les plus draconiennes d’Europe.

Aujourd’hui, la loi impose un vote à bulletin secret par la poste, l’obligation d’obtenir au moins 50 % des votants pour la grève et un préavis de grève 7 jours à l’avance. Introduite par les conservateurs, cette loi n’a jamais été abrogée par les gouvernements travaillistes de Blair ou de Brown.

Dans le nouveau projet de loi, pour qu’une grève soit déclarée légale, la participation au vote devrait atteindre 50 %, et pour les services publics (transports, santé, éducation…), au moins 40 % de l’ensemble des syndiquéEs concernés devrait voter en faveur de la grève. L’appel à la grève devrait être annoncé 14 jours à l’avance, ce qui permettrait entre-temps aux patrons de faire pression sur les salariéEs mais aussi de profiter d’une autre clause de la loi qui leur permettrait de s’adresser aux agences d’intérim pour remplacer les grévistes... Enfin, les infractions aux lois sur les piquets de grève relèveraient du pénal !

Une dernière proposition concerne le financement du Parti travailliste. Aujourd’hui, la plupart des syndicats versent une partie des cotisations de leurs adhérents au Parti travailliste qui reçoit ainsi 50 millions d’euros, sa première source de financement. Les conservateurs souhaiteraient diminuer fortement cette somme.

L’opposition travailliste convertie au social-libéralisme, les directions syndicales pour la plupart très timorées et seulement 700 000 journées de grève l’an dernier (13 millions dans les années 1970). Alors pourquoi cette nouvelle loi ? Défense des « familles qui travaillent » et des « usagers », dit Cameron. Quelle hypocrisie de la part du premier casseur des services publics ces dernières années ! Quant au seuil des 40 %, argument démocratique, fallait-il l’appliquer aux dernières élections où les conservateurs ont été élus avec seulement 25 % des inscrits ?

La riposte

Les vraies raisons se trouvent dans la concurrence toujours plus exacerbée qui oblige chaque puissance capitaliste à grignoter encore plus les acquis sociaux. Le chiffre de 13 millions de syndiqués en 1980 a certes fondu mais il y en a encore 6,5 millions, et dans un sondage récent, 80 % de la population estimaient que « les syndicats sont essentiels pour la protection des intérêts des travailleurs ». La nouvelle loi est en quelque sorte une frappe préventive pour de nouvelles attaques.

Samedi 20 juin, à l’appel du People’s Assembly, un regroupement de syndicats et de forces politiques à gauche du Parti travailliste, jusqu’à 250 000 personnes ont manifesté contre l’austérité et le gouvernement. Le 9 juillet, les travailleurs du métro de Londres ont fait grève dans l’unité contre les conditions de l’introduction d’un service de nuit à l’automne. Tous les syndicats et toutes les catégories du métro ont arrêté le travail, aucun train n’a roulé, et pas une seule station n’a ouvert ses grilles. Du jamais vu depuis au moins 1989, peut-être depuis la grande grève générale de 1926 ! Les médias français ont répété la rengaine des « usagers exaspérés ou en colère », mais sur place, surtout dans les quartiers populaires, la majorité des usagers soutenait la grève.

Comme la troïka avec le peuple grec, Cameron et les siens ne se satisfont pas d’obliger le mouvement ouvrier à mettre un genou par terre, et veulent le mettre KO afin de laisser la voie libre à toutes les contre-réformes dont ils rêvent. Pas sûr que les travailleurs britanniques se laissent faire.

Ross Harrold

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35516
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 16 Aoû 2015, 13:13

Les néo-nazis chassés de Liverpool

Samedi 15 août, les néo-nazis de la « National Action » avaient prévu une « marche de l’homme blanc » à Liverpool, marche raciste qui promettait d’être un des plus grands rassemblements de l’extrême-droite néo-fasciste en Grande-Bretagne, avec des délégations de France, d’Allemagne et de Russie. Avant la marche, la National Action avait même envoyé une lettre de menace au maire de Liverpool indiquant que si la marche raciste n’avait pas lieu, il y aurait des émeutes qui mettront « la ville en flamme » en particulier dans les quartiers « ethniquement enrichis ».

La population de Liverpool, ville ouvrière, n’entendait pas laisser les néo-nazis marcher tranquillement dans les rues. Avant même le début de la marche raciste, des néo-nazis ont été pris à partie dans la gare et n’ont dû leur salut qu’à la présence policière. En tout, 150 personnes ont participé à la marche néo-nazie, marche qui a pu commencé mais a du se terminer vite face à la mobilisation et à la colère de la population de Liverpool. Les contre-manifestants scandaient des slogans comme « Nazis scums out of our streets » (« Ordures nazies hors de nos rues »), jetaient des bananes sur les racistes, et ont empêché la marche.

... https://communismeouvrier.wordpress.com ... more-56268
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede altersocial » 22 Aoû 2015, 10:07

Angleterre : suite de la guerre de classes ? Des incendiaires allument le feu dans un garage de voitures de luxe à Birmingham :

:arrow: Lamborghini and Rolls-Royce supercars worth hundreds of thousands destroyed in arson attack

A Londres cette fois les manifestations continuent contre le musée sexiste Jack l'Eventreur (imaginez dans deux siècles un musée M. Dutroux à Bruxelles et vous comprendrez facilement la colère des résidents et des antisexistes britanniques) :



(enfin bon "fuck" dans les slogans c'est vraiment borderline pour une manif antisexiste :confus: )
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Angleterre

Messagede Pïérô » 10 Sep 2015, 17:42

Royaume-Uni. Contrats «zéro heure» : ils flambent

Par Jérémy Hebras

Selon l’Office national des statistiques (ONS) britannique, l’augmentation du nombre de contrats «zéro heure» au Royaume-Uni entre avril-juin 2014 et avril-juin 2015, a été de 19%. Dans son Rapport publié le 2 septembre 2015, l’ONS dénombre officiellement 744’000 contrats de ce type, soit 2,4% de la population active.

Les contrats «zéro heure» sont très précaires dans la mesure où ils ne garantissent ni volume horaire ni salaire minimum. Le salarié est susceptible d’être appelé la veille au soir pour travailler et son activité peut s’arrêter tout aussi brutalement. Une clause d’exclusivité peut aussi être imposée au titulaire d’un tel contrat, même si le rapport note que les entreprises interrogées n’ont pas eu recours à cette pratique. Ces contrats, dont la flexibilité est poussée à l’extrême, sont un frein pour trouver un logement, voire pour accéder à un crédit. Et ils se concentrent sur les mêmes catégories de travailleurs [1].

54% de ces contrats sont occupés par des femmes, contre 47% pour ce qui concerne tous les autres contrats (CDI, CDD…). L’ONS estime aussi à 20% la part des étudiant·e·s dans les contrats «zéro heure». Enfin, 64% de ces contrats concernent une activité à temps partiel.

On note une surreprésentation des jeunes dans les contrats «zéro heure», ainsi que des plus de 65 ans. 34% des personnes en contrat «zéro heure» sont âgés de 16 à 24 ans et 6% ont plus de 65 ans, contre respectivement 12% et 4% pour les personnes employées sous d’autres formes de contrats.

La précarité des contrats «zéro heure» se ressent aussi sur la durée de ces contrats. Sur les 744’000 personnes recensées par l’ONS, près de 300’000 ont passé moins d’un an chez le même employeur. Ce chiffre passe à 146’000 pour une durée d’un à deux ans et à 158’000 pour deux à trois ans «au service» du même patron. [Dans un document datant de mars 2015, le syndicat UNISON recensait – à partir du Labour Force Survey – la hausse du nombre de contrats n’assurant pas un minimum d’heures de travail: ils sont passés de 1,4 million en janvier 2013 à 1,8 million en août 2014.]

Certes, si l’on considère le stock de contrats zéro heure (2,4% de la population active), «il ne faut pas conclure à un raz-de-marée», nuançait, juste avant les élections britanniques de juin 2015, un économiste à l’OFCE et spécialiste du Royaume-Uni. Outre-Manche, l’emploi précaire est surtout alimenté par les self-employed (indépendants, auto-entrepreneurs…), qui représentent 15% de l’emploi total. Mais tout comme ces cohortes de non-salariés qui n’ont pas accès aux droits élémentaires des salariés (épargne retraite, assurance-chômage…) et qui ont vu leur revenu diminuer en moyenne de 20 à 25% depuis la crise économique de 2008, les salarié·e·s en contrats zéro heure ne bénéficient pas de congés payés, ni d’indemnité maladie.

L’évolution à la hausse de ces contrats zéro heure soulève des interrogations dans un contexte où les clignotants de l’économie britannique sont passés au vert. Alors que sur la même période (avril 2014/avril 2015), le Royaume-Uni enregistrait une croissance de 3% de son PIB et voyait son taux de chômage chuter de 6,4% à 5,6%, ce type d’emploi précaire ne s’est pas résorbé, ni transformé en emploi durable. Bien au contraire. Une mauvaise nouvelle pour les droits sociaux des salariés […]. (Publié dans Alteréco du 9 septembre 2015)

___

[1] Selon Le Monde du 13 août 2015: «Depuis quelques semaines, le quotidien britannique The Guardian s’évertue à recenser les entreprises les plus gourmandes de zero-hours contracts. Le journal a même établi un classement des entreprises où le contrat était le plus utilisé. En tête, McDonald’s, qui emploie quelque 82’000 salariés sous ce statut précaire, soit 90% de ses effectifs. Depuis son arrivée sur le marché britannique, en 1974, McDonald’s a constamment eu recours à ce type de contrat, selon le quotidien britannique. Mais le géant américain est loin d’être la seule société mise en cause. Fin juillet, The Guardian révélait que Sports Direct, le premier vendeur d’articles sportifs de Grande-Bretagne, employait 90 % de ses effectifs – soit 2’ 000 personnes – sous le zero-hours contract. Plus surprenant, le palais royal n’échappe pas à la polémique: les 350 saisonniers de Buckingham déjà à temps partiel, sont embauchés sous ce statut.

A ce jour, le Guardian a recensé 180’000 zero-hours contracts dans le privé. Selon un rapport de la chambre des communes, les principaux secteurs concernés sont l’hôtellerie et la restauration, à l’image des chaînes de fast-food comme Burger King et Subway.

La fonction publique n’est pas en reste. La santé en est le deuxième employeur avant l’enseignement, où la part des effectifs embauchés en zero-hours contract atteignait respectivement 13% et 10% en 2011. En avril 2013, le Financial Times estimait que les hôpitaux publics de Grande-Bretagne employaient 100’000 personnes sous ce statut. Une augmentation de 24% en deux ans.»

La journaliste du Monde Claire Rainfroy ajoute: «A l’incertitude de travailler et d’être rémunéré s’ajoute l’absence de congés payés et d’indemnités maladie, auxquels le statut ne donne pas droit. Dans certains cas, en particulier pour les saisonniers du palais de Buckingham, les salariés sont interdits de travailler pour un autre employeur.» (Rédaction A l’Encontre)

http://alencontre.org/europe/grande-bre ... mbent.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 16 Sep 2015, 01:52

Grande-Bretagne : la limitation du droit de grève votée

Les députés britanniques ont approuvé lundi en deuxième lecture le projet de loi conservateur visant à limiter le droit de grève, malgré la présence au premier rang de l’opposition de Jeremy Corbyn, le nouveau leader du Labour. Le texte, qui doit encore être approuvé en troisième lecture et passer par la Chambre des Lords avant d’être formellement adopté, a été vivement critiqué par les députés et membres du nouveau cabinet fantôme du parti travailliste.

... https://communismeouvrier.wordpress.com ... eve-votee/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 23 Sep 2015, 01:14

Liverpool: cinq Love Activists emprisonné-e-s pour avoir occupé un bâtiment vide de la Bank of England

Cinq activistes qui avaient occupé au centre-ville de Liverpool un vieux bâtiment de la Bank of England pour proposer un abri et de la nourriture aux personnes sans-abri de la ville ont été condamné-e-s à près de trois mois de prison chacun-e.

Les « Love Activists » avaient squatté ce bâtiment abandonné de la Castle street en avril dernier pour mettre en place un centre d’aide aux sans-abri, proposant des lits pour y dormir, un espace d’information/conseils, et une cuisine de rue. Le squat a été expulsé à l’aube du 12 mai, tou-te-s les occupant-e-s arrêté-e-s dans la foulée.

Cette occupation se voulait également une action de contestation face au manque de logements et d’aide pour les sans-abri, et face aux mesures d’austérité imposées par le gouvernement britannique.

John Hall, 50 ans; John Rice, 22 ans; Chelsea Stafford, 19 ans; James Jones, 20 ans, et James Allanson, 20 ans, ont tou-te-s plaidé coupable de violation de propriété privée (« trespassing ») – l’action de squatter étant désormais criminalisée en Angleterre.

Plus d’infos, en anglais, ici : https://en.squat.net/2015/09/20/love-bank-5/.

https://fr.squat.net/2015/09/22/liverpo ... f-england/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Angleterre

Messagede bipbip » 07 Oct 2015, 01:03

Vidéos : Manifestation massive contre l’austérité à Manchester

60.000 personnes ont manifesté à Manchester le dimanche 4 octobre à l’occasion de l’ouverture du congrès du Parti Conservateur contre les politiques d’austérité, la remise en cause du droit de grève et autres attaques anti-ouvrières

https://communismeouvrier.wordpress.com ... anchester/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 1 invité