Etats-unis d'Amerique

Etats-unis d'Amerique

Messagede kuhing » 16 Juin 2008, 15:30

Etats-unis 3 millions de New-yorkais en difficulté

Le problème alimentaire du aux spéculations ne touche pas que les pays pauvres.

Dépèche AFP
De plus en plus de new yorkais éprouvent des difficultés pour se nourrir en raison de la hausse des prix: 5,8% depuis mai 2007 et 15% entre 2003 et 2007, selon une étude Banque alimentaire de New York.


L'article de Libé aujourd'hui

Une étude de la Banque alimentaire de New York affirme que 3,1 millions de New-Yorkais, soit quatre habitants sur dix, ont des difficultés à acheter de la nourriture en 2007 en raison de la hausse des prix.

Le nombre de personnes touchées par la hausse des prix a explosé, avec une augmentation de 52% depuis 2003, la première année où l’étude a été réalisée.

La moitié des Hispaniques et des habitants du quartier populaire du Bronx affirment avoir eu des difficultés à se nourrir l’année dernière.
La hausse des prix des courses alimentaires, de 15% entre 2003 et 2007 et de 5,8% depuis mai 2007, a durement touché des New-Yorkais habitués à des prix alimentaires bas dans les décennies passées.

La hausse des prix alimentaires a ainsi doublé en 2003-2007 par rapport à la période 1999-2003, où elle plafonnait à 7%.

Même les catégories privilégiées sont affectées: une personne sur cinq gagnant plus de 75.000 dollars par an déclare trouver difficile de se nourrir. C’est cinq fois plus qu’en 2003. Le tiers des diplômés de l’université seraient aussi dans cette situation, trois fois plus qu’en 2003.

Lucy Cabrera, la présidente de la Banque alimentaire, déclare qu'en raison«de la situation économique actuelle, de plus en plus de New-Yorkais ne parviennent plus à se battre pour augmenter leurs salaires et revenus».

«L’explosion des prix alimentaires s’ajoute au poids des loyers, de l’essence et des autres coûts en augmentation», a déclaré la présidente de l’Assemblée de New York, Christine Quinn. Elle a annoncé une extension des programmes mis en place par la ville: «bons alimentaires, petit-déjeuners et déjeuners scolaires, et repas d’été».

La Banque alimentaire de New York coopère avec la ville depuis 25 ans à travers des soupes populaires, des programmes de nutrition et des opérations d’urgence.
kuhing
 

Re: [Etats-unis] 3 millions de New-yorkais en difficulté

Messagede Chadagova » 16 Juin 2008, 17:39

J'en profite pour présenter un site luttant contre la spéculation financière et qui notamment propose , une pétition pour l'abrogation de deux articles du traité de Lisbonne : http://www.stop-finance.org/
Chadagova
 

Re: [Etats-unis] 3 millions de New-yorkais en difficulté

Messagede kuhing » 16 Juin 2008, 17:49

Chadagova a écrit:J'en profite pour présenter un site luttant contre la spéculation financière et qui notamment propose , une pétition pour l'abrogation de deux articles du traité de Lisbonne : http://www.stop-finance.org/


Le problème avec cette pétition c'est qu'elle propose d'aménager le système pour qu'il soit "plus juste".
Mais ça c'est pas possible, le système n'est pas aménageable.
la seule solution étant la révolution.
Ceci dit le fait que des milliers de personnes la signent prouvent que les consciences évoluent et qui faut leur permettre d'aller encore plus loin en disant :

Autogérons les pôles de productions.
Organisons nous horizontalement à la base.
Supprimons la rentabilité financière.
Supprimons les états.
Créons un monde vraiment neuf.
Aujourd'hui l'humanité en est capable.


Et ça seul(e)s les anarchistes peuvent le dire.
kuhing
 

Re: [Etats-unis] 3 millions de New-yorkais en difficulté

Messagede Chadagova » 16 Juin 2008, 18:13

Je suis d'accord avec toi, les propositions manques de radicalité. Cela me fait penser au réunions et débats ATTAC où interviennent des conférenciers et autre docteurs en économie, le problème c'est qu'ils se concentrent sur la critique du système et proposent des "mesurettes" pour le changer, à l'image de cette pétition. (Il faut dire qu'une grande partie des adhérant ATTAC sont des anciens du PCF.)

Ceci dit le fait que des milliers de personnes la signent prouvent que les consciences évoluent et qui faut leur permettre d'aller encore plus loin

Le concept de "réunion citoyenne" se développe, des gens se regroupent autour d'un thème et débattent. Je trouve ce genre d'initiative louable, tout comme ATTAC qui propose des réunions où des experts décortiquent l'actualité et éclairent le citoyen sur des sujets assez pointus, tout ça gratuitement.
Chadagova
 

Re: [Etats-unis] 3 millions de New-yorkais en difficulté

Messagede kuhing » 16 Juin 2008, 18:26

Chadagova a écrit:
Le concept de "réunion citoyenne" se développe, des gens se regroupent autour d'un thème et débattent. Je trouve ce genre d'initiative louable, tout comme ATTAC qui propose des réunions où des experts décortiquent l'actualité et éclairent le citoyen sur des sujets assez pointus, tout ça gratuitement.


C'est pour ça qu'il faut pas rater le coche et être capable d'expliquer et de regrouper sinon les gens vont là où on leur donne des réponses et des perspectives même si ce sont pas vraiment les bonnes.
Concernant ATTAC, ils sont une force assez importante sur ma ville en tous cas il y a une "mouvance".
Je suis même allé avec le copain de l'OCL à une sorte de repas qu'ils ont organisé l'année dernière et ils en font un autre cette année.
J'ai proposé à la dernière réunion du CA-am de les inviter à notre picnic libertaire du 6/07 mais une camarade s'y est fermement opposé disant que les mecs d' ATTAC attaquaient physiquement les anars dans les manifs.
Ce qui a succité d'ailleurs un certain étonnement d'autres copains du CAam.
Personnellement je n'ai jamais entendu parler de ça.
J'estime pour ma part qu'on peut gagner des gens qui gravitent autour d'ATTAC à notre cause mais bon dans le doute, on s'abstiendra cette fois et on en invitera pas.
C'est pour ça qu'il faut profiter de ce vide de perspective pour regrouper autour de nous, renforcer nos groupes , en créer des nouveaux.
On a un boulevard devant nous, il faut oser le prendre.
Sinon ce sont les "hiérarchistes" et les" buros" qui vont engranger et comme d'habitude tout le monde se fera avoir.
kuhing
 

Re: [Etats-unis] 3 millions de New-yorkais en difficulté

Messagede Chadagova » 16 Juin 2008, 18:47

kuhing a écrit:Concernant ATTAC, ils sont une force assez importante sur ma ville en tous cas il y a une "mouvance".

Idem, ils sont vachement présents dans la région PACA.
Samedi je suis allé à la fête des dix ans d'ATTAC à Gardanne, l'ambiance est sympathique, c'est l'occasion de faire le plein de bouquin et de papoter. Pour l'occasion il y avait plein de stands : L'huma, la décroissance, RESF, la Cimad, green peace... et des pétitions à plus savoir qu'en faire. Ce que j'aime c'est qu'ils privilégient la vulgarisation de leurs idées et le dialogue avec le publique. Par contre certains termes sont à proscrire : "révolution", "bouleversement sociale", "grève"... c'est bien dommage je trouve. Preuve d'un conformisme encore persistant :
Question d'une personne au micro : "Bon ! nous sommes d'accord sur la critique, nous semblons être d'accord sur la finalité, quand est-ce que l'on passe à l'action ?"
La tribune reprend le micro : "Euh... ben, il appartient à tout un chacun de s'investir comme il l'entend..." Réponse vague.
Ce qui m'a bien plu c'est le nombre de jeune, assez conséquent.

On a un boulevard devant nous, il faut oser le prendre.

Oui, complètement.
Chadagova
 

Élections américaines

Messagede chaperon rouge » 30 Oct 2008, 20:20

Dommage, la perte de George Bush, maintenant synonyme de Satan, ne pourra qu'être positive après ses interminables années de mandat(2) durant lesquelles il a mis en application ses idées d'un monde orwelien. En ces années de crise prévue, que les démocrates ou les républicains passent l'impérialisme sera à coup sûr une solution avancée pour sauver l'économie américaine. Obama est ouvertement pro-impérialisme américain. Qu'on se le dise, il peut bien être le premier noir à présenter sa candidature pour être président des états-unis, mais les lobbys de multinationales parmi les plus puissantes de la planète ne sont jamais très loin derrière lui. Sa couleur de peau n'est que de la poudre aux yeux pour redorer l'image de la politique américaine après une vague d'anti-américanisme sans pareil visant le redneck texan George Bush.

Et vous, qu'en pensez-vous?
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2008, 23:13

Re: Élections américaines

Messagede sebiseb » 30 Oct 2008, 21:42

C'est sûre, sur l'affiche le jeune démocrate "noir" fait plus play boy que le vieux conservateur,
pour le reste.. Il sera président des états unis d'amérique, donc un peu du monde :roll:
$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 13:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Élections américaines

Messagede RickRoll » 30 Oct 2008, 22:12

Malheureusement une bonne partie des américains voient Obama comme une sorte de messie qui va résoudre tous leurs problèmes. Or il n'est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni tribun.

Pour exemple, voici une vidéo d'une pub pour Obama :

C'est la reprise d'une vieille pub pour une marque de bière, avec les mêmes acteurs.
traduction de la fin :
"Yo mec, quoi de neuf ?"
on voit obama à la télé. silence
"Du changement, mec. C'est ce qui se passe. Du changement."
RickRoll
 

Re: Élections américaines

Messagede kuhing » 31 Oct 2008, 13:04

une info "marrante" trouvée dans le journal "libération"

Sarah Palin rhabillée pour l’hiver

Un groupe représentant des infirmières américaines a lancé un site internet baptisé DressLikePalin.com, qui permet aux internautes de voir ce qu’ils auraient pu acheter avec 150.000 dollars, la somme dépensée par le parti républicain pour habiller et maquiller Sarah Palin. Selon ces infirmières, les 22.800 dollars dépensés en maquillage auraient permis de payer 224 mammographies et 651 vaccins antigrippe ou encore de fournir un traitement anticholestérol à un patient pendant 14 ans. Le site présente une photo en pied de la candidate et permet aux visiteurs de l’habiller avec différents vêtements et accessoires, en indiquant à chaque fois ce qu’ils auraient permis d’acheter. Un tailleur bleu est ainsi présenté comme équivalant à 60 blouses d’infirmières.


le site en question

Autre chose sur laquelle ton avis serait interessant : ce discours de Naomi Klein, canadienne qui a une reflexion sur le capitalisme, sur Obama :

kuhing
 

Re: Élections américaines

Messagede chaperon rouge » 01 Nov 2008, 17:53

Naomi est juste sur plusieurs points, c'est vrai que la campagne d'Obama est beaucoup axée sur le populisme économique et qu'une bonne partie de la "gauche" états-unis suit. Dans le mouvement anti-guerre, les groupes pacifistes ont fait la même chose au Canada, opté pour le vote stratégique même s'il apparaissait plutôt clairement en impasse. En fait la campagne au Canada a eu beaucoup de similitudes avec celle aux États-unis. Dernièrement aux états-unis, les vétérans contre la guerre se sont fait arrêtés dans un débat parce qu'ils demandaient à ce que leurs questions soient répondu.
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2008, 23:13

[USA] Occupation d'usine

Messagede Nico37 » 07 Déc 2008, 15:54

http://nefacmtl.blogspot.com/2008/12/oc ... icago.html : blog de l'UL de Montreal de la NEFAC (devenue UCL )

Occupation d'usine à Chicago
En gros, la petite histoire commence mardi passé, quand les boss de Republic Windows & Doors (une compagnie dans le nord de Chicago) annoncent que l'usine devait fermer vendredi, pour des raisons de manque de cash (la Bank of America a racheté la banque avec laquelle la compagnie avait une entente pour 5M$ en aide et a décidé que ça faisait plus son affaire). Dans ces cas-là, y'a le Worker Adjustment and Retraining Notification (WARN) Act, loi datant de 89, qui protège une partie de la classe ouvrière américaine en prévoyant un délai de 60 jours avant qu'un patron puisse mettre la clef dans la porte (peut aussi choisir de payer 60 jours de salaire). Et la loi de l'État de l'Illinois prévoit un 15 jours supplémentaire.

Sauf que les 240 travailleurs et travailleuses de la place n'ont rien eu et ont donc organisé un sit-in, vendredi, qui a viré en occupation. Une rencontre devait avoir lieu avec la banque et RW&D, mais la compagnie ne s'est pas pointée. Les camarades ont affirmé leur volonté de rester jusqu'à ce qu'ils et elles obtiennent, au moins, l'indemnisation prévue par la loi, ou jusqu'à ce que la police les tasse par la force.

Comme si c'était pas assez, y'a un politichien démocrate qui s'en mêle, et, de ce que j'ai cru comprendre, une partie des ouvriers et ouvrières l'encourageait d'un glorieux : "Si se puede" (Yes we can, le slogan de campagne d'Obama).

C'est donc une histoire à suivre, qui servira, je l'espère, à montrer que la solidarité et la combativité sont nos armes face aux temps durs qui s'en viennent.

Chicago factory occupied
Lee Sustar reports from Chicago on an occupation by workers who want what's theirs from management and the Bank of America.

December 6, 2008

WORKERS OCCUPYING the Republic Windows & Doors factory slated for closure are vowing to remain in the Chicago plant until they win the $1.5 million in severance and vacation pay owed them by management.

In a tactic rarely used in the U.S. since the labor struggles of the 1930s, the workers, members of United Electrical, Radio and Machine Workers of America (UE) Local 1110, refused to leave the plant on December 5, its last scheduled day of operation.


"We decided to do it because this is money that belongs to us," said Maria Roman, who's worked at the plant for eight years. "These are our rights."

Word of the occupation spread quickly both among labor and immigrant rights activists--the overwhelming majority of the workers are Latinos. Seven local TV news stations showed up to do interviews and live reports, and a steady stream of activists arrived to bring donations of food and money and to plan solidarity actions.

Management claims that it can't continue operations because its main creditor, Bank of America (BoA), refuses to make any more loans to the company. After workers picketed BoA headquarters December 3, bank officials agreed to sit down with Republic management and UE to discuss the matter at a December 5 meeting arranged by U.S. Rep. Luis Gutierrez (D-Ill), said UE organizer Leah Fried.

BoA had said that it couldn't discuss the matter with the union directly without written approval from Republic's management. But Republic representatives failed to show up at the meeting, and plant managers prepared to close the doors for good--violating the federal WARN Act that requires 60 days notice of a plant closure.

The workers decided this couldn't go unchallenged. "The company and Bank of America are throwing the ball to one another, and we're in the middle," said Vicente Rangel, a shop steward and former vice president of Local 1110.

Many workers had suspected the company was planning to go out of business--and perhaps restart operations elsewhere. Several said managers had removed both production and office equipment in recent days.

Furthermore, while inventory records indicated there were plenty of parts in the plant, workers on the production line found shortages. And the order books, while certainly down from the peak years of the housing boom, didn't square with management's claims of a total collapse. "Where did all those windows go?" one worker asked.

Workers were especially outraged that Bank of America, which recently received a bailout in taxpayer money, won't provide credit to Republic. "They get $25 billion from the government, and won't loan a few million to this company so workers can keep their jobs?" said Ricardo Caceres, who has worked at the plant for six years.

- - - - - - - - - - - - - - - -

THE MEMBERS of Local 1110 have a history of struggle. In 2004, they decertified the Central States Joint Board--a union notorious for corruption and sweetheart contracts with management--and brought in UE, a far more democratic organization.

In May of this year, Local 1110 mobilized for a contract by organizing a "practice" picket, and 70 workers used their lunch break to confront the boss with a petition listing their demands. The workers were able to turn back company's effort to win major concessions and won solid pay increases.Now, management is trying to get revenge by pocketing money that belongs to the workers.

UE officials and workers acknowledge that it will be difficult to stop the plant from closing. But they're determined to get the money owed to them--and they believe that by fighting, they can set an example for other workers facing layoffs and plant closures as the recession deepens.

Negotiations are set for Monday, December 8. Whatever happens, however, the workers have already sent a message to employers that if they violate workers rights and the law, they can expect a fight.

"This is a message to the workers of America," said Vicente Rangel, the shop steward. "If we stand together, we will prevail until justice is done, and we get what we're due."
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: [USA] Occupation d'usine

Messagede Phébus » 07 Déc 2008, 17:46

Nos camarades du Worker's Solidarity Alliance nous informent que ce type d'action directe est extrêmement rare aux États-Unis. Il faut dire que le syndicat qui organise l'occupation n'est pas particulièrement «représentatif» du syndicalisme d'affaire américain. En effet, l'UE est un syndicat industriel qui a été fondé dans les années 1930 et expulsé de l'AFL-CIO dans les années 1950 parce qu'il avait refusé de prendre le virage anti-communiste. Aujourd'hui l'UE est reconnu pour sa combativité et sa grande démocratie interne.

Par ailleurs, les camarades du 4 Star Anarchist Organization, un groupe basé à Chicago, nous informent que le meilleur endroit pour prendre des nouvelles de la lutte est ce blogue: http://pilsenprole.blogspot.com tenu par un journaliste syndicaliste révolutionnaire membre des IWW.

N'empêche, voilà un développement intéressant qui, s'il faisait tâche d'huile, pourrait annoncer un scénario à l'Argentine dans la première puissance de la planète...
Avatar de l’utilisateur-trice
Phébus
 
Messages: 325
Enregistré le: 03 Nov 2008, 20:59
Localisation: Québec

Re: [USA] Occupation d'usine

Messagede Nico37 » 09 Déc 2008, 16:53



Désolé tout est en anglais, j'ai reçu ça des camarades de la WSA

A la source de l'info :

http://www.ueunion.org/ue_republic.html
http://www.ueunion.org/uenewsupdates.html?news=43

Quelques articles :

http://atlanta.indymedia.org/node/45245
http://www.iww.org/en/node/4487

http://socialistworker.org/2008/12/12/t ... ic-victory

http://www.chicagotribune.com/news/local/chicago/chi-republicdec12,0,5847933.story a écrit: What does deal for Chicago's Republic Windows & Doors workers mean?

By Robert Mitchum | Tribune reporter
December 12, 2008

The six-day sit-in by former workers at the shuttered Republic Windows & Doors plant won them money and benefits, but they're still out of work, leading them and others to say they'll try to reopen the factory as they hope what they did provides a spark of hope for a beleaguered labor movement.

The 240 workers who had occupied the factory since its abrupt closing Dec. 5 voted unanimously Wednesday night to accept a deal to pay them severance, vacation time, and temporary health care benefits. The $1.75 million agreement was negotiated over three days with the workers' union, Republic owners and lender Bank of America.

Union negotiators were unable to obtain a commitment from the parties to reopen the Goose Island plant, said United Electrical Workers organizer Mark Meinster. So the union has decided to forge ahead to find someone new to run the plant, he said, using some of the money donated from around the world during the sit-in.

City officials have voiced their support for work to resume in the building, which is owned by Wm. Wrigley Jr. Co.

"There are assets in there," said Ald. Scott Waguespack (32nd), who said he has contacted companies to see whether they are interested in moving into the plant.

The deal struck for the workers was hailed by some as a symbolic victory for American workers facing a difficult economic climate. Robert Bruno, a labor expert at the University of Illinois at Chicago, said the peaceful occupation might set an example for others faced with abrupt layoffs.

"There are serious economic conditions facing lots of people in this society and the current mechanisms for providing people with relief are failing," Bruno said. "Success breeds success, and I think that when workers have nothing else to lose, they're prepared to do something different and prepared to fight back."

The outcome also may be a warning to companies to obey federal law on giving workers at least two months' notice before closing large plants. Workers at Republic said they were given only three days' warning.

"This Republic Windows saga, I'm sure, is reverberating throughout boardrooms in America," said U.S. Rep. Luis Gutierrez (D-Ill.), who moderated the negotiations.


Evidemment, Obama est du côté des “révolutionnaires”

En France (et en Belgique, certes, comme dans nombre de pays européens), on est encore habitué à l’une ou l’autre occupation des locaux et autres usines par des grévistes récalcitrants ou des licenciés qui estiment abusive la mesure prise à leur encontre. Aux USA, cette idée fait vaciller les Tables de la Loi et les Pères Fondateurs, et se lever le spectre du “socialisme”. Ainsi donc, l’affaire des “200 de Chicago” (200? A peu près) fait grand bruit, et fait le miel de toute la presse progressiste et dissidente. Il s’agit de 200 employés de la société Republic Windows & Doors de Chicago, qui ont été licenciés et qui estiment que leurs droits, notamment au niveau du préavis de licenciement et de salaires dus, n’ont pas été respectés. Comble de l’ironie malveillante, Republic Windows & Doors a effectué ces licenciements parce que sa banque, The Bank of America, lui refuse un crédit pour poursuivre ses activités; laquelle banque vient de bénéficier d’une aide plantureuse d’une pincée appréciable de $milliards de l’avisé secrétaire au trésor Hank Paulson. Tout cela fait désordre.

L’affaire, elle, fait grand bruit et elle est vue comme un événement symbolique de la crise économique en pleine accélération, avec la montée ultra-rapide du chômage. Signe des temps, les autorités de la ville, où l'on ne fait pourtant pas dans la tendresse, et diverses personnalités s’émeuvent du sort des “200 de Chicago”. L’Attorney General de Chicago estime qu’il faut prendre en considération leur situation sociale. Le révérend Jackson, qui n’en rate pas une, se charge d’alimenter en nourriture les “200 de Chicago” en affirmant que le mouvement doit être perçu comme un appel à la mobilisation du prolétariat (pardon, – de la classe moyenne); il parle du “début d’un grand mouvement de résistance à la violence économique”. Et puis, et puis… Obama himself déclare qu’il comprend les “200 de Chicago”, et même plus que cela, – «I think they are absolutely right».

Le Chicago Sun Times, repris le 8 décembre par CommonDreams.org, nous instruit de cette intéressante affaire.

«Some 200 workers are seeking vacation and severance pay, as well as their final paychecks. During a news conference announcing his new Veterans Affairs director, Obama said he understands their plight. “When it comes to the situation here in Chicago with the workers who are asking for their benefits and payments they have earned, I think they are absolutely right,” Obama said. “When you have a financial system that is shaky, credit contracts. Businesses large and small start cutting back on their plants and equipment and their work forces.

»“So, number one, I think that these workers, if they have earned their benefits and their pay, then these companies need to follow through on those commitments. Number two, I think it is important for us to make sure that, moving forward, any economic plan we put in place helps businesses to meet payroll so we are not seeing these kinds of circumstances again.” […]

»Support for the workers has come from across the city and the country, said United Electrical Workers union officials on Sunday morning as the Rev. Jesse Jackson delivered a truckload of food to the factory. “This is a nonviolent wake-up call to all of America,” Jackson said. “It's the beginning of a bigger movement to resist economic violence.”

»The closing was due to Bank of America withdrawing a credit line because of the company's declining sales. Union leaders say the company failed to give workers the 60 days' notice required by federal law, and that Bank of America barred Republic from paying for the 60-day period or for vacations.»

Signe indubitable de l’importance de l'affaire, le site WSWS.org, se départissant de sa mauvaise humeur et de son pessimisme chroniques pour les affaires US, y voit au contraire, aujourd’hui, “un grand pas en avant”, — sur la voie de la lutte sociale et, sans doute, de la révolution prolétarienne. Là aussi, le rappel de la Grande Dépression, avec ses luttes sociales, est aussitôt mis en avant. Ainsi Jerry White nous donne-t-il l’appréciation de WSWS.org, sur un ton manifestement militant.

«The occupation of Republic Windows and Doors by 250 workers in Chicago, Illinois is an important step forward and one that deserves the full support of the working class throughout the country and internationally.

»For the first time since the onset of the economic crisis, a section of the working class is taking an independent stand and resisting the corporate assault on jobs and living standards, which is claiming thousands of new victims each day.

»These workers are displaying enormous courage. They refused to be thrown out of the factory when management moved to shut down the plant last Friday, after giving the workers just three days notice. They have insisted they will not leave the plant until management pays the severance and vacation pay owed to each worker.

»This action has a powerful objective meaning. The same conditions that have driven these workers into struggle are affecting millions throughout the US and around the world. Such struggles are going to erupt more and more frequently as the economic crisis compels workers to act collectively to assert their own class interests. In that sense, this struggle recalls the experience of the Great Depression of the 1930s, when the sit-down strikes by rubber and auto workers sparked a wave of mass industrial struggles throughout the US.»

Certes, les chiffres (200 employés) sont dérisoires pour les USA, mais le symbole est là et bien là. L’intervention de personnalités importantes, jusqu’à la plus prestigieuse d'entre toutes, est significative à cet égard. L’affaire constitue le premier fait concret d’une éventuelle “colère populaire” face aux ravages de la crise, avec l’aide fédérale dirigée vers les établissements financiers et les conséquences punissant les plus pauvres et les plus fragiles.

Mais le cas est surtout passionnant pour la situation d’Obama. La chose se passe dans sa ville, et ce ne peut être seulement une coïncidence. On dit que certains syndicats ont, en sous-main, suscité ou dans tous les cas appuyé avec vigueur le mouvement, et avec l’appui tonitruant et empressé de Jackson, qui représente l’aile activiste de la communauté noire. Traduisons: l’aile gauche rassemblée de la base politique du candidat Obama pousse à fond pour “mouiller” le Président-elect Obama dans une lutte sociale, et lui rappeler ainsi ses engagements de campagne. Obama ne peut faire qu’obtempérer, sous peine de perdre tout crédit de ce côté, ce qui serait une catastrophe pour lui dans ces circonstances de crise économique très grave en train de se transformer en une crise sociale aussi grave. Obama n’est pas encore président en fonction qu’il nous montre déjà certaines contradictions fondamentales de sa position politique, entre des engagements de centre-droit, complètement conformes aux normes de l’establishment au niveau de la composition de son administration, et l’obligation où il se trouve de devoir éventuellement radicaliser sa position au niveau social et économique. Cette première prise de position ne sera pas oubliée si les circonstances le permettent, ni par la droite et par l’establishment, ni par son aile radicale qui poussera constamment son appel à l’implication du président dans les luttes sociales. Drôle de situation pour l’Amérique, si peu habituée à ce que ses citoyens réclament ce qui leur est dû, et que les élites politiques et sociales en fassent un champ de bataille.

Obama nous offre le spectacle de l'entame d'un exercice de grand écart qui risque d’être la marque de ses premiers mois de direction des affaires, dans une Amérique chauffée à blanc par la crise… Et si la crise se poursuit, et si les conditions s’aggravent ? Il est possible qu’Obama doive un jour choisir.


Mis en ligne le 9 décembre 2008 à 12H53



Lutte radicale, à Chicago, face à la crise.Communiqué de la LCR.
Aux Etats-Unis, des millions de personnes ont perdu leur logement, leur emploi, ou les deux, et l’Etat trouve des centaines de milliards de dollars... pour les banques et l’automobile. Pour sauver les emplois ? Une lutte en cours à Chicago montre que les salariés restent la variable d’ajustement, mais qu’ils peuvent aussi tenir tête aux patrons. Depuis le 5 décembre, plus de 200 salariés de « Republic windows and doors » occupent leur usine, qui vient de fermer, simplement pour que la loi sur les licenciement soit appliquée (indemnités, protection sociale). « Bank of America », principal actionnaire, leur refuse 1,5 millions de dollars en tout après avoir reçu 25 milliards dans le plan Paulson. La direction aurait même déjà acquis un établissement dans un état voisin, sans doute pour se débarrasser d’une main d’oeuvre combative, organisée par un syndicat historiquement radical (UE). Cette lutte est un nouvel exemple du rôle majeur des salariés d’origine latino-américaine dans la situation sociale. Après les manifestations de masse des sans-papiers (2006), ils réintroduisent une forme d’action collective et radicale sur la scène nationale des USA, et ont obtenu l’ouverture de négociations avec le géant bancaire. La LCR exprime tout son soutien à cette lutte qui perdure : elle démontre qu’il n’y a rien de bon à attendre des grandes entreprises sauvées par l’État, mais que dans cette crise mondiale, les salariés doivent s’organiser pour exiger ce qui leur revient. Le 11 décembre 2008.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Etats Unis d'Amerique

Messagede Nico37 » 06 Juin 2009, 23:27

Etats-Unis : des combats organisés entre handicapés mentaux font scandale

Créé le 13/05/09 - Dernière mise à jour à 8h36

Depuis des mois, des handicapés mentaux seraient utilisés comme "gladiateurs" dans des combats filmés par les surveillants d’un pensionnat du Texas, aux Etats-Unis.

C’est un terrible scandale que vient de révéler la chaine de TV américaine ABC News. Les surveillants d’un pensionnat du Texas réservé aux handicapés mentaux organiseraient depuis des mois des combats sadiques entre les pensionnaires. Les scènes ont été découvertes par des policiers sur la mémoire vidéo d’un téléphone portable perdu.
Sur ces images on voit des adultes se battre comme des enfants dans les salons et les couloirs du pensionnat. Des séances de combat "arbitrées" par le personnel de nuit. Le scandale avait été jusque là bien étouffé car les élèves étaient menacés d’être plus sévèrement traités s’ils osaient rapporter ces jeux sordides à leurs parents ou leurs visiteurs.

ABC News a diffusé les images d’une de ces scènes : http://www.youtube.com/watch?v=8Vw-VBZXwEk

Le gouverneur républicain du Texas s’est dit "dégoûté par ces évènements". La presse locale rapporte de son côté qu’il a fallu attendre cinq ans et 800 limogeages d’employés des services sociaux pour maltraitance pour que la situation change. Mais si une loi a été votée en février pour mieux protéger les handicapés dans ce genre d’établissement, le budget affecté aux écoles des handicapés n’a pas pour autant été augmenté.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Suivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité