Turquie

Re: Turquie

Messagede bipbip » 05 Juin 2017, 20:47

Turquie • L’appel des 1000 “Ensemble, côte à côte” (multilangual)

1000 personnes de différents milieux de la société ont lancé ce 31 mai dernier, un appel contre toutes les répressions qui augmentent en Turquie. Cet appel, fait lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’hôtel Point à Taksim, Istanbul, fait passer le message “Nous sommes ensemble, côte à côte” et invite un maximum de personnes à réunir leur forces.

... http://www.kedistan.net/2017/06/01/appel-des-1000/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 10 Juin 2017, 21:03

Appel des “Universitaires pour la paix” pour un boycott
Nous avions publié récemment l’article “Universitaires : une autre façon d’agir pour soutenir vos pairs en Turquie“ http://www.kedistan.net/2017/04/12/univ ... s-turquie/, appelant au boycott de l’organisme turc chargé des échanges et de la recherche, et du choix des universitaires susceptibles de participer aux échanges, ou aux publications.
Une pétition a été lancée : Appel au boycott universitaire en Turquie
... http://www.kedistan.net/2017/06/09/boyc ... ires-paix/


Nuriye et Semih continuent la grève de la faim en prison | Mizah Haber
Nuriye Gülmen et Semih Özakça, les deux enseignants continuent leur grève de la faim en prison. Ce mercredi 6 juin, plus de 90 jours se sont écoulés…
Ils sont extrêmement affaiblis. Le compteur tourne…
... http://www.kedistan.net/2017/06/07/grev ... ison-faim/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 25 Juin 2017, 15:47

Istanbul : la "marche des fiertés" interdite dimanche

Sous couvert de "raisons de sécurité des touristes" le gouvernorat d'Istanbul n'autorisera pas la "marche des fiertés" LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexe) prévue dimanche sur l'emblématique place Taksim.

... http://www.humanite.fr/istanbul-la-marc ... che-637960
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 16:15

En marche pour la semaine de travail de 7 jours

Un projet de loi de “Développement de l’industrie et de soutien à la production”, pour une Turquie en marche, qui était arrivé dans l’ordre du jour de l’Assemblée parlementaire, vient d’être entériné.

On peut s’interroger sur l’utilité désormais du Parlement, depuis le vote du référendum constitutionnel.

Eh bien, il sert quand même à faire entériner des lois qui, sur le plan économique, vont dans le sens d’un développement “néo-libéral” de la Turquie. Une économie où un libéralisme sauvage s’abrite derrière un pouvoir fort, et promeut le profit pour quelques uns, tout en détruisant les “normes” et les régulations contraignantes, sociales, environnementales ou publiques…

Non, la Turquie n’a rien d’un pays sous développé doté d’une dérive démocratique du pouvoir.

C’est un lieu d’investissements européens et arabes, en partie russe aujourd’hui également, où les investisseurs veillent à leurs dividendes en réclamant comme partout ailleurs toujours plus “d’allègements des normes”. La façade démocratique du Parlement abrite le lieu où se dénouent ces affaires…

Ce projet de loi se proposant de réveiller la croissance, a éveillé beaucoup de réactions dénonçant le pillage des oliveraies. C’est un exemple qui a fait couler un peu d’encre, dans ce qui reste de la presse. Actuellement en Turquie il y a 826 mille hectares d’oliveraies avec 167 millions d’oliviers. Des termes et mesures du projet en menaçait 578 hectares, soit 117 millions d’arbres, en enlevant toutes protections et autorisant des “chantiers” de développement. Quand on sait que la Turquie fournit 10% de la production d’olives et 6% de l’huile d’olive au marché mondial, on mesure la réaction à l’annonce d’arrachages et du fait que les terrains devenaient objet d’ouverture à constructions industrielles, sur fond de “concentration” des productions encore aujourd’hui dispersées.

... http://www.kedistan.net/2017/06/22/turq ... l-7-jours/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 08 Juil 2017, 16:36

Amnesty International Turquie • Arrestations en série
Le 6 juin 2017, le président d’Amnesty International Turquie, Taner Kılıç, avait été arrêté à Izmir avec 22 autres avocats. Accusés d’appartenir au mouvement de Fethullah Gülen, ils subissent la répression du gouvernement turc. La principale “accusation” qui constituerait une “preuve” de terrorisme à leur encontre est l’utilisation conjointe d’une messagerie cryptée, interdite d’utilisation en Turquie depuis un an.
Et, aujourd’hui 6 juillet, on apprend que c’est cette fois la directrice d’Amnesty International Turquie, İdil Eser, qui a été arrêtée hier avec sept autres défenseurs des droits humains et deux formateurs non turcs, lors de la tenue d’un atelier sur la gestion de la sécurité numérique et de l’information, à Büyükada, à Istanbul.
En plus d’Idil Eser, les sept défenseurs des droits humains détenus sont : İlknur Üstün, Women’s Coalition, Günal Kurşun, avocat, Human Rights Agenda Association, Nalan Erkem, avocat, Citizens Assembly, Nejat Taştan, Equal Rights Watch Association, Özlem Dalkıran, Assemblée des citoyens, Şeyhmuz Özbekli, avocat, Veli Acu, Human Rights Agenda Association. Deux formateurs étrangers – un ressortissant allemand et un ressortissant suédois sont également détenus.
... http://www.kedistan.net/2017/07/06/amne ... estations/


Kazım Kızıl, devant le tribunal le 10 juillet !
Il y a trois mois nous avions annoncé l’arrestation de Kazım Kızıl, alias “Ka”, journaliste du collectif Kamera Sokak.
Kazım Kızıl est un, au milieu des plus de 150 journalistes qui remplissent les prisons en Turquie… Et la première audience de son procès se rapproche.
Rappelons que Kazım Kızıl a réalisé le film “Ölmez Ağaç: Yırca Direnişi” (L’arbre éternel : La résistance de Yırca) qui raconte la résistance des habitants de Yırca contre l’abattage de leurs oliviers, ainsi que le documentaire “Neredesin Arkadaşım?” (Où es-tu mon ami ?) sur la vie des ouvrierEs du tabac, particulièrement celle des ouvriers enfants.
Le collectif de Kamera Sokak, sa famille et proches, ainsi que des milliers de personnes, dont Kazım a soutenu les luttes, font appel à la solidarité :
... http://www.kedistan.net/2017/07/05/kazi ... 0-juillet/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede Pïérô » 11 Juil 2017, 01:57

Reportage

A Istanbul, des dizaines de milliers d'opposants à l'arrivée de la marche pour la justice

Ce dimanche, le leader du principal parti d'opposition, le CHP, est entré à pied dans Istanbul. Il avait quitté Ankara le 15 juin

La comparaison est dans toutes les bouches. Dans la foule déjà nombreuse, rassemblée dès dimanche matin dans le quartier de Maltepe (rive asiatique d’Istanbul), on ne s’en lasse pas : «Il a fait mieux que Gandhi.» Et pour cause, si en 1930 le Mahatma avait parcouru plus de 300 kilomètres pour arracher l’indépendance de l’Inde au cours de sa Marche du sel, Kemal Kiliçdaroglu, 69 ans, a mis la barre un peu plus haut. En vingt-cinq jours, le leader du Parti républicain du peuple (CHP), principale force d’opposition de Turquie, a avalé à vive allure les 430 kilomètres qui séparent Ankara, la capitale, d’Istanbul.

Un véritable chemin de croix sur l’asphalte brûlant d’Anatolie, initié le 15 juin, au lendemain de la condamnation à vingt-cinq ans de prison d’Enis Berberoglu, député du CHP. L’homme est accusé «d’espionnage» pour avoir fourni au quotidien d’opposition Cumhuriyet des vidéos prouvant des livraisons d’armes à des groupes islamistes syriens par la Turquie. «Nous n’accepterons jamais cela», avait alors promis Kemal Kiliçdaroglu, avant de prendre la route.

Droit, loi, justice

Ce dimanche, comme durant les jours de marche, les drapeaux de partis politiques ne sont pas les bienvenus. Le mouvement se veut non-partisan, évitant ainsi de faire apparaître les forts clivages au sein de l’opposition au président Recep Tayyip Erdogan. Un seul slogan donc : «Hak, Hukkuk, Adalet» (droit, loi, justice, en turc). Et pour cause, «dans la Turquie d’aujourd’hui, le mot de "justice" devrait être enlevé du dictionnaire», soupire Sükrü Küçüksahin, ancienne plume du quotidien Hürriyet, renvoyé en 2015 pour ses prises de paroles contre le pouvoir

... http://www.liberation.fr/planete/2017/0 ... ce_1582763
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21415
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Turquie

Messagede Lila » 16 Juil 2017, 20:19

Turquie : les meurtres de femmes, une tragédie quotidienne

Le nombre de femmes assassinées continue à augmenter chaque année en Turquie. 173 ont déjà perdu la vie depuis le début de l'année 2017.

Chaque année, depuis 2012, le nombre de femmes assassinées en Turquie augmente de façon particulièrement inquiétante. Il y a cinq ans, 210 femmes avaient été tuées dans le pays, le plus souvent par des hommes qu'elles connaissaient, comme le signale la plateforme Stop aux féminicides. Un nombre qui ne cesse d'augmenter de façon effrayante depuis. Les journaux turcs rapportent quasiment chaque jour une nouvelle histoire de femme victime d'un homme qu'elle connaissait. En 2016, 328 ont été tuées, selon Stop aux féminicides. Et au cours des cinq premiers mois de 2017, elles étaient déjà 173, contre 137 sur la même période un an plus tôt, affirme l'organisation dans un rapport publié en mai.

la suite : http://www.lepoint.fr/monde/turquie-les ... 619_24.php
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1991
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Turquie

Messagede bipbip » 20 Juil 2017, 16:24

Turquie. L’Etat de l’arbitraire, avec «un chef censé représenter toute la volonté nationale, tout le peuple»

Dossier avec des contributions de Camille Guillot, d’Oguz Güven, d’Ahmet Insel et de Jean Marcou

«Nous n’oublions pas le 15 juillet», peut-on lire sur les immenses affiches rouge et blanche aux couleurs du drapeau turc, placardées un peu partout dans la ville. Quelques jours à peine après la tentative de coup d’Etat, le célèbre pont du Bosphore, à Istanbul, avait été rebaptisé «le pont des Martyrs du 15 juillet».

• La tentative de coup d’Etat a marqué un tournant. Depuis un an, le gouvernement s’est lancé dans une chasse aux sorcières sans précédent, aux quatre coins du pays. Le président Recep Tayyip Erdogan et ses ministres martelant à tout va qu’il faut «nettoyer le pays des terroristes et des traîtres».

On comptabilise près de 50’000 arrestations et plus de 100’000 limogeages, tous domaines de la fonction publique confondus. «C’est une mort sociale, la peur règne partout», dénoncent ceux dont les noms sont apparus sur les listes diffusées sur Internet. Mis au ban de la société, ils sont stigmatisés, accusés de soutenir des organisations considérées comme terroristes par Ankara, comme le Fetö (organisation güléniste) de l’imam Fetüllah Gülen, pointé du doigt par le gouvernement comme étant l’instigateur du coup.

Rapidement, ces purges massives se sont étendues aux milieux kurdes. Les coprésidents du parti HDP (Parti démocratique des peuples), deuxième parti d’opposition, sont emprisonnés depuis huit mois. Il s’agit de Figen Yüksekdag et Selahattin Demirtas. Neuf autres députés de la formation attendent également leur jugement en cellule.

• Autant de décisions rendues possibles par l’instauration de l’état d’urgence, en vigueur depuis le 20 juillet 2016. «C’est un coup d’Etat civil», dénonce Kemal Kiliçdaroglu, le chef du CHP (le Parti républicain du peuple, se revendiquant de la IIe Internationale social-démocrate; il traduit un nationalisme d’origine kémaliste – Mustafa Kemal Atatürk – dont les contours dépendent de ses rapports conflictuels avec l’AKP d’Erdogan), principal parti d’opposition. Cet état exceptionnel permet au gouvernement d’ordonner des décrets-lois sans passer par le Parlement.

• Toutes les institutions sont ébranlées, à commencer par l’armée: 7600 soldats ont été suspendus de leurs fonctions, selon des chiffres diffusés par l’agence pro-gouvernementale Anadolu. Le président Erdogan aurait pu être victime du putsch, mais il en a au contraire tiré profit. Surnommé le Reis, le capitaine, par ses supporters, il s’érige en leader, seul chef décisionnaire pour tout un pays.

Un an plus tard, des zones d’ombre demeurent sur le déroulement du putsch. L’opposition turque «officielle» (CHP) n’a pas reçu de réponses effectives aux questions suivantes: comment se fait-il que les préparatifs du putsch aient échappé aux services de renseignement? Pourquoi le président Erdogan n’a-t-il pas été informé dans l’après-midi du 15 juillet des mouvements suspects au sein de certaines unités de l’armée. Selon Amnesty International, selon une source diplomatique européenne, «environ un million de personnes sont touchées directement ou indirectement par les purges». En effet, une fois radiées, ces personnes perdent toute source de revenu, souvent leur domicile, ainsi que toute protection sociale pour elles et leurs proches.

• Malgré la courte victoire (51%) du «oui» au référendum pour la réforme constitutionnelle, Erdogan déclarait depuis Istanbul le soir du 16 avril 2017, «c’est un moment historique, un changement très sérieux pour l’avenir de la Turquie». Loin du plébiscite attendu, la route vers les pleins pouvoirs lui était néanmoins grande ouverte. Le nouveau texte transforme le régime parlementaire en régime présidentiel. Dix-huit articles qui permettront notamment au chef de l’Etat de nommer et révoquer ses ministres, promulguer des décrets, déclarer l’état d’urgence ou encore nommer certains membres du Conseil supérieur des juges et des procureurs.

• Ces nouvelles dispositions entreront en vigueur en 2019, ou peut-être plus tôt, les analystes politiques turcs évoquant de possibles élections anticipées. Une échéance attendue par le président Erdogan puisqu’elle entérinera son rêve: devenir «un président fort, pour une Turquie plus forte». (Camille Guillot)

... https://alencontre.org/asie/turquie/tur ... euple.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 27 Juil 2017, 18:16

#FreeRightsDefenders : la pression internationale s'intensifie

La pression internationale s’intensifie à l’égard de la Turquie alors que des dirigeants du monde entier demandent la libération des militants emprisonnés.

L’emprisonnement de ces six militants des droits humains, dont la directrice d’Amnesty International Turquie, a poussé des dirigeants du monde entier à rompre leur silence sur la crise des droits humains qui a cours en Turquie.

... https://www.amnesty.fr/liberte-d-expres ... intensifie
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 30 Juil 2017, 15:54

Procès Cumhuriyet • Plaidoirie d’Ahmet Şık
Par delà les petites phrases réécrites lues ici où là, il nous semblait important de publier l’intégrale de ce qu’Ahmet Şık appelle lui même “un acte d’accusation”. La version turque originale fait désormais l’objet d’une censure en Turquie.
En effet, les décisions prises le 28 juillet à l’audience du procès Cumhuriyet, reporté désormais au 11 septembre, si elles ont remis en liberté surveillée Güray Öz, Musa Kart, Bülent Utku, Hakan Kara, Önder Çelik, Mustafa Kemal Güngör et Turhan Günay, ont cependant maintenu en incarcération Murat Sabuncu, Akın Atalay, Kadri Gürsel, Ahmet Kemal Aydoğdu et… Ahmet Şık, qui fait, qui plus est, maintenant l’objet d’une nouvelle plainte à la suite de sa “défense”.
Une menace à l’encontre des médias turcs publiant la plaidoirie d’Ahmet Şık a été clairement proférée, avec le terme “d’interdiction”. Mettons la donc de côté…
Voici juste un extrait de la conclusion qui vous incitera nous l’espérons, à aller jusqu’au bout de la lecture de ce texte d’un journaliste qui fait son travail du fond de sa prison, et éclaire plus sur la Turquie en quelques lignes qu’une marche en centaines de kilomètres, même si les deux ne s’opposent pas, au contraire…
... http://www.kedistan.net/2017/07/29/cumh ... ahmet-sik/


Turquie : La « nation en danger » permanent…
Une semaine à peine après la « Marche de la justice » de l’opposition, pour le premier anniversaire de la tentative de coup d’État de juillet 2016, le président Erdogan et son parti ont organisé une commémoration de masse.
Le slogan principal en était « la volonté nationale » et Erdogan a promis d’« arracher la tête de ces traîtres ». La foule a chanté « exécution ».
Le coup d’État permanent
Alors que l’anniversaire de la tentative de coup d’État et de l’état d’urgence s’approchaient, des rapports sur le bilan de l’état d’urgence sont sortis : au cours de cette année, 169 013 personnes ont été poursuivies, 50 510 d’entre elles ont été arrêtées, dont 167 journalistes, 85 maires et 12 députés. 112 530 fonctionnaires ont été expulsés du service public, dont de nombreux enseignantEs. Cinq grèves importantes dans diverses industries ont été interdites sous prétexte que ces grèves portaient atteinte à la sécurité nationale.
En ce qui concerne le premier anniversaire de la tentative de coup d’État de 2016, il était évident que le gouvernement mobiliserait beaucoup de moyens pour cette « semaine de commémoration » afin de créer un nouveau récit national et ainsi consolider sa base de soutien. Cependant, même si la cérémonie sur le pont du Bosphore à Istanbul a rassemblé beaucoup de monde, cela n’a pas été semble-t-il aussi fort que le pouvoir l’aurait voulu, et celui-ci ont dû changer certains plans initiaux visant à l’organisation de « tour de garde pour la démocratie » (24 heures sur 24, où les gens devaient venir sur les places et attendre). Cela montre également que, même chez les partisans les plus loyaux d’AKP, il n’y a plus d’enthousiasme. Cela ne signifie pas que l’AKP a perdu ses soutiens, mais qu’ils ont des difficultés à convaincre leur propre base. Ce même constat avait également été fait après le référendum du 16 avril, où les cadres locaux de l’AKP n’avaient pas fait campagne aussi activement qu’auparavant.
... http://www.anti-k.org/2017/07/30/turqui ... permanent/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede Lila » 30 Juil 2017, 20:47

Zehra Doğan, rebelle et insoumise

Zehra Doğan a repris sous la contrainte le chemin de la prison en juin dernier. Elle est, depuis lors, incarcérée à Diyarbakır (Amed).

Nous ne le répéterons jamais assez, Zehra a été, comme des milliers d’autres, hommes et femmes depuis plus de deux ans, et particulièrement depuis le véritable coup d’état civil de 2016 et l’état d’urgence permanent en Turquie, accusée de façon grotesque de “terrorisme et propagande terroriste”.

Le journalisme n’est pas un crime, écrire, peindre, dessiner, inciter à l’art, la culture et à la réflexion non plus. Enseigner l’humanisme, transmettre des savoirs, est tout autant devenu acte d’insoumission en Turquie. Etre jeune et fièrE de sa naissance, de sa culture, en défendre l’existence et un futur vivable et possible est aussi interdit à des générations d’hommes et de femmes discriminéEs parce que Kurdes, et assimiléEs au terrorisme et à la “destruction de la Nation turque”. Etre humaniste, et défendre les droits humains conduit aussi en geôle.

Pour Zehra Doğan, non seulement elle cumule toutes ces “fatwas” possibles, mais en plus, elle revendique haut et fort son combat de femme. Ce fut l’une des fondatrices de l’agence de presse entièrement féminine JINHA (une première), aujourd’hui aussi fermée par décret.

à lire : http://www.kedistan.net/2017/07/23/turq ... insoumise/



Istanbul. Des femmes manifestent pour le droit de se vêtir librement

Plusieurs centaines de femmes ont manifesté samedi à Istanbul pour défendre leur droit à se vêtir librement. La plus grande ville de Turquie est de tradition plutôt tolérante mais les manifestantes ont dénoncé un accroissement des violences verbales et physiques visant des femmes en raison de leurs choix vestimentaires.

« Nous n’obéirons pas, nous ne nous laisserons pas réduire au silence ni effrayer. Nous gagnerons par la résistance », ont-elles lancé lors du défilé, parti du quartier de Kadiköy, dans la partie asiatique de la ville. Plusieurs incidents filmés ces dernières semaines ont montré des femmes prises à partie par des hommes leur reprochant de porter des vêtements trop courts, les menaçant et allant jusqu’à les frapper.

à lire : http://www.ouest-france.fr/monde/turqui ... nt-5162349
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1991
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Turquie

Messagede bipbip » 04 Aoû 2017, 10:36

Loup Bureau • Le contexte politique de son arrestation

A quelques jours d’intervalle, une arrestation, celle de Loup Bureau, journaliste français, et une lourde condamnation de deux ressortissants tchèques, Markéta Všelichová et Miroslav Farkas, arrêtés eux aussi au point de passage entre Turquie, Irak et Syrie, en novembre 2016, nous informent sur les volontés du régime turc.

S’il est un fond commun aux arrestations de journalistes, qui rejoint celle des 160 incarcérés de Turquie, et la fermeture et interdictions de près de 200 médias, il est aussi une offensive directement liée à la volonté d’Erdoğan de voir figurer en bonne place les YPG/YPJ sur les listes du “terrorisme international”, qui ont quasi valeur “juridique” pour accuser et faire condamner…

Les actes d’accusation se déclineront ensuite entre “propagande pour”, “collaboration avec” ou “appartenance à”.

Ainsi, selon l’agence de presse turque Anadolu, (la voix de son maître en Turquie, considérée pourtant bien souvent comme Afp) les deux Tchèques “organisaient une propagande antiturque en Europe, comme le confirmeraient leurs différents voyages en Syrie et en Irak“. Et de s’appuyer sur Google qui n’est pas le meilleur ami dans ce cas là, puisqu’on y a posté des “images” qui serviront à démontrer votre “collaboration terroriste”.

Le journalisme devient un crime, par porosité.

Pour s’en prémunir, il faudrait alors être “membre de forces spéciales” de la coalition, seules autorisées à fréquenter les forces kurdes, ou bien “embedded” avec les sus-citées, comme voix de son maître souvent de la dite coalition.

... http://www.kedistan.net/2017/08/03/loup ... restation/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede bipbip » 11 Aoû 2017, 16:26

Turquie. Loup Bureau doit sortir de prison

Le journaliste a été arrêté fin juillet, accusé de « participation à un groupe terroriste ». Sa situation, inédite, traduit un nouveau pas d’Erdogan contre la liberté d’informer.

Après avoir muselé la presse turque, Erdogan chercherait-il à intimider la presse étrangère ? Le 26 juillet dernier, un journaliste français, Loup Bureau, 27 ans, a été arrêté dans le sud-est du pays au poste frontière de Habur, situé entre l’Irak et la Turquie. Il a été incarcéré à Sirnak, le 1er août, et est sous le coup d’une accusation grave : participation à un groupe terroriste. En cause, dans l’ordinateur du jeune homme, un reportage, pourtant diffusé par TV5 Monde en 2013, où il donne la parole à des combattants kurdes de l’YPG, considérés comme « terroristes » par le pouvoir. La situation de Loup Bureau est inédite et dangereuse, alertent ses avocats et son comité de soutien : il risque des années de prison. Pis : cette semaine, les autorités ont annoncé leur décision de l’envoyer dans une prison à Van, à neuf heures de route de Sirnak, ce qui rendrait sa défense difficile, voire impossible à préparer. Le tout dans un silence (très) prudent des autorités françaises, dénoncent ses appuis.

... https://www.humanite.fr/turquie-loup-bu ... son-640314
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Turquie

Messagede Lila » 20 Aoû 2017, 20:00

Turquie : « La restriction des droits des femmes est une obsession pour le président Erdogan »

Des femmes turques réclament le droit de s’habiller comme elles veulent. La chercheuse Sophie Bessis analyse l’évolution rigoriste d’une partie du pays.

Depuis plusieurs jours, les femmes turques sont dans la rue pour réclamer la liberté de s’habiller comme elles l’entendent. Deux femmes ont été agressées dans les transports publics par des hommes qui jugeaient le port d’un débardeur ou d’un short « provocant ».

Sophie Bessis est une historienne franco-tunisienne et chercheuse associée à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Elle est également l’auteure de plusieurs ouvrages traitant de la condition des femmes dans les pays arabo-musulmans, du Maghreb et du monde arabe. Elle livre son point de vue sur la situation en Turquie, où le conservatisme patriarcal tend à s’imposer progressivement, avec l’assentiment du pouvoir en place.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/art ... u3J3GGm.99
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1991
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Turquie

Messagede bipbip » 24 Aoû 2017, 14:53

Destruction étatique du site archéologique d’Hasankeyf au Kurdistan en Turquie : une catastrophe scientifique, humaine et écologique

Cet été 2017 est à nouveau propice à la destruction des paysages et des trésors culturels du Kurdistan par l’État turc. L’association pour la survie du site archéologique d’Hasankeyf a ainsi dénoncé le 15 août, les destructions en cours opérées par l’État turc sur ce site qui témoigne de traces d’activités humaines datant de plus de 12 000 ans. Des parois rocheuses ont ainsi été dynamitées, au motif qu’elles représentaient un danger, mais leur destruction touche aussi directement le site en lui-même et notamment les nombreuses grottes qui s’y trouvent.

Depuis 2010, l’État turc a considérablement accéléré les travaux pour préparer l’inondation de l’intégralité du site archéologique et de la petite ville voisine, qui comptent des milliers de grottes troglodytes mais aussi des traces de l’époque médiévale dont une vieille mosquée et une nature riche, afin de construire un barrage et une usine hydroélectrique. En mai 2017, le mausolée de Zeynel Bey avait été déplacé ouvrant la voie à cette destruction.

L’inondation est prévue dans le cadre d’un ensemble de barrage gigantesque sur le fleuve Tigre, qui renforcera encore le contrôle de l’État turc sur les eaux de ce fleuve qui traverse ensuite l’Irak pour se jeter dans le Golfe persique, posant ainsi des problèmes de partage des eaux et d’accès à l’irrigation.

Ces barrages s’inscrivent aussi dans le cadre d’une politique de contrôle de l’État turc sur les territoires de peuplement kurde et une partie d’entre eux ont pour objectif de réduire le terrain occupé par les guérillas du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan). Enfin la création de ce barrage électrique vise à renforcer la situation d’exploitation des terres du Kurdistan, que l’État turc considère comme un grenier sans âme dont les ressources peuvent être pillées jusqu’à leur épuisement.

C’est la même logique qui est à l’œuvre à Sur, la vieille ville de Diyarbakir, principale cité du Kurdistan nord.

Suite au soulèvement des habitant-e-s de Sur à l’automne 2015, l’armée turque a mené de très violentes opérations militaires contre ce centre historique, qui comptait de nombreux monuments classés (par exemple l’église de la vierge Marie datant de 1700 ans, les remparts construit en -350 avant notre ère ou le site de Hevsel qui date de – 8 000 ans avant notre ère), entraînant des centaines de morts, la fuite de dizaines de milliers d’habitant-e-s et endommageant de nombreuses habitations.

Après avoir écrasé la rébellion, l’état turc a décidé de tirer profit de la situation pour raser la vieille ville de Sur, détruisant au passage tous les sites historiques présents, sous prétexte de reconstruire les quartiers concernés. Si les habitant-e-s résistent encore, l’état turc est bien décidé à finir ladestruction en cours (un tiers de la ville a déjà été détruit), car derrière cette énorme opération d’urbanisme, se jouent à la fois de très juteuses opérations immobilières pour les entreprises du bâtiment liées à l’AKP, le parti islamo-autoritaire au pouvoir et une tentative de contrôle militaire de la population pour éviter tout nouveau soulèvement.

Comment dès lors ne pas faire le lien avec le retour de la politique de terre brûlée qui a été appliquée dans la région de Dersim ? Des dizaines d’hectares de forêt ont ainsi été volontairement détruits par l’armée turque au Kurdistan nord mettant en danger les habitant-e-s et détruisant les écosystèmes locaux. D’autres forêts ont aussi pris feu suite à des opérations de gendarmerie sans que l’État n’intervienne et en interdisant aux populations d’éteindre les feux. Le but de ces incendies volontaires étant de gêner les guérilleros du PKK et de punir la population locale.

Les attaques contre le peuple kurde passent ainsi par un double processus : une guerre impitoyable qui depuis juillet 2015 a entraîné la mort de plusieurs milliers de personnes et la destruction physique de la région.

Sud Culture Solidaires dénonce la destruction du patrimoine historique et culturel du Kurdistan par l’état turc, ainsi que les désastres que subissent les éco-systèmes de la région. Ce patrimoine historique et naturel doit être sauvé. Nous dénonçons la toute puissance de l’État turc qui n’a de préoccupation ni pour les populations, ni pour la nature, ni pour la culture. Nous exigeons donc l’arrêt immédiat des destructions de sites historiques et culturels, la réhabilitation de ceux qui peuvent l’être, le retour chez eux/elles des habitant-e-s déplacé-e-s, la reconstruction de leurs habitations et de leurs quartiers, décidé-e-s par eux/elles mêmes selon leurs choix et l’arrêt des opérations militaires destructrices.

Nous continuerons par ailleurs à être solidaires des militant-e-s syndicaux/ales, associatifs/ives et politiques qui subissent la répression en Turquie et au Kurdistan et qui luttent pour défendre les droits des travailleurs/ses, des femmes, des minorités et des populations locales.


https://www.solidaires.org/Destruction- ... en-Turquie
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28188
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités