Algérie

Re: Algérie

Messagede Pïérô » 28 Juil 2017, 11:51

Algérie- Laghouat : la distribution de logements sociaux et de lots de terrain tourne à l’émeute

La ville de Laghouat vit depuis deux jours, au rythme d’affrontements. Routes barrées, commerces et administrations publiques fermés. Et pour cause : un mouvement de protestation violent déclenché par des mécontents de la liste de bénéficiaires de 1588 logements ainsi que 1500 lots de terrain, affichée lundi par les services de l’APC de Laghouat.

Selon des sources locales, les protestataires qui ont coupé la route nationale N°1 à la circulation ainsi que le boulevard 1er novembre 1954 accusent l’administration de favoritisme et de clientélisme. « Les protestataires estiment que les bénéficiaires de logements et de lots de terrain ne sont pas les vrais nécessiteux de la ville », témoigne notre source. Des personnes aisées et d’autres qui n’habitent pas du tout la ville de Laghouat font partie de la liste tandis que les enfants de la ville qui vivent dans la misère sont exclus aussi bien des logements et que des lots de terrain, ajoute notre source.

... http://www.maghrebemergent.com/actualit ... meute.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22004
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Algérie

Messagede Lila » 05 Aoû 2017, 20:43

"Révolte du bikini" en Algérie : "L'objectif est de montrer que les femmes ne se laissent pas faire"

Un mouvement citoyen et spontané, lancé par un petit groupe d'Algériennes sur Facebook, cherche à se réapproprier l'espace public face aux islamistes.

"J'ai entendu parler de cette initiative sur Facebook." Cet été, Warda, responsable d'activités culturelles à Alger (Algérie), a participé à deux rassemblements sous la bannière de ce qui est désormais qualifié de "révolte du bikini". Le principe : des femmes se donnent rendez-vous sur des plages, en maillot de bain, pour de défendre leur droit à se vêtir comme elles le souhaitent en public. D'autres meetings ont eu lieu à Annaba, au nord-est de l'Algérie, mobilisant jusqu'à plusieurs dizaines de personnes.

Lancée sur Facebook au début de l'été 2017 par un petit nombre d'Algériennes, l'initiative a été largement relayée : jeudi 3 août, un des principaux groupes comptait ainsi 5 248 personnes. “De nombreuses adeptes du burkini sont également membres du groupe et encouragent les membres les plus actives dans leur actions”, rapportait le quotidien régional Le Provincial, lundi 10 juillet.

Le déclic a eu lieu après qu'un petit groupe d'Algériens ont "appelé à dénoncer des femmes qui se baignaient en bikini", relate pour franceinfo Hamila, une autre militante associative qui a elle aussi participé à l'un des rassemblements. Ce petit "groupuscule de conservateurs" a été, selon elle, sanctionné par les autorités. "L'Etat protège les femmes, assure-t-elle. Même si on n'est pas à l'abri d'initiatives individuelles conservatrices comme celles-ci, la loi algérienne et l'Etat protègent la liberté de s'habiller."

la suite : http://www.francetvinfo.fr/societe/droi ... r=CS2-765-[twitter]-
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2187
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Algérie

Messagede bipbip » 22 Aoû 2017, 13:26

Algérie 2017, la fausse démocratie : bref état des lieux de la répression et de la résistance au quotidien

Une présentation de la situation des mouvements sociaux en Algérie et de la répression que leurs acteurs et actrices subissent.

Ce rapport couvre la période 2016-2017 et a été réalisé à partir des nombreux témoignages recueillis auprès de syndicalistes autonomes, journalistes, blogueurs et militant-es des droits humains en Algérie et en France, et a été réalisé par le Comité international de soutien au syndicalisme autonome (CISA), comme les deux précédents, et l’Union syndicale Solidaires

Aujourd’hui, le pouvoir algérien ne se contente plus d’intimidations diverses pour museler les voix de l’opposition. On peut considérer qu’il y a désormais des prisonniers politiques en Algérie.

Documents à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/rapp ... cfa27a4bac
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 23 Oct 2017, 11:11

Batna (Algérie): la colère de non-bénéficiaires de logements sociaux éclate

Comme souvent en Algérie, la colère de non-bénéficiaires de logements sociaux a éclaté ce jeudi 19 octobre 2017. Cette fois-ci, c’était à Batna, la capitale des Aurès.

Suite à l’affichage entre 3h et 4h du matin de la liste de noms des 2 135 bénéficiaires de logements sociaux du nouveau pôle urbain, dit Hamla-3, de nombreux rassemblements se sont tenus en plusieurs endroits de la ville. Notamment devant les sièges de la daïra et de la wilaya, directement responsables des injustices relevant des distributions de logements sociaux. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre, et des manifestants ont bloqué les routes et les intersections de l’entrée de la ville.

Parmi les nombreuses personnes en colère, plusieurs ont déposé leurs dossiers de demandes de logement depuis bien avant 1996 et se sont vues non retenues sur la liste des bénéficiaires. Ces mêmes demandeurs se sont évidemment sentis lésés et défavorisés par les services de l’administration…

https://fr.squat.net/2017/10/21/batna-a ... ux-eclate/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede Pïérô » 19 Déc 2017, 22:54

Rapport annuel sur l’Etat des droits de l’homme en Algérie en 2017 (+ texte arabe)

par LADDD Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme

Ce panorama des presque non droits de l’homme en Algérie offre une trame globale applicable de l’Argentine au Zimbabwe en passant par la Bulgarie, l’Indonésie, etc.

En somme la situation des ex colonies devenues indépendantes, mais avec presque les mêmes exploiteurs (les Chinois en plus, l’URSS en moins) et leurs propres dirigeants sauveurs de la patrie et leurs sources de revenus.

doc pdf : http://www.fondation-besnard.org/IMG/pd ... _homme.pdf et http://www.fondation-besnard.org/IMG/pdf/arabe-2.pdf

http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article3017
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22004
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Algérie

Messagede bipbip » 26 Déc 2017, 16:02

Les appels à la grève se multiplient : le front social en ébullition

Le front social, déjà animé avec les grèves des médecins, dentistes et pharmaciens résidents, des enseignants de Tizi-Ouzou, les mouvements de protestation des vétérans de l’armée ainsi que l’agitation qui touche les lycées et universités de plusieurs wilayas du pays, sera encore plus agité dès le début de janvier 2018. Plusieurs grèves touchant divers secteurs sont annoncées dès le début de l’année 2018.

... https://www.tsa-algerie.com/les-appels- ... bullition/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 18:20

Menaces contre un syndicat entier

Le réseau de soutien syndical international LabourStart fait circuler cette alerte de solidarité avec le Syndicat indépendant des travailleurs de l’électricité et du gaz (SNATEG), en Algérie, menacé dans son existence même.

Le gouvernement algérien intensifie sa guerre contre le syndicat indépendant des travailleurs de l’électricité et du gaz, SNATEG, qui organise les travailleurs de la société nationale de énergie, SONELGAZ.

Des centaines d’adhérents, de militants et de délégués ont été licenciés, harcelés et persécutés sur de fausses accusations pour avoir exercé leurs droits fondamentaux.

Début 2017, le président du syndicat Raouf Mellal à été condamné à six mois de prison pour avoir dénoncé la corruption et les fraudes massives perpétrées par SONELGAZ.

A quelques jours d’une grève nationale prévue par les travailleurs et travailleuses de Sonelgaz, du 21 au 25 mai 2017, le Ministre du Travail affirme que le syndicat a contrevenu à la loi algérienne 90-14/1990, sans préciser en quoi, et annonce sa décision de le dissoudre.

Maintenant, le gouvernement tente d’éliminer complètement le syndicat.

Le 3 décembre, le ministère du Travail a annoncé que le SNATEG avait tenu une réunion pour confirmer sa dissolution. Aucune réunion autorisée n’a eu lieu car, selon les statuts du syndicat, seul un congrès national peut prendre cette décision.

SNATEGS vit et se bat, et a besoin de votre soutien.

Envoyez un message aux autorités algériennes en cliquant ce lien, les exhortant d’arrêter cette guerre contre SNATEG, de respecter ses droits syndicaux et son statut juridique, de retirer toutes les accusations contre Raouf Mellal et les syndicalistes et de réintégrer toutes les personnes licenciées pour avoir exercé leurs activités syndicales et tout simplement, leurs droits.

Passez une bonne fin de semaine.

Eric Lee


http://syndicollectif.fr/algerie-menace ... at-entier/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 09 Fév 2018, 00:45

Les droits des femmes, beaucoup reste à faire

Ce texte de Keltoum Ben est issu d’une conférence donnée en Suisse en janvier 2018.

http://alencontre.org/moyenorient/alger ... faire.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 21 Fév 2018, 16:30

le gouvernement rend « illégale » la grève des enseignants

Le gouvernement algérien traverse une crise d'autorité, notamment depuis les dernières élections où l'abstention d'opposition a dominé les scrutins. Les fronts sociaux sont mobilisés contre le gouvernement. Des médecins aux enseignants, la fonction publique enchaîne les grèves depuis quelques mois. Réponse du gouvernement : rendre la grève « illégale ».

La contestation sociale en Algérie prend une ampleur sans précédent par rapport à ces dernières années. Engagé dans une politique d’austérité qui coupe les vivres à la fonction publique, le gouvernement s’attire la colère des médecins, des enseignants et retraités de l’armée dont le poids dans la société algérienne est important alors même que les rentiers profitent de la mansuétude du pouvoir. Face à de telles contradictions, les travailleurs algériens ont ces derniers mois répondu par la grève, souvent reconductible.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Alge ... nseignants
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 14 Juil 2018, 20:45

Les généraux ouvrent la succession du président Abdelaziz Bouteflika

Alors que s’approche l’heure de l’échéance présidentielle, coups bas, manœuvres et arrestations marquent les luttes pour la succession en Algérie. Et l’armée met tout son poids dans la balance.

... https://orientxxi.info/magazine/les-gen ... flika,2547
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede bipbip » 18 Aoû 2018, 16:33

L’avortement en Algérie, où en est t-on ?

Alors qu’en Amérique Latine le mouvement pour la légalisation de l’avortement s’étend et se renforce, malgré le passage du non au sénat argentin, qu'en est-il de la légalisation dans d’autres pays ? Comme la majorité des pays islamiques, l’Algérie dispose de textes prohibant l’avortement qui est une pratique damnée par la religion musulmane.

C’est tout d’abord dans l’article 82 du projet de la loi relatif à la santé que l’on voit que l’interruption volontaire de grossesse est envisagée « lorsque l’équilibre physiologique ou psychologique et mental » de la mère est gravement menacé. Le ou les médecins spécialistes concernés, « en accord avec le médecin traitant, doi(ven)t informer la mère et entreprendre avec son consentement, toute mesure médicale thérapeutique dictée par les circonstances ». Toutefois cet article, extrait d’une nouvelle loi datant de 2015 et prise en compte par la législation, n’est pas très explicite, notamment concernant « l’atteinte à l’équilibre physiologique ou psychologique et mental ».

Mais à sa sortie, cet article a suscité une vive polémique au sein de plusieurs partis islamiques qui considèrent cette pratique comme contraire à la religion : « ce sont les vrais perdants, ceux qui par sottise et par ignorance, tuent leurs enfants et qui inventent des mensonges à propos d’Allah, interdisent la nourriture qu’Allah leur a dispensée, ces gens là s’égarent et ne suivent point le droit chemin » (Coran, al-an’am 6.140).

Dans la charia, l’avortement est permis avant quatre mois de grossesse et uniquement dans les cas où la grossesse représenterait un réel danger pour la mère. Les avortements suivant un viol ne sont pas autorisés, sauf dans le cas particulier d’un viol commis dans le cadre d’un acte terroriste, mesure qui a été adoptée suite aux cataclysmes de la décennie noire (guerre civile algérienne).

Alors que les femmes d’autres pays ont légalisé l’interruption volontaire de grossesse et que d’autres luttent pour avoir ce droit, l’Algérie punit même ceux qui cherchent à défendre ce droit, ceux qui « mènent des discours proférés dans les lieux ou réunions publics, soit par la vente, la mise en vente ou l’offre, même non publique, ou par l’exposition, l’affichage dans les lieux publics ou par distribution à domicile, la remise sous bandes ou sous enveloppe fermée ou non fermée à la poste ou à tout agent de distribution ou de transport, d’imprimés d’annonces, d’affichages, dessins, images et d’emblèmes, soit par la publicité de cabinet médicaux » (art310).

Cette criminalisation peut se traduire par des peines d’emprisonnement et des amendes. Les articles 304 à 310 du Code pénal, qui portent sur l’avortement, condamnent quiconque cherche, à travers aliments, breuvage, médicaments, manœuvres, violences ou par tout autre moyen, à provoquer l’avortement d’une femme enceinte ou supposée enceinte, qu’elle y ait consenti ou non, à une peine d’un à 5 ans d’emprisonnement, et à une amende de 5000 dinars (37€) à 10000 dinars (74€). Et dans le cas où la grossesse aurait effectivement été interrompue via ces actes, la peine de réclusion peut aller de 10 ans à 20 ans de prison.

... http://www.revolutionpermanente.fr/L-av ... n-est-t-on
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Algérie

Messagede Lila » 19 Aoû 2018, 20:13

Loi de la santé

Les Algériennes peuvent désormais avorter dans un hôpital public

La loi de la santé 2018 est entrée en vigueur hier, 14 Août 2018. Avec cette nouvelle loi controversée et débattue longtemps au parlement, le droit d’avortement devient désormais légal.

Les Algériennes qui célibataires ou pas, étaient obligées de faire l’aller-retour jusqu’en Tunisie ou aller dans des cliniques douteuses et qui ne respectent aucune norme d’hygiène risquant leur vie. Les multiples cas de morts de femmes enceintes, et de bébés jetés dans les poubelles représentent un exemple de la détresse de ces femmes.

Finalement, une loi qui autorise l’avortement en Algérie mais qui le conditionne également, et affirme de façon explicite et tranchée que l’opération ne peut être effectuée que dans les établissements sanitaires publics, ce qui ferme les portes devant les cliniques privées.

la suite : https://algerie-direct.net/lactualite/l ... al-public/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2187
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Algérie

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 20:31

Algérie : rassemblement de journalistes en soutien à un confrère emprisonné

Lundi 22 octobre, des dizaines de journalistes et de proches de Saïd Chitour ont organisé un rassemblement devant la maison de la presse à Alger, demandant la libération du journaliste-fixeur. Emprisonné depuis plus de 16 mois et atteint d’une tumeur au cerveau depuis cette année, il se trouve aujourd’hui en danger de mort. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) exprime ses plus vives inquiétudes pour le pronostic vital du journaliste, dénonce des conditions de détention inhumaines et appelle à sa libération immédiate.

Saïd Chitour est une figure connue de la presse algérienne. Journaliste depuis les années 1990, il est devenu fixeur et collaborateur de médias internationaux anglophones, travaillant notamment régulièrement pour la BBC et le Washington Post.

Il a été arrêté le 5 juin 2017 à l'aéroport d'Alger par les services de renseignements et a été immédiatement déféré devant un juge qui l'a placé en détention. C’est seulement au début du mois de juillet 2017 que son incarcération a été rendue publique.

Le journaliste est accusé par les services de renseignement algériens d'avoir remis des documents confidentiels à des diplomates étrangers, ce que conteste sa défense et ses proches. Depuis son arrestation, il y a plus de 500 jours, il n’a pas été jugé et aucune date n’a été fixée pour son procès. Si son arrestation n’est pas liée à l’exercice de son métier, ses conditions de détentions violent son droit à un procès équitable et mettent sa vie en danger.

Le rassemblement de soutien au journaliste ce 22 octobre a été organisé par ses proches et a regroupé des dizaines de militants des droits de l’Homme et de confrères journalistes venus le soutenir et demander sa libération. Le 22 octobre marque la journée nationale du journalisme algérien.

... http://www.ifj.org/media-centre/news/de ... Yd7FiWnOeo
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité