Ἑλλάς, Grèce

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede abel chemoul » 12 Juil 2015, 19:53

Je voudrais pas être pessimiste mais la Grèce est au bord de l'asphyxie économique, le pays subit une cure d'austérité depuis plusieurs années et malgré ça les révolutionnaires sont peau de zob. si les gens voulaient des rupturistes, depuis le temps, ils auraient rallié les révolutionnaires. C'est pas tant une question d'idées que de motivation populaire.
Tsipras fait ce qu'il peut. Etre à la tête d'un pays étranglé, sans capacité de peser, ça doit pas être facile. En Espagne en 36, on a vu des cénétistes rallié le gouvernement pour moi que ça! En France on a vu des zanars voter Chirac pour bien bien bien moins que ça!

Et puis attendons, la partie n'est pas finie. Les européens du nord ont l'air de vouloir faire la peau aux grecs, ils vont peut-être faire le jeu de Tsipras en refusant de leur côté tout accord, ça a l'air bien parti pour en tout cas.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 681
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 13 Juil 2015, 11:17

il y a que le peuple ne suis pas beaucoup, et que j’ai du mal à comprendre de quel point de vue tu te places. Tu est passé dans le camp du réalisme ?

L’un des sondages qui confirme la profonde impopularité de ce projet de mémorandum (79% des Grecs sont contre et 74% considèrent qu’il est en contradiction avec le OXI).

Image


Lundi 13 juillet 2015, à 9h. Je viens longuement d’éplucher les médias français. Vous êtes dans une désinformation totale. Un contresens complet doublé d’un mensonge par omission :

PERSONNE NE VOUS RÉVÈLE LES MANIFESTATIONS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI EN GRÈCE, LES RASSEMBLEMENTS, LES ASSEMBLÉES POPULAIRES ET, ENCORE MOINS LES ÉMEUTES D’HIER SOIR !

Vous êtes en train d’atteindre les sommets dans ce domaine, avec, en chef d’orchestre, notre pire ennemi aujourd’hui en Grèce : l’initiateur de ce que nous appelons le mémorandum "Hollande" travesti en meilleur ami du peuple grec (cf. carte mensongère du Nouvel Obs en PJ).

79% des Grecs ne veulent pas de ce mémorandum "Hollande" qui est une véritable mise sous tutelle, un acte de soumission politique pire que les précédents accords, un programme économique et social ultra-austéritaire et une privatisation massive du bien commun.

Refusez ce mensonge avec nous. Soutenez le peuple grec, pas l’obstination de certains de ses dirigeants.

OXI AU MÉMORANDUM "HOLLANDE" !

Y.Y.

http://blogyy.net




STOP À L’HUMILIATION ! (pétition)

https://secure.avaaz.org/en/petition/Gr ... org%3Asign

OXI à la soumission politique et à la pasokasisation de Syriza !

OXI à un programme économique et social ultra-austéritaire !

OXI à une privatisation massive du bien commun !

TSIPRAS, QUITTE LE SOMMET EUROPÉEN !

C’est fini : puisqu’on veut nous mettre à genoux, on annule la dette, on nationalise les banques, on s’ouvre à d’autres partenaires en Amérique Latine et ailleurs, et on fait une vraie politique de gauche !

Ne vivons plus comme des esclaves !

Y.Y.

http://blogyy.net



http://jeluttedoncjesuis.net/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede leo » 14 Juil 2015, 09:24

La suite du feuilleton. De mieux en mieux !

_ _ _ _

Stratégie du choc, tutelle européenne et remise en ordre capitaliste en Grèce


mardi 14 juillet 2015, par WXYZ

Au terme de laborieuses discussions ce lundi matin 13 juillet, les 19 chefs d’État de la Zone euro ont fait connaître leurs exigences unanimes. Elles sont nombreuses, plus dures encore que celles du mois de juin et doivent être instaurées très rapidement sous le strict contrôle des instances européennes.

L’accord issu du sommet des chefs d’Etat de la Zone euro représente le pire plan d’austérité et de restructuration jamais entrepris en Grèce depuis 5 ans, doublé d’une mise sous tutelle du pays et du placement sous séquestre des biens de l’État grec. La gauche dite ‟antilibérale” se retrouve désormais en charge de le mettre en œuvre, de faire le sale boulot dans une ‟Union nationale” récemment formée pour l’appuyer.


________

De nouvelles conditions

On peut parler d’un véritable coup de force car le gouvernement allemand, suivi par les autres, a introduit au cours des réunions de ce week-end de nouvelles conditions dans le chantage exercé pour que la Grèce reste dans la Zone euro.

Le plan proposé par le gouvernement grec, qui reprenait pourtant l’essentiel les exigences de la Troïka du 26 juin, n’a pas été jugé suffisant par « l’Eurogroupe » (réunion des ministres de l’économie de la Zone euro) réuni vendredi 10 juillet et n’a donc pas été accepté comme base de négociation. N’étant pas parvenus à s’accorder sur un projet de document, les ministres ont pointé diverses options que la réunion des chefs d’État du dimanche 12 juillet devait trancher.

Le directoire européen a d’entrée de jeu insisté sur le mot « confiance ». Ils n’ont plus confiance dans le gouvernement grec ont-ils martelé et rappelé en boucle et ils ont donc agi en conséquence : en exigeant plus, plus vite et en imposant des « garanties » comme n’importe quel banquier qui n’accorde un prêt que sous condition d’une hypothèque sur les biens de l’emprunteur.

Par rapport à ce qui avait été mis en avant lors des dernières discussions du mois de juin, la volonté de la direction européenne d’imposer une violente restructuration de l’économie et de toute la société grecque a élevé ses niveaux d’exigence de plusieurs degrés. C’est l’application quasi-punitive d’une « stratégie du choc » comme peut l’être une déclaration de guerre ou la brusque instauration d’un état d’exception : nos nouvelles conditions immédiatement ou le chaos chez vous.


la suite, c'est là : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1716
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede dom » 14 Juil 2015, 15:52

________________________________________________________________________
"Celui qui accepte de sacrifier un peu de liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux."
Avatar de l’utilisateur-trice
dom
 
Messages: 90
Enregistré le: 27 Déc 2014, 18:44
Localisation: Tours (37)

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Denis » 14 Juil 2015, 21:21

Image
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1101
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede dom » 15 Juil 2015, 09:46

http://blogyy.net/2015/07/14/confirmati ... t-certain/
https://www.youtube.com/watch?t=10&v=Sv5kY9qZR5o

ps : je ne sais toujours pas comment faire pour intégrer une vidéo directement sur le forum. Oui, je suis un peu (voire très) con, mais je le sais. C'est déjà un pas vers la lumière^^
________________________________________________________________________
"Celui qui accepte de sacrifier un peu de liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux."
Avatar de l’utilisateur-trice
dom
 
Messages: 90
Enregistré le: 27 Déc 2014, 18:44
Localisation: Tours (37)

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Denis » 15 Juil 2015, 19:41

21H35 (FR : 20H35). EN DIRECT : LES MAT (CRS) COMMENCENT À SE DÉPLOYER AUTOUR DU PARLEMENT ET DANS LE CENTRE-VILLE.

BEAUCOUP DE MANIFESTANTS SE SONT FAIT GAZER.

LA PLUPART DES CORTÈGES DE PARTIS POLITIQUES (KKE, ANTARSYA, ETC.) SE SONT ÉLOIGNÉS VERS L'AVENUE SYNGROU (BAS DE L'IMAGE, DROITE DU PARLEMENT), À L'EXCEPTION DE PETITS GROUPES D'IRRÉDUCTIBLES.

LES ANARCHISTES ET LES ANTI-AUTORITAIRES SE RAPPROCHENT À L'AUTRE BOUT, CÔTÉ AVENUES STADIOU ET PANEPISTEMIOU (EN HAUT DE L'IMAGE ET À GAUCHE DU PARLEMENT), CAR ILS ÉTAIENT PARTIS DES PROPYLÉES, PRÈS D'EXARCHEIA).

LES AFFRONTEMENT ONT COMMENCÉ UN PEU PARTOUT DANS LE CENTRE, À OMONIA ET À EXARCHEIA

Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1101
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Denis » 15 Juil 2015, 20:00

pour voir le monde qui était présent :



22H (FR : 21H). DIRECT : L'HYPER CENTRE-VILLE EST, POUR L'INSTANT, BOUCLÉ, MAIS LES ÉMEUTES CONTINUENT AU NORD (OMONIA, EXARCHEIA, ETC.).

BEAUCOUP DE GAZAGES. DÉPLOIEMENTS POLICIERS. INTERPELLATIONS (À SUIVRE). HÉLICOPTÈRE...




Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1101
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Denis » 15 Juil 2015, 20:10

et pendant ce temps-là au parlement :

21H45 (FR : 20H45). EN DIRECT : LE CHEF D'AUBE DOREE FAIT SON CINÉMA AU PARLEMENT ET EN PROFITE À FOND.
VAROUFAKIS EST FINALEMENT PRÉSENT.
(LE VOTE INTERVIENDRA PAR LA SUITE)
DEHORS, LE CENTRE-VILLE EST SOUS LES GAZS LACRYMOGÈNES.
LES MAT (CRS) ONT BOUCLÉ LE QUARTIER.
ÉMEUTES À OMONIA ET À EXARCHEIA.
NOMBREUX INCENDIES..

Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1101
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Denis » 15 Juil 2015, 21:05

Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1101
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 16 Juil 2015, 12:58

Grèce : Au moins 44 arrestations lors des manifestations à Athènes
Des milliers de personnes ont manifesté aujourd’hui dans toute la Grèce alors que le parlement grec s’apprêtait à voter l’accord avec les créanciers, accord qui mènera a un troisième mémorandum. A la Place Syntagma, devant le parlement, la manifestation a tourné à l’émeute dans la soirée, quarante manifestants ont été arrêtés, un fourgon de la télévision a été incendié, les vitrines des magasins chics ont été brisées, les distributeurs automatiques ont été endommagés. Et bien entendu, une quantité considérable de cocktails molotov a été lancée sur la police anti-émeute qui a aspergé les manifestants de gaz lacrymogènes. Une fois la place évacuée, les manifestants se sont rassemblés au siège de la police. Il ne semble plus y avoir de manifestation à l’heure qu’il est.
Quatre anarchistes ont été arrêtés par la sécurité et remis à la police alors qu’ils étaient rentrés dans le QG de Syriza pour y accrocher des banderoles. Pour l’anecdote, même le mouvement de jeunesse de Syriza participait à la manifestation contre l’accord... A l’heure qu’il est (minuit), le parlement grec est toujours en plein débat.
http://www.secoursrouge.org/Grece-Au-mo ... -a-Athenes


Ci-gît SYRIZA ?
L’impitoyable règne, l’amertume déborde. Rien ne sera plus comme avant, hormis la poursuite du génocide économique et encore. Notre situation relève à la fois de la... troisième bataille d'Ypres , de Montoire et de Várkiza ... SYRIZA n’est plus comme avant, je dirais même que dans un sens SYRIZA n’est plus. Histoire alors en direct et de pleine gueule. Mardi 14 juillet dans la soirée, j’ai assisté en... observateur participant invité, à la réunion plénière du courant (Plateforme) de Gauche de SYRIZA.
... http://www.greekcrisis.fr/2015/07/Fr0448.html#deb
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 16 Juil 2015, 17:47

Le Parlement grec dit oui à l’austérité, la rue s’embrase

Le Parlement grec a adopté le 16 juillet les premières réformes voulues par les créanciers de la Grèce. Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont éclaté à Athènes.

... http://www.courrierinternational.com/ar ... e-sembrase
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede spleenlancien » 16 Juil 2015, 19:08

Aube dorée pointe le bout du nez. Il faut intégrer l’antifascisme dans la campagne anti-austérité
Thanassis Kourkoulas traduit par le site A l'encontre a écrit:Le procès contre Aube dorée – souvent reporté sous divers prétextes – comme organisation criminelle a été décisif dans la suspension des actions des groupes d’assaut fascistes. Le mouvement antifasciste a joué un rôle très important dans cela. Les gouvernements précédents et la justice n’avaient pas l’intention d’engager des procès contre cette organisation néonazie. Cela n’a été possible que par les manifestations antifascistes de masse qui ont suivi le meurtre du rappeur antifasciste Pávlos Fýssas. Il a été tué à la sortie d’un bar de la banlieue d’Athènes, le 18 septembre 2013. Cela signifie que l’influence politique de cette organisation reste encore, à présent, limitée. Son score électoral était de 6,3% lors des élections politiques de 2015 contre 9,4% lors des élections européennes de 2014. Certes dans les sondages, il peut y avoir une retenue. Et des sympathisants n’osent toujours pas défendre publiquement Aube dorée.

Ce procès a commencé, il y a quelques mois – le 20 avril 2015, dans l’enceinte même de la prison de Korydallos: 60 militants et dirigeants sont impliqués – après une longue période d’attente. C’est ici que des difficultés commencent. L’antifascisme très majoritaire dans la société ne trouve actuellement pas une expression dans les instances politiques ou institutionnelles. Il devrait pourtant se retrouver, d’une part, dans la gauche, notamment au sein de Syriza. Par exemple, il n’y a pas de déclarations publiques sur la nécessité de condamner Aube dorée pour ses actes criminels. Cela devrait aussi être exprimé, d’autre part, dans les divers cercles démocratiques. Peu d’avocats – la plupart proches du KKE ou d’Antarsya – se sont mobilisés. Il y a clairement une sous-estimation du danger que représente Aube dorée dans le contexte actuel. La victoire électorale de Syriza a eu également comme effet de focaliser une grande partie de l’attention sur les questions gouvernementales.

Il est aussi important de savoir que plusieurs procès sont en cours contre des adhérents d’Aube dorée. En plus de celui ayant comme chef d’accusation d’être membre d’une organisation criminelle, trois autres se déroulent parallèlement. Ils concernent: 1° le meurtre du rappeur antifasciste Pávlos Fýssas, le 17 septembre 2013; 2° la tentative de meurtre contre des pêcheurs d’origine égyptienne; 3. l’attaque (accusation de tentative d’assassinat) contre des militants du PAME et du KKE (PC), à Perama, près d’Athènes, le 12 septembre 2013. Les procès se trouvent encore dans leur phase d’instruction et ne débuteront véritablement qu’à partir de septembre 2015.

Le recul de la mobilisation contre le fascisme a toutefois permis à Aube dorée de gagner un point important dans cette phase. La présence des avocats des victimes sera limitée aux procès où ils seront directement impliqués dans la défense des parties lésées. Ils ne pourront donc pas être présents comme parties civiles dans le procès qui voit Aube dorée accusée d’être une organisation criminelle. Cette victoire a été obtenue par les avocats d’Aube dorée plaidant pour que chacun de ces procès soit traité de manière séparée. Il est pourtant évident que tous ces procès sont liés étant donné que l’activité criminelle d’Aube dorée repose notamment sur l’agression physique et meurtrière des militants de gauche et des syndicalistes.

Aube dorée saisit également le contexte actuel pour se présenter comme le seul parti anti-système qui œuvre pour une résistance nationale. Elle présente Syriza comme étant une organisation traîtresse «à la nation» du fait que sa majorité a souscrit un nouveau mémorandum avec les créanciers. Elle affirme également que tout le système politique est pourri. Les accusations contre les dirigeants d’Aube dorée, ses militant et Aube Dorée – en tant que telle – reposeraient, par conséquent, sur sa «nature anti-système».

Jusqu’à maintenant la majorité de la population ne croit pas à ces arguments. Cela peut toutefois changer avec la nouvelle phase politique ouverte par le troisième mémorandum. Le peuple grec n’a pas encore été informé dans le détail sur les nouvelles mesures d’austérité. La résistance n’est donc qu’à ses débuts. A partir de maintenant, l’attitude de la gauche et du mouvement de masse va jouer un rôle crucial à cet égard. La question essentielle est rattachée à la capacité de la gauche radicale, que ce soit celle actuellement à l’intérieur ou à l’extérieur de Syriza, d’animer et de donner une expression à un mouvement de masse.

La composante armée – groupes d’assaut, plusieurs fois dénoncés pour leur armement – d’Aube dorée n’a pas encore réinvesti la rue depuis l’accusation d’être une organisation criminelle. Nous sommes optimistes sur le fait qu’Aube dorée ne puisse pas trouver dans l’immédiat un écho dans la société. Le danger cependant est bien réel. Il est donc indispensable d’inclure une dimension antifasciste dans tous les aspects de la résistance contre l’austérité et des luttes qui suivront. Nous essayons de le faire au quotidien dans notre travail dans les syndicats, mais aussi sur les lieux de travail et dans les quartiers. Nous envisageons aussi de faire des manifestations devant les tribunaux dès que les procès entreront dans la prochaine phase. Il est important qu’on fasse connaître largement qu’Aube dorée n’est pas une organisation anti-système, qu’elle soutient le capital, et qu’elle bénéficie de soutiens de celui-ci, entre autres parmi les armateurs.

Aube dorée ne peut à présent pas agir à découvert dans les quartiers. Toutefois, elle est réapparue à nouveau dans les jours qui ont précédé le dernier mémorandum. Ses adhérents ont fait une petite campagne d’affichages contre la privatisation du port du Pirée. En réalité, Aube dorée n’a rien fait contre le mémorandum, même si ses parlementaires ont voté contre le dernier mémorandum. La presse n’a relayé aucune position de sa part lors du référendum du 5 juillet. D’après les sondages, seuls 40% des électeurs d’Aube dorée ont voté non au référendum. Le noyau plus fasciste de l’organisation est préoccupé davantage par la nature du gouvernement – croyant que celui-ci est «bolchevique» – que par les nouvelles mesures d’austérité. (15 juillet 2015; traduction A l’Encontre)

___

Thanassis Kourkoulas anime depuis des années le mouvement «Expulsez le racisme». Il est membre de DEA et de sa direction.


http://alencontre.org/europe/grece-aube ... erite.html
spleenlancien
 
Messages: 272
Enregistré le: 07 Oct 2011, 21:17

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 17 Juil 2015, 10:57

Syriza, pistolet sur la tempe ou limite d'un système ?

Après avoir ''négocié'' un 3ème round de mesures d'austérité, Syriza s'est plié aux demandes de ses créanciers. La Troïka se réjouit, Jean-Claude Juncker en tête. Le président de la Commission européenne se permet de lancer « Le “Grexit” a disparu ». Dur coup pour la « gauche » européenne à la Podomos et autres. Une source gouvernementale, Jean-Luc Melanchon [1] reprenant en partie la phrase, a déclaré : « Avec un pistolet sur la tempe, toi aussi, tu serais d’accord. » Après le mirage offert par le résultat du référendum, c'est une intense gueule de bois qui frappe la « gauche radicale ». Depuis le nouvel accord, un coup d'État financier est décrié et plusieurs mettent la faute sur l'Allemagne et la ligne dure soutenue par Merkel. Certes, le pays de la Volkswagen fait partie de l'opération de démantèlement de l'économie grecque. Cependant, les racines du problème ne se trouvent pas là. Elles sont beaucoup plus profondes et résident dans un système, le néolibéralisme.

Cible légitime

Évidemment, il est très légitime de décrier les agissement de la Troïka et de l'Allemagne qui, avec Merkel en tête, a tenu la ligne dure durant toutes les négociations afin de faire coucher la Grèce et profiter de son démantèlement. Mais avant tout, il s'agit-là d'un système économique qui existe depuis plusieurs décennies. L'imposition de mesures d'austérité ne date pas d'hier et fait partie de l'idéologie néolibérale. Après avoir passé dans le tordeur l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, l'Italie et Chypre, il ne fallait rien attendre de mieux avec le cas grec.

Quand la gauche radicale s'auto-trahit.

« Avec un pistolet sur la tempe, toi aussi, tu serais d’accord. » Nul besoin d'être un anarchiste pour décrier l'agenouillement de Syriza [2] et la continuité de l'austérité à travers un 3ème mémorandum. L'aile gauche du parti s'en charge déjà. Les fondateurs de la Plate-forme de gauche ont vivement réagi. Yanis Varoufakis, ancien ministre de l'économie démissionnaire pour Syriza, ne s'est pas présenté la journée du vote. Panagiotis Lafazanis, ministre de l'énergie et leader de la Plate-forme de gauche, a déclaré que ces réformes étaient incompatibles avec le programme de Syriza. Des rumeurs courent selon lesquelles les ministres de la Plate-forme de gauche démissionneraient dans les prochains jours. Thanassis Petrakos, l'un des trois orateurs (speakers) du groupe parlementaire de Syriza et membre de la Plate-forme de gauche, a mentionné qu'il fallait préparer la sortie de la zone euro et le dire clairement à la population. Ouvrir une nouvelle voie en dehors des mesures d'austérité. Pour Zoe Konstantopoulou, présidente du Parlement grec : « Jamais je ne pourrai voter et légitimer le contenu de l’accord et je crois que la même chose vaut et vaudra pour le Premier Ministre, qui est aujourd’hui l’objet d’un chantage utilisant l’arme de la survie de ce peuple. Je crois que la même chose vaut pour le Gouvernement et les groupes parlementaires qui le soutiennent. » [3] Rappelons que les réformes proposées par Athènes ont passé, lors du vote au Parlement grec, grâce à l'appui de la droite et des traites du PASOK. Trop de membres de Syriza ayant voté contre la liste de réformes, il fallait donc se tourner vers les autres copains.

Les limites concrètes de la sociale-démocratie.

Pour tout système d’organisation économique vient un système idéologique servant à le légitimer et le protéger. Le Capitalisme est le système économique dans lequel une minorité possédant les capitaux investis en entreprises exploite le travail de la majorité. Pour légitimer leur pouvoir, les capitalistes ont comme idéologie le Libéralisme. Cette idéologie suppose un choix et une restriction dans le pouvoir des gouvernants, mais donne le plein pouvoir économique à la classe possédante

Ce fait peut être observé aisément : Les « démocraties libérales » ne servent qu’à une chose : Les partis politiques qui les constituent sont financés ou promus par des entreprises capitalistes pour les aider à gagner leurs élections. Lorsqu’un parti est porté au pouvoir, il renvoie l’ascenseur à ses bienfaiteurs au moyen de crédits d’impôts, subventions, octroie de contrats et défraient les coûts d’infrastructures servant leur entreprise. Malgré ce que certaines personnes en pensent, l’État n’a de pouvoir que le pouvoir militaire et policier qui sert à défendre par la violence les entreprises capitalistes. Tout le reste n’est qu’une illusion de choix.

Les sociaux-démocrates interviennent au sein même de ce système, sans jamais en changer la racine, et préservent ainsi l’idéologie libérale et l’illusion de choix. Ils prétendent que l’exploitation peut être diminuée par un simple vote à tous les quatre ans. Pendant ce temps, le capitalisme continue d’exploiter, qu’il s’agisse de multinationales ou de PME, les banques et les organismes non gouvernementaux continuent leur domination économique, et le gouvernement continue d’utiliser la police pour réprimer violemment la population. Mais comment alors de tels partis peuvent arriver à se faire élire?

Sans être en mesure de s’allier aux milieux financiers, les partis sociaux-démocrates n’ont ni ressources ni visibilité et sont forcés de s’approprier les mouvements sociaux, qui passent normalement par les grèves, les sabotages et les occupations. Ils s’attribuent le mérite de céder aux revendications des groupes militants, comme le Parti Québécois a fait au Printemps 2012 et comme Syriza s’accapare la lutte sociale grecque. Dans tous les cas, ces partis divisent les militants entre « bons » et « mauvais » afin de pousser non pas vers la victoire finale contre l’oppression, mais un compromis impossible avec cette dernière.

Ces partis souffrent toutefois d’une profonde contradiction : En pacifiant les mouvements sociaux, ils se coupent de leur base électorale et doivent ainsi, pour atteindre ou conserver le pouvoir, se travestir et s’allier à une frange de la bourgeoisie, renonçant ainsi à leurs promesses au profit de riches individus. En se pliant à leurs demandes, ils cessent immédiatement de défendre les travailleurs/travailleuses et défendent ainsi le capitalisme et ce qu’ils appellent « la démocratie » bourgeoise. S’ils n’arrivent pas à se plier suffisamment aux caprices des riches, ces derniers étouffent l’économie du pays. Dans les deux cas, la population se sent trahie et peut tomber dans un sentiment d’impuissance politique ou se tourner vers le fascisme.

Quelque soit l’issue, la sociale-démocratie ne fera toujours qu’aider à préserver le capitalisme.

La voie, elle est dans la rue.

Sur le terrain, la lutte s'active encore et toujours. La réelle solution y réside. Les camarades ne cessent de mettre sur pied de nouvelles alternatives de lutte et de soutien, tout cela dans une perspective autogestionnaire et révolutionnaire. Un excellent documentaire intitulé « Ne vivons plus comme des esclaves » se penche sur quelques projets mis de l'avant et/ou soutenus par les anarchistes grecs. Pour le visionner, c'est par ici. Nous donnons tout notre support aux organisations anti-autoritaires qui luttent au jour le jour dont le but est de créer une nouvelle société débarrassée du néolibéralisme et de tous les systèmes d'oppression.


[1]. Cofondateur du Parti de gauche en France et député européen.
[2]. Syriza est un parti né d'une alliance entre divers groupes politiques, d'où son nom qui veut dire « Coalition de la gauche radicale ». La Plate-forme de gauche est une composante du parti et regroupe plusieurs organisations, majoritairement de tendance trotskiste.
[3]. Elle a lancé cette phrase pendant son allocution, juste avant le vote de la Vouli sur le projet de réformes proposé par Tsipras et sa bande.

http://ucl-saguenay.blogspot.fr/2015/07 ... pe-ou.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 19 Juil 2015, 12:37

Pétition après la répression en Grèce : Solidarité avec les prisonniers du 15 juillet – Contre la violence policière
Le gouvernement SYRIZA-ANEL, qui a adopté le nouveau mémorandum dans la lignée des gouvernements précédents, prouve qu’il ne peut ni mettre en œuvre les nouvelles mesures d’austérité qui détruisent la vie des travailleurs et du peuple en Grèce ni réussir à opérer un renversement du NON massif de la classe ouvrière, sans recourir à la forme ultime de la domination sociale : la violence policière d’État et la répression.

La nuit du 15 juillet, jour de grève générale dans le secteur public, les municipalités et les hôpitaux contre le nouveau mémorandum, lors de la manifestation organisée par des syndicats et des organisations politiques et sociales, la police du « gouvernement de gauche » a déchaîné sa rage. La partie de la manifestation où se tenaient les membres de l’OKDE-Spartakos, clairement visibles avec chants et drapeaux, a été, sans aucune provocation, violemment attaquée par la police anti-émeute qui a cruellement frappé et blessé des manifestantEs puis les a arrêtés sans raison. Deux camarades de l’OKDE-Spartakos et d’ANTARSYA, après avoir été tabassés pendant la charge de police, mais aussi après leur arrestation, ont dû passer devant le procureur le 16 juillet, ainsi que d’autres manifestants arrêtés, sur la base de nombreuses fausses accusations ridicules. Leur procès est prévu le mercredi 22 juillet. Ces deux camarades sont Manthos Tavoularis, employé de librairie et secrétaire du Syndicat des Travailleurs des Librairies et Michalis Goudoumas, travailleur social, membre du Syndicat des Travailleurs de la Fondation pour l’Enfance « Pammakaristos ».

15 autres militantEs ont été arrêtés avec nos camarades et traités par la police avec la même brutalité, et passeront aussi en procès mercredi.

Le gouvernement ne laisse place à aucune illusion s’agissant de savoir qui sont ses alliés et qui sont ses ennemis. Il choisit de voter pour le nouveau mémorandum en collaboration étroite avec les partis politiques de la bourgeoisie, les médias dominants, le capital grec et européen, l’UE et le FMI.

Le gouvernement a choisi d’attaquer avec une violence impensable, utilisant la fameuse « Garde Prétorienne » (la police anti-émeute grecque « MAT » et l’unité de police « DIAS ») contre des organisations politiques de la gauche anticapitaliste, des syndicalistes et des militantEs politiques qui se sont battus ces dernières années contre les mémorandums, l’austérité et les lois autoritaires, qui se sont aussi battus et ont mobilisé pour le NON lors du référendum, qui se battent pour l’émancipation de la majorité laborieuse et sa libération de l’enfer capitaliste.

Cette répression de la part du gouvernement qui a autoritairement transformé le NON écrasant des travailleurs et des travailleuses en un mémorandum « de gauche » d’une extrême sauvagerie de classe, n’effraie pas les militantEs politiques qui se battent aux côtés de celles et ceux qui disent NON JUSQU’AU BOUT.

C’est pourquoi nous sommes solidaires de touTEs nos camarades militantEs politiques qui étaient le « groupe-cible » de la répression policière lors de la manifestation ouvrière du 15 juillet et nous exigeons le retrait immédiat de toutes les accusations contre les militantES politiques interpellés et traînés de force au tribunal.

Nous participerons au rassemblement de solidarité au tribunal d’Evelpidon, le 22 juillet à 9h.

Appel déjà signé par plus de 300 syndicalistes et activistes en Grèce :

soutien.grecs.reprimes@gmail.com

Premiers signataires :
Despina Koutsoumpa, member of council of region of Attiki
Panagiotis Tselepis, secretary of workers in municipality of Nikaia/Renti (region of Attiki)
Santiago Menconi, worker and activist from the Argentina Transport Union
Koutsoumpa is also member of general assembly of ADEDY
Zetta Melampianaki, secretary of teachers’ union in Nea Smpyrni (region of Athens)
Ilias Loizos, secretary of workers union in municipality of Neo Irakleio (region of Attiki)
Xristos Argiris member of general council of ADEDY, doctor
Adamopoulos Nikos, secretary of workers in municipality in Nea Ionia (region of Attiki), member of general council of POE-OTA (fenderation of workers in municipalities) and member of executive committe of ADEDY
Takis diamantidis, secretary of union of Teachers in Samo

OKDE-Spartakos, Pétition

* Change.org

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35467
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22421
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités