Ἑλλάς, Grèce

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 02 Aoû 2017, 00:32

Grèce : la justice condamne l’ancien chef des statistiques

Andréas Georgiou est accusé d’avoir grossi les chiffres du déficit et de la dette publique pour l’année 2009.

Andréas Georgiou, ancien chef de l’office des statistiques grecques, Elstat, au cœur de la saga des faux chiffres du déficit public au début de la crise de la dette, a été condamné, mardi 1er août, à deux ans de prison avec sursis.

M. Georgiou a été condamné par le tribunal correctionnel d’Athènes pour « manquement au devoir », selon une source judiciaire. Cet ancien membre du Fonds monétaire international a été jugé pour s’être entendu avec Eurostat (l’office européen de statistiques, dépendant de la Commission) afin de grossir les chiffres du déficit et de la dette publique grecs pour l’année 2009. Le but supposé : faciliter la mise sous tutelle financière du pays, avec le déclenchement, en 2010, du premier plan d’aide internationale à la Grèce – on en est au troisième, depuis août 2015.

Pendant le mandat d’Andréas Georgiou à Elstat (2010 à 2015), le déficit public a été revu à la hausse passant de 13,6 % du PIB à 15,4 % et la dette de 115,1 % à 126,8 %. Il s’est défendu en assurant qu’il s’agissait des chiffres réels, dans la mesure où Elstat, dans le passé, sous-évaluait systématiquement le déficit public pour dissimuler la situation économique du pays. Mais sur ce volet, la justice a estimé, à l’issue de l’instruction, qu’il n’y avait pas d’éléments suffisants pour justifier son renvoi devant l’audience. Un procureur de la Cour de cassation a toutefois récemment demandé le réexamen de l’affaire.

... http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... QSlgaO5.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 22 Aoû 2017, 18:59

Les propositions de Varoufakis qui menaient à l’échec

Dans son dernier livre Adults in the Room (https://www.theguardian.com/books/2...), Yanis Varoufakis donne sa version des raisons qui ont conduit à la capitulation honteuse du gouvernement Tsipras en juillet 2015. Il analyse essentiellement la période 2009-2015 tout en faisant des incursions dans des époques plus lointaines.

Avec ce livre volumineux (550 pages dans la version originale en anglais), Yanis Varoufakis démontre qu’il est un grand narrateur. Il réussit par moment à émouvoir le lecteur. Son style direct permet de suivre de manière vivante le cours des évènements.

Ce premier article porte sur les 4 premiers chapitres d’un livre qui en compte 17. Il concerne les propositions que faisaient Varoufakis avant de participer au gouvernement en janvier 2015.

De la démonstration faite par l’auteur, on peut clairement conclure que son comportement et l’orientation politico-économique qu’il a défendue ont contribué à conduire au désastre. En effet, Yanis Varoufakis revendique clairement un rôle de premier plan dans l’élaboration de la stratégie qu’a adoptée avant la victoire électorale de janvier 2015 une poignée de dirigeants de Syriza : Alexis Tsipras, Yanis Dragasakis, Nikkos Pappas essentiellement.

Varoufakis ne plaide pas coupable : il est convaincu que si Tsipras avait réellement appliqué l’orientation qu’il lui a proposée et que Tsipras a acceptée à la fin 2014, cela n’aurait pas débouché sur une défaite pour le peuple grec.

Mais, contrairement à la conviction de Varoufakis, une lecture attentive de son livre aboutit à la conclusion qu’il a contribué à la défaite.

... http://www.cadtm.org/Les-propositions-de-Varoufakis-qui
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 19 Sep 2017, 10:48

Grèce : Affrontements à la manif antifa d’Athènes

Une manifestation de 2000 antifascistes a eu lieu hier samedi dans le centre d’Athènes, demandant l’interdiction d’Aube Dorée et la fermeture de ses bureaux. Les manifestants dénonçaient aussi les lenteurs judiciaires relatives au jugement des dirigeants du parti en lien avec la mort du rappeur Pavlos Fyssas. L’auteur du crime, membre d’Aube dorée, a admis les faits. Les affrontements ont éclaté lorsque des manifestants cagoulés se sont détachés du cortège et se sont rendus vers le siège d’Aube dorée aux cris de « Pavlos est vivant ! A bas les nazis ! ». La police a empêché ceux-ci d’accéder au bâtiment. Du gaz lacrymogène a été utilisé par la police contre les manifestants qui ont lancé des bombes à essence. Une autre manifestation est prévue lundi dans la commune ouvrière de Keratsini, en banlieue d’Athènes, où Pavlos Fyssas a été poignardé à mort le 18 septembre 2013.

https://secoursrouge.org/Grece-Affronte ... -d-Athenes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 20 Sep 2017, 04:15

Athènes : une jeune fille de 15 ans sous les verrous

Scandale à Athènes :

UNE JEUNE FILLE DE QUINZE ANS ENFERMÉE DANS UNE CELLULE, POUR… UN SPRAY ET UN FOULARD TROUVÉS DANS SON SAC !

C’est la stupeur aujourd’hui en Grèce, où une jeune fille de quinze ans attend actuellement son jugement en prison, au moins jusqu’à mercredi.

Sa participation à la manifestation athénienne de samedi — à la mémoire de Pavlos Fyssas — était la toute première de sa vie.

Dans son sac ? Ni lance-pierre, ni Molotov, ni marteau (et quand bien même), mais juste un spray de peinture et un simple foulard « au cas où », les gazages étant fréquents et violents en Grèce.

La jeune fille a été interpellée à l’entrée de la station de métro de Ambelokipi, à 300m du nord-est d’Exarcheia (avenue Alexandras), puis arrêtée après la fouille et embarquée au commissariat.

Pourquoi doit-elle attendre cinq jours enfermée dans une cellule ?

Parce que, dans la Grèce en « crise », véritable laboratoire du durcissement du capitalisme en Europe et des résistances qu’il suscite, il n’y a plus aucun procureur disponible jusqu’à mercredi dans sa zone !

Telle est la logique de l’État qui frappe, inquiète, menace, poursuit, punit, enferme, comme bon lui semble, ou presque, en ne sanctionnant que très rarement ses valets les plus zélés. Telle est la logique des gouvernants qui ne songent qu’à tirer profit de leur pouvoir et à le conserver, sans rien changer pour l’essentiel de l’ordre social étouffant et de la misère insupportable. Telle est la logique de la bureaucratie qui traitent les individus singuliers comme des chiffres et des statistiques, jusqu’à jeter des enfants en prison et des familles entières à la rue.

A l’heure qu’il est, une adolescente effrayée est coupée de ses parents, de ses études et de ses ami-e-s.

A l’heure qu’il est, une nouvelle grande manifestation va commencer, au départ du mémorial de Pavlos Fyssas à Keratisini, avec une raison de plus de lutter et de riposter.

Y.Y.


http://blogyy.net/2017/09/18/athenes-un ... s-verrous/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 15:20

Affrontements entre anarchistes et policiers à Athènes

Une manifestation anarchiste a eu lieu samedi à Athènes pour dénoncer les tortures dont a été victime Kostas B., un antifasciste arrêté par la police le 16 septembre dernier à la manifestation à la mémoire de Pavlos Fyssas (voir ici). La manifestation de samedi a eu lieu avenue Alexabdras et s’est dirigée vers le quartier général de la police où lKostas B. a té torturé. Les affrontements ont commencé à la tombée de la nuit dans le quartier d’Exarchia : les manifestants ont lancé des cocktails Molotov et des pierres contre les policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Deux policiers ont été légèrement blessés et une personne a été arrêtée.

https://secoursrouge.org/Grece-Affronte ... -a-Athenes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede Pïérô » 14 Oct 2017, 03:43

La dette grecque, poule aux euros d’or de la Banque centrale européenne

La Banque centrale européenne a révélé que les sommes prêtées à la Grèce entre 2012 et 2016 lui ont rapporté 7,8 milliards d’euros en versements d’intérêts.

Sauver la Grèce n’est pas facile, ça coûte cher mais ça peut rapporter gros. La Banque centrale européenne (BCE) a révélé, mardi 10 octobre, qu’elle avait gagné 7,8 milliards d’euros grâce aux bons du Trésor grec qu’elle détient depuis 2012.

L’institution financière européenne a commencé à acheter de la dette grecque, après avoir mis en place le mécanisme de SMP (Securities market purchase) en 2010, qui lui permet d’acquérir directement des titres de pays en difficulté. Elle prête ainsi de l’argent à l’État qui en a besoin - près de 30 milliards d'euros à la Grèce -, qui est censé le rembourser à échéance.

Pactole

Un système gagnant-gagnant… mais un peu plus pour les banques centrales européennes. Car le pays émetteur de ces bons du Trésor doit s'acquitter, chaque année, des intérêts. Les profits ainsi accumulés sont ensuite reversés aux banques centrales des différents pays de la zone euro.

La BCE n’est pas la seule à s’être constituée un tel pactole sur le dos de la Grèce. Le Fonds monétaire international (FMI) touche aussi, année après année, les intérêts pour les milliards prêtés à Athènes. L’institution, présidée par la Française Christine Lagarde, a gagné 2,5 milliards d’euros, d’après une analyse menée en 2015 par le Jubilee Debt Campaign, une association britannique qui milite pour l’allègement du fardeau financier des pays les plus endettés.

... http://www.france24.com/fr/20171011-bce ... mie-europe
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20426
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 30 Oct 2017, 11:52

Grèce. «Les banques centrales et le jackpot de la dette grecque»

Mario Draghi vient de reconnaître, dans une lettre de réponse au député européen Nikolaos Chountis (Unité populaire), que les banques centrales membres de la zone euro avaient accumulé 7,8 milliards d’euros de profits grâce aux titres grecs que la Banque centrale européenne (BCE) a achetés au cours des années 2010-2012 dans le cadre du programme SMP («Securities Markets Programme»).

A cela s’ajoutent d’autres sommes, dont n’a pas parlé le président de la BCE : les profits réalisés par ces mêmes banques centrales dans le cadre des achats dits ANFA («Agreement on Net Financial Assets»). Il faut également ajouter les profits réalisés par les 14 pays de la zone euro qui ont octroyé un prêt bilatéral à la Grèce en 2010 à un taux d’intérêt abusif d’environ 5 %. Il faudrait comptabiliser aussi les économies réalisées par les pays dominants de la zone euro dans le refinancement de leurs propres dettes publiques: la crise qui a frappé la Grèce et les autres pays de la périphérie a entraîné une fuite des prêteurs, privilégiant les pays les plus riches de la zone euro qui, en conséquence, ont bénéficié d’une baisse du coût de leurs emprunts.

Enfin, la BCE a acheté dans le cadre de sa politique d’assouplissement quantitatif ( «quantitative easing») pour 400 milliards d’euros de titres souverains allemands, le plus souvent avec un rendement nul ou négatif. La BCE a également acheté des titres souverains français pour un montant un peu inférieur à 400 milliards d’euros. Ces achats de titres allemands ou français ne lui rapportent rien, tandis que les titres grecs qu’elle détient pour un montant dix fois inférieur lui ont rapporté 7,8 milliards d’euros. Dès 2010, la BCE est intervenue avec comme principale préoccupation de limiter au maximum les pertes des banques privées françaises, allemandes, italiennes et du Benelux, très exposées tant auprès du secteur privé que du secteur public en Grèce.

Contrairement à ce qui est couramment affirmé, le problème principal venait des banques privées grecques, au bord de l’insolvabilité, dont la possible faillite constituait une sérieuse menace pour leurs prêteurs. Au cours de la préparation du Mémorandum de mai 2010, la BCE a d’ailleurs refusé de réduire la dette publique grecque, alors que le lancement d’un plan dit «de sauvetage» est généralement accompagné d’une restructuration de la dette.

... https://alencontre.org/europe/grece-les ... ecque.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 12:42

Grèce : après 7 ans d’austérité, l’ambiance est au cannibalisme social (28/10/17)

Montpellier Poing Info, le 28 octobre 2017 – Une vingtaine de personnes se sont réunies avant-hier soir au centre Ascaso Durruti* pour discuter des perspectives de luttes en Grèce. Après sept ans d’austérité et presque trois ans de gouvernement Syriza (gauche radicale), des leçons doivent en effet être tirées pour ne pas reproduire les mêmes erreurs en France, notamment à l’heure où la gauche mélenchoniste se présente comme la seule alternative à la politique antisociale d’Emmanuel Macron. Le débat a été introduit par Lefteris, un camarade grec vivant à Montpellier depuis de nombreuses années. Extraits.

... http://www.lepoing.net/grece-apres-7-an ... me-social/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 02 Nov 2017, 14:13

Grèce : La police charge une manifestation et arrête trois leaders syndicaux

Le jeudi 26 octobre, à Ioannina (région de l’Épire), le Centre syndical régional, affilié à PAME (Front militant de tous les travailleurs - syndicat proche du KKE) a organisé une manifestation devant un super marché contre le licenciement de travailleurs de cette enseigne.

À la demande de la direction du super marché, la police a été déployée. Suite au refus du syndicat de quitter les lieux, la police a tenté de déloger les manifestants présents. Ceux-ci ont formé des piquets, la police a alors chargé en utilisant des grenades assourdissantes. Elle a finalement arrêté le président du Centre régional des syndicats de Ioannina, un membre du conseil d’administration du syndicat de la régionale d’Ioannina, et le président du Syndicat des travailleurs de la construction d’Ioannina. Les travailleurs de la ville ont immédiatement organisé un grand rassemblement au poste de police où les syndicalistes ont été transférés avant d’être relâchés.

video https://secoursrouge.org/Grece-la-polic ... -syndicaux
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 19 Nov 2017, 00:16

Grèce. Des aéroports, privatisés, qui atterrissent dans les paradis fiscaux…

Dans la Grèce soumise à l’austérité, un consortium d’entreprises allemandes s’est taillé la part du lion lorsque l’Etat a mis aux enchères quatorze de ses aéroports régionaux. Une opération très avantageuse, sur fond d’optimisation fiscale.

Tous les profits pour l’un, bien planqués dans des paradis fiscaux, et tout le passif pour l’autre. D’un côté, le consortium Fraport AG-Slentel Ltd, gros exploitant des aéroports allemands épinglé dans l’enquête «Paradise Papers», et de l’autre la Grèce, mise en demeure en 2015 par les «hommes en noirs» de la troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international) de vendre ses bijoux de famille pour renflouer les caisses terriblement vides de l’Etat. Transport, énergie, loterie nationale, gestion de l’eau, infrastructures, patrimoine culturel… Dans cette grande braderie, les aéroports grecs s’avèrent, dès 2014, un business lucratif. Une aubaine pour l’opérateur aéroportuaire allemand qui se met rapidement sur les rangs concernant la privatisation de quatorze aéroports régionaux, dont ceux de Thessalonique, Mykonos ou encore Santorin. Trois ans plus tard, en avril 2017, pari gagné avec une cession conclue pour quarante années.

... https://alencontre.org/europe/grece/gre ... scaux.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Ἑλλάς, Grèce

Messagede bipbip » 10 Déc 2017, 18:10

Grèce. Des milliers de résidences saisies… et mises aux enchères électroniques
Pluies et vents. Dans l’ancien temps nous croyions préparer Noël. La semaine dernière, les administrateurs coloniaux de la Troïka étaient de leur déplacement habituel à Athènes, afin de recevoir les ministrions locaux à l’hôtel Hilton. Histoire surtout de surveiller l’exacte poursuite du programme d’anéantissement de leur proie. 2018 sera l’année où le processus de déshellénisation de l’économie, (et) qui passe autant par la saisie des biens privés et publics des Grecs, s’accélérera.
Les para-ministres à Tsipras sourient sans cesse devant les caméras, et les Grecs les haïssent. Oui, la haine, c’est-à-dire, la disparition absolue du geste politique.
La vente aux enchères, désormais électronique, des biens immobiliers saisis par les banques et par le «fisc grec» a ainsi pu reprendre, une exigence… historique et insistante de la Troïka.
Les médias rapportent que plus de 18’000 biens seront liquidés, rien que dans un premier temps. Il faut préciser que ceux qui perdent leurs biens (le plus souvent, appartements et maisons sous forme de résidences principales) n’auront pas le droit de les «racheter» à 5% de leur valeur (en passant par un arrangement avec «leurs» banques, par exemple), ni en règle générale les autres citoyens du pays. Car les acquéreurs (ceux seulement autorisés à «acheter» ces biens à 5% de leur valeur) sont exclusivement issus de ces fameux fonds étrangers, ou dans certains cas leurs associés grecs, triés sur le volet.
... https://alencontre.org/europe/grece/gre ... iques.html


Grèce : Affrontements lors d’une manifestation contre la réforme du droit de grève
Mardi 5 décembre, une manifestation a eu lieu devant le ministère du Travail pour s’opposer à la réforme du droit de grève. Des affrontements ont eu lieu avec la police et les manifestants ont réussi a entrer de force dans le ministère. Ceux-ci ont ensuite marché vers le bureau du Premier ministre, dont la rue avait été bloquée par la police. De nouveaux affrontements ont eu lieu et la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. La manifestation a été organisée par PAME (Front militant de tous les travailleurs - syndicat proche du KKE) et s’opposait au projet de loi sur la réforme limitant le droit de grève (en augmentant le pourcentage de votes requis par certains syndicats pour pouvoir déclencher une grève), proposition qui était incluse dans les conditions du renflouement du pays à la demande du Fonds monétaire international.
Suite aux réactions des syndicats, le gouvernement SYRIZA a annoncé le retrait de l’amendement tout en précisant qu’il serait rediscuté ultérieurement. Les plus grands syndicats de Grèce ont appelé à une grève de 24 heures le 14 décembre contre les propositions de réforme du droit du travail.
https://secoursrouge.org/Grece-Affronte ... u-droit-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23143
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités