Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 06 Sep 2016, 01:15

La Poste: bénéfice net en hausse de 59%

La Poste a publié jeudi un bénéfice net part du groupe en hausse de 59,4% au premier semestre à 675 millions d’euros, aidée notamment par des produits exceptionnels, et a confirmé ses objectifs pour l’ensemble de 2016.

Le chiffre d’affaires du groupe public a augmenté de 2,7% sur les six premiers mois de l’année, à 11,77 milliards d’euros, la croissance organique (à périmètre et taux de change constants) atteignant 2,2%.

http://www.anti-k.org/2016/09/05/la-pos ... 838XWfr21s
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede Pïérô » 08 Sep 2016, 20:03

Enfermer les étrangers, ça rapporte !

Les centres de rétention administratives sont des lieux d’enfermement où les personnes étrangères sans-papiers sont placées sur décision d’un préfet, afin d’organiser leur expulsion du territoire. En 2015, près de 48 000 personnes y ont été enfermées. Une statistique déprimante quand on se bat pour l’égalité et la liberté de circulation... mais alléchante pour ceux qui investissent dans cette industrie xénophobe !

Le 19 août, un avis d’attribution de marché public annonçait le nom des entreprises retenues par la Préfecture de police de Paris pour intervenir au centre de rétention du Mesnil-Amelot. Un marché à 950 000 euros par an, à reconduction tacite pendant quatre ans.

Cet appel d’offre concernait la « réalisation de prestations multi-services et multi-techniques ». C’est large. Et pour cause : il s’agit de sous-traiter toutes les tâches nécessaires au fonctionnement d’un centre, et que les flics ne réalisent pas eux-mêmes : ménage, entretien des installations, gestion du linge, cuisine... Exactement comme le font les prisons. Et ça tombe bien, puisque les heureux gagnants de l’appel d’offre sont deux partenaires très réguliers de l’administration pénitentiaire.

Le premier vainqueur est Engie Axima, qui est comme son nom l’indique une filiale d’Engie (anciennement GDF-Suez). Ses spécialités ? Chauffage, climatisation, ventilation, sécurité incendie, portes automatiques... On comprend que les lieux d’enfermement constituent un marché juteux pour la boîte, contribuant à son chiffre d’affaires annuel : 1,3 milliards d’euros.

Le deuxième vainqueur est GEPSA, qui s’occupe notamment de restauration, de nettoyage et de blanchisserie. Comme son nom ne l’indique pas, GEPSA est une filiale de Cofely, qui est une filiale... d’Engie. Bien joué !

Les bénéfices dégagés se répartiront donc entre les différents actionnaires de la multinationale, à commencer par l’État français lui-même. Mais aussi le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne, la Banque postale, et d’éminentes familles capitalistes comme Frère, Desmarais ou Boël... entre autres.

Alors bien sûr, ce contrat n’est pas une première pour les filiales d’Engie, déjà présentes dans de nombreux centres de rétention (Palaiseau, Plaisir, Calais, Lille, Toulouse, Nice, Sète, Rennes, Metz, Lyon...). Bien sûr, il représente une goutte d’eau dans les profits d’Engie ou de ses concurrents sur ce sordide marché, tels que Compass, Sodexo ou Vinci. Bien sûr, c’est un petit rouage de la grande machine raciste qui fiche, traque, matraque, enferme, expulse, tue ou laisse mourir... Mais il est toujours bon de rappeler que cette machine remplit des portefeuilles en même temps qu’elle broie des vies.

http://paris-luttes.info/enfermer-les-e ... porte-6618
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 04 Nov 2016, 13:14

On n’est pas du même monde

Le salaire de Pepy, PDG de la SNCF ? 450.000€ par an !

Comme quelques autres dirigeants d’entreprises "publiques", Guillaume Pepy atteint le salaire plafond de 450.000€ annuels bruts. Mais à ce niveau, brut ou net, pour nous, ne change pas grand-chose.
BFM explique que "quatre dirigeants [d’entreprises dites publiques] atteignent le plafond de manière certaine : il s’agit de de Jean-Bernard Levy (EDF), Philippe Wahl (La Poste), Guillaume Pépy (SNCF) et Marie-Christine Lombard (Geodis)".

450.000€. Pour donner un ordre d’idée, Pepy gagnera en seulement 2 ans davantage que la majorité des travailleurs en une vie.

450.000€. Soit plus de 25 fois le SMIC annuel. Quand on sait d’ailleurs que la SNCF est une des rares entreprises à pouvoir embaucher en-dessous du SMIC...

... http://www.revolutionpermanente.fr/Le-s ... EUR-par-an
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 11 Nov 2016, 14:21

Rémunération : Les grands patrons se gavent !

Le salaire global des dirigeants des 120 plus grosses entreprises françaises cotées a augmenté de 20 % l'an dernier. Ils perçoivent 3,5 millions d'euros en moyenne

La rémunération des grands patrons a atteint en 2015 « un niveau record », selon le dernier rapport de Proxinvest. Selon cette société de conseil engagée au service des investisseurs, les dirigeants des sociétés cotées à l'indice SBF 120 ont été particulièrement bien servis l'an dernier. En salaire, bonus annuel, jetons, avantages en nature, stock-options et actions gratuites de performance à leur date d’attribution, intéressement en numéraire et autres formes indirectes de rémunération, ils ont touchés en moyenne 3,5 millions d'euros. Soit une hausse de 20 % par rapport à 2014 !

Leurs salariés apprécieront sûrement de connaître cette générosité des actionnaires alors que les négociations sur les salaires s'engagent dans les mêmes entreprises. C'est la crise... mais pas pour tout le monde.

... http://www.politis.fr/articles/2016/11/ ... ent-35772/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede Pïérô » 27 Nov 2016, 03:33

ENQUETE "L’ŒIL DU 20 HEURES". Nouvelles révélations sur les liens entre le cimentier français Lafarge et l'Etat islamique en Syrie

Selon des documents et témoignages recueillis par France 2, Lafarge aurait mis en danger des employés et aurait indirectement financé le groupe jihadiste, en maintenant son usine en Syrie.

Peut-on faire des affaires dans un pays en guerre ? L'un des plus grands cimentiers du monde, Lafarge, l'a bel et bien tenté. Le groupe français a quitté la Syrie en septembre 2014, soit trois ans après le début de la guerre civile et l'émergence dans le pays du groupe Etat islamique (EI). Selon des documents et des témoignages recueillis par l'équipe de "L'Œil du 20 heures" de France 2, et dévoilés jeudi 17 novembre, l'entreprise a mis en danger des employés et indirectement financé le groupe jihadiste, en maintenant son usine sur place.

... http://www.francetvinfo.fr/monde/proche ... or=CS1-746
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 20 Déc 2016, 02:06

Rémunérations : des grands patrons sans limites

L’autorégulation pour les revenus des grands patrons, ça ne marche décidément pas : tel est l’enseignement que l’on peut tirer – une fois de plus – de l’édition 2016 du rapport de Proxinvest, société de conseil aux investisseurs. La rémunération moyenne totale (salaire fixe et variable, stock-options et actions gratuites, « golden hello », retraites etc) des présidents exécutifs du SBF 120 – les 120 plus grandes entreprises françaises par la capitalisation boursière – a en effet atteint le montant record de 3,5 millions d'euros en 2015, soit une hausse de 20 % par rapport à 2014. Si on isole au sein de cette population les présidents exécutifs des entreprises du CAC 40, on observe une « inflation historique » de 18 % de leur rémunération moyenne totale, qui a atteint 5 millions d’euros en 2015.

Un dirigeant du CAC 40 gagnait en moyenne 5 millions d'euros en 2015, une rémunération en hausse de 18 % par rapport à 2014

Cette inflation est sensible en particulier en tête du palmarès des patrons les mieux payés : « pour la première fois depuis 2005, les cinq premières places du classement bénéficient d’une rémunération supérieure à 10 millions d’euros », relève la société de conseil. Avec 16,8 millions d’euros empochés en 2015, la palme revient à Olivier Brandicourt, le directeur général du laboratoire Sanofi. Suivent Gilles Bobin (16,4 millions), fondateur de Rubis, société spécialisée dans le stockage de produits pétroliers et chimiques, Carlos Ghosn (15,6 millions), président de l’alliance Renault-Nissan, Bernard Charlès (11,7 millions), directeur général de Dassault Systèmes, et enfin Jean-Pascal Tricoire (10,4 millions), PDG de General Electric.

... http://www.alterecoplus.fr/remuneration ... s/00012627
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 29 Déc 2016, 16:13

Le pacte secret qui fait la fortune des sociétés d’autoroutes

Première facture de 500 millions d’euros. L’État a signé un accord dans le dos des usagers.


C’est en vertu d’un « accord secret » – une sorte de pacte contenant des dispositions inavouables ou, en tout cas, inavouée – que les usagers des autoroutes vont devoir payer un demi-millard. Cet accord signé le 9 avril 2015 entre le gouvernement et les sociétés d’autoroutes, contient peut-être d’autres farces et attrapes.

Mais comment le savoir ? Le gouvernement n’a même pas communiqué le dit accord à l’Arafer, l’organisme chargé de surveiller les comptes des sociétés concessionnaires, pourtant censé « assurer un contrôle économique et foncier des concessions ». Difficile de vérifier si les sociétés autoroutières respectent bien leurs devoirs quand on ignore quels sont ces derniers…

Plus agiles que l’écureuil

Il y a dix-huit mois, en pleine contestation des contrats de concession – on parlait alors purement et simplement de les annuler -, Ségolène Royal s’était vantée d’avoir fait plier les sociétés d’autoroutes en gelant le prix des péages pour un an. Résultat de cette « victoire » : les usagers vont rembourser le « gel », avec, pour les sociétés , une gentille prime de 10 % au titre du rattrapage pour la perte de trésorerie. Les particuliers qui placent leurs économies à la Caisse d’épargne à 0,75 % apprécieront ! … L’accord secret fixe également le montant des compensations obtenues par les sociétés pour réaliser les 3,2 milliards de travaux du « plan de relance autoroutier » décidé en 2015. Comment ces compensations sont-elles calculées ? L’Arafer, qui en est réduite aux conjectures, a découvert des « écarts de prix » importants entre le coût des travaux annoncés par les sociétés d’autoroutes et leur coût réel. Selon quels calculs ces travaux à prix fort se sont-ils transformés en prolongation des concessions ? Travaux dont, par ailleurs, – un « niveau élevé« , selon l’Arafer, est attribué par les autoroutiers aux groupes de BTP dont ils dépendent.

Autre mystère : quelle est la rentabilité exacte des concessions sur leur durée entière (certaines courant jusqu’en 2070) ? L’Autorité de la concurrencer avait estimé en 2014; le TRI (taux de rentabilité interne) à 24 %, quand les sociétés pour leur part revendiquaient un modeste 8 %. L’État n’a jamais communiqué cette donnée, pourtant fondamentale pour déterminer si les autoroutiers réalisent des profits excessifs.

Macron grand résistant

L’ancien maire adjoint de Grenoble, l’écologiste Raymond Avrillier, a fait des pieds et des mains pour se procurer cet accord. En vain. La Commission d’accès aux documents administratifs avait donné son feu vert en juillet 2015, accord confirmé par le tribunal administratif un an plus tard. Mais le ministère de l’Économie – alors dirigé par Emmanuel Macron – a déposé un recours devant le Conseil d’État.

Seul chiffre impossible à dissimuler : en 2015, et malgré le gel provisoire, le bénéfice global des sociétés d’autoroutes a augmenté de 15 %, et les dividendes versés à leurs actionnaires ont plus que doublé, pour atteindre 3,3 milliards.

Elles ne manquent pas d’aires…

Innocente Ségolène

Interrogée, le 11 décembre, sur le bonus de 500 millions offert aux sociétés autoroutières en plus du rattrapage du gel des péages en 2015, Ségolène Royal n’a pas mâché ses mots. « Je ne suis pas d’accord avec cette décision gouvernementale« , a-t-elle déclaré sur la chaîne C8. Malheureusement, cette décision gouvernementale, c’est elle qui l’a prise. Les trois décrets parus au « Journal officiel » du 23 août 2015 – et datés du 21 août portent une seule signature : celle de la ministre de l’Environnement, quia la tutelle sur le ministère des Transports. ces textes mettent en musique le partie tarifaire de l’accord signé le 9 avril 2015 entre le gouvernement et les sociétés d’autoroutes. S’il fallait se souvenir de tout ce que l’on signe !

Le Canard Enchaîné – 14/12/2016 –
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede Pïérô » 05 Jan 2017, 11:18

Renault: un jackpot de 6 millions d'euros pour Carlos Ghosn à Noël

D'après un économiste cité par Capital, le PDG du groupe automobile français a acheté 132 700 actions Renault, a un prix fixé à l'avance, et très en dessous de la cote actuelle, qui pourraient lui permettre d'obtenir une plus-value instantannée de 6,36 milllions d'euros.

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a exercé des options d'achat d'actions (ou stock-options) attribuées au titre de sa rémunération variable, qui pourraient lui permettre d'empocher plus de six millions d'euros de plus-value.

... http://lexpansion.lexpress.fr/actualite ... r=CS3-5083
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 07 Jan 2017, 15:27

30 ans de baisse de l’impôts sur les sociétés

Depuis 1971, sous la droite, la France de Valéry Giscard d’Estaing, même celle de Georges Pompidou, ses patrons, ses entreprises, ses actionnaires, avaient parfaitement supporté un impôt sur les bénéfices de 50 %.

Et voilà que, sous la gauche, la France de François Mitterrand ne tolère plus ce même taux ? Voilà qu’il convient de le raboter sans cesse – à 45 % (1985), à 42 % (en 1986), jusqu’à 33,3 % donc ?

L’explication tient en trois mots : « marché unique européen ».

Cette logique sévit depuis 1986, depuis la signature de l’Acte unique européen. Nous n’en sommes toujours pas sortis.

... http://www.anti-k.org/2017/01/05/30-ans ... -societes/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 12 Jan 2017, 18:18

Trois jours pour les patrons, c’est un an de travail pour nous !

En date du 3 janvier, les grands patrons français auront déjà gagné l’équivalent d’un an du salaire moyen d’un salarié. Un chiffre qui en dit long sur les inégalités entre patrons et salariés.

En seulement trois jours, les dirigeants des 120 plus grandes entreprises françaises ont gagné en moyenne plus que ce qu’un salarié moyen gagnera cette année, soit environ 30 000 euros. Ces statistiques publiées par La Tribune sont basées sur le salaire moyen des patrons l’an dernier : 3,5 millions en 2015 (20 % de plus qu’en 2014) ce qui équivaut à 9 589 euros par jour. Il faut donc 2 jours et 18h au patron d’une grande entreprise pour gagner 30 000 euros : le salaire annuel moyen d’un travailleur du privé.

Mais, les inégalités salariales ou plutôt, l’inégale répartition des profits, si elle s’amplifie, ne datent pas d’hier. A chaque scandale de ce type, les hommes politiques dominants feignent d’être choqués par la « découverte » de ces injustices, et nous promettent d’intervenir pour régler le problème. Les députés légiférèrent pendant des mois… sans que jamais rien ne change.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Troi ... -pour-nous
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 18 Jan 2017, 09:49

Entreprise
Deux fois plus de dividendes que d’investissements

Notre confrère Les Echos annonce que les entreprises du CAC40 ont distribué 56 milliards d’euros de dividendes en 2016. Il y a certes matière à se réjouir de ce résultat car il signifie que dans un environnement de croissance mitigée, nos champions arrivent à tirer leur épingle du jeu.

Pourtant, ce niveau est élevé : il atteint presque les 57 milliards de 2007 distribués au plus haut de la bulle financière. Dans une économie qui croît peu, cela suggère que les détenteurs d’actions reçoivent une part importante de la richesse produite.

... http://www.alternatives-economiques.fr/ ... s/00076431
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 03 Fév 2017, 21:23

CAC 40 : augmentation record des dividendes en 2016 avec 56 milliards d’euros

Les entreprises du CAC40 ont distribué 56 milliards d’euros en dividendes et rachats d’actions en 2016. Un niveau record depuis la crise financière de 2008 [1]. Ce sont 13 milliards de plus qui ont été versés aux actionnaires comparé à 2015 (43 milliards d’euros). En moyenne, les grandes entreprises françaises ont ainsi redistribué 57 % de de leurs bénéfices aux actionnaires, contre 51 % en 2015.

Trois entreprises représentent à elles seules les deux tiers de ce montant : Sanofi et Total, les deux principales capitalisations boursières françaises, ainsi que Vivendi. Le groupe de médias et de divertissement a reversé en tout 9,6 milliards, dont 3,8 milliards de dividende exceptionnel ! Dans le cas de Vivendi, ces chiffres sont le résultat de l’arrivée de Vincent Bolloré, qui a puisé dans la trésorerie de Vivendi pour accroître les dividendes versés aux actionnaires – dont lui-même – ou acquérir des participations ailleurs [2].

... http://www.bastamag.net/CAC40-augmentat ... es-en-2016
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 20 Fév 2017, 11:36

Le grand bingo du CAC 40 payé cash par les salariés

Déjà 56 milliards : à mi-parcours de leur publication, les bénéfices des grandes entreprises s'annoncent exceptionnels.

Depuis le début du mois, les résultats des entreprises du CAC 40 tombent les uns après les autres. Ce jeudi, un peu plus de la moitié de ceux des 40 entreprises qui constituent l’indice phare parisien sont connus. Et le cru 2016 s’annonce excellent. À mi-parcours seulement de leur publication, les bénéfices, avec 56 milliards d’euros cumulés, frôlent déjà ceux réalisés par la totalité du CAC 40 en 2015, où ils avaient terminé à près de 60 milliards d’euros. Un trou d’air à l’époque, après une année 2014 où ils avaient approché les 70 milliards d’euros. En 2016, le redémarrage en fanfare des bénéfices s’est nourri de baisses des « coûts » essentiellement réalisées sur la masse salariale. À l’instar de Danone, Michelin, ArcelorMittal ou encore Vinci. Quatre groupes qui, en dépit de chiffres d’affaires en baisse, ont réussi à accroître leurs profits. Fin 2015, Michelin, malgré des résultats en hausse, annonçait la fermeture de trois de ses usines afin de « moderniser ».

... http://www.humanite.fr/le-grand-bingo-d ... ies-632339
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede Pïérô » 02 Mar 2017, 14:46

INVESTISSEMENTS AUTOROUTIERS : de maigres créations d’emplois, un gros enrichissement des actionnaires

Le 26 janvier 2017, le ministère des Transports a confirmé un plan d’investissement autoroutier de 800 millions d’euros portant sur une cinquantaine d’opérations. Elles s’ajoutent à la vingtaine de chantier déjà annoncés durant l’année 2015 par Emmanuel Macron. Ces grands travaux profiteront-ils à l’emploi et aux utilisateurs des autoroutes ? Ou en premier lieu aux sociétés autoroutières, grandes bénéficiaires des privatisations de 2005 ? L’État se révèle en tous cas incapable de défendre les intérêts des citoyens, qui financent d’un côté les travaux comme contribuables, et assurent les dividendes exorbitants des actionnaires de Vinci ou d’Eiffage lorsqu’ils passent à la caisse du péage.

À défaut d’enrayer l’augmentation régulière des tarifs des péages, l’État semble apprécier d’investir dans les travaux autoroutiers. Après une vingtaine de chantiers annoncés en 2015, le gouvernement vient d’enclencher, ce 26 janvier, un nouveau plan d’investissement de 800 millions d’euros portant sur une cinquantaine d’opérations supplémentaires. La « création » de nombreux emplois est mise en avant. Cette annonce intervient quelques jours à peine avant l’entrée en vigueur, le 1er février, d’une nouvelle hausse du prix des péages.

Ces deux événements se réaliseront-ils au double bénéfice des sociétés de concession autoroutière – trois géants du BTP – qui encaisseront d’un côté les bénéfices générés par le trafic, tout en attribuant les chantiers à leurs propres filiales de travaux ? Tout indique que les recettes tirées des autoroutes constituent une rente particulièrement rémunératrice pour les sociétés autoroutières… et pour leurs actionnaires

... http://2ccr.unblog.fr/2017/02/16/invest ... ionnaires/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Ma petite entreprise ne connait pas la crise

Messagede bipbip » 03 Mar 2017, 18:04

Restructuration, corruption, suppressions d’emplois
Airbus : le revers de la médaille

"Derrière les bons chiffres, le malaise Airbus" titrait récemment Challenges. En effet, l’annonce des résultats du groupe le 22 février, que les actionnaires ont bien accueilli, contraste avec le ressenti des salariés. Plan Gemini de suppressions d’emplois, plainte pour corruption par le gouvernement autrichien, enquête sur le même thème par la FPO britannique, départ de dirigeants... Le "malaise Airbus" va-t-il se poursuivre ? Nous analysons aujourd’hui les dessous de la corruption à Airbus.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Airb ... a-medaille


Alors que les conditions de travail se dégradent, la Poste annonce une augmentation de son chiffre d’affaire
La Poste a annoncé ce jeudi une augmentation de son chiffre d’affaire : il est de 849 millions d’euros pour l’année 2016, soit une augmentation de 33,6 %. Mais ces résultats cachent surtout la détérioration de la qualité des services et la dégradation des conditions de travail des postiers.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Alor ... gmentation


La SNCF renoue avec les bénéfices aux dépens des effectifs et des salaires
La journée a été marquée par deux informations émanant de l’entreprise ferroviaire. D’un côté, elle annonce avoir réalisé un bénéfice net de 567 millions d’euros et de l’autre, elle confirme avoir supprimé plus de 1800 postes en France et freiné les augmentations de salaire.
... http://www.humanite.fr/la-sncf-renoue-a ... res-632703
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31978
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité