Violence policière - violence d'Etat

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 28 Fév 2019, 10:55

GILETS JAUNES : LES BLESSÉS QUI DÉRANGENT

Ils ont perdu un œil, une main, un bout de visage, ou leurs dents. En une fraction de seconde, leur vie a été bouleversée, parfois brisée parce qu'ils marchaient pacifiquement au sein ou aux abords d'une manifestation. Ils sont plus de 2000 selon les chiffres officiels à avoir été blessés par les forces de l’ordre pendant les manifestations des gilets jaunes. Nous sommes allés à la rencontre d’une trentaine de ces blessés graves à travers la France au cours des dernières semaines.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 10 Mar 2019, 14:48

Maintien de l’ordre - vers l’interdiction des armes mutilantes ?

Après avoir triché dans des proportions abyssales sur leur nombre, après les avoir traités d’antisémites, après avoir tiré sur les manifestants plus de 12 000 balles, après en avoir blessé gravement 400, après les avoir rendus responsables de cette violence d’État, après avoir demandé aux parquets de les garder enfermés le temps des manifestations, Emmanuel Macron - le pdt qui dépasse Fidel Castro en Showtime propagandiste - vient de franchir une dernière étape en indiquant benoîtement que ce serait maintenant de la faute des manifestants s’ils se prenaient des coups la prochaine fois... Reste plus qu’à nous rayer de la carte...

Ci-dessous petit montage express de la conférence de presse #LBD40 "Usage disproportionné de la force dans le maintien de l’ordre : vers l’interdiction des armes mutilantes ?"

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 10 Mar 2019, 15:51

Et si tout le monde détestait vraiment la police ?

Répression : Et si tout le monde détestait vraiment la police ?

La violence répressive qui s’est abattue sur les manifestation a très rapidement fait évoluer la perception de la police dans une partie de la population.

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, on a vu une explosion des violences policières. Face à la détermination dans les manifestations, sur les ronds-points et dans les blocages, l’État montre les dents et sort son arsenal répressif. Dans de nombreuses villes, les manifestations sont systématiquement noyées sous les gaz lacrymogènes, les grenades et les tirs de Flash-Ball. La stratégie de maintien de l’ordre mise en place par le pouvoir est tout bonnement hallucinante. L’objectif semble de terroriser et de frapper au hasard  : vous êtes dans une manifestation après 16 h 30, vous risquez de suffoquer, de perdre un œil ou une main, d’être ramassé par la Brigade anticriminalité et jeté en prison après une parodie de procès. Le nombre de mutilé.es par la police se porte à plus d’une centaine  : certains dans le coma, éborgné.es ou touché.es au visage suite à un tir de flashball, d’autres amputé.es d’un membre par une grenade explosive.

Police et justice sont main dans la main pour protéger le pouvoir et la propriété privée. Après la phase de violence brutale dans la rue, le second volet répressif se joue dans les tribunaux. Les procès expéditifs se multiplient, les peines sont très lourdes et de nombreuses personnes partent plusieurs mois en prison pour des motifs effarants (présence à un rassemblement, intimidation, volonté de commettre des violences…). Par exemple, à Toulouse en deux mois de mouvement, le décompte faisait état de 410 interpellations, 115 déferrements devant un tribunal, 196 mois de prisons avec sursis, 121 mois de prison ferme (y compris les peines aménageables), 10 500 euros de dommage est intérêt pour certains flics [1]… Au niveau national, mi-février, Édouard Philippe parle de 1 800 condamnations prononcées et 1 400 en attente de jugement.

Des centaines d’interpellation pour des motifs effrayants

Au début, une partie des gilets jaunes pouvaient avoir des mots d’ordre du style «  la police avec nous  ». Aujourd’hui, le discours a changé et on entend bien davantage des slogans comme «  tout le monde déteste la police  ». Ce mouvement étonne encore par sa détermination. Les participantes et participants, pour qui ce sont parfois les premières manifs, arrivent de plus en plus équipé.es, avec des casques, masques et lunettes de protection, se renseignent sur les stratégies de défense, etc. La solidarité et la défense collective se mettent en place. Il s’agit de diffuser les bonnes pratiques pour minimiser la casse en manifestation (s’équiper, faire masse pour empêcher les arrestations), en cas de garde à vue (ne rien déclarer pour ne pas s’incriminer) et en cas de déferrement devant un tribunal (refuser la comparution immédiate pour mieux préparer sa défense). Des groupes organisent encore la solidarité avec les prisonniers, en assistant systématiquement aux procès, en organisant des rassemblements devant les tribunaux et les prisons, en récupérant les numéros d’écrou pour écrire aux détenu.es… Face à la répression, dans la rue, dans les tribunaux et dans les taules, il faut rompre l’isolement, éviter la dissociation entre bons et mauvais manifestants pour affirmer encore la force collective des exploité.es.

Elsa (AL Toulouse)

[1] « Justice et gilets jaunes », Collectif Automédia étudiant https://came2016.wordpress.com/2019/01/ ... ets-jaunes.


http://www.alternativelibertaire.org/?R ... QdioINi7uM
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 11 Mar 2019, 00:04

100 jours d’ITT : un Lyonnais dénonce des violences policières

Deux étudiants disent avoir été agressés par un équipage de police fin février à Lyon. Deux plaintes ont été déposées. L’un des deux plaignants, qui a subi 100 jours d’ITT, nous raconte l’incident.

Se faire agresser en rentrant de soirée, ça arrive. Quand les auteurs des coups sont des policiers, c’est une tout autre affaire. La mésaventure serait arrivée à Benoit, un étudiant de 19 ans, à Lyon (Rhône). Alors qu’il aurait été violenté par un équipage de police fin février, il a déposé plainte contre X pour violences aggravées auprès du Pôle de Commandement, discipline et déontologie (PCDD), la « police des polices » lyonnaise. Blessé au poignet, le jeune homme s’en tire avec 100 jours d’ITT (Incapacité totale de travail).

Ce mardi, le parquet a annoncé que le pôle de commandement discipline et déontologie de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône a été saisi de l’enquête. Les policiers mis en cause, d’ores et déjà identifiés, doivent être entendus très prochainement, précise-t-il encore.

... http://www.leparisien.fr/faits-divers/l ... yRdWDA6WIA
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 21 Mar 2019, 16:56

La BAC de Nantes : « 4000 euros le mois, c’est bon » ! - Un « pognon de dingue » pour la répression

Vu sur le Facebook de Nantes Révoltée : On nous présente les policiers comme « usés », « fatigués », « épuisés », « mal payés ». Y compris dans les rangs de la gauche, on les décrit comme « harassés d'obéir à des ordres » injustes. Comme si les forces de l'ordre qui attaquent les manifestations depuis 3 mois, et mutilent des dizaines de personnes, étaient en fait les vraies victimes.

... https://www.facebook.com/Nantes.Revolte ... __tn__=C-R
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 23 Mar 2019, 22:46

"Gilets jaunes" : ce que l'on sait de la septuagénaire grièvement blessée à Nice

Cette militante d'Attac est tombée et a été grièvement blessée après une charge policière sur la place Garibaldi, à Nice.

La manifestation des "gilets jaunes" à Nice, interdite dans une grande partie de la ville, a été émaillée samedi 23 mars par des heurts avec la police, qui ont fait au moins une blessée grave, une manifestante de 72 ans. L'incident s'est déroulé place Garibaldi, lieu habituel des rassemblements de "gilets jaunes", mais qui est était incluse dans le périmètre interdit. La septuagénaire est tombée après une charge de la police qui a été filmée par des manifestants et des journalistes.

... https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 4n77EQNtDk
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede digger » 18 Juil 2019, 08:39

Des policiers impliqués dans des affaires de violences récompensés par Christophe Castaner

Des policiers impliqués dans plusieurs affaires de violences policières commises dans le contexte du mouvement des gilets jaunes ont été décorés d'une médaille de la sécurité intérieure dans le cadre d'une «promotion exceptionnelle» pour récompenser «des actions revêtant un éclat particulier» , rapporte Mediapart. L'initiative en reviendrait ministre de l'Intérieur lui-même, Christophe Castaner. Ont ainsi été distingués, selon le site d'information : le capitaine Bruno Félix, CRS qui commandait le 1er décembre les auteurs des tirs dont un a touché au visage Zineb Redouane, octogénaire morte le lendemain ; le commissaire Rabah Souchi, chargé des opérations de maintien de l'ordre au cours desquelles la militante pacifiste Geneviève Legay a été projetée au sol, se blessant sérieusement ; la compagne de celui-ci, Hélène Pedoya, chargée de l'enquête sur ces opérations ; ou encore le commandant divisionnaire Dominique Caffin, qui faisait partie des CRS ayant matraqué plusieurs personnes dans un Burger King de Paris le 1er décembre. Autre distingué dans cette promotion datée du 16 juin : Grégoire Chassaing, le commissaire qui donnerait l'ordre, cinq jours plus tard, d'utiliser des lacrymos à Nantes sur la foule où se trouvait Steve Maia Caniço, disparu depuis.

Selon Mediapart, la hiérarchie policière voulait prioritairement récompenser des policiers «méritants» blessés, mais faisant chou blanc, elle s'est rabattue sur les «non méritants» puis «ceux qui ont réalisé une action remarquée». Un choix des mots assez parlant, donc, dans le cas des personnes citées ci-dessus.


https://www.liberation.fr/direct/element/des-policiers-impliques-dans-des-affaires-de-violences-recompenses-par-christophe-castaner_100326/

Gilets jaunes : près de 400 enquêtes visent les forces de l’ordre

C’est un chiffre que le ministre de l’Intérieur s’est bien gardé de communiquer. Combien d’enquêtes judiciaires visent réellement les forces de l’ordre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes ? Dans les maigres communications de Christophe Castaner sur le sujet, seules les enquêtes confiées aux inspections générales de la police et de la gendarmerie nationale ont été évoquées.

Pourtant, la plupart des parquets de province ont aussi confié de nombreuses investigations à des entités locales de police et de gendarmerie, à la différence du procureur de la République de Paris qui a décidé de saisir seulement les deux inspections. Ce choix relève effectivement de l’appréciation de chaque procureur.

Selon nos informations, au 24 juin, 103 enquêtes judiciaires avaient été ouvertes par la justice et confiées à des services locaux de police et gendarmerie. Il y a eu, par exemple, 20 saisines de services de sûreté départementale ou encore 10 saisines d’unités de recherche de gendarmerie. Contacté à propos de ces nombreuses enquêtes qui n’avaient jamais été évoquées jusque-là, le ministère de l'Intérieur - qui détient pourtant ces données - renvoie vers la direction générale de la police nationale. Cette dernière affirme «ne pas tenir cette comptabilité au niveau central».

Le nombre d’enquêtes confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a par ailleurs encore augmenté avant l’été. Selon le dernier décompte consulté par Libération, daté du 24 juin, la police des polices a été chargée de 281 procédures. Une grande partie de ces investigations ont été ouvertes par le parquet de Paris (184), vient ensuite celui de Bordeaux (27), celui de Toulouse (8), celui de Montpellier (7), ceux de Nantes et Rennes (6), etc. Tandis que l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a été saisie de 6 enquêtes. Au total, 390 enquêtes visent donc, a minima, les forces de l’ordre.

https://www.liberation.fr/france/2019/07/17/gilets-jaunes-pres-de-400-enquetes-visent-les-forces-de-l-ordre_1740535
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Fred1 » 18 Juil 2019, 21:05

La priorité de l'anti terrorisme c'est, les gilets jaunes et les mouvements sociaux pour Macron.
Pas trop surpris de cette dérive qui vise en réalité des opposants politiques dit "de l'ultra gauche".

A terme rien empêche d'appliquer les "lois" liberticides de "l'anti terrorisme", aux mouvements sociaux.
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 153
Enregistré le: 14 Déc 2015, 16:04

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede digger » 19 Juil 2019, 06:53

C'est vrai, mais la répression des mouvements sociaux et des éléments les plus radicaux n'est pas nouveau. A la rigueur, on peut le comprendre. Le pouvoir se défend et en attendre autre chose est naïf (et beaucoup de GJ l'ont été en étant surpris par la violence des répressions)
Ce qui est nouveau est le degré de violence "gratuite" de la part de la police, ou de certains de ses éléments (je pense à la BAC). L'exemple de la fête de la musique à Nantes est significatif.
C'était une fête, pas une manif, aucun bien ni personne n'était menacé. L'élément déclencheur a été un DJ qui a remis un dernier morceau après l'ordre donné d'arrêter tout. Il y a encore quelques années, çà se serait terminé avec le DJ un peu bousculé et quelques petits coups de matraques éventuellement.
Aujourd'hui, ce sont des flics sur-armés avec lacrymos, LBD et chiens qui interviennent et qui en font usage sur une petite foule pacifique qui n'était nullement menaçante.
C'est toute la notion de "l'ordre public" qui a évolué et par là-même, celle de "maintien de l'ordre". Et avec, la restriction toujours plus grande de l'utilisation des espaces publics, bien au-delà de la liberté de manifester.
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 25 Juil 2019, 23:46

LES FORCES DE POLICE SONT QUASIMENT EN ROUE LIBRE
314 blessés à la tête sur les Gilets Jaunes selon le journaliste D. Dufresne

vidéo https://www.facebook.com/RevueFarOuest/ ... cwODQ4MjY/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2019, 18:37

MORT DE ZINEB REDOUANE : SCANDALE D'ETAT

- Nouveau mensonge de Castaner -

Le 1er décembre dernier, Zineb Redouane, octogénaire, est dans son appartement à Marseille lors qu'elle reçoit des projectiles policiers : elle est très gravement blessée à la tête et mourra le lendemain à l'hopital.


Hier à la télévision, Christophe Castaner osait affirmer que la mort de la vieille dame n'était pas causé par la police, et menaçait : « qu'on n'accuse pas la police d'avoir tué quelqu'un ».

Depuis 9 mois, la justice est au point mort. Mais des enquêtes approfondies du Média font la lumière sur ce scandale d'Etat :

- Zineb Redouane n'a pas été atteinte pas un mais deux munitions tirées par les CRS

- Il s'agit de tirs tendus qui visaient délibérément l'octogénaire, et qui lui on fracturé le visage et blessé la poitrine

- Des policiers ont « nettoyé » la scène du crime immédiatement, en allant récupérer les projectiles directement dans l'appartement de Zineb Redouane, alors agonisante

- Les CRS ont refusé de faire expertiser leurs armes pour qu'on puisse déterminé qui a tiré. Ils n'ont bien sur jamais été sanctionnés

- Le procureur en charge du dossier était avec les CRS qui ont tiré au moment des faits, habillé en tenue de ninja. Il a depuis été désaisi du dossier.

Castaner ment. Encore. Non seulement la police est responsable de ce décès, mais une myriade d'actes illégaux ont été mis en place pour étouffer l'enquête.

Bref, tout dans cette affaire d'Etat est gravissime. La mort de Zineb devrait être un des sujets majeurs de l'actualité politique. Nous devrions être nombreux et nombreuses à exiger justice pour elle, et pour les autres. Il n'est pas trop tard.

https://www.facebook.com/watch/?v=876352669406091
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2019, 21:42

Incidents en marge du G7, l'opinion fabriquée. Témoignage de gardé à vue

Arrêté et mis en garde à vue comme des dizaines de manifestants lors du G7 2019, dans des conditions montrées sur la vidéo ci-dessous de Léo Tix, je témoigne des faits tels que je les ai vus lors de mon arrestation. Et les compare pour édification avec la narration faite par la presse officielle, en l'occurrence un article du Point.

... https://blogs.mediapart.fr/fabrice-loi/ ... iuxbf0QOTg
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 31 Aoû 2019, 19:23

Théo L., grièvement blessé lors d’une interpellation policière, présente une « infirmité permanente »

Le jeune homme souffre d’une « incontinence active » qui serait, d’après son avocat, en « relation certaine et directe » avec son interpellation violente, à Aulnay-sous-Bois en 2017.

... https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... zLek2f9z10
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Lila » 08 Sep 2019, 18:36

Mediapart diffuse une vidéo montrant un policier étrangler un manifestant

Bruno Kaïk expliquait depuis son interpellation le 3 août à Nantes avoir été étranglé par un policier de la Bac. Ces images semblent confirmer sa version.

à lire : https://www.huffingtonpost.fr/entry/med ... Jy3BJ3xe3Y
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2307
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités