Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 09 Juil 2013, 18:52

Kem One : viewtopic.php?f=72&t=6122&p=87341&hilit=arkema#p87341

Le tribunal de Commerce de Lyon a accordé un délai de deux mois aux repreneurs potentiels pour leur permettre de consolider leur dossier.
A l'issue de l'audience, la CGT a annoncé avoir assigné ce mardi devant le TGI de Lyon Gary Klesch, le propriétaire américain de Kem One, le groupe Arkema, qui lui a cédé pour un euro symbolique ses activités vinyliques, et les sociétés du groupe Kem One, pour "cession frauduleuse".

http://provence-alpes.france3.fr/2013/0 ... 85041.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 10 Juil 2013, 09:27

Kem One : le préfet accuse la CGT qui défend sa stratégie judiciaire :

Lyon. Pour Jean-François Carenco, le choix de la CGT d’attaquer la cession par Arkema, risque de mettre en cause les projets de reprise. Le syndicat s’explique.

« La CGT veut-elle tuer Kem One ? », a cinglé, mardi, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, qui connaît le poids des mots. Le représentant de l’Etat n’a pas goûté la décision de la CGT, d’assigner, mardi, devant le TGI de Lyon pour « cession frauduleuse », le groupe Klesch, qui contrôle Kem One, le groupe Arkema, à l’origine de la création de Kem One, et d’autres sociétés du groupe Klesch.

L’objectif de cette initiative est d’annuler la vente des anciennes activités vinyliques d’Arkema, signée il y a un an. La vente avait donné lieu à la création de la société Kem One. Pour le préfet du Rhône, à la manoeuvre depuis plusieurs mois, pour tenter de trouver une issue favorable, la stratégie judiciaire de la CGT, « risque de faire fuir les repreneurs. Je n’aurais pas pris ce risque. » De son côté, le syndicat se défend. Et s’explique. « S’il y a un repreneur avec un vrai projet industriel, la plainte sera retirée », a assuré mardi au « Progrès », le délégué central CGT de Kem One, Jérôme Guillemin.

La CFDT n’exclut pas aussi d’engager une action judiciaire, pour obtenir l’annulation de la vente signée il y a un an, mais le syndicat veut d’abord se donner le temps. « Nous travaillons sur l’annulation de la vente, mais nous attendons de savoir s’il y a un repreneur, avant d’engager des poursuites. Nous ne voulons pas interférer entre l’action judiciaire et une reprise éventuelle », a déclaré mardi au « Progrès » le coordinateur de Kem One, pour la CFDT, Salvatore Vicari.

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, a par ailleurs indiqué mardi « être en discussion » avec le procureur de la République, sur d’éventuelles suites pénales à donner à la gestion de Kem One par son propriétaire, Gary Klesch. Le rapport que l’administrateur judiciaire de Kem One, Bruno Sapin, avait commandé à l’expert lyonnais, Jean-Luc Montcorgé, a été remis. Il serait très en défaveur de Gary Klesch.


http://www.leprogres.fr/rhone/2013/07/1 ... judiciaire
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 14 Juil 2013, 09:42

Kem One :
Communiqué commun CGT, FNIC-CGT, unions départementales CGT du Rhône, des Bouches du Rhône et la coordination des syndicats CGT KEM One relatif à l'assignation
faite par la CGT du groupe Klesch devant le TGI de Lyon pour "cession frauduleuse" :

KEM One
Communiqué commun

jeudi 11 juillet 2013

Communiqué commun CGT, FNIC-CGT, unions départementales CGT du Rhône, des Bouches du Rhône et la coordination des syndicats CGT KEM One

La décision de la CGT (Coordination CGT KEM One, FNIC, etc.) de porter en justice la demande d’annulation de la vente de KEM One par ARKEMA dans le contexte d’absence d’une solution viable et pérenne présentée, a provoqué une réaction assez surprenante de la part du Préfet de la Région Rhône-Alpes Jean-Louis CARENCO, si l’on en croit l’article du Progrès de Lyon d’aujourd’hui.

Depuis plusieurs semaines, la Coordination CGT, avec le soutien de ses instances nationales et territoriales, porte la proposition d’une reprise de KEM One par un consortium d’actionnaires avec l’Etat partie prenante minoritaire, via le Fonds Stratégique d’Investissements/Banque Publique d’Investissements.

Il faut croire que les propos du Préfet, traduisent en fait, que cette option n’est pas regardée avec tout l’intérêt qu’elle mérite semble-t-il. Par ailleurs l’impression diffuse se fait jour que les premiers intéressés, les salariés et leurs représentants, ne sont guère sollicités concrètement - eux pourtant premiers concernés par leur survie - à l’élaboration d’une solution viable pour toutes et tous.

Cette réaction ne dénote-t-elle pas qu’en coulisse un autre avenir aurait peut-être été déjà configuré pour être dévoilé, sans concertation, in fine deux semaines avant le 26 septembre, date couperet ?

La CGT encourage à la mise à profit des deux mois d’été à la consolidation d’un projet pérenne d’avenir du grand groupe français du PVC – second acteur européen désormais, et des 20.000 emplois induits.

C’est la raison pour laquelle la Coordination CGT, sans attendre la fin de l’histoire que certains ont déjà cru écrite d’avance un peu prématurément, se pourvoit en justice pour préserver les garanties d’une survie mieux discernable.

Seuls des engagements fermes, clairs du gouvernement, des pouvoirs publics et préfectures, dans leurs responsabilités, à garantir le maintien et développement en une unique entité industrielle l’ensemble des activités de KEM One, pourrait lever cette procédure juridique rendue indispensable par manque de décisions politiques dignes des intérêts de la France.

Le Gouvernement se doit de prendre des initiatives et de ne pas laisser les salariés dans l’incertitude et l’angoisse des échéances fixées.

La Confédération Générale du Travail avec la Fédération Nationale des Industries Chimiques, les Unions départementales du Rhône et des Bouches du Rhône, affirment leur soutien plein et entier au projet économique viable de la Coordination CGT KEM One et aux démarches en justice engagées. Ensemble elles appellent à faire du 10 septembre un moment fort de luttes pour la défense des revendications des salariés, les batailles industrielles étant intimement liés à la défense de la protection sociale et des retraites.

Montreuil, le 11 juillet 2013


http://www.cgt.fr/Communique-commun,40389.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 31 Juil 2013, 12:50

Air France-KLM doit informer mercredi les représentants du personnel d'un nouveau plan de départs volontaires, phase 2 du plan Transform 2015. Selon la CGT, il pourrait concerner de 2500 à 3000 postes.

Le PDG d'Air France - KLM, Alexandre de Juniac, a prévenu que de nouvelles réductions d'effectifs seraient annoncées aux syndicats ce mercredi 31 juillet à l'occasion d'un comité central d'entreprise (CCE). "Nous avons un ordre de grandeur du sureffectif potentiel chez Air France", a-t-il déclaré, indiquant que "ces mesures sont difficiles". Mais, a-t-il précisé, aucune ne sera "contrainte". Elles prendront la forme de plans de départs volontaires, de temps partiel et de congés sans solde. Les syndicats ont accueilli sans surprise l'annonce de nouvelles restructurations qui étaient attendues pour septembre.

Pour Béatrice Lestic, secrétaire général de la CFDT, "il n'y a pas de vraie surprise sur cette annonce-là". "On attend d'avoir le chiffrage du sureffectif", a-t-elle déclaré à l'AFP. "L'essentiel des mesures sera détaillé plutôt à la rentrée lors du CCE du 4 octobre", a-t-elle précisé. Elle a toutefois rappelé que, dans le cadre de Transform 2015, le plan de restructuration du groupe franco-néerlandais, un accord avait été signé avec la direction "avec un engagement de l'entreprise de ne pas recourir à des départs contraints".

>> Lire aussi: Air France prépare les esprits à une restructuration sévère

"Je pense qu'on va être sur des niveaux relativement élevés puisque la direction table sur des départs chiffrés allant de 2500 à 3000 personnes", a déclaré pour sa part Didier Fauverte, secrétaire général de la CGT Air France. Il a rappelé qu'un plan de départ volontaire avait déjà été mis en oeuvre deux ans avant l'accord sur Transform 2015. "En l'espace de 4 ans, on va avoir perdu entre 12 et 15 000 personnes. Cela commence à faire beaucoup", a-t-il jugé.
Faiblesse du court et moyen courrier

"Au point de vue opérationnel, notamment dans les escales, ça devient plus que tendu. Il y a de moins en moins de personnes au contact des passagers", a-t-il affirmé, ajoutant ne pas être "persuadé que les économies sont faites au bon endroit". La première phase de Transform 2015 a d'ores et déjà entraîné entre juin 2011 et juin 2013 une baisse des effectifs de 5,3%, soit 5600 personnes. Les effectifs sont ainsi passés de 106.300 à 100.700 salariés, intérimaires compris.

Transform 2015 doit permettre de réaliser en trois ans deux milliards d'euros d'économies, en partie grâce à une efficacité économique supplémentaire de 20%, et de ramener la dette à 4,5 milliards fin 2014 contre 6,5 milliards en janvier 2012. Au printemps, la direction avait néanmoins prévenu que le plan allait être amplifié, le groupe souffrant toujours de la faiblesse du réseau court et moyen-courrier chez Air France et du cargo pour l'ensemble du groupe. Le réseau court et moyen-courrier de KLM sera, lui, épargné par les nouvelles mesures.

Le court et moyen-courrier d'Air France, affecté par la vive concurrence des compagnies à bas coûts, a enregistré l'an dernier 800 millions de pertes contre 700 millions en 2011. Dans l'activité cargo, le groupe va encore réduire ses capacités, abandonnant de plus en plus les avions tout cargo au profit du fret en soute.

La restructuration mise en oeuvre depuis un an et demi chez Air France s'est pourtant traduite par des résultats en nette amélioration au deuxième trimestre 2013. D'avril à juin, le groupe a divisé par cinq sa perte nette, à moins 163 millions d'euros. Dans le même temps, il a dégagé un bénéfice d'exploitation de 79 millions d'euros contre une perte de 79 millions un an plus tôt, ce qui, "pour un deuxième trimestre, est une première depuis cinq ans", a déclaré le PDG.


http://lexpansion.lexpress.fr/entrepris ... 96816.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 30 Oct 2013, 01:53

BASF va investir moins cher en cout du travail pour faire d'avantage de profits
BASF annonce la suppression de 650 postes, dont 140 en France

Le groupe allemand BASF, géant mondial de la chimie, a annoncé mercredi 23 octobre la suppression d’ici à 2017 d’environ 650 postes, dont 140 à Huningue, situé dans le département alsacien du Haut-Rhin. Le site emploie actuellement 242 salariés..

Cette annonce fait suite à un plan de réorganisation de son activité pigments. Autre usine durement touchée, celle de Paisley, en Ecosse, qui emploie 143 personnes, et qui devrait fermer ses portes..

INVESTISSEMENT EN ASIE.

"BASF veut à travers une série de mesures augmenter la compétitivité dans son segment Performance Products", à laquelle appartient l’activité pigments, indique le groupe. Dans ce communiqué, BASF explique vouloir réorienter la fabrication de pigments en mettant au point des produits taillés sur mesure pour ses clients industriels, et destinés à des utilisations haut de gamme..

Dans le même temps, BASF va renforcer sa présence en Asie, et effectuera quelque 250 millions d’investissements les quatre prochaines années dans son réseau de production et dans la recherche et développement. Cette somme sera en partie utilisée pour agrandir ses usines de pigments de Nankin, dans le sud-est de la Chine, et d’Ulsan, en Corée du Sud..

Le 23 Octobre 2013 - Le Monde

http://www.collectifcontrelespatronsvoy ... article943
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 17 Nov 2013, 15:16

Alstom annonce « devoir » supprimer 1330 postes

Alstom annonce aujourd’hui, mercredi 6 novembre, « devoir » supprimer 1330 postes en Europe.

Faut-il rappeler que ce groupe français a fait un résultat net de 720 millions d’euros en 2012-13 ? C’est à dire qu’après soustraction des charges et des impôts, il reste 720 millions d’euros dans les caisses du groupe. Pour cette année seulement.

L’année dernière le groupe avait fait un résultat de « seulement » 462 millions d’euros. L’année précédente 1217 millions d’euros et l’année d’avant 1109 millions d’euros.

Les pauvres ! Après une augmentation de 258 millions d’euros de leur résultat net, par rapport à l’année dernière, on sent bien qu’ils « doivent » supprimer 1800 emplois.

Les uti­li­sa­teurs des trams tout beaux tout nou­veaux (par exem­ple la ligne 7 Villejuif/Orly qui ouvrira le 16 novem­bre), payés par les contri­bua­bles, appré­cie­ront les licen­cie­ments à la pel­le­teuse.

Les tra­vailleurs, eux appré­cie­ront en plus la condam­na­tion en jus­tice du groupe Alstom pour une affaire d’amiante (à Lys-lez-Lannoy) qui eut pour consé­quence au moins 10 morts et 80 mala­des.

Question démê­lées judi­ciai­res, Alstom a été privé de mar­chés publics au Mexique en 2004, deux de ses filia­les ont été sanc­tion­nées en 2008 pour avoir arrosé des fonc­tion­nai­res en Italie.

Depuis 2012, la Banque mon­diale a inter­dit au groupe de répon­dre à des appels d’offres en raison de pots-de-vins versés à un minis­tre en Zambie. La jus­tice suisse a condamné l’entre­prise à une amende de 2 mil­lions.

Plus 29 mil­lions de péna­li­tés cor­res­pon­dant aux béné­fi­ces réa­li­sés grâce à « des paie­ments inap­pro­priés versés à des agents publics en Lettonie, en Malaisie et en Tunisie ». De la cor­rup­tion pour dire plus sim­ple­ment.

Des pailles pour les finan­ces de ce groupe mul­ti­mil­liar­daire.
JPEG - 22.5 koLe siège d’Alstom, avenue André Malraux à Levallois, qu’ils n’ont qu’à vendre plutôt que de supprimer des postes, s’ils manquent d’argent comme ils osent affirmer.
Faut-il rajou­ter que ces truands sont soup­çonné d’avoir cor­rompu de nom­breux res­pon­sa­bles gou­ver­ne­men­taux, en effet il a été versé 7 mil­lions d’euros en pot de vin à Slim Chiboub gendre de l’ancien dic­ta­teur de Tunisie Ben Ali, qui serait inter­venu auprès de la STEG pour faire la sourde oreille sur des défauts tech­ni­ques lors de l’exé­cu­tion des tra­vaux de la 3e tran­che de la cen­trale électrique de Radès, pour un mon­tant de 30 mil­lions d’euros.

Question cor­rup­tion l’entre­prise ne fait que confir­mer son essai, puisqu’elle a été placée sous sur­veillance dans trois pays (Tunisie mais aussi Malaisie et Lettonie) pour quatre ans par le Fonds sou­ve­rain nor­vé­gien pour risque grave de cor­rup­tion d’agents publics.

Aussi, des cas de ver­se­ments sans pres­ta­tion en contre­par­tie ont été iden­ti­fiés dans trois contrats signés entre 2000 et 2006, dans deux d’entre eux des sala­riés d’Alstom se seraient enri­chis per­son­nel­le­ment.

Pou illus­trer qu’on ne se refait pas, les filia­les Alstom Hydro et Alstom Network (Suisse) ont également été condam­nées à verser 9 mil­lions de dol­lars de com­pen­sa­tion et ont été inter­di­tes d’appel d’offre par le Banque mon­diale, pour avoir versé des pots-de-vin afin d’obte­nir un marché en Zambie en 2002. Des miet­tes pour ces voleurs en col blanc autre­ment plus dan­ge­reux que les sans culot­tes qui défi­lent aux com­pa­ru­tions immé­dia­tes.

Enfin, en Europe, le 24 jan­vier 2007, la Commission euro­péenne, repré­sen­tée par la com­mis­saire à la Concurrence Nelly Kroes, a condamné Alstom et neuf autres entre­pri­ses opé­rant dans le sec­teur des appa­reilla­ges de com­mu­ta­tion pour entente illé­gale qui viole les règles des trai­tés euro­péens. Alstom a été condam­née à verser une amende de 65 mil­lions d’euros au budget euro­péen.

Et on vous parle pas des dégâts envi­ron­ne­men­taux dont ces rapa­ces sont res­pon­sa­bles...

Ce groupe est une honte, un scan­dale per­ma­nent, avide de fric à tous prix, notam­ment au prix de la santé des tra­vailleurs, de la démo­cra­tie des pays dans les­quels il s’implante, de l’économie locale et mon­diale, de l’emploi et de l’envi­ron­ne­ment.

Alstom n’a qu’un seul avenir, la condam­na­tion judi­ciaire de ses diri­geants [1] et la dis­so­lu­tion com­plète du groupe pour lais­ser la place à des peti­tes entre­pri­ses contrô­lées par les tra­vailleurs, géné­ra­tri­ces de plus d’emplois et de plus de riches­ses pour les sala­riés et les col­lec­ti­vi­tés.

PS : faut-il pré­ci­ser qu’entre truands on s’entend bien puis­que Bouygues qui trempe lui aussi dans la cor­rup­tion, est action­naire à 30,77 % d’Alstom ? C’est fait.

P.-S.
Sources Wikipédia

Notes
[1] Notamment son PDG Patrick Kron, au salaire de 2,3 millions € (2012), ce qui en fait le 26e patron le mieux payé de France, décoré de la légion d’honneur bien évidemment

http://rebellyon.info/?Alstom-annonce-devoir-supprimer
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 23 Nov 2013, 15:20

Mory Ducros annonce l’un des plus importants dépôts de bilan depuis 2001
http://www.liberation.fr/economie/2013/ ... fdt_961245
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede mimosa rouge » 09 Déc 2013, 22:22

pour parler des licenciements massif du "quotidien" :? et aller au delà des seules annonces médiatiques des licenciements éco des grosses boites

A Toulouse, le 1 décembre 2013

Communiqué :



Les salariés de Gayral Peinture et leur syndicat empêchent la liquidation de leur entreprise



La mobilisation des travailleurs de l’entreprise GAYRAL PEINTURE se développe depuis plus de 3 semaines. Ils ont organisé l’élection d’un représentant appartenant, comme la très grande majorité des salariés, à notre syndicat.

Ce mercredi, le représentant des salariés apprenait la tenue d’une audience le vendredi 29 novembre visant à ordonner la liquidation judiciaire de leur entreprise.



Les salariés se sont donc réunis devant le Tribunal de Commerce de Toulouse au moment où se tenait l‘audience. Nous avons obtenu que le représentant puisse s’exprimer devant les juges. Ce qui lui a permis d’expliquer que les salariés estimaient que cette procédure de liquidation relevait d’une démarche frauduleuse, la direction de l’entreprise ayant délibérement choisi d’abandonner les chantiers sur lesquels elle intervenait ou devait le faire prochainement.



Au vu du peu de sérieux du dossier déposé par la direction et l’administrateur judiciaire, le Tribunal a refusé la liquidation judiciaire et a renvoyé les demandeurs à une autre audience le jeudi 5 décembre.



Les salariés et leur syndicat resteront mobilisés afin d’obtenir le maintien de leur entreprise ou de leur emploi dans le cadre de la Holding CARTOU (regroupant également les sociétés SAS GAYRAL et GAYRAL Isolation).

Cet exemple démontre que dans notre département la plupart des licenciements intervenant dans notre profession sont le fait d’un problème de gestion et nullement d’une baisse d’activité. L’aire urbaine toulousaine continue de gagner plus de 15 000 nouveaux habitants chaque année.



Les logements et les infrastructures doivent être construits par des entreprises respectant la législation sociale. Les autorités publiques et les tribunaux doivent agir dans ce sens.



Les salariés se réuniront à nouveau ce jeudi 5 décembre

à 9 heures devant le Tribunal de Commerce


bon c'est pas la révolution ni même une victoire éclatante, mais c'est une des petites luttes (en apparences) qui vont permettre de mettre la pression sur la question sensible et plutôt bien caché des liquidation frauduleuses et des magouilles patronale a travers les tribunaux de commerces . Évidemment ça démontre aussi que c'est le syndicalisme d'industrie qui permettra a tout les travailleurs de s'organiser (et de s’exprimer dans le mouvement ouvrier) y compris ceux qui sont dans des moyennes, petites et très petites boites. D'ailleurs si c'est pas une victoire c'est aussi a cause du fait que ce genre de lutte c'est un peu un ovni dans la culture syndicale actuelle et que la lutte va aussi être a l’intérieur du mouvement syndicale pour faire admettre la faisabilité de cette lutte contre les liquidations frauduleuses, et remettre au centre de la culture syndicale la contestation de la gestion patronale et la pertinence de ces revendications (pourtant très "soft")... malheureusement on en est là ! et j'ajoute que c'est toujours aussi "malheureusement" pas qu'une lutte contre la bureaucratie ... c'est bien une histoire de culture de classe a reconstruire

La Dépêche, 14 novembre 2013 (mais je l'ai chopé sur le site communismeouvrier.wordpress.com car impossible de retrouver sur la depeche.fr ... ) :

Les salariés de Gayral Peinture sont en grève depuis mardi et ont manifesté leur mécontentement, hier, devant leur chantier sur le site de Pierre Paul Riquet 1, le futur hôpital de Purpan.

«Les grévistes protestent contre le non-paiement de leurs salaires d’octobre sous prétexte que leur société serait en règlement judiciaire», explique la CGT Construction, qui soutient leur mouvement. «Ils estiment que la liquidation […] est pour le moins suspecte et précipitée», ajoute le syndicat CGT Construction qui évoque des pratiques courantes selon lui dans le Bâtiment concernant des «liquidations injustifiées», la «multiplication de fausses sociétés» et «la précarité et le travail illégal» ainsi que la sous-traitance à bas coût utilisant de la main-d’œuvre exploitée.


et au final :

La Dépêche, 7 décembre 2013

C’est sans surprise que les salariés de Gayral Peinture ont appris jeudi soir la liquidation judiciaire de leur entreprise ordonnée par le tribunal de commerce de Toulouse. Réunis devant la juridiction consulaire, bien que n’attendant rien de celle-ci concernant un éventuel revirement de dernière minute, les 25 salariés de chez Gayral Peinture ont toutefois été soulagés par le détail de la décision. «Parallèlement à la liquidation, le tribunal impose une mission d’expert chargé d’examiner les comptes de l’entreprise», précise Laurent Grosjean.

C’est sur ce point que les salariés se battaient depuis des semaines, eux qui allaient jusqu’à contester la procédure de liquidation sur le fondement de la «démarche frauduleuse, la direction de l’entreprise ayant délibérément choisi d’abandonner les chantiers sur lesquels elle intervenait ou devait le faire prochainement», pour reprendre les termes employés par le Syndicat local construction. On peut citer le chantier du nouveau centre hospitalier de Carcassonne.

À ce sujet, Laurent Grosjean enfonce le clou : «Nous voulons démontrer que la plupart des licenciements sont le fait de problème de gestion des entreprises et non pas de la baisse d’activité, sachant que l’aire urbaine toulousaine continue de gagner plus de 15 000 nouveaux habitants chaque année !» Des licenciements qui seront autant de salariés reclassés au sein de la Holding Cartou qui regroupe les sociétés Gayral (peintres) et Gayral Isolation (façadiers), une distinction même que conteste le Syndicat local construction qui parle d’«opacité». Le même syndicat qui se dit confiant quant aux résultats qui sortiront de l’expertise, sans doute le fruit d’une longue procédure.
mimosa rouge
 
Messages: 472
Enregistré le: 10 Sep 2011, 19:13

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 19 Déc 2013, 19:27

L'entreprise LFoundry mise en liquidation judiciaire :
Le tribunal de commerce de Paris a prononcé jeudi la liquidation judiciaire de l'entreprise LFoundry, qui emploie 700 salariés dans son usine de semi-conducteurs de Rousset (Bouches-du-Rhône).
Cette liquidation sera effective au 26 décembre, a précisé à Reuters le délégué du syndicat Sud, Alain Botel. "On veut relancer l'industrie en France et on liquide une entreprise pour 25 millions d'euros", a-t-il déploré.
http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/ ... 87_240.php

Reportage à LFoundry :

Jeudi 19 décembre
La zone industrielle est complètement bloquée à Rousset par les salariés de LFoundry. "Personne ne rentre, personne ne sort", affirment les manifestants.

Image

______________________________________________________________________________________________________________________________

Mercredi 18 décembre 2013

Blocage de Lfoundry ce matin mercredi 18 décembre par six cents ouvriers.Nous y avons retrouvé nos camarades de SUD en lutte parmi tous les autres touchés par la fermeture du site.

J’étais parti rejoindre ce matin les salariés de Lfoundry à Rousset, à deux pas de Gardanne, mais à quinze bornes tout de même, que j’ai avalé avec mon vélo. Sur place, sous un ciel bleu se dessinait la Montagne Sainte Victoire qui pliait plutôt la tête ce matin et Christian, un postier Sudiste qui relève la tête. Si les six cent salariés bloquaient bien les ronds points de la ville ce n’était pas avec l’espoir au cœur mais plutôt dans un baroud d’honneur après des mois de luttes.

La veille deux camarades de SUD avaient encaissé ce qu’elles craignaient : la liquidation judiciaire de leur entreprise. Les larmes aux yeux, elles étaient prises entre le soulagement et le vide devant l’avenir, le chômage qui démarrait. La fin aussi d’une camaraderie dans les ateliers et parmi les équipes de nuit. Au petit matin elles avaient à peine dormi, « Une heure » me dit Marie-Pierre qui travaille dans cette boite depuis 13 ans dont la plupart du temps la nuit. C’est à dire un poste de 12 heures de rang de nuit pendant trois jours puis deux jours de repos. Tout ça pour s’adapter à la machine.

Pendant ce temps là, les hommes et les femmes eux se plient pour résister aux contraintes de l’usine. Un usine chimique, c’est en sorte ça, les semi conducteurs comme me l’explique Alain Botel, technicien process qui est là depuis le début de l’usine. « On manipule des produits chimiques capables de dissoudre des os » comme me le rappelle Carmela, chimiste en poste en journée. Tout ces risques pour la santé donnent des puces, un monde de nano-particules destinées à vos portables, tablettes, tout votre attirail « écologique » et moderne.
« On utilise de l’Arsenic, du bore, du phosphore pour graver des plaques de silicium » Des réticules en fabrication, 37 niveaux de marquage, des masques, de la programmation, de l’aluminium, voilà le monde du travail qui n’a pas changé pour les ouvriers. Si, désormais ils viennent en voiture, ont un crédit, des payes supérieures à ceux des autres bagnes industriels. Ils peuvent aussi croire un instant que c’est moins sale que le charbon qu’on travaillait à Gardanne.

Cette affaire qui meurt aujourd’hui s’appellait ES2 en 1987, et fut reprise par le groupe américain Atmel durant 30 ans. Une chose saute aux yeux de tous en discutant avec les ouvriers autour des palettes incendiées : Le groupe allemand Lfoundry a agi comme un prédateur de technologie. Il a acheté ce site pour le vider de son poids remplaçable : la main d’oeuvre, et cela en deux temps : pillage du cash flow, c’est à dire pour les non anglophiles, il a pris la caisse puis dans un second temps il a transféré la technologie en Italie. Carmela confirme : « J’ai arrête un allemand qui piratait nos données dans l’usine » Pour ne pas sombrer hier elle a puisé dans les yeux de ses enfants la joie du sapin de Noël et des guirlandes. « De toute façon cela ils ne l’auront pas. » me dit-elle. Les ressources existent et heureusement la vie ne s’arrête pas pour eux. Seulement il y a eu vol : une fois de plus, le savoir accumulé depuis trente ans sur ce site a pu être arraché par le seul pouvoir de l’actionnariat. Ce qui a été construit par un collectif a été volé par un groupe. Car ce sont bien les chimistes, le service Recherche et Développement qui a depuis des années élaboré et trouvé des solutions techniques. Ce sont bien des opérateurs de base qui ont expérimenté des techniques. Tous ces gestes leur sont volés aujourd’hui.

Alors on pourrait parler des promesses non tenues, d’Arnaud Montebourg et des ses gesticulations, du maire et de sa future « grève de la faim, » du préfet, du PDG d’Atmel qui a cessé les achats, mais tout ces discours ne changeront rien à une chose. Des hommes et des femmes sont exploitées et sont liquidées. Cela se passe aujourd’hui à Rousset en Provence et dans toute la France.

E.G.

http://www.millebabords.org/spip.php?article25080
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 29 Déc 2013, 14:27

Lfoundry ( suite ) :

Rassemblement de solidarité avec les salariés lundi 30 décembre à 8 heures devant le consulat d’Allemagne, 338 Avenue du Prado à Marseille

Pétition à signer ici :
https://www.change.org/fr/p%C3%A9tition ... -in-france

Aidez-nous a sauver le site de Lfoundry Rousset


Nos patrons allemands voyous en col blanc ont par le biais de fausses factures détournés 35 millions d’euros alors qu’à la reprise du site le cash était de 20 millions. Un gouvernement qui n’a pas su mesurer à sa juste valeur le pillage industriel et prendre les bonnes mesures qui s’imposaient, enfin une justice dramatiquement lente.

Nos produits ne sont pas obsolètes, leur industrialisation est prévue au troisième trimestre 2014. Notre site a besoin de 35 millions d’euros pour tenir jusqu’à l’industrialisation de nos nouveaux produits pour lequel nous avons déjà les clients, notre gouvernement a choisi de dépenser 80 millions d’euros pour fermer le site, cela démontre une réelle méconnaissance de ce dossier. 650 familles vont se retrouver avec au moins un de leur membre sans emploi, le double avec les fournisseurs et sous traitants. Notre chute aura des conséquences collatérales très importantes sur la vie de la région : rentrées fiscale, commerces, immobilier, entreprises sur la zone avec lesquelles nous partagions les frais. Notre qualité et notre productivité et nos couts de fabrications sont au rendez-vous, une étude en 2010 montrait que nous étions au niveau des meilleures unités de fabrication asiatiques. Nous avons besoin de vous pour nous soutenir et pérenniser ce site que deux expertises indépendantes ont déclarées viable.

Merci de votre soutien

les salariés LFOUNDRY


http://www.millebabords.org/spip.php?article25114

calendar.php?view=event&calEid=8629
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Béatrice » 30 Déc 2013, 10:50

Communiqué de SUD LFoundry Rousset

LIQUIDATION DU SITE DE ROUSSET
Désespoir des salarié-e-s de LFoundry Rousset
1000 emplois directs et indirect supprimés


Au lendemain de noël la décision de justice sur la liquidation de la société LFOUNDRY ROUSSET a été validée. Ainsi vont disparaitre plus de 1000 emplois directs et indirects de la silicon vallée provençale.

En ces temps de crise : Parlons Argent public gaspillés !!!
500 millions d’euros donné à ATMEL/LFOUNDRY.
100 millions d’euros pour fermer le site alors que 25 millions suffisaient pour le sauver : chercher l’erreur !!! Au total les contribuables en sont pour 600 millions de leur poche.
Voici les conséquences d’une gestion d’entreprise faite par des patrons voyous en col blanc qui viennent juste pour piller les trésoreries, encaisser un maximum d’aides et puis partir en laissant sur le carreau 1000 employés et la facture aux contribuables.

C’EST INADMISSIBLE !!!!

Que fait notre gouvernement ? Il reste spectateur devant ce désastre industriel et ne fait qu’accompagner les licenciements. Où est le programme de ré-industrialisation tant et tant promis de la France ?
Le refus du gouvernement de nous aider à reprendre cette fabrication par un actionnariat salarié montre bien la complicité de celui-ci avec le monde de la finance dans les fermetures d’entreprises.
Aujourd’hui plus de 1000 employés vont se retrouver au chômage au mois de janvier 2014.
Pour SUD LFoundry il est inacceptable de fermer un site de haute technologie viable sans se battre jusqu’au bout.
Nous continuerons la lutte !



http://www.millebabords.org/spip.php?article25114
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2786
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 11 Mai 2014, 11:49

Alstom, communiqué Solidaires Industrie

GE/alstom : l’emploi doit être défendu avant les intérêts des actionnaires !

Le 30 avril dernier, General Electric annonçait officiellement avoir fait une offre de plus de 12 milliards d’euros à Alstom pour l’acquisition de ses activités Thermal Power, Renewable Power et Grid. Au-delà des manoeuvres entre les actionnaires de ces multinationales, c’est la question de l’emploi qui est au centre des préoccupations des salariés.

En effet, dans les fusions/acquisitions ce sont les salariés qui font les frais des restructurations qui s’ensuivent systématiquement. D’ailleurs, alors même que le groupe américain GE déclare vouloir développer l’emploi en France à travers ce projet, il a engagé depuis 2013 des plans de licenciements dans la majorité de ses entités déjà implantées dans le pays : ce sont plus de 600 emplois qui ont été supprimés l’année dernière et en 2014 plusieurs centaines sont encore menacés.

Le démantèlement d’ALSTOM s’inscrit certes dans cette logique de rentabilité, mais pour autant le groupe n’est pas en reste et a également déjà engagé des plans de licenciements cette année : « les capitalistes nous coûtent cher ! ».

Solidaires industrie demande le retrait immédiat de tous les plans de suppressions d’emplois dans ces deux groupes, et rappelle que le gouvernement peut agir, en octroyant des droits nouveaux aux salarié-e-s à travers leurs représentants, tels que le droit de Veto des CE contre les suppressions de postes et licenciements : au lieu de ça, le gouvernement discute du prix de l’éventuel rachat.

Solidaires industrie propose une réunion intersyndicale sur ce sujet, afin de permettre de faire entendre la voix des salarié-e-s, et non uniquement celles des actionnaires, dont les projets industriels sont contraires aux intérêts du personnel et de la collectivité, alors même que l’industrie de l’énergie devrait être source de débats, notamment sur sa socialisation. Salarié-e-s de GE, d’ALSTOM, ou de SIEMENS, il n’y a pas de concurrence entre nous, mais une seule lutte : contre le patronat !

Paris, le 7 mai 2014

http://www.solidaires.org/article47991.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 07 Déc 2014, 03:23

Alstom : plus de 300 emplois menacés à l’usine de Belfort

Le groupe d'énergie et de transport français Alstom pourrait supprimer plus de 300 sur les quelque 600 salariés que compte l'activité transports de son site de Belfort. Selon les syndicats CFE-CGC, CGT et CFDT, il n'y a pas eu d'annonce officielle mais tous pressentent un plan social en 2015 qui pourrait être officialisé « début janvier à l'occasion du prochain comité de groupe européen ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/20 ... moU9spw.99

... http://www.lemonde.fr/emploi/article/20 ... 98637.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede Pïérô » 12 Avr 2015, 03:48

La Halle aux vêtements : 1300 suppressions de postes
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... BDxEI6f.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les "plans sociaux" pour les mois prochains

Messagede bipbip » 04 Mai 2015, 01:45

Le fabricant français de tubes Vallourec va supprimer 2 000 postes

Le fabricant de tubes sans soudure Vallourec a annoncé mardi 28 avril son intention de supprimer 2 000 postes dans le monde. Près de 1 500 postes sont concernés en Europe, dont 600 en Allemagne et un peu moins de 600 en France. Le groupe veut également trouver un repreneur majoritaire pour son aciérie française de Saint-Saulve.

... http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... XMFfwG6.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités