Environnement

Re: Environnement

Messagede bipbip » 16 Nov 2017, 20:17

Un tiers des mammifères menacés en France

33 % des espèces terrestres et 32 % des espèces marines apparaissent menacées ou quasi menacées en France métropolitaine, selon la Liste rouge des espèces menacées. Ainsi, sur 125 espèces, 17 sont menacées et 24 autres quasi menacées. Mise à jour, la nouvelle liste a été dévoilée ce mercredi 15 novembre par le Museum d’Histoire Naturelle et l’UICN (Union internationale de conservation de la nature).

Les deux institutions relèvent une « aggravation de la situation des mammifères dans l’Hexagone » : en 2009, donc il y a huit ans, on comptait 23 % des espèces de mammifères terrestres et 25 % des aquatiques menacés.

... https://reporterre.net/Un-tiers-des-mam ... -en-France
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 18 Nov 2017, 20:13

Les constructions illégales ne pourront plus être démolies

Le 10 novembre denier, le Conseil constitutionnel a déclaré conforme à la Constitution les dispositions de l’article L.480-13 du Code de l’urbanisme, qui rend difficile la démolition d’une construction illégale. Pour l’ONG France nature environnement, « cette décision va à l’encontre de la préservation de nos milieux naturels, forestiers et agricoles ».

Cet article a été originellement adopté dans la loi Macron de 2015. Il stipule que les constructions déclarées illégales après l’annulation du permis de construire ne pourront être démolies en dehors de zones protégées limitativement énumérées.

... https://reporterre.net/Les-construction ... e-demolies
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 23 Nov 2017, 18:44

Quand le ministère de l’Agriculture refuse toujours d’autoriser des alternatives aux pesticides

La répression des fraudes envisage t-elle d’interdire les alternatives aux pesticides chimiques ? Des contrôles ont été menés en juillet dernier par les directions départementales de la protection des populations, dans des magasins Botanic de Saint-Etienne (Loire) et de Villeneuve-lès-Avignon (Gard). Les agents ont demandé le retrait des « purins de consoude » figurant dans le rayon des engrais. Le savon noir, connu comme un allié précieux des jardiniers bio du fait de ses propriétés antiseptiques et insecticides, a lui-aussi été visé par le contrôle, comme en témoigne un document qu’a pu consulter Basta !.

... https://www.bastamag.net/Quand-le-minis ... oriser-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede Pïérô » 24 Nov 2017, 13:00

Fin des alternatives aux pesticides ?

Nicolas Hulot risque d'avaler d'autres couleuvres concernant les pesticides agricoles, s'il ne bouge pas. Les règlements européens n'envisagent tout simplement pas les « alternatives » aux dites substances chimiques...

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, n'en finira pas d'avaler des couleuvres en ce qui concerne les pesticides. Parce qu'un organisme de l'État, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), s'appuie sur les règlements européens pour justifier son contrôle des alternatives aux pesticides. Et la DGCCRF envisage d'interdire les alternatives au glyphosate en raison du fait que ces substances ne sont « pas approuvées ou [qu'elles] ont fait l'objet d'un règlement de non approbation ».

Une quinzaine d'ONG environnementales (voir communiqué de presse) sont vent debout suite à la décision que devrait rendre la DGCCRF dont nous publions les extraits du document relatif au PNPP (1) : « Les substances qui ne sont pas approuvées par un règlement européen (consoude, fougère...) ou celles qui ont fait l'objet d'un règlement de non approbation sont : rhubarbe, armoise, absinthe, tanaisie, bardane, sarriette et origan ne peuvent être mis sur le marché comme les préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), de même pour les substances pour lesquelles une demande est en cours ».

Enorme ! Car ces alternatives aux pesticides ne pourront pas être commercialisées alors que les pesticides chimiques commercialisés sont contestés pour les dégâts sur la santé. Selon une étude de 2016, « les produits phytosanitaires sont responsables de 2 % des maladies professionnelles », déclare Patrice Heurtaut, directeur de la santé-sécurité au travail de l'organisme de sécurité sociale agricole, la MSA.

D'autre part, le directeur général de l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) a justifié l'autorisation donnée par son agence au sulfoxaflor, pesticide chimique accusé d'être néfaste aux abeilles, renvoyant la responsabilité de son interdiction éventuelle au gouvernement.

... https://www.politis.fr/blogs/2017/11/fi ... des-34225/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Environnement

Messagede digger » 25 Nov 2017, 08:36

La question des pesticides, comme beaucoup d'autres, est considérée, y compris par de nombreuses organisations environnementalistes, par le petit bout de la lorgnette. Ce sont toutes les méthodes culturales qui doivent être reconsidérées. Plus le milieu cultural est artificiel, plus l'intervention de l'homme – et des produits - est nécessaire. La biodiversité, qui amène des prédateurs aux parasites et des associations de plantes répulsives, résoudrait déjà beaucoup de problèmes en remplaçant les monocultures intensives.
Un autre problème est économique. Il sera toujours plus rentable de déverser du glyphosate ,ou autre saloperie, que d'employer le désherbage manuel.
Enfin, il y a un problème culturel. Les particuliers utilisent en masse toutes ces cochonneries parce qu'il existe une notion du "propre" – notion toute à fait étrangère aux milieux naturels. Le "beau" est aussi associé à l'artificiel. Plus le milieu est artificiel, plus il est considéré "esthétique". Vieux restes de l'idée que la nature doit être "domestiquée". La nature est une ennemie qui doit être combattue et non une alliée avec laquelle l'homme peut coopérer. Boochkin a écrit la-dessus et l'écologie sociale fait le lien entre toutes ces considérations politiques, économiques et culturelles.
digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Environnement

Messagede bipbip » 29 Nov 2017, 09:43

Glyphosate autorisé pour 5 ans : Lobbies 1 – Démocratie 0

Les représentants des états membres à la commission européenne se sont prononcés majoritairement pour une prolongation de l’utilisation du glyphosate. Quelle que soit la durée d’autorisation, aujourd’hui 5 ans, c’est bien la poursuite de son utilisation que les lobbies ont obtenue. C’est l’essentiel pour eux et dans 5 ans, ils mèneront la même bataille ! L’autoriser pour 3 ans comme le préconise E. Macron n’y changera rien. Ce qu’il faut, c’est l’interdire !

Les lobbies de l’agro-industrie s’accrochent à un modèle dont le principal objectif est le profit et la rémunération des actionnaires. Ils n’ont rien à faire des effets sur la santé des travailleurs-euses et des populations pas plus que sur les conséquences pour l’environnement et la biodiversité, gages de la poursuite d’une planète vivable.

L’Union syndicale Solidaires dénonce cette décision qui ne profite qu’à quelques-uns et rappelle l’action en justice qu’elle mène collectivement avec Générations Futures, Eaux et Rivières de Bretagne, Soutien aux victimes des pesticides et Vigilance OGM et pesticides de Charente, pour la réécriture complète de l’arrêté sur l’épandage des pesticides.
https://www.solidaires.org/Pesticides-r ... 4-mai-2017

Ce combat, nous le menons contre les grands exploiteurs des terres agricoles et l’agro-industrie au détriment de l’agriculture paysanne respectueuse de la terre qu’elle cultive et de la santé des populations et pourvoyeuse d’emploi.
Ce combat s’inscrit dans la lutte générale pour l’interdiction de la production et de l’utilisation des pesticides, perturbateurs endocriniens et dangereux pour la biodiversité.


https://www.solidaires.org/Glyphosate-a ... mocratie-0


PESTICIDES

L'Europe qui "protège" a encore frappé

Hier les Etats membres ont enfin trouvé un accord sur le glyphosate : renouvellement pour 5 ans, au moins. La Confédération paysanne condamne cette décision qui repousse encore la sortie de cet herbicide décrié de toutes parts pour ses conséquences environnementales et sanitaires avérées. Face à l'inertie européenne, elle défendra des démarches unilatérales des États, à condition que celles-ci s'insèrent dans un réel projet de sortie des pesticides.

Le Président de la République annonce une sortie le plus vite possible, en fonction des alternatives, et à 3 ans au plus tard. Nous réaffirmons que les alternatives techniques existent mais conditionner chaque annonce sur les pesticides à une approche exclusivement technique est insuffisante. Si elles ne sont pas massivement utilisées par les paysan.ne.s aujourd'hui, c'est en grande partie pour des raisons économiques. Pour sortir des pesticides, il faut avant tout oser affronter la logique de compétition sur les prix à laquelle les paysan.ne.s doivent faire face pour obtenir un revenu.

Emmanuel Macron a annoncé 5 milliards d'euros d'investissement pour la transition agricole. Nous attendons que ces 5 milliards d'euros servent à soutenir les paysan.ne.s afin qu'ils puissent mettre en œuvre ces alternatives, qui pour beaucoup demandent principalement du temps de travail supplémentaire. Nous précisons que miser sur la robotique ruinerait la collectivité au profit d'une minorité de paysan.ne.s qui pourraient y accéder. De même, il est temps de donner les moyens financiers au second pilier de la PAC* pour déployer des aides qui permettent cette transition. Ces mesures de soutien économique doivent s'accompagner de mesures commerciales afin de ne pas mettre en compétition les paysans et leur imposer des revenus indécemment bas. Si une clause de sauvegarde a été une option nécessaire sur le diméthoate, qu'elle en soit une pour le glyphosate.

Nous demandons le retrait le plus rapidement possible du glyphosate, assorti des mesures économiques et commerciales qui permettront aux paysan.ne.s de travailler et d'avoir un revenu sans ce symbole de l'agro-industrie qui les empoisonne.

http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=6416
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 10 Déc 2017, 18:35

Glyphosate

Le désherbant le plus répandu vient de voir son autorisation de commercialisation renouvelée pour cinq ans par l’Union Européenne. Bien que son pouvoir cancérigène soit fortement suspecté, il permet le maintien de coûts bas dans l’agriculture industrielle. Cela explique le manque de volonté politique à en sortir. Une révolution agricole reste à faire.

Glyphosate, poison économique

Le désherbant le plus répandu vient de voir son autorisation de commercialisation renouvelée pour cinq ans par l’Union Européenne. Bien que son pouvoir cancérigène soit fortement suspecté, il permet le maintien de coûts bas dans l’agriculture industrielle. Cela explique le manque de volonté politique à en sortir. Une révolution agricole reste à faire.

Le désherbage est une des questions de base des producteurs agricoles. Il prend du temps et ne produit rien. Dans ce domaine, le glyphosate, comme d’autres substances chimiques, a été une solution industrielle d’après-guerre pour gagner du temps de main-d’œuvre, donc réduire les coûts. Cette froide optimisation de la production de valeur a eu pour conséquence de détruire des écosystèmes, de polluer les sols et d’empoisonner les humains. Tout cela a déjà été raconté [1] et malgré les reports d’interdiction successifs en Europe annoncée depuis longtemps, cette substance vient de se voir autoriser pour cinq ans de plus après un vote rocambolesque de l’Allemagne. A terme, nul doute que le glyphosate devrait être interdit. Mais pas la logique qui la tient.

Dans la logique industrielle, remplacer le glyphosate par une autre substance ne dérangerait pas grand monde, le but étant de garder des coûts bas (à condition que les États subventionnent) pour rester compétitifs sur le marché mondial. Il est parfaitement admis qu’un herbicide puisse être d’origine végétale à condition que celui-ci permette la sauvegarde de la compétitivité. Et donc que cette agriculture de demain soit «  bio  », tout en gardant comme règle la suppression de certaines espèces vivantes afin de favoriser la production de valeur et de biens de consommation.

L’inertie profite aux industriels

Les constants changements d’orientation des instances européennes est l’expression des intérêts divergents des différents pays sur ces questions. Les exploitants des grandes cultures de Pologne ou de Roumanie (sur des milliers d’hectares) veulent faire perdurer les désherbants (dont le glyphosate), tandis que les pays dont la production est négligeable au niveau mondial veulent arrêter. Et la France, fer de lance de ces produits pendant des décennies, joue l’inertie, en sachant pertinemment qu’elle profite aux industriels.

On réautorise, puis on rediscute dans trois ans… Telle est la ligne de Nicolas Hulot. Mais de quoi discute-t-on  ? Du maintien d’une agriculture de destruction en version «  responsable  »  ? D’un label bio qui accepte toujours plus de substances dans ses processus d’homologation  ? Ou d’une révolution  ?

Bien sûr, pour ces gens-là, il ne s’agit pas de révolution  ! Celle-ci se passe ailleurs, chez ceux et celles qui refusent de rentrer dans le système et qui souhaitent produire sainement et de manière accessible au plus grand nombre... De nombreuses questions sont posées parmi ces groupes pour porter une alternative, comme celle de la légitimité du bio comme label régi par l’État [2], du désherbage thermique, ou du rôle de «  consom’acteur  »...

Mais le glyphosate pose deux questions plus spécifiques  : celle de l’emprise des désherbants dans l’économie mondialisée, et celle du produit dont ils sont originaires  : les gaz de combat. Un fil de réponse de tradition libertaire pour construire nos réflexions est celle de l’entraide qui est le phénomène de prolifération de la vie, et non la compétition.

Reinette noyée (AL Aveyron)


[1] Voir « Pesticides  : Médaille empoisonnée pour la France  » sur Alternative libertaire.org.
http://www.alternativelibertaire.org/?P ... mpoisonnee

[2] Voir l’interview de Pierre (agriculteur) : «  Les normes n’ont pas empêché la vache folle  », dans Alternative libertaire n°276 d’octobre 2017.
http://www.alternativelibertaire.org/?I ... ache-folle


http://www.alternativelibertaire.org/?G ... economique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 21:41

Ces douze projets très polluants financés par l’État grâce à nos cotisations retraites et notre épargne

Quand une mine de charbon géante engloutit un village en Allemagne, quand des Amérindiens sont chassés de leurs terres par un oléoduc, quand les compagnies pétrolières s’attaquent à l’Arctique, quand des millions de tonnes de CO2 supplémentaires s’apprêtent à être répandues dans l’atmosphère, c’est un peu, et bien malgré nous, grâce à notre argent. Voici douze projets méga-polluants dans lesquels l’Etat investit une partie de notre épargne et de nos cotisations retraites. Pour que la finance soit au service de « l’action climat », comme le souhaite Emmanuel Macron, il y a encore du travail !

... https://www.bastamag.net/Ces-douze-proj ... otisations
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 17:15

L’Europe adopte une nouvelle définition des perturbateurs endocriniens

Les représentants des États européens ont adopté de nouveaux critères d’identification des perturbateurs endocriniens (PE), mercredi 13 décembre. Le Parlement européen, en octobre dernier, avait rejeté la précédente définition. La Commission européenne avait donc revu sa copie, qu’elle a fait valider hier par le comité spécialisé sur les pesticides de l’UE.

Les nouveaux critères diffèrent peu des anciens. « Le niveau de preuve demandé est toujours extrêmement élevé », regrette l’association Générations futures. « En particulier il faudra non seulement démontrer que la substance est un perturbateur endocrinien et qu’elle a des effets négatifs mais également démontrer le mode d’action par lequel ce PE crée ces effets négatifs ». L’ONG note une seule avancée : les pesticides intentionnellement conçus pour agir comme perturbateurs endocriniens ne bénéficient plus d’un traitement de faveur.

https://reporterre.net/L-Europe-adopte- ... docriniens
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 06 Jan 2018, 19:40

Le pesticide qui alerte les travailleurs

L’Union européenne a réautorisé pour deux années supplémentaires l’usage de la créosote, un produit toxique et cancérogène utilisé pour traiter le bois.

L’information est passée quasi inaperçue. Le 14 décembre, soit deux jours après avoir autorisé pour les cinq ans à venir l’utilisation du glyphosate, ce pesticide controversé, l’Union européenne a réautorisé pour les deux prochaines années la créosote, un produit potentiellement tout aussi dangereux.

Issu d’une distillation d’huiles extraites de charbon ou de goudron de houille brut, la créosote est utilisée pour traiter le bois contre les insectes et les champignons. On la retrouve essentiellement sur les poteaux électrifiés et les traverses de chemin de fer. Et tout comme le glyphosate, cette substance est classée par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer), qui dépend de l’OMS, comme « agent probablement cancérogène pour l’homme ». Selon une étude réalisée en 2010 par l’International Agency for Research on Cancer (Irac), de nombreux cas de « cancer de la peau, y compris du scrotum, ont été signalés chez les travailleurs exposés au travail à la créosote ».

Au niveau européen, la sonnette d’alarme a été tirée à la mi-juillet par le Royaume-Uni, qui a demandé à la Commission européenne une évaluation sur le renouvellement de l’approbation de la créosote, la date d’expiration initiale étant prévue pour avril 2018. Cette dernière a finalement été repoussée au 31 octobre 2020, le temps qu’une expertise ait lieu.

En attendant, en France, les salariés concernés vivent dans l’inquiétude. En avril, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du Réseau de transport d’électricité (RTE, ex-EDF) d’Auvergne-Forez, où se concentre l’essentiel des poteaux traités à la créosote, a demandé à RTE de réaliser une expertise portant sur l’ensemble du territoire, après que des analyses toxicologiques ont révélé des taux élevés de produits toxiques dans le sang et les urines des salariés. La direction régionale a refusé la requête. « Les équipes d’intervention ont souvent les yeux rouges et des éruptions cutanées au contact des poteaux en bois », dénonçait alors dans le Figaro Didier Audouard, technicien en ligne haute tension chez Réseau de transport d’électricité et secrétaire du CHSCT. « Ces derniers mois, plusieurs de nos collègues sont décédés après avoir contracté un cancer foudroyant. Ils avaient travaillé en contact direct avec la substance. On se demande s’il y a un lien de cause à effet. On est en droit de se poser la question de l’impact de la créosote sur la santé des agents. »

... https://humanite.fr/sante-le-pesticide- ... urs-648145
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 15 Jan 2018, 20:10

Les fantasmes d’une aviation écologiquement responsable

Le nombre d’avions dans les airs pourrait doubler d’ici à 20 ans. Face à cette perspective fort peu compatible avec des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le secteur de l’aviation peaufine sa communication autour d’une « croissance neutre en carbone ».

Dans vingt ans, il y aura deux fois plus d’avions dans les airs. C’est le chiffre avancé par l’industrie aéronautique, et répété à l’envi par les médiateurs sur le dossier Notre-Dame-des-Landes, celui-là même qui justifie la construction ou l’extension d’un aéroport. Mais arrêtons-nous un instant : deux fois plus de passagers, deux fois plus d’avions, ça ne ferait pas deux fois plus d’émissions de gaz à effet de serre ?

... https://reporterre.net/Les-fantasmes-d- ... esponsable
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 17 Jan 2018, 19:16

Une étude révèle la présence de métaux lourds dans les herbicides à base de glyphosate

Ce lundi 8 janvier, une étude de l’Université de Caen Normandie publiée dans la revue Toxicology Reports, révèle la présence de métaux lourds, dont l’arsenic, ainsi que des traces de pétrole dans des herbicides à base de glyphosate. Ces formulants seraient plus toxiques sur les plantes et cellules humaines que le glyphosate lui-même.

Arsenic, chrome, cobalt, plomb, nickel… Ces métaux lourds, ainsi que des traces de pétrole, ont été retrouvés dans des herbicides à base de glyphosate par une équipe de chercheurs de l’Université de Caen Normandie. Les professeurs Gilles-Eric Séralini, Nicolas Defarge et Joël Spiroux ont étudié 14 formules d’herbicides à base de glyphosate ainsi que leurs impacts sur les plantes et des cellules humaines. Leurs conclusions : « les herbicides à base de glyphosate ont été montrés comme contenant des métaux lourds dont l’arsenic. Ces produits ne sont pas déclarés et normalement interdits pour leur toxicité », indique le rapport d’étude. Par ailleurs, « sur les plantes, les formulants (type Polyoxyéthylène amine - POEA) sont toxiques sans glyphosate, et le glyphosate semble le devenir seulement à des niveaux plus élevés que les doses agricoles ». Enfin, sur les cellules humaines, « les formulants composés de résidus de pétrole sont beaucoup plus perturbateurs endocriniens et toxiques que le glyphosate ». Le cocktail de formulants toxiques présents dans les herbicides à base de glyphosate serait donc plus dangereux que le glyphosate lui-même, selon ce rapport publié ce lundi 8 janvier dans la revue Toxicology Reports. Ce qui remet donc en cause les analyses de toxicité des herbicides, portant seulement sur le glyphosate.

« Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif de toxicité sont scientifiquement fausses, et l’évaluation de toxicité est aussi erronée : le glyphosate est testé sans ses formulants composés de résidus toxiques de pétrole, à long terme et au niveau réglementaire », conclut le professeur Gilles-Eric Séralini. « Nous appelons à une transparence immédiate sur les formulations et surtout leurs tests sur la santé. Les résidus acceptables de glyphosate dans la nourriture et les boissons devraient être divisés immédiatement au moins par 1.000 à cause de ces poisons cachés, et les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits, entre autres », estiment les chercheurs.

... http://www.environnement-magazine.fr/po ... hosate.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 21 Jan 2018, 17:02

Les pommes françaises sont bien empoisonnées aux pesticides, la justice donne raison à Greenpeace

L'association Nationale Pomme Poire (ANPP), qui défend de nombreux arboriculteurs normands voulait interdire à Greenpeace d'utiliser le titre "pommes empoisonnées" aux pesticides dans son rapport sur la contamination des vergers français aux produits phyto-sanitaires.

L'association nationale Pomme Poire (ANPP), qui demandait à la justice de contraindre Greenpeace de modifier le titre d'un rapport commençant par "Pommes empoisonnées", a vu sa demande rejetée mardi par le tribunal de grande instance de Paris.
Publié en juin dernier, le rapport "Pommes empoisonnées - Mettre fin à la contamination des vergers par les pesticides grâce à l'agriculture biologique", expliquait que les producteurs de pommes continuent à utiliser des cocktails de pesticides dans de nombreux pays européens.

Dans son ordonnance, la juge Catherine David, statuant en référé, a estimé que "ce n'est pas la réputation de la pomme qui est mise en cause", "mais celle des pesticides utilisés pour cultiver les pommes, ce qui n'est pas objectivement contestable".

L'ordonnance fait valoir que "le consommateur est doué de raison et sait pertinemment que si les sols et l'eau sont contaminés, les produits agricoles qui poussent sur ces sols à l'aide de cette eau le sont également".
Si bien que "dire que les pommes sont empoisonnées lorsqu'elles poussent sur des sols remplis de pesticides ne constitue pas un propos dénigrant, dès lors qu'il s'appuie sur une base factuelle réelle, même si le rapport n'est pas construit avec une rigueur toute scientifique".
L'association de défense des arboriculteurs envisage de faire appel de la décision de justice.

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 49439.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 28 Jan 2018, 17:37

Pour se protéger des crues, une solution : coopérer avec la nature

Alors que les crues s’intensifient un peu partout en France et que les infrastructures artificielles échouent à les endiguer, les « solutions vertes » proposent un autre mode de gestion de l’eau, naturel, durable, et plus efficace.

Mardi soir 23 janvier, à Paris. En pleine crue hivernale, Sébastien Lecornu et Brune Poirson, tous deux secrétaires d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, visitent les locaux de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE). Après avoir rencontré quelques agents du service Vigicrues, ils réitèrent quelques conseils de « bon sens » à adopter en cas d’inondation : ne pas descendre dans un sous-sol inondé, ne pas chercher à en sortir la voiture, se tenir au courant de la situation…

Bref, autant de mesures d’urgence qui, loin d’endiguer la crue, trahissent une déficience chronique dans la gestion de l’élément aquatique. Les récentes inondations, s’ajoutant à celles du printemps 2016, prouvent encore une fois les limites du tout-béton. Les digues, les bassins artificiels de rétention, les berges bétonnées – tout ce qu’on appelle « solutions grises » – ont certes leur utilité, mais elles coûtent cher, pour des résultats souvent mitigés. Et si le bon sens consistait à retrouver des « solutions vertes » pour vivre avec l’eau ?

... https://reporterre.net/Pour-se-proteger ... -la-nature
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Environnement

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 02:13

Pollution de l'air : la France convoquée à Bruxelles avec les autres mauvais élèves européens

Les neuf pays convoqués – l'Allemagne, l'Espagne, la France, la Hongrie, l'Italie, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Slovaquie – dépassent régulièrement les limites d'émissions destinées à protéger la santé des Européens pour deux polluants clés : les particules fines (PM10) et le dioxyde d'azote (NO2).

... https://www.francetvinfo.fr/meteo/parti ... tor=EPR-2-[newsletterquotidienne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32925
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités