Les chiffres "tronqués" du chômage !

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 27 Avr 2017, 19:15

Chiffres du chômage

Les chômeurs : laissés-pour-compte des politiques d’austérité qui font le lit du FN

Le chômage repart à la hausse en catégorie A : + 1,2% (sur 3 mois) en mars. Le niveau atteint en fin de quinquennat est très élevé : 3 508 100, contre 2 922 100 à l’arrivée de Hollande, soit 20% d’augmentation.
Dans tous les cas, l’extension de la précarité est toujours là. C’est ainsi que le chiffre de la catégorie B (personnes en activité réduite de 78 heures maximum) baisse inhabituellement de 1,3 % et la catégorie C (personnes ayant exercé une activité réduite de plus de 78 heures) continue d’augmenter de +0,6 %.
Le total B et C reste à un niveau record : 1 995 700 contre 1 425 000 en mai 2012.
Même le chômage des moins de 25 ans augmente (+ 0.8%) et, cela, d’autant plus qu’on note une forte présence des jeunes dans ces catégories où la précarité explose.
Les seniors encore les dindons de la farce
Les seniors (+ de 50 ans) sont toujours de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des privés d’emploi. Ils sont aujourd’hui 1 357 100. Cela fait 11 mois consécutifs que leur nombre ne cesse d’augmenter. En avril 2016, ils étaient 1 288 500 pour les catégories ABC, soit +5,3% sur la période.
Les signataires de la dernière convention assurance chômage ont décidé le 28 mars dernier de couper dans les droits des 50/55 ans. En supprimant jusqu’à un an de leur durée d’indemnisation, une partie d’entre eux risque de ne pas renouveler leur inscription à Pôle Emploi et ne se trouvera donc plus dans les chiffres. La convention prévoit d’inciter les demandeurs d’emploi seniors à partir en formation : quand on sait que le nombre de retour à l’emploi durable après formation n’est que de 17%, comment croire qu’avec de tels objectifs on puisse faire baisser durablement les chiffres du chômage ? Rappelons que les seniors sont plus souvent victimes du chômage de longue durée.
Le 1er-Mai pour faire barrage au FN et pour des revendications sociales y compris pour les privés d’emploi.
L’augmentation de la précarité, l’augmentation du nombre de chômeurs seniors sont autant de coups portés aux salariés de notre pays. C’est pourquoi la CGT appelle l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er-Mai une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative exceptionnelle, une journée de rassemblement pour faire barrage au FN, pour faire échec aux politiques d’austérité et pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

Montreuil, le 26 avril 2017


http://www.cgt.fr/Les-chomeurs-laisses-pour-compte.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 05 Mai 2017, 19:41

Chômage des seniors, ça ne s’arrange pas, leur indemnisation non plus

Le report de l’âge de la retraite et la suppression de la dispense de recherche d’emploi mettent de plus en plus de seniors au chômage et à mal leur indemnisation en attendant la retraite.

Avis au futur gouvernement : le journal Le Parisien du 26 avril 2017 fait état d’une « note confidentielle du gouvernement Hollande » qui pointe les seniors demandeurs d’emploi (plus de 50 ans) comme « explication à la hausse du chômage entre 2012 et novembre 2016 ».

Et de chiffrer : « depuis 2012, 524 000 personnes supplémentaires sont inscrites en catégorie A à Pôle emploi (+ 17,9%) dont 56% sont des demandeurs d’emploi seniors… 127 600 étant âgés de 61 ans et plus. »

Il est avancé deux explications de la hausse du chômage des seniors (+ 189 500 de mai 2012 à novembre 2016) : « la suppression par le gouvernement Fillon de la dispense de recherche d’emploi pour les plus de 55 ans depuis le 1er janvier 2012(*) et la réforme des retraite qui a fait passé l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans. »

Ca ne s'arrange pas ! Ces chiffres sont confirmés, ce jour, par les indicateurs DARES mars 2017 du ministère du travail et de l'emploi.

Vous le lirez, toutes catégories confondues A, B, C les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en mars 2017 ont baissé chez les hommes de 0,3% tous âges confondus mais augmenté de 5% pour les seniors (50 ans et +) et augmenté de + 2% chez les femmes tous âges confondus et de 6,4% pour celles de 50 ans et plus !

... http://www.humanite.fr/chomage-des-seni ... lus-635385
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 17 Mai 2017, 18:53

La fable du recul du chômage…

Cette fable était déjà démontée en 2006 par Michel Husson. Mais cette fois-ci, c’est la BCE qui s’en mêle. Selon le site « chômage et monnaie » :
« Le résultat de l’étude : Le chômage réel est plus élevé que ne l’indiquent les statistiques officielles. Plus exactement, il existe un chômage « caché », celui induit par les personnes « découragées » qui ne recherchent plus, et les précaires à temps partiels subis et à temps de plus en plus partiels. Ce chômage caché aurait augmenté fortement alors que le chômage officiel baissait. L’institution évalue le chômage total à 18% dans la zone euro, soit presque le double du chiffre officiel de 9,5%.
Cette augmentation proviendrait des réformes du marché du travail qui se sont répandues dans la zone euro depuis la crise, réformes d’ailleurs promues par la BCE ! »

Mais ces tours de passe-passe ne concerne pas seulment l’Europe. Catherine Sauviat, dans un article de l’IRES, met en cause la signification réelle de la baisse du taux de chômage aux Etats-Unis :
« C’est donc la baisse du taux d’activité qui explique en partie la baisse du taux de chômage, c’est-à-dire un phénomène de retrait du marché du travail qui traduit un transfert du chômage vers l’inactivité d’une partie de la population. »
Et ce à un point tel qu’une autre statistique essaye d’extrapoler le nombre réel des sans-emploi :
« Celle-ci consiste à rajouter au nombre de chômeurs officiels ramené à la population active (U3) celui des travailleurs « découragés », des individus qui voudraient un emploi mais n’en recherchent pas parce qu’ils pensent qu’il n’y a pas d’emploi disponible pour eux (U4), celui plus large des travailleurs « marginalement rattachés à la population active » (incluant les travailleurs découragés) qui, bien que classés comme inactifs, voudraient un emploi, sont disponibles pour travailler et ont recherché activement un emploi pendant les 12 mois précédant l’enquête (U5) et enfin, celui des travailleurs à temps partiel subi (U6). »

Tous ceux qui sont concernés de près ou de loin par le chômage, savent intuitivement que tous les discours lénifiants relèvent de la tromperie. Mais les dominants font perdre leur sens aux mots et aux arguments ; ils réussissent à empêcher la constitution d’un discours des dominés sur la réalité de leur situation et de ses causes.
La « baisse du chômage », c’est les chômeurs que l’on cache sous le tapis, à coup de stages-bidons, de radiations abusives et autres recettes semblables. Mais c’est essentiellement les chômeurs « découragés » qui n’ont plus de droit à l’indemnisation, et qui ne voit pas l’intérêt de se soumettre aux contrôle de Pôle Emploi, auquel les gouvernements successifs ont tout fait pour qu’il n’accompagne plus réellement les chômeurs dans leur recherche d’emploi.

Moralité : plus on coupe l’accès à l’indemnisation du chômage et plus les chiffres se dégonflent, au mépris de toute réalité.
Plus on précarise l’emploi, en segmentant sa durée, et plus les chiffres du chômage continuent à baisser, au mépris de la souffrance engendrée et des vies volées.

L’important, ce ne sont pas les statistiques du chômage mais le taux d’activité. Celui-ci dépend de la réorientation des flux financiers de la spéculation vers l’économie réelle, via l’investissement socialement utile, les salaires et le rétablissement de services publics dignes de ce nom.

Qu’on se le dise !

@Waouh76

https://www.ensemble-fdg.org/content/la ... du-chomage
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 28 Mai 2017, 17:33

L’ampleur masquée du chômage en zone euro

Le chômage en zone euro est plus élevé que ne l'indiquent les statistiques officielles ce qui freine la hausse des salaires, considère la Banque centrale européenne (BCE) dans un bulletin publié le 10 mai 2017.

Cette situation retarde la normalisation de la politique monétaire, aujourd'hui très accomodante, ajoute la banque centrale.

Dans ce document, intitulé "Economic Bulletin, issue 3/2017", l'institut de Francfort juge qu'une dynamique des salaires est nécessaire pour parvenir à un rebond durable de l'inflation dans la zone euro, préalable à l'abandon de sa politique de taux négatifs ou nuls, et d'achats d'actifs de plusieurs dizaines de milliards d'euros mensuels depuis mars 2015.

L'incohérence entre le recul du chômage et la faible progression des salaires n'est qu'apparente, explique la BCE dans cette étude. Les chiffres officiels excluent toutes les personnes ne respectant pas certains critères statistiques stricts mais aussi tous les temps partiels subis, alors même que ces deux populations accentuent l'atonie du marché du travail. Ajustés de ces deux catégories, le sous-emploi s'est élèvé à environ 15% dans la zone euro au quatrième trimestre 2016, bien au dessus du taux de chômage officiel de 9,5%.

... http://www.agefi.fr/asset-management/ac ... uro-218029
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 30 Mai 2017, 10:20

Chiffres du chômage
la précarité comme legs de Hollande à Macron


Les chiffres du chômage du mois d’avril 2017 confirment les tendances lourdes de ces derniers mois : une forme de stabilisation en dents de scie pour le chômage total à un niveau très élevé et l’accroissement de la précarité pour des millions de travailleurs.

Ainsi la catégorie A (personnes au chômage total dans le mois) connaît une baisse de 1% en France métropolitaine avec 3471800 personnes et une quasi-stabilité sur 3 mois, soit une augmentation de +0.1%. En cinq ans, les politiques d’austérité n’ont pas empêché la destruction de l’emploi stable.

Dans les catégories B et C (personnes ayant travaillé moins ou plus de 78 heures dans le mois, c’est-à-dire alternant petits boulots et chômage), le cap des 2 millions d’inscrits est durablement franchi depuis le début d’année 2017. Ainsi, ils sont au total 2 063 200 en avril, soit une hausse de 2.2% sur 1 mois. Ce sont les victimes de la double peine : petits boulots et allocations en baisse une nouvelle fois avec la convention Unedic étendue, in extremis, la veille du second tour.

Le chômage de longue durée continue d’être un fléau qui met en lumière l’absurdité des politiques de culpabilisation des salariés privés d’emploi, notamment les plus de 50 ans.

L’obligation d’accepter des offres d’emploi, dont beaucoup sont illégales, est un chantage pour recycler la même vieille recette : préparer des radiations à défaut de créer des emplois.

Le total des catégories ABCDE montre donc que plus 6 255 900 de personnes recherchent du travail. Elles ne veulent ni être insultées, ni endosser la responsabilité de leur mise au chômage.

C’est au pouvoir de mener la politique qui crée les emplois ! La CGT soutient les travailleurs, avec ou sans emploi, et défend des propositions pour une relance de l’activité et le maintien du Service public.


http://www.cgt.fr/La-precarite-comme-legs-de.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 13:10

Violente hausse du chômage : la précarité explose !

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (personnes sans emploi tenues d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi) passe de 3 471 800 à 3 494 100 inscrits à Pôle Emploi (soit +0.6% sur 1 mois, + 0.9% sur 3 mois) alors que le nombre des demandeurs en catégories B et C (personnes ayant exercé une activité réduite) augmente de 3 500 personnes pour atteindre les 2 066 700 (soit + 0.2 % sur 1 mois, + 0.8 % sur 3 mois et surtout + 8 % sur 1 an). Non seulement le chômage ne baisse pas mais les catégories de travailleurs précaires ne cessent d’augmenter.

Les demandeurs d’emploi inscrits en catégorie D sont en baisse de 12.6 % depuis le mois de janvier en raison de la fin progressive de l’effet du plan « 500 000 formations ». Les doutes concernant l’utilité de ce plan se confirment de plus en plus, sachant que seuls 56 % des demandeurs d’emploi qui ont suivi une formation accèdent à un emploi et que, parmi ceux-ci, 29 % uniquement trouvent un emploi de plus de 6 mois.
La qualité de ces formations est largement contestée par les privés d’emploi CGT qui déposent un recours auprès de Pôle Emploi ce mardi 27 en appelant au rassemblement devant la Direction Générale de Pôle Emploi, avant de rejoindre un rassemblement aux Invalides.

L’emploi intérimaire augmente de 16,1% sur 1 an. Il s’agit là aussi d’une forme de précarité qui se développe sans limites dans les secteurs de l’Industrie en particulier où se concentrent 42,5% des emplois.

L’échec des politiques d’austérité sous la Droite puis pendant le quinquennat de Hollande, l’insupportable montée des contrats courts devraient faire réfléchir Macron et son gouvernement : les mêmes recettes sévères donneront les mêmes résultats !

La CGT réclame une véritable politique de relance et le renforcement du code du travail, plutôt que sa destruction, pour lutter contre l’accroissement de la précarité.

Montreuil, le 26 juin 2017

http://cgt.fr/Violente-hausse-du-chomage-la.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 08 Aoû 2017, 15:47

Statistiques officielles du chômage

9,6 %

Taux de chômage au sens du BIT - 1er trimestre 2017

Au premier trimestre 2017, en France métropolitaine, le taux de chômage baisse de 0,4 point. Le taux d’emploi est stable et le taux d’activité diminue de 0,3 point.
Le taux de chômage en France s’établit à 9,6 % de la population active au premier trimestre 2017

En moyenne sur le premier trimestre 2017, le taux de chômage au sens du BIT est de 9,6 % de la population active en France (hors Mayotte), après 10,0 % au quatrième trimestre 2016.

En France métropolitaine, le nombre de chômeurs diminue de 115 000, à 2,7 millions de personnes ; le taux de chômage baisse ainsi de 0,4 point par rapport au quatrième trimestre 2016, à 9,3 % de la population active. Il diminue pour les jeunes et les personnes âgées de 25 à 49 ans tandis qu’il est stable pour celles de 50 ans ou plus. Sur un an, le taux de chômage baisse de 0,6 point.

Parmi les chômeurs, 1,2 million déclarent rechercher un emploi depuis au moins un an. Au premier trimestre 2017, le taux de chômage de longue durée s’établit à 4,1 % de la population active. Il diminue de 0,1 point par rapport au trimestre précédent, et de 0,2 point sur un an.

... https://www.solidaires.org/Statistiques ... du-chomage
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 16 Aoû 2017, 14:31

Idée reçue 1 : les chômeurs devraient la fermer et chercher du boulot !




Idée reçue 2 : C'est pas plus difficile pour les femmes de chercher un travail !




Idée reçue 3 : Le chômage c'est la faute au code du travail !




Idée reçue 4: Le chômage c'est parce que les français ne travaillent pas assez !

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 27 Sep 2017, 20:32

Quand le discours de la Sorbonne occulte les chiffres du chômage

Depuis qu’elle est devenue ministre du Travail dans le gouvernement d’Edouard Philippe, Muriel Pénicaud refuse de commenter au mois le mois l’évolution des chiffres du chômage en France. Ce silence n’empêche pas le nombre de sans emploi d’augmenter depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée tandis que progresse parallèlement la précarité des hommes et des femmes qui n’ont qu’un emploi à temps partiel.

Les chiffres publiés hier par Pôle emploi nous indiquent que 3 540 400 demandeurs d’emploi étaient inscrits en catégorie A à la fin du mois d’août 2017 et n’avaient, de ce fait pas travaillé une seule heure dans le mois. Leur nombre progresse de 22 300 en août et de 46 300 entre juin et août inclus. Il y avait derrière ce chiffre global 1 822 500 hommes et 1717900 femmes. Parmi ces demandeurs d’emploi figuraient 488 200 jeunes de moins de 25 ans, 2 130700 personnes de 25 à 49 ans et 921 500 personnes de plus de 50 ans. Les chiffres nous précisent aussi qu’à la fin du mois dernier, « 720 700 personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de rechercher un emploi. Elles sont soit non immédiatement disponibles et sans emploi (catégorie D ; par exemple en formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie) soit pourvues d’un emploi (catégorie E ; par exemple création d’entreprise, contrat aidé)… », précise la note de Pôle emploi. Quand on ajoute les chiffres des départements et territoires d’outre mer à ceux de la France métropolitaine, on arrive à un total de 3 799 400 demandeurs d’emplois en catégorie A. Avec l’ajout des catégories B et C qui n’ont qu’un temps très partiel subi, on totalise 5 953 000 demandeurs d’emplois en France.

Les discours de diversion ne sont pas exempts de contradictions

Sachant que les trois quarts des entreprises créées disparaissent avant cinq ans et que le gouvernement d’Edouard Philippe a décidé de faire la chasse aux contrats aidés, on peut penser que le nombre de demandeurs d’emplois va continuer de progresser des mois durant avec Emmanuel Macron à l’Elysée.

... https://www.humanite.fr/quand-le-discou ... age-642723



Chiffres du chômage. Une précarité cachée qui doit être stoppée

Communiqué de la CGT.

Les chiffres du chômage parus ce mardi 26 septembre 2017 indiquent une augmentation du nombre de chômeurs.

• En catégorie A (Personnes sans emploi tenues d’effectuer des actes de recherche d’emploi) de 0.6% sur un mois, 1.3 % sur trois mois mais en baisse de 0.3 % sur un an. Ils montent de 3 518 100 à 3 540 400 sur un mois.
• Les catégories B et C (personnes ayant travaillé une partie du mois) passent de 2 103 300 à 2 105 600 soit une accentuation de 0.1% sur un mois et 1.9% sur trois mois, et donc un bond de 7.5% en un an.
• Les effets du plan 500 000 formations s’amenuisent ce qui provoque une diminution de la catégorie D (Personne sans emploi qui n’est pas immédiatement disponible) de 9.9 % sur un an. On peut constater que le nombre de privés d’emploi, toutes catégories confondues s’accroit de 1.5 % et passe de 6 604 500 à 6 705 000 au cours de l’année écoulée.

C’est encore une fois une hausse de la précarité qui fait l’actualité. Que ce soit selon l’INSEE ou Pôle emploi, les chiffres du chômage relatent une hausse de la précarité importante. L’INSEE nous dit que le sous-emploi représente 6.1 % des personnes qui travaillent, des chiffres également en hausse. Selon les chiffres de Pôle Emploi, 2 105 600 salariés inscrits relèvent de l’emploi précaire.

Par ailleurs, la CGT condamne fermement les suppressions des centaines de postes programmées à Pôle Emploi.

A l’aube de nouvelles discussions sur l’assurance chômage, le gouvernement ferait bien de faire preuve d’innovation, et favoriser l’emploi en CDI à temps plein qui coûte beaucoup moins cher à l’Assurance Chômage que les contrats courts.

Une vraie taxation des contrats courts est une solution simple et pérenne qui ralentirait leur utilisation exponentielle par les employeurs. La CGT a fait des propositions dans ce sens, et les complètera dans les futures rencontres multilatérales qui doivent s‘amorcer début octobre. La CGT défend l’instauration d’une sécurité sociale professionnelle assurant un revenu de remplacement à toutes et tous, et appelle à la mobilisation de toutes et tous. Qu’on soit actif ou privé d’emploi, précaire ou retraité, participons aux initiatives contre les ordonnances travail et montrons notre détermination à vouloir une politique de l’emploi digne, qui ne laisse personne sur le côté de la route !

Montreuil le 26 septembre 2017.


http://www.cgt.fr/Une-precarite-cachee- ... oppee.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede Pïérô » 19 Oct 2017, 08:40

Chômage : les jeunes aux premières loges

Entre 1975 et 2015, le taux de chômage a été multiplié par quatre pour les 20-24 ans et par presque autant pour les 25-49 ans. Depuis 2008, la crise a particulièrement touché les plus jeunes. Le taux de chômage des moins de 25 ans atteint désormais un niveau record en France. Mais les plus âgés ne sont pas épargnés non plus.

... https://www.inegalites.fr/Chomage-les-j ... eres-loges
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 27 Oct 2017, 19:37

La moitié des chômeurs touchent moins de 500€/mois ou la réalité chiffrée de « deux ans de vacances »

Alors que le porte-parole du gouvernement a qualifié les chômeurs de vacanciers profiteurs, coup d’œil sur ce que perçoivent réellement celles et ceux qui n’ont pas d’emploi. Pour bon nombre, ils et elles ne touchent tout simplement pas grand chose.

Dimanche 15 octobre, Emmanuel Macron était interviewé sur TF1. Il y a notamment déclaré qu’il voulait « que l’on célèbre » ceux qui réussissent « car si on commence à tirer des cailloux sur les premiers de cordée, c’est toute la cordée qui dégringole ».

Le mépris de classe est comme une seconde nature pour le président de la République. Cette fois-ci, il s’agissait de valoriser la théorie du ruissellement. Cette théorie économique selon laquelle favoriser les riches seraient bénéfiques aux pauvres qui verraient la richesse des premiers ruisseler vers eux a beau être fausse, le président y crois dur comme fer.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul à croire n’importe quoi parmi nos dirigeants. Lundi 16 octobre, c’est Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement qui s’est à nouveau illustré au micro de BFM TV. Il intervenait au sujet de l’annonce faite par le président de l’extension des allocations chômage aux personnes démissionnant de leur emploi.

« La liberté, c’est pas de se dire que finalement je vais bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances. »

Alors, outre le mépris dont elle témoigne, cette déclaration révèle une méconnaissance totale de ce qu’être sans emploi implique dès aujourd’hui réellement. Gageons que parmi les lecteurs et lectrices de Rebellyon, tous et toutes savent que dealer avec Pole Emploi n’est pas si simple et que, s’il s’agit de vacances, elles sont assorties de contrôles réguliers et de menaces de radiation au moindre rendez-vous oublié ou de retard dans son actualisation.

Surtout, nous savons que ces supposées vacances sont le plus souvent dures sur le plan économique. Le Centre d’observation de la société s’est d’ailleurs penché sur la situation réelle des chômeurs et on est bien loin des vacances tous frais payés.

« Un tiers des chômeurs ne touche aucune indemnité. La moitié d’entre eux ne reçoit pas plus de 500 euros par mois et les trois quarts moins du Smic. Seuls 6 % perçoivent plus de 1 500 euros. Le régime français d’indemnisation des demandeurs d’emploi est donc loin d’être trop généreux et de « désinciter » à la reprise d’un travail comme le sous-entendent les droitards comme Castaner ou notre local Laurent Wauquiez.

Selon les chiffres de l’Unedic, les chômeurs reçoivent en moyenne 1 100 euros net par mois d’indemnité, montant du niveau du Smic et l’équivalent de 71 % du salaire net de référence. Ce chiffre est trompeur car il ne porte que sur les chômeurs indemnisés dans le cadre du régime général de l’assurance chômage.

Pour comprendre combien perçoivent les chômeurs, il faut élargir le champ de la mesure. Aux 2,1 millions de demandeurs d’emplois indemnisés par le régime général, on doit d’abord ajouter les 485 000 chômeurs en fin de droits, qui touchent au mieux l’allocation de solidarité spécifique (ASS, d’un montant mensuel maximum de 480 euros mensuels). Il faut enfin compléter par le nombre de demandeurs qui ne touchent rien, par exemple des jeunes qui n’ont pas cotisé. Sur les 5,5 millions de demandeurs d’emploi au total de juin dernier, seule la moitié percevait une allocation. »

... https://rebellyon.info/La-moitie-des-ch ... s-de-18282
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 13 Nov 2017, 00:21

C'est officiel : non, les chômeurs ne sont pas des profiteurs

Macron veut renforcer le contrôle des chômeurs. Pourtant, les résultats d'un rapport rendu public hier par Les Echos tord le cou aux idées reçues. L'image, colportée par le gouvernement et le patronat, du chômeur profiteur n'est qu'un mythe. Selon le bilan du contrôle de la recherche d'emploi effectué par Pôle emploi, les trois quarts des chômeurs remplissent activement leurs obligations en la matière.

... http://www.lautrequotidien.fr/gratuit/2 ... 7fsr-k68ff
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 18 Nov 2017, 22:26

Chiffres du chômage de l’Insee au troisième trimestre 2017

Non au chômage remplacé par la précarité

Ce n’est pas de chance pour notre gouvernement qui souhaitait masquer l’évolution du chômage, en ne communiquant que les chiffres publiés par l’Insee tous les trois mois.

Une augmentation de 64 000 chômeurs (au sens du BIT) en trois mois, soit + 0.2%, nous confirme que la partie n’est pas gagnée face à la pression inexorable du capitalisme. Le chômage des seniors est lui aussi en hausse de + 0.1%. Quant aux chômeurs de longue durée, ils sont 46 000 de plus, soit une hausse de + 0.2%.

Le sous-emploi, gangrène du système, est aussi en augmentation de 0.1%. Ciment de la précarité et de la misère, celui-ci sera le combat de la CGT lors des mois et des années à venir. Nous ne pouvons pas accepté que ces modes d’emploi soient utilisés simplement dans le but de faire varier la courbe du nombre des chômeurs. On demande aux privés d’emploi de choisir entre le chômage et la misère dans l’emploi, c’est inacceptable.

L’assurance chômage, aujourd’hui financée par les cotisations des salariés, permet à ceux-ci de bénéficier d’une allocation lorsqu’ils sont dans des difficultés d’emploi. Ces allocations sont le fruit de négociations entre les organisations syndicales et les organisations patronales. Demain, si les cotisations sociales sont supprimées pour être remplacées par la CSG, les chômeurs deviendront des assistés, soumis au bon vouloir du politique qui soutiendra en priorité le capitalisme et la fuite des capitaux des plus favorisés.

La CGT sera des plus intransigeante pour se battre aux côtés des privés d’emploi, pour un emploi qui leur permette de vivre dignement.

Montreuil, le 17 novembre 2017


http://www.cgt.fr/Non-au-chomage-rempla ... arite.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 23 Nov 2017, 19:10

Moins d’un chômeur formé sur trois retrouve un emploi durable

En déplacement à Tourcoing le 14 novembre, Emmanuel Macron a insisté sur l’importance de la formation, « cœur de la politique de l’emploi du gouvernement ». Taclant ceux et celles qui protestent contre la disparition brutale de dizaine de milliers de contrats aidés, le chef de l’État a défendu l’investissement dans la formation, nécessaire « si nous voulons vraiment éradiquer le chômage dans notre pays. » Le lendemain, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a transmis au patronat et aux syndicats le « document d’orientation » relatif à la réforme de la formation professionnelle.

15 milliards d’euros devraient être dépensés, sur cinq ans, avec une attention particulière pour les demandeurs d’emploi les plus éloignés du travail. Faire de la formation un levier pour lutter contre le chômage n’a rien de nouveau. Parmi les dispositifs récemment mis en place, on peut citer les plans de formation des demandeurs d’emploi – le dernier en date, le « plan 500 000 » (le nombre d’actions de formation) a été lancé en janvier 2016 –, les préparations opérationnelles à l’emploi collectives ou individuelles (POE) ou encore les emplois d’avenir (EAV) pour les jeunes, qui intègrent une dimension de formation obligatoire.

Les effets de la formation sont parfois négatifs

« Ce volontarisme politique s’est traduit par une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi en formation », remarque un rapport publié en août dernier par le commissariat général à la stratégie et à la prospective, une institution rattachée à Matignon. L’efficacité de ces plans du point de vue du retour à l’emploi semble difficile à évaluer. « La massification des plans de formation ne s’est pas accompagnée d’une amélioration de l’accès à l’emploi durable : 28 % des demandeurs d’emploi formés dans le cadre du plan 500 000 ont retrouvé un emploi durable », cite le rapport. En fait, les effets de la formation sont très variés selon les individus.

... https://www.bastamag.net/Moins-d-un-cho ... oi-durable
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Les chiffres "tronqués" du chômage !

Messagede bipbip » 28 Déc 2017, 16:14

CGT – Chiffres du chômage de novembre 2017

La hausse de la précarité comme tendance lourde et les sanctions pour les aggraver

Les nouveaux chiffres du chômage montrent une baisse de la catégorie A (-0,8 % sur 1 mois, -2,4 % sur 3 mois) mais somme toute minime sur un an à -0,1 %.

La catégorie B a baissé sur 3 mois (-2,4%) mais continue d’augmenter sur 1 an (+ 4,2 %).

On relève surtout une explosion de la catégorie C, celle des demandeurs d’emploi ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois, avec plus + 4,5% sur 3 mois et + 9,2% sur 1 an.

La timide reprise économique s’accompagne de ce que nous dénonçons depuis désormais des années : la reprise de l’emploi se fait par les emplois précaires.

Et si le chômage des jeunes a tendance à légèrement baisser (-4,2% sur 3 mois et -1,6% sur 1 an), celui des seniors continue d’exploser (+1,1% sur 3 mois) et plus 5,5 % sur 1 an.

Les intentions du gouvernement pour durcir le contrôle des chômeurs ne feraient qu’aggraver cette augmentation de la précarité, encore une fois au profit des employeurs déjà largement gâtés en « flexibilité » par les ordonnances Macron.

La CGT ne laissera pas le gouvernement et le patronat insulter et culpabiliser les demandeurs d’emploi. Ces derniers ne demandent qu’à être accompagnés pour retrouver des emplois durables et pas des petits boulots destinés à confisquer encore plus les richesses produites par le travail de toutes et tous !

Montreuil, le 27 décembre 2017


http://www.cgt.fr/La-hausse-de-la-preca ... r-les.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité