Medias

Re: Medias

Messagede bipbip » 08 Déc 2015, 13:15

Alternative

Face au FN, un portail des médias libres pour entrer en résistance

Ce 6 décembre 2015, le FN arrive donc en tête dans six des douze grandes régions métropolitaines et est en mesure d’en conquérir trois. Avec six millions de suffrages, le parti d’extrême droite gagne 1,3 million de voix comparé aux élections européennes de 2014. Il a franchi une marche supplémentaire vers le pouvoir. Et la France une étape de plus dans son lent basculement vers des années de plomb. La résistance est de mise pour que cécité, indignité et lâcheté ne deviennent pas les futures devises de la République.
(...)
C’est pour cette raison que Basta ! lance aujourd’hui son « portail des médias libres ». Nous vous y proposons quotidiennement une sélection d’articles, issus d’une soixantaine de sources – sites d’information, revues, magazines, blogs – sur l’économie, les questions sociales, l’écologie, la politique et les alternatives. Ces médias sont indépendants des puissants intérêts économiques qui contrôlent la grande majorité des titres de presse traditionnels. Des plus modestes aux plus importants, chacun de ces médias incarne à sa manière l’esprit de résistance qui nous anime, et notre volonté de participer à la construction du monde de demain, au-delà de l’obscurantisme présent. Des médias de résistance pour que cécité, indignité et lâcheté ne deviennent pas les futures devises de la République.

http://www.bastamag.net/Face-au-FN-un-p ... resistance

le portail des médias libres : http://portail.bastamag.net/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 09 Fév 2016, 01:44

Procès en diffamation par Bolloré contre Bastamag

L'audience du procès en diffamation que le groupe Bolloré intente à Bastamag se déroulera le jeudi 11 février, à la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris, à partir de 13h. L'audience sera publique. Ce procès pose plusieurs questions essentielles sur la liberté d'informer, en particulier sur les activités des multinationales.

Est-il encore permis d'informer sur les activités du groupe Bolloré ?

L'audience du procès en diffamation que le groupe Bolloré intente à Bastamag se déroulera le jeudi 11 février, à la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris, à partir de 13h. L'audience sera publique. Ce procès pose plusieurs questions essentielles sur la liberté d'informer, en particulier sur les activités des multinationales.

L'audience du procès en diffamation que le groupe Bolloré intente à Bastamag se déroulera le jeudi 11 février, à la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris, à partir de 13h. L'audience sera publique.

Le groupe Bolloré estime diffamatoire pas moins de huit paragraphes - ainsi que le titre et le surtitre - d'un article de synthèse publié par Bastamag en octobre 2012 et consacré à la question de l'accaparement des terres, ces appropriations de terres à grande échelle par des fonds d'investissements ou des multinationales, principalement en Afrique et en Asie.

S'appuyant sur des rapports des Nations unies et d'organisations internationales, cet article dressait un état des lieux du mouvement d'accaparement de terres en Afrique, en Amérique latine et en Asie, et des grandes entreprises françaises qui y sont impliquées.

L'article mentionne ainsi les activités du groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin, dans lequel le groupe possède de fortes participations.

La Socfin possède de multiples filiales qui gèrent des plantations d'hévéas et d'huile de palme en Afrique et en Asie.

En plus de trois journalistes de Bastamag (Nadia Djabali, Agnès Rousseaux, Ivan du Roy), de son directeur de publication de l'époque (Julien Lusson), cette plainte en diffamation vise également le site Rue 89 et son directeur de publication, Pierre Haski, pour avoir cité l'article dans sa revue de presse signalant « le meilleur du web », ainsi que quatre personnes ayant partagé l'article sur leurs blogs (Thierry Lamireau, Dominique Martin-Ferrari, Laurent Ménard et Guillaume Decugis).

Ce procès pose plusieurs questions importantes :
• L'accaparement des terres serait-il devenu un sujet impossible à évoquer sans risquer une longue procédure judiciaire ? Informer sur les mises en cause de la Socfin, dont plusieurs entités du groupe Bolloré sont actionnaires, par des organisations internationales et des communautés locales serait-il tabou ?
• Plus généralement, est-il encore possible d'évoquer les activités du groupe Bolloré et leurs impacts sociaux et environnementaux ?
Le groupe Bolloré a déjà, par le passé, attaqué en justice plusieurs médias, dont France Inter suite à la diffusion d'un reportage sur ses activités au Cameroun.
Ce procès contre Bastamag intervient dans un contexte où les pratiques de la Socfin au sein de plantations qu'elle possède, en particulier en Afrique de l'Ouest et en Asie du Sud-est, sont toujours pointées du doigt par des organisations de la société civile.
Des paysans cambodgiens ont d'ailleurs porté plainte en juillet contre le groupe Bolloré devant le Tribunal de grande instance de Nanterre pour violation des droits de l'Homme et du droit de l'environnement. Au Sierra Leone, six leaders de communautés locales en conflit avec la filiale locale de la Socfin viennent d'être incarcérés.
• Ce procès intervient également dans un contexte où il est toujours question d'instaurer un « secret des affaires » au niveau européen. Cette disposition, si elle entrait en vigueur, entraverait durement toute information critique à l'égard des grandes entreprises et nuirait gravement au nécessaire débat démocratique sur leurs activités.
• Enfin, le fait que plusieurs personnes ou médias qui n'ont aucunement participé à la rédaction et à la publication de cet article soient mises en examen repose la question du statut juridique d'un lien hypertexte, d'une revue de presse ou du partage d'un article via un réseau social ou un agrégateur.

Ce sont les fondements du fonctionnement du web qui sont ici remis en cause : les liens hypertextes et le partage de contenus en constituent la principale richesse.

Les pressions du groupe Bolloré à l'encontre de journalistes sont régulièrement au cœur de l'actualité.

Le collectif Informer n'est pas un délit, qui regroupe une cinquantaine de journalistes ainsi que l'association Reporters sans frontières, s'interroge sur la censure et la déprogrammation de plusieurs documentaires qui devaient être diffusés récemment par la chaîne Canal , dont Vincent Bolloré est devenu le principal actionnaire.

Nous rappelons également que Bastamag fait l'objet d'une seconde plainte en diffamation de la part du groupe Bolloré, pour un petit article évoquant en octobre 2014 une rencontre entre des représentants du groupe Bolloré et des délégués de communautés locales africaines et cambodgiennes en conflit avec la Socfin.

La rédaction de Bastamag

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede Pïérô » 12 Fév 2016, 12:59

FAIRE TAIRE LES MEDIAS LIBRES ?

le procès de Bastamag attaqué en diffamation par Bolloré se tient aujourd’hui, La feuille de Chou, attaquée par le chef de la Mission Roms de la Ville de Strasbourg, début Avril. Dans les deux cas la tactique est la même : faire taire ceux qui l’ouvrent trop en les noyant de procès.

Deux affaires bien différentes (les précision plus bas), mais une tendance qui est la même : des procès pour faire taire ceux qui l’ouvrent trop. Bien sur, nos médias libres trouvent là une occasion de réaffirmer le droit à la liberté d’expression. Il n’empêche : le temps et le pognon passés à se défendre ne serviront pas à faire le boulot d’information de chaque jour, et c’est bien là le but recherché.

... http://www.primitivi.org/spip.php?article708
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Medias

Messagede bipbip » 14 Fév 2016, 14:26

Quand Bolloré traîne Bastamag en justice

Neuf journalistes et blogueurs comparaissaient jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir écrit ou partagé un article sur la politique d’accaparement de la multinationale.

Raté. Vincent Bolloré voulait sans doute faire taire Bastamag et ses journalistes en les traînant devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour diffamation. En cause, un article publié par le site d’information le 10 octobre 2012, intitulé « Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement des terres ».

Au contraire, le tribunal et les prévenus ont saisi cette occasion pour entrer dans le fond du sujet : l’accaparement des terres agricoles en Asie et en Afrique par des grands groupes qui privent les populations locales de ressources. Une fois ces terres trustées, « un modèle d’agriculture intensive est importé sur place », explique la journaliste de Bastamag Nadia Djabali, mais un modèle qui « emploie moins et produit moins » que les systèmes traditionnels. Les conséquences sont nombreuses : d’abord, « les paysans ne profitent pas de cette manne et vont plutôt rejoindre les bidonvilles ». La journaliste évoque aussi la pollution, le travail des enfants de moins de 14 ans, la déforestation des forêts primaires, etc. Le tout, « pour mettre de l’essence dans nos voitures ».

... http://www.humanite.fr/quand-bollore-tr ... ice-598901
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 29 Fév 2016, 12:34

La Feuille de chou
conférence de presse le 3 mars

LA FEUILLE DE CHOU EN CORRECTIONNELLE !

Le 21 janvier 2016, le Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Colmar « a rendu une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel », de Jean-Claude Meyer, directeur de publication de la Feuille de chou, pour « avoir tenu des propos portant atteinte à l’honneur et à la considération de Jean-Claude Bournez », chef de la mission Roms de la Ville de Strasbourg.

La Cour d’appel répondait ainsi négativement à la requête en nullité de la procédure présentée par le conseil de M. Meyer.

La Feuille de chou a consacré de nombreux articles aux conflits sociaux, aux luttes syndicales et environnementales. C’est pour avoir dénoncé la situation dramatique et inadmissible de citoyens Roms de l’Union européenne, sur la base d’une présence régulière sur les bidonvilles et sur les camps gérés par la Ville, aux côtés d’associations et d’ONG, qu’elle a été poursuivie en justice. Depuis, d’autres médias ( Rue89Strasbourg, DNA…) se sont pourtant fait écho des mêmes faits.

Même si la plainte a été déposée à titre individuel, le plaignant a l’entier soutien de son employeur, la Ville de Strasbourg, et de certains élus. Il s’agit donc bien d’un procès politique qui s’en prend à la liberté d’expression et d’information d’un média indépendant pour tenter de museler une source d’information critique.

La Feuille de chou, membre de la Coordination permanente des médias libres, n’est pas le seul organe de presse attaqué. Plusieurs autres procès sont en cours. Et l’état d’urgence actuel, depuis le 13 novembre 2015, qui s’en prend aux libertés démocratiques fondamentales, ne fait qu’aggraver la menace, par l’offensive contre tous ceux qui défendent la liberté d’expression et le droit à l’information contre les autorités établies.

Dès l’été 2015, des dizaines d’associations se sont regroupées au sein d’un Comité de soutien à la Feuille de chou, une pétition électronique a recueilli près de 1100 signatures, la même sur papier a été signée par des centaines de personnes, des personnalités connues régionalement et nationalement ont apporté leur soutien. Plus récemment, une collecte de fonds a été mise en place pour soutenir financièrement la Feuille de chou qui risque jusqu’à 12 000 € d’amende en cas de condamnation.

Le Comité de soutien à la Feuille de chou appelle tous les défenseurs des libertés à se mobiliser en ce début d’année 2016 afin de soutenir la Feuille de chou et tous les médias libres menacés par ceux qui veulent les faire taire.

Strasbourg, le 10 février 2016

Le Comité de soutien à La Feuille de chou : Organisations : SNESUP-FSU de l’Unistra ; Ensemble 67 ; Mouvement des jeunes communistes 67 ; Fédération du Bas-Rhin du PCF ; Sud-Éducation Alsace ; Alternative Libertaire Alsace ; ATMF ; Union Juive Française pour la Paix ; NPA 67 ; Attac Strasbourg ; Association Alsace-Syrie ; UD CGT 67 ; Parti de Gauche 67 ; Les Amis de l’Humanité Alsace ; International Jewish Antizionist Network ; Ligue des Droits de l’Homme – Mulhouse ; MRAP Nancy ; AFA Strasbourg ; Fédération 67 de la Libre Pensée ; FSU 67 ; FSU 68 ; Cercle communiste d’Alsace ; Comité des Sans Papiers 59 ; Fédération du Parti Ouvrier Indépendant du Bas-Rhin ; Collectif LMSI ; Acrimed…

Personnalités signataires : Dr Georges Y. Federmann, psychiatre ; Jean-Luc Nancy, philosophe ; Jacob Rogozinski, philosophe ; Pascal Maillard, Professeur à l’Université de Strasbourg ; Roland Pfefferkorn, Directeur de l’Institut de sociologie ; Alain Bihr, Professeur honoraire de sociologie ; Roger Winterhalter, Maire honoraire de Lutterbach, Porte-parole de l’Assemblée des Citoyens du Monde ; Jean-Louis Hess, Photographe ; Jean-Paul Klee, Poète ; Liselotte Hamm & Jean-Marie Hummel, Artistes ; Edouard Bauer, musicien ; Alain Krivine ; Jean-Marie Haller, avocat ; Pierre Freyburger ; Jacques Muller, sénateur honoraire du Haut-Rhin ; Pierre Tevanian et Sylvie Tissot, auteurs et coanimateurs de Les Mots Sont Importants ; Eric Fassin, sociologue, professeur à l’Université Paris-8 ; Laurent Lévy, essayiste ; Julien Salingue, Docteur en Science politique…

Médias solidaires : Acrimed, Pumpernickel, L’Alterpresse 68, revue Silence, TVnet citoyenne, Plus Belles les Luttes, le Jura libertaire, Heb’di, la Coordination Permanente des Medias Libres…

Pour en savoir plus, soutenir La Feuille de chou, signer la pétition, souscrire ou rejoindre le comité de soutien : la-feuille-de-chou.fr

Contact : soutien.feuilledechou@laposte.net

Le procès aura lieu le 5 avril à 9 h au TGI de Strasbourg, quai Finckmatt.

Le comité de soutien tiendra une conférence de presse jeudi 3 mars à 11 h à la Taverne française afin d’essayer de rompre le quasi silence des médias.

Nous comptons aussi organiser une réunion publique courant mars, sur la double thématique des libertés menacées et de la solidarité aux Rroms. Nous avons apprécié votre signature solidaire. Et vous sollicitons pour toute forme de soutien que vous pourriez manifester avant le procès que ce soit lors de la réunion publique courant mars ou à votre convenance. Nous vous rappelons aussi qu’un procès coûte cher en huissier, en avocat et éventuellement en condamnation.

Vos dons peuvent être faits au Pot commun à cette adresse : https://www.lepotcommun.fr/pot/a3i98er2

Avec mes remerciements et ceux du Comité de soutien soutien.feuilledechou@laposte.net

Jean-Claude Meyer

http://www.alsace.alternativelibertaire ... article786
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 05 Mar 2016, 14:32

Décrypter les médias dominants et leur « propagande parée d’objectivité »

Nada est une association qui propose une information alternative à ce qu’elle qualifie de « propagande parée de neutralité et d’objectivité ». Elle a notamment produit « Les nouveaux chiens de garde », un film qui décrypte la manière dont se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur, au sein de la grande majorité des journaux, radios et chaînes de télévision appartenant à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Alors qu’un nouveau démantèlement du droit du travail se prépare, Nada lance un appel à financement pour son nouveau film, « Nous avons des armes ». Des armes cinématographiques.

... http://www.bastamag.net/NADA-continuera ... -dominants
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede Pïérô » 06 Mar 2016, 14:32

Etranges cambriolages à la rédaction de Marsactu

Marsactu gêne-t-il ? Le jeune journal électronique sis à Marseille, relancé par son équipe en octobre avec le soutien financier de ses lecteurs, a été victime de deux cambriolages en moins d’une semaine. Et pour la rédaction, la répétition de ces intrusions porte la marque « d’une volonté d’intimidation ». « Nos visiteurs cherchaient quelque chose de bien précis, assurent les journalistes de Marsactu dans un communiqué de presse diffusé vendredi. Nous avons identifié certaines enquêtes en cours portant sur des sujets sensibles et avisé la police. C’est notre activité journalistique qui est visée. »

... http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... MqByhQt.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Medias

Messagede bipbip » 07 Mar 2016, 12:53

Indépendance des rédactions, protection des sources : un sale jeu de dupes !

Via la "Correspondance de la presse" de ce 1er mars 2016, la profession découvre, avec stupéfaction, que le texte concernant la protection des sources des journalistes, très majoritairement rejeté en 2015, refait surface et est inscrit sous forme d’amendement dans la proposition de loi du député PS Patrick Bloche, "visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias".

Aucune des nécessités réelles de la profession n’ont été retenues. Ainsi les volontés élyséennes, rejoignant celles de Matignon, dont les deux textes portent l’empreinte, pourraient être votés en catimini et en procédure d’urgence par l’Assemblée Nationale dans une semaine.

Après avoir exprimé les plus vives réserves sur le contenu de ces deux propositions de loi, le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à alerter les journalistes sur ce véritable coup de force.

Non, le texte sur la protection des sources des journalistes, présenté par le député PS Michel Pouzol, ne présente pas d’avancées, bien au contraire. En introduisant la justification de l’atteinte au secret des sources par la prévention ou la répression, soit d’un crime, soit d’un délit, portant atteinte aux « intérêts fondamentaux de la Nation » (Titre I, Livre IV du code pénal), il bat en brèche les principes établis par la loi Dati de 2010, confirmés par les jurisprudences européennes, basées sur la notion d’impératif prépondérant d’intérêt public.

Quant à la proposition de loi Bloche, qui attribue au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) le rôle d’une autorité morale de la profession, elle n’est pas de nature à garantir l’indépendance des journalistes professionnels dans les entreprises de médias, loin de là. Le SNJ est totalement opposé à l’élargissement des compétences du CSA, une instance administrative qui est composée de membres nommés par le pouvoir politique, dont l’indépendance reste donc sujette à caution.

Le contexte de pré-campagne pour l’élection présidentielle de 2017, dans lequel s’inscrit la présentation de ces textes liberticides, et la hâte suspecte dans la procédure parlementaire, devraient faire sursauter tous les démocrates.

Le SNJ tient à alerter les parlementaires pour qu’ils ne votent surtout pas des dispositions qui visent à bâillonner des médias, sans doute pas assez aux ordres !

Le SNJ rappelle au gouvernement que, dans le passé, toutes les tentatives de ce genre se sont retournées contre leurs auteurs.

SNJ

http://www.snj.fr/article/ind%C3%A9pend ... -472935371
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 31 Mar 2016, 08:03

Les sénateurs veulent renforcer la loi-muselière pour les journalistes !

Les informations concernant l’évolution des propositions de loi "visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias" se succèdent, toutes plus inquiétantes les unes que les autres. Au Sénat, la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication, ne tenant aucun compte des avis et préconisations des journalistes tels que rappelés par les représentants du SNJ, entendus le 23 mars dernier, vient de déposer une série d’amendements qui vont dans le sens d’une véritable organisation pyramidale du contrôle de la déontologie, telle que vue et voulue par le pouvoir exécutif et les patrons des médias audiovisuels.

Ainsi donc les journalistes ne pourraient se voir reconnaître, dans la loi, aucun droit à "l’intime conviction professionnelle" au motif que ce concept serait "trop flou".
Ainsi donc la déontologie des journalistes de l’audiovisuel se verrait confiée aux bons soins du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, instance administrative, non indépendante, puisque ses membres sont nommés et peuvent être révoqués par les politiques.
Ainsi donc les employeurs des mêmes journalistes seraient "aidés" par des "commissions de déontologie" qui feraient la loi dans ces entreprises de presse.

Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisations de la profession, constate qu’en l’état de ce texte, c’est une véritable machinerie de contrôle de l’Information qui risque d’être mise en place.

Le SNJ alerte la profession et tous les tenants de la liberté de la presse contre ce très mauvais coup porté à la liberté de la presse, dans le pays de la déclaration des Droits de l’Homme.

Le pouvoir exécutif, véritable inspirateur de ce texte liberticide, serait-il à ce point aux abois qu’il ne craindrait pas de faire voter une loi attentatoire à la liberté d’informer et d’être informé, véritable pilier d’une démocratie digne de ce nom ?

http://www.snj.fr/article/les-s%C3%A9na ... 1244371410
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 10 Avr 2016, 13:28

Ça bouge... un peu dans la presse française

France Culture, France Inter et Libération refusent de couvrir la visite officielle de Manuel Valls en Algérie en solidarité avec un journaliste du Monde privé de visa par les autorités algériennes en raison des informations qu’il avait révélées sur l’implication de membres du gouvernement algérien dans l’affaire des Panama Papers. Le Petit Journal est également privé de voyage officiel en raison d’un reportage effectué il y a un an sur le président algérien, en marge de la visite de Hollande. Enfin, une équipe de Canal + a été renvoyée pour avoir voulu faire un reportage sur une agression homophobe. Pour sa part, la direction du journal Le Monde se contente de « protester contre cette entrave à la liberté de la presse ». Solidaire du journaliste, mais faut quand même pas déconner !..

http://monde-libertaire.fr/?article=Ca_ ... ncaise____
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 15 Avr 2016, 07:49

Plainte en diffamation : Bolloré perd son procès contre Bastamag

Poursuivis en diffamation par le groupe Bolloré pour un article pointant le rôle de grandes entreprises françaises dans le phénomène d’accaparement des terres, le directeur de publication et les journalistes de Bastamag ont été relaxés ce 14 avril par le Tribunal de grande instance de Paris. Notre équipe poursuit son travail d’information sur les conséquences sociales et écologiques des activités des grands groupes français et internationaux.

... http://www.bastamag.net/Plainte-en-diff ... e-Bastamag
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 16 Avr 2016, 15:51

Le Parlement européen vote pour protéger le « secret des affaires » et le droit à l’opacité

Les députés européens ont adopté le 14 avril à une très large majorité la directive sur le « secret des affaires », un texte qui risque de rendre la vie beaucoup plus difficile aux lanceurs d’alerte, salariés, journalistes et plus généralement à tous ceux qui s’efforcent d’informer de manière indépendante sur les activités des entreprises. La mobilisation de la société civile, des pétitions signées par plusieurs centaines de milliers d’Européens et le scandale des Panama Papers, survenu dix jours seulement auparavant, n’auront pas suffi à dissuader les parlementaires européens d’adopter cette directive, en séance plénière à Strasbourg.

Sous couvert de lutter contre l’espionnage industriel, elle consacre un principe très général et flou de « protection des informations relatives à la vie des entreprises contre toute forme de divulgation publique » (lire notre article). En les protégeant ainsi encore un peu plus des regards de la société. « Avec cette directive, le parlement européen a l’inconscience de créer un nouveau droit à l’opacité pour les multinationales et fragilise encore les contre-pouvoirs », s’indigne la coalition européenne d’ONG, de syndicalistes et de journalistes qui a mené la bataille contre ce projet.

... http://www.bastamag.net/Le-Parlement-eu ... s-affaires
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede bipbip » 28 Avr 2016, 12:36

Plainte en diffamation contre Bastamag : le groupe Bolloré fait appel du jugement

Poursuivis en diffamation par le groupe Bolloré pour un article sur le phénomène d’accaparement des terres, le directeur de publication et des journalistes de Bastamag ont été relaxés le 14 avril dernier par le Tribunal de grande instance de Paris. Cet article de synthèse, publié en octobre 2012, pointait le rôle de grandes entreprises françaises dans l’accaparement de terres – ces appropriations de terres à grande échelle par des fonds d’investissements ou des multinationales, principalement en Afrique et en Asie. S’appuyant sur des rapports des Nations unies et d’organisations internationales, l’article mentionnait, entre autres, les activités du groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin, dans lequel le groupe possède de fortes participations.

Dans son jugement, la 17ème chambre du Tribunal a estimé que le sujet abordé « consacré à un problème aussi essentiel que l’exploitation des terres agricoles en Afrique et en Asie et son impact sur les populations et l’environnement présente incontestablement un caractère d’intérêt général ». Et a jugé que, compte tenu « de l’existence d’une base factuelle suffisante pour étayer les propos poursuivis » et de « l’impératif du débat démocratique », la relaxe s’imposait (voir le détail ici). Mais ce lundi 25 avril, le groupe Bolloré a fait savoir qu’il faisait appel de ce jugement.

... http://www.bastamag.net/Plainte-en-diff ... u-jugement
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Medias

Messagede Pïérô » 01 Juin 2016, 06:31

Ces têtes brûlées qui secouent le journalisme

Au cœur de Nuit debout et des manifestations contre la loi Travail, une nouvelle génération de reporters casse-cou filme au plus près de l'action. Rencontre avec ces acteurs du journalisme de l'instant qui bousculent les médias traditionnels.

... http://teleobs.nouvelobs.com/actualites ... isme.html#
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Medias

Messagede bipbip » 04 Juin 2016, 14:05

A droite toute contre le pluralisme

A l’heure où les grands groupes industriels et financiers ont fait main basse sur les médias, où le pluralisme est plus que jamais en danger avec des menaces pour la survie des rares journaux indépendants, comme par exemple l’Humanité, le Sénat a aggravé la proposition de loi Bloche sur l’indépendance et le pluralisme des médias adopté par l’Assemblée nationale début mars. Aujourd’hui, de Bolloré à Drahi, de Dassault à Bouygues, les milliardaires des médias ont plus que jamais l’oreille du Palais du Luxembourg.

Les syndicats de journalistes avaient, en effet, appelé les parlementaires à revoir le projet de loi en réformant les aides à la presse, en renforçant les seuils anti-concentration afin de garantir le pluralisme de l’information et à accorder un statut juridique aux rédactions face aux propriétaires des contenus et des contenants. On en est loin.

Les sénateurs ont gommé les rares éléments quelque peu ennuyeux pour leurs amis propriétaires des médias. Le « droit d’opposition » appliqué dans l’audiovisuel public et qui permet à chaque journaliste de refuser un acte contraire à son intime conviction professionnelle devait être généralisé. Malheureusement l’auteur de la loi, M. Bloche, l’a rattaché à une charte éthique par entreprise – une déontologie à la carte ! – qui doit être négociée avant le 1er juillet 2017. Eh bien, le Sénat a supprimé la négociation en indiquant seulement que l’entreprise devait se «doter» d’une charte. Idem avec l’obligation de consulter le comité d’entreprise une fois par an sur son respect. Une véritable aubaine de plus pour les Drahi, Bouygues et consorts.

Concernant la protection des sources, là encore, les sénateurs ont durci le texte : collaborateurs de la rédaction exclus de la protection, conditions moins restrictives pour lever le secret des sources. M. Hollande avait promis une loi réformant la loi Dati de 2010. Après un enterrement de première classe décidé par Manuel Valls, le sujet est revenu dans le cadre de la loi Bloche avec un texte en retrait par rapport à d’autres pays européens mais contenant des avancées par rapport à la loi Dati. Sauf que la situation n’est plus celle de 2012. Entre la loi renseignement et la directive européenne sur le secret des affaires, le métier de journaliste est clairement en danger et la loi Bloche nettement insuffisante.

Le renforcement des pouvoirs du CSA, dans un rôle de « gendarme » de la profession, est un leurre. Que ce soit dans l’audiovisuel public ou dans le privé le CSA n’a pas réussi à jouer son rôle de gardien de « l’honnêteté, de l’indépendance, du pluralisme de l’information et des programmes » comme le prône l’article 2 de la loi Bloche. Ce n’est pas en instituant des «comités de déontologie» composés de personnalités indépendantes que les prises d’intérêts, les rachats effectués dans des conditions obscures ou les multiples cas de censure vont cesser. Le CSA n’est pas un organe indépendant, compte tenu de sa composition. Le SNJ-CGT appelle à sa démocratisation en y incluant des représentants des téléspectateurs et auditeurs.

Enfin les sénateurs ont décidé d’instaurer un plafond de ressources pour les journalistes bénéficiaires de l’allocation pour frais d’emploi dont le montant est inchangé depuis 1971. Le SNJ-CGT appelle l’ensemble de la profession à se mobiliser afin de dénoncer cette disposition totalement incongrue dans un texte sur l’indépendance et le pluralisme des médias.

Le SNJ-CGT appelle la profession à faire bloc pour empêcher un mauvais coup contre la démocratie, et avec l’ensemble des syndicats à se mobiliser contre un texte de loi qui ne répond pas aux questions clés posées par la concentration des médias et de l’information aux mains de quelques-uns.

Montreuil le 1er juin 2016
SNJ-CGT

http://www.snjcgt.fr/_front/Pages/artic ... d40c51da92
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité