Presstalis et distribution presse, une réforme scélérate !

Presstalis et distribution presse, une réforme scélérate !

Messagede barcelone 36 » 10 Sep 2010, 12:01

Presstalis une réforme scélérate !

Une réforme scélérate !

Engagé depuis plusieurs années, un vaste plan de réforme vise à moderniser et rentabiliser Presstalis, principale entreprise de distribution de la presse en France, qui contrôle actuellement 80% du marché. Jusqu’à présent, force est de constater que cette initiative a surtout abouti à une baisse drastique des effectifs et à des coûts de restructuration qui, ajoutés à un recul du volume d’affaires (ventes réalisées), ont mis Presstalis au bord du dépôt de bilan. En 2009, ses pertes nettes atteignaient 26,5 millions d’euros. La situation d’urgence, propice aux “décisions douloureuses”, explique sans doute le fait que la recapitalisation de Presstalis par les éditeurs et le groupe Lagardère, ainsi que l’aide de l’État, ont été conditionnées à une restructuration en profondeur de l’entreprise. Celle-ci comprend, entre autres, une refonte des barèmes (les tarifs facturés aux éditeurs), qui refléteront désormais le « coût réel » de la prestation de la messagerie de presse, et qui entreront en application au 1er octobre 2010. Ainsi, Presstalis rompt avec l’un des derniers axes subsistant de la loi Bichet (qui encadre, depuis 1947, la distribution de la presse), fondé sur une certaine péréquation des coûts de la distribution, en particulier pour les titres d’information politique et générale.

Seront désormais facturés à tous les éditeurs, ce qu’on appelle les “appoints” : ce terme technique désigne l’opération manuelle, consistant à extraire des liasses standards le nombre d’exemplaires complétant les quantités demandées par les dépositaires (lesquels les ventileront, ensuite, vers les marchands de journaux). Par exemple, pour 67 exemplaires commandés par tel dépositaire, l’opérateur expédiera une liasse de 50 exemplaires fournie par l’éditeur, et “cassera” une autre liasse pour y prélever les 17 exemplaires manquants. Il est évident que pour les “gros” titres, cette mesure ne représente rien. Lorsqu’on livre des milliers d’exemplaires à chaque dépositaire du réseau, une liasse complète de plus ou de moins n’a pratiquement pas d’importance. Ainsi, nombre d’éditeurs de la presse bourgeoise pourront échapper à un dispositif qui s’avérera particulièrement coûteux pour les autres. Ceux-là, dont la diffusion ne dépasse guère le millier d’exemplaires, sont systématiquement soumis à “l’appoint”, car les quantités réclamées par les dépositaires sont, en comparaison, infinitésimales. Et, pour reprendre l’exemple donné plus haut, ils ne pourront livrer deux liasses de 50 exemplaires au dépositaire qui a commandé 67 exemplaires, à moins de prendre le risque d’augmenter dangereusement les invendus (dont l’importance joue également sur la facturation de Presstalis)... Conséquence directe pour le Monde libertaire : un coût de distribution de l’ordre de 120% ! Ironie du sort, notre titre appartenant à la famille d’information politique et générale, bénéfice tout de même d’une mesure de protection : nous ne pouvons être débiteurs, aussi le coût en est ramené à 100%. Merci Presstalis...

Pour ne parler que des titres libertaires, tous sont concernés, et tous seront touchés dans une mesure comparable. Aussi, la refonte des barèmes adoptée par Presstalis conduira rapidement à l’asphyxie économique d’une partie de la presse d’opinion opposée à la logique marchande et à la raison d’État. Il est dit qu’au titre de la « garantie du pluralisme » sur l’ensemble du territoire, l’État abondera une aide à hauteur de 18 millions d’euros. En admettant qu’il soit concerné, le Monde libertaire n’entend pas se mettre sous perfusion d’État, alors que si peu d’efforts sont déployés pour rendre notre titre visible - et par là même accessible - dans les kiosques. Depuis 1954, l’hebdomadaire de la Fédération anarchiste, sans maître et sans publicité, doit son existence, d’abord, à l’effort de ses militants et à la fidélité de ses lecteurs. Cela étant, nous n’acceptons pas l’abandon du principe de péréquation qui a toujours prévalu, notamment pour les titres d’information politique, et qui s’approchait un peu d’un des grands principes défendus par les libertaires : De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. Nous appelons donc l’ensemble des libertaires à nous rejoindre dans la lutte pour la défense de nos moyens et de notre liberté d’expression.

Fédération anarchiste

145 rue Amelot 75011 Paris

http://www.federation-anarchiste.org

relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org

9 septembre 2010
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 12:28

Re: Presstalis, une réforme scélérate ! : Communiqué FA

Messagede charlelem » 11 Sep 2010, 06:56

barcelone 36 a écrit:Une réforme scélérate !

Engagé depuis plusieurs années,............
Et, pour reprendre l’exemple donné plus haut, ils ne pourront livrer deux liasses de 50 exemplaires au dépositaire qui a commandé 67 exemplaires, à moins de prendre le risque d’augmenter dangereusement les invendus (dont l’importance joue également sur la facturation de Presstalis)... Conséquence directe pour le Monde libertaire : un coût de distribution de l’ordre de 120% !
..........

Fédération anarchiste

Comme c'est les diffuseurs qui supportent le coût des invendus (avance de trésorerie) une autre conséquence sera la fermeture des "petits". Seul les GMS arriveront à survivre.
Sur la ville où je suis déjà 2 fermetures en 1 an.
Avatar de l’utilisateur-trice
charlelem
 
Messages: 436
Enregistré le: 26 Oct 2009, 18:16
Localisation: Poissy

Re: Presstalis, une réforme scélérate ! : Communiqué FA

Messagede Pïérô » 12 Sep 2010, 23:57

C'est toute la presse militante qui est menacée. De fait il faudrait construire une résistance commune.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Presstalis, une réforme scélérate ! : Communiqué FA

Messagede Kzimir » 13 Mar 2011, 15:23

Désolé de remonter un vieux sujet, j'ai juste quelques questions à poser :

Depuis cet appel, des initiatives ont été faites pour lutter contre cette réforme ?
Au delà de ça, comment les différentes orgas qui éditent un canard pensent elles réagir ? Je sais que Courant Alternatif a abandonné la diffusion en kiosque et que Alternative Libertaire tente de se maintenir par le biais d'une campagne volontariste, mais que font les autres canards comme le Monde Libertaire ou l'Offensive (ou même les canards cocos, genre TEAN ou Partisan) ?
Et enfin, dernière question, est ce que quelqu'un sait si des moyens de mutualisation ont été évoqués (soit une distribution commune, soit même un canard commun à différentes orgas libertaires) ?
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 16:15

Re: Presstalis, une réforme scélérate ! : Communiqué FA

Messagede Vieille Chouette » 03 Mai 2011, 22:52

Il me semble que Le Monde Libertaire à augmenté de 0,50 € pour supporter le choc.

Alternative Libertaire (dont le numéro de mai vient de sortir http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?rubrique220) tente effectivement de se maintenir http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article4117 et espérons que ça va le faire !!

Il me semble que CQFD a augmenté un peu également (à vérifier, il me semble simplement). Il aurait fallu une réaction commune de la petite presse indépendante radicale face à Presstalis mais encore une fois rien ne s'est fait, ce que je regrette.
Je sais que les asiles et les prisons de ce pays, sont le dépôt des inclassés, des nouveaux enragés, je sais qu'faut se courber et toujours rester muer, se plier, s'laisser bouffer, et en redemander... (Kyma - Les grands vides pleins)
Vieille Chouette
 
Messages: 79
Enregistré le: 03 Mai 2011, 09:51

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede Pïérô » 05 Juil 2011, 09:50

Appel à la grève aujourd'hui par la CGT, alors que ce jour une modification du Titre II de la loi Bichet passe devant les députés.

ILS VEULENT TUER LA LOI BICHET, ILS VEULENT TUER LE PLURALISME DE LA PRESSE !

La loi régissant la distribution de la presse en France a été, depuis sa naissance le 2 avril 1947, l’objet de multiples attaques. Ceux qui n’ont jamais admis que la presse écrite soit distribuée d’une manière égalitaire et solidaire au sein d’un système coopératif n’ont eu de cesse de vouloir la contourner.

Aujourd’hui, les tenants du capitalisme sauvage ou civilisé ont décidé d’en finir avec l’héritage social, économique et culturel dont les grands principes ont été énoncés dans le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) en 1944.

Bien sûr, les éditeurs — notamment les mastodontes des médias — et les responsables politiques, UMP et PS, se défendent de vouloir toucher au « joyaux législatif de la Résistance », mais leur objectif est bien de tirer un trait sur une exception culturelle.

Ainsi, profitent-ils d’une modification du Titre II de la loi Bichet ayant trait au Conseil supérieur des messageries de presse (CSMP) pour intégrer les notions de « distribution non exclusive par une messagerie de presse » et de « distribution directe par le réseau des dépositaires centraux sans adhésion à une société coopérative de messageries de presse ».

Cet article, s’il était retenu par les députés le 5 juillet prochain, autoriserait un éditeur à se libérer des contraintes d’un système coopératif construit sur les principes de solidarité et de traitement égalitaire. Voté par l’Assemblée nationale, il remettrait en cause l’article 2 de la loi Bichet qui stipule : « Le groupage et la distribution de plusieurs journaux et publications périodiques ne peuvent être assurés que par des sociétés coopératives de messageries de presse soumises aux dispositions de la présente loi ».

.../...

Cet article adopté, le système de distribution de la presse volerait en éclats dans la mesure où un éditeur pourrait profiter du réseau de distribution tout en s’exemptant de ses devoirs d’adhérent à une coopérative. Cette « liberté » de se retirer du système selon les intérêts des uns et des autres enterrerait la péréquation des coûts qui permettait jusqu’alors à tout journal ou toute publication, quel que soit son poids économique, d’être présent dans les points de vente. Non, après avoir été adoptée le 5 mai dernier par le Sénat, la proposition de loi relative à « la régulation du système de distribution de la presse » n’a pas, comme on voudrait nous le faire croire, un caractère technique. Elle a tout d’une manœuvre politique ! Ceux qui sont attachés au pluralisme de la presse ne peuvent en aucun cas rester indifférents face à cette attaque sans précédent. Il en va de notre presse qui véhicule les informations et les idées et que certains rêveraient de voir réduite à quelques titres dans les mains de quelques-uns...

Les salariés de la presse, quant à eux, entendent bien réagir à la hauteur des enjeux. Ils savent pertinemment que la direction générale de Presstalis (ex-NMPP) est partie prenante dans ce forfait en cautionnant le sabordage de l’entreprise. Ils demandent, avec leur syndicat, le report de ce vote et l’ouverture d’une véritable concertation avec les organisations syndicales pour améliorer le système de distribution de la presse tout en garantissant le pluralisme et la démocratie.

Défenseurs depuis toujours du système coopératif de distribution, ils répondront très prochainement à un grand mouvement de protestation à l’appel de la Section CGT des Messageries, le SGLCE et le SNJ-CGT.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede Pïérô » 29 Nov 2011, 00:27

La presse libertaire menacée dans sa diffusion par la réforme scélérate de Presstalis

La liberté d’expression est aujourd’hui mise à mal par la réforme du principal distributeur de presse en France. C’est une attaque en règle de la presse bourgeoise contre la presse radicale

Presstalis, anciennement NMPP, est la principale entreprise de distribution de la presse en France. Mise au bord du dépôt de bilan par le recul des ventes ces dernières années, Presstalis s’est engagé dans une réforme visant à garantir sa rentabilité. Les NMPP ont été fondées en 1947 sur les principes de la loi Bichet. Cette loi, votée la même année pour garantir aux titres de presse une diffusion nationale, équitable et économiquement viable, permettait aux titres d’information politique de bénéficier d’une péréquation des coûts de distribution. Seulement, la réforme en cours de Presstalis implique une refonte des tarifs facturés aux éditeurs, rompant avec ces principes de péréquation. Entrés en vigueur depuis octobre 2010, ces nouveaux tarifs plongent l’ensemble de la presse radicale et libertaire dans un gouffre financier qui risque de lui être fatal. Notre journal ne fait pas exception à la règle et se trouve dans une situation extrêmement difficile. Les gros éditeurs et le groupe Lagardère, qui possède à lui seul 49 % de Presstalis, ne sont quant à eux pas inquiets pour l’avenir. C’est un enjeu politique décisif qui se joue dans cette réforme : l’existence même de la presse d’information politique. C’est une attaque frontale contre la liberté d’expression et c’est condamner à l’asphyxie économique toute une partie de la presse politique.


Alternative libertaire n'a pour le moment plus les moyens d'être diffusé en kiosque tous les mois. Depuis octobre 2010 en effet, les nouveaux tarifs appliqués à la presse politique sont en forte hausse, ce qui a mis à mal l'ensemble de la presse radicale et libertaire. La décision de maintenir son rythme de parution (mensuel), même si ça diffusion en kiosque ne sera effectuée qu'un mois sur deux.

Courant Alternatif le mensuel porté par l’OCL a abandonné la diffusion en kiosque

Pour le Monde Libertaire, la FA doit aborder la question lors d’un prochain Congrès extraordinaire qui devra prolonger la réflexion sur le journal menacé. En attendant son format hebdomadaire comme sa présence en kiosque sont confirmés.

AL et le ML ont lancé un appel à soutien et à souscription pour maintenir les titres en kiosques, mais il ne semble malheureusement pas qu’une campagne commune de résistance s’envisage. Y a t’il dans ce domaine de la diffusion des pistes d’alternatives qui pourraient être explorées ensemble ?


. article récent et consistant du ML : http://www.monde-libertaire.fr/medias/1 ... mal-en-pis

. une histoire des NMPP : http://membres.multimania.fr/BernardGir ... maire.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Presstalis, une réforme scélérate ! : Communiqué FA

Messagede charlelem » 29 Nov 2011, 07:31

Vieille Chouette a écrit:Il aurait fallu une réaction commune de la petite presse indépendante radicale face à Presstalis mais encore une fois rien ne s'est fait, ce que je regrette.

Certains ont commencé à réagir : livraisons directes (via La Poste) à certains points de vente.
Le seul problème pour l'instant c'est que c'est du black, donc que cela ne pourra se faire qu'à la marge.
Avatar de l’utilisateur-trice
charlelem
 
Messages: 436
Enregistré le: 26 Oct 2009, 18:16
Localisation: Poissy

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede Vieille Chouette » 04 Déc 2011, 17:46

Ouais faut voir... à suivre...
Je sais que les asiles et les prisons de ce pays, sont le dépôt des inclassés, des nouveaux enragés, je sais qu'faut se courber et toujours rester muer, se plier, s'laisser bouffer, et en redemander... (Kyma - Les grands vides pleins)
Vieille Chouette
 
Messages: 79
Enregistré le: 03 Mai 2011, 09:51

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede bipbip » 13 Sep 2012, 23:13

çà date, mais il y a derrière les enjeux

Communiqué CGT Section Messageries NMPP - SPPS
Bobigny, le 31 août 2012

Un ultime plan de restructuration a été présenté aux organisations syndicales par Monsieur De Waroquier, directeur général d’exploitation le mardi 28 et jeudi 30 août 2012 dans un hôtel porte d’Asnières. Cette présentation fait suite à l’intersyndicale du 26 juillet, réforme sans précédent qui ne laisse aucune perspective d’avenir pour tous les acteurs de la profession.

Pourquoi moderniser les imprimeries si derrière il n’y a plus de distribution?

Selon leur présentation, ce plan vise à réduire le déficit qui devrait s’accroître dans les années à venir. À l’heure où le maître mot est « économies », le bon sens voudrait qu’une entreprise qui perd de l’argent cesse de faire des dépenses inutiles. Ne serait-ce que convoquer les IRP sur deux jours à l’extérieur, dans des salles coûteuses, alors que nous possédons toutes les infrastructures nécessaires dans les sites Presstalis, nous parait invraisemblable ! Mais ceci n’est qu’une aberration économique parmi tant d’autres…

Malheureusement, ces dérives à tous niveaux, ce sont les salariés qui les payent depuis plus de deux décennies, par la fermeture de sites d’exploitation et par l’externalisation partielle de leur production. Ces mesures ne suffisent plus car il faut aller encore plus vite et en finir avec les ouvriers du Livre. C’est la mission de Monsieur De Waroquier, débarqué il y a quelques mois alors qu’il pourrait prétendre à une retraite !

La fermeture de tous les centres d’exploitation : Moissy, Bobigny et Gonesse, avec l’externalisation totale du traitement des publications, invendus et réassorts parait être la solution pour la direction. Un coup fort porté aux salariés qui risquent de perdre leur charge de travail en totalité dès la fin de l’année.

Sans perspective de reclassement pour ces centaines de CDI, ce serait l’intégration dans la grande maison du Pôle Emploi qui compte déjà plus de 3,5 millions de chômeurs.

Les éditeurs portent une large responsabilité en ayant dévitalisé les recettes de Presstalis lors du transfert d’une partie de leurs titres aux MLP. Ce sont ces mêmes éditeurs qui ont préconisé la mise en place de réformes pour ensuite quitter le navire !

Ce nouveau projet de très grande envergure se traduira à court terme par la fermeture de diffuseurs, la disparition de nombreux petits titres, une distribution désastreuse et la fin d’un système de péréquation et d’égalité de traitement de tous les titres !

La négociation n’est pas une priorité pour la direction qui s’est fixé un calendrier très serré pour mener à terme la mutualisation de l’activité des quotidiens.

Les salariés de NMPP/Presstalis ont déjà payé un lourd tribut et concédé énormément.

La négociation doit s’ouvrir sur un vrai projet industriel incluant toutes les activités couvertes par les centres d'exploitation Presstalis.

SPPS doit préserver son mandat de dépositaire, sa spécificité et ses métiers.

Les acteurs de la profession doivent comprendre que ce projet ne réglera pas les problèmes de chacun.

L’externalisation ne peut être la solution! De manière plus large, notre combat est celui de tous car il touche à la liberté d’expression de la presse qui est un droit inscrit dans la Constitution !

Le message envoyé par les salariés de SPPS en grève le 27 juillet 2012 n’a pas été entendu, par conséquent des perturbations sont à prévoir dans les jours à venir…

Le collectif ouvriers SPPS


Section Messageries NMPP - SPPS : Z.I. des Vignes - 105 Chemin des vignes - 93000 Bobigny Tél. : 01 57 14 17 84 Fax : 01 57 14 17 83
http://www.libertaires93.org/article-co ... 76428.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede Pïérô » 24 Sep 2012, 23:09

Pétition

PRESSTALIS DOIT VIVRE ! POUR UN SERVICE PUBLIC DE LA DISTRIBUTION

Le système de distribution de la presse est en crise.

Il a été mis en place à la Libération, dans le cadre du programme du Conseil National de la Résistance pouvoirs publics et parlementaires considérant alors la presse comme une composante essentielle de la démocratie.

Ce système coopératif garantissait la liberté et l’impartialité de distribution des quotidiens, l’égalité et la solidarité entre éditeurs, sur la base de la péréquation des coûts. Cela permettait à tous les titres d’être accessibles partout et pour tous.

Aujourd’hui, après plus de vingt années de fermetures de centres de traitement des titres, de plans de restructurations, l’entreprise, qui s’est appelée NMPP durant soixante-dix ans et Presstalis maintenant est la cible d’une offensive libérale destructrice sans précédent.

Sur 2 500 salariés, la direction envisage de supprimer plus de 1 000 emplois et de sous-traiter l’essentiel de l’activité de production et de service. Ce plan serait l’ultime étape avant la disparition pure et simple de l’entreprise.

Avec cette liquidation programmée de Presstalis, c’est la remise en cause complète de l’activité de distribution de la presse qui est en jeu. Certains grands groupes la souhaitent. Ils ont déjà dans leurs cartons une alternative, un système purement libéral qui correspondrait à leurs besoins. Alors qu’ils ont fait la preuve de leur incapacité à gérer le système, ils se tournent une fois de plus vers l’Etat, en quête de nouveaux financements pour sa mise en place qui serait en fait payée par les contribuables.

La grande majorité des titres, les lecteurs, les citoyens et les salariés de la filière n’ont rien de bon à en attendre. Ils ont, au contraire, intérêt à défendre le pluralisme, à se mobiliser pour en renforcer ses principes et obtenir dans ce cadre une véritable refondation du système de distribution de la presse.

L’Etat ne peut pas se contenter de satisfaire les demandes des patrons. Il doit intervenir pour que le système soit renforcé dans sa mission de service public, y compris en y étant partie prenante. Les moyens existent pour mettre en œuvre cette politique. Rien ne justifie la disparition de Presstalis.

Dans l’immédiat, nous demandons :

. le retrait du plan de la direction de Presstalis prévoyant des suppressions d’emplois et de nouvelles fermetures de centres.

. la convocation d’urgence, par le ministère, d’une table ronde pour refonder le système coopératif de distribution des quotidiens et périodiques en repartant de la défense du pluralisme de la presse, indispensable à la vie démocratique du pays ; dans le cadre d’un débat public, elle devrait notamment avoir pour mission d’examiner les moyens nécessaires - y compris de l’Etat, qui est garant de la démocratie

. pour assurer la distribution des journaux sur l’ensemble du territoire.



http://www.petitions24.net/prestalis_do ... stribution
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede charlelem » 25 Sep 2012, 07:35

Cette pétition est bien mais elle ne présente pas l'ensemble du problème. Presstalis va disparaître parce que les éditeurs en ont décidés ainsi, alors que personne ne demande de compte à ces mêmes éditeurs sur l’utilisation qu'ils font des subventions qu'ils touchent de la part de l'état.
Les éditeurs ont décidé de favoriser l'abonnement au détriment de la vente au numéro.
Comme les salariés de Presstalis ne cherchent pas la solidarité avec les diffuseurs, que dans la plupart des dépôts les intérimaires ont remplacé les salariés de Presstalis (en général le directeur du dépôt , les 2-3 commerciaux, les 2-3 administratifs sont encore des salariés Presstalis, les livreurs sont des indépendants, ceux qui font le tri, l'empaquetage, la réception de la marchandise sont des intérimaires), cette pétition ressemble de plus en plus à un combat d'arrière garde.
Avatar de l’utilisateur-trice
charlelem
 
Messages: 436
Enregistré le: 26 Oct 2009, 18:16
Localisation: Poissy

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede Pïérô » 05 Oct 2012, 10:55

Du coup je ne sais pas si c'est le bon angle d'attaque, mais je relaie ce commniqué du SNJ-CGT

Presstalis le pluralisme en danger

ADRESSE AU PREMIER MINISTRE

Le SNJ CGT lance un appel urgent au gouvernement de Jean-Marc Ayrault afin qu’il prenne en compte la situation extrêmement préoccupante de PRESSTALIS et ses implications sur le pluralisme et la démocratie.

La mise en cause de l’avenir de cette entreprise, conséquence d’une politique patronale néo-libérale pratiquée par les grands groupes de presse, va conduire, si rien n’est fait, à l’asphyxie pure et simple de la distribution de la presse sur une base coopérative. Donc à la mort programmée du pluralisme implicitement induite par les Etats généraux de la Presse écrite du gouvernement Fillon et de Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui, les pouvoirs publics doivent empêcher le massacre de Presstalis (ex NMPP) qui, via la loi Bichet, a assuré jusqu’à présent la distribution des titres en France, indépendamment de leur tirage et de leurs rentrées publicitaires, permettant au citoyen d’avoir accès en tout point du territoire au quotidien de son choix.

Pour le SNJ-CGT, il en va de l’avenir de nombreux quotidiens d’information générale pour qui l’absence d’un tel système coopératif signifierait une liquidation brutale des rédactions et la mise au chômage de centaines de journalistes.

Seuls les mastodontes de l’information prête à penser résisteraient à cette atomisation du pluralisme des idées et de la pensée.

Nous, journalistes CGT, ne pouvons accepter la liquidation programmée par une partie du patronat de la presse qui veut dans la foulée idéologique du Medef privatiser la distribution de la presse à son profit et liquider 1000 emplois dans ce secteur. A qui le tour ?

Après les 1600 licenciements de la Comareg, les centaines de suppressions d’emplois dans les rédactions, tous médias confondus, la précarisation galopante, les pigistes pressés comme des citrons que l’on jette une fois vidés de leur jus.

M. Ayrault, il en va ici de l’avenir de la démocratie, car pour nous la presse n’est pas une marchandise, mais un bien culturel, social et politique qui contribue à la formation de l’opinion publique et au civisme indispensables à toute démocratie, n’en déplaise aux Dassault, Bolloré, Pigasse, Arnault, Amaury, Hersant, Bouygues ou autres Lagardère, mais aussi les Lucas du Crédit Mutuel etc.

Ceux là même qui disent que les journalistes coutent trop chers, que Presstalis est trop onéreux.

Mais ces banquiers, ces capitaines de l’industrie du luxe ou de l’armement qui crient haro sur les emplois et les syndicats, doivent-ils continuer à bénéficier du milliard d’euros d’aides annuelles de l’Etat versées sous forme de TVA réduite, de tarifs postaux ou SNCF préférentiels etc. ?

Nous demandons au Premier ministre d’ouvrir d’urgence une table ronde avec les parties prenantes au conflit de Presstalis pour débattre des solutions capables de faire vivre un système coopératif de distribution des titres respectueux du pluralisme et des salariés qui y participent.

Il y a urgence.

Montreuil, le 4 octobre 2012
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede altersocial » 13 Oct 2012, 16:29

Presstalis : la grève suivie à l'agence de la SAD

Le mouvement de grève, décrété au niveau national au sein du groupe Pesstalis où plus d'un millier de suppressions de postes est annoncé, a touché la SAD, agence du groupe à Saint-Pierre-des-Corps.
A l'appel de l'intersyndicale (CGT, CFDT, CGC), les six salariés affectés au service dans la nuit de mercredi à jeudi ont cessé le travail. Cette grève a eu un impact sur la distribution des titres de la presse quotidienne nationale et de certains hebdomadaires.
Les piles de journaux non distribués étaient restées intactes, hier matin, dans l'entrepôt de la SAD à Saint-Pierre-des-Corps.

Sur le plan national, le tribunal de commerce a validé la poursuite de l'activité du groupe mais le volet social du plan est en cours de présentation aux partenaires sociaux. Plus d'un millier d'emplois (sur 2.500) sont menacés. Localement, les instances syndicales sont inquiètes pour l'avenir de l'agence de Saint-Pierre-des-Corps.
« Le détail n'est pas encore connu, expliquait, hier, Didier Salmon, délégué CGT à la SAD. Mais il est possible que notre effectif soit réduit considérablement et que le groupe envisage de ne maintenir que quatre ou cinq grandes plateformes régionales. »
Actuellement, la SAD emploie 28 personnes à Saint-Pierre-des-Corps.
Le directeur de l'agence, Bruno Potier, n'a pas souhaité commenter la situation.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: Presstalis, une réforme scélérate !

Messagede bipbip » 18 Oct 2012, 13:55

communiqué CGT

La CGT de Presstalis dénonce une situation inquiétante

"L’UD CGT 13, les UL CGT de Vitrolles et Marseille Quartier Nord, les Sections ARM de Vitrolles et SAD de Marseille et le Syndicat FILPAC CGT de Vitrolles se sont réunis pour faire le point sur la situation préoccupante que connait le système de distribution de la presse écrite et sur celle des salariés de PRESSTALIS (ex NMPP). L’ensemble des organisations, tiennent à exprimer leur plus vive inquiétude suite à l’accord tripartite conclu le 5 octobre entre PRESSTALIS, les éditeurs et l’Etat, puis validé par le Tribunal de Commerce de Paris ce même jour.

Cet accord tripartite valide une restructuration drastique de la messagerie historique avec la suppression de plus de 1200 emplois sur 2500 que compte le groupe. La charge de travail actuelle serait en grande partie externalisée vers des sociétés où règnent la précarité et les mauvaises conditions de travail.

Cette catastrophe sociale sera doublée d’une catastrophe démocratique. La rentabilité économique ne peut pas être la règle d’or de la presse ! En effet le projet de la direction de PRESSTALIS met en danger les fondements même de la loi BICHET (qui garantit depuis 1947, la liberté et l’équité de la distribution des quotidiens et des magazines, ainsi que la solidarité entre les éditeurs). Les titres à faibles ressources financières (ventes ou publicitaires) sont directement menacés de disparition. Déjà les points de ventes jugés trop couteux ou pas assez rentables ne sont plus approvisionnés.

Jusqu’à présent, le système de distribution en vigueur, permet à chaque citoyen d’avoir accès tous les jours de l’année sur l’ensemble du territoire, à l’information écrite de son choix!

Le nouveau gouvernement en place depuis un peu plus de 5 mois déjà, ne peut pas soutenir ce charcutage social et démocratique déjà connu et encourager par le gouvernement Sarkozy.

C’est dans un esprit mobilisé et révolté que l’ensemble des organisations :

1/ Exigent la tenue d’une table ronde avec la Direction de PRESSTALIS, les pouvoirs publics, les éditeurs et la CGT, afin que s’ouvrent de véritables négociations qui abordent la refondation industrielle du secteur de la distribution sur les bases du pluralisme et de l’équité comme le prévoyait la loi BICHET, afin de rendre pérenne l’avenir de la distribution et d’aller sur l’idée même de la création d’un véritable service public, pluraliste et démocratique de la distribution de la presse écrite! Il est temps de mettre fin à une concurrence organisée par les éditeurs entre les MLP (Messagerie Lyonnaise de Presse) et Presstalis, dont les seuls buts sont la destruction du système coopératif issu de la Libération et la casse des statuts des salariés.

2/ Refusent l’idée même du sacrifice de 1200 emplois, sur les 2500 que compte PRESSTALIS, dont environ 60
dans notre département. En conséquence, elles demandent le retrait du plan de restructuration.

Enfin, l’ensemble des participants tient à mettre en garde la Direction de PRESSTALIS, les pouvoirs publics et l’ensemble des éditeurs sur les risques palpables et grandissants d’un embrasement du conflit à l’ensemble de la profession!

Pour nous la Presse écrite n’est pas une marchandise! Elle est un bien culturel, social et politique qui participe à la démocratie de notre pays!

La situation de l’emploi dans notre pays exige des actes forts qui imposent de sortir des logiques financières du patronat. C’est aussi cela le changement !"
http://www.maritima.info/depeches/socia ... tante.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Suivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité