Traverser la rue ?

Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 19 Sep 2018, 08:05

Il suffit de traverser la rue…

"Il est dans le monde des Bisounours": l'horticulteur qui a rencontré Macron se confie à BFMTV
Jonathan se dit "blessé" par le dialogue qu'il a eu samedi avec Emmanuel Macron dans les jardins du palais. Il reproche au président de "prendre tout le monde de haut".
... https://www.bfmtv.com/politique/il-est- ... 25613.html

Jonathan répond à Macron !



« Il suffit de traverser la rue… » : la ritournelle des emplois non pourvus
Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu « je traverse la rue, je vous trouve un emploi ». Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d’efforts pour retrouver un emploi.
Cette sortie présidentielle, et les commentaires qui l’accompagnent, posent trois questions distinctes :
. Y a-t-il assez d’offres d’emploi en circulation pour tous les chômeurs, et peut-on en conséquence leur imputer la responsabilité de leur propre chômage ?
. Combien d’offres faut-il pour occuper un chômeur ?
. Enfin, peut-on s’appuyer sur les bases publiques de Pôle emploi pour mesurer le non-pourvoi ?
... https://theconversation.com/il-suffit-d ... vus-103389
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 13:52

"Je traverse la rue, je vous en trouve": l'idéologie à l'œuvre derrière la phrase de Macron
Les propos tenus par Emmanuel Macron à un jeune homme ce dimanche dans les jardins de l'Élysée ont déclenché une polémique sur le mépris apparent du président à l'égard du demandeur d'emploi : retour sur les propos du président en compagnie de deux économistes et d'un sociologue spécialisés dans l'étude du marché du travail.
... https://www.lesinrocks.com/2018/09/19/a ... 111126470/

Juste après avoir conseillé à un jeune homme de « traverser la rue » pour trouver du boulot, Emmanuel Macron s’est entretenu avec une personne qui souhaite faire l’ENA. Et le ton de la conversation n’a pas été le même.
vidéo https://twitter.com/Qofficiel/status/10 ... 2479900672

Trouver un emploi «en traversant la rue» ? On a testé l’affirmation d’Emmanuel Macron
Trouver un emploi en «traversant la rue» est-il aussi évident que le président de la République l’a affirmé samedi ?
Peut-on trouver un emploi en traversant la rue, comme l’a affirmé le président de la République samedi à un jeune horticulteur lors des journées du Patrimoine ? Le Parisien a décidé ce lundi de tenter l’expérience « littéralement », en traversant la rue, en l’occurrence le boulevard de Grenelle (Paris XVe) où se situe le siège de notre journal.
... http://www.leparisien.fr/economie/trouv ... 891665.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 21 Sep 2018, 00:26

Quand le mépris de classe de Macron inspire la toile #TraverseLaRueCommeManu
Face au chômage de masse, la solution miracle du magicien Macron au chômage de masse – à savoir « traverser la rue » - n’a pas manqué d’inspirer les twittos et autres internautes créatifs. Petits morceaux choisis, alimentés par une grande démonstration de mépris de classe.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Quan ... eCommeManu

Après le "pognon de dingue"
Trouver un emploi « en traversant la rue » ? Macron prépare les esprits au néo-libéralisme anglo-saxon
« Je traverse la rue, je vous en trouve [du travail] » a lancé Macron à un jeune horticulteur dimanche 16 septembre. Si la scène a ouvert une polémique telle que la majorité présidentielle a dû le défendre en bloc, les propos du président de la République ne sont pas anodins et entrent dans une stratégie consciente pour préparer l’opinion publique à sa vision d’une évolution du marché du travail qu’il compte mettre en application. Comme au Royaume-Uni ou en Allemagne le gouvernement compte généraliser la surexploitation pour les plus précaires.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Trou ... nglo-saxon
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 22 Sep 2018, 21:58

Formation avec Pôle Emploi: Comment bien traverser la rue

Programme de la journée

Bonjour à tous, les gaulois réfractaires,

*n'hésitez pas à partager à tous les gaulois*

Je suis ravie de voir un tel engouement autour de notre formation "Apprendre à traverser la rue avec Polemploi", même si à priori, vous êtes toujours des fainéants.
Voici donc ci-dessous quelques informations sur notre journée de rencontre afin de partir du bon pied dans votre nouvelle vie.

Programme:

》》10h45: ⬆
Rendez-vous fixé à la porte de Pôle Emploi pour former les équipes de traverseurs.
Comme vous êtes nombreux, nous formerons des petits groupes de 5000 personnes, c'est plus simple lorsque c'est intimiste. Un chef de groupe sera désigné selon des critères aléatoires et tout à fait arbitraires (couleur préférée, longueur des sourcils ou roulette russe)

》》10h53: ↗
Chaque chef de groupe devra alors choisir un à un les membres de sa "team" de 5000 personnes, comme on le faisait au collège pour les équipes de basket. Le tout en 7min parce qu'on a pas que ça à faire. Il devra respecter certains quotas de séniors et autres boiteux, afin que personne ne soit désavantagé.

》》11h:➡
Arrivée de Môssieur du Macron, qui a déposé le brevet de "la traversée de rue", désormais célèbre méthode novatrice de recherche d'emploi, la plus fiable existante sur terre, et qui a remporté plusieurs prix: prix Nobel, Roland Garros, concours Lépine, Saveur de l'année 2018 chez Leclerc, et foire aux jambons a Guéret.
Il nous offrira, se rendant alors chez le charcutier, la chance unique d'observer une traversée exemplaire, le pied souple et la foulée fluide. Le tout sous la protection rapprochée de son ami Benalla, sécurité oblige. Applaudissements et "oh!/ah!" obligatoires sous peine de guillotine.

》》11h01:⬇
Malgré l'émotion suscitée par ce privilège, il faudra se mettre au travail. Môssieur, si il est bien luné, vous encouragera peut-être d'un "à vous les feignasses", alors juché sur les épaules de Benalla, son transporteur officiel (il a plusieurs casquettes).
Arrivée au même moment des coachs en traversée, pour débuter les workshops. Répartition des coachs dans les groupes, qui auront du se trouver un nom d'équipe ("les flûtes traverseurs", "les rien traverseurs" etc soyez créatifs! Vous vous démarquez déjà !)

》》11h09:↙
Les coachs établissent un profil pédestre de chacun: "dis moi comment tu marches je te dirais qui tu es"
Êtes vous plutôt le profil sanglier? Le pas lourd, mais sûr. Tapir? Peu élégant mais sensible. Hérisson? Prudent et vulnérable. Gazelle? Grandes foulées et souplesse.
Vous le découvrirez lors de cet atelier avec nos collaborateurs, afin de trouver le rythme et la technique de traversée la plus pertinente pour vous.
Nous évoquerons également certaines méthodes de traversées inédites, tel le triple bon propulsé pour éviter les obstacles, le pas chassé inversé qui permet de bien adhérer au sol en cas de pluie etc. Cet atelier n'est pas recommandé pour le 3ème âge, qui sera autorisé à prendre une collation pendant ce temps (abricots secs et biscottes).

》》11h26:⬅
Cours de perfectionnement: vérification des acquis sur les notions de "gauche" et de "droite" a maitriser impérativement pour une traversée de rue optimale.

》》11h63:↖
Nous entrons dans le vif du sujet, en approchant des simulations en décors réel des traversées. Pour ce faire, de nouveaux coach font leur apparition. Ils sont spécialisés en préparation physique de traverseurs pédestres.

Cours d'aérobic collectif avec toutes les équipes sur la musique "On the road again", afin de s'échauffer le corps et l'esprit loin de l'aigreur connue des gaulois renfrognés. Sourire obligatoire.

》》13h00:↕
Les groupes sont répartis par profil pédestre sur divers lieux et terrains en accord avec leur sensibilité. Les "sangliers" plutôt sur des boulevards, les "ânes" dans des impasses, "les loutres" dans les fontaines de la ville etc.
Nos formateurs de traverseurs vous accompagnent dans les marches et démarches à suivre avec divers conseils et "trucs" inédits sur les placements de pieds, assurance des foulées, stratégies de nombre de pas... et faux pas à ne pas commettre.

》》14h30.5:↔
Bravo. Vous avez à priori tous trouvé un travail, à part ceux qui sont décédés lors d'une traversée manquée. Un hommage leur sera rendu le soir même (il ne devrait pas y en avoir plus d'une centaine) lors d'une veillée sur le trottoir. Possiblement môssieur de Macron leur remet une légion d'honneur posthume.

》》15h moins 2:↩
Bilan de la journée et festivités: photobooth, lipdub, paquito, baby shower et chansons paillardes. Discours de clôture par Stéphane Bern.

》》Quinze heure vingt sept:↪
Après avoir offert à chacun un magnet collector de frigo a l'effigie de Môssieur, directement issu de la boutique officiel de l'Elysée, dispersion des groupes, effectuée dans le calme par Benalla et ses amis. Bien conserver le pin's qui est le seul justificatif légal de votre participation à cette journée.

☡ Informations importantes:

• La formation n'est pas prise en charge, puisqu'elle est même payante. Oui, vouloir changer de vie, ça n'est pas gratuit. Cofidis aura un stand pour vous proposer des crédits à la consommation express sur 5 ans, pour vous aider si nécessaire.
Sinon vous n'avez qu'à travailler pour vous offrir votre formation qui vous offrira du travail, bande de fainéants.
Compter 1000 euros par heure environ.

• Prévoir une paire de chaussures pertinentes: crocs, sandales de plages en plastique transparent, mocassins à glands, pantoufles Simpson etc.

• Prévoir une collation riche et énergétique: poissons gras à grignoter, gourde d'huile de foie de morue, barre de céréales à la cocaïne.... il faut tenir le coup!

Je me tiens à votre disposition pour toute question concernant notre formation, mais ne vous plaignez pas trop par pitié, les gaulois

Bien à vous,
Votre conseillère Polemploi


https://fr-fr.facebook.com/luttesinvisibles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 22 Sep 2018, 22:37

Rue barrée…

Non, monsieur Macron, il ne suffit pas de traverser la rue !

L’étude que la CGT a conduite sur les offres de Pôle emploi publiées dans cinq grandes villes montre que plus de la moitié d’entre elles violent les lois du travail, sont périmées ou n’offrent que des postes totalement précaires. Et c’est particulièrement vrai dans le bâtiment et… la restauration vers laquelle le chef de l’État voulait diriger ce jeune horticulteur en sous-entendant qu’il était soit empoté, soit feignant. Un président ne devrait pas calquer son discours sur les fausses informations distillées par le Medef. Ni les relents poujadistes qui accompagnent les sorties sur les « assistés », ni le lénifiant « bougez-vous » ne font reculer le chômage. Ils éclairent en revanche ce qu’En marche prône en matière de politique sociale.

Lui est resté bien évasif, voire menteur, sur les voies de traverse qui lui ont valu sa position confortable à l’Élysée, avec permis de port d’armes, appartement de fonction et pouvoirs étendus. Alexandre Benalla avait sans doute été bien préparé pour affronter hier la commission d’enquête du Sénat. Et pourtant, sa défense s’est effritée question après question et lui vaut un démenti cinglant de la préfecture de police sur les raisons pour lesquelles il pouvait détenir un Glock. Mais qu’ont-ils à cacher pour que le président de la République appelle, menaçant, le président du Sénat, pour qu’une garde des Sceaux se mue en avocat de la défense, et que le ministre des Relations avec le Parlement accuse des parlementaires de complot contre la République ? Pourquoi Vincent Crase, l’acolyte de Benalla dans ses méfaits, oppose-t-il le silence aux investigations, comme le faisait un malfrat interrogé au Quai des Orfèvres ? La thèse d’un simple dérapage individuel est démentie.

L’un aime les fleurs, les légumes et les arbres fruitiers. L’autre piétinait les plates-bandes des policiers républicains et distribuait marrons et châtaignes. Le premier a subi le mépris présidentiel, le second a goûté les faveurs jupitériennes. Petit précis de la Macronie…


https://www.humanite.fr/rue-barree-660964
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 23 Sep 2018, 18:30

Chômage : trouver du travail en traversant la rue ?

« Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue et je vous trouve un travail. » C’est ainsi que Macron a répondu à un chômeur de 25 ans l’ayant interpellé dans les jardins de l’Élysée à l’occasion des Journées du patrimoine, samedi 15 septembre, sur ses difficultés à trouver un emploi.

« J’avais envie de lui dire : dans ce cas-là, venez avec moi en chercher ! », a réagi à juste titre le jeune homme quelques jours plus tard, au micro d’Europe 1. Mais Macron s’en est bien gardé, car peu lui importait de savoir si les cafés et restaurants de l’autre côté de la rue recrutent vraiment du personnel, de même qu’il se moquait de savoir que le jeune auquel il s’adressait ait suivi une formation d’horticulteur. Pour ce représentant du patronat, les travailleurs n’ont pas à exprimer d’exigences : ils doivent tout accepter, être flexibles et corvéables, se laisser exploiter et licencier en silence.

L’arrogance d’un Macron a de quoi révolter. Des millions de femmes et d’hommes au chômage enchaînent les petits boulots, les CDD, les missions d’intérim ou les formations, sans pour autant parvenir à trouver un emploi stable. Le jeune auquel s’est adressé Macron racontait lui-même : « J’ai déjà travaillé dans la restauration, j’ai déjà fait de la plonge. Aujourd’hui, j’envoie des CV et je reçois des lettres et des lettres de refus. (...) Pourquoi je me lève à 6 heures pour aller chercher du travail, alors que je sais la réponse ? Malgré tout, je le fais quand même. »

Plus de six millions de femmes et d’hommes sont aujourd’hui privés de travail. Et ce n’est pas parce qu’ils ne feraient pas assez d’efforts pour en trouver, contrairement à ce que prétendent des politiciens comme Macron. C’est parce que le patronat ne cesse de licencier et de supprimer des emplois, se contentant le plus souvent d’avoir recours à des contrats précaires.

L’attitude de Macron est d’autant plus choquante que sa politique, en donnant plus de liberté aux entreprises pour licencier et en supprimant massivement des emplois dans la fonction publique, contribue à alimenter le chômage.

Sa petite phrase s’inscrit dans une campagne contre les chômeurs qui n’est pas nouvelle : tous les gouvernements y ont eu recours pour masquer le fait que, faute de s’en prendre au patronat, ils ne peuvent rien faire pour diminuer le chômage. Macron montre que le mépris et la stupidité de la classe de privilégiés qu’il sert à la tête de l’État sont bien son mode de pensée.

Marc RÉMY


https://journal.lutte-ouvriere.org/2018 ... 13496.html


Face au mépris de classe jupitérien

« Marre de traverser la rue, on va finir par la prendre ». La réponse d’un chômeur à Macron

M. le Président, on pourrait croire qu'on s'habituerait à votre mépris systématique des pauvres, des jeunes et des travailleurs. Et pourtant, rien n'y fait. Une nouvelle fois, vous avez franchi la ligne rouge de l'insulte, et une nouvelle fois, c'est du dégoût et de la colère que je ressens.

D’ailleurs, je ne vois vraiment pas pourquoi je vous respecterais, vous qui passez votre temps à nous mépriser. Pour la suite de cette lettre, je me permets donc de te tutoyer, et de remplacer « M. le Président » par « Manu ». Comme ce jeune lycéen que tu avais interpellé, et que tu n’a pas hésité à humilier publiquement.

Après les « gaulois réfractaires », les « riens » dans les gares, le « pognon de dingue » pour les bénéficiaires du RSA, l’affaire Benalla, la corruption de tes ministres et bien d’autres (la liste est longue, Manu, tu as fait fort en seulement un an !) voici donc venu le temps où tu nous expliques qu’il suffit de « traverser la rue » pour trouver un travail. Voici donc tout ce que tu as trouvé à dire aux six million de chômeurs, dont je fais partie : Bande d’idiots, vous êtes sur le mauvais trottoir.

Des rues, j’en ai traversées, Manu. En long en large et en travers. J’ai renié mes diplômes pour trouver des jobs « alimentaires », forcé d’accepter des emplois précaires, mal payés, parce qu’il faut bien remplir le frigo, payer le loyer et les factures. Depuis que je suis entré sur le merveilleux marché du travail (et tu le rends chaque jour de plus en plus merveilleux, Manu), jamais je n’ai réussi à trouver un travail à durée indéterminée. Oh, ce n’est pas une question de « mal travailler », vu que tu mets l’accent sur le « mérite » ces derniers temps, mais pour une raison toute simple, que certains de mes employeurs un tant soit peu honnêtes m’ont cyniquement expliqué : Il vaut mieux avoir à disposition des employés en contrat précaires. Il est vrai que face à la menace permanente d’un renvoi sans indemnités ni droits au chômage, on a bizarrement tendance à avaler des couleuvres pour ne pas risquer de ne plus rien avaler du tout. Je ne suis pas le seul dans ce cas. Il n’y a pas besoin d’avoir fait l’ENA, comme toi, pour comprendre que quand il y a 6 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres, c’est bien parce que 3 millions de personnes qui ont un job ne touchent pas le minimum nécessaire pour vivre dignement.

Ma vie peut se résumer ainsi : Je trouve un travail, en intérim ou en CDD, j’accepte même du boulot où je suis payé 39h, pour en faire 60 dans la réalité. Conscient d’être surexploité, je me surprends même à me dire « ouf, je suis tranquille pour quelques mois ». Puis vient le temps du chômage et de la recherche d’un nouveau job de subsistance. Le temps venu de « traverser des rues », avec comme deadline fatidique ce que l’on appelle « fin de droits ». La plupart du temps, je me retrouve sans rien, à toucher un RSA que tu veux supprimer, en instaurant un revenu universel qui ne l’est pas, pour lequel il faut donner des gages de « non fainéantise ». Puis vient le temps où je retrouve, souvent par un concours de circonstances enfin favorable, un nouveau job. La boucle est bouclée, et le cycle morbide recommence.

Je ne pense pas que tu es un idiot, Manu, ni que tu as des œillères qui ne te font pas voir la situation telle qu’elle est pour des millions de personnes. Tu sais te montrer généreux avec celles et ceux qui font parti de ton rang social, comme en atteste le fait que tu as supprimé l’impôt sur la fortune. D’ailleurs, on en est déjà à 100 milliards d’euros de cadeaux aux patrons et aux riches, tandis que tu as alloué 8 milliards pour ton « plan pauvreté ». « Plan pauvreté » qui porte d’ailleurs remarquablement bien son nom, puisque nous, les pouilleux, serons à nouveau les dindons de la farce, et nos aides, qui ne servent pas à vivre mais plutôt à survivre, vont se réduire à peau de chagrin.

C’est bien tout ceci qui rend ton mépris d’autant plus insupportable, et notre colère de plus en plus vive. On en a marre de traverser la rue, Manu, pour se retrouver systématiquement dans des impasses. La rue, on va finir par la prendre, et ce ne sont pas tes petits Alexandre Benalla et sa clique de barbouzes qui nous arrêteront.


http://www.revolutionpermanente.fr/Marr ... r-a-Macron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede Pïérô » 24 Sep 2018, 11:09

Une fois n'est pas coutume, on se fait l’écho de notre Direction. Car nous aussi un a un cœur, et devant tant de malheur, on ne pouvait pas rester de marbre.

"La direction du CHU de Tours, dans son admiration pour le président Macron, a entendu le message (qui nous était directement adressé nous en sommes persuadés) et lance l'appel suivant:

A toutes celles et tous ceux qui veulent travailler au CHU de Tours, arrêtez de postuler au Jardin Botanique. Traversez le boulevard Tonnellé, et venez jusqu'à nous sans délais. Le président l'a dit publiquement, l’horticulture n'est pas un secteur d'avenir.

Nous souffrons atrocement de ne pouvoir embaucher aucune ASH, aucun OP, aucune AS, aucune AMA, ni aucune IDE. Et il nous est intolérable de laisser par conséquent les agents galérer dans les services, avec pour seul recours l'intérim, tout ça car les français sont des phobiques du passage piéton et des fainéants de la traversée de rue."

Image


https://www.facebook.com/SUD-Santé-Sociaux-CHU-de-Tours-540468859438214/?hc_ref=ARScH-p3X1LQrwhujajWgoJB4Pq_Nao0flKNUn_IGBbx8mOZjGh72yO_A1VpVdtWniY&fref=nf&__tn__=kCH-R
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 27 Sep 2018, 16:22

Quand Jupiter choisit ses élus

Le jeune horticulteur devrait bientôt être embauché : Jupiter trouvera-t-il un travail aux six millions de chomeurs restants ?

Le jeune horticulteur tancé par Emmanuel Macron devrait bientôt trouver un emploi des suites du tollé provoqué par la petite phrase de Macron« je traverse la rue et je vous en trouve du travail ». Mais cette fin heureuse pour le jeune homme ne doit pas cacher que le véritable problème est d'une part le chômage de masse qui touche près de 3 millions de personnes, et d'autre part la précarisation accrue vers laquelle Macron entend diriger la société française.

Jonathan Jahan, ce jeune horticulteur de 25 ans qui a interpelé le président lors des journées du patrimoine avant de se voir répliquer qu’il n’avait qu’à « traverser la rue » pour trouver du travail, devrait bientôt parvenir à ses fins. Macron était même allé jusqu’à lui proposer une « reconversion », « dans l’hôtellerie ou la restauration », ou pourquoi pas peut-être « le bâtiment. »

Préparant ainsi par cette phrase anodine la voie à une société inspirée du modèle allemand ou britannique où la précarité constitue la règle et les salariés sont contraints de cumuler plusieurs emplois.

A la défensive des suites du tollé provoqué par sa phrase, l’Elysée aurait mis le jeune homme en relation avec la fédération nationale d’horticulture, qui se serait engagée à lui trouver un emploi.

Une information confirmée par l’intéressé qui a déclaré sur France 5 avoir été « contacté trois fois », puis divulguée par l’Elysée, qui s’en frotte les mains. Car après le sévère mépris de classe affiché par Macron samedi dernier et les vives réactions que sa phrase a suscitées, la macronie espère retourner la situation à son avantage. Comment ? En montrant l’image d’un gouvernement à l’écoute des plus démunis et qui se bat pour résoudre leurs problèmes, et surtout féliciter ceux qui « se bougent » pour trouver un emploi... quitte à interpeler Jupiter en personne qui descendra ensuite du ciel pour offrir un travail à l’heureux élu. Une démarche qui s’inscrit dans la nécessité pour Macron de récupérer sa base sociale sur la gauche, dans un contexte de fortes turbulences pour son gouvernement qui pourraient compliquer l’établissement des réformes voulues dont l’assurance-chômage et les retraites en première ligne.

Car depuis le début du quinquennat les réformes successives n’ont fait que précariser encore et toujours plus les travailleurs. Une politique menée depuis la loi travail XXL jusqu’au plan pauvreté récemment présenté : tout travailleur ayant refusé deux offres d’emploi se verra refuser toute allocation. Un modèle qui cherche à se rapprocher des réformes qui ont été menées depuis des années par les gouvernements britannique et allemand, deux pays où le marché du travail se trouve particulièrement précarisé.
D’autant que ce n’est pas la première fois que l’Elysée se prête au jeu de la communication pour récompenser les "méritants" afin de mieux cacher sa politique de répression envers les plus faibles. Ce dernier exemple en date n’est pas sans rappeler celui de Mamoudou Gassama, ce Malien sans papiers qui avait été régularisé après avoir sauvé un enfant en escaladant un façade au printemps dernier, au même moment où le texte de la loi asile et immigration, visant à renforcer la répression envers les migrants, était divulgué.

Il faut donc "mériter" la nationalité comme on doit "mériter" un travail : belle leçon d’idéologie macronienne.

En définitive, ce cas isolé mis en avant par le gouvernement vise à sa responsabilité sur la question du chômage de masse que connaît aujourd’hui notre pays, et en faire un problème individuel.
Pourtant, quand bien même les chômeurs accepteraient toutes les offres non pourvues, les statistiques montrent qu’il resterait encore dix chômeurs sur onze... Une solution que seul le partage du temps de travail est capable de réellement résoudre.
Mais pour ça, traverser traverser la rue ne sera pas suffisant, c’est qu’il il s’agira de la prendre désormais.


http://www.revolutionpermanente.fr/Le-j ... -aux-trois
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede Pïérô » 01 Oct 2018, 11:11

Il en remet une couche !


En Guadeloupe, Macron fait de nouveau la leçon aux chômeurs

Il insiste de nouveau sur la "responsabilité" individuelle face au chômage et conseille d'accepter des offres dans d'autres secteurs.

Deux semaines plus tôt, il conseillé à un horticulteur au chômage de "traverser la rue" pour trouver un emploi dans la restauration.

En visite en Guadeloupe, Emmanuel Macron a de nouveau fait part vendredi de son opinion sur le chômage : trouver un emploi est selon lui une question de "responsabilité" individuelle.

... https://www.nouvelobs.com/politique/201 ... meurs.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 08 Oct 2018, 13:10

Suffit-il de traverser la rue pour trouver un emploi ?

« Je traverse la rue, et je vous en trouve un. » Interpellé par un horticulteur le 16 septembre dernier, Emmanuel Macron a assuré qu’il était très simple de trouver un emploi « dans l’hôtellerie-restauration ou le bâtiment (…) et pour des postes qui ne demandent pas de qualification ». Rapidement virale, la phrase a pris un caractère général, renvoyant à l’idée que les chômeurs seraient responsables de leur propre situation et ne seraient pas prêts à faire les efforts nécessaires pour trouver un emploi.

Si l’on prend à la lettre les propos du président de la République, il existe indéniablement des difficultés de recrutement dans l’hôtellerie-restauration et le bâtiment. 37,5 % des entreprises du BTP déclaraient être limitées dans leur production à cause du manque de main-d’œuvre au 3e trimestre 2018, un record depuis dix ans. Quant à la restauration, le secteur espère recruter cette année près de 50 000 aides et apprentis de cuisine, et plus de 30 000 serveurs.

(...)

Pôle emploi a alors tenté d’extrapoler cette étude à tout le marché du travail, car il ne capte pas toutes les offres. Résultat : il y aurait en France entre 200 000 et 330 000 offres non pourvues faute de candidats. Bref, même si l’on admet la définition la plus large, 330 000 offres sont à se partager entre… 3,44 millions de demandeurs d’emploi en catégorie A. En clair, si tous les chômeurs acceptaient n’importe quelle offre d’emploi, il resterait encore… neuf chômeurs pour chaque poste accepté !

https://www.alternatives-economiques.fr ... i/00086252
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede bipbip » 18 Oct 2018, 21:04

Avec Macron, mieux vaut changer de rue

La chronique économique de pierre ivorra. La France est l’un des pays qui a le taux d’emplois vacants le plus faible (1,2 %).

L’Insee et le ministère du Travail, eux, n’en ont comptabilisé que 149 893, selon leur dernière enquête, fin 2015. Eurostat, l’organisme statistique européen, considère pour sa part que la France n’est pas le pays qui en compte proportionnellement le plus. Les taux d’emplois vacants les plus élevés sont enregistrés en République tchèque (5,4 %), en Belgique (3,5 %), aux Pays-Bas (3,1 %), en Allemagne (2,9 %). La France est l’un des pays qui a le taux le plus faible (1,2 %), qui doit cependant être relativisé dans la mesure où les entreprises de moins de 10 salariés ne sont pas prises en compte. Cela dit, on n’en est pas aux 300 000 et encore moins aux 500 000 ! Il faut ajouter que, même si l’on pourvoyait tous ces emplois inoccupés, cela n’aurait ramené le taux de chômage que de 10,1 à 9,1 % et au mieux à 8,4 % à la fin 2015. Sacrée prouesse ! Audiard aurait dit que c’est l’art de prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. Il faut dire qu’officiellement, on comptait 2 860 000 chômeurs fin 2015, auxquels il aurait d’ailleurs fallu ajouter les 1 696 000 personnes en sous-emploi.

Mais Macron et ses mandataires du Medef se gardent bien d’évoquer les raisons essentielles de ces vacances d’emplois. Si les chômeurs ne se précipitent pas pour les occuper, cela tient à leur manque d’attractivité. Les conditions de travail y sont des plus pénibles et précaires, avec souvent des horaires décalés, des salaires proches ou en dessous du Smic. Ils sont fréquemment de courte durée, sans avenir. En 2015, selon le gouvernement, le salaire net mensuel moyen était dans le commerce de 2 061 euros, de 1 624 dans l’hébergement et la restauration. Cela situe ces secteurs, surtout le second, parmi les plus « pingres » de l’économie française.

D’une certaine façon, la sortie d’Emmanuel Macron illustre la crise de l’idéologie libérale, aujourd’hui incapable de raisonner à partir du réel. Il est temps pour les Français de changer de rue.

La France est l’un des pays qui a le taux d’emplois vacants le plus faible (1,2 %).

En bon libéral méprisant pour les « derniers de cordée », Emmanuel Macron a, il y a peu, jeté à la face d’un jeune horticulteur au chômage l’idée tarte à la crème chère au Medef qu’il suffisait de « traverser la rue » pour trouver un emploi, notamment dans le commerce et les cafés-restaurants. Déjà en septembre 2017, Pierre Gattaz, le duplicata de son père, Yvon, avait claironné que nous aurions « 300 000 emplois demandés, non pourvus dans l’économie française ». En octobre 2017, en moins d’un mois, il en avait trouvé davantage, entre 300 000 et 500 000, disait-il. Il faut croire qu’au début il n’avait pas fouillé dans toutes ses poches.


https://www.humanite.fr/avec-macron-mie ... rue-662266
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Traverser la rue ?

Messagede Pïérô » 13 Nov 2018, 19:58

Moins de droits, moins de salaire, même métier : les réalités du travail gratuit (ou presque)

Garantie Jeunes, service civique, volontariat, bénévolat, stage : le sous-emploi et le travail précaire gagnent du terrain en France.

Tandis que le travail salarié se raréfie, l’activité réduite – non comptabilisée dans le taux de chômage – et le travail gratuit se développent, eux, de manière exponentielle. Le travail gratuit comme le bénévolat et les stages, ou semi-gratuit comme le volontariat s’ajoutent à d’autres formes de travail précaires déjà très répandues comme l’intérim ou le travail indépendant pour des plateformes de services (Deliveroo, Uber…). Tous ces statuts se substituent au graal du Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et au salariat en général, pour constituer une galaxie d’opportunités peu réjouissantes.

Dès lors, lorsque Emmanuel Macron invite Jonathan Jahan, jeune horticulteur en recherche d’emploi, à traverser la rue pour trouver du travail, il y a toutes les chances pour que ce travail soit des plus précaires. Le jeune homme en question a d’ailleurs trouvé une mission d’intérim en tant que cariste après avoir vraisemblablement essuyé tous les refus attendus de l’autre coté de la rue.

Ce qui transparait également de la petite phrase du président de la République, c’est que les chômeurs ne fournissent pas les efforts nécessaires pour demeurer en activité. Ces efforts ne ressemblent pas alors, selon Emmanuel Macron, à des sacrifices puisqu’il ne s’agit que de « traverser une rue ». Se dessine derrière cette réflexion, l’idée d’un bon citoyen qui ne « plaindrait » pas, pour reprendre une expression que notre Président affectionne, et qui accepterait sa condition de précaire.

... http://www.regards.fr/societe/article/m ... gratuit-ou
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps


Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 4 invités