Inégalités et pauvreté

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 01 Jan 2018, 16:57

RAPPEL aux médias

☑️ Seuls 8 % des Français partent au ski au moins un an sur deux
☑️ Deux tiers des Français ne partent jamais en vacances l’hiver
☑️ 40 % des cadres contre 9 % des ouvriers partent en vacances l'hiver

Skieurs = infime partie de la population

https://twitter.com/MaximCombes/status/ ... population
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Revue de presse et actus diverses

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 22:54

Ça y est, le niveau de vie des retraités recule par rapport aux actifs (et c’est parti pour durer)

Le niveau de vie des retraités est actuellement supérieur à celui du reste de la population. Mais cet écart commence désormais à se réduire. Il devrait même s’inverser en défaveur des retraités dans les prochaines décennies.

... https://www.capital.fr/votre-retraite/c ... er-1293203
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Revue de presse et actus diverses

Messagede bipbip » 09 Juil 2018, 15:46

Un fils de cadre a près de cinq fois plus de chances d'être riche qu'un fils d'ouvrier

D'après France Stratégie, les «inégalités de chances» sont «importantes» dans l'Hexagone. En cause : la difficulté pour les enfants d'ouvriers à obtenir un diplôme.

Un ascenseur social en panne ? Il est en tout cas mal en point à lire une étude inédite de France Stratégie, think tank dépendant de Matignon, qui s’est penché avec précision sur les relations entre l’origine sociale des Français et leur niveau de vie. Sur la base d’un échantillon de population née en France et âgée de 27 à 44 ans, leurs experts arrivent à une rude conclusion pour le modèle français : le pays «accuse des inégalités de chances importantes» alors qu’il «parvient par ailleurs à contenir le creusement des inégalités de revenus». Ainsi, un môme né d’un père cadre supérieur a «4,5 fois plus de chances» qu’un enfant d’ouvrier d’appartenir aux 20% les plus riches du pays.

... http://www.liberation.fr/france/2018/07 ... er_1664418
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Revue de presse et actus diverses

Messagede bipbip » 09 Juil 2018, 17:54

Égalité des chances en France : tel père, tel fils

Selon une note d’analyse présentée par France Stratégie, l’origine sociale déterminerait, plus que tout autre facteur, le niveau de vie des Français. Des résultats qui alertent sur l’inégalité des chances et sur le fameux « ascenseur social ».

Il y a déjà plus de vingt ans, le groupe IAM chantait On n’est pas nés sous la même étoile, en dénonçant d’un regard enfantin les inégalités dans l’Hexagone de l’époque. Mais, aujourd’hui, dans la France du « rêve milliardaire » ou des « premiers de cordée », les destinées des enfants de Marianne brûlent-elles toutes du même feu ? Une note d’analyse de France Stratégie, publiée le jeudi 5 juillet, met la lumière sur le rôle de l’origine sociale dans le niveau de vie des Français. Et force est de constater que les paroles du groupe marseillais pourraient encore résonner actuellement. Il apparaît clairement, dans ces résultats, que l’origine sociale a un effet extrêmement discriminant sur le niveau de vie des Français, plus encore que l’âge, le sexe ou l’origine migratoire.
Sur 10 Français parmi les plus modestes, 6 sont fils d’ouvriers

La France, malgré son bon système de redistribution socio-fiscal qui la place parmi les pays les moins inégalitaires d’Europe et loin devant les Etats-Unis, n’est pas encore au niveau des pays scandinaves. Elle fait même partie des pays développés ayant la moins bonne égalité des chances. C’est d’ailleurs sur ce point que l’étude se concentre (1), en prouvant que la reproduction sociale est malheureusement encore en marche dans le pays. Premier constat: les 10% des Français les plus modestes (moins de 1075 euros par mois) sont composés à 60% de fils d’ouvriers, et de seulement 7% de fils de cadres supérieurs et de chefs d’entreprises. De l’autre côté, chez les 10% de Français les plus riches (plus de 2950 euros par mois), on ne retrouve plus que 18% de fils d’ouvriers contre 38% de fils de cadres, alors que ces derniers ne représentent que 14% de la population française ! Pour les 1% les plus riches (plus de 5500 euros par mois), le poids de l’origine sociale y est encore plus marqué, avec 54% de fils de cadres et de chefs d’entreprises, pour seulement… 10% de fils d’ouvriers. Pour Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des Inégalités, « il faut se méfier de la reproduction sociale. En France, l’ascenseur social fonctionne, mais plus vite pour certains ». Mettons face à face un enfant de cadre supérieur et un enfant d’ouvrier. Le premier aura 4,5 fois plus de chances de faire partie des 20% de Français les plus aisés, et 20 fois plus de chances de faire partie des 1% les plus riches. Et ces deux enfants, en moyenne, constateront une différence sur leur salaire de 1000 euros. Le monde du travail érige « des barrières entres catégories », ajoute Louis Maurin, qui impactent le niveau de vie. « Le statut français de ‘cadre’ n’existe nulle part ailleurs. Il a été créé pour stopper la progression sociale et faire que ceux qui sont au-dessous y restent », insiste-t-il.

... https://www.humanite.fr/egalite-des-cha ... xtor=RSS-1
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Revue de presse et actus diverses

Messagede Pïérô » 17 Juil 2018, 00:15

Qui va partir en vacances ?

80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, selon la catégorie sociale, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions.

Près des deux tiers des Français déclaraient partir en vacances [1] au milieu des années 1990, selon le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). Le taux de départ en vacances a ensuite diminué petit à petit jusqu’à tomber à quasiment 50 % en 2008. Depuis 2011, il repart à la hausse et a atteint 60 % en 2014 (dernières données disponibles) [2].

Qui sont les chanceux qui vont faire leurs valises ? Pour partir, il faut en avoir les moyens. 40 % des personnes aux revenus inférieurs à 1 200 euros mensuels ont quitté leur domicile pour des congés en 2014, contre 86 % de celles qui disposent de plus de 3 000 euros. Un « budget vacances » pour une famille peut représenter plusieurs milliers d’euros : impossible pour la majorité des bas salaires. Les plus pauvres ne sont pas les plus aidés et les plus aisés ont davantage l’occasion de bénéficier d’hébergements gratuits dans la famille ou chez des amis.

Partir dépend plus largement du milieu social. 82 % des cadres supérieurs partent en congés contre 47 % des ouvriers. Plus on monte dans l’échelle sociale, plus on a de chances de s’échapper. Parce que l’on gagne davantage, mais aussi parce que cela fait partie de son mode de vie. Par exemple, parce qu’on a eu l’habitude de voyager avec ses parents (on y a pris goût, on se sent rassuré hors de chez soi), parce qu’on parle une langue étrangère (pour les voyages lointains). Mais aussi parce que ses amis voyagent et que raconter ses vacances lointaines (et les mettre en scène sur différents supports) fait partie de la sociabilité, de l’image qu’on renvoie de sa famille notamment.

... https://www.inegalites.fr/Qui-va-partir-en-vacances
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Revue de presse et actus diverses

Messagede Pïérô » 04 Aoû 2018, 23:47

« Les riches sont deux fois plus nombreux à partir en vacances que les pauvres, et cela depuis 30 ans ».

Entretien avec Sandra Hoibian du Crédoc

Partir en vacances, souvent et loin, c’est d’abord une question de revenus. Mais c’est aussi une question de milieu social. Entretien avec Sandra Hoibian, directrice du Crédoc.

... https://www.inegalites.fr/Les-riches-so ... pauvres-et
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 15 Aoû 2018, 16:12

La plage est-elle encore accessible à tous ?

Les Français ne seraient jamais autant partis en vacances que ces dernières années. Pourtant, des inégalités perdurent entre les différents milieux sociaux, et les pratiques de vacances s'en ressentent. Mais alors, peut-on vraiment tous mettre les pieds dans l'eau ?

Comme tous les ans depuis 1979 le Secours Populaire organise à partir du 15 août ses journées des oubliés des vacances dans tout le pays. Le 22 août, par exemple, ils seront 5000 enfants d’Ile de France à profiter de la plage et des vagues à Cabourg dans le Calvados.

Le Secours Populaire fait partie de ces associations qui continuent de faire vivre une utopie sociale, née dans les années 50 : celle des vacances pour tous.

Ce fut la grande époque des villages vacances, des colos, des séjours organisés par les syndicats ou les comités d’entreprise. Une révolution dans la pratique du loisir jusqu’alors réservée à une petite élite. Le tourisme fut un acquis social.

Mais que reste-t-il aujourd’hui du tourisme populaire et de son ambition ? Depuis une trentaine d’années les chiffres ne varient guère : 40% des français restent chez eux durant leurs congés.

Et ce malgré le droit aux vacances, inscrit dans la loi.

La plage est-elle encore accessible pour tous ?

Intervenants
Sylvain Pattieu
Historien et écrivain, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-8
Rodolphe Christin
sociologue, auteur du "Manuel de l'antitourisme"'
Jean-Karl Deschamps
Membre du Conseil économique, social et environnemental, Secrétaire général adjoint de la Ligue de l’enseignement et Vice-Président de la Jeunesse au Plein Air (JPA)

Emission à écouter : https://www.franceculture.fr/emissions/ ... ble-a-tous
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 18 Aoû 2018, 18:40

Gard : atteinte d'un cancer, elle alerte Macron sur l'égalité des soins

La Gardoise Christel Balme se mobilise pour que chacun ait les mêmes chances de se soigner.

Elle est préparatrice en pharmacie, mariée, maman d’une adolescente de 17 ans, bénévole dans son village de Molières-sur-Cèze, dans le Gard.

Christel Balme se présentait ainsi avant l’annonce de son cancer du sein, en septembre dernier. Depuis, la Cévenole se définit comme "malade du Cancer". Avec un grand "C", parce que cette maladie, c’est un "tsunami. Vous perdez votre féminité, votre travail, votre vie sociale, votre dignité...Vous perdez tout."

Au cours de ses cinq mois de traitements, elle se confie à ses "amies en or" et demande à l’une d’elles, Flo, de l’aider, une fois soignée, à agir pour faire avancer la prise en charge des malades du cancer et autres maladies lourdes : "Je me suis fait la promesse, qu’une fois guérie, j’alerterai l’opinion. Pour raconter tout ce à quoi on n’est pas préparé et qui fait qu’on n’a pas tous les mêmes chances de se soigner."

Les proches nous disent qu’on a qu’une chose à penser, se soigner, mais c’est faux. Les formalités se succèdent, les frais non prévus s’accumulent et le budget du foyer diminue.

Quelques mois après sa dernière chimiothérapie, Christel a tenu parole. Avec l’aide de son amie, elle a rédigé une longue lettre, avec pour objet "Requête citoyenne d’ordre de santé publique". Cette lettre, dans laquelle elle décrit l’envers du décor et les difficultés auxquelles elle et d’autres malades, ont dû faire face, elle l’a envoyée au président de la République, Emmanuel Macron, à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à la députée gardoise Annie Chapellier et à d’autres personnalités politiques ou médiatiques.

"Se soigner, en longue maladie, c’est le parcours du combattant. Les proches nous disent qu’on a qu’une chose à penser, se soigner, mais c’est faux. Les formalités se succèdent, les frais non prévus s’accumulent et le budget du foyer diminue."
"Le cancer grignote aussi vos euros"

Sur son salaire, Christel a perdu 200 € par mois depuis son arrêt maladie. La situation est encore plus difficile pour les travailleurs indépendants : "Une jeune coiffeuse malade a perdu tous ses revenus pendant ses dix-huit mois de maladie. Comment se soigner quand on n’est pas sûr de remplir son frigo ?"

Être malade coûte cher, explique la préparatrice en pharmacie, et les écarts se creusent entre ceux qui peuvent prendre en charge les frais, et les autres, créant une médecine à deux vitesses. "Le cancer ne s’attaque pas qu’à vos cellules, il grignote aussi vos euros. Pour garder figure humaine, et ne pas lire la peine immense dans le regard de ma fille, j’ai acheté une perruque de base, moche, premier prix...à 500 €."

et vidéo https://www.midilibre.fr/2018/08/16/att ... 676909.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede Pïérô » 10 Sep 2018, 00:01

Un million de travailleurs pauvres en France

Un million de travailleurs vivent avec moins de 850 euros par mois. Avoir un emploi ne protège pas de la pauvreté, notamment pour ceux qui travaillent à temps partiel ou alternent des périodes de travail précaire et de chômage.

Un million de personnes exercent un emploi mais disposent d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, fixé à la moitié du revenu médian (846 euros par mois pour une personne seule en 2015). Si on fixe le seuil de pauvreté à 60 % du niveau de vie médian (1 015 euros en 2015), on en compte deux millions.

... https://www.inegalites.fr/Un-million-de ... -en-France
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 22 Sep 2018, 22:33

Fiscalité : les revenus du capital n’ont jamais été aussi peu taxés

« Un allègement sans précédent dans l’histoire de l’imposition des revenus en France. » C’est ainsi que la fondation Jean Jaurès définit dans une note relayée par l’Obs, la réforme fiscale mise en place en France en janvier 2018. Selon la fondation, c’est la première fois, depuis la création de l’impôt sur le revenu en France il y a un siècle, que les revenus du capital sont aussi peu taxés par rapport aux revenus du travail. La fiscalité sur les revenus du patrimoine diminue fortement, passant d’une imposition progressive sur le revenu à un « prélèvement forfaitaire unique » (ou flat tax) fixé à 30 %. Coût estimé de la mesure : 1,3 milliard d’euros.

Idem pour l’imposition du patrimoine financier qui diminue avec la sortie des biens mobiliers de l’assiette de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Montant de ce second cadeau fait aux détenteurs de patrimoine : 3,2 milliards d’euros. « 1% des ménages bénéficieront de 44% des gains liés, par exemple, à la mise en place de la flat tax, dit la fondation Jean Jaurès. Le gain moyen issu de la réforme fiscale dans son ensemble, pour les "1%", sera de plus de 10 000 euros par an environ. » Pour les 100 contribuables les plus riches, le gain serait de 1,5 million d’euros en moyenne.

... https://www.bastamag.net/Fiscalite-les- ... -peu-taxes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 12 Oct 2018, 12:54

Comment les mesures budgétaires de Macron creusent les inégalités

Selon les calculs de l’Institut des politiques publiques, les classes défavorisées sont désavantagées par les deux derniers projets de loi de finances, tandis que les 1% les plus riches voient leur niveau de vie grimper.

C’est le graphique qui tue pour Emmanuel Macron. Il montre que les 1% de Français les plus riches voient leurs revenus augmenter de 6% grâce aux mesures contenues dans les deux premiers budgets du quinquennat, alors que les 20% les plus défavorisés sont globalement perdants. L’auteur du graphique est au-dessus du tout soupçon puisqu’il s’agit de l’Institut des politiques publiques (IPP), un organisme d’évaluation indépendant, fondé par l’Ecole d’économie de Paris et le CREST, le labo de recherche économique de l’ENSAE et Polytechnique. Pour la première fois, l’IPP organisait ce jeudi 11 octobre un colloque sur les effets macroéconomiques des projets de loi de finances, après avoir eu accès à de nombreuses données fiscales et salariales sur les ménages et les entreprises. Les résultats en matière de pouvoir d’achat sont éloquents.

Il apparaît que les ménages "gagnants" se situent essentiellement entre le 20ème centile de richesse et le 80ème centile, soit les classes moyennes au sens large. A l’inverse, les ménages défavorisés et les classes supérieures, situées entre le 80ème et le 99ème centile, sont désavantagés par les réformes Macron. Les 20% les moins riches pâtissent du durcissement de la fiscalité sur l’énergie et le tabac, et surtout de la moindre revalorisation des pensions, des allocations familiales et logements, limitée à 0,3% en 2019. Et ils bénéficient peu de la suppression de la taxe d’habitation (TH), beaucoup de collectivités ayant déjà mis en place des systèmes d’abattement ou d’exonération pour aider les plus pauvres: ils n’y gagnent en moyenne que 36 euros par an, contre 396 euros pour les classes moyennes.

... https://www.msn.com/fr-fr/actualite/fra ... ocid=ientp
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede Pïérô » 28 Oct 2018, 14:02

L’Observatoire des inégalités publie son premier rapport sur la pauvreté

L’Observatoire des inégalités publie avec le Compas le premier Rapport sur la pauvreté en France. Un document de référence sur l’état de la pauvreté, rédigé en toute indépendance et dans un langage clair.

Les personnes les plus pauvres méritent mieux que l’information qui est produite sur le sujet en France. Les rares documents existants sont rédigés dans un langage inaccessible à la très grande majorité des citoyens. L’Observatoire des inégalités a donc décidé de prendre la plume et de publier son premier Rapport sur la pauvreté en France. Notre objectif : proposer un document de référence sur l’état de la pauvreté, rédigé en toute indépendance afin d‘interpeller l’opinion publique la plus large.

Cet ouvrage est disponible gratuitement en version électronique en ligne. Cette édition n’est rendue possible que parce que chaque année, un ensemble de citoyens soutiennent notre travail. Si vos moyens vous le permettent et que, vous aussi, vous estimez que contre les inégalités l’information est une arme, nous vous invitons en priorité à vous procurer l’édition imprimée ou nous soutenir.

... https://www.inegalites.fr/L-Observatoir ... a-pauvrete
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 26 Nov 2018, 17:17

En France, les très riches émettent 40 fois plus de carbone que les pauvres, mais les pauvres paient plus de 4 fois plus de taxe carbone en % de leurs revenus !

... https://blogs.alternatives-economiques. ... 2dNWmtyuSk
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Inégalités et pauvreté

Messagede bipbip » 29 Nov 2018, 23:19

15 % des Français ont souffert du froid chez eux l’hiver dernier

15 % des ménages ont souffert du froid chez eux au cours de l’hiver 2017-2018. C’est l’une des conclusions alarmantes du rapport de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) rendu public le 23 novembre. Parmi les déclarants, 40 % estiment que ce froid est dû à une mauvaise isolation de leur logement et 28 % considèrent que c’est leur installation de chauffage qui est insuffisante. Pourtant, 3,6 millions de ménages ont bénéficié du «chèque énergie» en 2018. «Réussir la transition écologique suppose d’embarquer tout le monde, y compris les plus fragiles. N’oublions pas que s’éclairer, se chauffer, vivre dans un logement sain, se déplacer, c’est un droit», met en garde Arnaud Leroy, président de l’ONPE et du conseil d’administration de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), en introduction du rapport.

Autre constat de l’observatoire, 11,6 % des Français dépensent plus de 8 % de leurs revenus pour payer leur facture énergétique alors qu’ils appartiennent aux 30 % des ménages les plus modestes, ce qui les place de fait en situation de précarité énergétique. Ce sont donc 3,3 millions de ménages, soit 6,7 millions d’individus, qui se retrouvent dans ce cas selon les chiffres du rapport. Ce taux de précarité varie notablement selon les zones géographiques : de 7,4 % en Paca à 24,3 % dans la région Grand est.

Toujours selon l’observatoire, 68 % des personnes interrogées considèrent par ailleurs que la consommation d’énergie constitue un sujet de préoccupation important dans leur vie, quand un ménage sur dix déclare rencontrer des difficultés pour régler ses factures énergétiques.

... https://www.liberation.fr/france/2018/1 ... 2vtdBs9aug
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité