Pesticides

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 23:26

Les apiculteurs, désemparés, s’en remettent à Macron
Des représentants des apiculteurs français ont été reçus à l’Élysée mardi 19 juin. Ils réclament une aide d’urgence pour leur secteur
Un apiculteur inspecte une ruche le 06 juillet 2010 sur l’île d’Ouessant, dans le Finistère (archive) ( AFP / FRED TANNEAU )
Le montant global des dégâts reste difficile à chiffrer, mais il pourrait atteindre des dizaines de milliers d’euros. Les apiculteurs, dont l’activité est menacée par la disparition d’abeilles, décimées par les insecticides, s’en sont remis au président de la République, mardi. Reçus à l’Élysée, les exploitants ont fait part de leur désarroi fasse au drame qui se joue dans leurs ruches.
... https://www.anti-k.org/2018/06/20/les-a ... -a-macron/

Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
Un bûcher encore ardent d’abeilles trône sur le terrain de Thomas et Claire, apiculteurs en Bretagne, contraints de réduire en cendres «90% de leurs ruches et une année de production». Désemparés, ils en appellent à une prise de conscience collective sur les dangers des pesticides.
... http://www.liberation.fr/societe/2018/0 ... es_1660418
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 28 Juin 2018, 19:57

Nicolas Hulot et Stéphane Travert annoncent un plan d’action pour la sortie du gyphosate

Ce vendredi 22 juin au matin, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, ont annoncé la mise en place d’un plan d’action pour la sortie « définitive » du glyphosate. Celle-ci doit être effective dans les trois ans pour les « principaux usages » et « cinq ans pour l’ensemble des usages ». « Les agriculteurs ne ser[ont] pas laissés dans une impasse », ont-ils également précisé.

Autour d’eux, ils avaient réunis des représentants du monde agricole, de l’agroalimentaire et de la distribution, ainsi que « les acteurs de la recherche et de l’innovation ».

... https://reporterre.net/Nicolas-Hulot-et ... -sortie-du
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 28 Juin 2018, 21:04

Législation
Les sénateurs bloquent les alternatives aux pesticides pourtant utilisées dans les jardins du Luxembourg

Les sénateurs vont-ils entraver une fois de plus les alternatives aux pesticides ? Ils entament ce 26 juin l’examen du projet de loi Agriculture et alimentation. En première lecture, les députés s’étaient accordés sur la possibilité d’élargir la liste des plantes ou parties de plantes pouvant être utilisées et commercialisées pour remplacer les pesticides de synthèse (notre article https://www.bastamag.net/Glyphosate-bie ... uvernement) [1].

En commission des affaires économiques, les sénateurs sont revenus sur cette avancée. Ils ont ainsi réintroduit une obligation d’évaluation de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Pour les défenseurs des préparations naturelles à base de plantes, cette contrainte est « totalement inutile » : en 2001, le comité d’experts rattachés au ministère de l’Agriculture avait conclu que toutes les parties consommables de plantes utilisées en alimentation animale ou humaine peuvent de fait entrer dans la composition des préparations naturelles peu préoccupantes sans exigence particulière... Une « simple question de bon sens », abondent les défenseurs de ces préparations. « De quel risque parle-t-on lorsque l’on épand une tisane ? »

Alors que ces élus bloquent les alternatives aux pesticides, Basta ! s’est procuré une facture de 2015 adressée aux Jardins du Luxembourg, qui bordent le siège du Sénat à Paris. Comme en témoigne l’extrait ci-dessous, des purins de plantes et des extraits d’ail sont utilisés par les jardiniers travaillant dans la propriété du Sénat.

... https://www.bastamag.net/Les-senateurs- ... isees-dans
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 15:49

Antilles. Chlordécone, les victimes refusent d’oublier

L’affaire du chlordécone, ce pesticide ultra-toxique à l’origine de lourdes pathologies, revient sur le devant de la scène, avec en toile de fond le passé colonial de la France…

Partie de Fos-sur-Mer le 1er mai, la Marche des cobayes s’achèvera ce samedi 30 juin à Paris, avant une ultime étape à Bruxelles, la semaine prochaine. Pendant deux mois, ses militants ont sillonné la France pour dénoncer les méfaits de la malbouffe, de la pollution ou des produits toxiques sur l’environnement et la santé. Le tour d’horizon serait resté incomplet sans le débat organisé, ce vendredi, sur le chlordécone. « Un scandale sanitaire qui ne peut rester impuni », estime Michèle Rivasi, députée européenne (EELV), une des organisatrices de la marche. « On a sacrifié la santé de plus de 800 000 personnes depuis quarante ans pour les intérêts économiques de quelques planteurs ! » résume Jean-François Deleume, médecin et représentant d’Eau & Rivières de Bretagne, à l’initiative de cette étape à laquelle participera également le député européen de la France insoumise Younous Omarjee.

Mais de quoi parle-t-on exactement ? À tout le moins d’un dossier aux conséquences sanitaires, environnementales, économiques et sociales préjudiciables, le tout sur fond de griefs néocolonialistes.

Deux événements, survenus ces derniers mois, ont remis le sujet sur le devant de la scène. En février, une étude de Santé publique France révélait que 92 % des Martiniquais et 95 % des Guadeloupéens étaient contaminés par ce pesticide. Puis, entre avril et mai, des résidus de ce même poison étaient retrouvés dans l’eau du robinet des habitants de la commune de Goubeyre, en Guadeloupe. Sans compter ce rapport de l’Anses qui, fin 2017, alimentait la controverse en concluant que les nouveaux seuils européens de chlordécone autorisés pour les volailles et les viandes (multipliés par cinq et dix) étaient suffisamment protecteurs… De quoi attiser l’inquiétude et la défiance de la population antillaise envers les autorités. Une défiance en outre déjà ancienne.

Considéré comme un remède miracle pour lutter contre le charançon du bananier, ce pesticide organochloré a été utilisé massivement dans les bananeraies de Martinique et de Guadeloupe, piliers de l’économie locale, à partir de 1972. Dès 1975, cependant, les doutes s’installent. En juillet de cette année-là, aux États-Unis, plusieurs employés de l’usine qui produit alors le chlordécone, à Hopewell (Virginie), sont victimes de troubles neurologiques à la suite d’une contamination par l’insecticide. Les rivières voisines sont polluées, l’usine doit fermer… L’année suivante, le pesticide est interdit dans tout le pays.
« L’intérêt économique et financier l’a emporté sur la santé publique »

En 1979, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) le classe comme agent possiblement cancérogène. Il faudra pourtant attendre 1990 pour que la France l’interdise… et trois ans de plus pour que le lobby des planteurs des Antilles cesse d’obtenir des dérogations les autorisant à l’utiliser.

Depuis, il est aussi considéré comme neurotoxique, reprotoxique et perturbateur endocrinien. Des études récentes ont ainsi démontré que le chlordécone pouvait être à l’origine de cancers de la prostate (la Martinique détient le triste record de ce type de cancer). Ses effets délétères sur les fœtus sont aussi reconnus. « Tout avait été dit, tout était su », déplore aujourd’hui Jean-François Deleume.

En 2006, des associations portent plainte contre l’État pour « mise en danger d’autrui et administration de substances nuisibles ». Harry Durimel, leur avocat guadeloupéen, également militant écologiste, reste persuadé que « l’intérêt économique et financier l’a emporté sur la santé publique ». Et que c’est d’ailleurs pour cela que le dossier s’éternise : « Il a fallu six ans de guérilla judiciaire pour que la plainte soit enfin instruite… »

Au fil des années, l’avocat a découvert la « complicité » entre l’État, diverses autorités et de grands planteurs. La déclaration faite aux gendarmes de Yves Hayot, directeur de Laguarigue, la société qui commercialisait le chlordécone, homme issu d’une grande famille de propriétaires terriens, en est une illustration édifiante : celui-ci a reconnu qu’il avait « pratiqué personnellement un lobbying auprès de Jean-Pierre Soisson (alors ministre de l’Agriculture) pour que des dérogations soient accordées ». « Et comment expliquer, interroge Jean-François Deleume, qu’en 2000, l’Institut national du cancer (Inca), alors présidé par l’actuelle ministre de la santé Agnès Buzyn, lance une étude sur le sujet mais l’interrompe en décidant de ne pas y consacrer les moyens nécessaires ? »

... https://www.humanite.fr/antilles-chlord ... ier-657520
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 09 Juil 2018, 18:09

Etats-Unis: le premier procès du Round Up démarre à San Francisco

Le Round Up est-il cancérigène ? Monsanto a-t-il volontairement caché la dangerosité de son désherbant au glyphosate ? Telles sont les questions qu'un tribunal américain va devoir examiner à partir de lundi, saisi par un particulier atteint d'un cancer en phase terminale.

Si des centaines voire des milliers de procédures sont en cours aux Etats-Unis contre le géant de l'agrochimie, la plainte de Dewayne Johnson, un Américain de 46 ans qui a vaporisé du Round Up pendant plus de deux ans, est la première concernant ce produit et ses possibles effets cancérigènes à aboutir à un procès.

Le procès s'est officiellement ouvert mi-juin avec la désignation d'un juge mais les débats de fond sont prévus pour ne commencer que lundi, après une série d'audiences techniques. Il est prévu pour durer au moins trois semaines à San Francisco (ouest).

Vendu depuis plus de 40 ans, le Round Up, l'un des herbicides es plus utilisés au monde, contient du glyphosate, une substance très controversée et qui fait l'objet d'études scientifiques contradictoires quant à son caractère cancérigène.

Monsanto, qui risque des millions de dollars de dommages et intérêts dans ce seul dossier, a toujours fermement réfuté tout lien entre cancer et glyphosate.

Dewayne Johnson "se bat pour sa vie" après avoir été diagnostiqué il y a deux ans d'un lymphome non-hodgkinien, incurable, explique l'un de ses avocats David Dickens, du cabinet Miller, spécialisé dans la défense de particuliers s'estimant victimes de produits défectueux.

"Ce n'est pas la faute à pas de chance", ce n'est pas dû à un problème "génétique", "c'est à cause de son exposition continue au Round Up et au Ranger Pro" (produit similaire de Monsanto), qu'il a vaporisés entre 2012 et 2014 sur des terrains scolaires de la ville de Benicia, en Californie (ouest), assure Me Dickens.

"Et cela aurait pu être évité", assène encore l'avocat, accusant Monsanto, qui vient d'être racheté par l'allemand Bayer, d'avoir sciemment caché au public la dangerosité de ses produits.

... https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... sco_125682
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 13 Juil 2018, 11:33

Monsanto. Bientôt des centaines de procès...

Un juge fédéral états-unien vient d’estimer que les arguments des experts sont suffisants pour qu’un jury établisse un lien entre cancer et glyphosate.

Alors que le premier procès du Roundup a démarré cette semaine à San Francisco, en Californie (lire notre édition de mardi 10 juillet), une autre procédure actuellement en cours ouvre la voie à des centaines d’autres procès contre Monsanto. Un juge fédéral, Vince Chhabria, a en effet estimé que des centaines de plaintes accusant l’herbicide du géant agrochimique à base de glyphosate de provoquer des cancers pouvaient être portées devant la justice. Dans un rapport de 68 pages, le magistrat considère que les conclusions d’un certain nombre d’experts sont suffisantes pour qu’un jury puisse éventuellement conclure que le glyphosate peut provoquer des cancers.

« Ce sont deux processus qui avancent en parallèle, mais qui ne sont pas directement liés », clarifie Arnaud Apoteker, délégué général de Justice Pesticides, une association qui propose une base de données juridiques mondiales liées aux pesticides. En effet, de très nombreuses plaintes ont été déposées aux États-Unis contre Monsanto par des utilisateurs de pesticides ayant été diagnostiqués avec des lymphomes nonhodgikiniens (cancers du système lymphatique). « On estime entre 3 000 et 5 000 le nombre de personnes, notamment d’agriculteurs, qui poursuivent Monsanto et son Roundup », précise le militant de Justice Pesticides. Une très grande majorité a entamé une action commune sous forme de contentieux fédéral ou MDL (litige multidistrict), une procédure collective qui permet à chaque plaignant d’avoir son propre procès. « C’est cette dernière qui a été regroupée à la cour fédérale de San Francisco, sous l’autorité du juge Vince Chhabria, mais dont l’instruction n’a pas encore démarré. »
Si Monsanto est condamné, cela fera jurisprudence

La plainte de Dewayne Johnson, cet Américain de 46 ans qui attaque Monsanto car il estime que l’herbicide est responsable de sa maladie, faisait initialement partie de ces plaintes regroupées. Mais son espérance de vie étant très limitée (il est atteint d’un cancer en phase terminale, les médecins ne lui donnent plus que quelques mois à vivre), le tribunal a accepté une procédure accélérée, dont les débats ont commencé lundi. « Si le tribunal rend un jugement favorable dans le cas de Dewayne Johnson, s’il condamne Monsanto, cela aura évidemment un impact sur tous les autres procès, aux États-Unis comme partout dans le monde. Cela fera jurisprudence d’autant que cela concerne des milliers de personnes », observe Arnaud Apoteker.Sans surprise, la firme a déclaré, dans un communiqué, qu’elle continuerait à défendre sa position, avec des éléments prouvant qu’il « n’y a absolument aucune connexion entre le glyphosate et le cancer ». Véhémente, elle affirme que des centaines d’études ont établi l’innocuité de la molécule incriminée, rappelant que de nombreux organismes de réglementation rejettent eux aussi tout lien entre maladie et glyphosate. C’est oublier le récent scandale de l’évaluation de ce produit par l’autorité sanitaire européenne (Efsa), qui a repris à son compte des éléments fournis par Monsanto dans son rapport…

Après des années de litige, à la justice, désormais, de trancher et de dire si le Roundup peut provoquer des cancers et si Monsanto, aujourd’hui propriété de l’Allemand Bayer, aurait dû informer les utilisateurs.


https://www.humanite.fr/monsanto-biento ... ces-658001
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pesticides

Messagede bipbip » 17 Juil 2018, 17:31

En Guadeloupe, les ouvriers de la banane malades d’un pesticide dévastateur et oubliés de l’État français

Pendant plus de deux décennies, le chlordécone, un insecticide ravageur, a contaminé la quasi totalité de la population antillaise. Malgré son interdiction définitive il y a 25 ans, ce puissant perturbateur endocrinien utilisé dans les bananeraies ne disparaîtra pas des sols de Guadeloupe et de Martinique avant plusieurs siècles. Les premiers touchés sont les ouvriers agricoles. Ils sont pourtant les grands laissés pour compte de ce scandale sanitaire. Certains ont décidé de lever le voile sur leurs conditions de travail. Ils veulent que leurs problèmes de santé, dont de nombreux cancers de la prostate et leucémies, liés aux différents pesticides employés et à la pénibilité du métier, soient enfin reconnus comme maladie professionnelle. Reportage en Guadeloupe.

... https://www.bastamag.net/En-Guadeloupe- ... stateur-et
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité