lanceurs d’alerte

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 15:40

5 jours de mise à pied pour avoir témoigné sous-serment !

Pétition

Gilles REYNAUD est un militant syndical et Président de l'Association Ma Zone Contrôlée "collectif de salariés sous-traitants et agents statutaires de la filière nucléaire".
Salarié d'Orano DS sur le site du Tricastin,il est sanctionné de 5 jours de mise à pied pour dénoncer depuis longtemps la situation sociale des salariés de la sous-traitance .

Il a témoigné sous serment devant la commission d'enquête parlementaire pour l'amélioration du niveau de sécurité et sûreté des installations nucléaire, sur les conditions de travail et de vie au travail des salariés de la sous-traitance.

Il a dénoncé ce dumping social,synonyme d'industrie LOW-COST !

La sécurité et sûreté nucléaire sont des biens communs.

Pour soutenir la liberté d'opinion et la transparence des informations dû à chacun, signez cette pétition en ligne et merci de la partager .


https://www.change.org/p/association-ma ... re_initial
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 03 Aoû 2018, 18:48

Gilles Reynaud est un militant syndical et Président de l’Association « Ma Zone Contrôlée » (1) un collectif de salariés sous-traitants et agents statutaires de la filière nucléaire créée à la suite de plusieurs incidents sur le site de Tricastin. Salarié d’Orano DS (DS pour démantèlement et service) sur le site du Tricastin, il vient d’être sanctionné de 5 jours de mise à pied pour avoir témoigné sous serment devant la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire et dénoncé depuis longtemps la situation sociale des salariés de la sous-traitance. Omerta, répression, contamination sont les valeurs du lobby nucléaire.

RÉPRESSION AU TRICASTIN : 5 JOURS DE MISE À PIED POUR AVOIR TÉMOIGNÉ SOUS-SERMENT DEVANT LA COMMISSION D’ENQUÊTE SUR LE NUCLÉAIRE!

Gilles Reynaud est un militant syndical et Président de l’Association « Ma Zone Contrôlée » (1) un collectif de salariés sous-traitants et agents statutaires de la filière nucléaire créée à la suite de plusieurs incidents sur le site de Tricastin. Salarié d’Orano DS (DS pour démantèlement et service) sur le site du Tricastin, il vient d’être sanctionné de 5 jours de mise à pied pour avoir témoigné sous serment devant la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire et dénoncé depuis longtemps la situation sociale des salariés de la sous-traitance. Omerta, répression, contamination sont les valeurs du lobby nucléaire.

Son témoignage sous serment devant la commission d’enquête parlementaire (2) traitait de l’indispensable amélioration du niveau de sécurité et sûreté des installations nucléaire, des conditions de travail et de vie au travail des salariés de la sous-traitance. Il y a dénoncé le dumping social, synonyme d’industrie low-cost. Cette relation viciée entre le donneur d’ordre et ses sous-traitants du fait de l’approche principalement comptable et financière. À l’heure ou la sous-traitance représente aujourd’hui près de 80% de toute l’activité dans l’industrie nucléaire « civile« .

« EDF et les autres exploitants nucléaires ne s’intéressent que très peu aux moyens humains et techniques que l’entreprise mettra en œuvre pour s’acquitter de sa tâche. C’est toujours le moins disant qui remporte la timbale. Mais l’entreprise sous-traitante veut tout de même gagner de l’argent, conserver son marché, voire en obtenir d’autres. Elle va donc chercher par tous les moyens à réduire le coût de sa prestation. Les recettes sont connues, bien rodées: on pressure les salariés, on mégote sur la sécurité des interventions et sur la sûreté des installations en abaissant la qualité générale du travail... Au détriment parfois de la sécurité du personnel mais aussi de la sûreté et donc de la population environnante – en cas de fuite à l’extérieur. » déclarait G. Reynaud voici peu à la presse (3)

Si ce salarié syndiqué est aujourd’hui en poste sur le site atomique de Pierrelatte il a été pendant une longue partie de sa carrière de 32ans un « nomade du nucléaire » se déplaçant de site en site. Il est connu pour agir en faveur de l’échange entre les salariés des industries à risques, en particulier nucléaires, pour améliorer la sécurité des interventions, la sûreté des installations, et pour le respect de l’environnement. Il est aussi membre, en tant que « personne qualifiée« , de l’ANCCLI, l’organisme national qui regroupe les 37 commissions locales d’information sur la sécurité et sûreté nucléaires.

Cette sanction disciplinaire qui attaque un président d’association de défense des salariés et vise à menacer quiconque oserait redresser la tête porte atteinte aussi à un père de famille avec des conséquences financières qui déséquilibrent la vie, le bien-être et le moral de sa famille.

Pour soutenir la liberté d’opinion et la transparence des informations dû à chacun, une pétition en ligne et un appel à solidarité financière sont lancés afin de compenser la perte financière du salarié-lanceur d’alerte. L’éventuel solde sera reversé à l’Association « Ma Zone Contrôlée« .

Il est grand temps de tourner définitivement la période sombre du nucléaire et de ses agissements nocifs débutée avec la bombe atomique, de reconvertir avec des formations adaptées les salarié-es du secteur à partir de leurs compétences et de leurs souhaits collectifs et individuels, de mettre à l’arrêt ces installations de mort.

(1) http://www.ma-zone-controlee.com/

(2) http://www.assemblee-nationale.fr/15/cr ... 718032.asp en téléchargement

(3) http://www.montelimar-news.fr/article/- ... /9448.html

Retrouvez cet article sur le site : http://coordination-antinucleaire-sudes ... erment-%21


https://savoie-antinucleaire.fr/2018/08 ... nucleaire/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 04 Aoû 2018, 16:12

"Ma zone contrôlée", l’association des travailleurs du nucléaire indignés - Appel à Soutien

Après un trajet en train, nous voici à Pierrelatte (26). Les aéro-réfrigérants d’Eurodif se trouvent à notre gauche et sur les collines au loin nous apercevons des éoliennes. Les panneaux de signalisation donnent le ton : Site nucléaire du Tricastin, Complexe sportif E.D.F - G.D.F, Bouygues Energies & Services, CEA – Technetics Laboratoire d’étanchéité, Protéa (filiale d’Alstom), etc. Bienvenue en territoire nucléaire !

Gilles Reynaud, président de l’association Ma zone contrôlée, est un grand gaillard, casquette de marin sur la tête. On s’installe sur la terrasse d’un bar routier de la Nationale 7 entre Pierrelatte et Donzère. Au son des poids-lourds et de la circulation, nous parlons des conditions de travail des sous-traitants. C’est le cheval de bataille de Ma zone contrôlée !

Réseau Sortir du nucléaire : Depuis quand la sous-traitance est-elle en place dans l’industrie nucléaire  ? Comment est-ce que cela est organisé ?

Gilles Reynaud : Ça a commencé dans les années 90. EDF faisait des appels d’offres pour de la “servitude nucléaire“ [1], en fait de la logistique, de l’assainissement. Des travaux ingrats mais essentiels pour la continuité du travail. Aujourd’hui la sous-traitance gère 80% de l’activité nucléaire.

Les salariés y sont multi-exposés : aux produits cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR), à d’autres produits chimiques, à l’amiante et bien sûr à la radioactivité. Nous sommes totalement oubliés. Dans la loi travail, l’exposition aux postures pénibles, aux vibrations mécaniques, aux risques chimiques ainsi que le port de charges lourdes ont été retirés des critères de pénibilité. Pourtant, c’est notre quotidien !

Les économies se font partout. Chez les donneurs d’ordre [2], pour son habilitation un nouvel employé bénéficie de six mois à un an de formation avec du compagnonnage. Chez les sous-traitants, deux semaines semblent suffire pour former les nouvelles recrues. Pourtant, il y a une vraie expertise à transmettre et nous ne le faisons pas.

RSDN : Cela a-t-il des conséquences sur la sûreté et sur les conditions de travail ?

Gilles : Les sociétés de sous-traitance sont en concurrence parce qu’il n’y a pas de convention collective spécifique pour les travailleurs du nucléaire [3]. On connaît tous et toutes la situation économique des donneurs d’ordres, alors c’est toujours (80% des cas) le moins-disant social qui remporte les marchés. EDF met des pénalités financières aux entreprises dont les travailleurs se trouvent contaminés aux portiques de sécurité de sortie de zone. Et nos patrons nous sanctionnent en retour : licenciement, interdiction de site, etc. Mais les portiques, ils servent à éviter que la radioactivité ne sorte du site, pas à contrôler les travailleurs !

Sur le papier, la sûreté est réglée. Dans la réalité, si tu as une intervention qui doit être réalisée par quatre travailleurs expérimentés, bien souvent tu te retrouves avec un seul travailleur qui est du métier. Quand on doit dire aux trois autres qu’il faut serrer à tant de kilo newtons, il faut quand même savoir de quoi on parle et comment le faire. Ça s’apprend, on ne peut pas improviser.

Il faudrait que l’on arrive à instaurer un statut plancher avec des taux horaires acceptables, des formations, une reconnaissa ce des diplômes… À diplôme équivalent, un agent statutaire gagne environ deux fois plus qu’un travailleur sous-traitant. C’est d’une injustice flagrante. C’est un apartheid social organisé et dévastateur humainement.

RSDN : Bon on voit bien les enjeux mais est-ce que tu constates une dégradation ?

Gilles : On s’apprête à prolonger la durée de vie des centrales à 60 ans. Le grand carénage, nous on l’appelle le grand carnage social. On va avoir cinq fois plus d’activité que pour les visites décennales. Qui va faire le boulot ? On manque de robinetiers, de mécaniciens, de soudeurs… Il y a eu beaucoup de départs à la retraite, une volonté de dégraisser. Ces personnes avaient des connaissances et des compétences…

Les installations sont vieillissantes, des soudures mal faites, des gros composants installés avec trop de carbone… En fait, c’est une cocotte minute. On a des installations qui ne sont pas ce qu’elles devraient être, on y met dedans des femmes et des hommes que l’on prend pour des imbéciles, que l’on méprise, c’est vraiment explosif !

RSDN : Peux-tu nous citer un exemple précis de cas qui t’a choqué ?

Gilles : Il y a le choix ! Sur Romans 4 dans le cadre d’une activité de contrôle matière, un agent Framatome fait une opération de mise en caisse des pastilles de combustible, en face de lui le copain de Nuvia 5 s’assure que les caisses sont conformes pour assemblage dans les gaines. C’est le même boulot, dans le même environnement. Lors d’une discussion, l’agent de Framatome mentionne qu’il va à la visite médicale tous les 6 mois avec contrôle des selles et de l’urine pour voir s’il a ingéré des particules radioactives. Le copain de Nuvia, il tombe des nues, lui, c’est tous les deux ans !

Une autre anecdote sur le même site. À la fin de sa journée de boulot un copain signale qu’il pense qu’il y a une erreur dans une caisse. Il faut dire qu’au lieu de neuf intervenants initialement, ils étaient passés à six pour faire le même taf’. Il y avait bien une pastille en trop. Le copain a été sanctionné : interdit de site ! Tout cela envoie de très mauvais messages.

Propos recueillis par Anne-Lise Devaux

Notes

[1] Terme ancien utilisé pour parler de la sous-traitance. Employé car en lien direct avec l’activité du nucléaire militaire.

[2] On appelle “donneurs d’ordre“ les exploitants des sites nucléaires. À savoir EDF, Framatome, Commissariat à l’énergie atomique, Orano, etc.

[3] Diverses conventions collectives sont appliquées sans prise en compte de l’activité spécifique du nucléaire, comme la convention collective Syntec ou Métallurgie de Paris.


Vous pouvez le soutenir en signant cette pétition https://www.change.org/p/association-ma ... us-serment

http://www.sortirdunucleaire.org/Ma-zon ... availleurs
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 14:30

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 08 Sep 2018, 19:43

Comment tuer socialement un lanceur d’alerte ? Mode d’emploi en « démocratie » !

Lanceurs d’alerte : principe de réalité

Lorsqu’un citoyen pointe une dérive de l’état dans un pays qui bat pavillon démocratique, ce n’est pas la simple fable d’un pot de terre et d’un pot de fer qui débute, c’est l’histoire d’une mise au pilori violente par tous moyens qui s’enclenche.

Le citoyen – impudent comme imprudent – se révèle être traité comme le serait l’ennemi public numéro un d’une Nation. Le citoyen lambda ne dispose pas de moyens équitables tels que l’accès prime time au médias de masse pour se défendre. Il n’a souvent pas les moyens financiers d’engager une armada d’avocats pour mener un combat qui sera (de toute façon) disproportionné.

... https://theconversation.com/comment-tue ... tie-102556
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 29 Oct 2018, 22:39

Enfants nés sans bras: licenciement de la lanceuse d'alerte

L'épidémiologiste qui a révélé l'affaire des enfants nés sans bras est licenciée. Résumé de l'affaire.

L'affaire débute il y a 4 ans. Un centre d'études épidémiologiques financé par Région et Etat, REMERA, découvre une fréquence anormalement élevée de malformations congénitales ( atteinte des membres) dans 3 zones géographiques précises. L'étude retient "l'environnement" comme cause probable. En clair : les pesticides !

REMERA alerte ses autorités de tutelle. Pas de réponse mais la Région menace de réduire le financement du centre, voir de le supprimer !

Résultat, la directrice de REMERA fait éclater l'affaire, elle alerte les médias, est interviewée sur les plateaux de télé. L'affaire commence !

Réponse des autorités : l'étude de REMERA est biaisée, discutable. Aussitôt plusieurs experts en épidémiologie contestent ces arguments des autorités de santé. De son côté, une ancienne membre de l'INSERM va même jusqu'à mettre en doute les compétences de la directrice de REMERA ("elle n'est qu'infirmière").

L'affaire prend des proportions nationales. Le tout nouveau Ministre de l'Agriculture tente maladroitement de se défendre. Pour lui, c'est aux scientifiques de démontrer la dangerosité des pesticides ! Haro des ONG : le Ministre se trompe, bien sûr, légalement, c'est toujours au responsable de la mise sur le marché d'un produit d'en démontrer l'innocuité.

Le gouvernement fait monter au créneau son Ministre de la Santé et celui de l’Écologie pour faire retomber la pression : "on va refaire une nouvelle enquête et pas question de couper le financement de REMERA".

Les choses semblent se calmer. Jusqu'à aujourd'hui.

Ce jour, la Directrice de REMERA apprend que fin décembre, elle sera licenciée. Idem pour plusieurs autres membres de son équipe.

... https://blogs.mediapart.fr/philips-mich ... se-dalerte
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 01 Nov 2018, 23:06

Des livres et l’alerte

4ème salon du livre des lanceurs et lanceuses d’alerte

16, 17 et 18 Novembre 2018, Paris

Entrée Libre et Gratuite

La Maison des Métallos
94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

https://deslivresetlalerte.fr/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 16 Nov 2018, 20:26

Un salon du livre dédié aux lanceuses et lanceurs d’alerte

Loi instaurant un « secret des affaires », assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak en Slovaquie qui enquêtait sur des affaires liées à la mafia italienne, relaxe d’Antoine Deltour dans l’affaire des révélations sur les pratiques de contournement fiscal au Luxembourg, entrée en vigueur du statut de lanceur d’alerte en France et directive européenne sur le sujet, affaire ArcelorMittal... Autant de sujets qui seront abordés lors du 4ème salon « Des Livres et l’Alerte », du 16 au 18 novembre à la Maison des métallos à Paris. Découvrez le programme.

... https://www.bastamag.net/Un-salon-du-li ... s-d-alerte
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 18 Nov 2018, 18:18

Seuls, ils osent alerter. Ensemble, soutenons-les !

L’Union syndicale Solidaires est membre fondateur de l’association Maison des Lanceurs d’Alerte avec 16 autres associations et syndicats.

La première assemblée générale constitutive aura lieu à paris le mercredi 21 novembre, vous pouvez vous inscrire ici : http://frama.link/agmla2018

Vous pouvez soutenir la MLA en versant un don ici : https://www.helloasso.com/associations/ ... s-d-alerte

Relayez largement le flyer en pj et ces informations autour de vous pour avoir un outil collectif afin de soutenir les lanceurs d’alerte.
PDF : https://solidaires.org/IMG/pdf/flyer_ml ... 68a4e4946c

https://solidaires.org/Seuls-ils-osent- ... tenons-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: lanceurs d’alerte

Messagede bipbip » 27 Nov 2018, 17:58

Au salon du livre des lanceurs d’alerte

C’est un salon à l’image de celles et ceux qui y participent. Les intervenant.es, célèbres comme Irène Frachon, ou inconnu.es au bataillon, viennent à leurs frais. Les organisateurs sont bénévoles, l’entrée libre et gratuite. Bienvenue à la quatrième édition du salon « Des livres et l’alerte » à la Maison des métallos à Paris. Radio Parleur vous proposera tout au long du salon une série d’entretiens.

... https://radioparleur.net/2018/11/15/au- ... s-dalerte/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité