Sécurite sociale

Sécurite sociale

Messagede bipbip » 16 Juil 2017, 15:43

Ceci n’est pas un trou (vidéo)

Une vidéo du Centre d’Education Populaire André Génot (CEPAG) sur le trou de la sécurité sociale.
Yolande Moreau, Bouli Lanners et Charline Vanhoenacker prêtent leur voix à ce court-métrage d’animation réalisé par Lucie Thocaven.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 20 Juil 2017, 17:01

Convergence nationale des services publics : argumentaire pour le 100 % Sécurité Sociale, branche maladie

Un premier atelier s’est tenu sur l’assurance maladie et le 100% sécurité sociale auquel Solidaires a participé.

Voici le compte rendu de l’atelier ainsi que l’invitation à une nouvelle réunion sur le sujet organisée par la Convergence nationale des services publics.

Documents à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/invi ... 7796ace617

https://www.solidaires.org/Convergence- ... 0-Securite
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 24 Juil 2017, 11:39

Oui, les ressources de la sécurité sociale baissent, mais pas parce qu’elle est trop généreuse !

2-1- Les dotations de l’État

Selon une étude de la DREES |1| (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), en 1959 et en 1990, les contributions de l’État constituaient respectivement 18 et 13 % des ressources de la protection sociale. En 2011, elles ne représentent plus que 8 % du total. Si les dotations de l’État étaient restées au niveau de 1990, toutes les années qui ont suivi auraient présenté un solde excédentaire. L’État ne respecte pas ses engagements inscrits dans le préambule de sa propre Constitution. (voir la partie 1 – Nous ne sommes pas redevables de la dette de la sécurité sociale, bien au contraire !)

... http://www.anti-k.org/2017/07/08/oui-le ... genereuse/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede Pïérô » 25 Aoû 2017, 00:58

Pourquoi les « baisses de charges » sont un piège pour les salarié-es

Le gouvernement a annoncé de nouveaux allégements de cotisations pour les salarié-es et les patrons. Couplée à la volonté de tailler dans les dépenses publiques, une telle mesure ferait peser un risque accru sur le financement des dispositifs d’assurances sociales.

... http://larotative.info/pourquoi-les-bai ... -2360.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21593
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Sécurite sociale

Messagede Pïérô » 27 Aoû 2017, 01:54

Baisse des cotisations sociales : attention arnaque(s) !

Le gouvernement vient d’annoncer les modalités de la suppression, en 2018, des cotisations sociales maladie et chômage pour les salariés du secteur privé, couplé à une hausse de la CSG.

Au passage, tout le monde aura noté l’arnaque d’une baisse de cotisations en 2 fois (janvier et automne 2018) pour une hausse de CSG dès janvier. On notera aussi que la situation pour les salariés de la fonction publique n’est pas claire car ils seront touchés par la hausse de CSG sans être concernés par les baisses de cotisations (des discussions sont prévues à l’automne pour une "compensation"). Les retraités seront aussi impactés, sans compensations.

Mais ce n’est pas pour nous l’essentiel de ce qui motive notre opposition à cette mesure.

Il faut aussi prendre en compte la promesse du candidat Macron de futures exonérations massives de cotisations sociales pour les indépendants et les entreprises (baisse de 6% et objectif zéro cotisation pour un salarié au SMIC soit une baisse de 10 %) pour « rendre le travail moins cher pour les employeurs ». Cela reviendra à baisser nos salaires ! Rappelons-le, les cotisations sociales ne sont pas des « charges » mais une partie intégrante de nos salaires, socialisés pour nous protéger des aléas de la vie. Dans ce cadre, la hausse des salaires nets, si elle est réelle, est un attrape-nigaud !

Surtout, avec le basculement du financement de la protection sociale vers l’impôt, on touche au cœur même de la sécurité sociale, en s’éloignant toujours plus d’un système de répartition solidaire entre salariés pour poursuivre son étatisation. En prélude à sa privatisation ? Si on assèche les sources de financement de la protection sociale, il faudra bien compenser le manque (le fameux trou !) soit par une baisse des services, des hausses d’impôts ou la privatisation de pans entiers de la protection sociale. Ce n’est pas acceptable !

La CNT Solidarité Ouvrière revendique le maintien d’un système de protection sociale solidaire et la gestion directe des caisses par les travailleurs-euses.

Nous appelons les travailleurs et travailleuses à se mobiliser, dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle unitaire du 12 septembre, dans la grève et dans la rue.


http://www.cnt-so.org/Baisse-des-cotisations-sociales
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21593
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 23 Sep 2017, 21:27

Fin de la cotisation sociale, mort de la Sécurité sociale…

Par Michel Etiévent, historien, biographe d’Ambroise Croizat.

Les Français sont-ils conscients de ce qu’ils sont en train de perdre avec les attaques contre la Sécurité sociale ? Ce formidable projet de société qui, selon Ambroise Croizat, devait « mettre fin à l’obsession de la misère », est aujourd’hui en passe de s’effondrer sous les coups de boutoir du gouvernement contre ce qui fait son fondement : la cotisation sociale. Dès 1946, un continuum de plans de casse n’a cessé de mettre à mal une institution devenue pierre angulaire de notre identité sociale.

Aux oppositions de la droite, du patronat, des médecins libéraux, un moment tues par le rapport de forces de l’époque, se sont ajoutés une avalanche de réformes, passant par les ordonnances de 1967 qui ont fait basculer sa gestion dans les mains du patronat, les plans Barre, Fabius, l’impôt CSG de Rocard. Viendront ensuite les mesures de Georgina Dufoix imposant des déremboursements successifs, les lois Veil, Balladur allongeant la durée de cotisation, les plans Juppé puis Chirac, Raffarin attentant aux retraites, les lois Jospin de 2001 imposant les normes européennes aux mutuelles. Sans oublier l’ordonnance Douste-Blazy de 2004 qui videra les conseils d’administration de leurs pouvoirs, l’instauration de la tarification à l’acte, les lois Bachelot confiant le pilotage de la protection sociale aux « préfets sanitaires » des agences régionales de santé. En imposant l’obligation de la mutualité d’entreprise, l’ANI 2013 accélérera la privatisation.

... https://www.humanite.fr/fin-de-la-cotis ... ale-641993
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 01 Oct 2017, 13:22

Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018 est le plus antisocial depuis sa création !

Le projet de loi de financement de l’État présenté le 27 septembre avait déjà officialisé l’augmentation de la CSG et, sous couvert de « compensation », la disparition de la part salariale des cotisations sociales maladie et chômage. Le MEDEF, qui revendique depuis longtemps la disparition totale des cotisations, obtiendra ainsi gain de cause : en 2019, le CICE sera transformé en « allégement » des cotisations des employeurs. C’est la Sécurité sociale financée par le salaire socialisé qui est ainsi visée dans ses fondements.

Le projet de loi de financement de la sécu (PLFSS) pour 2017 confirme que ce gouvernement est un zélé serviteur du patronat, il exige plus de 4 milliards d’économies en 2018 et présente pour cela un catalogue d’attaques contre les salariéEs, les chômeurEs, les retraitéEs et même les enfants. Le forfait hospitalier augmentera de deux euros et le gouvernement pousse l’hypocrisie jusqu’à affirmer que cela sera sans conséquence pour les assuréEs puisque les complémentaires santé rembourseront cette hausse, faisant semblant d’ignorer que les cotisations augmenteront une nouvelle fois. Les hôpitaux déjà étranglés devront réaliser un milliards d’euros supplémentaires d’économies, ce qui annonce de nouvelles fermetures de lits, de services, des réductions d’effectifs. Les prestations familiales seront aussi réduites, notamment la prestation d’aide aux jeunes enfants (Paje).

Il n’est décidément pas possible de laisser ainsi Macron et son gouvernement agir à leur guise. Le NPA renouvelle son appel à l’unité la plus large et à une mobilisation sociale d’ampleur pour stopper ces attaques antisociales.

NPA, Montreuil le 30/09/2017


https://npa2009.org/communique/le-proje ... -depuis-sa
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 15:28

Budget 2018 : Macron, un ennemi de la Sécu !

Le gouvernement a présenté mercredi 5 septembre 2017 le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 et, le lendemain, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) : une cascade de mauvais coups !

En confirmant la hausse de l’impôt CSG de 1,7 % et la suppression de la part salariale des cotisations maladie et chômage (3,15 %), le gouvernement entend poursuivre et parachever l’œuvre de Michel Rocard qui avait créé la CSG en 1991, et « offert » aux assurés sociaux, en guise de « compensation », une diminution du taux de leur cotisation. La petite hausse du salaire net qui en a résulté a été éphémère ; deux années plus tard, Balladur a supprimé totalement la part patronale des cotisations allocations familiales et augmenté la CSG. Les mêmes scénarios se sont répétés sous les gouvernements Juppé et Jospin. De multiples mesures d’exonération de la part patronale des cotisations se sont ajoutées à ces dispositions en faveur des employeurs qui n’ont cessé d’exiger « l’allégement des charges insupportables ».

Cadeaux aux patrons

Macron reprend cette même politique et utilise les mêmes arguments éculés – « la relance de l’économie et les créations d’emplois » – pour justifier cette politique. Mais il estime le moment venu d’achever ce processus en supprimant toutes les cotisations et en fiscalisant une protection sociale minimum. La part salariale des cotisations disparaîtra le 1er janvier 2018 pour la branche maladie de la Sécu et à l’automne pour l’Unedic. En 2019, le CICE, soit 20 milliards d’euros par an offerts par l’État aux employeurs, sera remplacé par de nouvelles exonérations des cotisations patronales, s’ajoutant à celles accordées par le « pacte de responsabilité » (9 milliards). Les employeurs bénéficieront d’un allégement uniforme de 6 points des cotisations sociales maladie pour tous les salaires en dessous de 1,6 Smic. Ces allégements généraux porteront aussi sur les cotisations d’assurance chômage et de retraite complémentaire. Au niveau du Smic ils ne paieront plus aucune cotisation, sauf celles concernant les accidents de travail. Concrètement les allégements seront augmentés de plus de 10 points. Pour chaque salariéE rémunéré au Smic, l’employeur fera ainsi chaque année une économie supplémentaire de 517 euros : une énorme trappe à très bas salaires !

Coups bas aux assurés sociaux

La baisse du montant des cotisations salariales pour compenser la hausse de la CSG est « un soutien au pouvoir d’achat » explique le gouvernement. Ce soutien atteindra 11 euros par mois pour un salariéE du privé au Smic et 15,33 euros sur un salaire brut de 2 000 euros. Les salariéEs du public qui ne sont pas impactés par les suppressions de cotisations, mais sont néanmoins touchés par la hausse de la CSG seront encore moins servis, la contribution exceptionnelle de solidarité (1 %) sera supprimée et des mesures salariales de « compensation » seront discutées… plus tard ! Le ministère précise que les deux tiers des retraités ne verront pas leur pouvoir d’achat baisser, soit parce qu’ils gagnent moins de 1 200 euros et ne sont pas soumis à la CSG, soit parce qu’ils bénéficieront de l’exonération de la taxe d’habitation… étalée jusqu’en 2022 !

Le PLFSS exige « un effort gigantesque » précise le ministère : 4,2 milliards d’économie en 2018 ! La progression naturelle des dépenses de santé est estimée par le gouvernement à 4,3 %, mais elles ne devront pas augmenter de plus de 2,3 %. Les hôpitaux seront « fortement sollicités » et devront réaliser 1 milliard d’économie. Des produits thérapeutiques seront déremboursés, des allocations familiales diminuées, le forfait hospitalier augmentera…

À l’instar du Figaro, plusieurs journaux constatent que « Macron veut refondre un modèle social qu’il juge archaïque ». Pour lui, c’est un modèle où les acquis sociaux et la Sécu n’ont pas de place, pour nous, c’est un projet de société à combattre !

S. Bernard

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 27 Oct 2017, 20:22

Hausse du forfait hospitalier, casse de l’hôpital, chasse aux arrêts maladie…

Sécurité Sociale : le gouvernement veut la mort de la santé publique

L’examen du Projet de Loi de Financement 2018 pour la Sécurité Sociale (PLFSS) a débuté mardi après-midi à l’Assemblée. Dans la tradition des gouvernements de la Vème République, les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, présentaient hier leur version du démantèlement de la Sécu.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Secu ... e-publique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 30 Oct 2017, 21:08

La sécurité sociale étudiante supprimée à la rentrée 2018

Parmi les mesures du plan étudiants dévoilées ce lundi 30 octobre, le gouvernement annonce le rattachement des étudiants au régime général de la sécurité sociale.

La mesure était évoquée depuis un temps, c'est désormais confirmé. Le régime spécial de sécurité sociale étudiante sera enterré dès la rentrée prochaine. En 2018, les étudiants intégrant l'enseignement supérieur seront rattachés au régime général de la sécurité sociale. En 2019, ce sera le cas de l’ensemble des étudiants.

Selon le gouvernement, « le régime de sécurité sociale étudiante a montré ses limites au cours des dernières années : il représente un coût direct pour les étudiants (217€ de cotisation) et des démarches administratives inutiles. Il ne garantit pas un accès effectif aux soins ».

... https://www.humanite.fr/la-securite-soc ... 018-644615
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 16:26

Santé. Le tiers payant généralisé n’aura pas lieu

Agnès Buzyn a fait voter un amendement dans la nuit de vendredi à samedi annulant la généralisation du tiers payant. Une mesure inscrite dans la loi santé de 2016.

La décision d’abandonner la généralisation du tiers payant à tous les assurés sociaux, à partir du 30 novembre, était dans l’air. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l’avait laissé entendre la semaine dernière, jugeant « le tiers payant généralisé techniquement infaisable au 1er décembre ». La confirmation n’a pas tardé. L’amendement du gouvernement annulant l’une des mesures phares de la loi santé de Marisol Touraine, votée en décembre 2016, a été adopté par les députés dans la nuit de vendredi à samedi. L’exposé de l’amendement prévoit que « l’obligation de généralisation du tiers payant à l’ensemble de la population est supprimée ». Et « qu’avant le 31 mars 2018 », le gouvernement remettra au Parlement « un rapport sur le calendrier de mise en œuvre opérationnelle du tiers payant généralisable ». Une vision plus conforme aux promesses du candidat Macron, qui défendait un « tiers payant généralisable », c’est-à-dire non obligatoire, et « sans contrainte » pour les professionnels.

... https://www.humanite.fr/sante-le-tiers- ... ieu-644591
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 06 Nov 2017, 21:01

Paroles, paroles, paroles...

Lunettes et prothèses ne seront pas remboursées : une autre promesse non tenue de Macron

Tous ceux qui ont cru à cette promesse du Macron candidat auront de quoi être déçus. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé mardi dernier que le remboursement intégral promis par le gouvernement ne concernera pas « toutes les lunettes, audio-prothèses et prothèses dentaires » mais seulement certaines « offres sans reste à charge », encore à négocier avec les fournisseurs et les mutuelles.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Lune ... -de-Macron
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 12 Nov 2017, 22:33

Protection sociale, le big bang réactionnaire

Depuis la création de la Sécurité sociale en 1945, les employeurs se plaignent du coût du travail. Ils ont toujours expliqué qu’il n’avaient pas à payer des cotisations sociales pour des prestations « sans aucun lien avec le travail ». Mais maintenant Macron les séduit.

Il veut rapidement mettre en application son programme sur le financement et les structures des branches maladie et retraite de la Sécurité sociale et de Pôle emploi. Ses contre-réformes répondent totalement aux revendications patronales et parachèvent les mesures des différents gouvernements qui ont précédé. Ceux-ci n’ont cessé de prendre des dispositions afin de réduire les dépenses (multiples déremboursements des prestations de santé, reculs successifs de l’âge de départ à la retraite et baisse des pensions, modulation des allocations familiales…), les encadrer (création d’une loi de financement de la Sécu en vigueur depuis 1996), les sortir du champ de la Sécu (développement des complémentaires santé, des plans d’épargne retraites…), diminuer la part patronale des cotisations (baisse de leur montant, exonérations) et modifier les modalités de financement (création de la contribution sociale généralisée – CSG – et fiscalisation).

Mais le patronat exige toujours plus, l’allégement des « charges » ne lui suffit plus. Désormais, il exige la suppression pure et simple des cotisations sociales chômage, retraites, maladie. Le gouvernement prépare donc un grand chamboulement de la protection sociale1. Il veut non seulement détruire la base de l’édifice, son financement, mais aussi son organisation. Si elles aboutissent, les réformes annoncées détruiront des acquis sociaux de plus d’un demi-siècle.

Salaire socialisé ou CSG, un enjeu de la lutte de classe

Le salaire socialisé, la cotisation sociale est un enjeu primordial du rapport entre le capital et le travail, puisque c’est un prélèvement sur la richesse créée dans l’entreprise par le travail qui ampute le profit. Par contre, la CSG est prélevée sur les salaires et les revenus de remplacement, elle préserve le profit. Sa fonction est identique aux exonérations des cotisations sociales « patronales » (environ 30 milliards d’euro par an), compensées à 90 % par l’impôt : alléger la contribution du patronat au financement de la Sécu et transférer le financement sur les particuliers.

L’enjeu représente des centaines de milliards d’euros. En 2015, les cotisations affectées à la protection sociale s’élevaient à 488,9 milliards d’euros sur un total de 701,2 milliards de recettes (32 % du PIB).

... http://www.anti-k.org/2017/11/12/protec ... onnaire-2/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 17 Mar 2018, 14:49

Vous avez dit ruissellement ?

Sécu : Le trou est moitié moins important... mais la cagnotte reste pour les riches !

La baisse du chômage a eu comme effet mécanique un déficit de la sécurité sociale moins élevé que prévu. Le trou de la sécurité sociale est moitié moins important mais le gouvernent ne revoit pas pour autant ses coupes austéritaires…

... http://www.revolutionpermanente.fr/Secu ... les-riches
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Sécurite sociale

Messagede bipbip » 05 Juil 2018, 00:14

Hold-up annoncé sur un pognon de dingue

L'information est semble-t-il passée complètement sous les radars la semaine dernière. La dépêche de l'AFP annonçant que « l'État pourrait récupérer jusqu'à 24 milliards EUR d'excédents de la Sécu en 2022 » n'a été republiée que sur un site et sans aucun commentaire ni aucune mise en perspective.

Pourtant, il y aurait beaucoup à dire car voici qu'après nous avoir asséné durant des années le fameux « trou de la Sécu » pour justifier toutes les mesures de déremboursements, les reculs de la protection sociale et notamment la branche retraite on nous annonce désormais, selon une autre dépêche de l'AFP du 5 juin dernier, une « Sécu "quasiment à l'équilibre" avant les grandes réformes ». « Presque sortie du rouge et à moitié dans le vert, la Sécu reprend des couleurs. Après un déficit de 5,1 milliards d'euros en 2017, son solde sera "en nette amélioration" à moins de 300 millions en 2018, selon le dernier rapport de la Commission des Comptes de la Sécurité sociale ».

Au lendemain de cette annonce, une autre dépêche venait doucher les éventuelles espoirs ou revendications d'une amélioration de la couverture sociale grâce à ce retour à « bonne fortune » : l'AFP titrait alors : « le gouvernement a nié mercredi l'existence d'une "cagnotte" liée à la forte réduction du déficit de la Sécurité sociale, qui devrait dégager des excédents à partir de 2019, excluant de "redistribuer" l'argent économisé sur le champ de la "Sécu" ».

Chemin faisant, nous en arrivons à cette dernière dépêche du 27 juin lorsque sort le rapport de la Cour des Comptes qui annonce que « les excédents dégagés par les administrations de Sécurité Sociale seront "plafonnés" à partir de 2019, le surplus devant servir à réduire le déficit de l'État pour un montant qui pourrait atteindre 24 milliards d'euros en 2022, selon la Cour des Comptes ».

Tiens donc ? On nous annonce ainsi un véritable hold-up sur nos cotisations à la Sécurité Sociale. On nous estime même le montant du préjudice... Et puis fermez le ban... Rappelons au passage que ce forfait à venir a été inscrit dans la loi de programmation des finances publiques (LPFP), adoptée en décembre avec le budget 2018 qui a prévu que ces excédents servent « à la réduction du déficit de l'État ». En clair, Macron va faire payer les milliards de cadeaux aux plus riches, les primes aux premiers de cordée, l'abandon de l'ISF en piquant l'argent de la protection sociale.

C'est un « pognon de dingue » sur lequel va faire main basse le gouvernement. Le pire de ce hold-up auquel il fallait s'attendre depuis que Bercy et Matignon ont la haute main sur la Sécu, est que le retour à l'équilibre s'explique par l’augmentation globale de la masse salariale (qui accroît automatiquement les rentrées de cotisations sociales). Mais aussi et peut-être surtout par les économies drastiques au détriment de l’accès aux soins et de leur qualité. « Peut-on se satisfaire d’un résultat comptable alors que l’actualité fait état de dysfonctionnements majeurs liés au manque de moyens ? « a interrogé la CGT lors de la publication des comptes de la Sécu début juin.

... https://blogs.mediapart.fr/ugictcgt/blo ... -de-dingue
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : bipbip et 1 invité